Archives de catégorie : Chez les éditeurs aujourd’hui

L’Art photographique révélé aux enfants

Quelques éditeurs se sont fixés la mission de faire découvrir l’ Art de la photographie aux plus jeunes, en éditant des compilations de photographies réalisées par des photographes célèbres.

La collection Révélateur, éditée dans les années 1990 par l’Atelier des enfants du Centre Pompidou, propose aux enfants un « premier regard sur la photographie », en regroupant dans un ouvrage-un portfolio ; l’idée même d’insérer photographies et textes dans ce format d’ouvrage est déjà un parti pris artistique-19 photographies de « grands maîtres », parmi lesquels Brassaï, Boubat, Koudelka, Kertesz, en noir et blanc ou en couleur, classées par thématique : feuilles et feuillages, murs et fenêtres, l’eau, etc…

Ces clichés sont accompagnés d’extraits de textes de la Littérature, choisis pour la thématique commune qu’ils abordent et qui sont censés dialoguer avec les images. Ces écrits fonctionnent en fait comme des « suppléments d’Art » donnés aux images photographiques avec les signatures de Borges, Breton, Char, Platon…

En 1995 Gabriel Bauret et Grégoire Solotareff propose Album, édité par L’École des Loisirs, un imagier, recueil de photographies de maîtres, en couleur ou en noir et blanc, accompagnées d’un mot. L’idée est de retenir des photographies d’artistes « qui désignent quelque chose de concret »  et de « choisir des mots du vocabulaire courant, pas trop éloigné de l’univers des enfants », selon les auteurs eux-mêmes.

Dans le même genre, en 2006, Marie Houblon publie, chez Tourbillon, Mais …que font-ils, un recueil de 150 photographies puisées dans le fonds de l’agence Magnum (signées Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Josef Koudelka…) accompagnées de mots. Il est question par l’image et les mots de répondre à la question du titre : « Mais que font tous ces personnages ? Ils dansent, ils attendent, ils jouent… ils vivent ».

Dans ces ouvrages, les mots qui accompagnent les photographies se focalisent sur un détail de l’image, orientent sa lecture. Le lecteur conserve toutefois toute la liberté de s’en échapper pour fixer son œil sur d’autres éléments, laisser parler son imaginaire.

Au final, rien, dans ces ouvrages, n’est dit de la technique, du courant dans lequel s’inscrivent ces photographies, de leur spécificité, de la place de l’artiste, de ses choix…Il s’agit de proposer à l’enfant de belles images et de les faire parler.

Deux questions se posent : est-ce que ces ouvrages constituent réellement de « véritables approches de l’ Art photographique » comme le proclame l’éditeur de Mais …que font-ils ? Est-ce que ces compilations d’œuvres des « maîtres de la photographie » peuvent être envisagées comme des « mises en bouche » pour aller plus loin dans la découverte de l’ Art des photographes ?

 

L’Abécédire, dire la vie et l’alphabet. Miniphlit accueille Lily Franey

L’abécédire est publié en 2001 aux éditions « Rue du monde » dans la collection « L’album-photo ». Le livre, comme tout imagier-abécédaire, est destiné à l‘éveil des tout-petits, à leur apprentissage des mots et leur découverte du monde.

Alain Serres est à la conception de cet ouvrage hybride : « Son idée était d’avoir trois types de messages avec une lettre de l’alphabet : Le mot, une image photographique qui représente le quotidien de l’enfant et un dessin symbolique proche du thème de la photographie[1] ».

Il contacte donc la photographe Lily Franey,[2] dont il a découvert le travail photographique sur les droits de l’enfant, à l’occasion d’une exposition pour le CCE Cheminots en 1990. Naît ensuite une relation professionnelle privilégiée puisque de nouvelles collaborations se mettent en place : « A la suite,  Alain Serres m’a publié des photos dans plusieurs ouvrages des éditions Rue du monde » explique Lily Franey.

En 1995 Lily Franey réalise une série de clichés dans les crèches du Val de marne. C’est à la suite de l’ exposition[3] qui en découle qu’ Alain Serres propose à Lily Franey d’illustrer avec ses photographies les mots qu’il a choisis.

« Attendre, boum, changer, doucement, écouter, frisson, grandir, hop !, impossible, jungle, klonk, léger,  magique, non, oui, partir, qui est-là ? , réfléchir, slurp !, terminé, unique, voyager, what’s your name ? , xkrrreuh !, youpi ! et zut ! » Ce sont à la fois des noms communs, des adjectifs, des adverbes, des onomatopées, des verbes, de courtes phrases, dont une en anglais, et, contrairement aux abécédaires les plus courants, ils ne sont pas puisés  dans une thématique, ni dans le monde spécifique de l’enfance.

« Nous avons choisi ensemble, Alain et moi, les photographies dans mon travail sur les tout-petits et sur les droits de l’enfant pour illustrer les thèmes qu’il souhaitait évoquer. »

Les photographies ne sont  pas conçues exprès pour le livre, mais choisies dans une banque d’images préexistante : « La plupart des photographies sont prises dans les crèches de Gentilly, Créteil, Champigny », d’autres sont tirées d’ expositions antérieures : « Certaines photos sont prises dans mon stock d’images : lettre G, maman et enfant, exposition sur les femmes de Romainville – lettre Q, les mômes de St Denis 93) – lettre X , Afrique, Mali ».

Elles sont toutes des moments du quotidien, moments de jeux, de repas, de partage d’émotions. Elles sont prises à hauteur d’enfants, n’épargnent ni les bouderies, ni les pleurs, invitent l’enfant-lecteur à pénétrer dans l’image, à se reconnaître comme un des acteurs.

