Archives de catégorie : En tant qu’auteure…

Deux petits ours au Salon du Livre de Paris, 16-19 mars 2018

« Histoire en dents de scie que celle de la photolittérature pour la jeunesse !
À y regarder de plus près, l’introduction de la photographie dans les livres destinés au jeune public s’est inscrite dans les bouleversements qui ont marqué la littérature pour enfants à la fin du XIXe siècle et ont donné naissance au livre moderne, avec
une nouvelle place accordée à l’image. Par la suite, l’usage des photographies a coïncidé avec l’idée que l’on avait de la photographie, attestation scientifique, attribut de la modernité, témoignage du réel, art au même titre que les autres arts graphiques, art au service de la mémoire et de la formation des enfants.
L’exploration de ces productions sur plus de 100 ans permet de constater que la photographie a pénétré toutes les catégories de la littérature pour la jeunesse, du livre didactique au roman-photo, en passant par le livre de voyage, les contes, les livres de catéchèse, le roman scolaire. De grands noms de la photographie ou de
la littérature se sont inscrits dans l’histoire de ce genre littéraire : André Maurois, Louise de Vilmorin, Jacques Prévert, Maurice Genevoix, Jules Roy, Claude Cahun, Laure Albin-Guillot, Robert Doisneau, André Kertész, François Kollar, Ergy Landau, Jean Rouch, Sarah Moon, Ansel Adams, Edward Cutis, Cindy Sherman, William
Wegman, Ylla, Madeline Brandéis, Margareth Wise Brown aux États-Unis, Alexandre Rodtchenko, Piet Zwart, Suzi Pilet, ailleurs en Europe…
Bien souvent, la photographie dans le livre pour enfants a fait l’objet de nombreuses critiques, ce qui a entraîné périodiquement sa désaffection auprès du grand public.
On a souvent considéré que si la photographie convenait à l’adulte, elle devait être prohibée pour l’enfant : trop réaliste, sans âme, pas assez précise, sans contrastes, illisible, brideuse d’imaginaire, et cætera. La photographie devait donc se cantonner dans un rôle documentaire.
Pourtant, la photographie a donné des chefs d’œuvre à la littérature de jeunesse.
Qui se souvient que Jules Verne utilise la photographie dès 1895 pour ancrer ses fictions dans le réel en illustrant ses récits avec des clichés de voyageurs ? Qui sait que les imagiers actuels pour enfants sont les héritiers du First Picture Book du célèbre américain Edward Steichen ? Qui sait encore que le seul livre pour enfants du surréalisme est Le Cœur de Pic de Claude Cahun et Lise Deharme ? Avons-nous oublié Parana le Petit Indien, ou Noriko la petite Japonaise de Dominique Darbois, qui nous permettaient de voyager dans les années 50 ? Et comment avoir le plaisirde revoir les images de Crin Blanc ou du Ballon Rouge, si les novellisations des films
d’Albert Lamorisse ne les avaient pas fixées sur papier ?
On ne peut que se féliciter que de nouveaux ouvrages illustrés de photographies fassent leur apparition dans les catalogues actuels ou que des maisons d’édition parient sur le patrimoine et choisissent de rééditer certains livres des années 1930-1950, période phare pour l’album photographique. Les éditions MeMo ont redonné une vie au Cœur de Pic, à Animaux a mimer de Rodtchenko, à Dachenka de KarelCˇ apek, et aujourd’hui aux Deux petits ours d’Ylla. Espérons que l’aventure se poursuive, car l’enfant aime la photographie, certainement, même dans les livres. »

Extrait du dossier de presse.

Les Deux petits Ours d’Ylla, réédités chez MeMo !

« Deux oursons nés en hiver voient le printemps arriver et ont très envie d’aller découvrir le monde hors de la tanière. Mais leur mère ne veut pas qu’ils se perdent dans le vaste monde. Pendant que la grande ourse va chercher du miel, les deux oursons oublient sa mise en garde et courent dans les champs, roulent et chahutent. Les voilà jouant à cache-cache dans la forêt et grignotant des feuilles vertes. Grimpant aux arbres, ils réalisent soudain qu’ils n’aperçoivent plus leur tanière…

En 1954, Ylla publie Two Little Bears chez Harper & Brothers à New York. En plein « âge d’or » du livre illustré de photographies, Ylla connaît un succès mondial, et cet ouvrage sera tiré à plus de 100 000 exemplaires. Pour ce livre, Ylla achète un ourson, puis deux, les nourrit au biberon et les jeunes ours la suivent, comme ils suivraient leur mère, dans la forêt du Connecticut. »

 

https://www.editions-memo.fr/livre/deux-petits-ours/

C’est avec un infini plaisir que je fais cette annonce, après deux années consacrées au travail d’Ylla, une plongée dans ses archives à Tucson et à New York, et une collaboration  passionnante avec les grands éditeurs de la petite maison d’édition nantaise. Merci pour leur confiance !

