Hors du nid, de Charles ab der Halden et Laure Albin Guillot, portraits de pays pour enfants, en 1934, dans la revue Mémoires du Livre/ Studies in Book Culture

Le nouveau numéro de la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture, sous la direction de David Martens, est consacré aux “Portraits phototextuels de pays (XIXe – XXIe siècles).”

J’y signe un article qui remet en lumière les ouvrages pour enfants de Laure Albin-Guillot. 

Résumé : Entre les deux guerres, la photographie fait une entrée remarquée dans les livres de lecture pour la jeunesse, de l’imagier au livre de catéchisme. Quelques récits de voyage illustrés de photographies voient timidement le jour parmi lesquels, en 1934, Hors du nid, de Charles ab der Halden. Il est illustré par la photographe Laure Albin Guillot, figure majeure de la photographie de l’entre-deux-guerres. Cet article se propose de cerner le genre de cet ouvrage, entre roman scolaire, récit de voyage et portrait de pays. Il examine comment les photographies participent de ce genre et analyse la collaboration des mots et des illustrations photographiques.

“Depuis la fin du xixe siècle, le récit de voyage illustré par des photographies est souvent l’occasion de nourrir un imaginaire de l’ailleurs, de construire le regard porté sur des contrées lointaines. Aux États-Unis, dès le début du xxe siècle, les ouvrages situés dans d’autres pays et illustrés de photographies font l’objet de multiples publications. Ils prennent alors la forme de récits de voyage, comme ceux, tirés de ses explorations en Arctique, du commandant Robert Peary[1], ou bien de journaux de bord, comme celui de Cardenio Flournoy King Jr.[2], qui fait le récit de son tour en Europe, ou encore de romans d’aventures fictives[3] comme dans les collections « Little People of Other Lands Series », « Our Little Cousin Series », « Children of the World Series », « Little People Everywhere », « Children of Other Lands Books », « Everyland Children Series », « Children of All Lands Stories ». La photographie qui accompagne ces récits, réalisée par les voyageurs eux-mêmes ou fournie par les sociétés de géographie, donne à voir les personnages, les populations rencontrées et les paysages traversés, documente sur les us et coutumes.”

La suite est à découvrir ici https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2023-v14-n2-memoires09072/1109178ar/

 

 

Contes en habits neufs. La littérature patrimoniale à l’ère de la photographie.

Désormais, il n’est plus seulement une fois, mais bien mille fois! Que ce soit dans l’édition jeunesse, en littérature pour petits et grands, au cinéma ou au théâtre, les contes patrimoniaux font l’objet de réécritures infinies, dans des genres différents, comme si la matrice initiale était inépuisable.

Ce nouveau numéro de la revue Captures, dirigé par Christine Rivalan Guégo et moi-même, explore les déplacements de sens qui résultent de l’illustration de récits pour enfants à l’aide d’un médium associé à l’art, au journalisme, au documentaire. 

La rubrique « Document » accueille les confidences de la photographe Marie Liesse, qui revient sur sa collaboration avec l’écrivain Timothée de Fombelle pour leur album Le jour où je serai grande. Une autre histoire de Poucette (2020). Le petit fantôme, une proposition inédite de Marie Liesse d’un conte photographique pour enfants complète son témoignage. Enfin, en dialogue avec les articles qui la précèdent, la section de contrepoints « Variations » présente une nouvelle version photographique de La petite fille aux allumettes (Christiane Connan-Pintado). Au détour des rayons des cavistes, elle illustre également le rapprochement entre stratégie de vente et patrimoine littéraire (Christine Rivalan Guégo). Elle dévoile l’intérêt du peintre Emmanuel de la Villéon pour les contes populaires (Clarisse Bailleul) et offre aussi un coup de projecteur sur deux mises en scène théâtrales de contes (Inès Guégo Rivalan). Deux entretiens concluent cette section : la comédienne Avril Bénard revient sur sa participation au court-métrage Le fil rouge de Sarah Moon, tandis qu’Arnaud Guillou de la compagnie « Les Voix élevées, les mains dans le cambouis » décortique ses mises en scène pour enfants de contes et de mythes.