La photographe fait le choix du noir et blanc, comme une suite logique à son travail, mais aussi, selon elle, parce que meilleur révélateur des sentiments de l’enfant : « Le noir et blanc me permet d’aller plus directement vers tout ces sentiments à exprimer ».  Sans doute, remarque-t-elle, « la couleur aurait pu vite devenir un travail plutôt orienté vers une forme de graphisme et aurait certainement perturbé le sens de l’image ».

La couleur dans le livre, c’est le dessin qui la porte, dessin de la lettre, illustration graphique d’Olivier Tallec. Ce dernier a travaillé à partir des clichés comme le rapporte Lily Franey : « Olivier Tallec a fait (ou pris dans son stock) des dessins symboliques en s’inspirant des clichés photographiques ».

Comment se fait le lien entre le visuel et le textuel ?

Dans l’espace de la double page, sont combinés une lettre, un mot, une image photographique et un dessin, non cadrés, à peine séparés par la pliure du livre.

Si l’on prend la lettre « A, a », elle s’accompagne dans une bande du mot « attendre ». En dessous, sur la photographie, une femme tend les bras vers un enfant. Le jeune enfant a un doigt dans la bouche. Le cadrage de la photographie laisse voir l’eau d’une piscine et un jeu pour bébé-nageur, contextualisant ainsi la prise de vue.

La photographie a donc été choisie puisque le petit enfant semble attendre pour se décider : « L’enfant qui attend, qui s’interroge, s’il va pouvoir être capable, avoir la force de plonger, pour se jeter à l’eau dans les bras de sa mère », explique Lily Franey.

Pour  le dessin en regard, à peine séparé de l’image photographique par la pliure de l’ouvrage, ce qui créé un écho entre les deux,  le dessinateur a choisi de représenter, en couleurs vives,  trois oiseaux, dont l’un quitte le nid : « Dans le dessin, la symbolique se porte sur la force d’un petit oiseau à quitter le nid et s’envoler comme l’encourage sa mère. Les deux images se combinent donc pour illustrer la polysémie du mot.

Les deux illustrations dans la double page ne forment pas une suite, et pourtant, dans leur confrontation entre elles,  et avec le mot, des questions adviennent, une histoire se crée, un avant et un après du moment de la prise du cliché voit le jour dans la tête du spectateur-lecteur  : « C’est magique : tu peux te raconter cent histoires, te poser mille questions. Qui c’est celui-là ? Où elle va ? Ils ont peur de qui ? Et moi, je ferais quoi à sa place ? » indique la préface. La dernière double page de l’ouvrage est à cet égard parlante :

Sous l’étiquette « Z, z, Zut », l’image d’un ours en peluche qui a perdu un œil fait face à la photographie d’un cerceau, qui roule vers la droite, dans le sens de la lecture, vers la fin du livre. C’est au lecteur de dire (Abécé-dire) ce qu’il va advenir de cette peluche, de ce cerceau, car même si « zut, le livre est fini », l’imagination va venir à notre secours.

La conjonction du visuel et du textuel, dans l’espace de la double page, invite donc le lecteur à mettre  en relation les trois messages,  et surtout à créer une histoire, des histoires, à dépasser la simple illustration d’un mot, à la compléter, à imaginer.

Si le livre raconte des histoires, il  propose aussi à l’adulte-lecteur  une plongée dans l’univers de l’enfance, avec ses « visions de l’enfance »,  dans la ligne droite des Enfants d’ Ergy Landau ou de Kertesz. « Bon voyage dans l’étonnant pays de l’Abécédire », conclut Alain Serres. « Bon voyage dans le pays de l’enfance », pourrions-nous compléter.

Merci Lily !

[1] Interview de Lily Franey

[2] Lily Franey est photographe de l’agence Rapho

[3] Exposition « Je suis petit …comme je suis », catalogue édité par la maison Robert Doisneau, 1996

100 livres pour ton enfant

« Dès l’enfance, tu veux qu’on l’éduque comme un combattant, un révolutionnaire, un constructeur, un citoyen soviétique ! Pour cela, il ne suffit pas de s’occuper uniquement de sa santé. Tu dois te soucier de sa nourriture spirituelle et du livre qui lui arrive entre les mains. La brochure que tu lis à présent, est justement là pour t’y aider. »

Les éditions Michèle Noret ont eu la bonne idée de rééditer le catalogue publié par les Editions d’Etat soviétiques Guiz en 1931, dont la préface contient une injonction à mettre dans les mains des enfants de beaux livres, d’une haute qualité littéraire et artistique, mais également « socialement utiles » comme le rappelle Béatrice Michielsen.

Quel rôle pour la photographie dans ces ouvrages ? « Prendre possession du monde qui s’ouvre à lui » (l’enfant). La photographie témoigne des réussites du régime, la photographie sert l’enseignement. Dans Le petit Lénine, les photographies construisent l’image du moniteur-chef. Dans La convention, la photographie témoigne de la première convention des pionniers d’Union Soviétique en 1929. Dans Les ailes des soviets, la photographie illustre le récit du vol de l’aviateur Gromov jusqu’à Berlin, Paris et Londres. Dans Géant, la photographie atteste des réussite du grandiose sovkhoze « Géant », etc…

La photographie est présentée comme un nouveau type d’illustration et  la mention « illustré de nombreux clichés photographiques » inscrit ces  ouvrages dans la modernité.

