LA PHOTO en questions, manuel de survie dans la jungle médiatique

Un lion précédant un bataillon de Crs dans les rues d’une grande ville accueille le lecteur, au dessus du titre « LA PHOTO, en questions ». Après les deux ouvrages consacrées aux  Histoires vraies des grandes PHOTOS, qui revenaient sur l’histoire des photographies iconiques et Les images disent-elles la vérite ? qui déjà sensibilisait aux photos truquées, le nouveau-né de la collaboration David Groison et Pierangélique Schouler, publié une nouvelle fois chez Actes Sud junior, continue d’explorer notre rapport à la photographie avec 30 questions. Essentiel pour s’en sortir dans la jungle des images omniprésentes.

De « Sommes-nous plus beaux sur les selfies ? »  à « Un journaliste a-t-il le droit de me photographier ? », en passant par « La photo peut-elle être une preuve ? » et  « Qui choisit les photos dans les médias ?, les deux auteurs questionnent dans chaque court chapitre l’usage des photographies par les médias, le respect de la législation, les questions de lecture, de cadrage, de manipulation et de circulation de l’image, de l’intelligence artificielle…

L’ouvrage est riche des témoignages des professionnels de l’image, photographes, iconographes, spécialistes du droit d’auteur, scientifiques, journalistes. Il est également abondamment illustré de photographies sur lesquelles figurent des personnages habitués des médias et susceptibles de retenir l’attention des jeunes lecteurs : l’acteur Vincent Lacoste, le footballeur Mbappé, le mannequin Emily Ratajkowski, etc… ou  qui ont servi à illustrer des évènements récents : l’attaque du Capitole, la Covid, la guerre en Ukraine, la fonte des pôles…

Chaque chapitre se clôt avec la rubrique « Mode d’emploi »,  qui  invite les lecteurs à appliquer des réflexes de protection et de bon sens face aux images qui nous entourent. A mettre dans les mains des adolescents… mais pas que.

L’Histoire vraie des grandes photos, entretien avec David Groison

Actes Sud Junior
Mai, 2014
18.00 x 18.00 cm
88 pages

Qu’est-ce qu’une photographie iconique ? Les deux volumes de l’Histoire vraie des grandes photos, signés David Groison et Pierangélique Schouler, tentent de répondre à cette question en proposant pour chaque opus une sélection de 20 images,  sélectionnées dans plus d’un siècle de production photographique.

Chaque image est décodée, analysée, autant d’un point de vue esthétique que symbolique, et replacée dans son contexte historique. Les auteurs ou les acteurs de ces photographies viennent parfois raconter l’histoire de ces prises de vue et ajoutent un supplément d’humanité à ces clichés que nous croyions déjà connaître. 

Entretien avec David Groison.

Comment est née L’Histoire vraie des grandes photos ?

Pierangélique Schouler et moi-même sommes partis du constat suivant : il y a une méconnaissance de la photographie, à la fois chez les journalistes et chez les ados. L’école nous apprend à décrypter des textes patrimoniaux, mais ne nous apprend rien sur l’image alors que nous baignons dans un monde d’images, où il y a plein de règles d’écriture, comme dans les textes. On a donc voulu réfléchir aux vingt questions à se poser pour regarder les images et cela a donné Prises de vue, décrypter la photo d’actu, chez Actes Sud Junior. Nous avons ensuite réalisé Photos chopées, sur les photos truquées, qui montre comment et pourquoi certaines photographies sont trafiquées.

Après avoir travaillé sur la grammaire et les coulisses de la photographie, il semblait naturel de présenter les grandes photos, aussi bien que le ferait un cursus littéraire. Ces grandes photos, notre œil les connait, les repère partout, analyse la répétition des motifs, mais, en fait, nous n’en savons pas grand-chose, et surtout pas dire à quelle réalité elles se rapportent. Aller chercher les coulisses de la prise de vue nous a permis de voir combien cela éclairait les débats d’aujourd’hui sur la place de la photo, la preuve qu’elle apporte.

Actes Sud Junior, Avril, 2013, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Pourquoi cette compilation de photographies a-t-elle ce format carré, un peu petit ? C’est un peu surprenant pour un livre de photographies. On s’attend plus à de grandes images et en plus grand nombre.

Nous ne voulions pas un beau livre de photos hyper impressionnant. Les deux premiers ont même une couverture souple. Ces deux volumes consacrés à l’histoire vraie des grandes photos s’inscrivent dans une série de cinq ouvrages et en ont donc la forme.

Nous ne voulions pas non plus réaliser un livre qui présenterait les grands moments historiques. Nous n’avons aucune photo qui concerne la Première Guerre mondiale par exemple, et c’est bien normal car il n’en reste pas de photo iconique. L’idée était  vraiment de faire figurer des photos présentes dans la pop culture ou dans notre imaginaire. En rigolant, quand on en parle devant des ados, on leur demande si telle image a été détournée par les Simpson. Un des critères pour identifier une photo iconique serait finalement le détournement ou sa présence dans une série. C’est un bon indicateur.

On s’est arrêté à vingt photographies pour ne pas faire un livre trop volumineux. Il était important de garantir le plaisir de lecture. Assez vite nous avons proposé d’en faire un deuxième, avec cette limite de l’année 1965 et l’arrivée de la couleur. De la même façon, chaque histoire que nous racontons autour de chaque photo a un nombre de signes limité. Lire l’histoire d’une photo ne devait pas devenir impressionnant.

Actes Sud Junior, mars 2016, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Comment s’est opérée cette sélection de photos ? Chacun de votre côté d’abord avant une mise en commun ?

C’est cela ! Nous avons chacun notre culture : Pierangélique est iconographe de presse et a un parcours en rapport avec l’image et moi je viens de l’écrit et de l’école du journalisme. C’est l’alliance du néophyte et de l’expert, avec chacun sa grille de lecture et chacun son avis. Certaines photos, très connues des étudiants en photo, ne me semblaient pas du tout connues du grand public par exemple. Finalement le choix s’est porté sur des images qui racontaient plus qu’elles-mêmes, comme celle réalisée sur le Rockefeller Center. (Construction Workers Eating Lunch, 1932). Elle est à la fois allégorie de l’amitié, tout en étant le symbole du moment où NY devient NY. La bonne surprise a été de découvrir que chaque photo avait une histoire dingue.

Comment avez-vous pris en compte les auteurs de ces images et leurs ayants droit ?

Pour obtenir le droit de publier ces images, il suffit de payer en fait ! La surprise a été de découvrir que certaines photos valaient plus que d’autres. Le baiser de L’hôtel de ville vaut plus que celui pris à Times Square !  

On a essayé, à chaque fois que cela été possible, d’interviewer les gens qui les ont prises ou ceux qui sont sur la photo. Celle d’Arthus Bertrand m’a frappé. Le pilote de l’hélicoptère était heureux d’en parler. L’enquête pour retrouver les gens sur les photos a été passionnante.

Pourquoi le volume 1 est-il proposé avec deux couvertures différentes, une avec Marilyn Monroe de 1954, l’autre avec des ouvriers de 1932 ? 

Lors de la première édition, le directeur artistique s’interrogeait sur la difficulté de réduire ce travail à une seule image… Dès la réimpression, il a été convenu de ne garder que celle des ouvriers.

Quels retours avez-vous des lecteurs ?

J’ai animé récemment un atelier avec des petits, et je leur ai proposé des extraits découpés des photos. Tout de suite, ils étaient capables de saisir l’essence des photos et d’imaginer leur hors-champ. Pour celle de Dorothea Lange (Migrant Mother, 1936), par exemple, ils ont imaginé le père, car cela leur semblait impossible que celui-ci soit absent.

Ce qui est génial avec des ces publics éloignés du livre, c’est qu’ils  rentrent soudain dedans à fond. Certains adolescents ont écrit des slams pour accompagner la photo des ouvriers sur la poutre (Construction Workers Eating Lunch, 1932). C’est réjouissant pour moi comme pour les éducateurs.

Serait-il possible d’imaginer un troisième tome ?

Nous nous sommes arrêtés à 2015 avec la photo de la Place de la nation. Il est compliqué de choisir des images sur lesquelles le temps n’a pas laissé sa patine. Les trois dernières photos sont certainement facilement contestables, parce qu’il manque le recul de 50 années. Aujourd’hui, la photo est omniprésente et la photo iconique est plus difficile à isoler. Les photos ont moins le temps de s’imposer et d’écraser tout le reste. Il faut donc du temps dans l’œil de celui qui la voit pour qu’elle devienne iconique.

Avez-vous des regrets ?

Non. C’est notre choix à tous les deux. Ceci étant, j’aurais bien mis la photo de John Lennon et Yoko Ono prise par Leibowitz juste avant qu’il se fasse assassiner, mais Pierangélique trouvait qu’elle ne rentrait pas dans le corpus et en plus elle était hors de prix !  Ceci étant la question du prix n’a jamais été un sujet pour l’éditrice.

Merci David Groison ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Viens ! ou comment s’émerveiller des choses simples, avec RAMONA BĂDESCU

Sur la couverture, un enfant malicieux nous regarde à travers son viseur. Il nous invite à tourner les pages de son recueil de photographies. C’est que l’appareil a capturé les instants précieux de la première année de trois bébés, mais aussi une année de la nature et de ses transformations. Texte et photographies tissent des liens pour dire le temps qui passe, les métamorphoses, les échos entre les choses. Viens ! est bien plus qu’un imagier. Il offre un parcours sensoriel dans le monde qui nous entoure.

Rencontre avec Ramona Badescu.

Quel est votre métier ? et quel est votre parcours ? 

Je suis artiste-autrice, c’est à dire que je travaille dans un endroit qui relie le texte et l’image. Il m’arrive d’écrire en dialogue avec  des illustrateur.ices mais j’ai aussi ma propre pratique d’autrice, qui, d’abord ancrée dans le théâtre, a glissé vers la photographie et le cinéma documentaire. Mon travail est un travail d’assemblage, de tissage, de dramaturgie entre le texte et l’image que parfois je produis ou avec laquelle j’entre en dialogue.

J’ai fait des études de théâtre à l’université d’Aix-Marseille et j’ai co-fondé une compagnie de théâtre. Assez tôt j’ai publié un premier livre de littérature jeunesse, et cela a ouvert une voie que je n’avais absolument pas envisagé.

Racontez-nous l’aventure de votre premier ouvrage.

C’est un livre qui s appelle Pomelo est bien sous son pissenlit publié aux éditions Albin Michel jeunesse. C’est l’illustrateur Benjamin Chaud qui m’a proposé une collaboration en découvrant ce que j’avais écrit pour le théâtre. Je me suis plongé dans la littérature jeunesse que je méconnaissais assez.

Mon histoire personnelle est marquée par l’exil et une coupure dans la langue. Je suis née en Roumanie sous la dictature et je suis arrivée en France à dix ans. J’ai  passé à cette époque un temps assez long entre deux langues et dans cet entre-deux, il y a eu un long temps consacré à l’observation, à l image. Mon enseignante de CM2 m’a fait découvrir de façon géniale l’histoire de la peinture. Cela a marqué très fort mon imaginaire, mon goût pour la peinture et pour l’image.

Est-ce que ce goût pour l’observation du monde qui nous entoure infuse tout votre travail ? 

Oui je pense. Avec le temps et les expériences parcourues, je constate effectivement que ce que je travaille, c’est ce rapport aux éléments et comment on habite le monde. Une activité tout à fait quotidienne me fascine. Il y a chez moi un questionnement existentiel inépuisable. D’ouvrage en ouvrage, je le partage avec les enfants.  C’est une chance de mon métier de partager ce temps de l’enfance propice à la contemplation et au questionnement. Je considère l’espace du livre comme un espace sécurisé pour être dans l’émerveillement des choses simples et le bouleversement des valeurs. 

Il y a un appareil photographique en couverture. Quel est votre rapport à la photographie ? Que peut-elle dire aux enfants de la sensorialité du monde ? 

J’essaye vraiment de travailler la sensorialité. Convoquer les enfants et les adultes autour du livre c’est ré-ouvrir un espace sensible. La photographie n’est pas simplement un endroit du visible. Je cherche un degré d’intimité avec mes sujets qu’ils soient êtres humains, plantes ou animaux. Je ne fais jamais poser. C’est pour moi une manière d’entrer en connexion, de rentrer dans une bulle d’intimité vibratoire avec un environnement.

Le rapport à la photographie m’est venu à la vingtaine dans un moment de doute avec la peinture. La photographie m’accompagne  dans le quotidien. Je suis celle qui prend les photos quand on se réunit. Je suis un point de mémoire. Je fixe le temps qui passe et l’image de mes proches. Mon compagnon, le photographe et cinéaste Jeff Silva, m’a fourni les aspects techniques. Pour autant la technique me contraint, m’empêche alors je reste sobre, jusque dans mon matériel photographique. Pour ce livre, j’ai utilisé un boitier -Panasonic LUMIX GX85 et trois objectifs fixes 60, 45 et 20.

En ce qui concerne le livre pour enfants, j’ai la volonté très forte de mettre en mouvement ces photographies dans le rythme de la narration, de les voir  se répondre dans la double page.

Parlons de la création de Viens !

Il y a d’abord le temps de la cueillette photographique pendant lequel je suis ouverte à tout ce qui peut arriver. Ce livre n’aurait pu se faire sans l’invitation en résidence de l’association “éclat de lire” dans une résidence. Je venais une semaine par mois à Manosque pour rencontre les trois familles qui avaient accepté de cheminer avec moi pendant l’année de ma résidence. 

