Archives de catégorie : Conférence

Albert Lamorisse au colloque « Novellisations pour la jeunesse », 16-17 mai, Louvain La Neuve

« La question de l’adaptation ouvre un champ
d’investigations déjà largement arpenté par les
chercheurs en littérature de jeunesse. Cependant,
un corpus d’adaptations, aux proportions
massives dans l’édition contemporaine, reste peu
fréquenté par eux : celui des novellisations pour
la jeunesse.
Ce colloque fournira la première occasion de
travailler spécifiquement sur ces novellisations,
prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations
transmédiatiques depuis divers médias (bande
dessinée, cinéma, animation, télévision, théâtre,
spectacle, jouet, jeu de rôle, jeu vidéo, etc.) vers
le roman pour la jeunesse. On en trouve, à
destination des enfants, dès les origines de l’ère
médiatique, mais le phénomène éditorial atteint
aujourd’hui des proportions jamais vues.
Ces journées permettront à la fois de
cartographier un corpus littéraire jusqu’ici
relativement délaissé par la recherche et de
l’explorer dans des perspectives multiples : la
novellisation pour la jeunesse dans son contexte
de production ; la novellisation pour la jeunesse
comme objet intermédial ; la poétique et la
stylistique d’une écriture transmédiatique, depuis
des médias visuels et audiovisuels, des univers
ludiques, etc. »

Je présenterai une communication consacrée aux novellisations des films pour enfants d’Albert Lamorisse :  « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », jeudi 17 mai.

file:///C:/Users/leguen/Downloads/programme_Novellisations_definitif.pdf

Les imagiers photographiques à Arras, le 9 février

Dans le cadre du séminaire doctoral consacré aux « Imagiers photographiques », je donnerai une communication intitulée « Proposer à l’enfant une nouvelle vision du monde en 1930The First Picture Book d’Edward Steichen. »

Il y sera question de la genèse de ce premier imagier pour enfants illustré de photographies et de ses influences sur les productions américaines et françaises.

Merci à Eléonore Hamaide.

Photolittérature pour les enfants !

La prochaine séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS aura lieu le samedi 9 décembre, à 10h (salle Celan) et sera consacrée à un atelier doctoral. Nous accueillerons Laurence Le Guen (Université de Rennes 2, dir. Jean-Pierre Montier) qui parlera de photolittérature et du livre pour la jeunesse illustré par des photographies. Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours, dir. Cécile Boulaire) présentera quant à elle ses recherches sur les représentations de l’étranger et de l’immigré dans la littérature contemporaine pour la jeunesse, en France et en Thaïlande.

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS et la structure fédérative « Délivrez-nous du livre » de l’Université Paris 13. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.
Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e.

Séminaires de l’ Afreloce, c’est reparti !

Je parlerai des livres pour enfants illustrés par la photographie le samedi  9 décembre.

« Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des
sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature
et Langages) de l’ENS.

Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques — arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés. »
Contact : mathilde.leveque@univ-paris13.fr et dbertherat@gmail.com

Programme 2017-2018
Samedi 7 octobre
Aurore Yamagata-Montoya (University of the West of England)
Photographies de l’enfance japonaise depuis la Deuxième Guerre mondiale: entre omniprésence et invisibilité.

Samedi 18 novembre
Perrine Boutin (Université Paris 3)
La didactique de l’image au prisme du cinéma et de l’enfance

Samedi 9 décembre
Atelier doctoral
Laurence Le Guen (Université de Rennes 2)
La photolittérature pour la jeunesse
&
Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours)
Représentations de l’étranger et de l’immigré dans la
littérature contemporaine pour la jeunesse, France et
Thaïlande.

Samedi 3 février
Emmanuelle Chapron (Université d’Aix-Marseille)
Une littérature pour la jeunesse au XVIIIe siècle :le point de vue de l’historien

Samedi 24 mars
Colloque L’épopée des petites filles :
session littérature de jeunesse

Samedi 26 mai
Jeremy Howard (University of St Andrews, school of art history)Childhood, Education and Graphic Arts.

