Archives de catégorie : Conférence

“Children of all land stories ” versus “Enfants du monde”

Dans le cadre du colloque “Portraits de pays. Textes, images, sons”, qui se tiendra à Cerisy du 3 au 10 juillet, je présenterai une communication intitulée “De “Children of all Lands Stories” à la collection “Enfants du monde”, offrir un regard sur l’Autre en littérature jeunesse”.

Le genre phototextuel du portrait de pays pour enfants a une réalité effective des deux côtés de l’Atlantique, avec une grande variété d’ouvrages, dont les premiers éléments coïncident, comme pour les publications pour adultes, avec les clichés pris par les voyageurs photographes à la fin du XIXème siècle, qui vendent leurs images à des journaux ou à des maisons d’édition. Ces ouvrages prennent alors la forme de récits de voyage, comme ceux du commandant Robert Peary tirés de ses explorations en Arctique, ou bien de journal de bord, comme celui de de Cardenio Flournoy King Jr, qui fait le récit de son Tour en Europe, ou encore de romans d’aventures fictives comme ceux de Jules Verne. Ces productions pour la jeunesse obéissent à une perspective multiculturelle fondée sur le souci de sensibiliser les jeunes lecteurs aux autres cultures et autres langues et de favoriser la reconnaissance de la diversité. Elles connaissent leur apogée aux États-Unis dans les années 20 et 30 où des collections pour enfants destinées à faire connaître la vie d’autres enfants se multiplient, et c’est plutôt après la Seconde Guerre mondiale qu’elles se développent en Europe et notamment en France.

La collection des « Children of all lands stories » publiée entre 1928 et 1941, conçue et développée par la réalisatrice de films américaine Madeline Brandeis, ainsi que la collection des « Enfants du Monde », créée par la photographe française Dominique Darbois et publiée de 1952 à 1975, sont les exemples les plus souvent cités et étudiés par les chercheurs lorsqu’ils s’intéressent à la littérature de la diversité pour la jeunesse. C’est en procédant à une comparaison entre ces deux collections produites sur deux continents, à deux moments clefs de l’histoire du genre que nous chercherons d’abord à définir les raisons qui président à la création de ces séries et ensuite à relever les marqueurs du genre.  

Cette communication prendra également appui sur les multiples collections de portraits de pays présentées depuis plusieurs semaines sur miniphlit.

https://cerisy-colloques.fr/portraitspays2019/

“Portraits de pays. Textes, images, sons”, le colloque

Dépeindre un lieu, quoi de plus courant ? La pratique est si ancienne que sa familiarité a pour une large part occulté l’existence d’un genre à part entière, le portrait de territoire, dédié à la (re)présentation de lieux tels que des villes, des régions et des pays. Ce genre n’a cessé d’évoluer au cours d’une histoire qui l’a vu se décliner sous différentes formes médiatiques : du livre aux sites web en passant par la photographie, le cinéma et la télévision, la radio ou encore dans le cadre d’expositions.
Ce colloque a pour ambition de proposer la cartographie de ce genre aussi méconnu qu’extraordinairement courant. Pour ce faire, des spécialistes de différentes disciplines (études littéraires, histoire et esthétique de la photographie, du cinéma…) seront conviés à
un dialogue avec des auteurs de portraits de pays ainsi qu’avec celles et ceux que ces questions intéressent.

Voici le programme et le lien https://cerisy-colloques.fr/portraitspays2019/

Jeudi 4 juillet

Matin:
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE, David MARTENS & Jean-Pierre MONTIER : Introduction
Catherine BERTHO-LAVENIR : Il Bel Paese, le “petit pays” : portraits de pays dans les revues du Touring Club d’Italie et de France

Après-midi:
Jean-Pierre MONTIER : Mais qu’est-ce finalement qu’un “pays” ? Rives et dérives de Pierre Loti
Jean ARROUYE : Portraits gioniens de la Haute-Provence ou la photographie multiréférentielle instrument d’un art moderne de la vanité
Thomas CLERC, écrivain