Une fois par mois, sans rien préparer, sans crainte des ennuis du quotidien, on prenait rendez-vous. Nous avons créé un espace intime entre nous. J’ai vu ces bébés grandir parfois plus que les membres de leur propre famille. Je prenais en photos les bébés mais je discutais aussi avec les familles des joies et soucis du quotidien. Des moments ont été très forts, avec les mamans comme avec les papas. 

Et comment s’est opérée la sélection ? On retrouve quelques incontournables des imagiers.  

Pour ça j’ai pris une année. J’ai essayé de varier ces grands points de rendez vous qui appartiennent à l’imaginaire collectif : les feuilles jeunes en automne, les cerises en été. J’ai glissé des éléments moins communs, des arbouses, un foulque, et tissé ainsi des éléments connus et inconnus, des éléments abstraits et concrets, des questions liées au net et au flou, des espaces proches ou plus lointains, des photographies de bébé et des photographies de la nature. Chaque nouvelle photographie du bébé permet d’assister à la façon dont le petit être humain se déploie sur cette incroyable première.

J’ai joué avec les images pour essayer de créer des duos, entre une forme et une autre, une couleur et une autre. L’idée est aussi de provoquer l’envie de questionner le hors-champ photographique et au final d’aller soi-même dehors caresser les feuilles ou observer la course des nuages. J’ai aussi photographié de manière répétée la nature, les collines qui entourent les maisons des bébés pour retrouver des éléments récurrents, retrouver leurs différents états et travailler la question du motif et de la transformation. Je voulais fixer différents états de la nature, de feuille, de floraison, du fruit. Ces images provoquent la discussion, des questions entre les parents et les enfants, créent des liens. en tout cas je l’espère)

Parlons de votre premier imagier photographique publié comme celui-ci aux (Grandes Personnes). Avez vous rencontré des difficultés à publier vos livres photographiques ? 

J’ai énormément de chance dans mon parcours professionnel parce qu’en essayant des choses je rencontre des gens à qui mes essais parlent et quicheminent avec moi. Tiens ! a été choisi par la ville de Grenoble pour être offert aux nouveaux nés. Naturellement je suis allé vers Les Grandes Personnes car j’avais repéré leurs lignes éditoriales. J’ai bénéficié d’une grande liberté et d’un grand accompagnement.

Le refus par rapport aux livres photos se situe ailleurs : il faut réfléchir à comment faire pour que des adultes acceptent que le livre photographique puisse être aussi bien que le livre illustré de dessins pour un enfant. J’ai reçu des retours extraordinaires des professionnels de la petite enfance sur mes livres photos. Mais en terme de ventes, c’est compliqué. Sur un salon du livre, les lecteurs se dirigent plus facilement vers mes autres livres. Pour autant il y a de plus en plus d attention porté au livre photo. Notamment grâce aux enfants, qui, eux, les choisissent sans hésiter.

Sur le site des (Grandes Personnes )

Merci Ramona !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Parole d’éditeur : David-Alexandre Guéniot, des éditions Ghost

La recherche en photolittérature pour la jeunesse c’est notamment découvrir et analyser des ouvrages qui font l’histoire passée et présente  de cette production, questionner ses créateurs, photographes, écrivains…. et éditeurs. Parole à David-Alexandre Guéniot, co-fondateur de la maison GHOST à Lisbonne.

Peut-on présenter rapidement votre maison d’édition ?

Elle a été créée en 2011 à Lisbonne par mon épouse Patricia Almeida, qui était photographe, et moi-même. Je viens plutôt de l’univers de la danse et de la chorégraphie. Ghost est l’acronyme de Guest et Host, manière de montrer la circularité de la position de l’auteur entre le photographe, l’écrivain, le designer, l’éditeur. Le livre est une réunion de plusieurs compétences et de plusieurs apports créatifs. Nous éditons des livres en lien avec la photographie et les arts visuels, notamment  la performance.

Quand vous recevez un projet photographique, qu’est-ce qui retient d’abord votre attention ?

Nous avons avant tout une pensée critique sur l’image, sur les modes de réception et de production d’une image photographique. Cela ne recouvre pas forcément une esthétique particulière. Nous avons une certaine défiance par rapport à la belle image ou à l’image impactante, esthétisante. Nous retenons plutôt des photographies qui intègrent à leur pratique une pensée critique de la représentation photographique.

Je publie deux ou trois projets par année et souvent il s’agit d’artistes que je connais depuis longtemps, avec lesquels il y a une confiance et qui connaissent ma conception du livre, d’une approche éditoriale active, peut-être intrusive pour certains. J’aime créer des livres qui sont  le résultat d’un processus éditorial, et non la production de décisions prises par l’auteur au préalable. J’entends l’édition comme un processus de création. Le plaisir que j’ai à éditer un livre, c’est la partie active de collaboration avec l’auteur, le designer.

Quelle est votre approche de la collaboration texte-image ?

Nous éditons plutôt des livres qui n’ont pas de texte. Il s’agit vraiment d’une réflexion autour de la narration visuelle et comment articuler un discours qui va passer par le montage d’images. Nous avons édité un livre de Catarina Botelho, À sombra do Sol [À l’ombre du Soleil] tiré de sa résidence au Cap vert. Elle y a photographié les rues désertes où  seuls sont présents  des chiens qui dorment. Ces images de chiens assoupis  collaborent avec des morceaux d’architecture. Nous avons intercalé des extraits de son  journal de création, réminiscences de moments de sa vie, comme une narration parallèle, à la manière d’un conte. Elle nous raconte avec cet assemblage son voyage dans un pays où le temps s’est arrêté, où la vie est occupée par des chiens. Les images se promènent sur la double page conçue comme un espace à occuper, à l’image de cette ville désertée. Elles sont toujours en mouvement.

Est-ce que les photographies de vos livres ont fait l’objet d’expositions ? Comment passe-t-on de la des murs à l’espace du livre ?

On n’en tient pas compte du tout. Il y a une autonomie du medium. Exposer, publier, ce ne sont pas les mêmes logiques. Dans un espace, il y a une dramaturgie de l’espace, une échelle qui tient compte de celle du corps humain en mouvement. lorsque l’on monte une exposition, on tient compte de la place de la porte, de la hauteur des murs, de la configuration de l’espace. On organise des itinéraires. Dans le livre, il y a d’autres conventions qui ne sont pas celles d’un espace architectural. La relation proposée au lecteur est aussi différente. Même si le corps du lecteur est toujours présent, il n’est pas dans la même relation physique avec les photographies. On prend en compte les conventions propres au livre en termes de séquençage, de rythme de lecture, d’effets de narration, de relation à l’objet, son format, la technique d’impression utilisée, le type de papier.    

Comment la production pour la jeunesse s’insère-t-elle dans votre production ?

C’est en devenant parents que nous avons eu la préoccupation de familiariser notre enfant à la photographie. Quand on pense la photo pour les enfants, il y a l’idée de remettre les choses à plat, d’explorer le degré  zéro de la photographie. Les enfants la découvrent. Il y a l ‘idée (utopique) que tout est possible. A travers la façon dont l’objet est pensé, on pense la réception du lecteur enfant. Je m’interroge beaucoup sur le fait que ce sont les adultes qui conçoivent des livres pour l’enfant alors qu’ils sont sortis de l’enfance. L’adulte projette énormément de choses de lui-même, alors que l’enfant n’a pas vraiment voix au chapitre. Pour résoudre ce dilemme j’ai eu envie de créer des livres jeux.

Nous avons d’abord publié Ollie Ollie Oxen Free – www.ghost.pt, dont le titre vient de l’expression populaire anglaise qui dit dans le jeu de cache-cache que les autres enfants peuvent sortir de leur cachette. Pour créer ce livre, j’ai joué avec mon fils et d’autres enfants dans des environnements domestiques. Ils se cachaient et je les prenais en photo. L’appareil avait la capacité à les capturer, à les figer. Le livre témoigne de ce jeu-là. Le livre est façonné de façon à ce que les enfants soient cachés dans le livre. Il présente des cachettes possibles, penderies, tables lits, et le lecteur doit trouver lui-même les enfants. Les pages sont reliées de façon à laisser un espace avec des enfants cachés.

J’ai réalisé un autre ouvrage inspiré de la façon dont mon fils s’installe pour jouer avec sa console de jeux portable. Je repensais à l’ouvrage de Munari et ses images de positions inconfortables provoquées par les chaises de designer. Seeking Comfort – www.ghost.pt est un peu un remake de cette plaisanterie de Munari sur l’inconfort des chaises. Mais c’est surtout la création d’une partition chorégraphique créée à partir de mouvements générés par un artefact technologique qui n’a pas pour but de créer du mouvement.

Seriez-vous tenté de développer une collection de livres pour enfants ?

A partir du moment où je reçois une proposition qui permet de penser un objet ou qui apporte une manière d’entrer une relation avec un contenu, cela m’intéresse toujours. Tout est possible dès  qu’on entre dans un dialogue critique sur la manière de créer pour l’enfant, de faire de la photo pour l’enfant. Il n y a pas de limite thématique.

Je n’aime pas trop l’idée de collection. Je préfère penser le livre comme une rencontre qui débouche sur une forme unique.

Quelle est selon vous la réception du livre photo pour enfants ?

C’est difficile. Il y a vraiment une tradition du livre pour enfant avec illustration. Le livre photo pour enfant est souvent mal compris. Il souffre de préjugés, liés à la façon dont les parents pensent la photo. Dès trois ans, l’enfant a un rapport au dessin plus direct, alors que la photo peut sembler imposée à l’enfant. Le dessin permet de partager un monde imaginaire de l’ordre de l’irréel, de l’immatériel, alors que la photo impose un effet de réalisme, restreint la capacité de naïveté. C’est une perception adulte de la photographie restreinte  par les adultes. J’ai l’impression (c’est plutôt une intuition) que les adultes invitent les enfants à partager un monde qui est contrôlé par le point de vue de l’adulte. André Bazin disait du cinéma qu’il “substitue à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs”, c’est la question que je me pose avec les livres photo pour enfants: Ne substituent-ils pas au regard de l’enfant un monde qui s’accorde aux désirs de l’adulte? Cela pose des questions non seulement esthétiques mais aussi éthiques et politiques sur la place de l’enfant dans la société, sur le statut de “sa minorité”, par exemple.

Qu’est-ce qui pourrait améliorer la vision des adultes à l’égard de cette production ?

Faire des workshops pour les familiariser à l’utilisation de la photo, installer la photo dans des schémas ludiques, former les parents eux-mêmes.

Est-ce que l’exposition peut être un moyen de vulgariser, de faire découvrir la photolittérature ?

Toutes les occasions sont bonnes pour montrer la richesse du livre photo pour enfants ainsi que tous les schémas narratifs que l’on peut inventer. J’ai monté une exposition à partir de ma collection à Lisbonne en 2015. J’avais envie de faire mieux connaître ces ouvrages. J’avais envie d’habituer les enfants à lire les photographies, les amener à collaborer, critiquer, jouer avec les images. Plusieurs animations étaient proposées. Cela a bien fonctionné.

Le site des éditions GHOST est à découvrir ici https://ghost.pt/About-1

Les images qui accompagnent cet entretien sont reproduites avec l’aimable autorisation des éditions Ghost et ne sont pas livres de droits.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Mes saisons, un imagier-balade photographique. Entretien avec Bernadette Gervais.

Depuis le début de mes recherches, je suis intriguée par le travail de Bernadette Gervais. J’ai longtemps cru que ses imagiers étaient photographiques tant ses dessins étaient hyper-réalistes. La parution de Mes saisons aux éditions (Les Grandes Personnes), un mixe de  dessins et de photographies en noir et blanc, autant de zooms sur des petites bêtes ou des fleurs et mis en page dans un imagier grand format, m’offre enfin l’occasion d’un entretien.

Bernadette Gervais, est-ce votre premier livre de photographies pour enfants ?

Non, j’ai réalisé l’imagier  Légumes, chez Albin Michel avec Hélène Vincent. 

Quel est votre rapport à la photographie ?

La photographies est apparue dans une période compliquée de ma vie, il y a une dizaine d’années. Elle a fonctionné comme un échappatoire pour moi. Je partais dans la campagne et je photographiais la nature, avec un petit appareil photo. Je n’avais pas et je n’ai toujours pas d’appareil professionnel. A partir de ce moment-là c’est devenu presque obsessionnel ! J’ai toujours un petit appareil avec moi. Je prends des photos tout le temps. 

Avez-vous des maîtres en photographie ?

Il y a des photographes qui m’ont influencée, dont Adget ou Sudek. Ce que j’aime en photographie, c’est le noir et blanc. Leur manière de créer est très émotive et sensuelle. Ils jouent avec la lumière et je trouve cela émouvant. Karl Blossfeldt me plaît énormément avec ses photographies de végétaux. Lors d’une residence au Père Castor, j’ai découvert la série du Montreur d’images et j’ai été séduite à la foi par les photographies et l’intention pédagogique. C’est à partir de cela que j’ai eu envie de faire intervenir la photographie dans un imagier pour enfants. J’ai découvert en bouquinerie de très beaux livres comme ceux d’Ylla et celui de Doisneau Compter en s’amusant.

Parlons de Mes saisons. Quelle a été votre méthode ? Avez-vous établi une liste d’éléments de la nature à ne pas oublier  ? 