Samedi 16 juin
Séance hors les murs à la BnF avec Carine Picaud
Présentation de livres rares pour la jeunesse.

XIème colloque international de l’IAWIS/AIERTI Université de Lausanne (UNIL) 10-14 juillet 2017

Cette année le colloque s’intéressera à « La reproduction des images et des textes » .

Mardi 11 juillet, je participerai au séminaire « Images d’un pays : acteurs de la circulation iconographique au XXe siècle », avec la communication suivante :

 

« De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse, la reprise et la circulation des images dans les années 50

Après la seconde guerre mondiale, les éditeurs multiplient la production d’ouvrages photographiques destinés à faire découvrir le monde et démontrer l’unité du genre humain. Les maisons d’édition françaises créent simultanément des collections destinées à la jeunesse, dans lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, est destinée à convaincre le jeune lecteur, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables.

En nous appuyant sur deux ouvrages, Parana le petit Indien, de Dominique Darbois et Francis Mazière, publié en 1953 chez Nathan, et Horoldamba le petit Mongol, d’ Ergy Landau, publié chez
Calmann-Lévy, en 1957, nous verrons dans un premier temps, que, bien souvent, les créateurs réutilisent des images d’abord employées dans des ouvrages pour adultes. D’ une publication à
l’autre, ils opèrent des modifications sur les images et le texte, afin de séduire et convaincre le jeune lecteur.
Dans un deuxième temps, nous observerons comment ces livres qui réutilisent les mêmes images, ancrent l’Autre dans des stéréotypes et un folklore satisfaisants pour le lecteur, le figent dans un
décor, restent à la lisière de sa vérité, pour échouer finalement dans leur quête d’universalité. Ces œuvres, même si elles permettent de voyager par-dessus les frontières, dans une période où les Français ne peuvent le faire, ne les abolissent pas ».

http://wp.unil.ch/reproduction2017/files/2017/05/Liste-communications-pdf.pdf

Retour en images sur la journée « Album et photographie », Université d’Artois, 16 juin

Retour en images sur cette première journée ( historique ?) dédiée au livre pour enfants illustré de photographies, qui s’est tenue à Arras, vendredi dernier :

Lors de ce « Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse », j’ai eu le plaisir de présenter les résultats de deux années de recherches, de définir ce qu’est la « photolittérature », et de proposer un tour d’horizon historique et géographique des productions éditoriales, depuis l’invention de la photographie.

Christophe Meunier (Université Orléans-Tours) a rappelé l’importante contribution de la photographe Dominique Darbois à ce corpus photolittéraire et souligné le nouveau regard porté sur l’altérité,  par les collections « Enfants de la terre » et « Enfants du monde ».

Christine Morault nous a présenté l’important travail de préservation du patrimoine réalisé par les éditions MeMo, avec les rééditions du Coeur de Pic, de Daschenka, et d’Animaux à mimer, avant de nous proposer de nous mettre dans la peau de Rodtchenko lui-même !

Marine Allibert  (Université de Lille 3) nous a proposé quelques exemples de collaboration entre photographes et milieu scolaire.

Et pour clore cette excellente journée, Natacha Yahi ( Université de Lille 3) est revenue sur la polémique autour des photographies de Sarah Moon pour son Petit Chaperon Rouge et sur la question de l’irréel de la photographie dans le livre de Duane Michals Upside down...

Merci à Eléonore Hamaide  d’avoir eu l’idée de croiser les expertises, en conviant spécialistes de la photographies, de géographie-littéraire, de photolittérature et une éditrice engagée !

 

Album pour la jeunesse et photographie, journée d’étude à l’université d’Artois, 16 juin

La première journée d’étude consacrée à la photolittérature pour la jeunesse a enfin lieu et c’est à l’initiative de l’Université d’Artois !

