Archives de catégorie : Chez les éditeurs aujourd’hui

De la science à l’ art, la microphotographie illustrative

En 1931, la photographe Laure Albin Guillot (1879-1962) publie un portfolio intitulé Microphotographie décorative, en hommage à son mari le docteur Albin Guillot, spécialiste des clichés microscopiques : 20 planches imprimées en héliogravure, montrant diatomées et autres cristallisations minérales et végétales. De la beauté de ces clichés, elle tirera également des imprimés pour papiers peints, reliures, paravents … explorant ainsi un nouveau territoire visuel, élargissant les moyens d’expression de la technique photographique,  proposant aux yeux de ses contemporains de découvrir les beautés de l’infiniment petit.

           

Crédit photographique Laure Albin Guillot, agence Roger Viollet

Presque cent ans plus tard, Mickaël El Fathi, sans le savoir, adopte la même démarche avec sa microphotographie illustrative, pour Moabi, publié chez La Palissade, en 2015.

http://mickaelelfathi.com/mickaelelfathi/Illustration.html

Et quelles illustrations pourraient mieux convenir à l’histoire de cet arbre, qui conte la naissance du monde,  que ces détournements, réutilisations et colorisations au pastel de cellules végétales photographiées par des microscopes électroniques et trouvées sur des sites de laboratoires bien actuels ?

« La mitochondrie est visible en bas à droite de l’image. Je voulais montrer la subtilité des sous sols…La vie qui permet la vie. »

                   

Merci Mickaël !

The secret life of Squirrels

The secret life of squirrels, Little Brown Books for Young Readers, 2014.

Elle n’est plus si secrète en vérité, la vie des écureuils, depuis que la photographe Nancy Rose a révélé, photographies à l’appui, les passe-temps favoris de ces petits animaux !

Et l’on apprend que, bien loin d’une vie que l’on qualifiait de sauvage, ces animaux s’adonnent en vérité à des activités bien humaines telles qu’ inviter leurs amis à prendre le thé, à patauger dans une piscine ou à partager un dîner aux chandelles…

En vérité, la photographe construit des mondes miniatures en carton, dans lesquels elle cache des noisettes pour attirer les écureuils gourmands, qu’elle photographie ensuite,  photographies qu’elle retravaille ensuite à l’ordinateur pour leur donner des poses bien humaines.

On pense aux chiens de William Wegman ou aux clichés de Harry Whittier Frees…

D’autres photographies sur le blog de Nancy Rose : http://www.secretlifeofsquirrels.com/

 

Bazar Bizarre et le photomontage pour jouer

Le travail de Jean Lecointre pour les éditions Thierry Magnier n’est pas sans rappeler celui que fit Hannah Hoch pour son Picture Book.

Pour Bazar, bizarre, publié en 2012, ces découpages, collages, photomontages, illustrent deux mots qui varient à une sonorité près : bouton-mouton, poule-boule, lièvre-livre…

Comme Hannah Hoch, Jean Lecointre découpe dans des photographies publicitaires, assemble ses découpages, photographie le résultat. Surgissent alors des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de ce lièvre qui porte un livre, ce porteur de crapaud plutôt que de drapeau, cette poule gonflée à l’hélium.

Une différence est notable toutefois : ses personnages hybrides sont constitués de parties facilement identifiables, rassurantes et amusantes  pour le jeune lecteur, alors que chez Hannah Hoch, le contenu de l’image est le plus souvent méconnaissable et que le résultat plonge le lecteur dans un monde totalement fantastique et onirique.

La création de Jean Lecointre est un jeu. Celle d’Hannah Hoch était l’expression d’une angoisse profonde et une volonté d’échapper au réel dans lequel était plongée l’Allemagne nazie.

