Archives de catégorie : Bibliographie

Les clefs et les serrures de la photolittérature

Si l’on se demande encore ce qu’est la photolittérature, il n’y a cas  se saisir Des clefs et des serrures, l’ouvrage de Michel Tournier paru en 1979.

La recette :

Choisir quarante sujets de réflexion parmi lesquels les animaux, les enfants, l’autoportrait, l’arbre et le chemin…

Laisser venir les images mentales et les transcrire en texte.

Choisir une photographie qui rebondit sur un mot, une idée, élargit la vision de l’ensemble ou qui en prend le contrepoint.

Ou bien encore, trouver une photographie qui résonne avec l’image mentale suggérée par les mots du titre, écrire un texte légende ou gloser à l’infini sur un point de l’image qui touche le spectateur-écrivain.

A moins que ce ne soit tout le contraire : rencontrer une photographie, laisser venir les mots que les apparences suggèrent, créer un passé et un futur à cette coupure du temps, bâtir une histoire et trouver un titre.

Les assembler dans un ouvrage, sans donner priorité à l’une ou à l’autre, en intercalant des pages blanches.

Le lancer dans la foule des lecteurs et attendre les réactions  : va et vient entre les deux langages, étonnement, reconnaissance, incompréhension, épanchement de l’imaginaire dans les blancs…

Quelles sont les serrures ? Quelles sont les clefs ? Tour à tour, texte et prose sont des « secrets à percer », des « obscurités à élucider », des « inscriptions à déchiffrer ».

L’Écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux

 

L’Écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux, s. dir. David Martens, Jean-Pierre Montier & Anne Reverseau

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

 

Présentation de l’éditeur :

Les écrivains ont été parmi les personnages les plus photographiés, en dépit de leurs fréquentes réticences. Mais que voit-on des écrivains dans leurs photographies ? L’écrivain vu par la photographie entreprend une vaste réflexion, tant historique que philosophique ou sociologique, qui se propose de penser la représentation photographique des écrivains en relation avec la médiatisation de l’activité littéraire, mais aussi plus largement avec la photolittérature, c’est-à-dire le rapport complexe, entre fascination et répulsion, entretenu par les écrivains avec ce medium depuis ses origines.

Les  portraits d’auteurs, la représentation de ses proches, de ses lieux de vie, voire de ses objets familiers, font depuis longtemps partie de l’écosystème de la vie littéraire, mais les photographies des écrivains sont demeurées une sorte de face cachée des livres. À travers 25 contributions illustrées, cet ouvrage examine comment la littérature, le journalisme, l’enseignement, la publicité et le monde muséal, usent de ces images. Son ambition est de montrer tout ce que la photographie a changé dans la relation des lecteurs aux auteurs, du milieu du XIXesiècle à l’ère du numérique.

 

David Martens est professeur de littérature française moderne et contemporaine à l’université de Louvain (KU Leuven). Membre fondateur du groupe MDRN (www.mdrn.be), il s’intéresse aux modes de constitution et de médiation de la figure de l’écrivain (signature, entretiens, iconographie).

Jean-Pierre Montier est professeur de Littérature française à l’université Rennes 2. Il a créé en 2012 le site phlit.org, consacré à la photolittérature. En 2015, lauréat avec Suzanne Guerlac du France-Berkeley Fund, il a publié Transactions photolittéraires (PUR). En 2016, avec Marta Caraion (Professeur à Lausanne), il a été commissaire de l’exposition « Photolittérature » à la Fondation Jan Michalski.

Anne Reverseau est chercheuse à l’université de Louvain (KU Leuven). Spécialiste des modernités poétiques, elle travaille sur tous les types de rapports entre photographie et littérature : esthétique documentaire, livres photo-illustrés et portraits d’écrivains.

Nadar aéronaute

nadar

Qui s’intéresse à l’histoire de la photographie a, immanquablement, croisé le nom de Nadar, au dos des portraits photographiques des célébrités du XIXème siècle : Baudelaire, Hugo, Musset, Nerval, Sand, Verne…

La biographie de Stéphanie de Saint Marc permet de découvrir que ce photographe-artiste était aussi journaliste pour la « petite presse », caricaturiste, écrivain, passionné de progrès techniques, aéronaute et pilote du Géant, auteur des premiers clichés aériens. C’est aussi un formidable témoignage sur le monde parisien de l’époque de Zola.

