Archives de catégorie : Conférence

JE « Portraits de pays », épisode 1, extraits…

Christophe Meunier, docteur en géographie, formateur à l’Iespe Orléans  : Construire un capital géographique, L’exemple de la collection « This is the…World » de Miroslav Sasek

            « Chez Miroslav Sasek, les lieux identificatoires d’une ville ou d’un pays donné sont les « personnages » des albums qu’il réalise entre 1959 et 1974 dans la collection « This is…the World ». À travers les portraits de grandes villes mondiales, il entend faire voyager ses jeunes lecteurs par le monde. L’artiste tchèque est lui-même un grand voyageur. Fuyant le régime communiste qui a pris le pouvoir à Prague en 1949, il se réfugie d’abord à Paris puis à New-York en 1959. C’est là qu’il décide de faire publier ses trois premiers travel picturebooks. Il s’agit pour l’artiste de rendre compte des voyages qu’il a lui-même réalisés.

            En 1996, le géographe Marc Brosseau se proposait d’étudier une série de romans qu’il avait décidé de qualifier de « géographes » sans délivrer une réelle définition de ce type de romans. Cette communication sera l’occasion pour moi de voir en quoi la collection « This is… the World » de Miroslav Sasek peut être considérée comme un ensemble « d’albums-géographes », tentant d’approcher de plus près les contours d’un tel genre d’ouvrage. Entre autres éléments caractéristiques, il s’agira de montrer que cette collection a pu contribuer à construire un capital géographique pour plusieurs générations de lecteurs. »

Christine Rivalan-Guégo, professeure en langue et littérature de l’Espagne et  V.P. de l’université Rennes 2, Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols, Série Le Monde, Éditions Piccoli

« Reflet des intérêts culturels, géographiques, voire touristiques, exprimés dans les années 1950, la Série Le Monde publiée en France par les Éditions Piccoli de Milan s’inscrit dans un mouvement éditorial de littérature jeunes publics qui a vu apparaître dès 1948 la collection Enfants de la terre aux Albums du Père Castor, Enfants du Monde chez Nathan (1952), Connais-tu mon pays chez Hatier (1963) mais aussi la série des Caroline de Pierre Probst (Caroline aux Indes (1955) ; Caroline en Europe (1960) ; Caroline au ranch (1961) ; Caroline au Pôle Nord (1962) ; Caroline au Canada (1967))

À partir de l’étude d’un des volumes de la série, Les petits Espagnols, l’analyse s’attachera à déterminer le positionnement, à la fois littéraire et éditorial des portraits de pays offerts par la série à ses jeunes lecteurs et lectrices et ce, dans le sillage des conclusions de l’article de synthèse de David Martens sur la notion (Martens David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », PUF, Communication et Langage, n°202, 2019, pp. 3-24.). »

Denis  Rodrigues  (université  Rennes2).   Portrait d’Espagne et d’Amérique latine : quand le miroir déformant de l’idéologie s’en mêle.

Quelles représentations de l’Espagne et de l’Amérique du sud donnait-on aux collégiens et lycéens français des années 70 à 80 ? L’analyse des textes et de l’iconographie de quatre collections de manuels scolaires publiées à cette période mettra en évidence bien des représentations stéréotypées, entre enthousiasme naïf et critiques virulentes.

Simon Roguet, librairie M’Lire à Laval (53) 

Que trouve-t-on en matière de portraits de pays chez les éditeurs et les libraires aujourd’hui ? Quels pays présentent-ils ? Quelles sont leurs formes ? Qui sont les clients ? Tour d’horizon de la production contemporaine.

 

Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, maîtresses de conférences U. d’Artois Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).

« Le Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse est une association qui, depuis sa création en 1965, regroupe écrivains, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants, animateurs et parents soucieux d’une meilleure connaissance et d’une promotion élargie des livres destinés aux enfants et aux jeunes.  L’association a ouvert à Arras, pour les enseignants-chercheurs, les étudiants et tout utilisateur extérieur, un Centre Robinson dédié à la littérature pour la jeunesse.  On y trouve de multiples collections d’ouvrages pour enfants, parmi lesquels de nombreux portraits de pays qui empruntent des formes très différentes, traitent de régions du monde variées et visent des finalités diverses. » Sur le site du CRILJ

« Nous avons été finalement surprises de l’ampleur de notre corpus dans ces années 80-2000 sur les portraits de pays. Il correspond néanmoins à l’explosion du genre documentaire en littérature de jeunesse remarquée par Claudine Hervouet ou Michel Defourny. Il est assez notable de voir que les éditeurs historiques de la littérature de jeunesse font des propositions, tout comme des éditeurs plus confidentiels ou inattendus.