Le travail de Jean Lecointre pour cet album témoigne aussi de ce que les avancées technologiques et le recours aux logiciels tels Photoshop permettent de créer des personnages hybrides en travaillant simplement sur une photographie, avec ce mouton gonflé comme un bouton et percé de quatre trous, ou cette carotte-carrosse affublée de quatre roues.

http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364741539-l-jean-lecointre-bazar-bizarre.htm

Karel Capek et Dachenka

Dachenka_Couv_dia-88879

 

Karel Capek (1890-1938), romancier d’aventures scientifiques, auteur de pièces de théâtre, inventeur du mot « robot », collaborateur au journal Lidove Noviny, intellectuel proche du pouvoir politique tchécoslovaque, reste aussi dans les mémoires des tchèques comme un auteur de  textes pour enfants.  On citera ainsi ses Neuf contes plus un, Grands contes des postiers, Grands contes des médecins, Conte des oiseaux, Contes des chiens traduits et regroupés en partie en 1974 par les éditions La Farandole, sous le titre 7 contes pas comme les autres.

Dachenka, ou la vie d’un bébé chien, compilation de ses articles rédigés pour la rubrique « Le coin des enfants », est  publiée en 1933, aux éditions Borovy, à Prague et reste  sans doute son plus célèbre ouvrage pour la jeunesse, avec ses multiples rééditions et éditions étrangères.

Dans le cadre de sa collection « Classiques étrangers pour tous », Memo a réédité Dachenka, en 2015, au plus près de sa version originale, celle conçue par le célèbre maquettiste et typographe Karel Teige, un des maîtres de l’avant-garde tchèque.

Le narrateur explique à ses jeunes lecteurs le développement et le comportement d’un chien, mais s’adresse parfois aussi à son jeune chiot, dans un discours mêlé de gravité et de fatalisme. Nous sommes en 1933. Karel Capek, qui participe activement à la vie politique de son pays, assiste avec inquiétude à la montée du nazisme.

Les illustrations légendées encadrent ou bien se mêlent parfois au corps  du texte. Elles sont l’oeuvre de Karel Capek lui-même, dessins naïfs et simples, pleins d’humour, avec de multiples épisodes séquentiels qui nous font instantanément penser à des dessins de Folioscope.

A la fin de l’ouvrage sont regroupées les photographies du photographe-amateur Karel Capek,  qui explique d’ailleurs  sa technique avec beaucoup de drôlerie,   dans un chapitre intitulé « comment on photographie un jeune chien ». Pour reproduire ces clichés, les éditions Memo ont  numérisé les photographies originales de Karel Capek, prises au Rolleiflex et conservées dans sa maison de Prague devenue musée.  Ce travail explique sans doute la grande qualité des images en noir et blanc. Notons au passage que la photographie de la couverture d’origine, photomontage de Teige, n’a pu être retrouvée, ce qui explique la différence entre les éditions de 1933 et 2015.

En 2013, Les Editions du Sonneur avaient déjà réédité Dachenka, à la suite de son Voyage vers le Nord, mais sans ses photos, afin de mettre en avant les talentueux dessins de Karel Capek.

L’ouvrage posthume J’ai eu un chien et un chat, paru en 1939, regroupera Dachenka,  Pudlenka, l’histoire d’un chat avec d’autres photographies de Karel Capek, ainsi que  d’autres histoires d’animaux, fruits de sa collaboration avec son frère l’artiste Josef Capek

Sur le site des éditions MeMo : http://www.editions-memo.fr

Sur le site des éditions du Sonneur : http://www.editionsdusonneur.com/livre/dachenka-ou-la-vie-dun-bebe-chien-de-karel-capek

Animaux A Mimer, chez MeMo

rodtchenko_couv

En 2010 les éditions MeMo, en partenariat avec Les Trois Ourses, publient « Animaux à mimer » donnant vie au projet inabouti d’Alexandre Rodtchenko et Serge Tretiakov, respectivement photographe et poète de la Russie des années 20. Les textes, illustrés de dessins, étaient déjà parus dans le journal Le pionnier sous le titre « Samosvieri » en 1926.

