Archives de catégorie : Interview

Autopromotion indécente

https://www.univ-rennes2.fr/article/explorez-photolitterature-jeunesse-avec-laurence-guen

Interview

Explorez la photolittérature jeunesse avec Laurence Le Guen

Laurence Le Guen assure le commissariat de l’exposition présentée à La Chambre claire, Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! de la photographe Lily Franey, qui réunit plus d’une vingtaine de clichés engagés autour des conditions de vie des enfants.

 
Image
Laurence Le Guen

Docteure en littérature française, Laurence Le Guen est l’auteure d’une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée « Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd’hui« . Chercheure associée au Cellam – Université Rennes 2 (Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes), elle mène des recherches sur la littérature jeunesse française. Elle se spécialise dans les livres pour enfants illustrés par des photographies et analyse les interactions entre la littérature et la photographie. Également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d’expositions, Laurence Le Guen assure le commissariat de l’exposition Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! de la photographe militante Lily Franey. Présentée actuellement à La Chambre claire, elle réunit plus d’une vingtaine de clichés engagés autour des conditions de vie des enfants.

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec Lily Franey ? Comment est née cette envie de collaborer sur différents projets ? 

Laurence Le Guen. J’ai rencontré Lily Franey en 2018, à l’occasion du tournage du film « Paris années 30, capitale de la photographie ». Lily et Jean-Pierre Franey étaient derrière la caméra et moi devant, pour présenter les photographes Ergy Landau, Ylla et Nora Dumas. Ce sont donc des femmes photographes qui sont à l’origine de notre rencontre. A cette occasion j’ai découvert que Lily Franey avait publié un ouvrage photoillustré pour enfants, L’Abécédire, publié aux éditions Rue du monde. Elle m’a donc apporté son témoignage sur la conception de ce livre et a ainsi pu enrichir les recherches que je mène dans ce domaine. Malgré son petit air timide, Lily a aussi de nombreuses anecdotes passionnantes à raconter sur sa vie de photographe engagée qui a parcouru le monde et a photographié des centaines d’enfants. Il nous a vite paru évident que l’on devait faire quelque chose de ses souvenirs et de toutes ces images. 

Quel a été votre rôle en tant que commissaire de cette exposition ? Que vouliez-vous mettre en avant à travers la sélection des photographies ?

L. L. G. Une constante chez Lily c’est de montrer la vie des enfants, leurs souffrances et leurs joies, leur façon de rester enfants quoi qu’ils vivent. En 2019, on a célébré les 30 ans de la Convention Internationale de l’ONU des droits de l’enfant. Marier les photographies de Lily et les droits de l’enfant, adapter mes choix à l’espace de la Galerie de La Chambre claire, travailler avec le service culturel de l’université Rennes 2 qui a tout de suite dit « oui » à ce projet, voilà quel a été le plus gros de mon travail. Je ne voulais pas, en accord avec Lily, montrer uniquement la misère. On voulait témoigner de l’enfance dans sa globalité, où qu’elle se vive sur la terre. 

Spécialisée dans les livres pour enfants illustrés par des photographies, vous analysez les interactions entre littérature et arts visuels. Pouvez-vous nous parler de votre rapport à la photolittérature ? Comment est né votre intérêt pour celle-ci ?

L. L. G. J’ai découvert la photolittérature ici, à l’université Rennes 2, lorsque j’ai repris mes études en master, sous les bons auspices du professeur Montier. Je me suis aperçue que le continent éditorial des ouvrages pour enfants accompagnés de photographies était un domaine largement ignoré ou trop peu étudié. J’ai plongé dedans et je continue à explorer ses productions. C’est comme si je tirais le fil d’une pelote. Plus je tire dessus, plus il en apparaît, dans toutes les langues, sur plus de 100 ans ! 

« Si aujourd’hui il est communément admis de trouver des photographies dans les livres pour enfants, nombreuses ont été les réticences des créateurs, éditeurs et lecteurs pour associer littérature pour le jeune public et illustration par la photographie ». Comment expliquez-vous l’évolution de la perception sur cette production depuis son apparition ? 

L. L. G. Une des constantes de mes enquêtes auprès des professionnels du livre et ceux de l’enfance, c’est qu’on se méfie de la photographie dans les livres pour enfants. On l’admet dans les documentaires ou les imagiers, bien sûr, mais aussitôt qu’elle accompagne une fiction, elle fait peur. On lui préfère traditionnellement le dessin. Cela fait plus de 100 ans que l’on fonctionne avec cette réticence, malgré quelques améliorations depuis les années 2000 peut-être. Les discours ont parfois été violents à son encontre. 