 

Deux petits ours au Salon du Livre de Paris, 16-19 mars 2018

« Histoire en dents de scie que celle de la photolittérature pour la jeunesse !
À y regarder de plus près, l’introduction de la photographie dans les livres destinés au jeune public s’est inscrite dans les bouleversements qui ont marqué la littérature pour enfants à la fin du XIXe siècle et ont donné naissance au livre moderne, avec
une nouvelle place accordée à l’image. Par la suite, l’usage des photographies a coïncidé avec l’idée que l’on avait de la photographie, attestation scientifique, attribut de la modernité, témoignage du réel, art au même titre que les autres arts graphiques, art au service de la mémoire et de la formation des enfants.
L’exploration de ces productions sur plus de 100 ans permet de constater que la photographie a pénétré toutes les catégories de la littérature pour la jeunesse, du livre didactique au roman-photo, en passant par le livre de voyage, les contes, les livres de catéchèse, le roman scolaire. De grands noms de la photographie ou de
la littérature se sont inscrits dans l’histoire de ce genre littéraire : André Maurois, Louise de Vilmorin, Jacques Prévert, Maurice Genevoix, Jules Roy, Claude Cahun, Laure Albin-Guillot, Robert Doisneau, André Kertész, François Kollar, Ergy Landau, Jean Rouch, Sarah Moon, Ansel Adams, Edward Cutis, Cindy Sherman, William
Wegman, Ylla, Madeline Brandéis, Margareth Wise Brown aux États-Unis, Alexandre Rodtchenko, Piet Zwart, Suzi Pilet, ailleurs en Europe…
Bien souvent, la photographie dans le livre pour enfants a fait l’objet de nombreuses critiques, ce qui a entraîné périodiquement sa désaffection auprès du grand public.
On a souvent considéré que si la photographie convenait à l’adulte, elle devait être prohibée pour l’enfant : trop réaliste, sans âme, pas assez précise, sans contrastes, illisible, brideuse d’imaginaire, et cætera. La photographie devait donc se cantonner dans un rôle documentaire.
Pourtant, la photographie a donné des chefs d’œuvre à la littérature de jeunesse.
Qui se souvient que Jules Verne utilise la photographie dès 1895 pour ancrer ses fictions dans le réel en illustrant ses récits avec des clichés de voyageurs ? Qui sait que les imagiers actuels pour enfants sont les héritiers du First Picture Book du célèbre américain Edward Steichen ? Qui sait encore que le seul livre pour enfants du surréalisme est Le Cœur de Pic de Claude Cahun et Lise Deharme ? Avons-nous oublié Parana le Petit Indien, ou Noriko la petite Japonaise de Dominique Darbois, qui nous permettaient de voyager dans les années 50 ? Et comment avoir le plaisirde revoir les images de Crin Blanc ou du Ballon Rouge, si les novellisations des films
d’Albert Lamorisse ne les avaient pas fixées sur papier ?
On ne peut que se féliciter que de nouveaux ouvrages illustrés de photographies fassent leur apparition dans les catalogues actuels ou que des maisons d’édition parient sur le patrimoine et choisissent de rééditer certains livres des années 1930-1950, période phare pour l’album photographique. Les éditions MeMo ont redonné une vie au Cœur de Pic, à Animaux a mimer de Rodtchenko, à Dachenka de KarelCˇ apek, et aujourd’hui aux Deux petits ours d’Ylla. Espérons que l’aventure se poursuive, car l’enfant aime la photographie, certainement, même dans les livres. »

Extrait du dossier de presse.

Imagiers photographiques, nouvelles mythologies modernes

 

Entre Nous…Bébé signe

Cendrine Génin, Séverine Thévenet, Editions Ane Bâté, mars 2017

« L’image, c’est le regard, c’est la rencontre. C’est cela qui convoque l’altérité. (…) Je suis à l’opposé de la séduction facile de l’enfant pratiquée dans certains imagiers. C’est un leurre » dit Cendrine Genin, auteur-photographe, rencontrée lors de la JE consacrée à l’imagier photographique,  à l’université d’Artois, le 9 février.

Depuis le First Picture Book d’Edward Steichen, les imagiers photographiques se proposent de mettre la photographie au service de l’enregistrement du monde de l’enfance.

Qu’il s’agisse d’apprendre à nommer les objets de l’environnement immédiat ou plus lointain du jeune lecteur, qu’ils opèrent un classement thématique (animaux, vêtements, nourriture) ou se penchent sur les concepts abstraits, les imagiers photographiques se sont multipliés avec plus ou moins de qualité.

Certains opèrent de simples placages d’un mot sur une image, abondent en stéréotypes sur la réalité du monde, généralisent l’enfance, se contentent de citer et d’organiser un monde que l’enfant organise déjà avec son regard et ses mots.

D’autres, plus ambitieux, font le pari de l’émotion, de la rencontre nouvelle avec l’objet photographié, d’offrir une autre vision du monde, comme l’ont fait Edward Steichen ou Emmanuel Sougez. Telle une déambulation d’un écrivain surréaliste, certains photographes, depuis les années 70,  réinventent les « mythologies modernes » en créant de associations qui surprennent, poétisent la banalité du monde, transforment le réel. Leur univers poétique, insolite, décalé, propose à l’enfant de regarder différemment le monde qui l’entoure.

Le site de Cendrine Génin : http://www.cendrinegenin.com/

Sur le site de la BM de Nantes : https://bm.nantes.fr/files/live/sites/bm/files/PDF_CBB/matinees_CBB_imagiers.pdf

Sur le site de Cécile Boulaire, les imagiers de Tana Hoban: https://album50.hypotheses.org/1568

Stranger in the Woods, a photographic fantasy

C’est un fait entendu, les animaux sont bien souvent les personnages principaux des livres pour les jeunes enfants. En matière de livres photographiques, ce sont souvent de petits animaux qui sont photographiés, doubles symboliques du jeune lecteur.