Insatisfait du côté sans doute trop plat et inerte du graphisme, le poète sollicite Alexandre Rodtchenko, pour refaire les images et mettre en application ses recherches sur les formes géométriques. Ce dernier, avec la complicité de sa femme Varvara Stepanova, peintre, graphiste et créatrice de motifs décoratifs, dont on retrouve le style sur les pages de garde de l’ouvrage, créé de petits personnages en papiers, symbolisant enfants et animaux, évoluant dans un décor proche d’une piste de cirque ou d’une scène de théâtre. Il photographie ses mises en scène en lumière artificielle, utilise ensuite la double exposition d’images, joue sur les ombres, pour donner du mouvement à ses constructions de papier. Loin d’écraser les scènes de jeu, la photographie donne vie à ces saynètes et les clichés semblent extraits d’un film d’animation. Valerie Rouzeau, poète contemporaine et Odile Belkedar ont travaillé à partir de la traduction des huit poèmes de Tretiakov et d’un choix opéré par l’éditeur dans un stock de clichés de Rodtchenko, pour créer de petits poèmes en français et en russe. Comme à la parade, éléphant, autruche, tortue, cheval, pieuvre, kangourou, girafe, phoque se suivent dans l’enchaînement des photographies et petits poèmes rythmés, qui se font face à face. Le texte donne une voix aux personnages photographiés. Seul le chat, pourtant, bien visible, échappe aux mots.

Ce projet de livre pour enfants ne vit jamais le jour, sans doute en raison du coût trop élevé de la reproduction photographique, mais aussi du nouveau courant artistique qui s’impose dans l’Union Soviétique d’alors, celui du réalisme socialiste. MeMo et les Trois Ourses lui donnent vie presque cent ans après. Les recherches entreprises par les éditeurs dans les archives de Rodtchenko ont permis de réutiliser les plaques de verre originales et les premiers tirages et ainsi d’être au plus près de ce que les artistes auraient souhaité produire. Qui plus est, en insérant une maquette d’animaux à découper et à réaliser soi-même, les éditeurs nantais invitent les enfants à agir et à jouer, dans la droite ligne des souhaits des deux créateurs.

Le livre a obtenu le prix du Meilleur livre d’art pour la jeunesse en 201, au festival international du livre d’art et du film de Perpignan.

 

Cœur de Pic, un nouveau rôle pour la photographie dans le livre

LeCoeurDePic_couv_dia-6087e

L’album, paru en 1937, chez l’éditeur José Corti, contient 32 «  poèmes pour enfants » de la poétesse surréaliste Lise Deharme, accompagnés de 20  photographies de Claude Cahun, mises en scène photographiées d’objets fabriqués ou trouvés et photomontages. Dans la préface du livre, Paul Eluard, qui a mis en contact les deux créatrices, juge que « ce livre d’images à l’âge que vous voulez avoir », accordant au lecteur adulte le droit de se replonger dans un livre pour enfants.

L’écriture des poèmes précède la réalisation des tableaux. Malgré le temps qui sépare la réalisation des textes et des images, l’ouvrage semble être le fruit d’une parfaite collaboration. Les poèmes donnent vie à ces natures mortes, un peu figées, de la même façon que les images prolongent les mots, en proposant d’autres pistes de lecture. La rencontre des deux arts crée de nouveaux sens, bien loin de la traditionnelle fonction dévolue à l’illustration des livres pour enfants dans les années 30, celle de n’être que redondance du verbe. L’ouvrage a donc une place importante dans l’histoire du livre jeunesse.

Le livre a été réédité en 2004 par les éditions Memo, à Nantes, dans la collection « Les grandes rééditions » :

 » Un parcours à travers l’histoire du livre d’images pour la jeunesse. Les grandes rééditions rendent à nouveau disponibles des œuvres d’artistes, pionniers du livre jeunesse, imprimées au plus près de leur qualité d’origine. Aucune nostalgie dans cette entreprise, mais la conviction que quelques livres par décennie ont la force et la beauté nécessaires pour durer, qu’ils ouvrent de nouvelles perspectives littéraires et artistiques et que des enfants d’aujourd’hui y trouveront autant à voir et savoir qu’il y a presque un siècle ou plus. »

http://www.editions-memo.fr/-les-grandes-reeditions-

En 2014 a eu lieu l’exposition « MeMo, de la feuille au livre » à la médiathèque Jacques Demy, à Nantes, l’occasion pour les créateurs de la maison MeMo de revenir sur la création de leurs ouvrages et notamment du Cœur de Pic :