“Mauvaise qualité”, “sans netteté”, “brideuse d’imaginaire”, “trop plein de réalisme”, “incapacité à accompagner la fiction”… Suite au constat concernant les critiques par des lecteurs « avertis » concernant l’insertion de la photographie dans le livre pour enfants, vous réalisez une enquête avec le Cellam en partenariat avec le laboratoire Loustic de l’université Rennes 2. L’objectif de cette étude est de mesurer la réception du lecteur réel, de l’enfant lui-même. Quels résultats sont apparus ?

L. L. G. Les premiers résultats montrent que les enfants aiment la photographie et que bien souvent ce sont les adultes qui s’en méfient. Il semble également qu’ils aiment son réalisme et l’illusion de vérité qu’elle procure. Mais en fait ils n’expriment pas une préférence pour l’un ou l’autre mode d’illustration. Ils sont surtout sensibles à l’esthétique du livre, aux thèmes qu’il aborde, à la possibilité qu’ils ont de pouvoir se reconnaître dans le personnage ou aux surprises qu’il leur apporte. 

Également auteure jeunesse, vous publiez ce mois-ci une biographie de Nelson Mandela destinée aux jeunes lecteurs aux éditions Yomad dont les photographies sont signées de votre désormais complice Lily Franey. Quelques mots sur ce projet ?

L. L. G. Un de mes grandes fiertés c’est d’avoir publié un livre photoillustré alors que c’est le sujet de mes recherches. Et puis quelle émotion de découvrir des photographies de Nelson Mandela prises par Lily en 1990 ! Il venait de sortir de prison. Certaines ont été publiées dans la presse mais d’autres sont à découvrir. Il faut aussi écouter Lily et Jean-Pierre Franey raconter leur rencontre avec le plus célèbre prisonnier du monde. Ils font revivre une tranche d’Histoire. Je crois que nous avons matière à une autre exposition ! 

En raison du contexte actuel, la table ronde sur la littérature jeunesse non-genrée  qui devait avoir lieu en avril dans le cadre des Mardis de l’égalité est reportée à la saison prochaine. Celle-ci proposera d’explorer la nécessité de déconstruire les stéréotypes de genre, à l’heure où celui-ci est reconnu comme construction sociale. Quel est votre regard sur cette littérature ?

L. L. G. J’ai une bonne dose d’ouvrages très genrés dans mon corpus, entre Books for boys et exempla destinés à former de bons petits soldats ou de bonnes ménagères. Quand on sait l’importance de la littérature jeunesse dans la construction de l’enfant et du futur adulte, il faut soutenir le développement d’une littérature non genrée. Je crois qu’elle fait son chemin, petit à petit chez les éditeurs, mais que la route est longue. Peut-être qu’on pourrait en réaliser un illustré de photographies ? Il faut que j’en parle à Lily !

 

Pour en savoir plus : miniphlit.hypotheses.or

Le jour où je serai grande, entretien avec Marie LiESSE

Miniphlit continue sa série d’entretiens avec les auteurs, écrivains et photographes, qui font les livres de photolittérature pour la jeunesse.  Marie Liesse, la photographe de l’album Le jour où je serai grande, a accepté de répondre à nos questions.

Miniphlit : Le jour où je serai grande ​ est-il votre premier album pour enfants ?

Marie-Liesse : Oui, c’est mon premier album pour enfant publié.

Comment est né ce projet ?

ll est né de l’envie de faire des albums jeunesse photographiques car il y en a trop peu. Mon idée était de proposer des albums qui ne soient pas que des imagiers ou des recueils de photographies extraits de films comme dans « Crin blanc » d’Albert Lamorisse. Même si ces livres sont magnifiques, pour moi cela ne suffisait pas : je voulais mettre la photographie au service de l’imaginaire enfantin à travers un conte photographié et non illustré. C’est une démarche qu’on retrouve dans « Le petite chaperon rouge » de Sarah Moon, ou plus récemment  » La dispute » d’Alain Laboile, et d’autres projets moins connus comme “Chip veut un chien” de William Wegman (que je recommande vivement!)

Le texte a-t-il été conçu avant les photographies  ?

Non. Il a été conçu après le projet photographique, même si certaines photos n’étaient pas complètement réalisées au moment où Timothée terminait le texte. Les photos ont servi d’inspiration à l’écriture du texte.

Aviez-vous le conte d’Andersen à l’esprit avant de démarrer ce projet  ? Est-ce qu’il s’agit d’une réécriture du conte ?

