Archives de catégorie : Dans la presse

n° 2 de la Revue Internationale de Photolittérature

http://phlit.org/press/?post_type=numerorevue&p=3098

Le N° 2 de la Revue Internationale de Photolittérature est paru !

Il est consacré aux relations entre photographie et théâtre.

« Ce numéro a une double origine. D’une part, il est issu d’une journée d’études organisée en décembre 2016 à Montpellier par Laurence Petit et Marianne Drugeon (EMMA, Université Paul Valéry-Montpellier 3), associées à Christine Kiehl (PASSAGES XX-XXI, Université Lumière-Lyon 2) et Jean-Pierre Montier (CELLAM, Université Rennes 2). Cette journée réunissait des chercheurs davantage orientés vers les études intermédiales que vers celles plus proprement théâtrales. Ces dernières sont, d’autre part, directement sollicitées, grâce à Brigitte Joinnault (THALIM, CNRS et Université Côte d’Azur), qui a bien voulu coordonner un dossier spécifiquement consacré à Tadeusz Kantor. Ce dossier possède sa propre cohérence mais il a aussi pour fonction, au regard de la première partie, d’en éclairer plusieurs aspects et d’élargir les perspectives qui s’y dessinaient. Ce Dossier Kantor est également issu d’une journée d’études, qui a eu lieu le 5 février 2016 à l’université Paris Diderot, « Relations théâtre-photographie. Tadeusz Kantor, mémoires imaginaires et filiations inconscientes », organisée par Suzanne Fernandez, Evelyne Grossman de l’axe EMOI (Esthétique, Médias/Musique, Oralité, Image) du Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Arts et Cinéma (CERILAC/Université Paris Diderot) et par Brigitte Joinnault, du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL/Université Côte d’Azur). Cette même journée d’étude est l’une des réalisations d’un programme de recherche sur les formes de présences de la photographie dans les études théâtrales (FoPPHET) initié en 2011 ».

J’y signe un article consacré à l’album de Suzy Lee, Alice in Wonderland :
Quand la photographie nous fait accéder au petit théâtre de l’enfance, Alice in Wonderland, par Suzy Lee

Deux Petits Ours dans la RLPE !

Un grand merci à Catherine Bonhomme et Elisabeth Lortic pour ce très long et bel article dans La Revue des Livres pour enfants de cet été, article que j’insère  ici avec leur autorisation. 

Je me permets juste une précision. Les éditions MeMo ont pris appui sur l’oeuvre originelle pour réaliser cette grande réédition, à savoir le livre publié aux Etats-Unis, avec le seul texte écrit par Ylla au cours de sa carrière.

Ses archives témoignent de son insatisfaction à l’égard de sa propre écriture, mais également à l’égard des textes écrits pour ses livres, par d’autres. Un seul auteur avait grâce à ses yeux : Jacques Prévert.

« Photographs rendered in Play-Doh » d’Eleanor Macnair

d6f9dfd93cf6ba78b61419289ab7a706

Helen Tamaris, par Man Ray, 1929.

https://photographsrenderedinplaydoh.tumblr.com/

Et sur le site de Courrier International : http://www.courrierinternational.com/diaporama/photographie-les-plus-grands-cliches-recrees-en-pates-modeler

« Reproduire les clichés des célèbres Diane Arbus, Man Ray, Malick Sidibe ou Walker Evans avec de la pâte à modeler : c’est ce que l’artiste Eleanor Macnair appelle son“hommage bizarre à la photographie”.

Depuis 2013, l’artiste londonienne “démontre que la plasticine ne sert pas qu’à occuper les enfants et que son utilisation n’a pas de limite d’âge”, note le magazine américainJuxtapoz. Avec une fausse naïveté colorée “elle revisite certaines des photographies les plus emblématiques de l’histoire”, précise le mensuel culturel.

Pour élaborer ces tableaux dont on croit presque sentir l’odeur, Eleanor Macnair passe des heures à “regarder l’image, étudier sa composition et son éclairage pour décider sur quelles parties du cliché mettre l’accent et lesquelles laisser de côté”, explique l’artiste sur son site. Puis “avec des outils rudimentaires, précise-t-elle, une planche à découper, un scalpel et une bouteille de vin vide en guise de rouleau à pâtisserie”, Eleanor Macnair s’affaire. Une fois le cliché recréé, l’artiste photographie immédiatement l’œuvre avant de la détruire pour “ranger rapidement chaque couleur de pâte à modeler dans la boîte qui lui correspond”.

La série Photographs rendered in Play-Doh compte des dizaines de clichés à découvrir sur le Tumblr et le compte Instagram d’Eleanor Macnair.   »

 

Surréalismus

image

Vient de sortir le premier exemplaire de la revue Surréalismus, consacré ce printemps, aux surréalistes anglais.

Mais il y est aussi question du 150 ème anniversaire des Aventures d’Alice aux pays des merveilles, de Paul Eluard, de  Tristan Tzara, et, surtout, on pourra y lire un dossier consacré à Claude Cahun « digne fille de Lewis Carroll ».

Le numéro suivant sera consacré aux Dadaïstes, « puisque l’essentiel des grandes figures du Surréalisme sont d’anciens dadaïstes ».

Le site www.surrealismus.fr, nous propose de visionner les premières adaptations cinématographiques d’Alice. Réjouissant !

 

 

 

Erich Kästner, sauvé des flammes

Dans un article du Monde des Livres du 4 mars 2016, Raphaëlle Leyris  présente Vers l’abîme, un texte d’Erich Kästner, écrit en 1931, traduit aujourd’hui pour les éditions Anne Carrière . N’oublions pas qu’Erich Kästner avait fait paraître un livre pour enfants Emile et les détectives , adapté au cinéma en 1931. Un roman avec les photographies tirées du film sortira chez Stock, en 1931, puis au Club Français du livre en 1949.

18048_1