41werfuszhl-_sx343_bo1204203200_

Richement documenté, cet ouvrage se lit aussi comme un roman d’aventures, celles innombrables qui marquèrent la vie de cet insatiable curieux  que Jules Verne voyait comme « Un de ces originaux que le Créateur invente dans un moment de fantaisie et dont il brise aussitôt le moule » et qui lui inspira le personnage de Michel Ardan pour son roman De la Terre à la Lune.

Stéphanie de Saint Marc, Nadar, Gallimard, 2010.

 

L’ l’imparfait de l’objectif

bm_12379_673198

 

Editions Belfond, Paris, 1989, réédité chez Actes Sud en 2001.

Dans le rétroviseur de la carrière de Robert Doisneau, Brâncusi, Braque, Cartier-Bresson, Léauteau, Léger, Picasso, Ronis, Utrillo… et tant d’ anonymes.

Extrait : « C’est alors que, comme les rois-mages accourant du fond de l’horizon, les philosophes  sont venus nous offrir le punctum et le studium. C’était bien aimable de leur part, mais, à proprement parler, ces cadeaux ne m’ont apporté aucune aide et même, j’ose dire, ils ont fait germer dans ma tête l’impression d’être assailli par une troupe de séminaristes jacassants et qui venaient me chiper mes jouets ». p.187

Boissonnas, une dynastie de photographes, par Nicolas Bouvier .

md20683272203

Dans ce livre publié en 1983, chez Payot, à Lausanne, Nicolas Bouvier, le voyageur-photographe-écrivain suisse, rend hommage à la célèbre dynastie des photographes genevois.

On retiendra que Fréderic Boissonnas(1858-1944), le plus célèbre d’entre eux, celui qui ouvrit des ateliers à Genève, Marseille, Reims, photographia les bébés sur des peaux d’ours, les célébrités à Paris,(Séverine),  la cour à Saint-Pétersbourg, accompagna un Helléniste  en Grèce sur les traces d’Ulysse, ramena des clichés de Tunisie, d’Egypte, pratiquait aussi abondamment les tableaux photographiques, pour lesquels il bricolait des décors  et intégrait ses amis, les membres de sa famille, dont ses nombreux enfants, dans ses  scènes pittoresques.

Dans les roseaux, scènes enfantines, est publié à Genève  en 1896, avec 40 tableaux photographiques et des poèmes de D. Mon.

Sur le site de la Bibliothèque de Genève Numérique, d’autres trouvailles : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/bge/bge-numerique/personnalites/boissonnas

 

Doisneau, encore !

doisneau-la-vie-d-un-photographe

Paru en 2012, aux éditions Hoëbeke, cet ouvrage est une mine de renseignements précieux sur le travail de Robert Doisneau, d’autant qu’il contient plusieurs entretiens avec le photographe :

http://www.hoebeke.fr :

« Cette monographie est le dernier livre auquel il participa activement. Pendant plus de soixante ans, il a créé une  incomparable documentation, tout particulièrement sur la vie des Parisiens et des banlieusards: des Halles au Gentilly d’avant-guerre, sa banlieue sud natale ; du Saint-Germain des Prés existentialiste aux villes nouvelles des années quatre-vingt… Ses milliers d’images dépassent largement leur valeur documentaire, obéissant à une perspective d’ensemble, elles forment une œuvre exprimant une vision unique.On a pu étiqueter le regard de Robert Doisneau de diverses façons: reportage humaniste, réalisme poétique…, mais au fond, aucune catégorie n’est parvenue à définir la richesse et la diversité de son travail. Davantage que «ce charmant photographe plein d’humour» auquel il fut souvent réduit, Doisneau est avant tout le témoin engagé d’une histoire en mouvement, hanté par une réflexion profonde sur le temps qui passe, le superflu, l’inachevé, la modernité au sens Baudelairien du terme…. C’est la raison pour laquelle il sut si bien capter ce qui allait irrémédiablement disparaître. S’appuyant sur de longues conversations avec Doisneau durant les dernières années de sa vie, cette monographie explore toutes les facettes de son travail y compris ses aspects techniques. Robert Doisneau souhaitait être porté par la magie des rencontres, «laisser toujours son pied un peu dans la porte pour que le hasard pénétre». Tranches de vies, contacts fortuits, amitiés soudaines et durables : tel est le portrait kaléidoscopique que brosse Peter Hamilton du photographe. Un éternel promeneur qui se lia avec Blaise Cendrars, Maurice Baquet, Jacques Prévert mais aussi avec tel ou tel anonyme : concierge, boucher ou forain… Autant d’images vivantes du «petit théâtre» des univers qu’il traversa. Illustré par quelque cinq cents photographies et documents, cet album dévoile un grand nombre d’images inédites ou oubliées. »