Vendredi 5 juillet

Matin:
Marcela SCIBIORSKA : Des “livres de photographies grand public” : les stratégies éditoriales derrière les portraits de pays dans la Guilde du Livre
Olivier LUGON & François VALLOTTON : Élargir le regard via le multimédia : les différentes déclinaisons du “portrait de pays” au sein de la stratégie audiovisuelle des Éditions Rencontre (1962-
1972)

Après-midi:
Danièle MÉAUX : Le territoire, tel qu’il est habité. À propos de réalisations photographiques et filmiques de Raymond Depardon
Raymond DEPARDON, photographe et cinéaste
Soirée:
Julien POIDEVIN, créateur sonore – auteur d’un portrait sonore de Caen

Samedi 6 juillet

Matin:
David MARTENS : Portraits radiophoniques de villes. L’émission “Villes Mondes” de France Culture
Alexandre GALAND : L’enregistrement de terrain, pour des portraits sonores de “mondes inconnaissables”
Pauline NADRIGNY : Knud Viktor : images sonores du Lubéron

Dimanche 7 juillet

Matin:
Laurence LE GUEN : De “Children of all Lands Stories” à la collection “Enfants du monde”, offrir un regard sur l’Autre en littérature jeunesse
Gyöngyi PAL : Les portraits du pays de bocage de Trassard

Après-midi:
Patrick BARRÈS : La ville rouge de Michael Matthys : portrait de ville, une logique du fragmentaire
Donata MENEGHELLI : Les villes invisibles de Sophie Calle : entre Suite vénitienne et Souvenirs de Berlin-Est
Bruno GOOSSE : Waterloo n’est pas à Waterloo
Soirée:
Présentation de la revue Gradalis, avec Patrick BARRÈS, Sébastien CASSIN, Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE et Pauline NADRIGNY

Lundi 8 juillet

Matin:
Anne SIGAUD : Les Archives de la Planète d’Albert Kahn : l’autochrome et le film au service de la conceptualisation et de la promotion de la nation (1909-1932)
Teresa CASTRO : “Symphonies urbaines” : un genre chorographique ?
Après-midi:
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Séjourner aux marges du monde, portraitures élémentaires : Léviathan de Lucien Castaing-Taylor et Ága de Milko Lazarov
Benjamin THOMAS : Flandres (2006, Bruno Dumont) : topologies sensibles

Mardi 9 juillet

Matin:
Sarah LABELLE : Figurations de la “ville intelligente” : analyse des motifs de l’agir ingénieur
Julia BONACCORSI : Veiller, surveiller : représentations visuelles des défigurations de la ville

Après-midi:
Yves JEANNERET : Un portrait qui se nie comme tel : le territoire “augmenté”
Sophie de PAILLETTE : “Portraits identitaires de territoires”, puis entretien avec Edith HEURGON

3ème Journée d’étude Littérature de jeunesse et photographie, Univ. d’Artois

Dans le cadre de la troisième journée d’étude que l’université d’Artois consacre à la photolittérature pour la jeunesse, je présenterai l’exposition consacrée à Ergy Landau : http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org/

Programme de la journée d’étude
Photos des origines, origines des photos : album et littérature de jeunesse
18 janvier 2018


9H30 Accueil
10H00 : Laurence Le Guen (université de Rennes)
Ergy Landau à livres ouverts


11H00 : Juliette Lavie (université de Paris-Nanterre)
L’édition d’albums en photographie pour les enfants :
La collaboration Sougez-Jonquières


14H00 : Anne Schneider (université de Caen)
Origines de la photo : Du flou comme langage mémoriel dans l’album


15H00 : Eléonore Hamaide-Jager (université d’Artois)
Les photos des ancêtres dans les albums de jeunesse

Colloque Cinéma et littérature pour la jeunesse 15 -16 novembre BNF/ENS

“Dans les années 50, période phare pour l’album pour enfants illustré de photographies et pour les novellisations, les livres tirés des films d’Albert Lamorisse viennent proposer un nouveau type d’ouvrages dans lesquels la photographie offre au lecteur un objet dans lequel visuel et verbal sont d’égale importance. L’album abondamment illustrés de photographies, repose sur la re-matérialisation des images filmiques, accentue le lien avec l’œuvre originelle. Ces novellisations entrainent souvent un récit réduit, sans description (abondance des photographies), une stéréotypisation des données du récit (on se focalise sur les personnages), la création d’un narrateur puissant (le film Le Haricot d’Edmond Séchan était muet), une accélération de la diegèse”.

