Regarde ! à la Maison de la photographie Robert Doisneau, c’est bien plus qu’une exposition.

Pour la première fois, un lieu dédié à la photographie accueille jusque fin mai une exposition dédiée aux livres photographiques pour enfants. 

Extrait du dossier de presse :

“Née au XIXème siècle, la photographie investit très tôt le livre, afin de pouvoir être diffusée efficacement au plus grand nombre. Loin de réserver ce canal de diffusion aux adultes, les photographes voient la possibilité de conquérir un nouveau public : les enfants. Collaborant avec des écrivains, ils s’essaient avec entrain à la création d’ouvrages pour la jeunesse, et font preuve d’une très grande inventivité pour créer autour de leurs images des fictions, des livres  d’apprentissage ou des albums novateurs.

Ces créations dites photolittéraires sont le reflet de  leur époque, témoignent de la variété des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques qui accompagnent le développement de la photographie. Longtemps la photographie fut la mal aimée des livres pour enfants. Aujourd’hui encore, la photographie reste marginale en littérature jeunesse et le livre photo-illustré souffre toujours d’un manque de reconnaissance.

Pourtant, depuis quelques années, on redécouvre l’importance et la variété de cette abondante production. On se rend compte que bon nombre de grands photographes ont contribué activement à son histoire : Ansel Adams,Laure Albin-Guillot,Claude Cahun,Edward Curtis, Dominique Darbois, Robert Doisneau, Hannah Höch, Frank Horvat, André Kertész, François Kollar, Ergy Landau, Jacques-Henri Lartigue, Thérèse Le Prat, Duane Michals, Annette Messager, Sarah Moon, Marc Riboud, Alexander Rodtchenko, Cindy Sherman, Emmanuel Sougez,Edward Steichen,WilliamWegman,pour lesquels ces livres font pleinement partie de leurs œuvres.

Bien plus, des titres signés des maîtres de la photographie sont réédités et figurent désormais dans les rayonnages des bibliothèques enfantines. Ainsi, les assemblages d’objets hétéroclites de la photographe surréaliste Claude Cahun (1894-1954) pour le Cœur de Pic sont de nouveau accessibles. La fourrure des oursons de la photographe animalière Ylla (1911-1955) est plus soyeuse que jamais. Et les jeunes lecteurs peuvent désormais admirer la profondeur du noir et blanc des images du photographe japonais Eiköh Hosoe (né en 1933) dans Taka-Chan et moi.

La Maison de la Photographie Robert Doisneau invite aujourd’hui le public à redécouvrir  l’histoire de cette production rarement présentée au public par les institutions. Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants propose aux visiteurs de circuler dans une centaine d’ouvrages publiés du milieu XIXe siècle jusqu’à nos jours. Pensé aussi bien pour les enfants que pour les adultes, la scénographie offre un parcours chronologique, allant de 1866 à 2023 et permet de découvrir les premiers ouvrages du genre puis l’évolution du livre de photographie jeunesse en Europe et aux Etats-Unis. Le parcours détaille également sous forme de focus quelques catégories structurantes de la photolittérature pour les enfants : l’imagier, le livre de cinéma, le livre de conte ou encore le  livre  de  voyage.

D’hier ou d’aujourd’hui, ces livres ont marqué plusieurs générations et façonné bien des regards. À ce titre, ils font partie intégrante de l’histoire collective et  méritent  d’être  découverts  ou  redécouverts.”

Cette exposition est conçue pour s’adresser aux adultes, professionnels de la littérature jeunesse ou de la photographie, comme aux plus jeunes lecteurs, avec des espaces de lecture qui leur sont réservés, des accrochages, une signalétique et des cartels adaptés. 

Bien plus, des ateliers, conçus par Claire Le Moine et Lou Burillier-Peltier du service pédagogique de la Maison Doisneau, leur font découvrir l’histoire de ces productions et leur offrent la possibilité de s’exercer à leur tour à la création photolittéraire : découpage-collage, photomontage, écriture d’histoires… D’étranges personnages sont ainsi apparus ces dernières semaines, à la manière de ceux de Jean Lecointre, d’Hannah Höch ou encore de Jan von Holleben. 

La Maison Doisneau propose également un cycle de visites guidées et de visites en famille. 

En marge de l’exposition, la médiathèque de Gentilly, en face de la Maison Doisneau, accueille l’exposition de la photographe Nathalie Seroux. La conférence 1,2, 3 … Regarde ! Découvrir le monde dans les imagiers photographiques a permis mercredi dernier au public de Gentilly de découvrir l’évolution et la finalité de cette catégorie importante de la photolittérature jeunesse.