J’ai l’honneur et l’infini plaisir de pouvoir présenter les résultats de deux années de recherche sur ce passionnant sujet.

Avec un pied dans l’histoire de la photographie et l’autre dans celui de l’histoire de la littérature pour la jeunesse, je proposerai  un tour d’horizon géographique et historique des productions photolittéraires,  depuis Jules Verne jusqu’aux productions actuelles.

 

Album pour la jeunesse et photographie, 16 juin 

10h00 : introduction

 

10h15 : Laurence Le Guen (université de Rennes 2) : Tour d’horizon de la photolittérature pour la jeunesse

 

11h30 : Christophe Meunier (université Orléans-Tours) : Un tour du monde des enfants en photo. La collection « Enfants du monde » de Dominique Darbois

 

12h30-14h00 : repas

 

14h00 : Christine Morault : Publier des albums avec photographies. L’exemple d’Animaux à mimer de Rodtchenko et Tretiakov

 

14h45 : Marine Allibert (université de Lille 3) : « Des livres avec et pour la jeunesse : des photographes contemporains à l’école »

 

15h45 : atelier* autour de l’album de Rodtchenko

 

16h30 : Natacha Yahi (Université de Lille 3) : L’image multipliée : Duane Michals et la littérature de jeunesse

 

 

 

Colloque « Figures de l’animal, littérature cinéma, bande dessinée », 27-28 avril, Université du Minho, Portugal

Jeudi 27 avril, je donnerai une communication sur « Sac à Tout, un livre frondeur ».

En 1898, Le Mercure de France présente les résultats d’une enquête sur le livre illustré par la photographie. La journaliste Séverine répondra : « Je suis contre, et de toutes mes forces ; c’est horrible ! ». Cinq années plus tard paraît Sac-à-Tout, un livre pour enfants, illustré de photographies, signé Séverine. Sac-à-Tout s’inscrit dans ces livres du début du XXème siècle qui donne la part belle à l’image, pour distraire, séduire, informer le lecteur. Mais c’est aussi un livre engagé, destiné à défendre les opprimés, éveiller les consciences. Cette communication se propose de montrer comment la photographie y est utilisée pour défendre une cause.

Programme : http://cehum.ilch.uminho.pt/animal/static/programa.pdf

 

About Photoliterature, University of Arizona

J’ai l’honneur de présenter le résultat de mes recherches devant les collègues et étudiants de l’université d’ Arizona, ces jours-ci, avec deux conférences :

« Photolitérature pour enfants, l’importance des archives », lundi 3 avril, département de Français, à 12 h.

« History of books for children illustrated by the photographic image », jeudi 6 avril, à 18h.

Un grand merci au doyen du collège des Humanités, Alain-Philippe Durand, et au directeur du département de Français, Denis Provencher, pour cet accueil enthousiaste réservé à la photolittérature et en particulier, à celle destinée aux enfants.

 

Conférence à l’université de Tucson, Arizona, 3 avril

« Photolittérature pour enfants, l’importance des archives »

« Si aujourd’hui il est communément admis de trouver des photographies dans le livre pour enfants, nombreuses ont été les réticences des créateurs, éditeurs et lecteurs pour associer littérature pour le jeune public et illustration par la photographie. Il existe néanmoins un important corpus photolittéraire destiné à la jeunesse, en France, en Europe et aux Etats Unis, qui n’a jamais fait l’objet d’une étude systématique. Le recours aux archives des maisons d’édition et des créateurs est fondamental pour retracer la genèse de cette production, saisir l’héritage qu’elle a légué aux productions actuelles et lui redonner sa pleine signification historique et culturelle ».