J’évoquerai, le vendredi 16 novembre, la question des conséquences du transfert esthétique, lors du passage du film au livre, dans les œuvres du cinéaste Albert Lamorisse. Bim le petit âne, Crin blanc et Le ballon rouge.

La déclinaison de ces films sur un autre support médiatique, si elle permet pour le spectateur de maintenir le lien avec l’œuvre d’origine, conserve-t-elle la richesse du premier produit ? Voilà ce à quoi je tenterai de répondre.

“Ergy Landau, an open book”, in Budapest, October 25th.

Au Musée de la photographie de Budapest, dans le cadre du colloque sur la photographie hongroise, je présenterai l’exposition “Ergy Landau à livres ouverts”

“Ergy Landau (1896-1967) was a founding member of the Rapho photographic agency, but is little known today. She was part of the Hungarian diaspora which included some of the most significant figures of photography in the 20th century (André Kertesz and László Moholy-Nagy, to name but two). Rubbing shoulders with Brassaï, close to Nora Dumas and Ylla, Landau was part of a generation of femaleartists who made a mark on the history of photography and its relationship with the world of print.
Ergy Landau à livres ouverts (an open book): the title clearly indicates our bias. This exhibition emphasises a mode of distribution of photographs that is too often minimised by exhibitions about photographers, despite the fact that the print media –such as journals, magazines, books – are of course amongst the primary vectors of circulating photographs.
Sourced from the personal archives of the photographer, as well as the main publications to which Ergy Landau contributed, this exhibition reveals various facets of her relation with literature, in particular books and print publications.
Whether it be illustrating magazine articles, designing children’s books, contributing to ‘portraits de pays’ or photographing writers, a major proportion of this photographer’s work emerges from a dialogue with writers’ texts. Ergy Landau- an open book aims to help people rediscover this oeuvre by documenting and displaying this important aspect of her work”.

http://ergy-landau.litteraturesmodesdemploi.org

Albert Lamorisse au colloque “Novellisations pour la jeunesse”, 16-17 mai, Louvain La Neuve

“La question de l’adaptation ouvre un champ
d’investigations déjà largement arpenté par les
chercheurs en littérature de jeunesse. Cependant,
un corpus d’adaptations, aux proportions
massives dans l’édition contemporaine, reste peu
fréquenté par eux : celui des novellisations pour
la jeunesse.
Ce colloque fournira la première occasion de
travailler spécifiquement sur ces novellisations,
prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations
transmédiatiques depuis divers médias (bande
dessinée, cinéma, animation, télévision, théâtre,
spectacle, jouet, jeu de rôle, jeu vidéo, etc.) vers
le roman pour la jeunesse. On en trouve, à
destination des enfants, dès les origines de l’ère
médiatique, mais le phénomène éditorial atteint
aujourd’hui des proportions jamais vues.
Ces journées permettront à la fois de
cartographier un corpus littéraire jusqu’ici
relativement délaissé par la recherche et de
l’explorer dans des perspectives multiples : la
novellisation pour la jeunesse dans son contexte
de production ; la novellisation pour la jeunesse
comme objet intermédial ; la poétique et la
stylistique d’une écriture transmédiatique, depuis
des médias visuels et audiovisuels, des univers
ludiques, etc.”

Je présenterai une communication consacrée aux novellisations des films pour enfants d’Albert Lamorisse :  “Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse”, jeudi 17 mai.

file:///C:/Users/leguen/Downloads/programme_Novellisations_definitif.pdf

Les imagiers photographiques à Arras, le 9 février

Dans le cadre du séminaire doctoral consacré aux “Imagiers photographiques”, je donnerai une communication intitulée “Proposer à l’enfant une nouvelle vision du monde en 1930The First Picture Book d’Edward Steichen.”