Notons au passage qu’il n’est pas rare que les éditeurs pour la jeunesse privilégient même les photographies d’animaux à celles d’enfants, obligeant parfois tel ou tel illustrateur à substituer la photo d’un alligator à celle d’une petite fille, si, si !

Parmi les photographes qui ont consacré leur carrière à la photographie animalière et ont conçu des livres pour enfants, on pense bien-sûr à Ylla, la si populaire photographe animalière des années 50.

Il se pourrait bien que Carl Sams et Jean Stoick, couple de photographes américains,  se soient  à leur tour fait une spécialité de ces livres pour enfants illustrés de clichés d’animaux sauvages, en photographiant ceux du Michigan et en réalisant la série des « In the Woods ».

Leurs ouvrages, multi-récompensés, utilisés dans les classes, se déclinent aussi en films courts et en livres-cd.

Stranger in the woods, 1999

Lost in the woods, 2004

Find my friends, 2006

First snow in the woods, 2007

When snowflakes fall, 2009

Interview de Carl Sams sur le genèse de Stranger in the Woods : https://www.indiebound.org/author-interviews/samscarl

Pas de bol ! de Susie Morgenstern et Theresa Bronn

Le point de départ du livre est un événement familial authentique, une dispute classique du matin au petit déjeuner, quand un frère veut forcément le bol que sa sœur a devant elle.

Les deux auteurs de l’ouvrage, l’écrivain Susie Morgenstern et l’illustratrice Theresa Bronn, ont confié à Miniphlit la genèse de cet album :

Susie Morgenstern : « Elle est venue prendre un thé et je lui ai donné le texte de « Pas de bol » sans savoir ce qu’elle allait faire, sans savoir qu’elle allait prendre le train pour Paris avec les bols et la nappe et les corn flakes pour mettre en scène mes propres petits enfants (qui sont la source de l’histoire) et ma fille avec la photo. J’étais éblouie. Mais c’était difficile de convaincre un éditeur jusqu’à ce que Thierry Magnier ait accepté de le publier. »

La fille de Susie Morgenstern, Aliyah Morgenstern, se souvient de l’enthousiasme des enfants pour jouer leur propre rôle, pour transformer la cuisine familiale en scène de théâtre : « On a adapté l’appartement, il n’y avait pas de table. On en a rajouté une ! Et après la scène finale terrible, il a fallu tout nettoyer ! »

Theresa Bronn : « Pour moi, dès le départ, je savais que la photographie allait être exploitée d’ une manière ou d’une autre. Quand Susie m’a dit que sa famille voulait bien faire la mise en scène, j’en ai profité !! Je ne sais même plus si c’était l’idée de Susie ou de moi pour tout faire en photographie dès le départ (…)Pour Pas de Bol, les petits personnages dessinés ont changé plusieurs fois, mais pas la partie photographique. Thierry Magnier voulait que l’album rentre dans une collection carrée particulière et ma maquette était rectangulaire (comme le format dans la viseur d’un appareil-photo). J’ai accepté de couper mes formats en carré même si j’ai eu beaucoup de mal au départ. »

Narration écrite et narration photographique se mêlent dans l’espace de la page. Le texte épouse les contours des objets présents dans le cadre, réalisation de Théresa, et invite le lecteur à plonger dans l’histoire.

La présence des petits personnages dessinés, doubles fictionnels des deux enfants réels, ancre définitivement l’album dans la fiction. Ce ne sont pas les photographies d’un moment familial de la famille Morgenstern qui sont fixés dans cet album, mais bien une histoire universelle que l’on présente au jeune lecteur et à laquelle il peut s’identifier.

Pas de bol ! a été réédité chez Actes Sud Junior en 2014, avec son format rectangulaire d’origine.

Theresa Bronn et Susie Morgenstern ont collaboré sur d’autres ouvrages :

Pas !, éditions du Rouergue, 2003

Confessions d’une grosse patate, La Martinière, 2003

L’agenda de l’apprenti écrivain, La Martinière, 2005

Une mère comment ça aime, La Martinière, 2006

Le lecteur pourra découvrir d’autres ouvrages sur le site officiel de Theresa Bronn : http://www.theresabronn.com/fr/

Merci à Aliyah et Susie Morgenstern, merci à Theresa Bronn.

Merci Mathilde Levêque.

De la science à l’ art, la microphotographie illustrative

En 1931, la photographe Laure Albin Guillot (1879-1962) publie un portfolio intitulé Microphotographie décorative, en hommage à son mari le docteur Albin Guillot, spécialiste des clichés microscopiques : 20 planches imprimées en héliogravure, montrant diatomées et autres cristallisations minérales et végétales. De la beauté de ces clichés, elle tirera également des imprimés pour papiers peints, reliures, paravents … explorant ainsi un nouveau territoire visuel, élargissant les moyens d’expression de la technique photographique,  proposant aux yeux de ses contemporains de découvrir les beautés de l’infiniment petit.

           

Crédit photographique Laure Albin Guillot, agence Roger Viollet

Presque cent ans plus tard, Mickaël El Fathi, sans le savoir, adopte la même démarche avec sa microphotographie illustrative, pour Moabi, publié chez La Palissade, en 2015.

http://mickaelelfathi.com/mickaelelfathi/Illustration.html

Et quelles illustrations pourraient mieux convenir à l’histoire de cet arbre, qui conte la naissance du monde,  que ces détournements, réutilisations et colorisations au pastel de cellules végétales photographiées par des microscopes électroniques et trouvées sur des sites de laboratoires bien actuels ?