Les premières propositions de notre corpus tendent vers une forme d’exotisme dans le choix des territoires avant qu’une diversification et une exhaustivité des lieux se fasse jour. Dès lors, l’ambition est davantage celle d’un savoir objectivité prenant en charge des dimensions sociales, culturelles et parfois politiques : le pays doit être approché dans sa complexité et dans son altérité avec des portraits croisés et multiples au service d’un même territoire.

La spécificité du « portrait de pays » en littérature de jeunesse tient aussi à la figure de l’enfant toujours présente à une exception près. Les enfants sont bien réels, les photos l’attestent et deviennent familiers au lecteur, ou fictifs : cette donnée n’influe finalement que peu dans l’approche : l’enfant s’avère un prétexte, sans doute une manière de permettre l’identification du lecteur cible. L’enfant n’est pas le guide attendu de son pays mais reste un artifice et bien souvent il manque un fil conducteur pour qu’on s’approprie pleinement son quotidien.

S’il programme un lecteur, quel est-il ? Un lecteur curieux d’ailleurs, un lecteur avide de connaissances mais depuis peu aussi un lecteur voyageur en mesure de venir à son tour habiter ces lieux et cet espace, d’où un autre sous-genre peut-être ou forme éditoriale que nous envisageons d’explorer lors d’une future journée d’études : les guides de voyage pour enfants et leurs nouvelles formes. »

Catherine Sablonnières, maîtresse de conférences en langue et littérature espagnole,  U. Rennes 2 : De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.

A venir

Laurence Le Guen, docteure en littérature française, chercheuse associée au Cellam-U. Rennes 2, De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots »

« Si l’appellation de « Portraits de pays », que nous devons à David Martens, est encore ignorée des éditeurs pour la jeunesse et reste l’apanage des chercheurs, elle désigne pourtant une importante catégorie de la production de livres  pour enfants et  constitue même un « continent éditorial » mal connu qu’il est temps d’explorer, celui des « pays de papier », et j’emprunte là le nom de l’exposition qui s’est tenue à Charleroi l’été dernier et qui explorait la production pour adultes.

Parmi eux, les portraits de pays photoillustrés, qui « disent l’ailleurs en photographies et en mots », tiennent une large place. Ma communication va tenter non seulement de les définir mais également de comprendre en quoi la présence de la photographie change la rencontre avec le pays qu’il s’agit de faire découvrir.

Plusieurs collections d’ouvrages se distinguent comme notamment celle des « Children of All Lands Stories » publiée dans les années 20-30 aux Etats-Unis ou encore la série « Enfants du Monde » publiée en France à partir des années 50 et qui fait figure de veritable pépite au sein de cette production avec ses montages innovants. Dans la suite de mon intervention lors du colloque de Cerisy de juillet dernier consacré au genre du portrait de pays, je m’appuierai largement sur ces deux collections, mais également  sur les innombrables séries  que je m’efforce de collecter et présenter sur le site consacré aux ouvrages photolittéraires pour enfants,  Miniphlit. 

Associés aux apprentissages de la géographie du monde, d’une qualité souvent inégale, ces « portraits de papier » ont souvent permis de multiples voyages dans une période où le tourisme n’était pas possible et permis des rencontres sans quitter sa chambre d’enfant. S’il faut désormais aller les dénicher au fond de nos greniers, nombre de lecteurs aujourd’hui adultes ont rêvé devant ces photographies de monuments, de paysages et d’enfants d’ailleurs souriants, si lointains et pourtant si proches… »

https://miniphlit.hypotheses.org/2452 

http://www.mdrn.be/publications/pays-de-papier-livres-de-voyage

Quelques photographies du vernissage de l’exposition « Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! », Galerie de La Chambre claire : 

Pour découvrir l’exposition :

https://www.youtube.com/watch?v=wReW32KbE2E

Symposium: Fotografi i barnlitteratur, 19 mars 2020 09:00 – 20 mars 2020 , Université de Stockholm

Cette annonce du colloque consacré à la photolittérature pour la jeunesse est d’abord en suédois puis en anglais. J’y parlerai des « Portraits de pays photoillustrés » pour enfants.