L’exposition est présentée jusqu’à la fin du mois de mai à la Maison Robert Doisneau et s’envolera ensuite, avec des évolutions scénographiques, vers d’autres lieux d’accueil… Il reste un mois pour en profiter. 

Sur le site de la Maison Doisneau https://maisondoisneau.grandorlyseinebievre.fr/informations-transversales/agenda/150-ans-de-livres-de-photographies-pour-les-enfants-7087

Dans la presse : Libération, Like, Télérama, France Fine Arts et bientôt d’autres en parlent :  https://francefineart.com/tag/laurence-le-guen/

Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour enfants.

Du 1er mars au 31 mai 2024, la Maison de la photographie Robert Doisneau de Gentilly (juste de l’autre côté du périphérique parisien) accueille l’exposition  Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants et présente plus d’une centaine d’ouvrages photolittéraires dans un parcours chronologique et thématique. 

Le dossier de presse et les dates de visites guidées sont à découvrir sur le site de la Maison Doisneau https://maisondoisneau.grandorlyseinebievre.fr/informations-transversales/agenda/vue-detaillee/regarde-150-ans-de-livres-de-photographies-pour-les-enfants-7087

JE “Exposer la littérature jeunesse, Formes, enjeux et pratiques” en replay

En 2021, la médiathèque José Cabanis de Toulouse accueillait l’exposition Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse, prolongée par une expo en ligne. En 2022, la médiathèque de Lyon a présenté Sans fin la fête, les années pop de l’illustration (1963-1983). Fin 2022-début 2023, la médiathèque Françoise Sagan accueille Lire l’enfance avec les éditions MeMo, à l’occasion des trente ans et du versement des archives de la maison d’édition au fonds patrimonial Heure joyeuse.
Si les bibliothèques semblent être des lieux privilégiés de ces expositions portant sur la littérature jeunesse, les musées et autres lieux d’exposition municipaux ne sont pas en reste. En 2021, le Palais Lumière d’Evian proposait de découvrir l’œuvre d’Alain Le Foll à travers ses ouvrages pour adultes et pour enfants. En 2022 le Musée des Arts Décoratifs à Paris partait à la rencontre du Petit prince tandis le MUNAE de Rouen invitait à découvrir les chansons du répertoire enfantin.
Ces quelques exemples récents – et bien d’autres, que l’on peut retrouver dans l’Agenda du site www.litteraturesmodesdemploi.org – témoignent de la vitalité actuelle de la pratique de l’exposition du littéraire à destination des plus jeunes et de l’intérêt réel du public d’enfants et d’adultes pour cette forme de médiation culturelle qui permet parfois, au-delà de la découverte de cette production éditoriale, d’en toucher du doigt les coulisses.

Une journée d’étude, accueillie par la médiathèque Françoise Sagan, à Paris, le 16 février 2023, a été la première organisée au sein du réseau PatrimoniaLitté, qui fédère les recherches sur les rapports entre littérature et patrimoine, et la quatrième organisée dans le cadre des recherches conduite au sein du réseau RIMELL (Recherches interdisciplinaires sur la muséologie et l’exposition de la littérature et du livre ), qui nouent un partenariat à l’occasion de cette rencontre. Mise sur pied par Laurence Le Guen, Hélène Vallotteau et David Martens, cette rencontre sera la première d’un programme consacré à l’exposition de la littérature jeunesse inscrit dans le cadre des travaux des RIMELL.

Si vous souhaitez prendre connaissance de la teneur de cette première journée d’échanges, les vidéos de cette rencontre sont désormais à votre disposition ci-dessous, ainsi que sur le Carnet de recherche de PatrimoniaLitté.

https://respalitt.hypotheses.org/des-colloques

Parmi ces communications, une en particulier était consacrée à l’exposition d’ouvrages photolittéraires enligne.

Murièle Modély, « Du réel au virtuel, Clic Clac à la médiathèque de Toulouse »

En prenant appui sur  l’exposition Clic Clac la photographie dans la littérature jeunesse qui s’est tenue en 2021 à la bibliothèque de Toulouse, cette communication  présente comment les expositions de collections patrimoniales jeunesse  prennent place au cœur de l’espace de lecture publique de la médiathèque, afin de toucher le plus possible de visiteurs adultes et enfants. Le volet numérique  des expositions, blogs, réseaux numériques et expositions virtuelles conçues de façon concomitante et systématique  pour annoncer, accompagner ou poursuivre  les expositions physiques, est également développé.