« Robert Doisneau, le révolté du merveilleux »

200-680x-dossier-presse-revolte-merveilleux

Sur le site d’Arte : http://www.arte.tv/guide/fr/061669-000-A/robert-doisneau

« La vie (intime) et l’oeuvre d’un des maîtres français de la photographie, par sa petite-fille. Un regard tendre et humaniste, comme l’était Robert Doisneau.

« Une lutte vaine. Une lutte perdue d’avance avec le temps qui file. » C’est souvent sans grandiloquence, avec des mots simples, que Robert Doisneau parlait de la photographie, lui qui ne se voyait ni comme un auteur ni comme un artiste. Cet infatigable arpenteur des bitumes banlieusards, disparu en 1994, fut en tout point remarquable par la modestie d’une démarche circonscrite aux petites gens et aux scènes du quotidien. Grâce à ce (faux) naturalisme, qu’il teinta de merveilleux, il toucha ainsi à l’universel pour figurer au panthéon de la photographie humaniste, parmi ses congénères Édouard Boubat, Willy Ronis ou Henri Cartier-Bresson.

Portrait décadré

Réalisé par sa petite-fille Clémentine Deroudille, Le révolté du merveilleux affine le portrait de celui qui a tant façonné l’imagerie nationale : son Baiser de l’hôtel de ville, aussi célèbre que la tour Eiffel ? Au fil de photographies inédites, d’archives vidéo, ainsi que d’entretiens avec ses amis et complices de toujours, de Daniel Pennac à Sabine Azéma, on surprend un Doisneau intime, « curieux, désobéissant et patient comme un pêcheur à la ligne », comme il se définissait lui-même. Le film retrace le parcours de cet ancien photographe officiel des usines Renault, mais dévoile surtout certaines facettes méconnues de son travail (l’amour de la couleur, ses reportages à l’étranger) ou de sa personnalité, comme la peur de la foule. Un regard affectueux et très documenté sur ce pourvoyeur de bonheur pour tous »

Photographies chez Jules Verne

couv_134_verne

Le numéro 134 de la revue « 303 » s’intéresse aux « Images à voir » des « Voyages Extraordinaires » de Jules Verne, 4200 gravures qui accompagnent ses 60 romans géographiques, mais également aux autres systèmes de représentation, grandes féeries à tableaux et adaptations cinématographiques, qui prolongèrent et renouvelèrent l’oeuvre de l’écrivain  nantais, de la fin du 19ème siècle jusqu’à aujourd’hui.

Ces articles mettent en avant le travail des illustrateurs, soigneusement choisis par l’éditeur Hetzel  et sévèrement guidés par Jules Verne lui-même. Leurs auteurs font également un indispensable rappel sur le contexte socio-culturel de leur publication, le goût du public pour les voyages et l’exotisme , la prolifération des images sur les murs de Paris et dans la presse.

Si ces images furent longtemps négligées des études verniennes, leur rôle de complément indispensable du texte pour informer, émouvoir et  faire rêver, est enfin reconnu.

Parmi ces images, la photographie y tient une place non négligeable, que les illustrateurs s’appuient sur des clichés pour réaliser leurs gravures, ou qu’elle accompagne le texte, comme autant de fenêtres ouvertes sur le monde de l’époque.

9e859567790a02ef439fdfa0f09583d1

En 1899 paraît ainsi Le testament d’un excentrique,  illustré de 61 illustrations dessinées par George Roux, 35 illustrations photographiques insérées en pleine page ou en vignettes, représentant des vues d’Amérique  et des indigènes. Contrairement aux gravures qui attirent l’attention  du lecteur sur une situation du récit,  les photographies ont purement vocation à planter le décor géographique et à documenter l’ouvrage.

telechargement

« Nouvelle-Orléans, Hôtel de ville et statue de Franklin ».