« La mitochondrie est visible en bas à droite de l’image. Je voulais montrer la subtilité des sous sols…La vie qui permet la vie. »

                   

Merci Mickaël !

The secret life of Squirrels

The secret life of squirrels, Little Brown Books for Young Readers, 2014.

Elle n’est plus si secrète en vérité, la vie des écureuils, depuis que la photographe Nancy Rose a révélé, photographies à l’appui, les passe-temps favoris de ces petits animaux !

Et l’on apprend que, bien loin d’une vie que l’on qualifiait de sauvage, ces animaux s’adonnent en vérité à des activités bien humaines telles qu’ inviter leurs amis à prendre le thé, à patauger dans une piscine ou à partager un dîner aux chandelles…

En vérité, la photographe construit des mondes miniatures en carton, dans lesquels elle cache des noisettes pour attirer les écureuils gourmands, qu’elle photographie ensuite,  photographies qu’elle retravaille ensuite à l’ordinateur pour leur donner des poses bien humaines.

On pense aux chiens de William Wegman ou aux clichés de Harry Whittier Frees…

D’autres photographies sur le blog de Nancy Rose : http://www.secretlifeofsquirrels.com/

 

Bazar Bizarre et le photomontage pour jouer

Le travail de Jean Lecointre pour les éditions Thierry Magnier n’est pas sans rappeler celui que fit Hannah Hoch pour son Picture Book.

Pour Bazar, bizarre, publié en 2012, ces découpages, collages, photomontages, illustrent deux mots qui varient à une sonorité près : bouton-mouton, poule-boule, lièvre-livre…

Comme Hannah Hoch, Jean Lecointre découpe dans des photographies publicitaires, assemble ses découpages, photographie le résultat. Surgissent alors des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de ce lièvre qui porte un livre, ce porteur de crapaud plutôt que de drapeau, cette poule gonflée à l’hélium.

Une différence est notable toutefois : ses personnages hybrides sont constitués de parties facilement identifiables, rassurantes et amusantes  pour le jeune lecteur, alors que chez Hannah Hoch, le contenu de l’image est le plus souvent méconnaissable et que le résultat plonge le lecteur dans un monde totalement fantastique et onirique.

La création de Jean Lecointre est un jeu. Celle d’Hannah Hoch était l’expression d’une angoisse profonde et une volonté d’échapper au réel dans lequel était plongée l’Allemagne nazie.

Le travail de Jean Lecointre pour cet album témoigne aussi de ce que les avancées technologiques et le recours aux logiciels tels Photoshop permettent de créer des personnages hybrides en travaillant simplement sur une photographie, avec ce mouton gonflé comme un bouton et percé de quatre trous, ou cette carotte-carrosse affublée de quatre roues.

http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364741539-l-jean-lecointre-bazar-bizarre.htm

Karel Capek et Dachenka

Dachenka_Couv_dia-88879

 

Karel Capek (1890-1938), romancier d’aventures scientifiques, auteur de pièces de théâtre, inventeur du mot « robot », collaborateur au journal Lidove Noviny, intellectuel proche du pouvoir politique tchécoslovaque, reste aussi dans les mémoires des tchèques comme un auteur de  textes pour enfants.  On citera ainsi ses Neuf contes plus un, Grands contes des postiers, Grands contes des médecins, Conte des oiseaux, Contes des chiens traduits et regroupés en partie en 1974 par les éditions La Farandole, sous le titre 7 contes pas comme les autres.

Dachenka, ou la vie d’un bébé chien, compilation de ses articles rédigés pour la rubrique « Le coin des enfants », est  publiée en 1933, aux éditions Borovy, à Prague et reste  sans doute son plus célèbre ouvrage pour la jeunesse, avec ses multiples rééditions et éditions étrangères.

Dans le cadre de sa collection « Classiques étrangers pour tous », Memo a réédité Dachenka, en 2015, au plus près de sa version originale, celle conçue par le célèbre maquettiste et typographe Karel Teige, un des maîtres de l’avant-garde tchèque.

Le narrateur explique à ses jeunes lecteurs le développement et le comportement d’un chien, mais s’adresse parfois aussi à son jeune chiot, dans un discours mêlé de gravité et de fatalisme. Nous sommes en 1933. Karel Capek, qui participe activement à la vie politique de son pays, assiste avec inquiétude à la montée du nazisme.

Les illustrations légendées encadrent ou bien se mêlent parfois au corps  du texte. Elles sont l’oeuvre de Karel Capek lui-même, dessins naïfs et simples, pleins d’humour, avec de multiples épisodes séquentiels qui nous font instantanément penser à des dessins de Folioscope.

A la fin de l’ouvrage sont regroupées les photographies du photographe-amateur Karel Capek,  qui explique d’ailleurs  sa technique avec beaucoup de drôlerie,   dans un chapitre intitulé « comment on photographie un jeune chien ». Pour reproduire ces clichés, les éditions Memo ont  numérisé les photographies originales de Karel Capek, prises au Rolleiflex et conservées dans sa maison de Prague devenue musée.  Ce travail explique sans doute la grande qualité des images en noir et blanc. Notons au passage que la photographie de la couverture d’origine, photomontage de Teige, n’a pu être retrouvée, ce qui explique la différence entre les éditions de 1933 et 2015.

En 2013, Les Editions du Sonneur avaient déjà réédité Dachenka, à la suite de son Voyage vers le Nord, mais sans ses photos, afin de mettre en avant les talentueux dessins de Karel Capek.