I comme Image, Marc Riboud à la médiathèque de Pau

Le réseau des médiathèques de Pau présente à partir du 23 avril jusqu’au 25 juin une relecture de l’œuvre du photographe Marc Riboud. Intitulée “I comme Image”, l’exposition présente vingt-six photographies de Marc Riboud reliées chacune à une lettre de l’alphabet. Une formidable invitation à regarder la vie qui passe avec des yeux étonnés, curieux de sa beauté et de sa drôlerie. https://www.pau.fr/article/marc-riboud–i-comme-image-sur-le-reseau-des-mediatheques

A cette occasion, Catherine Chaine et Lorène Durret, de l’association Les amis de Marc Riboud, présenteront  I comme Image et 1. 2.. 3… image,  un abécédaire et un livre à compter en s’amusant avec les photographies de Marc Riboud, édités par Gallimard Jeunesse  en collaboration avec l’association Les Trois Ourses, le 23 avril à 14 h 30 dans l’auditorium : “Si quelques petits chanceux apprennent à lire et à compter dans la joie, beaucoup d’autres enfants – et leurs parents avec eux – se souviennent toute leur vie de douloureux ânonnements accompagnés de l’impression qu’ils n’y arriveront jamais. C’est sans doute parce que cet apprentissage des lettres et des chiffres est difficile que de tous temps, des abécédaires et numéraires illustrés ont été édités : ils sont là pour joindre l’agréable à l’utile et pour dorer une pilule qui, sans leurs belles illustrations, risquerait d’être amère.

Depuis plusieurs années, Catherine Chaine et Lorène Durret travaillent ensemble pour le rayonnement de l’œuvre de Marc Riboud, dont le fonds photographique a été légué au Musée national des arts asiatiques – Guimet. Dans cette discussion, elles reviendront sur la genèse de ces deux livres, véritables portes d’entrées dans le travail photographique de Marc Riboud.”

Ces deux ouvrages sont présentés dans l’ouvrage 150 ans de photolittérature pour les enfants et ont fait l’objet d’une conférence (bientôt en ligne ! ) intitulée Transmettre le patrimoine photographique : comment la littérature jeunesse crée-t-elle un espace de rencontre entre l’enfant et la photographie patrimoniale ? Tentative d’inventaire, donnée dans le cadre du séminaire “De la fabrique du patrimoine littéraire à la fabrique littéraire des patrimoines”.

Maquette de l’ouvrage 1., 2.., 3…, Image

Avec les codes de l’abécédaire et du livre à compter, vrais livres d’apprentissages pour enfants, ces deux ouvrages offrent en même temps une balade dans le monde de Marc Riboud, constituent un inventaire de la carrière de ce photographe devenu patrimonial, offrent à l’amateur de belles photographies l’occasion de (re)découvrir son talent. 

Tana Hoban s’expose à Castiglione delle Stiviere, entretien avec Elisabeth Lortic

copyright Mutty

Depuis le 22 octobre , et jusqu’au 22 janvier 2022, la librairie-espace d’exposition Mutty accueille une exposition dédiée à la photographe américaine Tana Hoban, pionnière du livre photographique pour enfants.

Cette exposition hommage permet aux visiteurs de redécouvrir les ouvrages, photographies et films de la photographe, mais également de participer à des ateliers.

Elisabeth Lortic, de l’association des Trois Ourses, nous a accordé un entretien. 

Elisabeth Lortic, comment a été conçue cette exposition et qui en assure le commissariat ? 

Quand l’association des Trois Ourses a décidé de fermer après 30 années d’activités, nous avons réfléchi à ce que l’on pouvait faire des œuvres que nous possédions, dont des œuvres de Tana Hoban. Le Cnap (Centre National des Arts plastiques) qui avait soutenu la publication d’un livre sur les travaux de Jean Widmer par Katsumi Komagata, s’est présenté comme un lieu naturel d’accueil.  Le Cnap a une mission de diffusion et de valorisation des œuvres. Sandra Cattini, Responsable de la collection design et arts décoratifs, pôle collection, s’est impliquée avec énergie et a permis que l’exposition se réalise dans un temps relativement court (étant donné les conditions nouvelles de travail due à la pandémie).

