Archives de catégorie : Le regard de …

ABC dei sassi: osserva immagina disegna scrivi

Cette semaine encore, Leyla Vahedi est l’invitée de Miniphlit. Elle nous présente le travail de Mauro Bellei.

« Mauro Bellei est architecte et habite à Bologne. Il est aussi auteur de décors et de scénographies théâtrales, inventeur de jeux éducatifs et créateur d’ateliers pour enfants. Il est responsable artistique de Accipicchia Design. Dans ses livres (plus de trente), il utilise souvent l’image photographique et il joue à couper et utiliser des éléments (des trèfles à quatre feuilles, des pierres) qui prennent un nouveau sens, souvent poétique.

La plupart de ses livres sont aussi des jeux, des invitations à jouer, à observer, à créer, surtout à imaginer. Dans un de ses livres, il écrit : « Une interrogation sur l’espace ou un doute sur une idée ou encore une incertitude relative à un problème chimique, peuvent, par exemple, trouver leur solution tout simplement dans un citron. En effet, personne ne rêverait d’exclure qu’une réponse puisse se cacher dans un endroit inimaginable ». 

ABC dei sassi est un abécédaire et au même temps un livre d’activités inspiré (et hommage) à Da lontano era un’isola di Bruno Munari (Emme Edizioni, 1971), dans lequel les veinures de vingt-six pierres rappellent des lettres et servent de point de départ à la suivante.

Mauro Bellei semble nourrir une véritable passion pour les pierres et cailloux. On les retrouve régulièrement dans ses livres: Sassi animati (Fatatrac 2013), Sassi dinamici : attacca e stacca (Accipicchia design, 2014), Guarda che sassi (Arts&Crafts, 2015).

Sherlock dei sassi : manuale per la ricerca e l’interpretazione dei sassi (Accipicchia design, 2014) est un véritable manuel qui propose une méthode pour regarder, chercher et organiser les pierres et les cailloux. Dans ce livre, il réunit logique et imagination, méthode et imaginaire.

À partir du livre Les cailloux de l’art moderne = 900 in sassi = The stones of modern art (Édition Les Trois Ourses, 2010), il a conçu la boîte Museo dei sassi (Accipicchia design, 2011), une pièce unique composée de soixante cailloux en cubes de plexiglas transparent et d’un tirage de trois exemplaires de dix cailloux photographiés, car il considère « le caillou comme premier exemple d’une œuvre d’art unique et absolu ».

Mille case per mille storie ( Fatatrac, 2018 ) est son nouveau livre-jeu, composé d’une boite, un album et sept cartes perforés. Mauro Bellei est invité de l’exposition « Libri per bambini con il culto dell’immagine » le 14 février à 18.30 au Pastificio Cerere de Rome. Nous réfléchirons t sur le liens entre livre jeu et livre photographique avec Giulia Franchi ( du Laboratorio d’arte Palazzo delle Esposizioni de Rome ) et avec les commissaires de l’exposition Orsola Longhini ( de l’association Cartastraccia ) et Alessandro Dandini De Sylva ».

Merci Leyla !

« Libri per bambini con il culto dell’immagine » , fotoletteratura a Roma

Miniphlit ouvre ses portes à Leyla Vahedi, une des responsables de l’association Cartastraccia, qui nous présente, en français !, l’exposition de photolittérature pour la jeunesse qui se tient actuellement à Rome :

“La Fondazione Pastificio Cerere de Rome accueille l’exposition de livres photographiques pour enfants « Libri per bambini con il culto dell’immagine » jusqu’au 16 février 2019.

L’ensemble du projet, conçu par Alessandro Dandini de Sylva et Cartastraccia, découle de la volonté d’approfondir le champ de production de l’édition photographique pour enfants, en mettant en évidence les expériences les plus novatrices de la scène italienne des années 60 jusqu’aux productions contemporaines internationales.

Nous avons sélectionné des livres pour enfants dans lesquels la photographie trouve sa place, soit seule, soit par le biais de collage ou de photomontage ou encore mêlée à d’autres moyens d’expression.

L’exposition s’ouvre avec une salle dans laquelle on trouve une série de xérographies originales de Bruno Munari, c’est à dire des photocopies déformées que nous retrouvons plus tard utilisés dans ses livres les plus célèbres (notamment Cappuccetto giallo).

Une deuxième partie offre une sélection de livres des années 60 et 70 de la collection privée de Giuseppe Garrera, dans laquelle la photographie est utilisée comme outil privilégié pour montrer la réalité sociale (une grève, la vie dans une métropole) et quotidienne (des jeux d’enfants, la nature). On y retrouve bien sûr les livres de Munari (comme Da lontano era un’isola, qu’on pourrait considérer comme le point de départ de nombreux autres livres exposés), de Gianni Rodari, Umberto Eco, Nico Orengo, Flavio Costantini, Mario De Biasi.

Enfin  l’exposition se termine par une sélection de livres contemporains, publiés par des maisons d’éditions internationales, comme Corraini, Les éditions des grandes personnes, Greenwillow Books, Planeta Tangerina, Nanaroku Sha et d’autres.

Le projet représente un travail original de recensement et de recherche de cette riche production destinée aux enfants, pour laquelle il n’existe pas encore d’enquêtes spécifiques en Italie.