Il y sera question de la genèse de ce premier imagier pour enfants illustré de photographies et de ses influences sur les productions américaines et françaises.

Merci à Eléonore Hamaide.

Photolittérature pour les enfants !

La prochaine séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS aura lieu le samedi 9 décembre, à 10h (salle Celan) et sera consacrée à un atelier doctoral. Nous accueillerons Laurence Le Guen (Université de Rennes 2, dir. Jean-Pierre Montier) qui parlera de photolittérature et du livre pour la jeunesse illustré par des photographies. Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours, dir. Cécile Boulaire) présentera quant à elle ses recherches sur les représentations de l’étranger et de l’immigré dans la littérature contemporaine pour la jeunesse, en France et en Thaïlande.

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS et la structure fédérative « Délivrez-nous du livre » de l’Université Paris 13. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.
Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e.

Séminaires de l’ Afreloce, c’est reparti !

Je parlerai des livres pour enfants illustrés par la photographie le samedi  9 décembre.

“Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des
sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature
et Langages) de l’ENS.

Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques — arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.”
Contact : mathilde.leveque@univ-paris13.fr et dbertherat@gmail.com

Programme 2017-2018
Samedi 7 octobre
Aurore Yamagata-Montoya (University of the West of England)
Photographies de l’enfance japonaise depuis la Deuxième Guerre mondiale: entre omniprésence et invisibilité.

Samedi 18 novembre
Perrine Boutin (Université Paris 3)
La didactique de l’image au prisme du cinéma et de l’enfance

Samedi 9 décembre
Atelier doctoral
Laurence Le Guen (Université de Rennes 2)
La photolittérature pour la jeunesse
&
Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours)
Représentations de l’étranger et de l’immigré dans la
littérature contemporaine pour la jeunesse, France et
Thaïlande.

Samedi 3 février
Emmanuelle Chapron (Université d’Aix-Marseille)
Une littérature pour la jeunesse au XVIIIe siècle :le point de vue de l’historien

Samedi 24 mars
Colloque L’épopée des petites filles :
session littérature de jeunesse

Samedi 26 mai
Jeremy Howard (University of St Andrews, school of art history)Childhood, Education and Graphic Arts.

Samedi 16 juin
Séance hors les murs à la BnF avec Carine Picaud
Présentation de livres rares pour la jeunesse.

XIème colloque international de l’IAWIS/AIERTI Université de Lausanne (UNIL) 10-14 juillet 2017

Cette année le colloque s’intéressera à « La reproduction des images et des textes” .

Mardi 11 juillet, je participerai au séminaire “Images d’un pays : acteurs de la circulation iconographique au XXe siècle”, avec la communication suivante :

 

“De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50

Après la seconde guerre mondiale, les éditeurs multiplient la production d’ouvrages photographiques destinés à faire découvrir le monde et démontrer l’unité du genre humain. Les maisons d’édition françaises créent simultanément des collections destinées à la jeunesse, dans lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, est destinée à convaincre le jeune lecteur, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables.

En nous appuyant sur deux ouvrages, Parana le petit Indien, de Dominique Darbois et Francis Mazière, publié en 1953 chez Nathan, et Horoldamba le petit Mongol, d’ Ergy Landau, publié chez
Calmann-Lévy, en 1957, nous verrons dans un premier temps, que, bien souvent, les créateurs réutilisent des images d’abord employées dans des ouvrages pour adultes. D’ une publication à
l’autre, ils opèrent des modifications sur les images et le texte, afin de séduire et convaincre le jeune lecteur.
Dans un deuxième temps, nous observerons comment ces livres qui réutilisent les mêmes images, ancrent l’Autre dans des stéréotypes et un folklore satisfaisants pour le lecteur, le figent dans un
décor, restent à la lisière de sa vérité, pour échouer finalement dans leur quête d’universalité. Ces œuvres, même si elles permettent de voyager par-dessus les frontières, dans une période où les Français ne peuvent le faire, ne les abolissent pas”.

http://wp.unil.ch/reproduction2017/files/2017/05/Liste-communications-pdf.pdf

Retour en images sur la journée “Album et photographie”, Université d’Artois, 16 juin

Retour en images sur cette première journée ( historique ?) dédiée au livre pour enfants illustré de photographies, qui s’est tenue à Arras, vendredi dernier :

Lors de ce “Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse”, j’ai eu le plaisir de présenter les résultats de deux années de recherches, de définir ce qu’est la “photolittérature”, et de proposer un tour d’horizon historique et géographique des productions éditoriales, depuis l’invention de la photographie.