« À l’occasion de l’exposition Nantes et le surréalisme au musée des Beaux-Arts de Nantes en 1994, Dominique Rabourdin nous avait fait connaître un beau livre, Le Cœur de Pic, paru en 1937 chez Corti et jamais réédité depuis. Lise Deharme, écrivaine et l’artiste Claude Cahun avaient projeté ensemble ce livre, alliant des poèmes d’une cruauté malicieuse à des photographies plaçant figurines, plantes et animaux dans d’étranges petits mondes oniriques. Les photographies de Claude Cahun ont été en partie détruites par les nazis lorsqu’elle fut arrêtée pour faits de résistance. Pour imprimer une nouvelle édition, il nous fallait alors reproduire ces photos d’après la première édition, prêtée par Patrice Allain, commissaire de l’exposition et fin connaisseur des artistes du surréalisme. La reproduction des quelques photographies du livre encore existantes aurait introduit une grande disparité avec celles dont ne subsiste que cette trace photographique. Pour les pages intérieures, et encore davantage pour la couverture, la présence d’une trame, puisque nous partions d’un livre déjà imprimé, compliqua la photogravure. Julien, photograveur, expérimenta avec Yves la sélection et l’impression de deux noirs superposés pour accentuer le contraste. Nous avons demandé à François Leperlier un beau texte sur ce livre, mais nous avons choisi de l’éditer à part et de ne pas l’inclure, pour proposer le fac-similé du Cœur de Pic, tel qu’il avait été conçu. Le livre était à nouveau vivant, pour notre plaisir et celui de la petite-fille de Lise Deharme »

Tana Hoban

traces_dancetres_couv

Traces d’ancêtres perdus, Les Trois Ourses, 2001.

Ce sont des photographies de sol au départ. Avec juste un titre. Rien à priori qui ne raconte une histoire. Mais petit à petit, en aiguisant notre regard, l’imagination se déploie, les sensations émergent et les souvenirs d’autres traces, d’autres graffitis, prennent le relais, pour faire venir les mots, inventer des histoires devant ces traces. « On dirait qu’il y a … »

Sur le site de l’Ecole des loisirs : http://www.ecoledesloisirs.fr/auteur/tana-hoban

« Née à Philadelphie, de parents immigrés russes, la prestigieuse photographe américaine, Tana Hoban, internationalement connue, est décédée en janvier 2006 à la veille de son quatre-vingt neuvième anniversaire. Au début des années 70, elle a donné naissance à un genre nouveau dans le domaine de la littérature enfantine, les livres de photos pour enfants. À dix-huit ans, elle entrait à l’École féminine de design de Philadelphie, l’actuel Moore College of Art. Elle y reçut une bourse qui lui permis d’aller étudier en Angleterre et aux Pays-Bas. De retour aux États-Unis, elle travailla comme graphiste et photographe pour divers magazines. Puis, elle délaissa peu à peu l’illustration au profit de la photographie et se spécialisa dans les photos d’enfants. En 1949, ses photographies furent exposées au Musée d’Art Moderne de New York. Edward Steichen, le directeur de la photographie du musée choisit une de ses photographies pour figurer dans la célèbre exposition The Family of Man. Elle collabora à des journaux aussi renommés et prestigieux que « Vogue », « Newsweek », « Life », « Look », « Time »… À partir de 1960, parallèlement à son métier de photographe, Tana Hoban se mit à explorer d’autres directions et se lança dans diverses expériences. Elle réalisa des courts-métrages, inaugura un cours sur la photographie en tant que moyen de communication à l’École Annenberg de l’université de Pennsylvanie, créa une ligne de vêtements originaux, devint bénévole à l’hôpital de Philadelphie… Au début des années 1970, Tana Hoban choisit de ne plus utiliser les enfants comme modèles mais de s’adresser directement à eux à travers ses photos, en faisant des livres. C’est alors qu’elle rencontra Susan Hirschman, éditrice de Macmillan Books for Children. Cette rencontre fut capitale dans la vie de Tana Hoban. Deux albums furent aussitôt publiés : « Look again » et « Shapes and Things ». C’était le début d’une longue et passionnante carrière dans l’édition enfantine. Puis, advint ce que Tana Hoban appela « l’expérience de Bank Street » : des enfants de l’école de Bank Street à New York furent un jour questionnés sur ce qu’ils avaient vu sur leur trajet en venant à l’école. La plupart d’entre eux répondirent « Rien ». C’est alors que Tana Hoban décida de faire des photos qui inciteraient les enfants à regarder différemment le monde qui les entoure et à poser un autre regard sur leur quotidien. De cette expérience sont nés plus de cinquante albums qui constituent de magnifiques outils pédagogiques sur l’observation et la perception, utilisés par les écoles et les bibliothèques à travers l’Europe et les États-Unis. »