Il n’est pas simple de parler de mon organisation. Je réfléchis beaucoup en amont sans faire de projet papier. Quand j’ai décidé d’utiliser des photos noir et blanc et des dessins, j’ai construit mon livre. J’ai organisé le livre sur cette collaboration dessins/images. Chaque double page accueille une photographie et son dessin correspondant, en miroir. J’ai été guidée par mon stock de photographies de la nature emmagasinées depuis des années. Je tenais à utiliser certaines photographies, comme celle du paysage dans le brouillard et elles m’ont aidée à construire le livre. 

Cercope, Clytre, Sympétrome, Tétragnathe, Argiope, certains noms sont bien compliqués. Avez-vous une formation de biologiste ? Et ne craignez-vous pas les difficultés de prononciation ?

J’ai un amour de la nature qui me vient des balades dans la nature avec mon père. On observait tout. J’avais envie de recréer une balade dans la nature, avec des zooms. Quand on se balade on voit des éléments qu’on ne connaît pas et j’avais envie de faire figurer dans mon ouvrage des choses inconnues. Tout le monde connaît le Coquelicot mais peu de gens savent nommer la Silène enflée. C’est vraiment une fleur que l’on rencontre régulièrement tout le temps et j’avais envie de la mettre dans le livre. Les enfants retiennent des choses imprononçables tout le temps et je ne pense pas que les noms scientifiques les dérangent.

Comment faites-vous pour être si précise même avec vos animaux au pochoir ? 

Quand j’interviens dans les classes et que je montre Les choses qui piquent, il y a une guêpe. Les enfants me disent tout le temps “abeille”. J’avais donc envie d’une page qui détaille bien ces insectes différents mais très courants. Je recherche de la documentation sur internet pour pouvoir faire des dessins très précis. 

N’êtes vous jamais frustrée de ne pas expliquer davantage ? 

Non, je suis vraiment dans la création d’un imagier. Il s’agit de regarder et de nommer les choses. Ce n’est pas un documentaire. J’étais très frustrée de m’être limitée par contre ! J’avais beaucoup de matière et le choix a été difficile.  J’en fais tellement ! Je peux photographier douze fois un champignon et avoir du mal à choisir la bonne. 

Mes saisons est-il différent de vos précédents imagiers ? 

Ils sont bien différents. Le premier était d’inspiration conventionnelle et j’avais envie de rompre avec cet aspect conventionnel en travaillant le graphisme. Pour le suivant j’avais envie de présenter des objets et j’ai rassemblé des choses improbables dans un classement rigolo et poétique. Pour celui-ci je voulais un imagier-balade, très narratif. 

A l’occasion de vos prises de vue, avez-vous constaté que la nature évoluait ?

J’ai trouvé beaucoup de coquelicots ce qui m’a rassurée. J’étais dans des coins de nature assez fantastique et je ne me suis pas dit qu’elle souffrait. 

Travaillerez-vous de nouveau avec les photos ?

Je vais faire un jeu de loto, avec dessins et photos, sur les chiffres. Je l’espère très graphique et c’est un projet qui m’emballe. Maintenant je compte les choses tout le temps ! Dernièrement, j’ai photographié un paquet avec six œufs pour le chiffre six.

Du noir et blanc encore ? 

Oui ! La couleur, je la réserve pour le dessin. Je trouve que le contraste entre photographies en noir et blanc et dessins en couleurs fonctionne très bien. 

Bernadette Gervais sur le site des (Grandes Personnes) 

https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/gervais/

Les photographies de cet entretien ne sont pas libres de droit. Leur reproduction est autorisée par les éditions des (Grandes Personnes).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Découvrir la photographie à l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France. Entretien avec Alice Rougeulle.

Nous poursuivons notre enquête sur les lieux de transmission de l’art photographique, avec une interview d’Alice Rougeulle, médiatrice à l’Institut pour la photographie des  Hauts-de-France .

Présentez-nous l’Institut pour la photographie.

Il a été créé en 2018. Il est né de la volonté de la région Hauts de France de doter le territoire d’un lieu dédié à l’image, en lien avec les questions d’enjeux sociaux que l’image représente. La région a travaillé avec les Rencontres d’Arles afin de définir au mieux les missions d’un nouveau lieu dédié à la photographie. L’institut a cinq grandes missions. D’abord, celle de la conservation. Il n’y a pas de collections permanentes mais nous accueillons des fonds d’archives de photographes. Il y a ensuite une mission de diffusion, qui passe par les expositions sur toute la région. La question de la recherche et de la création est le troisième point : nous accordons quatre bourses par an. Les deux dernières missions sont liées à votre sujet de recherche : le livre photographique et la transmission artistique et culturelle. Notre bibliothèque est bien fournie et s’est enrichie  à partir de dons de collectionneurs. 

Je travaille à l’Institut depuis cinq ans. Je ne viens pas de la photographie mais du spectacle vivant. Je travaillais dans la médiation liée à la danse contemporaine. Quand les premiers postes ont été proposés à l’Institut, j’y ai vu une façon d’explorer d’autres chemins, d’autres questionnements. Je m’occupe du volet transmission culturelle qui s’adresse à de multiples publics. Il s’agit de développer les liens avec différents secteurs, de développer des outils autour de la photo, de coordonner les visites et ateliers pendant notre programmation. La micro-édition y a une place particulière. 

A qui transmettez-vous la photographie et comment vous adressez-vous aux enfants ? 

On travaille beaucoup avec des écoles. Notre enjeu est d’éveiller les enfants à la lecture des images, pas à apprendre à faire des photos. Il s’agit de réfléchir aux images que l’on voit, de développer l’imaginaire en lien avec ces images, de travailler sur l’interprétation qu’on en fait. J’insiste beaucoup sur la lecture de l’image. Cela en passe par des visites d’expos, mais aussi par les ateliers et jeux de société autour des images, notamment avec les livres photos de la section jeunesse de notre bibliothèque. Nous n’utilisons pas des livres spécifiquement destinés aux enfants. Nous explorons tous les livres photos. Nous questionnons la mise en page, le papier, et nous envisageons le livre comme un tout. Quand nous organisons un atelier dans la bibliothèque, nous sélectionnons une trentaine d’ouvrages que l’on feuillette. Je demande aux enfants de s’arrêter sur une image qui leur parle en particulier et qui leur permet  de se présenter, d’évoquer un souvenir, une émotion du moment. Le livre permet de parler de soi avec les images des autres. Ils cherchent, fouillent, tournent les pages et il y a une dimension physique de rapport au livre dans ces moments-là.

Leur proposez-vous d’autres thématiques ? Découvrent-ils des livres anciens ?

Les enfants explorent d’autres thèmes après cette séance de présentation. Ils prennent ainsi conscience de la diversité des formes esthétiques que peuvent prendre les photos : documentaires, fictionnelles,  retravaillées. Concernant la vieille photographie, nous avons peu de livres anciens accessibles. Nous achetons des photographies vernaculaires en vrac pour qu’ils les manipulent et s’expriment à leur contact. Parfois c’est la première fois qu’ils sont en contact avec ces photographies en noir et blanc aux bords dentelés.

Nous leur proposons aussi des ateliers de cyanotype, des ateliers de photographie tactile où ils traduisent des photos par des matières. Ils peuvent aussi travailler avec des appareils numériques sur un sujet donné. Nous avons beaucoup, beaucoup de projets et propositions chaque année.

Rencontrent-ils des auteurs ?

Assez peu. Sauf si on travaille avec un photographe. Nous avons travaillé avec Jean-Michel André après l’ouvrage Border publié chez Actes sud. Il y a eu atelier d’écriture et atelier de prise de vue puis réalisation d’une micro édition. 

Parlez-vous d’histoire de la photographie ? Connaissent-ils de grands noms de la photo ? 

La manipulation de livres photos est l’occasion de les découvrir. Si on travaille sur l’enfance, on ira chercher des photographies de Doisneau ou de Boubat, mais si on travaille sur le développement durable, il faudra leur présenter d’autres photographes. Nous ne leur présentons pas ce qui serait une sorte de synthèse d’histoire de la photo. Si nous travaillons sur un thème, nous découvrons des auteurs qui ont travaillé sur cette question-là. 

Les enfants qui viennent sont ils vierges de tout bagage photographique ? 

Ils ne sont pas vierges de tout bagage, mais leur approche passe en fait par le smartphone. On a beau voir des images partout tout le temps, ils sont quand même intéressés. En fait, dès qu’il y a une image, elles continuent de susciter de l’intérêt. Le livre photo convient assez bien aux enfants allophones, parce que la photo fonctionne comme un langage universel. 

Quel bilan tirez-vous de ces quelques années de médiation ?

Le bilan est positif mais il reste beaucoup à faire. Ce qui est très intéressant dans le fait de travailler avec des enfants ou des adolescents, c’est que cela nous permet de nous rendre compte qu’il y a toujours des lectures multiples d’une image et que nous les adultes avons beaucoup à apprendre de la façon dont les enfants voient les images. La photographie permet une réciprocité des savoirs. 

Quels sont les projets en cours avec vos jeunes publics ? 

Nous construisons actuellement un atelier qui mettra en lien jeunes visiteurs et résidents d’un Ehpad. Nous avons aussi le dispositif “les classes cultures” qui offre à une classe de passer une semaine dans un musée. Les élèves découvrent la structure, ses métiers, vont travailler avec une photographe, vont explorer la bibliothèque. 

Il y a aussi des formations proposées aux enseignants sur leur temps de vacances, complétées de projets mis en place avec leur classe. 

Merci Alice Rougeulle ! 

Lien vers l’institut https://www.institut-photo.com/

Les photographies de cet entretien sont la propriété de l’Institut de la photographie de Lille et ne peuvent être utilisées sans son accord. 

Murmures… avec Lucie Albon

“Je vous transfère ce mail qui peut vous intéresser” m’écrivait il y a quelques semaines Raphaële Botte, au-dessus de l’annonce de la parution de Murmures aux éditions Le diplodocus.

En forme de mise en bouche, la phrase “La ville affiche sa liberté et sa poésie dans un album photo de collages géants” voisinait avec des double-pages extraites de l’album. La rentrée 2023 s’annonçait photolittéraire. 

Rencontre avec Lucie Albon. 

Quelle est votre profession Lucie Albon ?

Je me présente comme autrice-illustratrice mais j’ai pas mal de casquettes : je fais de la fresque également et j’explore tout ce qui touche à la création.

J’ai conçu mes premières maquettes d’album jeunesse lorsque j’avais quinze ans et la première fois que je suis allée voir un éditeur jeunesse, j’en avais seize.  C’était un livre avec du papier déchiré. Il n’a pas été retenu car l’éditeur cherchait de l’aquarelle. Mais cela m’a plu d aller au bout de la démarche de création d’un livre pour enfants.

Et quel est votre premier ouvrage édité ?

C’était de la photo ! Un lapin dans la main en 2000. Il s’agissait de photographies de mes mains. Je peignais sur mes doigts et je me servais de mes mains un peu comme de marionnettes. Il fallait que je gère la photo, la lumière et mes mains. On était en argentique à l’époque et j’ai beaucoup recommencé parce que, quand je recevais mes photos, ce n’était pas exactement ce que je voulais. Il fallait souvent tout refaire. J’avais une idée très précise de ce que je voulais obtenir. J’ai beaucoup appris sur la technique photographie à ce moment là.

Quelle est votre relation à la photographie ?

Enfant, je faisais de la photo en noir et blanc avec les appareils de mon papa et également de la peinture en parallèle. Mais je ne me suis jamais dit que j’allais être photographe. J’aimais toutefois jouer avec les cadrages et  les contrastes.

Est-ce que vos ouvrages photographiques ont toujours reçu un bon accueil par les éditeurs à qui vous les proposiez ?

Oui, mais sans doute parce que je photographiais de l’illustration. Ma main était un volume. Je composais une saynète, un peu comme un théâtre. Les images étaient dessinées sur mes mains et je les prenais en photo. 

Par la suite, j’ai réalisé un livre de coloriage. Quand je fais des grands dessins dans la rue, ils interagissent avec le lieu, avec les gens. La photographie est idéale pour  fixer dans la mémoire ces dessins réalisés au papier collé et qui sont éphémères. Plusieurs fois, mes créations ont été gribouillées, peintes, coloriées. Cela m’a donné l’idée de créer un livre de coloriages à partir de ces grands dessins sur les murs. Il s’appelle Des villes à colorier chez Le diplodocus. (Image ci-dessus)

Comment définiriez-vous votre univers créatif ?

Toujours un peu mélangé et curieux. Je compose actuellement des livres avec des reflets et des miroirs. C’est le cas du prochain chez Albin Michel. J’en ai fait beaucoup avec ce principe de prolongement d’une page sur l’autre par le biais du reflet. C’est souvent par la manipulation, l’expérimentation que j’avance avec une technique. J’aime explorer tout ce qui existe, sans être attachée à l’une ou l’autre en particulier. On peut dire que la main a occupé un long moment mon univers. Il y a eu les mains peintes, les empreintes de la main. J’essaye aussi de faire un livre en céramique. J’ai également créer des ouvrages de bande dessinée en carte à gratter. La photo est un outil parmi les autres outils.

Parlons du dernier livre, de son aventure, de votre collaboration avec un photographe.

Les photographies de Murmures sont signées Matthieu Perret. Elles ne reflètent pas forcément l’étendue ni la beauté de son travail car elles sont très didactiques. Pour l’album, elles montrent, de façon neutre, et laissent le personnage dessiné sur les murs prendre la place. Très souvent j’aide Matthieu sur ses prises de vue et il m’aide sur mes projets. On a énormément d’échanges. Il a aussi une carrière en photographie et en vidéo.