Välkommen till ett tvådagars-symposium om fotografi i barnlitteratur vid Institutionen för kultur och estetik den 19-20 mars, 2020. Öppet för alla.

Hippolyte Bayard, 1842 (public domain)
Hippolyte Bayard, 1842 (public domain)

Evenemanget hålls på engelska.

Photographs have been used to illustrate a great variety of genres within children’s literature. While many photographic illustrations from the beginning of the 20th century use staged scenes, or were part of the avantgarde experimentations within the media, documentary ambitions became increasingly common during the 1930s and 1940s and the photographic picturebook becomes a modern, educational and ideological medium. Many photographers and authors have created photobooks for children by combining photography with other artistic techniques, such as collage, photomontage and photograms. Inspired by ideas of a vanguard aesthetics, modernist artists often regarded photography as an aesthetic means to differentiate from the past in terms of form, style, and language. Similar kind of ideas can be traced in radical publishing for children during the 1960s and 1970s. As a result, within children’s literature, the choice of photography as a medium often expressed high aesthetic demands, but also ideological objectives. Thus, research concerning photography within children’s literature is also closely connected to ideas and changes in the conceptions of childhood, which impact on the depiction of children in relation to cultural transformation and social change.    

The symposium at Stockholm University will introduce leading scholars from seven countries and offers a meeting point for exchange of knowledge and research results within children’s literature, illustration history and photography. The symposium is admission free and open for all.

Speakers:

Katharine Capshaw, Laurence Le Guen, Mette Kia Krabbe Meyer, Olle Widhe, Jane Wattenberg, Monica Ruethers, Marnie Campagnaro, Anita Wincencjusz-Patyna, Bettina Kümmerling-Meibauer, Jörg Meibauer and Elina Druker.

Exhibition

A small exhibition with Karin Fryxell’s iconic Sotlugg-and Linlugg photobooks will be available at the symposium during Thursday.

Programme

Day I 19 March

09:30

Welcome

09:45–10:30 

Olle Widhe 

Zacharias Topelius and Scherer and Engler’s Ein Tag aus dem Kinder-Leben from 1877

10:30–11:15

Marnie Campagnaro

 “A successful photograph is worth as much as a story”: The influence of Photography on Bruno Munari’s picturebooks

Coffee

11:45–12:30

Anita Wincencjusz-Patyna 

From Halley’s Comet to Scout Kwapiszon: On Photomontage in Polish Children’s Fiction in the 20th Century

Lunch

13:45–14:30

Mette Kia Krabbe Meyer

Immigrants and Elves: The Everyday and the Fantastic in Danish Photographical Children’s Books

14:30–15:15

Jane Wattenberg 

Spellbound: Lona, Dare Wright’s Haunting Photo-Fairytale

Coffee

15:30–16:15

Monica Rüthers

The visual construction of an all-Soviet childhood in Soviet Photobooks

16:15–17:00

Bettina Kümmerling-Meibauer and Jörg Meibauer

Portrait of the child as a socialist: An inquiry into photographic picturebooks of the GDR

Day II 20 March

09:30–10:15

Laurence Le Guen

From the ‘Children of all Lands Stories’ to the ‘Enfants du monde’ collection, providing a view of the Other in children’s literature

10:15–11:00     

Elina Druker 

In and out of focus: Anna Riwkin’s photojournalism and photographic picturebooks

Coffee

11:30–12:30

Katharine Capshaw

Images that Control and Disrupt: 
The United States’ Black Arts Movement of the 1960s and 1970s

Final words

 

JE « Portraits de pays dans les collections jeunes publics », le programme

Portraits de pays dans  les collections jeunes publics
  (Europe/Amériques, XIXè-­‐XXIè  siècles) , 11 mars, U. Rennes 2

 
 
Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui, le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou indirectement, des territoires.