Sophie Curtil décortique le travail de la photographe dans un passionnant article :

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/simclient/consultation/binaries/stream.asp?INSTANCE=JOIE&EIDMPA=PUBLICATION_3818

D’autres titres de Tana Hoban :

Des couleurs et des choses, Kaléidoscope, 1990

Ombres et reflets, Kaleidoscope, 1991

Où, précisemment, Kaléidoscope, 1992

Regarde bien, Kaleidoscope, diffusion l’école des loisirs, 1999

Exactement le contraire, Kaleidoscope, 2002

Toutes sortes de formes, Kaleidoscope, 2004

« Enorme », d’ Arno Bertina

9782364740266

L’ouvrage paru en 2009, aux Editions Thierry Magnier, s’inscrit dans la collection Photo Roman, dont le concept est défini au verso du livre  : « Une série de photographies dont il ignore tout est confiée à un écrivain. Il s’aventure alors dans l’écriture d’un roman, où ces photographies croiseront la vie du héros pour la transformer.»

Arno Bertina a travaillé avec les élèves d’une classe de quatrième pour écrire ce texte, mais a finalement publié sa propre version chez Thierry Magnier. On retrouve dans cet ouvrage des thèmes qui lui sont chers : la solitude, le mouvement, la transformation des êtres, leur confrontation au monde qui les entoure. Il a écrit d’autres romans en liens avec des travaux photographiques, La Borne SOS 77 et Numéro d’écrou 362573, parus aux éditions du Bec en l’air[1].

Mat Jacob, photographe du collectif Tendance Floue, a opéré un choix, parmi les clichés de plusieurs photographes, pour proposer ces images, sans lien chronologique entre elles, sans personnage récurrent et avec des styles différents. Point communs entre ces clichés ? La vie bouillonnante, la jeunesse, l’incertitude qu’induit l’usage du flou, la capture d’instants dans la vie des sujets. Elles sont placées dans le livre, à intervalles irréguliers : portraits, photos de groupe, noir et blanc ou couleur, photos de mouvements, réel qui bouge.

Le livre entremêle plusieurs récits : celui de Marion, collégienne, qui écrit à la première personne, à la manière d’un journal intime, le journal intime du père, que la narratrice lit en cachette, la biographie de Christine de Pizan racontée par la narratrice et la voix des images.

Comment la photographie se mêle-t-elle au verbe ? Comment le texte travaille-t-il avec l’image ?

Photo / Roman. La photographie est le point de départ. Elle doit déclencher, inspirer le récit. Elle est le pré-texte. Ces photographies mélancoliques, esthétiques, floues, fragments volés au temps qui passe, à la vie de sujets,  donnent à l’auteur l’occasion de broder la vie de personnages, de dépasser ce qui saute aux yeux à la première rencontre avec le cliché, de déclencher un imaginaire que l’on dénie en général à la photographie dans le livre pour la jeunesse.