Murmures est né d’une rencontre avec l’auteur Thomas Scotto  sur un salon. Nous avons beaucoup aimé nos univers respectifs et décidé de faire un ouvrage ensemble, Nous avions envie d’un ouvrage à partir des images que je réalise pour la rue. A cause du confinement, nous avons travaillé d’une drôle de façon. J’ai créé mon histoire de mon côté, en repérant des murs dans la ville de Lyon avec Matthieu Perret. J’ai posé mes personnages sur ces espaces. Je ne lui ai pas donné à lire immédiatement mon histoire. Matthieu l’a prise en photo et c’est cette matière qui a été confiée à Thomas. Il en a fait une histoire complètement différente de celle que j’avais imaginée. Pour moi c’était l’histoire d’un personnage qui s’émancipe, sort des murs, est accepté comme art et retourne en galerie. Une allégorie du Steet Art. Thomas en a fait une histoire poétique, une quête plutôt. 

En avez-vous terminé avec la photographie ? 

Non, j’y ai à peine touché ! Je connais le travail de François Delebecque et de Mathieu Saintier, qui ont réalisé des ouvrages photographiques pour les tout-petits. Grâce à votre travail, je découvre petit à petit beaucoup d’autres jolies choses sur le livre photographique !
 
 Avec Matthieu Perret nous réfléchissons depuis plusieurs années à croiser nos univers (photo /illustration).
 

Merci Lucie ! 

Le site de Lucie Albon c’est ici https://www.luciealbon.net/-livres-

Celui des éditions Le Diplodocus est là https://www.le-diplodocus.fr/auteur/lucie-albon

Les photographies de cet entretien sont extraites de Des villes  colorier  et de Murmures et ne sont pas libres de droit. Elles sont reproduites avec l’accord de l’artiste. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 

Dans l’atelier d’Aude Léonard

Le jeu du Qui Tu Fus / poèmes de David Dumortier / éditions møtus / 2024 . 

(Les images qui illustrent cet entretien sont publiées avec l’autorisation d’Aude Léonard et ne sont pas libres de droits)

Avant l’été, les éditions MeMo reçurent un mail de protestation signé Aude Léonard. La monographie 150 ans de photolittérature pour les enfants avait négligé de signaler la contribution de la  maison d’édition møtus à l’histoire de la photolittérature jeunesse.

Cette erreur nous permet aujourd’hui de découvrir avec bonheur le travail de la photographe Aude Léonard. 

Aude Léonard, quel est votre parcours ?

Mon entrée dans la filière artistique s’est faite par les arts appliqués : un baccalauréat STI AA à Saint-Etienne, puis un BTS communication visuelle à Besançon. J’aurais adoré fréquenter les grandes écoles d’art comme les arts décoratifs ou les écoles publiques parisiennes, je n’ai pas eu ce privilège, alors j’ai pris les chemins buissonniers. Je n’ai pas étudié la photographie, mais après Besançon, j’ai passé un an aux beaux-arts d’Epinal, et c’est là que je me suis mise à passer de plus en plus de temps au sous-sol, dans le labo-photo.

Comment êtes-vous venue à la littérature de jeunesse ?

À la fin du BTS, même si j’avais pris plaisir à explorer les différents champs de la communication (graphisme, publicité,…) j’ai ressenti la frustration de m’être trop éloignée d’une pratique artistique manuelle, tangible. J’avais envie de dessiner davantage. J’aimais la photographie, la magie du labo car à cette époque on utilisait encore du matériel argentique, mais à aucun moment je n’ai imaginé que je ferai de la photographie mon métier. Cette quête de matérialité m’a conduite au livre. Le livre est devenu objet de désir, et être « illustratrice jeunesse » le rêve à réaliser. Le moment décisif a été la rencontre avec François David, fondateur des éditions Møtus. En découvrant les livres publiés par Møtus, j’ai immédiatement eu un sentiment d’appartenance. J’ai eu le bonheur de signer un premier contrat. Et c’est par la poésie que je suis venue à la littérature jeunesse.

Quelle est la place de la photographie dans votre création ? Dans vos ouvrages ?

Mon médium artistique est la photographie. Mais je me définis plus facilement comme illustratrice que comme photographe, même si j’ai toujours du mal à assumer l’un ou l’autre statut. Pour moi la photographie véhicule encore la nécessité d’une technicité que je n’ai pas. Et quand je me place du côté de l’illustration, j’éprouve le syndrome de l’imposteur lorsque je dois « avouer » que je travaille avec de la photographie ! Ce qui m’a fait douter de ma légitimité d’illustratrice au début, c’est l’absence d’ « originaux » : pas de belles encres ou gouaches à exposer ! Depuis, le numérique ayant permis de tout dématérialiser, les codes ont changé. Mais il y a dix-sept ans, lorsque j’ai commencé à bricoler des images numériquement, l’argentique devenant trop chronophage et onéreux, il était important pour moi de conserver une étape artisanale : je reproduisais mes photos-montages numériques par contact, en argentique; j’obtenais des tirages « uniques », numérotés.

Par ailleurs, je dessine un peu, et dans mon plus récent projet, j’ai intégré du dessin, pour les éléments que je ne pouvais pas photographier (un mammouth par exemple). Mais mon matériau est le réel. Que je transforme, certes. C’est une photographie très travaillée, composée, au moyen de mises en scène et de montages. Je réalise toutes les prises de vues. Et comme j’aime le dire aux enfants, les personnages de mes images sont de vrais gens.

Dernièrement j’ai fait évoluer mon processus de mise en scène vers le pop-up, une technique qui me permet d’installer mes sujets photographiés dans un espace tridimensionnel. Je manipule des photos, mais aussi du papier ; ça répond à mon besoin de matérialité.

Le jeu du Qui Tu Fus / poèmes de David Dumortier / éditions møtus / 2024

Qui sont les grands maîtres qui vous inspirent ? Vous sentez-vous proche d’un photographe en particulier ?

Je n’ai pas une grande culture photographique mais je me souviens avoir été très émue en découvrant le travail de Sarah Moon, particulièrement ses adaptations de contes populaires, dans lesquelles elle mêle images fixes et vidéo, et propose un regard singulier loin des versions édulcorées habituelles. Je pense que les images de Jan Saudek m’ont beaucoup influencée : la composition frontale, la théâtralisation des mises en scène avec un arrière-plan réduit souvent à un mur, une fenêtre : un décor rudimentaire mais très expressif, dont il a fait de multiples variations. Et puis il y a Gilbert Garcin : son travail me touche car il se met en scène dans ses photographies, ainsi que sa femme, et je me retrouve dans cette intimité-là, cette économie de moyen. Ses images sont d’une efficacité redoutable, et tellement drôles !

Comment définiriez-vous votre univers créatif ?

Poétique par définition car j’ai illustré plusieurs recueils de poèmes. C’est très agréable pour moi d’illustrer de la poésie. Il y a beaucoup d’espace pour les images.

On peut aussi définir mon univers comme onirique puisque je transforme le réel, comme si je matérialisais un songe.

Pour moi, il est surtout intimiste, car j’ai toujours travaillé avec des moyens modestes, photographiant mon environnement, mes proches, mes objets. Je me suis beaucoup mise en scène, costumée, jouant tous les rôles. Ma pratique est assez théâtrale. Le spectacle vivant me nourrit. L’atmosphère de mes images est un peu désuète.

Le sous-marin de papier / poèmes de Werner Lambersy / éditions møtus / 2017 https://editions-motus.com/produit/le-sous-marin-de-papier/

En général, vos images viennent-elles avant ou après les mots ? Quelle est la part de co-création avec les écrivains ?

Tout dépend de s’il s’agit d’une commande. Dans ce cas, les mots préexistent, et je procède comme un dessinateur, je fais des esquisses. Puis comme un metteur en scène ou un décorateur, je collecte ce dont j’ai besoin : accessoires, costumes, etc. Puis je réalise des prises de vues. Et pendant ce temps-là, je ne suis pas en relation avec les auteurs des textes. À l’exception des binômes qui ont l’habitude de travailler à quatre mains, dans le monde de l’édition jeunesse la coutume veut que ce soit l’éditeur qui choisisse l’illustrateur d’un texte dont il a acquis les droits. L’auteur du texte n’a pas vraiment droit de regard. On peut questionner cette pratique… Mon constat, c’est qu’un bon éditeur saura trouver l’accord parfait. Et généralement, même si je peux me sentir un peu fébrile, c’est toujours une joie lorsque les images sont dévoilées à l’auteur.

J’ai ressenti l’envie d’écrire mes propres textes.

Comme alors il ne s’agit plus de commandes, c’est l’image qui vient en premier. J’ai de cette façon réalisé plusieurs séries, qui auraient pu devenir des livres si elles avaient fait l’objet de contrats d’édition. Pour l’heure elles ont plutôt été destinées à l’accrochage, pour des expositions.

Et finalement, les textes qui naissent d’une véritable nécessité intérieure, je me suis rendue compte que je ne me sentais pas forcément capable de les illustrer moi-même. J’ai sans doute besoin qu’ils m’échappent. Très vite, en écrivant, d’autres univers graphiques que le mien m’ont entêtée. C’est une sensation étonnante.

Avez-vous rencontré des difficultés à vous faire publier ? Quel est votre regard sur la place actuelle de la production photolittéraire ?

Je n’ai pas eu de difficultés à publier un premier ouvrage car j’ai eu la chance de faire la bonne rencontre au bon moment. En revanche, il m’a été difficile de convaincre d’autres éditeurs par la suite. J’ai perçu de la frilosité vis à vis de la photographie, notamment d’une photographie créative, de fiction, que j’oppose à une photographie documentaire, « d’inventaire ». La photographie a sa place dans les imagiers, et il en existe de très beaux, mais en dehors de cette catégorie de livres, elle est rare, en tous cas depuis quelques décennies. Ayant beaucoup travaillé en noir et blanc, j’ai rencontré une difficulté supplémentaire.

Je regrette que la photographie n’occupe pas davantage de place dans la production littéraire aujourd’hui, car j’aime la photographie, tout simplement. Néanmoins, sa rareté la rend précieuse, et j’aime l’idée d’avoir une pratique singulière.

Le parapluie de monsieur Roland / texte d’Ariane Duclert / éditions La marmite à mots / 2016 https://www.la-marmite-a-mots.fr/nos-albums/le-fil-d-ariane-d%C3%A8s-6-ans/le-parapluie-de-monsieur-roland/

A quelle occasion rencontrez-vous votre public ? Quel est en général sa réaction face à la présence de photographies ? Réalisent-ils immédiatement qu’il s’agit de photographies ?

Je rencontre mon public lors de salons du livre jeunesse, d’expositions, ou lors d’ateliers avec des enfants. Avec les enfants il est très intéressant de questionner leur interprétation des images, leur relation à la photographie ou au dessin, leur compréhension des processus de fabrication. Peut-être qu’au premier regard, pour un enfant d’aujourd’hui, la photographie, banalisée par l’usage du smartphone, n’est pas aussi séduisante qu’un dessin. Mais dès lors qu’on propose un récit, qu’on suggère qu’il pourrait jouer le personnage de l’histoire, et qu’on expérimente le collage, la photographie devient attractive pour l’enfant. Et il est important d’être sensibilisé à la lecture des images.

Pour le regard des adultes, mes images sont ambiguës. Ils ne comprennent pas toujours s’ils voient du dessin ou de la photographie. Ils sont déstabilisés parce que ce n’est pas de la photographie brute. Et le plus difficile, c’est lorsque je dois expliquer mon travail sans pouvoir le montrer ! Mais au bout du compte, je pense pouvoir dire que mes images ont rencontré leur public, peu importe que ce soit dans le champ de l’illustration ou de la photographie.

MAQUETTES POP-UP / Le jeu du Qui Tu Fus / poèmes de David Dumortier / éditions møtus / 2024

Voulez-vous nous présenter votre dernier ouvrage et l’usage que vous faites de la photographie ?

Mon dernier ouvrage est une nouvelle collaboration avec les éditions Møtus. J’ai illustré des poèmes de David Dumortier qui vont être publiés sous la forme d’un jeu de cartes, dans un joli étui, avec pour titre Le jeu du Qui Tu Fus. C’est un projet qui fait suite au Jeu de la bonne aventure (2014, même auteur, même éditeur), dont je n’avais fait que l’habillage graphique. Là, il y aura trente-trois cartes illustrées.

Pour ce projet, en couleur, et toujours en photographie, j’ai exploré le volume. J’ai fabriqué trente-trois petites maquettes en pop-up. La technique du pop-up me permet de mettre en scène des photographies découpées. Ces pop-up, que l’on peut définir comme mes « originaux », je les re-photographie, et ce sont des images en 2D qui seront imprimées. L’intérêt, c’est que la gestion des ombres, de la profondeur de champ, se fait naturellement. Ça revient à faire du photo-montage manuel. Et surtout, j’ai pris beaucoup de plaisir à manipuler le papier. Les étapes successives de prises de vues et d’impressions, en altérant légèrement la définition de l’image, donnent un grain singulier aux images définitives. Le rendu est doux.

C’est donc un travail méticuleux, très long. Pendant la réalisation, j’avais à l’esprit et à cœur d’en faire un objet de transmission : je pense qu’il y aura de multiples façons de partager cela avec des enfants, jeunes et vieux.