L’ouvrage posthume J’ai eu un chien et un chat, paru en 1939, regroupera Dachenka,  Pudlenka, l’histoire d’un chat avec d’autres photographies de Karel Capek, ainsi que  d’autres histoires d’animaux, fruits de sa collaboration avec son frère l’artiste Josef Capek

Sur le site des éditions MeMo : http://www.editions-memo.fr

Sur le site des éditions du Sonneur : http://www.editionsdusonneur.com/livre/dachenka-ou-la-vie-dun-bebe-chien-de-karel-capek

Animaux A Mimer, chez MeMo

rodtchenko_couv

En 2010 les éditions MeMo, en partenariat avec Les Trois Ourses, publient « Animaux à mimer » donnant vie au projet inabouti d’Alexandre Rodtchenko et Serge Tretiakov, respectivement photographe et poète de la Russie des années 20. Les textes, illustrés de dessins, étaient déjà parus dans le journal Le pionnier sous le titre « Samosvieri » en 1926.

Insatisfait du côté sans doute trop plat et inerte du graphisme, le poète sollicite Alexandre Rodtchenko, pour refaire les images et mettre en application ses recherches sur les formes géométriques. Ce dernier, avec la complicité de sa femme Varvara Stepanova, peintre, graphiste et créatrice de motifs décoratifs, dont on retrouve le style sur les pages de garde de l’ouvrage, créé de petits personnages en papiers, symbolisant enfants et animaux, évoluant dans un décor proche d’une piste de cirque ou d’une scène de théâtre. Il photographie ses mises en scène en lumière artificielle, utilise ensuite la double exposition d’images, joue sur les ombres, pour donner du mouvement à ses constructions de papier. Loin d’écraser les scènes de jeu, la photographie donne vie à ces saynètes et les clichés semblent extraits d’un film d’animation. Valerie Rouzeau, poète contemporaine et Odile Belkedar ont travaillé à partir de la traduction des huit poèmes de Tretiakov et d’un choix opéré par l’éditeur dans un stock de clichés de Rodtchenko, pour créer de petits poèmes en français et en russe. Comme à la parade, éléphant, autruche, tortue, cheval, pieuvre, kangourou, girafe, phoque se suivent dans l’enchaînement des photographies et petits poèmes rythmés, qui se font face à face. Le texte donne une voix aux personnages photographiés. Seul le chat, pourtant, bien visible, échappe aux mots.

Ce projet de livre pour enfants ne vit jamais le jour, sans doute en raison du coût trop élevé de la reproduction photographique, mais aussi du nouveau courant artistique qui s’impose dans l’Union Soviétique d’alors, celui du réalisme socialiste. MeMo et les Trois Ourses lui donnent vie presque cent ans après. Les recherches entreprises par les éditeurs dans les archives de Rodtchenko ont permis de réutiliser les plaques de verre originales et les premiers tirages et ainsi d’être au plus près de ce que les artistes auraient souhaité produire. Qui plus est, en insérant une maquette d’animaux à découper et à réaliser soi-même, les éditeurs nantais invitent les enfants à agir et à jouer, dans la droite ligne des souhaits des deux créateurs.

Le livre a obtenu le prix du Meilleur livre d’art pour la jeunesse en 201, au festival international du livre d’art et du film de Perpignan.

 

Cœur de Pic, un nouveau rôle pour la photographie dans le livre

LeCoeurDePic_couv_dia-6087e

L’album, paru en 1937, chez l’éditeur José Corti, contient 32 «  poèmes pour enfants » de la poétesse surréaliste Lise Deharme, accompagnés de 20  photographies de Claude Cahun, mises en scène photographiées d’objets fabriqués ou trouvés et photomontages. Dans la préface du livre, Paul Eluard, qui a mis en contact les deux créatrices, juge que « ce livre d’images à l’âge que vous voulez avoir », accordant au lecteur adulte le droit de se replonger dans un livre pour enfants.

L’écriture des poèmes précède la réalisation des tableaux. Malgré le temps qui sépare la réalisation des textes et des images, l’ouvrage semble être le fruit d’une parfaite collaboration. Les poèmes donnent vie à ces natures mortes, un peu figées, de la même façon que les images prolongent les mots, en proposant d’autres pistes de lecture. La rencontre des deux arts crée de nouveaux sens, bien loin de la traditionnelle fonction dévolue à l’illustration des livres pour enfants dans les années 30, celle de n’être que redondance du verbe. L’ouvrage a donc une place importante dans l’histoire du livre jeunesse.

Le livre a été réédité en 2004 par les éditions Memo, à Nantes, dans la collection « Les grandes rééditions » :

 » Un parcours à travers l’histoire du livre d’images pour la jeunesse. Les grandes rééditions rendent à nouveau disponibles des œuvres d’artistes, pionniers du livre jeunesse, imprimées au plus près de leur qualité d’origine. Aucune nostalgie dans cette entreprise, mais la conviction que quelques livres par décennie ont la force et la beauté nécessaires pour durer, qu’ils ouvrent de nouvelles perspectives littéraires et artistiques et que des enfants d’aujourd’hui y trouveront autant à voir et savoir qu’il y a presque un siècle ou plus. »

http://www.editions-memo.fr/-les-grandes-reeditions-

En 2014 a eu lieu l’exposition « MeMo, de la feuille au livre » à la médiathèque Jacques Demy, à Nantes, l’occasion pour les créateurs de la maison MeMo de revenir sur la création de leurs ouvrages et notamment du Cœur de Pic :