L’exposition se tient à la Fondazione Pastificio Cerere, un endroit dédié à l’art moderne. Le nom « Pastificio » dérive du fait qu’il s’agissait d’une usine de pâtes alimentaires (« Pastificio ») – construite en 1905 et active jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale – où dans les année 70 plusieurs artistes et critiques d’art ont commencé à s’installer. Encore aujourd’hui à l’intérieur de la structure il y a studios d’artistes, ateliers de couture, une école de photographie et une académie de Beaux-Arts. Le fait que la fondation ait accueilli une exposition bibliographique consacrée aux livres pour enfants représente un geste significatif pour la ville : dans un cadre culturel et politique peu favorable à la culture en Italie, on a montré que de si beaux livres pour enfants peuvent être exposés en tant qu’œuvres d’art. Et le public a apprécié : l’exposition a été visitée par des familles, des écoles, des groupes de réfugiés et d’étrangères, des étudiants de l’académie de Beaux-Arts, des étudiants en photographie, des groupes de bibliothécaires et d’enseignants, des passionnés, des illustrateurs et des artistes et de nombreuses personnes simplement curieuses de connaître cet héritage fantastique.

On peut retrouver la liste de livres italienne des années 60 et 70 issues de la collection de Giuseppe Garrera ici :

Et bientot la liste de livres internationaux contemporaines ici (page en construction) :

Leyla Vahedi – associazione Cartastraccia”

Grazie mille Leyla !

Le regard de Frédérique Lemarchant sur l’ exposition du Quai Branly 

Miniphlit ouvre ses pages à Frédérique Lemarchant qui a posé son regard sur l’Exposition : « Le magasin des petits explorateurs » :

“Cette exposition et son catalogue ont pour but d’offrir « un panorama de tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois et qui contribue encore aujourd’hui à la production d’un imaginaire de l’exploration à destination de la jeunesse » [1]

 Son titre fait référence à des publications destinées à la jeunesse du 19ème siècle comme le Magasin d’Education et de Récréation de Pierre-Jules Hetzel et Jean Macé, lancé en 1864, ou le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton (1833-1938). Il convoque aussi la marchandisation des imaginaires de l’exploration et de la découverte d’autres civilisations, qui a, jusqu’au 20ème siècle, dans un contexte de colonisation, produit livres, jouets, jeux, images et objets publicitaires.

L’exposition est structurée autour des grandes figures mythiques  de l’exploration et de l’exotisme (Robinson Crusoé, Paul et Virginie, le capitaine Némo, Tarzan…) et de ses grands thèmes (le cannibalisme,  le tour du monde., le monde inuit, les indiens d’Amérique… )

Les clichés et lieux communs, souvent racistes, ne sont pas occultés, mais le changement de regard de la société occidentale sur l’indigène, induit par le développement des connaissances ethnographiques et les prémices de la décolonisation,  apparaît dans la dernière partie de l’exposition.

Autour des années 1950, l’émergence de la photographie comme illustration 

 Sans surprise, c’est autour des années 1950 que paraissent des ouvrages illustrés de photographies à destination des jeunes lecteurs.  Le souci d’éviter que ne se reproduise la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale et la nécessité d’éduquer les jeunes générations à la connaissance et à la bonne entente avec des civilisations éloignées favorisent dans l’édition jeunesse la publication de tels ouvrages. L’amélioration des techniques d’impression va permettre d’illustrer ces albums de photographies rapportées d’expéditions ethnographiques, donnant ainsi une caution scientifique au propos.

Le visiteur découvre tout d’abord Le Petit Dan : conte africain adapté et photographié par Jean Rouch, Pierre Ponty, Jean Sauvy. Dessins de Oumarou Ousmane.  Paris : Arts et métiers graphiques, 1948.

Ce livre entremêle réalisme et imaginaire en utilisant des photographies documentaires ramenées d’une mission le long du fleuve Niger et des dessins d’événements impossibles à photographier. Il a été critiqué sur ce même site :

https://miniphlit.hypotheses.org/715

Arrive ensuite Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud d’ A. Métraux. Ed. Bourrelier, 1950. (La Joie de connaître)

Il s’agit d’une description de la vie quotidienne et des coutumes des indiens des forêts de Guyane, d’Amazonie et de la Terre de Feu. Les photographies proviennent du Musée de l’Homme et du Service de Protection des Indiens du Brésil. Critiqué par la revue Cahiers d’outremer au moment de sa parution, cet album y est qualifié de « bon ouvrage de vulgarisation »[2] malgré l’usage « périmé » du terme « Peaux-rouges ».  Ce titre qui répondait à une stratégie commerciale sera modifié lors de la réédition de l’ouvrage chez Métaillié en 1982.

Enfin, l’une des dernières vitrines de l’exposition est consacrée à la collection « Enfants du monde » composée d’une vingtaine de titres parus entre 1952 et 1975 chez Nathan.

Le succès de cette collection revient en grande partie à son illustratrice principale,  la photographe Dominique Darbois, et à la maquette inventive de Pierre Pothier.

Comme je l’explique pages 328 à 321 du catalogue de l’exposition, la réussite de chacun de ces albums  tient aussi à des récits au fort pouvoir d’identification et à la valeur documentaire certaine.

Un catalogue très riche vient utilement compléter la visite de l’exposition :

 

 

Frédérique Lemarchant “

Frédérique Lemarchant est professeur documentaliste et l’auteure de l’article “Dominique Darbois et la collection “Enfants du monde”. La photographie entre fiction et documentaire”

https://journals.openedition.org/strenae/1386

 

 

 

 

[1] Catalogue « Le magasin des petits explorateurs », Actes Sud / Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2018

[2] PAPY, Louis. A. Métraux. Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud. Collect. « La Joie de connaître ». 1950. In: Cahiers d’outremer. N° 14 – 4e année, Avril-juin 1951. p. 184;

https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1951_num_4_14_4076_t1_0184_0000_2