En 2018, l’éditeur italien Lazy Dog associé à la structure Mutty nous a acheté les droits pour une version bilingue (italien/anglais) du catalogue raisonné des livres de Katsumi Komagata. Le travail de médiation autour des livres de Katsumi Komagata s’est poursuivi chez Mutty avec l’association Peekaboo qui a travaillé à la Petite école des Trois Ourses. Au sein de ce groupe Mutty, Giulia Giazzoli est particulièrement intéressée par la photographie et le livre photo. Je l’ai assez naturellement orientée sur Tana Hoban comme une base d’un travail plus approfondi sur le sujet et Giulia m’a associé à l’organisation de cette exposition Guardare è un gioco i libri fotografici di Tana Hoban

copyright Mutty

Qu’y trouve-t-on ?

L’exposition est centrée sur Tana Hoban. On y trouve toutefois les deux imagiers très novateurs d’Edward Steichen, avec lequel elle a collaboré. Edward Steichen, photographe et directeur de la photographie au MoMa de New York, l’a exposée dans « Six femmes photographes », aux côtés de Helen Levitt et de Dorothea Lange, puis en 1955 dans la fameuse exposition «Family of Man». Les livres de Tana Hoban qui sont exposés chez Mutty sont ceux que l’on a donnés au Cnap. Quelques images proviennent aussi de la collection de Grummond dans l’université du Mississipi qui accueille les archives de Tana Hoban. Les photographies exposées sont tirées de l’exposition de Bologne que nous avions réalisée avec elle. Ce sont des tirages d’environ 40 x60 cm. 

copyright Mutty

Parlons du lieu

Mutty est un lieu à Castiglione delle Stiviere, près du lac de Garde. Il associe une librairie, un restaurant, une salle d’atelier, une salle d’exposition, avec une très belle lumière. Les proportions du lieu correspondent bien à la modestie des Trois Ourses et à notre matériel. Le scénographe, Paolo Cremonesi, a fait un joli travail sur du carton léger pour présenter les photos comme dans des livres ouverts, dans lesquels les images se répondent deux par deux. Cela rappelle les double-pages des livres de Tana. Les visiteurs peuvent déambuler entre elles comme dans un labyrinthe. Il n’y a pas de parcours imposé, mais une observation un peu plus longue permet de dégager des thématiques, forme, matière, couleur… Dans une petite salle noire, derrière un rideau, les visiteurs peuvent découvrir de petits films sur les animaux, réalisés par Tana Hoban. Les écrans ont tendance à attirer les visiteurs, surtout les petits, mais ces petits films de trois minutes bien positionnés, ne les empêchent pas de circuler dans l’exposition.

copyright Mutty

Comment sont présentés les livres ?

Ils sont placés en ordre chronologique en deux grandes bandes superposées : l’une à hauteur d’adulte et l’autre plus basse. Ils forment un fond qui montre l’importance du travail de Tana Hoban. C’est assez graphique. J’aurais voulu que certains ouvrages soient présentés à livre ouvert mais l’espace et les contraintes de conservation du Cnap ne le permettaient pas. Dans la librairie, on trouve les livres américains et les livres en français de chez Kaléidoscope. Malheureusement beaucoup sont épuisés. Certains livres de seconde main sont mis à disposition des enfants.

copyright Mutty

Trouve-t-on des écrits dans cette exposition ?

Les cartels sont très simples. Il s’agit de la fiche de catalogage qui est placée sur le mur, sous les livres, sans que cela ne gêne la vision globale des livres. Il y a une vitrine à hauteur d’enfant qui accueille les jouets que Tana nous avait confiés et qui lui avait servi à faire Des couleurs et des choses. On présente aussi le portrait de Tana par Sarah Moon, qui a servi pour la couverture de l’autobiographie que nous avons éditée Regarde bien / Look again : les albums photographiques de Tana Hoban, à l’occasion de l’exposition à Bologne.

Giulia Giazzoli a réalisé un catalogue en grand format journal et en faible tirage qui comprend plusieurs textes sur la photographie pour enfants, une interview dans laquelle je parle de mes relations avec Tana, et des photographies de Tana Hoban.  Des marque-pages avec un trou qui rappelle celui que Tana utilisait dans ses interventions aussi bien que dans ses “Look Book” pour permettre  au jeune lecteur de diriger son regard et “cadrer”. 

copyright Mutty

Quelles réactions avez-vous constatées de la part des visiteurs ?

Pour de nombreux visiteurs les livres de Tana étaient une découverte car en Italie seuls sont publiés jusqu’à présent les livres en petits formats carrés Bianco e Nero, Che cos’è ?, Giallo, rosso, blu publiés par Camelozampa.  Les enfants ont beaucoup apprécié l’atelier de Coline Irwin le week-end dernier. Il y en aura d’autres d’ici la fin de l’exposition fin janvier avec Luca Ganzerla et Giulia Mirandola. 