« À l’occasion de l’exposition Nantes et le surréalisme au musée des Beaux-Arts de Nantes en 1994, Dominique Rabourdin nous avait fait connaître un beau livre, Le Cœur de Pic, paru en 1937 chez Corti et jamais réédité depuis. Lise Deharme, écrivaine et l’artiste Claude Cahun avaient projeté ensemble ce livre, alliant des poèmes d’une cruauté malicieuse à des photographies plaçant figurines, plantes et animaux dans d’étranges petits mondes oniriques. Les photographies de Claude Cahun ont été en partie détruites par les nazis lorsqu’elle fut arrêtée pour faits de résistance. Pour imprimer une nouvelle édition, il nous fallait alors reproduire ces photos d’après la première édition, prêtée par Patrice Allain, commissaire de l’exposition et fin connaisseur des artistes du surréalisme. La reproduction des quelques photographies du livre encore existantes aurait introduit une grande disparité avec celles dont ne subsiste que cette trace photographique. Pour les pages intérieures, et encore davantage pour la couverture, la présence d’une trame, puisque nous partions d’un livre déjà imprimé, compliqua la photogravure. Julien, photograveur, expérimenta avec Yves la sélection et l’impression de deux noirs superposés pour accentuer le contraste. Nous avons demandé à François Leperlier un beau texte sur ce livre, mais nous avons choisi de l’éditer à part et de ne pas l’inclure, pour proposer le fac-similé du Cœur de Pic, tel qu’il avait été conçu. Le livre était à nouveau vivant, pour notre plaisir et celui de la petite-fille de Lise Deharme »

Tana Hoban

traces_dancetres_couv

Traces d’ancêtres perdus, Les Trois Ourses, 2001.

Ce sont des photographies de sol au départ. Avec juste un titre. Rien à priori qui ne raconte une histoire. Mais petit à petit, en aiguisant notre regard, l’imagination se déploie, les sensations émergent et les souvenirs d’autres traces, d’autres graffitis, prennent le relais, pour faire venir les mots, inventer des histoires devant ces traces. « On dirait qu’il y a … »

Sur le site de l’Ecole des loisirs : http://www.ecoledesloisirs.fr/auteur/tana-hoban

« Née à Philadelphie, de parents immigrés russes, la prestigieuse photographe américaine, Tana Hoban, internationalement connue, est décédée en janvier 2006 à la veille de son quatre-vingt neuvième anniversaire. Au début des années 70, elle a donné naissance à un genre nouveau dans le domaine de la littérature enfantine, les livres de photos pour enfants. À dix-huit ans, elle entrait à l’École féminine de design de Philadelphie, l’actuel Moore College of Art. Elle y reçut une bourse qui lui permis d’aller étudier en Angleterre et aux Pays-Bas. De retour aux États-Unis, elle travailla comme graphiste et photographe pour divers magazines. Puis, elle délaissa peu à peu l’illustration au profit de la photographie et se spécialisa dans les photos d’enfants. En 1949, ses photographies furent exposées au Musée d’Art Moderne de New York. Edward Steichen, le directeur de la photographie du musée choisit une de ses photographies pour figurer dans la célèbre exposition The Family of Man. Elle collabora à des journaux aussi renommés et prestigieux que « Vogue », « Newsweek », « Life », « Look », « Time »… À partir de 1960, parallèlement à son métier de photographe, Tana Hoban se mit à explorer d’autres directions et se lança dans diverses expériences. Elle réalisa des courts-métrages, inaugura un cours sur la photographie en tant que moyen de communication à l’École Annenberg de l’université de Pennsylvanie, créa une ligne de vêtements originaux, devint bénévole à l’hôpital de Philadelphie… Au début des années 1970, Tana Hoban choisit de ne plus utiliser les enfants comme modèles mais de s’adresser directement à eux à travers ses photos, en faisant des livres. C’est alors qu’elle rencontra Susan Hirschman, éditrice de Macmillan Books for Children. Cette rencontre fut capitale dans la vie de Tana Hoban. Deux albums furent aussitôt publiés : « Look again » et « Shapes and Things ». C’était le début d’une longue et passionnante carrière dans l’édition enfantine. Puis, advint ce que Tana Hoban appela « l’expérience de Bank Street » : des enfants de l’école de Bank Street à New York furent un jour questionnés sur ce qu’ils avaient vu sur leur trajet en venant à l’école. La plupart d’entre eux répondirent « Rien ». C’est alors que Tana Hoban décida de faire des photos qui inciteraient les enfants à regarder différemment le monde qui les entoure et à poser un autre regard sur leur quotidien. De cette expérience sont nés plus de cinquante albums qui constituent de magnifiques outils pédagogiques sur l’observation et la perception, utilisés par les écoles et les bibliothèques à travers l’Europe et les États-Unis. »

Sophie Curtil décortique le travail de la photographe dans un passionnant article :

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/simclient/consultation/binaries/stream.asp?INSTANCE=JOIE&EIDMPA=PUBLICATION_3818

D’autres titres de Tana Hoban :

Des couleurs et des choses, Kaléidoscope, 1990

Ombres et reflets, Kaleidoscope, 1991

Où, précisemment, Kaléidoscope, 1992

Regarde bien, Kaleidoscope, diffusion l’école des loisirs, 1999

Exactement le contraire, Kaleidoscope, 2002

Toutes sortes de formes, Kaleidoscope, 2004

« Enorme », d’ Arno Bertina

9782364740266

L’ouvrage paru en 2009, aux Editions Thierry Magnier, s’inscrit dans la collection Photo Roman, dont le concept est défini au verso du livre  : « Une série de photographies dont il ignore tout est confiée à un écrivain. Il s’aventure alors dans l’écriture d’un roman, où ces photographies croiseront la vie du héros pour la transformer.»