Pour les personnages, ça a été une petite entreprise familiale, j’ai sollicité mes enfants. Il est important pour moi de mêler ce quotidien familial à mon activité professionnelle, car être artiste et femme et mère demeure une lutte de chaque jour. Il est impossible de cloisonner. L’usage de la photographie pose la question du droit à l’image, et du consentement. C’est pourquoi pendant longtemps, mon propre corps a été le matériau le plus accessible. Aujourd’hui, avoir des enfants dans mon environnement simplifie les choses. Mais je veille à user de leur image avec délicatesse. Les personnages sont pudiques. Souvent grimés, masqués pour ce projet-ci.

Lisiez-vous des ouvrages photo-illustrés quand vous étiez enfant ?

Et bien, pas vraiment à priori. Il y avait peu d’albums illustrés chez moi.

Par contre, j’ai lu pas mal de presse jeunesse, et de mémoire, la photo documentaire avait la part belle. Je me souviens de beaux reportages photographiques dans Images Doc, que d’ailleurs je prenais plaisir à découper pour les mises en pages de magazines de ma création, auxquels j’abonnais clandestinement ma sœur cadette !

Et pour l’anecdote, je fabriquais aussi des roman-photos en découpant les poupées dans les catalogues de jouets de grands magasins.

Merci Aude !

Aude Léonard / / / illustratrice-photographe (audeleonard.fr)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Ouvre-Toi, dernier né du tandem Theresa Bronn et Susie Morgenstern

Ouvre-toi (editions-du-jasmin.com)

Ouvre-toi est le dernier ouvrage né de la collaboration entre  Susie Morgenstern et Theresa Bronn, après Pas de bol ! (Actes Sud, 20014) https://miniphlit.hypotheses.org/840,  Pas ! (Le Rouergue, 2003), Confessions d’une grosse patate, (La Martinière, 2003) et L’agenda de l’apprenti écrivain (La Martinière, 2005).

Comme d’autres imagiers avant lui, il invite le jeune lecteur à être attentif au monde qui l’entoure grâce à ses cinq sens, au jeu et … à l’image photographique. Celle-ci est  omniprésente, au recto et verso de la couverture, sur les pages de garde, sur la “belle page”, sous les rabats des pages de gauche, imprimée en pleine page ou en petits carrés juxtaposés. Il s’agit d’une photographie pure, libérée des graphismes  et autres petits personnages dessinés comme dans Pas de Bol !. Elle est mise en valeur par les couleurs chaudes qui lui sont juxtaposées en page de gauche.  

Cet album se veut interactif. Dès le seuil, la couverture invite le jeune lecteur à deviner ce qu’il y a derrière elle, avec ses mains qui cachent les yeux sans vraiment le vouloir, cette tête à peine dissimulée derrière un rocher, ces multiples paires d’yeux enfantins qui fixent le lecteur et ce titre qui semble plutôt signifier “Ouvre-moi’. Dans le corps de l’ouvrage, les vers de la comptine Ouvre-Toi, signée Susie Morgenstern, sont imprimés  sur des rabats.  Ils sont illustrés en page de droite par des portraits en noir et blanc d’enfants, photographiés en très gros plans, qui correspondent à la partie du corps mentionnée dans chaque vers : yeux, nez, dents, mains… Obéissant aux injonctions du poème, le lecteur soulève  le rabat coloré pour découvrir de très belles images en couleurs et la seconde partie de la phrase : nuages dans le ciel,  abeille qui butine, clochettes de muguet, tartine de miel, poussins, enfants rieurs…

Entretien avec la photographe. 

Qui êtes-vous Theresa Bronn ?

Je suis illustratrice-photographe. Je fais de la littérature jeunesse depuis ma sortie des Arts décoratifs en 2000. J’ai publié une quinzaine d’ouvrages pour la jeunesse, dont Vivre chocolat et Le coquillage qui n’aimait pas la mer pour les éditions du Jasmin. La plupart de mes livres ont un lien avec la photographie, qu’elle soit toute petite, en couverture ou en pleine page. 

Quand donc est né le projet Ouvre-Toi ?

Cela date ! Je crois que c’était un peu avant le Covid. Susie m’a envoyé  son journal intime quotidien et il y avait ce texte à la fin.  Susie écrit toujours des poèmes à la fin de son journal. J’ai été séduite et lui ai proposé de réfléchir à un projet en lien avec ce poème pour enfant. Le texte n’était pas rimé à l’origine et l’éditeur nous a suggéré cette modification. Une fois les images réalisées, nous avons encore transformé le texte, car certains vers ne donnaient rien en images. Le poème a été ainsi modifié plusieurs fois. 

A l’origine, les rabats étaient différents également. Ils avaient la forme des parties du visage évoquées dans le poème. Cela n’a pas plu aux éditeurs car cela pouvait sembler brutal pour des jeunes lecteurs. Je tenais absolument aux rabats qui correspondent tout à fait à l’idée de cache-cache et de dévoilement évoqués dans le poème. 

Qui sont les enfants photographiés ? Comment les avez-vous choisis ?

Mes modèles viennent d’un peu partout. J’ai photographié des enfants lors d’interventions en classe, mais aussi dans les centres de loisirs dans mon quartier. J’ai été aidée par tout un réseau d’intervenants culturels. Il y a aussi des membres de ma famille, des photos de mes filles petites. Le choix des images respecte une mixité de genres et d’origines afin de toucher tout le monde.

Les autorisations parentales pour pouvoir imprimer ces photos ont été très longues à obtenir, ce qui a aussi retardé la publication de cet ouvrage. Pour le réaliser, j’ai pris des centaines de photographies. J’ai sollicité les autorisations de publication dès le départ, pour éviter tout problème de droit à l’image, même pour une simple oreille. 

Pour certaines photos, j’ai guidé et imposé des attitudes. J’avais dessiné quelques schémas de ce que je voulais et dressé une liste des différentes parties du corps à photographier. Pour d’autres images, je les ai laissés libres de prendre les poses qu’ils voulaient et certains ont eu de super idées. J’ai ensuite choisi les images, et quand j’avais un doute, une hésitation entre deux photographies, je les soumettais à Susie et Saad, notre éditeur.

Les photographies des parties du corps sont en noir et blanc et les photographies à l’intérieur sont en couleur. Pourquoi ce choix ? 

J’adore la photo en noir et blanc et je trouve que les photos de la peau sont plus intéressantes ainsi. Je voulais également que le regard se porte sur la partie du corps photographié et ne se focalise pas sur la couleur. Par contre, quand on ouvre le rabat, l’enfant est surpris par la présence de celle-ci. Elle exprime l’ampleur de ce qu’il y a à voir. 

Quelle est donc selon toi la finalité de cet album ? 

Comme l’indique le titre, les enfants sont invités à ouvrir leurs cinq sens. Il faut qu’ils soient attentifs au monde qui les entoure. La photographie les oblige à regarder la vraie vie. 

Les enfants photographiés vont-ils voir le livre ? 

Bien sûr !  Dès qu’on peut on organisera dans le quartier un moment de découverte des photographies, pas seulement celles du livre, mais toutes les photographies que j’ai prises. 

Quels sont vos projets à venir ? 

Je finis un autre livre avec Susie. Son décor est celui de Nice et il met en scène un Père Noël qui vient prendre du repos dans le sud. La maquette était totalement photographique au début mais, à la demande de l’éditeur, il a évolué vers beaucoup plus de  dessins. Aujourd’hui il ne reste que trois photographies. Il sera prêt pour le salon du livre de Saint Laurent du Var.

Avez-vous trouvé difficile de faire publier des livres photos ? 

Oui ! et le  livre dont je viens de parler en est encore un exemple ! Mais j’y tiens beaucoup et j’ai d’autres projets.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Secrets d’Histoire : dans les coulisses de Mimi, Princesse rebelle

Mimi , Pierre-Jacques Ober, Jeunesse | Editions Seuil Jeunesse

Et voici le nouvel ouvrage du tandem Pierre-Jacques et Jules Ober !

Après avoir évoqué les malheurs de Pierre, jeune soldat de l’armée française dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, puis décrit l’enfance sous l’occupation de la petite Jacqueline, voici narrées, dans un format vertical, les aventures de la princesse Mimi, sœur de la future reine Marie-Antoinette et féministe du XVIIIe siècle au caractère bien trempé.

Au soir d’une rencontre avec la Mort, la princesse Marie-Christine Jeanne Joseph Antoinette d’Autriche voit sa vie défiler devant ses yeux : son refus du mariage arrangé et son union par amour, son goût pour les études, la philosophie et l’écriture, son rejet de la cour et de l’étiquette, son empathie pour les moins fortunés, ses fonctions de colonel dans l’armée autrichienne… C’est la mort qui parle et sous nos yeux défilent en images séquentielles, gros plans sur des visages, plans resserrés sur des scènes de cour ou de bataille, des épisodes de la vie de Mimi. 

Comme pour Petit soldat et Jacqueline, Pierre-Jacques Ober s’est minutieusement documenté pour connaître la vie de la vraie princesse et intégrer dans ses petits tableaux des détails tout à fait historiques. Comme dans les précédents volumes, l’objectif de Jules Ober fait mouche avec ses gros plans sur les personnages ou les détails qui les rendent soudain plus grands ou son habileté à jouer avec la lumière. Loin d’être figés, ces tableaux photographiques jouent avec la réalité et semblent tout à fait animés. 

On note encore que les pages de garde et la typographie  déclinent toutes les nuances du rose. Histoire d’attirer l’attention des petites filles sur cette princesse pas très féminine ? 

Nouvel entretien avec Pierre-Jacques Ober.

Quelles sont vos sources pour l’histoire de cette princesse rebelle ?

J’ai cette idée dans la tête depuis des années. Cela a commencé avec la lecture d’un petit passage des mémoires du Général Marbot concernant un épisode de la bataille de Wagram.

Deux régiments de cavalerie appartenant au même propriétaire se sont retrouvés face à face et se sont chargés. Un régiment de hussards Saxons et un régiment de cuirassiers Autrichiens. Des membres de la même famille, frères, cousins, père/fils se sont retrouvés à devoir se battre. Le propriétaire était le Prince Albert de Saxony, mari de l’Archiduchesse Marie-Christine d’Autriche. En faisant une recherche rapide, je découvris qu’Albert et Christina s’étaient mariés par amour, le seul mariage d’amour dans la dynastie des Habsbourg. Je me suis dit qu’Albert aurait pu offrir un régiment de cavalerie à son épouse ( cela se faisait beaucoup à l’époque chez les nobles ) et j’ai imaginé ce qui aurait pu se passer.

J’ai également toujours été intéressé par les personnages féminins de l’histoire, les femmes qui ont défié leur époque. Je connaissais donc les princesses philosophes. Quand je me suis aperçu que Isabelle de Bourbon Parme était une amie de Marie-Christine d’Autriche, j’avais un autre élément d’une histoire possible. J’ai lu un livre ( je ne me souviens plus du nom de l’auteure ) “ Je meurs d’Amour pour toi “ présentant les 300 lettres qu’Isabelle envoya à Christina. Enfin, j’ai lu des livres sur la société du 18e siècle.

Est-ce que les personnages et les lieux sont fidèles à la réalité ?

Ils le sont tout en étant saupoudrés de “licence poétique “. Il faut beaucoup condenser et simplifier pour faire un album jeunesse. J’ai décidé de raconter une histoire “générique” car la réalité est bien trop compliquée. Rentrer dans le détail des guerres en dentelles, du pourquoi et du comment de la Guerre de Sept ans par exemple, celle juste après la Guerre de Succession d’Autriche, est impossible. Surtout que les participants et antagonistes font presque toujours parti des mêmes familles par alliance, avec des noms à rallonge très similaires. Tout le monde se souvient du film Fanfan la Tulipe et de la manière humoristique dont fut traité cet imbroglio permanent. Donc ne pas citer de pays, de noms de famille ou de lieux précis évitait ce problème.

J’ai pris quelques libertés avec la réalité historique, juste sur des détails, afin de privilégier une bonne histoire. Je ne les dévoile pas pour justement, préserver l’histoire telle qu’elle est racontée. Mais cela pourrait être un jeu éducatif de “chercher l’erreur volontaire “ à travers le livre.

Combien de temps cale vous a-t-il pris pour réaliser ce livre ?

Il nous est impossible de travailler à plein temps sur un projet car il nous faut également travailler sur des projets plus “alimentaires”. De plus, vivant en Australie et trouvant des miniatures dans le monde entier, je passe beaucoup de temps à attendre les livraisons.

Pour ce projet j’ai demandé à un petit fabriquant de figurines de Dresde en Allemagne de sortir de sa retraite. Ce vieux monsieur a accepté mais ne pouvait pas travailler en été à cause de la chaleur de ses fours. J’ai donc du attendre l’automne et l’hiver. En gros, cela nous prend toujours 2 ans pour faire un livre.

Mise à part l’époque et le genre du personnage principal, quelle est la plus importante différence avec vos  précédents albums ?

Il y a un peu plus de texte et moins de pages ! 

Merci Pierre-Jacques ! 

Les coulisses en vidéos de l’album sont sur le site des éditions du  Seuil Jeunesse :  https://www.instagram.com/reel/CtOJ-i5qtD9/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D

et 

https://www.instagram.com/reel/Cta-h4XKI4A/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Thierry Dedieu, photographe attitré des Petites Bêtes

https://seuiljeunesse.com/ouvrage/voyage-aupres-de-mon-arbre-thierry-dedieu/9791023516982

Etudier la photolittérature jeunesse et préparer simultanément le séminaire de recherches du Greces-Cellam de l’université Rennes 2 autour des petites bêtes amène à avoir l’œil grand ouvert sur les thématiques du printemps et du jardin développées dans les vitrines des librairies. C’est dans une enseigne de Bologne que j’ai découvert  les aventures d’Edmond il coniglio, appelé Edmond de la Garenne de ce côté des Alpes.. 