Le site de Mutty https://www.mutty.it/

Merci Elisabeth !
5a. Tana Hoban – Fonds Les Trois Ourses – Centre national des arts plastiques – © Cnap

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

L’expo “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” au Creusot a fermé ses portes

L’exposition “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” a fermé ses portes au Creusot. Elle a reçu toute la semaine des scolaires d’âges différents venus travailler sur la thématique des droits de l’enfant, l’occasion de les interroger également sur la réception des photographies et des livres photo-illustrés. 

Elle est désormais libre à la location. 

 

Exposition virtuelle “Clic Clac la photographie dans la littérature jeunesse”

“L’exposition « Clic Clac la photographie dans la littérature pour la jeunesse » est installée dans la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse depuis le 16 mars 2021 et sera visible jusqu’au 19 septembre. Elle propose au visiteur de découvrir l’histoire et la diversité des productions francophones pour la jeunesse illustrées de photographies. Elle se double désormais d’une exposition en ligne Clic Clac – La photographie dans la littérature jeunesse (toulouse.fr) élaborée par Rosalis, l’équipe de la bibliothèque numérique patrimoniale de Toulouse.

Cette exposition numérique ne se veut pas le doublon de celle qui la précède dans la mesure où les treize vitrines thématiques de la médiathèque jeunesse sont condensées désormais en cinq chapitres et que des rubriques nouvelles viennent compléter des informations peut-être trop vite entraperçues lors d’une déambulation peut-être guidée par celle d’un jeune enfant. Sous le titre « Des imaginaires photographiques », on balaye d’abord très rapidement l’histoire de la photographie dans le livre pour enfants, en commençant par un Point de vue de Niepce (1927), jusqu’à l’imagier de Claire Dé, Imagine (2015), en prenant le temps de rappeler les réticences du public et de la critique à l’égard de ce que les concepteurs de l’exposition appellent « la photolittérature », faisant leur cette appellation, issue des recherches universitaires menée par exemple à l’université de Rennes 2.”

La suite de mon compte-rendu est à lire sur le site des Littératures Modes

d’emploi https://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnets/

CLIC CLAC la photographie dans la littérature jeunesse à Toulouse

“La photographie est aujourd’hui un medium familier à tous utilisée largement dans la presse et les documentaires, mais sa présence dans la littérature pour la jeunesse reste minoritaire. 


C’est qu’on lui reproche généralement, notamment lorsqu’il s’agit d’illustrer des albums narratifs, d’être trop réaliste ou peu lisible, et de ce fait de ne pas stimuler l’imaginaire des enfants. 


Pourtant si l’on se réfère aux imagiers, albums, contes et histoires publiés tout au long du 20è siècle jusqu’à ce début du 21è, on relève de nombreuses publications illustrées de photographies se distinguant par leur inventivité. La photographie offre donc un espace fécond de création.


Photographes, illustrateurs, auteurs, s’en sont emparés et, par mise en scène, cadrage, photomontages…, interrogent le rapport entre la fiction et la réalité. Dans la littérature pour la jeunesse, par le jeu et l’imaginaire, la photographie permet à l’enfant d’apprendre à regarder.


L’exposition Clic Clac vous invite à votre tour à construire votre parcours au fil de thèmes faisant la part belle aux inventions photographiques. Chaque îlot thématique, depuis « Il était une fois les contes… » à « Nos amies les bêtes » en passant par « Grandir » est en effet l’occasion de redécouvrir des livres de photolittérature d’hier et d’aujourd’hui, issus des collections patrimoniales de la Bibliothèque de Toulouse*.

Regardez, comparez, décryptez ces livres comme autant des fenêtres ouvertes sur la création photographique à l’œuvre dans la littérature pour la jeunesse.”