Il s’agit d’ouvrages destinés aux enfants pour dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs, par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par la photographie ou l’illustration graphique.

Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections déterminées, proposent une « connaissance du monde  », conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité.

Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les peuples. Avec le temps, ces intentions ont évolué vers de nouvelles préoccupations (construction européenne, écologie, solidarité …).

Au cours de cette journée d’étude, il s’agira d’abord de dégager les marqueurs de généricité du genre et de démontrer qu’il y a bien une conscience générique de ces ouvrages chez leurs créateurs.

Nous tenterons ensuite de mesurer l’importance de la logique de la collection et de la série dans ces productions. Nous envisagerons également d’étudier comment s’articulent dans ces portraits les relations entre textes et images. Il s’agira enfin de tenter de poser les balises d’une histoire des portraits de pays jusqu’à aujourd’hui et pour ce faire nous observerons aussi des collections plus spécifiques, celles des manuels de langue étrangère à destination d’élèves du secondaire.

9h Ouverture par Gaïd Le Maner Idrissi, vice-présidente à la recherche.

Introduction de la journée d’étude, Laurence Le Guen, Christine Rivalan Guégo, Catherine Sablonnière.  

CONSTRUIRE UNE IDENTITÉ
9.30 Christophe Meunier (université de  Tours).
  Construire un capital géographique, l’exemple de la collection « This is the… World » de Miroslav Sasek.

10.00 Christine Rivalan-Guégo (université Rennes2).
  Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols dans la série Le Monde des Éditions Piccoli.

10.30 Denis Rodrigues (université Rennes2).
Portrait d’Espagne et d’Amérique latine : quand le miroir déformant de l’idéologie s’en mêle…

11.00 Pause 15 min.

11.15 Simon Roguet  (librairie M’Lire, Laval).
  Quels ouvrages chez quels éditeurs aujourd’hui ? Qui sont les lecteurs ?


12h déjeuner (P710).

12h45 BU rencontre avec Lily Franey, photographe.  

DIVERSITÉ DE PRODUCTION
14.30 Eléonore Hamaide-­Jager  et Florence Gaiotti (université d’Artois).
  Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).  

CONSTRUIRE DES PORTRAITS DE PAYS POUR ENFANTS : L’IMAGE AU CŒUR
15.30 Catherine Sablonnière (université Rennes2).
 De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.


16.00 Laurence Le Guen (université Rennes2).
  De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots.


 16h30 Bilan et clôture.


 18h vernissage de l’exposition Lily Franey à la Galerie la Chambre Claire

PHOTOLITTERATURE POUR LA JEUNESSE A PARIS XIII, mercredi 6 novembre

« Qu’est-ce que la photolittérature pour enfants ?

Qu’advient-il lorsque la Littérature de jeunesse et la Photographie se rencontrent ? Cette communication ambitionne de faire découvrir et exister cent ans de production photolittéraire pour enfants, véritable continent éditorial dont nous tenterons de cerner les frontières.

Mercredi 06 novembre de 10h à 12h, la bibliothèque Edgar Morin, Université Paris 13, accueille Laurence Le Guen pour un café thématique consacré à la photolittérature pour la jeunesse.
Rendez-vous dans l’espace « Livres au Trésor » de la bibliothèque ! »

Merci Mathilde Lévèque pour l’invitation !

 

ALBUM POUR LA JEUNESSE ET PHOTOGRAPHIE, Conférence enregistrée

La journée d’étude organisée en 2017 à l’université d’Artois est désormais visible sur le site Artois TV, avec ce lien : http://artoistv.univ-artois.fr/video/0416-album-pour-la-jeunesse-et-photographie/

Séminaire doctoral « Album et photographie » organisé par Eléonore Hamaide-Jager

 

  • Laurence Le Guen (université de Rennes 2) : Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse
  • Christophe Meunier (université Orléans-Tours) : Un tour du monde des enfants en photo. La collection « Enfants du monde » de Dominique Darbois
  • Christine Morault : Publier des albums avec photographies. L’exemple d’Animaux à mimer de Rodtchenko et Tretiakov
  • Marine Allibert (université de Lille 3) : « Des livres avec et pour la jeunesse : des photographes contemporains à l’école »
  • Natacha Yahi (université de Lille 3) : L’image multipliée : Duane Michals et la littérature jeunesse

 

« Children of all land stories  » versus « Enfants du monde »

Dans le cadre du colloque « Portraits de pays. Textes, images, sons », qui se tiendra à Cerisy du 3 au 10 juillet, je présenterai une communication intitulée « De « Children of all Lands Stories » à la collection « Enfants du monde », offrir un regard sur l’Autre en littérature jeunesse ».

