Archives de catégorie : article de revue

Alexis Peiry et Suzi Pilet, les « Histoires d’Amadou »

Illustration 1 : Alexis Peiry et Suzi Pilet, photographe inconnu, années 50, © ADSP / Fonds Suzi Pilet – Musée de l’Élysée, Lausanne.

« La littérature jeunesse est intrinsèquement liée à la notion de couple ou de co-création, depuis que l’image y a fait son entrée au milieu du XXème siècle grâce aux progrès de l’impression mécanique. Les ouvrages pour enfants sont en effet bien souvent des productions éditoriales hybrides, des produits iconotextuels, à voir et à lire, partageant donc l’auctorialité entre le faiseur de texte et le faiseur d’images.

Certaines collaborations sont devenues emblématiques. Il n’est qu’à penser en premier lieu aux gravures de Benett ou Riou distrayant le lecteur pris dans les aventures de Claudius Bombarnac sous la plume de Jules Verne, à celles de John Tenniel pour accompagner les péripéties d’Alice passée de l’autre côté du miroir sous celle de Lewis Carroll.

Comme en littérature générale, nombre de ces co-créations sont issues de la volonté des éditeurs, misant sur la notoriété de l’écrivain ou de l’illustrateur pour garantir le succès de l’ouvrage. Toutefois, cela ne saurait occulter que bon nombre d’œuvres pour enfants sont nées de collaborations choisies, liées à l’amitié ou trouvant naissance pour certaines dans la relation amoureuse. Cet article se propose de se pencher sur cette auctorialité née de l’intime dans le cas d’ouvrages appartenant à la photolittérature pour la jeunesse. On pense d’abord aux réalisations de Carine et Will Cadby photographiant ensemble des mises en scène de poupées pour illustrer des contes[1]. On pourrait évoquer ensuite les récits de voyages aux pôles du capitaine Robert Edwin Peary, de son épouse Josephine et de leur petite fille Marie Ahnighito Peary[2]. On pourrait également décrire la collaboration d’Ivo Duka et Héléna Korda se partageant les deux plumes du livre Le Secret des deux plumes[3]. Nous avons choisi de présenter le travail d’Alexis Peiry et Suzi Pilet, couple intime et couple professionnel, qui firent œuvre ensemble dans la durée, dans la Suisse des années 1950, en créant la collection des « Histoires d’Amadou ». Quelles œuvres sont-elles nées de cette union ? Quelle part chacun prit-il dans l’auctorialité ? Comment l’œuvre devint-elle miroir de leur relation amoureuse ? Telles sont les questions qui conduiront notre étude de cette collection qui marqua l’histoire des ouvrages photolittéraires pour la jeunesse.’

La suite de l’article est à lire dans le n°3 de la Revue Internationale de Photolittérature http://phlit.org/press/?articlerevue=alexis-peiry-et-suzi-pilet-les-histoires-damadou-en-partage

Les Bêtes de Jacques Prévert et Ylla

« L’ œuvre de Jacques Prévert est traversée d’animaux, dont il fait régulièrement les héros de ses poèmes, films, ouvrages pour enfants ou encore de ses collages. On y croise de nombreux chevaux, antilopes, ânes, singes, oiseaux, animaux dont il met en lumière les conditions de vie, l’abandon, la domesticité, la captivité, l’abattage ou qu’il mobilise pour dénoncer la cruauté et l’injustice de la société humaine.   

Lorsqu’il rencontre avant la guerre la photographe Camilla Koffler, dite Ylla, dans le Montparnasse des artistes émigrés ou dans les premières expositions de photographies organisées dans les galeries parisiennes, Jacques Prévert ne peut sans doute pas rester insensible à l’expressivité et à la beauté de ses photographies d’animaux, dont elle s’est fait une spécialité et avec lesquelles elle connaît la notoriété en Europe d’abord, puis aux États-Unis. La collaboration professionnelle entre eux débouchera sur une relation amicale, entretenue par une correspondance abondante entre le poète et la photographe, qui vit à New York mais qui ne manque pas de rendre visite au poète à St Paul de Vence, où elle le photographie avec sa femme Janine et leur fille Michèle lors de ses séjours français. »

La suite, accompagnée de documents inédits, est à lire dans l’article que je signe dans le  numéro 83 de la revue Histoires Littéraires.

 

VENGEANCE ET CHÂTIMENT EN LITTERATURE JEUNESSE DANS LA REVUE MUSEMEDUSA

« Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse »

Si la littérature de jeunesse comporte très peu de références explicites à la déesse Némésis, son mythe a néanmoins laissé des traces visibles dans l’histoire des productions pour enfants. Cet article part à la recherche de ses différents avatars dans les contes de fées et contes moraux, mais également dans les contes visuels d’Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge publiés dans les années 1950. Cette étude permet de mettre en avant d’autres manifestations possibles de la déesse de la vengeance et de la mesure. Cette recherche des traces laissées par Némésis est également l’occasion de s’interroger sur le besoin de vengeance du lecteur enfantin.

Although children’s literature contains very few explicit references to the goddess Nemesis, her myth has nevertheless left visible traces in the history of children’s literature. This article sets out to research her different avatars in fairy tales and moral tales, but also in the visual tales of Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc and Le Ballon Rouge published in the 1950s. Highlighting other possible manifestations of the goddess of revenge and measure, the search for traces left by Nemesis is also an opportunity to test the child reader’s need for revenge.

Pour lire l’article sur le site de la revue MuseMedusa, c’est ici http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/