Tournant les pages beiges de cet album façon cahier “moleskine”(couverture noire, épaisse, cartonnée et élastique rouge), le jeune lecteur découvre des photos et dessins de petites bêtes, agrémentés des commentaires souvent drôles d’Edmond l’explorateur, qui se fait, appareil photo autour du cou et carnet de notes et croquis à la patte, entomologiste.

Abeilles, crapaud, puceron, chenille, fourmi, scarabée… et même oiseaux, sont photographiés dans leur habitat naturel, en gros plan, et régulièrement à hauteur de lièvre. Les photographies sont parfois détourées, posés sur un fond uni, et occupent tout l’espace de la page ou de la double-page. Elles font régulièrement face ou alternent avec des planches accueillant insectes et plus gros animaux esquissés, dessinés ou peints et qui ne sont pas sans rappeler celles d’un botaniste.

 

Entretien avec l’auteur, Thierry Dedieu, le “photographe attitré des Petites Bêtes” comme il se désigne sur son site personnel avant la sortie imminente du volume 2 de sa série d’ouvrages consacrés aux petits animaux qui nous entourent.

Comment est venue l’idée de ce journal d’une exploration ?

C’était pendant le confinement. Comme tout le monde, j’avais peu de choses à faire et j’ai commencé à explorer mes archives. Je me suis rendu-compte que j’avais énormément de photographies de nature prises lors de séances de footing autour de ma maison. Je me suis dit que c’était vraiment dommage de ne pas les utiliser et j’ai trouvé qu’il serait intéressant de les faire correspondre  avec des dessins. J’aime bien qu’il n’y ait pas que de la photo dans les livres mais que les deux soient associés. 

Lorsque j’ai commencé à montrer cette compilation à mon entourage, les gens me disaient que cela faisait trop livre d’art. j’ai alors eu l’idée du carnet de voyage. 

Aviez-vous une inspiration précise, un modèle ? 

Non, aucun en particulier. Ce format s’inspire de ces carnets de voyage avec des images légendées que l’on connaît. Je me suis dit qu’il serait intéressant que l’écrivain-voyageur soit un lapin.

Puisque vous êtes le “photographe attitré des Petites Bêtes”, comment avez vous procédé pour leur tirer le portrait et quelles petites bêtes avez-vous choisies ? 

C’est en fonction de mes promenades. Je ne me suis pas dit pas que tel jour j’allais photographier une grenouille ou un criquet. Je suis arrivé sur des lieux où vivaient tel animal et je le prenais en photo. 

L’idée n’était donc pas de faire un recensement des petits animaux vivant autour de chez vous ou un documentaire ? 

Je l’ai quand même un peu fait, mais avec un regard plus contemplatif. Je n’ai pas eu besoin d’effectuer des recherches. Je connais ces animaux parce que j’ai toujours aimé les petites bêtes, comme vous les appelez. Il faut savoir que je fais aussi des documentaires sur les animaux sous le pseudonyme de Tatsu Nagata depuis vingt ans et donc  je les connais bien.

Le Phasme, son élevage – Tatsu Nagata | Editions Seuil Jeunesse

Quelle est la place de la photographie dans votre bibliographie ?

Elle a peu de place. C’est une façon de faire peu acceptée par les parents. Les enfants, du moment qu’on leur raconte une histoire, sont prêts à prendre les images qui viennent avec, mais les parents ont un une idée précise de ce que doit être un livre pour les enfants. Il n’y a pas d’intérêt pour le livre photo. J’ai quand même fait un livre avec des photos il y a vingt ans qui s’appelait Le roi des sables.

et du côté des éditeurs ? 

J’ai un éditeur historique, Le Seuil, avec lequel je m’entends très bien.  Quand je lui présente un projet, il est attentif à ce que j’ai fait et ne dit pas non d’emblée. Il regarde. On le fait ensuite ensemble et il a été ravi que je lui propose celui-ci. 

Le Roi des sables – Thierry Dedieu | Editions Seuil Jeunesse

Combien avez-vous réalisé de photos pour celui-ci ? 

Il s’agit de vingt ans de photographies qui n’étaient pas destinées à faire un livre. Dans cet ensemble, j’ai opéré une sélection esthétique, en variant les points de vue. Je photographie avec un matériel très basique. Il s’agit d’un petit Canon, Lexus 110. Ces appareils font des photographies extraordinaires, sans avoir besoin d’objectifs pour faire de la macro. Je  retravaille ensuite le contraste, la couleur à l’ordinateur.

Avez-vous d’autres projets à venir avec des photos ? 

Je viens de recevoir le nouveau volume consacré aux petites bêtes, Marie Louise Dumarais Carnets de voyage autour de mon étang. Il sera en librairie dans les semaines à venir. Mon éditeur voudrait que je réfléchisse à un troisième tome. Je pense aux petites bêtes de bord de mer et si je le fais, un crabe en sera le héros.

Merci Thierry Dedieu !!

 

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Entretien très utile avec Bruno Gibert

Dès 5 ans
16,5 X 22 CM / 200 PAGES

Les éditions La Partie publie le nouvel ouvrage pour enfants de Bruno Gibert, Le grand livre de l’inutile, qui régale le lecteur avec ses listes de choses qui ne servent à rien, un oreiller pour enfoncer un clou, une machine à compter les petits pois, des gardes suisses, ou ses conseils étonnants comme le  “si tu sautes d’un avion sans parachute, bourre tes poches de beurre, de sucre et de farine. Ainsi, à la fin, ça fera un beau gâteau”…

Jeux de mots, mots valise, calembours, détournement de poèmes, conjugaisons nouvelles  sont accompagnés  d’images hétéroclites, collectées ci et là, détourées, détournées, photomontées et légendées en dépit du bon sens, de la logique, de l’usage… Le tout installé dans une joyeuse mise en page. On nage en plein surréalisme ou “nonsense” à la manière de Lewis Carroll. Le tournage de pages engendre l’étonnement, l’incrédulité, le doute, le rire et chatouille l’imaginaire. Nécessaire.

Entretien très utile avec son auteur. 

Bruno Gibert, en quelques mots, quel est votre parcours ? 

Je viens d’une école d’arts appliqués. J’ai commencé en tant que graphiste pour la publicité et ensuite je me suis mis à illustrer des livres pour la jeunesse, avant d’écrire mes propres textes. 

Quelle est la place pour la photographie dans votre vie, dans vos romans, dans vos ouvrages pour les enfants   ? 

Je pratiquais beaucoup la photographie  quand j’étais adolescent. Je m’intéressais aux photographes contemporains. Cela m’aurait plu d’en faire davantage, mais mon métier de dessinateur a pris rapidement de l’ampleur. J’ai toujours un rapport étroit avec elle. Je vais voir des expositions fréquemment et c”est un média qui m’intéresse. 

Dans mes livres pour enfants, je l’ai peu utilisée. Je considère que la photographie est un moyen de montrer des images, sans avoir besoin de les fabriquer, au même titre que les  gravures anciennes que j’avais déjà utilisées. Pour ce livre, j’aurais pu dessiner le moule à gâteau. Mais il existe des photographies de moule dans les banques d’images, alors j’en ai  détourée une. La photographie me semble aussi plus neutre que le dessin. Elle est plus passe-partout et possède une dimension impersonnelle. Elle ne pose pas de problème aux enfants qui y sont finalement confrontés tous les jours.

D’où viennent les photographies qui sont dans ce livre ? S’agit-il de photos collectées dans votre environnement proche ? 

D’un vieux dictionnaire  ou d’internet qui est une source inépuisable de photos. Si je veux des photos de Paris, de voitures, des photos contemporaines ou vintage je les trouve sur internet. Je les ai collectées, puis retravaillées pour obtenir des photos génériques, comme celles que l’on trouves dans un dictionnaire. Elles sont  en noir et blanc, ce qui permet de garder une unité graphique et retramées pour leur donner un effet contrasté.

Dans votre livre, on trouve des photomontages, des photos de paysage, des photos d’identité, des photomontages, du flou… Aviez-vous la volonté d’exploiter le médium photographique sous tous ses aspects ? 

Oui ! Elle sont aussi documentaires.  Et puis les légendes les détournent aussi, comme dans cette double page où la Tour Eiffel devient un pylône et le pylône une Tour Eiffel.

Vous déjouez d’ailleurs totalement le rapport classique entre les images et leurs légendes. Quelle réaction attendez-vous de votre lecteur ? 

J’attends une relecture de l’image. On peut la détourner de  son sens avec une  légende inattendue. Une image seule ne dit rien. Il y a une espèce de code invisible à trouver dans ces légendes, comme devant ces noms de personnages célèbres qui n’ont presque rien à voir avec les images. Le travail du rapport entre le texte et l’image est poussé au maximum, totalement distendu. 

Qui sont les lecteurs visés ? 

Je ne sais pas trop, question délicate. Pas les petits enfants. Le livre circule et les lecteurs de 7-8 ans comprennent parfaitement l’humour de l’absurde. Après j’imagine que les adultes peuvent le lire.

Est-ce que quelques livres photos pour enfants ont pu vous inspirer ? Avez-vous quelques références en matière de photolittérature jeunesse ? 

Ils l’ont tous vu, d’Ylla, est un très beau livre. Je me souviens aussi du Ballon rouge et puis de la version en livre de Tintin et les orange bleues. Mais c’est compliqué la photo narrative. ce sont des tableaux vivants. La photographie y est trop réaliste, pas assez ambivalente. La photo y est trop frontale et j’ai un problème avec cela. J’ai l’impression que ce côté frontal ne marche pas. Il faudrait y ajouter du dessin ou de la couleur. 

Parlons du Sol de mars et autres photographies, votre ouvrage chez Stock.

C’est un vieux projet. Il s’agissait de montrer des photos sans les voir, comme si on les montrait à un aveugle. Le texte faisait advenir les images mentalement. Je n’ai sélectionné  que des photos déjà vues, aisément identifiables. C’est la même chose pour Le grand livre de l’inutile. Je ne sélectionne que des photos déjà vues, aisément reconnaissables, familières. 

J’avais ajouté un chapitre sur les photos de famille qui en fait se ressemblent toutes. Un enfant devant un gâteau d’anniversaire, devant un sapin de Noël, on les a tous dans nos albums de famille, qui d’ailleurs n’existent plus. La Chambre claire de Roland Barthes parle de cela, de la dimension funèbre de la photographie, de sa vocation à apporter une preuve de ce qui a été. Vous l’avez lue aussi, non ?  

Merci Bruno Gibert ! https://www.lapartie.fr/bruno-gibert

Merci aux éditions La Partie !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Le livre photo-illustré comme vecteur de transmission des savoirs : rencontre avec Marie-Ange Bordas.

Couvertures des livres collaboratifs du Projet Tecendo Saberes (“Le tissage des savoirs” avec les communautés locales, traditionnelles, indigènes…)

Marie-Ange Bordas est née au Brésil. Elle travaille depuis vingt ans sur la question des réfugiés et déplacés et sur la sauvegarde  des patrimoines et savoirs traditionnels des communautés autochtones. Plusieurs albums  photo-illustrés réalisés avec les enfants des camps ou des villages indigènes où elle a séjourné sont nés de ces projets collaboratifs. Je la rencontre à Paris, lors du colloque sur la photolittérature jeunesse.

Marie-Ange Bordas, quelle est votre profession ?

Question compliquée ! Je suis journaliste de formation. J’ai commencé la photographie lorsque j’avais 16 ans. J’ai une maîtrise en images et sons obtenue à l’université de Sao Paulo et j’ai fait une école de photo à New York grâce à une bourse. J’ai travaillé dans le cinéma au Brésil et notamment sur des projets de décentralisation de la culture.   A New York, où j’ai vécu 5 ans, j’ai développé ma propre carrière artistique ainsi que celle de médiatrice culturelle.

Comment êtes vous venue à la littérature jeunesse ?

J’ai toujours été une grande consommatrice de littérature jeunesse. Quand j’ai commencé mon travail d’artiste, j’ai mis en place des projets collaboratifs. L’artiste est un pont entre plusieurs mondes, les réfugiés et les pays d’accueil, les musées et la forêt, etc… Faire de l’art pour moi est politique. A New York, j’ai collaboré avec des réfugiés dans le cadre d’un projet nommé Déplacement. Moi aussi je suis une “déplacée”. Je suis née au Brésil et j’ai vécu ailleurs. J’avais le sentiment que les médias ne traitaient pas bien du sujet des réfugiés et je ne voulais pas en parler  comme une journaliste parachutée dans un lieu. Je voulais écouter les gens, m’intéresser à leurs pratiques artistiques, créer des endroits où ils se sentent bien, bâtir avec eux des expositions conçues à partir des messages qu’ils voulaient adresser aux pays d’accueil.  Dans les camps où j’ai séjourné, nous avons créé des laboratoires photos et réalisé des performances. Le livre Dois Meninos de Kakuma découle de ces projets. L’idée est venue du besoin des jeunes de parler de la situation d’un enfant né dans un camp et de la confronter à la vie d’un enfant né dans une ville. Kakuma est une ville dans le comté de Turkana au Kenya. C’est aussi le site d’un camp de réfugiés de l’UNHCR. Les enfants qui y naissent ne connaissent pas leur pays d’origine.  Si ces personnages sont fictionnels, le récit  est basé sur des histoires de gens que j’ai croisés dans les camps.