A l’origine il s’agissait en effet d’une réécriture du conte d’Andersen par l’image. J’ai longuement étudié le texte avant de penser aux photographies que j’allais faire. Puis j’ai réalisé des photos que j’avais, pour certaines, imaginées et mises en scène, pour d’autres conçues beaucoup plus spontanément (Comme celle des crapauds par exemple!). Ensuite j’ai eu un long travail de montage pour que la petite Poucette s’intègre le mieux possible dans la nature qui l’entourait. Une fois les photos réalisées, Timothée a donné une autre dimension au conte, ce qui, je trouve, lui confère encore plus de force : c’est à la fois la Poucette de notre enfance, sortie des pages du livre de mon grenier, mais aussi un nouveau personnage né de l’imaginaire de Timothée et de son amour pour l’enfance.

Avez-vous conçu les images seules ou en collaboration avec Timothée de Fombelle ? Qui a fait le choix des images ?

A l’origine j’ai conçu ces images dans un projet autonome. Ce n’est que bien plus tard que je me suis rapprochée de Timothée qui a travaillé sur ce texte. J’avais déjà une idée assez claire de la sélection mais, avec Timothée, au fur et à mesure de l’avancée de l’écriture nous avons mûri et fait évoluer le choix des images et leur combinaison. C’est toute la force de ce travail.

Concevez-vous le rapport texte-image comme un dialogue dans cet album ?

Oui bien-sûr. Il y a un vrai écho entre les images et la poésie du texte de Timothée.

Poucette est-elle une cousine de Tobie Loleness ?

Contrairement à Tobie elle est née dans une fleur imaginée par Hans Christian Adersen et non dans ce fameux arbre de Timothée de Fombelle ! Mais elle est très vite devenue sa cousine germaine une fois les deux univers réunis !

Est-ce un livre sur la mémoire ?

Oui, d’une certaine manière. Sur la mémoire de l’enfance qui est notre essence et qui, pourtant, s’efface si facilement

Merci Marie Liesse ! https://marie-liesse-galerie.com/

Cet article est protégé par les lois sur le droit d’auteur. 

Petit Soldat, l’interview de Pierre-Jacques Ober

Petit soldat, Pierre-Jacques Ober et Jules Ober, histoire et mise en scène de Pierre-Jacques Ober ; images de Jules Ober ; effets visuels numériques additionnels de Felicity Coonan , 1 vol. (95 p.) : ill. en coul. ; 23 x 29 cm , Paris : Seuil jeunesse, 2018

La veille de son exécution pour désertion, un soldat français, Pierre, écrit une lettre à sa mère. Il raconte en mots et en tableaux photographiques les combats, la misère des tranchées, les amitiés, les ordres injustes… Nous sommes pendant la Grande Guerre. 

Pierre-Jacques Ober, un de ses auteurs, a accepté d’expliquer à Miniphlit les dessous de la création de cet album photographique, docu-fiction historique. 

Cher Pierre-Jacques Ober,  qui est Pierre ?

Pierre est un jeune homme sensible, courageux et patriote. Un jeune homme qui fait toujours de son mieux pour satisfaire aux demandes du monde adulte. Il fait de son mieux pour être un bon fils, il fait aussi de son mieux pour être un bon soldat. Mais le monde entier étant en guerre, il apprend à ses dépens qu’il ne peut pas être les deux à la fois.

Qu’est-ce qui est authentique dans cette histoire ?

Tout. Nous avons fait un travail important de recherche afin d’être historiquement corrects. Ceci jusque dans les moindres détails. C’est une histoire fictionnelle mais il est certain que toutes les scènes représentées se sont déroulées à un moment ou un autre, dans un endroit ou un autre durant cette guerre.

Pourquoi ce choix de photographies pour la couverture ?  La tranche symbolise-t-elle la frontière entre la France et l’Allemagne  ? Les mouvements entre les deux photographies sont en exacte opposition. Est-ce voulu ?

La couverture est le choix de l’éditeur, Seuil Jeunesse. Je suis certain qu’ils l’ont bien pensée. Nous l’avons acceptée avec enthousiasme car elle exprime de belle manière un des messages du livre. Le fait qu’au niveau du petit soldat lambda, l’expérience de la guerre est vécue de la même manière des deux cotés de celle-ci.

Pourquoi ce  format ? Est-ce un lien avec le temps qui passe ? Le cheminement des soldats ?

La métaphore du petit soldat était évidente et il s’avère que c’est pendant la Première Guerre Mondiale que la photographie de reportage a vraiment pris son essor, est devenue accessible à tous grace à de nouveaux modèles de caméras. Quand au format lui-même, en anglais nous l’avons appelé « paper movie ».

Quelle a été la durée de réalisation de cet ouvrage ?