Le genre phototextuel du portrait de pays pour enfants a une réalité effective des deux côtés de l’Atlantique, avec une grande variété d’ouvrages, dont les premiers éléments coïncident, comme pour les publications pour adultes, avec les clichés pris par les voyageurs photographes à la fin du XIXème siècle, qui vendent leurs images à des journaux ou à des maisons d’édition. Ces ouvrages prennent alors la forme de récits de voyage, comme ceux du commandant Robert Peary tirés de ses explorations en Arctique, ou bien de journal de bord, comme celui de de Cardenio Flournoy King Jr, qui fait le récit de son Tour en Europe, ou encore de romans d’aventures fictives comme ceux de Jules Verne. Ces productions pour la jeunesse obéissent à une perspective multiculturelle fondée sur le souci de sensibiliser les jeunes lecteurs aux autres cultures et autres langues et de favoriser la reconnaissance de la diversité. Elles connaissent leur apogée aux États-Unis dans les années 20 et 30 où des collections pour enfants destinées à faire connaître la vie d’autres enfants se multiplient, et c’est plutôt après la Seconde Guerre mondiale qu’elles se développent en Europe et notamment en France.

La collection des « Children of all lands stories » publiée entre 1928 et 1941, conçue et développée par la réalisatrice de films américaine Madeline Brandeis, ainsi que la collection des « Enfants du Monde », créée par la photographe française Dominique Darbois et publiée de 1952 à 1975, sont les exemples les plus souvent cités et étudiés par les chercheurs lorsqu’ils s’intéressent à la littérature de la diversité pour la jeunesse. C’est en procédant à une comparaison entre ces deux collections produites sur deux continents, à deux moments clefs de l’histoire du genre que nous chercherons d’abord à définir les raisons qui président à la création de ces séries et ensuite à relever les marqueurs du genre.  

Cette communication prendra également appui sur les multiples collections de portraits de pays présentées depuis plusieurs semaines sur miniphlit.

https://cerisy-colloques.fr/portraitspays2019/

« Portraits de pays. Textes, images, sons », le colloque

Dépeindre un lieu, quoi de plus courant ? La pratique est si ancienne que sa familiarité a pour une large part occulté l’existence d’un genre à part entière, le portrait de territoire, dédié à la (re)présentation de lieux tels que des villes, des régions et des pays. Ce genre n’a cessé d’évoluer au cours d’une histoire qui l’a vu se décliner sous différentes formes médiatiques : du livre aux sites web en passant par la photographie, le cinéma et la télévision, la radio ou encore dans le cadre d’expositions.
Ce colloque a pour ambition de proposer la cartographie de ce genre aussi méconnu qu’extraordinairement courant. Pour ce faire, des spécialistes de différentes disciplines (études littéraires, histoire et esthétique de la photographie, du cinéma…) seront conviés à
un dialogue avec des auteurs de portraits de pays ainsi qu’avec celles et ceux que ces questions intéressent.

Voici le programme et le lien https://cerisy-colloques.fr/portraitspays2019/

Jeudi 4 juillet

Matin:
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE, David MARTENS & Jean-Pierre MONTIER : Introduction
Catherine BERTHO-LAVENIR : Il Bel Paese, le « petit pays » : portraits de pays dans les revues du Touring Club d’Italie et de France

Après-midi:
Jean-Pierre MONTIER : Mais qu’est-ce finalement qu’un « pays » ? Rives et dérives de Pierre Loti
Jean ARROUYE : Portraits gioniens de la Haute-Provence ou la photographie multiréférentielle instrument d’un art moderne de la vanité
Thomas CLERC, écrivain