 

 

 

Perle noire, le photobook littéraire

1464188439

Paul Edwards, PUR, 2016.

Un outil indispensable pour connaître l’histoire du « photobook » littéraire. Quelques ouvrages en littérature jeunesse sont mentionnés.

Sur le site des PUR ,

« Perle noire est la première étude complète du photobook littéraire. Il en étudie l’émergence et les contours. Il analyse la technique qui a favorisé son essor et met en relief ses enjeux poétiques et esthétiques. Il comble ainsi une lacune notable dans le champ critique de la photolittérature. Une chronologie de l’illustration, une riche iconographie (250 reproductions) et un répertoire critique de la photolittérature qui complète celui de Soleil noir. Photographie et littérature, témoignent de l’ampleur de ce phénomène aussi riche que méconnu. »

Sommaire :

Le photobook littéraire

  • 1862-1894 : de l’épreuve contrecollée à la similigravure
  • 1895-1960 : l’héliogravure
  • De 1966 à aujourd’hui : du beau livre au livret

L’œil photolittéraire

  • 1863-1907 : la vision du monde (après Darwin)
  • 1900-1908 : la vision de l’écrivain
  • De 1899 à aujourd’hui : la vision du photographe

Répertoires de la photolittérature

  • Royaume-Uni, France, États-Unis, 1838-1939
  • Répertoire de la photolittérature par auteur
  • Répertoire de la photolittérature par photographe
  • Chronologie des livres illustrés par la photographie

« Enfants du monde » suite

Pour_une_critique_du_design_graphique

Catherine de Smet analyse dans un chapitre de son livre Pour une critique du design graphique , ce qui, selon elle, a assuré le succès et la longévité de la collection « Enfants du monde », de Parana le petit indien en 1952 à Manuela la petite brésilienne en 1975  et l’a protégée de l’anathème régulièrement adressé aux ouvrages pour enfants illustrés de photographies.

Elle décrit ainsi le rôle fondamental du maquettiste Pierre Pothier, et de ses successeurs, dans la conception visuelle des ouvrages, la nouvelle configuration de l’espace-page, le choix des photomontages, des aplats colorés,  lettrines, ou autres éléments figuratifs, qui viennent, selon elle, « illustrer » les photographies de Dominique Darbois.

Ces albums sont, pour Catherine de Smet, une proposition faite aux jeunes lecteurs de l’époque, d’aller vers de nouveaux langages plastiques innovants pour créer à leur tour des  livres innovants.

Catherine de Smet, Pour une critique du design graphique, Dix-huit essais, Editions B42, 2012.

 

L’album-théâtre

l-album-contemporain-et-le-theatre-de-l-image-espagne-france-9782812429354_0

Euriell Gobbé-Mévellec, L’Album contemporain et le théâtre de l’image, Espagne, France, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », 2014, 468 p.

De nombreuses  albums pour enfants contemporains multiplient leurs rapports avec l’art dramatique, que ce soit par le verbe ou par l’image.   L’illustrateur devient alors metteur en scène-scénographe, le personnage devient comédien, l’espace de la page se calque sur celui de la scène et le lecteur se mue en « spectalecteur »…

Voir l’article de présentation sur Fabula :

Alice Brière-Haquet, « L’album ou l’enfance mise en scène », Acta fabula, vol. 17, n° 3, Notes de lecture, Avril-mai 2016, URL : http://www.fabula.org/revue/document9753.php,

Les petits français illustrés 1860-1940

PFICouv

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le livre destiné aux enfants devient « le livre pour enfants ». L’image, qui envahit par ailleurs les illustrés, les magazines et la vie quotidienne, est partie prenante de cette évolution. Elle est repensée en vue d’être adaptée au jeune lecteur. Son rôle n’est plus simplement d’instruire et éduquer mais aussi d’informer, de témoigner, d’émouvoir et de séduire. Elle donne même une illusion de réalité à la fiction écrite par Jules Verne.