Pour retrouver les coulisses de l’exposition https://www.occitanielivre.fr/actualites/clic-clac-la-photographie-dans-la-litterature-jeunesse

Une journée d’étude accompagnera cette exposition. Si la table ronde est reportée au mois de juin  pour des raisons sanitaires, je présenterai néanmoins le résultat de mes recherches à 10H en visio-conférence depuis Toulouse. https://www.occitanielivre.fr/agenda/journee-photolitterature-pour-la-jeunesse

Pour suivre la conférence https://business.facebook.com/events/2876663302550284/

Béatrice Poncelet est dans Littératures Modes D’Emploi

Jusqu’au 13 septembre

Pour lire ma présentation de l’exposition “Petite voleuse de mémoires” qui se tient à la médiathèque Françoise Sagan jusqu’au 13 septembre, c’est sur le site des Littératures Modes d Emploi : http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/petite-voleuse-de-memoires-beatrice-poncelet-paris/

Expo en ligne : Harry Potter à la British Library

Au moment où la télévision française propose à ses téléspectateurs de voir ou revoir les aventures d’Harry Potter et ses amis chaque mardi soir sur le petit écran, il est possible de prolonger le plaisir en (re)découvrant l’exposition numérique organisée par la British Library et son partenaire Google Arts & Cultures sur ceux de nos ordinateurs ou de nos smartphones.

L’exposition « Harry Potter, une histoire de la magie » s’est tenue d’octobre 2017 à février 2018 dans les murs de la British Library à Londres. Conçue pour célébrer le 20ème anniversaire du premier tome des aventures du petit sorcier, elle a connu un succès phénoménal. Depuis sa fermeture, l’exposition virtuelle permet de prolonger sa visibilité et de l’ouvrir à un plus grand nombre de visiteurs, avec des versions en français, anglais, allemand, espagnol, portugais et hindi.

La suite est à lire sur le site des Littératures modes d’emploi http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/harry-potter-une-histoire-de-la-magie-voyagez-au-fil-de-lexposition-de-la-british-library-exposition-en-ligne/?fbclid=IwAR32DSYcYNra1x_7zzMKbfKs4-iqlxiTiIgKLJLdHp0-CTqU93DarG_B8fQ

EXPOS EN LIGNE sur le site des littératures modes d’emploi

En cette période de confinement, il est important de garder les yeux et l’esprit grands ouverts pour ne pas sombrer dans la morosité ambiante. Les institutions muséales se mettent en quatre pour poursuivre leur mission et offrent des visites virtuelles de leurs espaces. Le monde de la chaîne du livre, et notamment du livre jeunesse, n’est pas en reste avec des propositions d’écoute de lecture d’albums ou des séances de tournage de pages virtuelles. Le salon du livre de jeunesse de Montreuil qui se tient à l’automne, a même ouvert les portes d’un salon du livre en ligne et nous fait découvrir les pratiques de nombreux illustrateurs. L’équipe des Littératures : Modes d’emploi se mobilise et vous propose quelques découvertes notamment celle consacrée aux « Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui ».

http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/babar-harry-potter-cie-livres-denfants-dhier-et-daujourdhui/

Et si nous profitions de cette drôle de période de confinement pour visiter quelques maisons d’écrivain ? Virtuellement bien-sûr ! La plateforme Muséosphère, conçue par la ville de Paris et Paris Musées, permet aux enfants de découvrir virtuellement plusieurs lieux culturels de la capitale française, parmi lesquels deux maisons d’écrivain, celles de Balzac et de Victor Hugo. http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/museosphere-i-maison-de-victor-hugo/

Fruit d’un séminaire organisé en 2012 par le Centre des Sciences historiques de la culture et les sections d’Histoire de l’art et d’Histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne, Photo d’encre est une exposition en ligne dédiée aux albums photographiques publiés pendant le troisième quart du vingtième siècle à Lausanne. http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/photo-dencre-le-livre-de-photographie-a-lausanne-1945-1975-exposition-en-ligne/

A suivre…

EXPO PHOTO PORTRAITS D’ENFANTS

J E , T U , I L , E L L E , N O U S A V O N S D E S D R O I T S !
Militante de longue date, Lily Franey a voyagé et photographié partout où l’homme souffre. Elle a parcouru l’Afrique de l’ouest et du sud, le Guatemala, le Kurdistan, le Laos, le Liban, Madagascar, le Viet Nam, et a ramené de multiples images témoignant des conditions de vie difficiles, mais aussi des joies de ces enfants d’ailleurs, si lointains et pourtant si proches de nous.  

Chaque 20 novembre, nous célébrons l’anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l’enfant. L’exposition « Je, tu, il, elle, nous avons des droits !» invite le spectateur à partir à la rencontre des enfants du monde en vingt-deux portraits accompagnés des grands principes de la convention.

Lily Franey sera présente à la bibliothèque universitaire le mercredi 11 mars à 12h45 pour un temps de rencontre avec le public, ainsi qu’au vernissage de l’exposition à 18h. 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search