Le verbe va pourtant prendre le dessus. L’écriture fait le lien, comble le vide des photographies elles-mêmes, le vide entre elles. D’ailleurs, le roman commence par la voix de la jeune fille. Son image n’interviendra que plus tard. Cette photo est floue, comme le personnage, sujet pas bien défini, paralysé au milieu des mouvements des autres, qui va se construire au fil du récit, rassembler son être par le biais du journal intime. Est-ce elle qui a retenu l’attention de l’écrivain dans le paquet de photographies ?

Une a été « féconde », selon les propos de l’auteur, « celle des deux jeunes filles, cheveux au vent : « La découvrant je me suis dit : je voudrais écrire un roman qui raconte comment on peut en venir à un si bel éclat de rire, à un si beau moment d’amitié ou d’adolescence. »

Parfois, certaines photographies semblent embarrasser l’auteur qui s’impose d’écrire une scène pour satisfaire à la présence forcée de l’image. Avec une photo d’un doigt qui dessine dans la buée sur la vitre d’un abribus, il imagine une scène sentimentale, dans laquelle le propriétaire de la main trace le contour du visage de la jeune fille. Avec une photographie de néons en forme d’étoiles, il situe le récit au moment de Noël, dans un centre commercial, à moins que ce ne soit les étoiles que voient les victimes des jeunes filles, après avoir été frappés. Le lecteur, habitué à la correspondance entre l’image et le texte, peut être perplexe, déstabilisé. Tant mieux.

La rencontre se fait entre texte et image surtout lorsque ils ne disent pas la même chose, lorsque d’un portrait photographique d’une jeune fille blanche, il écrit celui de « Manthita la Renoi », lorsque d’un fauteuil jaune, il fait un fauteuil vert. Arno Bertina le dit lui-même : « Dans un duo, si les deux chanteurs chantent le même texte tout au long de la chanson, et en même temps, quelque chose cloche. La dimension polyphonique est sabotée si les voix disent la même chose et de la même façon, au lieu de se compléter en prenant chacune en charge différents pans du réel, au lieu de s’enrichir et d’enrichir l’œuvre en se posant des problèmes l’une à l’autre[2] »

Cette distorsion n’est-elle pas, celle qui existe parfois entre le souvenir qui s’imprime dans notre mémoire et la réalité telle qu’elle est rendue par l’appareil photographique ?

Ces photographies, un peu flou, de moments partagés, de gens rencontrés, fonctionnent comme des traces enregistrés par la narratrice, photographies qu’elle aurait pu prendre elle-même ou impressions qui se seraient imprimées dans sa mémoire. D’autres photographies, glissées entre les pages, ravivent l’émotion qu’elle a ressentie devant une photo scannée dans un livre de classe, devant une couverture de roman. Elle les glisse là, dans son journal intime, en guise de madeleine, rappel de ses émotions, compléments à ses mots, comme d’autres collent des pétales de fleurs, ou des billets de concert.

C’est un tour de force de la part de l’auteur. Point de départ de l’écriture, les photographies viennent, au final,  compléter les mots.

 

Autres ouvrages d’Arno Bertina :

Le dehors ou la migration des truites, Actes Sud, 2001.

Appoggio, Actes Sud, 2003.

J’ai appris à ne pas rire du démon, Naïve, 2006.

Anima Motrix, Verticales, 2006.

Ma solitude s’appelle Brando, Verticales, 2008.

Dompter la baleine, Thierry Magnier, 2012.

 

 

[1] La Borne SOS 77, Le bec en l’air, 2009.

Numéro d’écrou 362573, Le bec en l’air, 2013.

[2] Arno Bertina, SebecoroChambord, Ciclic, 2013, p.16.

 

William Wegman, the »dog artist »

 

book-classics

William Wegman est peintre, vidéaste et photographe. Photographié dans dans des vêtements et des attitudes très humaines, son chien, Man Ray, en hommage au célèbre photographe, est au centre de son oeuvre .

William Wegman a publié de nombreux livres photographiques pour enfants , abécédaires, livres à compter et réadaptation de contes populaires,  Little Red Riding Hood (Le Petit Chaperon rouge  ) ou Cindirella ( Cendrillon), dans lesquels les successeurs de Man Ray jouent les personnages. L’humour y est souvent au rendez-vous comme lorsque le chien-petit chaperon rouge dit au loup « Grand mother, she said, you look different » et « What big ears you have ! »

Dans sa série Flo & Wendell, il combine photographie et peinture.