Couverture Deux Garçons de Kakuma Photos analogiques prises lors de mon séjour au Kenya (2003-04) avec ajout des dessins/ sculptures produites par des enfants vivant dans le Camp en 2018.

Vos ouvrages sont donc nés de collaborations avec des enfants ? Ces livres sont aussi des espaces de collaboration entre photos, textes et dessins ?

Au Brésil, en 2008-2009, il n’y avait pas de livres pour les enfants des communautés.  Les professeurs de la forêt amazonienne déploraient de ne pas avoir d’ouvrages qui parlent d’eux. Zèbre, rhinocéros figurent dans des livres qui sont utilisés par les enseignants alors que les enfants ne les connaissent pas. J’avais envie de créer des ouvrages sur et pour ces communautés traditionnelles, à partir de ce qui était local. J’ai gagné un prix du Ministère de la culture qui m’a permis de passer cinq ans avec plusieurs communautés indigènes qui vivent entre le Pérou et le Brésil.

La photographie s’imposait. Elle était le moyen le plus adapté pour représenter des enfants noirs, loin des illustrations dessinées stéréotypées. La photo est selon moi un moyen d’avoir une couche de moins de représentation. J’ai collaboré avec les enfants pour les photographier et choisir avec eux ce qu’on allait montrer de leur vie, de leur environnement. Je voulais aussi utiliser les dessins des enfants dans mes livres.  Un éditeur a très rapidement accepté ce projet.

A partir de 2012, on a eu une loi qui obligeait les écoles à aborder l’histoire afro-brésilienne. J’ai réalisé un livre bilingue pour conserver les langues locales et permettre à toutes les générations de les connaître. Ce livre est beaucoup utilisé.  On y présente les savoirs d’une région que l’on mélange avec les histoires collectées auprès des familles.  C’est un mix entre traditions et documentaires.

Page: Almanach des Enfants Huni Kui (Bilingue Portugais / Hatxa Kui) , 2015

Dans le livre qui porte sur les indigènes situé à la frontière avec le Pérou, il y a un texte  en portugais imprimé en noir et un autre dans la langue traditionnelle, imprimé en rouge. Les enfants ont fait des photos et des dessins.  On y explique les peintures corporelles, la tradition de la pêche. Les enfants sont les protagonistes de ces ouvrages et vont interviewer les membres de leurs familles.

A la fin de l’étape de collecte, je rentre avec plus de mille dessins et des vidéos. Quand le livre est presque fini, je l’envoie pour validation à la communauté. Lorsqu’il est imprimé, on fait le lancement du livre dans la communauté et chaque enfant reçoit un livre. Les professeurs sont ensuite formés pour éduquer à partir des connaissances locales. J’aime quand les gens les plus âgés des communautés sont touchés par les livres. Les savoirs et la culture sont conservés et transmis. Ces ouvrages sont ensuite diffusés dans le reste du pays. Ils doivent servir à casser les stéréotypes.

Page Lendas Amazônicas (Légendes Amazoniennes et d’autres histoires que vous devriez connaître, 2022)

Qu’en est-il de la traduction de ces ouvrages ?

Je rêve qu’ils soient traduits. Mon dernier ouvrage porte sur les légendes d’Amazonie. J’ai repris des légendes très populaires que tout le monde connaît et j’ai ajouté des récits locaux qui parlent de phénomènes incroyables mais qui sont pourtant tout à fait naturels. Chaque légende est complétée de deux pages de documentaires qui expliquent ce qu’il y a derrière les légendes.

Nouveau livre “in process” : Tsonga Animal Tales and Proverbs (en collaboration avec groupes de “elders”Tsonga au Limpopo)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Jan von Holleben, magicien de la photolittérature

Sugar WOW
The Photographer’s Office / 2022 (English)

A n’en pas douter, les enfants apprécient le monde magique de Jan von Holleben, ses créations plastiques colorées et délirantes, ses mondes oniriques et ludiques dont ils sont les aventuriers. Chacun de ses livres invite les enfants, et aussi les adultes, à se laisser surprendre par ces images foisonnantes d’objets en tout genre, ces compositions  qui donnent vie à toutes les envies. 

Rencontre avec un magicien qui donne vie aux rêves enfantins.

To the question “What is your profession?” What do you answer ?

When I speak English, then I am a photographer. In German I am A photographer and children books illustrator. The English definition is much broader and includes many facets. In German, we are very precise. So a photographer is in fact just someone taking pictures.  Noone has any idea what you actually do. That’s when I have to start explaining : I work for books and magazines.. but also for artistic projects and exhibitions, I am curating, editing, … and most of all, I actually make children books.

How long have you been working in children’s literature?

My very first project, before I even considered myself a professional photographer, was Dreams of Flying. I simply played photography with my neighbor’s kids and they told me stories, inspired by children literature and modern heroes. I used a very simple snapchot camera and the ‘shooting from above’-technique to make those dreams come true. This was ours pare time on weekends.

Only by chance, an editor saw those images and posted them on her blog in 2005. In less than 3 months, that project was all over the world on hundreds of blog and I was bombarded with commissions and exhibitions and magazine features, won awards and had to stop being a photo director for a young cooperative and jump into full time ‘being photographer’.

I made a self published first book (out of cardboard in an edition of 500 copies) with those images, which sold out immediately and made a second. Both of those books (2006 and 2007) I always considered to be children books but for adults alike.

Since my first training was teacher for handicaped children and I was meant to become a teacher, I feel that together with photography, I came full circle. I love explaining complicated things in very simple ways. I was always good in that. Since my own high school – my teachers remember. I also have to admit, that my childhood was full of stories, adventures, literature, nature…

Dreams of Flying
The Photographer’s Office / 2006 (English)

Do you have models in photography or children’s literature ?

I would always say, that Astrid Lindgren wrote my favorite books. But also Michael Ende, Ottfried Preussler. Also the entire canon of old Disney movies. Today I am also fascinated by more international likes as Doctor Seuss, Eric Carle, Maurice Sendak, ..

In Photography ? Always the narrative based art photographers.

How many books have you produced? Can you give us some other titles?

I made about 25 books over the last 15 years. My favorite is the series of non-fiction books for Thienemann Publishers which was based on my top seller : Does that happen to everybody ? (a philosophical book on puberty). This was followed by 5 other (social)science books on the brain, world religion, internet, politics, divorce.

The books that are closest to me are the creative books I made with my most favorite German publisher Beltz ALWAYS EVERYTHING and MY WILD FURY and I am proudest of the two books that I made with art book publisher Little Steidl, the little offspring of Steidl Publishers, mastered by Nina Holland KOSMOS and most recently THE BLUEBERRY MACHINE

ALWAYS EVERYTHING
Tarzipan books / 2019 (no text – universal)

Who are they for?

My books are usually considered to be for anyone who reads visuals/ photographs.

The non-fiction books were primarily made in order to stimulate debates/ conversations between children and parents. And the creative books are really for the kids alone. I think that they really get them. The problem is just always: how to surpass their parents!?

At the moment, I feel that I want to work more and more for the kids only. Tricky, but ultimately I want the parents to trust me (parents are often bad photo readers) and then I can get into a dialogue with the children. Just like when I work with them in my studio. The energy is always high, we all know what we do and once we have to explain it to a parent, the magic is gone. Weird but true.

Let’s talk about the Blueberry Machine: when and how did the idea for this project come about?

I have spent years with my best friend in his home country Norway. He spent summers at his grand parents on a farm, which we visited often. It is in the middle of nowhere in my favourite part of Norway. Olav, who is the main character in the book, lives on that farm with his parents. I saw him growing up. When he was about 4 years old, I spend the summer at their farm and Olav started showing me around. He always walked the dog up and down the hills, checked their sheep and just had a good time. I didn’t speak much Norwegian, but we always had a good non verbal communication. It was on one of those walks, when I understood, that these mountains are Olav’s home and he knows them inside out. In the evenings we sat at the fire and the kids played all sorts of things. Olav was a great builder. And I remembered that I was a fascinated builder in my childhood too. So we connected and built a lot. I wanted to make a project with him.. in his world with all the ideas he and I had together.

 

The Blueberry Machine
Little Steidl / 2022 (English)

How did the collaboration between words and images come about?

That was only after I had made the images. And it was a fascinating process (since usually it works the other way around). I had already written a few lines to each image. But there was no story. When Nina Holland picked up the project, she had the best idea, to get Monte Packham involved. He had never written a children book before, but was a great and fun writer. We all klicked, I told him my thoughts and with a few editing changes in the sequence of the images, an idea unfolded for him, he put it all together added some magic here and there and suddenly we had a beautiful story that I totally fell in love with.

What is the purpose of this book?

To me, the book is a very classic format of a children’s book. It is the first time, that I have done something like it and I really enjoyed it. The book has a traditional story line, yet combined with the photos, that feature 50% reality and 50% a visionary tale, our story, the book can be read in various ways. Most of all, it gives the children a choice to go beyond the story line and understand the meta levels of imaginary games, fantasy and how to differentiate between them. However you can also just enjoy the story with its educational finale and learn about the best machines of all: your own two hands.  Additionally, my photography invites the creativity of kids to learn about image making… so once you are done with the story, you can learn about the individual images, how they are done and be inspired. That part of my photography is always in my work. If it is for magazines, books or clients. I want children to learn about image making. What is photography. What can photography. I want kids to become visual literate.

Where do you find the objects in the images?

Nowadays I have a huge collection of well organized boxes. The content is labelled with screws, balls, feathers, technical things, toys, buttons, hearts, gold, candy, .. all sorts. Its 15 years of keeping my eyes open and simply collecting what I find relevant or interesting. I am no fan of special effects in photography. I want to create things from the ordinary. Things that everybody can understand, remember, detect. I am very democratic in that.

 

Did you have difficulties finding a publisher?

Yes.. I proposed it to my ‘standard publishers’ and they struggled. But we didn’t have a real text at the time. That is in Germany a real issue. Text is mostly mandatory. I had hoped that a mainstream book publisher would pick up on it.
I had worked with Nina Holland at Little Steidl before on KOSMOS, which is a very complex Artist book box made of 6 individual books. She had always worked on books for anyone. When she saw ‘The Blueberry Machine’ images, she took some time for herself to understand that secretly she always wanted to make exclusive children books. She has an amazing collection of historical children books. When working with Little Steidl, that is a long process. So when she finally decided to open up her publishing house to a real children book, it all fell into place. Making the entire book without any compromises on material and design, production and text was the best choice after all.

Do you usually work alone or with a writer for your books?

I usually start by myself. I am very image driven and I am keen to produce work that stimulates children – and myself at the same time. I have a lot of respect for children and hence a good understanding too for what they are interested in. Meaning that I don’t want to please them – no cheap tricks (as the book or toy industry works on mostly) – I want to challenge them on their grounds. I want them to be curious about what I do and I want them to make an effort to get to the bottom of things.

Only once I have decided that the images I made are best placed in a book, I think about the need for text.

What about your next project?

I am working on 8 books at the moment as good examples for your question.

The first book is a dream come true with a new French publisher. I made the work 20 years ago and I am soo excited that the publisher believes that the images are strong enough to make a book without text. Saying that, we will have titles for the images. nothing else. Another book is the sequel to The Blueberry Machine. Since I loved working with Monte on that one so much, I think we shall try to start it off together this time. Let’s see what happens. We are both very creative and flexibel and I am happy to try it differently this time.

Book three: I have been given a carte blanche to work out a book together with an illustrator of my choice, who I found already. We are trying to balance the photography part with the illustrations part, so both get the space they need, in order to be balanced and effective. The illustrator is also a great story writer, and we are still discussing if there is a need for text. At the moment I feel that we could actually tell the story with our two image techniques. Let’s see.

Then I am on book 4 that is a non fiction book. I conceived the idea with a historian and writer and we proposed it to a publisher, who jumped on it. It is the three of us developing the idea further and further and working on it equally. We meet every 3-4 weeks and discuss all of it. That’s very exciting since we all bring our expertise to it in equal parts. It feels like being in a super team with those two. I work mostly from text to image.

Book 5, 6 and 7 are totally free photo books. I will probably publish them myself and don’t want any text in them for now. Then again: Text will be there as title and colophone and usually I give a few lines along.. but no text in a classical sense, accompanying or explaining images)

Book 8 again will be a real challenge for me, since I want to create it by myself without text but work in a clear story line structure.. or at least a message and an understanding of what it is all about. The images can carry most of that, but my challenge is, bringing them into a sequencing and adding in between images to make the jumps from one key image to another. I am very much looking forward to that.

Bottom line I remember a lesson from my university degree, which came from my tutor David Campany: more or less every image/ photo comes with text of some sort. If it is a title, a caption, a memory, a paragraph, … there is always an image text combination present. And as artist/ photographer we need to be aware of that and define the text that we want or need with the images we produce.

Can you find everything?
Self published/ 2022

Your universe is very colorful. Is black and white not for children?

I think Black and White works also for kids – still today. Many successful children books prove that. Maybe that’s a compromise in modern times, that parents can accept easier than color photography? (I am convinced that straight color photography still seems to be a threat for many parents when thinking about their kids’ books)
B/W always reduces the content of an image. It is also further removed from our modern reality – more abstract. That threat of straight color photography, that I mentioned, is something that I usually try to counter act with my studio photography, where we can focus on content rather than bringing too much reality in (background, light, atmosphere, chance, indexicality in general….). But sometimes I am sneaking in more ‘realistic’ images, just to bring my work back into the reality and the factual lives of those reading kids.