Cela nous a pris trois ans

Quel cheminement avez-vous suivi pour réaliser cet ouvrage ? Est-ce que le texte est venu après la réalisation des images ? 

Le texte définitif est placé en dernier. J’avais un texte, beaucoup de dialogues, d’éléments narratifs donnant des indications sur l’histoire des personnages principaux, leur passé, etc… Beaucoup d’informations pour commencer. Même des bulles de dialogues. Mais le dernier travail a été d’exprimer au lieu d’expliquer. D’ amener de la poésie, du lyrisme en éliminant le superflu. De laisser les images nous parler émotionnellement à la place des mots.

Je suis tombé complètement amoureux des images de Julie. Elles étaient tellement fortes qu’il était facile de comprendre que la meilleure chose à faire était de leur donner la pré-eminence. De n’utiliser le texte qu’en soutien.

Il y un effet extrêmement cinématographique dans l’enchaînement des plans, dans les chois de ces derniers … Est-ce votre formation ?

Oui. Julie et moi sommes des « image makers » depuis toujours. Moi en film et Julie en photographie. C’est notre premier ouvrage mais avant cela Julie et moi avons collaboré sur de nombreux projets audiovisuels. Principalement des films publicitaires et documentaires.

Peut-on parler d’écriture à quatre mains, d’un livre de couple ?

On pourrait dire que les rôles sont bien distincts entre Julie et moi. Dans le sens où j’ai vraiment écrit l’histoire sans son aide ( au début elle ne connaissait même pas la différence entre un képi et un casque à pointe!). De même, c’est elle et elle seule qui a créé les images. Cela étant dit, notre méthode est plutôt cinématographique. Je suis auteur/réalisateur/monteur et Julie est chef-opérateur d’un tournage facon Nouvelle Vague. J’arrive avec une scène à réaliser. J’en connais la place dans l’histoire, j’ai assemblé casting et décor mais c’est au moment de la prise de vue, en fonction des avis de Julie , que le travail final se fait. En fonction du cadre choisi, des problèmes de lumière ( nous ne travaillons qu’en lumière naturelle). En tant que réalisateur/metteur en scène, je garde la vision globale de la place d’une partie dans le tout. Au final, c’est quatre mains, quatre yeux et deux cerveaux en action. De manière flexible, ouverte et organique dans un cadre bien préparé.

Combien avez-vous pris de photographies pour réaliser cet ouvrage ?

Le livre est fait de 129 images. Nous avons dû faire à peu pres 200 images finies.

Pourquoi le médium photographique et non un roman ou le dessin ?

Tout simplement parce que j’ai toujours adoré les petits soldats, le monde miniature. Parce que Julie est photographe. Et surtout parce que nous voulions faire quelque chose qui n’avait pas été fait avant. Du moins dans cette ampleur. J’ai été ravi de découvrir à travers votre travail que la photographie a beaucoup été utilisée pour raconter des histoires aux enfants. Nous sommes donc loin d’être les premiers mais je pense sincèrement que raconter une histoire de manière aussi élaborée avec des photos de miniatures est plutôt rare.

Pourquoi le choix du noir et blanc pour évoquer les Allemands au début ?

L’étalonnage sépia dans le premier flash-back représente l’aspect « propagande » des journaux de l’époque.

Vous inscrivez-vous dans une filiation ?

Non, je ne peux pas dire. Je ne connaissais qu’un livre publié en 1977, un ouvrage de David Levinthal et Garry Trudeau. « Hitler moves East », a graphic chronicle, 1941-43. Bien différent de ce que nous faisons mais utilisant de belles images noir et blanc de figurines.

Quelle a été la part de décision et d’intervention de l’éditeur ?

Elle a été minime. Il faut dire que nous avons présenté un livre très abouti ( nous nous dirigions humblement vers la « self-publication »). Ils ont aimé ce qu’ils ont découvert et l’ont pris comme tel.

Il a été traduit, je crois. Avez-vous fait des modifications sur le texte ou les images en vue d’une traduction ?

Le passage d’une langue à une autre crée toujours des petits ajustements mais il n’y a pas eu de modifications.

Avez-vous connaissance de la réception qu’il reçoit auprès des enseignants, bibliothécaires, parents ?

Ma sœur est directrice d’école et beaucoup de ses collègues ont acheté le livre. Elles ont toutes confirmé que l’ouvrage était un excellent outil pédagogique pour introduire la Première Guerre Mondiale. Quand aux bibliothécaires, ils nous ont accordé le Prix Sorcières 2019.

Mille mercis pour cet entretien !

 

Cet entretien est protégé par les règles  du droit d’auteur comme tous les articles de ce site.