Christophe Meunier (Université Orléans-Tours) a rappelé l’importante contribution de la photographe Dominique Darbois à ce corpus photolittéraire et souligné le nouveau regard porté sur l’altérité,  par les collections “Enfants de la terre” et “Enfants du monde”.

Christine Morault nous a présenté l’important travail de préservation du patrimoine réalisé par les éditions MeMo, avec les rééditions du Coeur de Pic, de Daschenka, et d’Animaux à mimer, avant de nous proposer de nous mettre dans la peau de Rodtchenko lui-même !

Marine Allibert  (Université de Lille 3) nous a proposé quelques exemples de collaboration entre photographes et milieu scolaire.

Et pour clore cette excellente journée, Natacha Yahi ( Université de Lille 3) est revenue sur la polémique autour des photographies de Sarah Moon pour son Petit Chaperon Rouge et sur la question de l’irréel de la photographie dans le livre de Duane Michals Upside down...

Merci à Eléonore Hamaide  d’avoir eu l’idée de croiser les expertises, en conviant spécialistes de la photographies, de géographie-littéraire, de photolittérature et une éditrice engagée !

 

Album pour la jeunesse et photographie, journée d’étude à l’université d’Artois, 16 juin

La première journée d’étude consacrée à la photolittérature pour la jeunesse a enfin lieu et c’est à l’initiative de l’Université d’Artois !

J’ai l’honneur et l’infini plaisir de pouvoir présenter les résultats de deux années de recherche sur ce passionnant sujet.

Avec un pied dans l’histoire de la photographie et l’autre dans celui de l’histoire de la littérature pour la jeunesse, je proposerai  un tour d’horizon géographique et historique des productions photolittéraires,  depuis Jules Verne jusqu’aux productions actuelles.

 

Album pour la jeunesse et photographie, 16 juin 

10h00 : introduction

 

10h15 : Laurence Le Guen (université de Rennes 2) : Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse

 

11h30 : Christophe Meunier (université Orléans-Tours) : Un tour du monde des enfants en photo. La collection « Enfants du monde » de Dominique Darbois

 

12h30-14h00 : repas

 

14h00 : Christine Morault : Publier des albums avec photographies. L’exemple d’Animaux à mimer de Rodtchenko et Tretiakov

 

14h45 : Marine Allibert (université de Lille 3) : « Des livres avec et pour la jeunesse : des photographes contemporains à l’école »

 

15h45 : atelier* autour de l’album de Rodtchenko

 

16h30 : Natacha Yahi (Université de Lille 3) : L’image multipliée : Duane Michals et la littérature de jeunesse

 

 

 

Colloque “Figures de l’animal, littérature cinéma, bande dessinée”, 27-28 avril, Université du Minho, Portugal

Jeudi 27 avril, je donnerai une communication sur “Sac à Tout, un livre frondeur”.

En 1898, Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. La journaliste Séverine répondra : « Je suis contre, et de toutes mes forces ; c’est horrible ! ». Cinq années plus tard paraît Sac-à-Tout, un livre pour enfants, illustré de photographies, signé Séverine. Sac-à-Tout s’inscrit dans ces livres du début du XXème siècle qui donne la part belle à l’image, pour distraire, séduire, informer le lecteur. Mais c’est aussi un livre engagé, destiné à défendre les opprimés, éveiller les consciences. Cette communication se propose de montrer comment la photographie y est utilisée pour défendre une cause.

Programme : http://cehum.ilch.uminho.pt/animal/static/programa.pdf