Merci Jan !!

Pour découvrir son travail  : https://www.janvonholleben.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Dans les coulisses d’Au pied de la lettre de Florence Levillain

Actes Sud junior, novembre 2022 / 20.00 x 20.00 cm / 48 pages

Qui dort dîne, bonnet blanc blanc bonnet, Etre au pied du mur, etc… autant d’expressions que nous utilisons tous les jours, sans y penser. La photographe Florence Levillain a donné vie à ces mots qu’elle prend… au pied de la lettre et le résultat est surprenant. Nous l’avons interviewée, l’occasion de découvrir le procédé lenticulaire.  

Florence Levillain, pourriez-vous nous dire quelques mots de votre parcours professionnel

Je suis photographe depuis 30 ans. J’ai commencé par la photographie de presse. Mon travail s’est toujours divisé entre la commande et le travail personnel. Mon reportage, d’abord très porté sur l’étranger, s’est petit à petit orienté vers la vie quotidienne française. Planète mars au bout de votre rue, titre de cette nouvelle orientation, entend faire découvrir des univers que l’on croit connaître mais que l’on ne connaît pas si bien finalement. Cela a commencé par un reportage sur le travail des femmes à Rungis la nuit qui a obtenu le prix Kodak en 2000. J’ai réalisé ensuite une série d’images sur les objets trouvés de la rue des Morillons, puis sur l’herbier du Muséum. En parallèle, mes commandes étaient de moins en moins presse et plus institutionnelles. Mon écriture photographique a petit à petit évolué vers plus de mises en scène. J’ai réalisé aussi des travaux comme Parce qu’ils le valaient bien, une série sur les clients d’un coiffeur qui a intégré les collections du musée de Bièvre. Un de mes derniers reportages portait sur les Bains Publics, travail très social. On ne connait pas cet univers. Les parisiens pensent que les Bains sont justes de très beaux bâtiments à Paris mais ils représentent en fait un million de douches par an ! Je suis allée à la rencontre de ces personnes qui vont y prendre s’y laver et cela a abouti à un petit livre de 75 portraits  édité par la région Ile de France.

Comment est née l’idée d’Au pied de la lettre  ?

Un jour, un de mes amis m’a dit  : « Elle m’ a encore posé un lapin ». Pour la première fois de ma vie, j’ai vu le lapin. Ce type d’expression est un marronnier en illustration car elles sont très imagées et ont été très dessinées. Ce sont des expressions utilisées tous les jours mais auxquelles on ne prête plus attention. L’idée de mettre ces expressions en photo, de leur donner un caractère hyper réaliste leur donnait une valeur supplémentaire de fantasque et de farfelu. Le travail a commencé comme ça.

Au début, j’ai fait ce travail pour moi en réfléchissant à une série. J’ai besoin d’avoir toujours un espace d’expérimentations, de recherche de protocole. J’ai fait des essais, avec des modèles. J’ai trouvé le format, la distance. Je voulais des images en situation réelle mais déconnectées de la réalité, qui puissent être intemporelles, avec un modèle qui soit entre l’enfance et l’âge adulte. Les choses se sont définies peu à peu . Puis j’ai decidé de poser le lapin sur la table d’un restaurant et je me suis retrouvée face à une contradiction : quand on se fait poser un lapin on est seul, mais avec le lapin, mon modèle n’était plus seul !  J’ai cherché un système qui me permette de mettre deux images en une, comme sur celle de la couverture. 

Ces images ont d’abord été vendues en galeries, en tirages lenticulaires numérotés. Avec Signature, mon agence qui fait aussi galerie, nous avons participé à deux salons pour collectionneurs avec cette série de vingt tirages lenticulaires en 40×40 exposés au mur.  Le coté lenticulaire me plaisait beaucoup parce que je voulais donner une dimension pédagogique à cette série. En effet,  en posant les questions à mes filles, je me suis aperçue que ces expressions étaient souvent désuètes, voire inconnues. Il fallait donner donner un caractère artistique, pédagogique et ludique à cette série destinée au grand public, d’où l’idée du lenticulaire.

Mais qu’est-ce-ce que le lenticulaire ?

C’est le procédé utilisé pour la couverture du livre.  Elle contient deux images en une seule. Elles sont entrelacées. Il y a par-dessus un procédé optique, avec des dômes, qui permet de voir une seule image en fonction du déplacement du spectateur.

Ces photographies peuvent aussi être tirées en tirages classiques pour les galeries, imprimées  avec une seule image pour la presse. Je voulais qu’une  pluri-utilisation soit possible. Le public aime beaucoup le lenticulaire. Mon agence a contacté Actes Sud junior avec l’espoir de faire un livre tout en lenticulaire, mais c’était compliqué techniquement. On s’est rendu compte que l’aspect pédagogique marchait très très bien avec  deux images côte à côte, à la manière des jeux des 8 erreurs ou des 7 différences.

On ne voulait pas un grand livre photo. On voulait qu’il se tienne facilement, que l’on puisse le poser aisément quelque part. La couverture avec cette femme au pied du mur plaît beaucoup en galerie. Et puis Au pied du mur pour annoncer Au pied de la lettre était une entrée sympa ! 

Avoir un cœur d’artichaut / Copyright Florence Levillain

Comment avez-vous sélectionné les expressions qui figurent dans le livre ? Pourquoi une part si peu importante pour les mots ?

 Je voulais qu’elles soient très grand public, non vulgaires, non offensantes… Il fallait aussi qu’elles soient visuelles. Certaines sont moins faisables en photographie et se sont éliminées elles-mêmes. Concernant la part du texte, il y avait deux possibilités.  Soit le livre comportait plus d’explications avec recours à un spécialiste du langage,  soit on décidait d’en faire un livre  qui mettrait en valeur un travail photographique avec un texte qui allait apparaître comme une legende. C’est le choix que nous avons retenu. Pour les courts textes, on a entrecroisé les recherches sur ces expressions et on s’en est tenu à ce qui était admis et certain.

Qu’est -ce qui a été difficile dans cette réalisation ? 

 Pour produire une série comme celle-là, il faut un gros travail de repérage, de stylisme. Je passe aussi beaucoup de temps devant mon ordinateur. Pour la photographie qui accompagne Marcher sur des oeufs, j’avais une centaine d’œufs. J ai réalisé des surimpressions pour étendre la surface occupée par les œufs. j’ai photographié la jeune fille et je l’ai posée en surimpression, en respectant la lumière, la colorimétrie et m’assurant d’une cohérence de cadrage. Pour l’expression Enfoncer une porte ouverte, j’ai planté à 6 heures du matin une porte dans le sable. Pour Se faire remonter les bretelles, la jeune fille ne tient pas au bout d’un fil mais sur un escabeau que j’ai enlevé et il a fallu retouché l’image. Si ce livre semble simple, il y a de nombreuses étapes derrière !

Est-ce faut y voir des références à d’autres ouvrages ou des œuvres picturales ?

Etre collet monté fait référence à l’époque de Marie de Médicis alors j’avais envie d’ un clair obscur, mais sans référence à un tableau en particulier. En grand, les photos donnent vraiment l’impression d’une peinture. C’est le rendu que je cherche, car je veux déranger le spectateur et faire que ce monde enfantin, poétique, onirique soit perturbé.

Quels ouvrages photo-illustrés lisiez-vous enfant ?

J’en lisais peu finalement bien que mes parents étaient photographes. J’ai gardé et transmis à mes filles une série d’ouvrages pour découvrir les autres pays à travers le regard d’un jeune enfant. (“Enfants du Monde”, Nathan)

Pour découvrir le travail de Florence Levillain https://www.florence-levillain.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 

Dans le secret de la boîte noire de Daguerre : Rencontre avec Andrea Eichenberger.

Découvrir l’histoire de la photographie par le jeu.

Nous poursuivons nos entretiens avec les acteurs de la chaîne du livre, les professionnels de la photographie et ceux du monde éducatif qui initient leurs élèves aux techniques et à l’Histoire du médium.

Retour sur un atelier mené dans deux classes de CE2 de Bry sur Marne, ville de Louis Daguerre, par Andrea Eichenberger, photographe.

Qui êtes-vous Andrea Eichenberger    ?

Je suis brésilienne et je vis à Paris. J’ai d’abord mené des études d’art au Brésil. Je suis venue en France pour entreprendre des études de photographie mais  je ne suis pas arrivée à temps pour m’inscrire au master photo de l’université Paris 8. J’ai ensuite fait un master puis un doctorat en anthropologie à l’université Paris 7 en emportant avec moi la photographie comme objet de recherche . J’ai travaillé sur l’appropriation  de la photographie dans une communauté indigène du sud du Brésil. En France, j’ai  réalisé un projet photographique en prison, notamment celle de Beauvais, et également au centre psychiatrique de Valenciennes.

En 2017 je suis devenue maman et naturellement je me suis intéressée à la littérature pour enfants et particulièrement aux ouvrages photographiques. Au début de la pandémie de Covid, mon fils avait 2 ans et demi et j’ai commencé à prendre des photos avec lui pour raconter ce qui se passait dans notre vie, avec le projet d’en faire un livre. Après la pandémie, Michel Poivert et Francis Jolly m’ont invitée à travailler avec des enfants à Bry sur Marne, dans le cadre d’un un projet scolaire. 

Ouvrage réalisé pendant le confinement

Qu’est-ce que le Collège International de Photographie de Bry sur Marne ?

Michel Poivert a lancé ce projet il y a quelques années. Son idée était de créer un conservatoire de la photographie. Ce n’est pas vraiment un musée pour l’instant. Il faut d’abord restaurer la maison de Daguerre afin de créer  un espace pour accueillir des artistes qui pratiquent les anciens procédés photographiques et qui les relient aux nouvelles pratiques. Cet espace accueillerait  des résidences d’artistes, un atelier argentique, un atelier numérique. Les connaissances en matière de photographie circuleraient aussi en dehors de ce milieu avec des interventions en milieu scolaire, en maison de retraite, en prison en autres.

Visite de la maison Daguerre à Bry sur Marne

Quel a été votre rôle lors de ces  premiers ateliers ?

Ce projet avec deux classes de l’école Daguerre de Bry sur Marne fait partie du programme d’interventions. Au cours de l’année scolaire 2021-22, j’ai mené un atelier sur plusieurs séances avec deux classes de l’école Daguerre située à côté de la maison du même nom. Je leur ai apporté des connaissances techniques et leur ai fait découvrir  l’histoire de la photographie, par la manipulation : on a commencé avec la Camera Obscura, pour voir comment l’ image se forme. On a appris l’histoire de la photographie grâce à un jeu de cartes. Nous avons ensuite fabriqué ce petit livret destiné à  raconter l’Histoire de la photographie à d’autres enfants.  Les enfants ont rejoué l’histoire de la rencontre entre Nicéphore Niepce et Louis Daguerre et l’annonce officielle de l’invention de la photographie.

Ce petit live est une mise en récit de l’histoire de la photographie pour les enfants, faite avec des enfants.  Ce livre fonctionne aussi comme une trace de leur travail et il est signé par tous. 

Fabrication de chambres noires
L’étrange boîte noire, ouvrage collectif réalisé pendant l’année scolaire 2021-22

Avez-vous constaté une évolution des enfants par rapport à la technique photographique, à son langage ? 

Ils connaissent très bien le maniement de l’appareil photographique du  portable de leurs parents !  Certains ont déjà vu de vieux appareils mais ils ne connaissaient ni la pellicule, ni le développement. Je leur ai montré un négatif, une conversion en positif. Nous avons aussi fait beaucoup de visites puisque nous avons la chance d’être dans le ville de Daguerre.  Nous avons visité l’exposition permanente et l’église de Bry qui conserve le dernier diorama. Le fait d’être dans cette ville, de pouvoir venir et revenir sur les lieux liés à l’Histoire de la photo a certainement facilité l’ imprégnation. Certains enfants sont revenus avec leurs parents . Leur faire raconter cette Histoire dans un livre a aussi beaucoup aidé pour qu’ils la retiennent. 

Exposition Daguerre à la mairie de Bry sur Marne

Connaissaient-ils des livres photographiques ? 

Je n’ai pas cette impression. Je leur ai montré celui d’ Yveline Loiseur et celui de Sarah Moon, Le petit chaperon rouge. Peu d ouvrages racontent des histoires avec de la photo, en fait. Au moins, ils ont constaté que les ouvrages pouvaient être illustrés par la photo et pas seulement par le dessin.

Avec vous un projet d’album photolittéraire vous-même ?

Je développe un journal dans ma ville, au Brésil, autour des problématiques politiques. Nous avons ainsi présenté un lieu naturel menacé par la spéculation et une autre fois un projet de destruction d’un élément historique du centre-ville. A chaque fois, le numéro accueille un texte écrit par un architecte urbaniste, mais également un conte écrit par une anthropologue, ainsi qu’une série de photographies.

Bien sûr j’aimerais créer un album photolittéraire pour enfants mais je ne suis pas écrivain et je ne sais pas inventer les histoires. J’attends de rencontrer quelqu’un qui conte ! 

Le site d’Andrea Eichenberger : http://www.andreaeichenberger.com/

Les images de cet article ont été prises à l’occasion d’ateliers mis en place et accompagnés par le Collège international de photographie. Elles ne sont pas libres de droits.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search