Laurence Le Guen is a doctoral student at the University of Rennes in France. She is a member of the CELLAM research center. The CELLAM is characterized by the presence within it of specialists of the relationships between literature and the visual arts. From 2003 to 2013, it was run by Professor Jean-Pierre Montier, Laurence Le Guen’s dissertation advisor, who works on the literary inventions of photography and who has created an international research group devoted to photoliterature. Laurence Le Guen is carrying out research in French children literature. She specializes in children’s books illustrated by photographs and analyses the interactions between literature and photography. She is the author of several books for children.

 

JE « Théâtre et photographie », université de Montpellier

img_0620

 Extrait :

« L’album pour la jeunesse Alice in Wonderland, quand la photographie nous fait accéder au  « petit théâtre de l’enfance »

Nombreux sont les ouvrages de la littérature pour enfants contemporaine à multiplier les emprunts au théâtre, par la présence dans certains ouvrages de traditions théâtrales, comme le théâtre de marionnettes et le théâtre d’ombres, par la présence d’éléments visuels  de la scène, comme le rideau rouge. Les spécialistes de la littérature de jeunesse soulignent également la ressemblance métaphorique entre les comédiens d’un spectacle et les personnages du livre, la mutation de l’espace de la page en espace scénique, celle de l’illustrateur en metteur en scène, jusqu’au lecteur qui se mue en spectateur. La complicité entre théâtre et album pour enfant est désormais un fait reconnu.

Mais, lorsque la photographie se mêle de la création des illustrations, de leur insertion dans l’espace visuel du livre, comme dans le Alice in Wonderland, de Suzy Lee, c’est la lecture de l’image de l’album qui s’en trouve complexifiée, par ses rapports à la réalité et à l’imaginaire. »

Rencontre photolittéraire avec Colette Fellous (Fondation Michalski, Montricher, Suisse VD)

http://www.fabula.org/actualites/rencontre-photolitteraire-avec-colette-fellous :

« En marge de l’exposition Photolittérature, la romancière et éditrice Colette Fellous sera l’invitée de la Fondation Jan Michalski pour un entretien avec Jean-Pierre Montier, co-commissaire de l’exposition. Sa pratique d’écriture ainsi que la collection « Traits et portraits » qu’elle dirige au Mercure de France témoignent d’expériences photolittéraires variées où s’entremêlent mots et images pour raconter et se raconter.

Née en 1950, Colette Fellous a passé son enfance et son adolescence à Tunis. À l’âge de dix-sept ans, elle s’établit à Paris où elle vit toujours aujourd’hui. Productrice d’émissions radio sur France Culture pendant plus de trente ans, elle est également une romancière au parcours fécond qui porte souvent l’empreinte des paysages tunisiens. Son œuvre d’écrivain compte notamment un cycle autobiographique paru aux éditions Gallimard – Avenue de France(2001), Aujourd’hui (2005) et Plein été (2007) – qui explore les liens entre la Tunisie et la France à travers sa mémoire personnelle. Dans le premier opus de cette trilogie, l’auteur intègre à sa démarche d’écriture une iconographie – photos de famille, cartes postales, images d’époque – qui laisse entendre une nouvelle voix dans le récit et l’éclaire d’une lumière d’« arrière-pays » : une découverte qu’elle déclinera dans de nombreux ouvrages. Vient ensuite un cycle sur ses années de jeunesse françaises avec Un amour de frère (2011) et La préparation de la vie (2014) en hommage à son maître Roland Barthes. Son prochain livre Pièces détachées est prévu pour janvier 2017.

Également éditrice, Colette Fellous dirige la collection « Traits et portraits » qu’elle a créée en 2004 aux éditions Mercure de France, inspirée par ses propres expériences photolittéraires : écrivains, cinéastes, peintres, photographes et autres créateurs y sont invités à un exercice d’autoportrait libre liant le texte à l’image.

C’est de la richesse de ces jeux de croisements mots-images et de la créativité des phénomènes photolittéraires dont Colette Fellous s’entretiendra avec Jean-Pierre Montier, co-commissaire de l’exposition Photolittérature, lors de la rencontre du samedi 17 décembre à 15 h. »