Sur le blog de l’artiste :

http://www.wegmanworld.com/about-the-artist/

« William Wegman was born in 1943, in a small town in Massachusetts. He spent most of his time in the woods with his dog Wags, looking for rabbits, squirrels, deer, and chickadees. He fished, built tree houses, searched for quicksand, and painted watercolors with his mother. He loved the Hardy Boys, a series of mystery novels, and stayed up late reading them by flashlight. In school, he was shy, and known for his artwork.

Thanks to the encouragement of his high school art teacher, Mrs. Laramee, Wegman went to art school where he studied painting. He then went to graduate school and became interested in many things besides painting. He began doing performance art, and making videos, some of which featured his first Weimaraner Man Ray. Soon he began taking photographs, too, first starting with making black-and-white prints, and then experimenting with an enormous Polaroid camera the size of a refrigerator.

After Man Ray, he adopted a dog he called Fay Ray, and began photographing her using the Polaroid camera. Fay had puppies, Fay’s puppies had puppies, and Wegman photographed, and made videos, of them all. He made a series of children’s books, beginning with fairy tales: Cinderella and Red Riding Hood. His videos were featured on Sesame Street.

During this time with Fay, and her daughter Batty, Wegman began painting again, finding subject matters similar to the guide books and encyclopedias he had pored over as a child. Over the next few years, the paintings evolved and he began using images he found, like pages from books, images from magazines, and postcards.

Now, Wegman continues to paint and take photographs of his dogs Bobbin, Candy, Flo and Topper, who were the inspiration for his new book. Flo & Wendell combines Wegman’s photographs and his painting, and was inspired by his dogs Flo and Topper. »

« Sam et Julia dans la maison des souris » de Karina Schaapman

product_9782070648092_244x0

L’ouvrage de Karina Schaapman est  sorti en 2011, sous le titre Het Muizenhuis-Sam & Julia, chez Rubinstein Publishing B.V, à Amsterdam, au Pays-Bas. Il a fait l’objet de publications dans 14 autres pays, dont la France, en 2012, chez Gallimard, dans la collection « Giboulées ».

Les deux personnages sont deux petites souris de laine, Sam et Julia, qui vivent dans un immeuble de plus de cent pièces.  Au cours de leur journée, les deux souriceaux rencontrent les différents habitants des lieux,  un musicien, un chiffonnier, un marin, les différents membres de la famille de Sam et vivent de petites aventures.

Si le texte est un peu simpliste, l’ouvrage est remarquable par la qualité des photographies de Ton Bouwer, qui permettent de découvrir une pièce à la fois et les mille petits détails du décor réalisé par Karina Schaapman.

La maison existe réellement et est entièrement composée d’objets de récupération. Elle est exposée à la mairie d’Amsterdam.

Karina Schaapman, dont c’est le premier ouvrage pour enfants, explique ses motivations dans une interview publiée  sur le site de Ricochet :

« En imaginant cette histoire et en créant cette maison, je souhaitais offrir l’image d’une société idéale, ma propre vision de la société idéale, où tout le monde serait le bienvenu. Un endroit où les personnages pourraient faire la connaissance de toutes sortes de gens différents, où ils pourraient grandir dans un lieu sans menace, un lieu privilégié ».

En 2012, Karina Schaapman a obtenu le prix néerlandais « Pinceau d’argent » pour cet ouvrage, qui s’est classé en tête des ventes aux Pays bas, dès sa sortie.

D’autres ouvrages ont donné vie à Sam et Julia :

Sam et Julia au théâtre, Gallimard, 2013.

Sam et Julia au cirque, Gallimard, 2014.

Sam et Julia font les courses, Gallimard, 2014.

D’autres informations sont audibles sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/jusqua-la-lune-et-retour-12-13/sam-et-julia-dans-la-maison-des-souris-de-karina-schaapman

 

« Alice in Wonderland » de Suzy Lee

suzy lee

Suzy Lee, au salon du livre de Paris, mars 2016.