Vendredi 5 juillet

Matin:
Marcela SCIBIORSKA : Des « livres de photographies grand public » : les stratégies éditoriales derrière les portraits de pays dans la Guilde du Livre
Olivier LUGON & François VALLOTTON : Élargir le regard via le multimédia : les différentes déclinaisons du « portrait de pays » au sein de la stratégie audiovisuelle des Éditions Rencontre (1962-
1972)

Après-midi:
Danièle MÉAUX : Le territoire, tel qu’il est habité. À propos de réalisations photographiques et filmiques de Raymond Depardon
Raymond DEPARDON, photographe et cinéaste
Soirée:
Julien POIDEVIN, créateur sonore – auteur d’un portrait sonore de Caen

Samedi 6 juillet

Matin:
David MARTENS : Portraits radiophoniques de villes. L’émission « Villes Mondes » de France Culture
Alexandre GALAND : L’enregistrement de terrain, pour des portraits sonores de « mondes inconnaissables »
Pauline NADRIGNY : Knud Viktor : images sonores du Lubéron

Dimanche 7 juillet

Matin:
Laurence LE GUEN : De « Children of all Lands Stories » à la collection « Enfants du monde », offrir un regard sur l’Autre en littérature jeunesse
Gyöngyi PAL : Les portraits du pays de bocage de Trassard

Après-midi:
Patrick BARRÈS : La ville rouge de Michael Matthys : portrait de ville, une logique du fragmentaire
Donata MENEGHELLI : Les villes invisibles de Sophie Calle : entre Suite vénitienne et Souvenirs de Berlin-Est
Bruno GOOSSE : Waterloo n’est pas à Waterloo
Soirée:
Présentation de la revue Gradalis, avec Patrick BARRÈS, Sébastien CASSIN, Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE et Pauline NADRIGNY

Lundi 8 juillet

Matin:
Anne SIGAUD : Les Archives de la Planète d’Albert Kahn : l’autochrome et le film au service de la conceptualisation et de la promotion de la nation (1909-1932)
Teresa CASTRO : « Symphonies urbaines » : un genre chorographique ?
Après-midi:
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Séjourner aux marges du monde, portraitures élémentaires : Léviathan de Lucien Castaing-Taylor et Ága de Milko Lazarov
Benjamin THOMAS : Flandres (2006, Bruno Dumont) : topologies sensibles

Mardi 9 juillet

Matin:
Sarah LABELLE : Figurations de la « ville intelligente » : analyse des motifs de l’agir ingénieur
Julia BONACCORSI : Veiller, surveiller : représentations visuelles des défigurations de la ville

Après-midi:
Yves JEANNERET : Un portrait qui se nie comme tel : le territoire « augmenté »
Sophie de PAILLETTE : « Portraits identitaires de territoires », puis entretien avec Edith HEURGON

3ème Journée d’étude Littérature de jeunesse et photographie, Univ. d’Artois

Dans le cadre de la troisième journée d’étude que l’université d’Artois consacre à la photolittérature pour la jeunesse, je présenterai l’exposition consacrée à Ergy Landau : http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org/

Programme de la journée d’étude
Photos des origines, origines des photos : album et littérature de jeunesse
18 janvier 2018


9H30 Accueil
10H00 : Laurence Le Guen (université de Rennes)
Ergy Landau à livres ouverts


11H00 : Juliette Lavie (université de Paris-Nanterre)
L’édition d’albums en photographie pour les enfants :
La collaboration Sougez-Jonquières


14H00 : Anne Schneider (université de Caen)
Origines de la photo : Du flou comme langage mémoriel dans l’album


15H00 : Eléonore Hamaide-Jager (université d’Artois)
Les photos des ancêtres dans les albums de jeunesse

Colloque Cinéma et littérature pour la jeunesse 15 -16 novembre BNF/ENS

« Dans les années 50, période phare pour l’album pour enfants illustré de photographies et pour les novellisations, les livres tirés des films d’Albert Lamorisse viennent proposer un nouveau type d’ouvrages dans lesquels la photographie offre au lecteur un objet dans lequel visuel et verbal sont d’égale importance. L’album abondamment illustrés de photographies, repose sur la re-matérialisation des images filmiques, accentue le lien avec l’œuvre originelle. Ces novellisations entrainent souvent un récit réduit, sans description (abondance des photographies), une stéréotypisation des données du récit (on se focalise sur les personnages), la création d’un narrateur puissant (le film Le Haricot d’Edmond Séchan était muet), une accélération de la diegèse ».