Arno Bertina a travaillé avec les élèves d’une classe de quatrième pour écrire ce texte, mais a finalement publié sa propre version chez Thierry Magnier. On retrouve dans cet ouvrage des thèmes qui lui sont chers : la solitude, le mouvement, la transformation des êtres, leur confrontation au monde qui les entoure. Il a écrit d’autres romans en liens avec des travaux photographiques, La Borne SOS 77 et Numéro d’écrou 362573, parus aux éditions du Bec en l’air[1].

Mat Jacob, photographe du collectif Tendance Floue, a opéré un choix, parmi les clichés de plusieurs photographes, pour proposer ces images, sans lien chronologique entre elles, sans personnage récurrent et avec des styles différents. Point communs entre ces clichés ? La vie bouillonnante, la jeunesse, l’incertitude qu’induit l’usage du flou, la capture d’instants dans la vie des sujets. Elles sont placées dans le livre, à intervalles irréguliers : portraits, photos de groupe, noir et blanc ou couleur, photos de mouvements, réel qui bouge.

Le livre entremêle plusieurs récits : celui de Marion, collégienne, qui écrit à la première personne, à la manière d’un journal intime, le journal intime du père, que la narratrice lit en cachette, la biographie de Christine de Pizan racontée par la narratrice et la voix des images.

Comment la photographie se mêle-t-elle au verbe ? Comment le texte travaille-t-il avec l’image ?

Photo / Roman. La photographie est le point de départ. Elle doit déclencher, inspirer le récit. Elle est le pré-texte. Ces photographies mélancoliques, esthétiques, floues, fragments volés au temps qui passe, à la vie de sujets,  donnent à l’auteur l’occasion de broder la vie de personnages, de dépasser ce qui saute aux yeux à la première rencontre avec le cliché, de déclencher un imaginaire que l’on dénie en général à la photographie dans le livre pour la jeunesse.

Le verbe va pourtant prendre le dessus. L’écriture fait le lien, comble le vide des photographies elles-mêmes, le vide entre elles. D’ailleurs, le roman commence par la voix de la jeune fille. Son image n’interviendra que plus tard. Cette photo est floue, comme le personnage, sujet pas bien défini, paralysé au milieu des mouvements des autres, qui va se construire au fil du récit, rassembler son être par le biais du journal intime. Est-ce elle qui a retenu l’attention de l’écrivain dans le paquet de photographies ?

Une a été « féconde », selon les propos de l’auteur, « celle des deux jeunes filles, cheveux au vent : « La découvrant je me suis dit : je voudrais écrire un roman qui raconte comment on peut en venir à un si bel éclat de rire, à un si beau moment d’amitié ou d’adolescence. »

Parfois, certaines photographies semblent embarrasser l’auteur qui s’impose d’écrire une scène pour satisfaire à la présence forcée de l’image. Avec une photo d’un doigt qui dessine dans la buée sur la vitre d’un abribus, il imagine une scène sentimentale, dans laquelle le propriétaire de la main trace le contour du visage de la jeune fille. Avec une photographie de néons en forme d’étoiles, il situe le récit au moment de Noël, dans un centre commercial, à moins que ce ne soit les étoiles que voient les victimes des jeunes filles, après avoir été frappés. Le lecteur, habitué à la correspondance entre l’image et le texte, peut être perplexe, déstabilisé. Tant mieux.

La rencontre se fait entre texte et image surtout lorsque ils ne disent pas la même chose, lorsque d’un portrait photographique d’une jeune fille blanche, il écrit celui de « Manthita la Renoi », lorsque d’un fauteuil jaune, il fait un fauteuil vert. Arno Bertina le dit lui-même : « Dans un duo, si les deux chanteurs chantent le même texte tout au long de la chanson, et en même temps, quelque chose cloche. La dimension polyphonique est sabotée si les voix disent la même chose et de la même façon, au lieu de se compléter en prenant chacune en charge différents pans du réel, au lieu de s’enrichir et d’enrichir l’œuvre en se posant des problèmes l’une à l’autre[2] »

Cette distorsion n’est-elle pas, celle qui existe parfois entre le souvenir qui s’imprime dans notre mémoire et la réalité telle qu’elle est rendue par l’appareil photographique ?

Ces photographies, un peu flou, de moments partagés, de gens rencontrés, fonctionnent comme des traces enregistrés par la narratrice, photographies qu’elle aurait pu prendre elle-même ou impressions qui se seraient imprimées dans sa mémoire. D’autres photographies, glissées entre les pages, ravivent l’émotion qu’elle a ressentie devant une photo scannée dans un livre de classe, devant une couverture de roman. Elle les glisse là, dans son journal intime, en guise de madeleine, rappel de ses émotions, compléments à ses mots, comme d’autres collent des pétales de fleurs, ou des billets de concert.

C’est un tour de force de la part de l’auteur. Point de départ de l’écriture, les photographies viennent, au final,  compléter les mots.

 

Autres ouvrages d’Arno Bertina :

Le dehors ou la migration des truites, Actes Sud, 2001.

Appoggio, Actes Sud, 2003.

J’ai appris à ne pas rire du démon, Naïve, 2006.

Anima Motrix, Verticales, 2006.

Ma solitude s’appelle Brando, Verticales, 2008.

Dompter la baleine, Thierry Magnier, 2012.

 

 

[1] La Borne SOS 77, Le bec en l’air, 2009.

Numéro d’écrou 362573, Le bec en l’air, 2013.

[2] Arno Bertina, SebecoroChambord, Ciclic, 2013, p.16.