Littératures pour la Jeunesse au Maroc

 

Retour sur le premier salon des lettres du Maghreb à Oujda, Septembre 2017.

L’enfant marocain a soif de livres qui lui parlent de ses problèmes quotidiens, de l’Histoire de son pays, de ses traditions et de ses contes, si l’on en juge par  l’importante fréquentation des jeunes lecteurs sur le stand dédié à la littérature pour enfants et l’engouement pour les ateliers d’écriture proposés.

Une littérature qui s’adresse à la jeunesse marocaine et qui lui parle du Maroc existe et connaît un réel essor. Elle est diverse et de qualité.

Mais aujourd’hui, elle est portée par seulement deux maisons d’édition militantes, qui multiplient les actions aux quatre coins du pays, avec le soutien d’ONG françaises ou d’ Instituts Culturels. Le livre est hélas encore trop cher pour le pouvoir d’achat des ménages. Les médiateurs du livre ne sont pas non plus formés pour les exploiter.

Ces maisons attendent aujourd’hui le soutien des pouvoirs publics marocains pour apporter les livres dans les foyers, les bibliothèques, les écoles.

Espérons que ces quelques heures passées à créer avec les enfants, à raconter et à conter ont semé des graines de lecteurs.

 

Premier Salon « Lettres du Maghreb », du 21 au 24 septembre, à Oujda, Maroc

En tant qu’auteure…, j’animerai des ateliers d’écriture autour de mon roman pour la jeunesse Les fabuleux voyages d’ Ibn Battouta, lors de cette première édition d’un salon du livre à Oujda.

Sur le site de l’Institut Culturel :

« L’ Agence de l’Oriental organise  le premier salon maghrébin du livre « Lettres du Maghreb » sous le thème « Dire la jeunesse, écrire l’espoir ».
Auteurs, poètes, romanciers, philosophes, éditeurs, libraires… du Maroc, du Maghreb, d’Afrique et d’ailleurs, seront à l’affiche et animeront le salon. Le Sénégal sera l’invité d’honneur.

Au programme :

34 tables rondes, 150 intervenants, des stands, un vernissage, une inauguration, une pièce de théâtre, 2 projections de films, des soirées artistiques, des formations, des animations, des contes et des ateliers jeunesse…

Les thématiques :

Jeunesse et migration,

Le Maghreb au féminin,

Au delà des frontières,

L’horizon africain,

Enjeux des régions au Maroc

Mémoires

Le Maghreb des idées

Littérature jeunesse
À travers les livres, les auteurs, les illustrateurs et les conteurs, le salon éveillera les sens de la jeunesse de l’Oriental afin de rêver le Maghreb.
Plus de détails sur le programme officiel du salon et sur nos réseaux sociaux. »

La Cigogne Volubile, 11-12-13 mai au Maroc

Merci à tous les enfants que j’ai rencontrés à l’institut Français de Marrakech, à celui d’Agadir, merci à leurs professeurs, à Kamal, à Zohra, à Hélène, à Fatima !

Expliquer le travail d’un auteur, d’un illustrateur, d’un éditeur, d’un libraire… Donner envie de lire et de se poser des questions…Proposer une autre littérature pour la jeunesse…Rencontrer d’autres créateurs et leur poser des tas de questions…

Voilà ce que je ferai la semaine prochaine avec les élèves des classes d’Agadir et de Marrakech, dans le cadre du festival La Cigogne Volubile et à l’invitation des Instituts Français du Maroc

 

Salon du livre de Paris 2016

12672096_10207574029163340_7919820186040389754_o

Séance de dédicaces pour les éditions Yomad, sur le stand du Maroc.

Et petit tour sur les stands des éditeurs et quelques entretiens avec des responsables des maisons d’éditions  : « Des albums pour enfants illustrés par la photographie ? Oui, pourquoi pas…En fait, on n’y pense pas….Il faudrait voir si c’est porteur » ou bien encore « non, non, les écrivains n’aiment pas être illustrés par la photo », ou encore « En fait, on ne reçoit pas ce genre de propositions…et la photo, c’est compliqué »…