« Et, pensait Alice, à quoi peut bien servir un livre sans images, ni conversations ? »

alice in wonderland

Ainsi commence le livre de Lewis Caroll, Alices’ Adventures in Wonderland, publié en 1865.

En plus de 100 ans de rééditions et illustrations de ce livre, devenu un classique, les images qui accompagnent le texte ont suivi l’évolution des courants artistiques. Suzy Lee propose dans son Alice in wonderland une interprétation toute personnelle, en se passant des mots. Elle donne  toute la suprématie à l’image photographique qui possède  ici, un haut pouvoir fictionnalisant et provoque une multiplicité des sens.

En utilisant ce médium, Suzy Lee nous fait accéder à un autre monde, au  rêve qui peuple l’esprit du regardant-lecteur, adresse un signe à l’enfant qui n’est plus neutre, simple récepteur, mais se retrouve impliqué dans le processus de construction des images.

Suzy Lee est née à Seoul, vit et travaille à Singapour. Après avoir obtenu un Master of Arts in Book Arts auprès du Camberwell College of Arts (2001), de Londres, elle a participé à de nombreuses expositions dans le monde entier et a obtenu de nombreuses récompenses. Elle a publié un autre livre aux éditions Corraini : Mirror et l’onde. Alice in Wonderland est son premier livre.

Alice in wonderland  est publié en 2002 aux Editions Corraini, en Italie et a ensuite connu plusieurs rééditions en 2005, 2009 et 2012.

 

Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage

7e1e6f_a3fda9a78d8e98904ff8d8da29844332Une des tendances de l’album pour enfants illustré par des photographies est la mise en scène de figurines ou de marionnettes. Séverine Thevenet, l’auteure de l’album Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage, sorti en 2009, aux éditions « La cabane sur le chien », repris en 2012 par les « éditions du Jasmin », est photographe et marionnettiste.

Pour cet album, Serge Gutwirth  réalise les photographies, Séverine Thévenet conçoit le texte, la marionnette et sa mise en situation dans un décor réel. Le dialogue, très court, entre la jeune auteure, présente sur les photographies, et sa grand-mère-marionnette se trouve  en regard des images.

Il faut signaler de la même auteure, Litli, aux éditions « Où sont les enfants », en 2008, J’aime/j’aime pas, un imagier photographique, aux « Editions du Rouergue » en 2010, et un très bel imagier en langue des signes sorti en 2015, aux éditions « L’âne bâté »,  Des signes et moi.

7e1e6f_fdfc115e25b94c96a71eca90bd4c4c23

La collection « Te Cuento » aux éditions Alkibla

image

La collection d’albums réunit des textes, réécriture de contes traditionnels, avec des reportage photographiques de Clemente Bernad, en phase avec l’actualité brûlante. La rencontre entre les deux récits, récit fictionnel et récit photographique, fait naître un dialogue inattendu et surprend le lecteur.  A partir de 10 ans.

 

http://www.alkibla.com/editorial/te-cuento/ :

« la colección « Te cuento…« , en la que volvemos a trabajar en la relación entre palabra e imagen documental, poniendo en contacto versiones actualizadas de cuentos clásicos y discursos documentales sobre temas de actualidad.

La colección se compone de doce títulos que aparecerán en grupos de tres.

Los libros están destinados para todo tipo de público y están especialmente indicados para trabajar en un entorno educativo y familiar, favoreciendo el espíritu crítico así como la puesta en relación de contenidos literarios basados en la ficción con imágenes de referente real.

 

Los cuentos corren a cargo de Patxi Irurzun, José Ovejero, Marta Sanz, Isabel Bono, Emilio Silva, Javier López Menacho, Belén Gopegui, Isaac Rosa, Manuel Rivas, Hasier Larretxea, Felipe Zapico, Juan Carlos Mestre y Juan Carlos Monedero. Todos los cuentos están acompañados por fotografías de Clemente Bernad y las portadas son de Zuri Negrín. »