Après la première guerre mondiale, l’image évolue encore, prend son autonomie par rapport au texte, affirme son statut propre, revendique l’importance de son langage, entraînant la métamorphose de l’espace-livre, espace dévolu à l’enfant et pensé pour lui. L’enfant lui-même est repensé par la société et sa représentation dans le livre évolue, de l’adulte en réduction à sa représentation symbolique par anthropomorphisme ou le jouet.

Claude–Anne Parmegiani rend hommage dans son ouvrage au rôle fondamental d’éditeurs comme Hachette, Hetzel et Faucher, des nouveaux créateurs tels Boutet de Monvel , Brunhoff, Rabier, Samivel, Lorioux, Rojankovsky, Parrain, et analyse les influences des grands courants artistiques européens, le constructivisme soviétique, le Bauhaus allemand, mais aussi l’impact de la psychanalyse, des pédagogies nouvelles qui font évoluer le livre, un moment, vers un espace de jeu et de création.

Il ne s’agit pas simplement de lire ici une passionnante Histoire du livre pour enfants, mais de retrouver les racines des ouvrages qu’ont entre les mains les lecteurs d’aujourd’hui.

Une liste des principaux illustrateurs de la période 1860-1940 complète cet ouvrage très riche et instructif.

Claude-Anne Parmegiani, Les petits français illustrés 1860-1940, Editions du Cercle de la librairie, 1989.

 

Lectures, livres et bibliothèques pour enfants

9782765405214_large

L’ouvrage, paru aux éditions de Cercle de la librairie, en 1993, se veut une remise à jour du livre de 1985, Livres et bibliothèques pour enfants.

Sous la direction de Claude-Anne Parmegiani, de nombreux chercheurs analysent dans une première partie l’histoire et l’évolution de la littérature enfantine, son émancipation face au livre scolaire, la place prépondérante accordée à l’image au détriment du texte, les nouveaux thèmes abordés dans le roman, l’explosion des livres sur l’Art et les documentaires et inventorient les périodiques de la presse pour enfants.

La seconde partie traite des mutations des lieux de lecture, bibliothèques de quartiers ou d’établissements scolaires.

L’ouvrage est un peu ancien concernant les études chiffrées. On passera plus de temps sur le chapitre « L’épiphanie des livres d’images », de Claude-Anne Parmegiani, qui décrit très bien l’évolution des rapports entre image et texte dans l’espace de la page, au cours du temps, la recherche progressive d’une image esthétique et non plus didactique, l’inscription du livre pour enfants dans la modernité et la réflexion sur la problématique de l’enfance sous l’influence de la psychanalyse.

« Une autre façon de raconter » de John Berger et Jean Mohr

autrefaconderaconter

Sur le site de jean Mohr, http://www.jeanmohr.ch/ :

« Environ 30 ans après la première parution de l’essai majeur de l’artiste sur la photographie, L’écarquillé a choisi de rééditer ce texte essentiel bien que méconnu.

L’ensemble se compose de deux œuvres complémentaires: un livre réédité (Une autre façon de raconter, 1981) et un film édité pour la première fois en dvd et jamais sorti en France (Joue-moi quelque chose, 1989) avec, pour les relier, un essai d’Anne Michaels (2013).

Le livre s’articule autour d’un essai majeur sur la photographie qui constitue une réflexion théorique (Apparences, chapitre 2 du livre par John Berger) et une œuvre de fiction (chapitre 3), véritable cœur du livre (photos de Jean Mohr, narration de John Berger et Jean Mohr) qui constitue une tentative d’ordre littéraire et poétique de raconter d’une autre façon une histoire.

Il s’agit de donner à lire un montage photographique. »

Ce livre est riche à tout point de vue : Comment raconter par la photographie ? Est-ce que le roman-photo est une histoire racontée par les photographies ?  Quel est le langage des apparences ? Quel rapport la photographie entretient-elle avec le temps ? Quelles sont les différences entre le dessin et la photographie ? La photographie peut-elle apporter la vérité ? Pourquoi une photographie peut-elle nous émouvoir ?… Les auteurs nous proposent des éléments de réponses. L’ouvrage est riche aussi de ses  innombrables et très belles photographies en noir et blanc.

John Berger est peintre, romancier, poète, scénariste, historien et critique d’art. Il est né à Londres en 1926 et vit en France.

Jean Mohr est photographe. Il est né en Suisse en 1925.