J’évoquerai, le vendredi 16 novembre, la question des conséquences du transfert esthétique, lors du passage du film au livre, dans les œuvres du cinéaste Albert Lamorisse. Bim le petit âne, Crin blanc et Le ballon rouge.

La déclinaison de ces films sur un autre support médiatique, si elle permet pour le spectateur de maintenir le lien avec l’œuvre d’origine, conserve-t-elle la richesse du premier produit ? Voilà ce à quoi je tenterai de répondre.

« Ergy Landau, an open book », in Budapest, October 25th.

Au Musée de la photographie de Budapest, dans le cadre du colloque sur la photographie hongroise, je présenterai l’exposition « Ergy Landau à livres ouverts »

« Ergy Landau (1896-1967) was a founding member of the Rapho photographic agency, but is little known today. She was part of the Hungarian diaspora which included some of the most significant figures of photography in the 20th century (André Kertesz and László Moholy-Nagy, to name but two). Rubbing shoulders with Brassaï, close to Nora Dumas and Ylla, Landau was part of a generation of femaleartists who made a mark on the history of photography and its relationship with the world of print.
Ergy Landau à livres ouverts (an open book): the title clearly indicates our bias. This exhibition emphasises a mode of distribution of photographs that is too often minimised by exhibitions about photographers, despite the fact that the print media –such as journals, magazines, books – are of course amongst the primary vectors of circulating photographs.
Sourced from the personal archives of the photographer, as well as the main publications to which Ergy Landau contributed, this exhibition reveals various facets of her relation with literature, in particular books and print publications.
Whether it be illustrating magazine articles, designing children’s books, contributing to ‘portraits de pays’ or photographing writers, a major proportion of this photographer’s work emerges from a dialogue with writers’ texts. Ergy Landau- an open book aims to help people rediscover this oeuvre by documenting and displaying this important aspect of her work ».

http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org

Albert Lamorisse au colloque « Novellisations pour la jeunesse », 16-17 mai, Louvain La Neuve

« La question de l’adaptation ouvre un champ
d’investigations déjà largement arpenté par les
chercheurs en littérature de jeunesse. Cependant,
un corpus d’adaptations, aux proportions
massives dans l’édition contemporaine, reste peu
fréquenté par eux : celui des novellisations pour
la jeunesse.
Ce colloque fournira la première occasion de
travailler spécifiquement sur ces novellisations,
prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations
transmédiatiques depuis divers médias (bande
dessinée, cinéma, animation, télévision, théâtre,
spectacle, jouet, jeu de rôle, jeu vidéo, etc.) vers
le roman pour la jeunesse. On en trouve, à
destination des enfants, dès les origines de l’ère
médiatique, mais le phénomène éditorial atteint
aujourd’hui des proportions jamais vues.
Ces journées permettront à la fois de
cartographier un corpus littéraire jusqu’ici
relativement délaissé par la recherche et de
l’explorer dans des perspectives multiples : la
novellisation pour la jeunesse dans son contexte
de production ; la novellisation pour la jeunesse
comme objet intermédial ; la poétique et la
stylistique d’une écriture transmédiatique, depuis
des médias visuels et audiovisuels, des univers
ludiques, etc. »

Je présenterai une communication consacrée aux novellisations des films pour enfants d’Albert Lamorisse :  « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », jeudi 17 mai.

file:///C:/Users/leguen/Downloads/programme_Novellisations_definitif.pdf

Les imagiers photographiques à Arras, le 9 février

Dans le cadre du séminaire doctoral consacré aux « Imagiers photographiques », je donnerai une communication intitulée « Proposer à l’enfant une nouvelle vision du monde en 1930The First Picture Book d’Edward Steichen. »

Il y sera question de la genèse de ce premier imagier pour enfants illustré de photographies et de ses influences sur les productions américaines et françaises.

Merci à Eléonore Hamaide.

Photolittérature pour la jeunesse