A découvrir icihttps://revuecaptures.org/publication/volume-8-num%C3%A9ro-2

 

Portraits de pays dans les collections jeunes publics dans la revue Textimage de l’automne !

Ce dossier réunit les contributions des chercheurs présents aux deux journées d’étude organisées par le Greces-Cellam de l’université Rennes 2 et portant sur les portraits de pays dans les collections d’ouvrages pour la jeunesse. 

Extrait de l’introduction : 

“Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui, le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou indirectement, des territoires. Il s’agit d’ouvrages destinés aux enfants pour mettre en livre le monde, dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs, par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par la photographie ou l’illustration graphique. Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections déterminées, proposent une « connaissance du monde », conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité. Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les peuples tout particulièrement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Prenant en quelque sorte la suite des études sur les « Portraits de Pays » en photolittérature, initiés par David Martens et Jean-Pierre Montier notamment, ce dossier explore les « Portraits de Pays » dans les collections éditoriales à destination de la jeunesse.

A partir d’un panorama d’ouvrages tirés d’espaces géographiques et de temporalité différents, les articles de ce dossier questionnent le portrait de pays pour la jeunesse sous l’angle de son histoire, de sa matérialité, de ses évolutions et variations, de sa représentation, de sa circulation et de sa réception. Il tente d’esquisser une généalogie du genre et de dégager les marqueurs génériques de cette production destinée à la jeunesse. L’utilisation d’un patrimoine iconographique questionnant la génétique de ces œuvres, les analyses présentées portent également sur les liens complexes entre le texte et l’image, afin d’approcher un « portrait » de pays qui partage avec les arts visuels de nombreux points de convergence et examinent comment s’articulent dans ces portraits les relations entre textes et images, dessinées ou photographiques. Ces analyses ambitionnent également de mesurer la logique de collection – de nombreuses séries déclinant pour chaque titre, le quotidien d’un enfant dans un pays différent – et l’impact de la mise en série tant du côté des auteurs et autrices que de celui des lecteurs et lectrices.”

La suite est à découvrir ici : 

http://revue-textimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/introduction1.html 

Au sein de ce dossier on trouvera plusieurs articles portant sur des collections photo-illustrées : 

Laurence Le Guen , Sur le seuil des collections phototextuelles de portraits de pays pour la jeunessehttp://revuetextimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/leguen1.html

Elina Druker, Idéologie et exotisme – Anna Riwkin et Children of the World, http://revuetextimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/drucker1.html

Caterina Ramonda, Regarder le monde dans la presse et les collections pour la jeunesse italienne des années 1960/1970 http://revuetextimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/ramonda1.html

 

De l’album photographique pour adultes au docu-fiction pour la jeunesse. La reprise et la circulation des images dans les années 1950 en France

Dans Image & Narrative de ce mois-ci, je signe cet article dédié à la circulation des photographies de Dominique Darbois.

 http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/article/view/2719

Résumé : Après la Seconde Guerre mondiale, les années 1950 ouvrent une période de découverte et de compréhension de l’Autre. Les photographes-reporters se rendent dans des territoires encore mal connus du public et font paraître leurs clichés dans des magazines comme VURéalitésLife ou des livres abondamment illustrés de ces photographies. L’édition pour la jeunesse n’est pas en reste avec la multiplication des collections destinées à faire découvrir les enfants d’ailleurs.

Cet article s’intéresse aux différents régimes de l’image, images d’archives prises par des scientifiques, images documentaires ou d’illustrations lorsqu’elles sont insérées dans des ouvrages. Il s’agira de montrer comment leur valeur évolue en fonction de leur circulation. Mon étude prendra appui sur les clichés de la photographe Dominique Darbois et leur usage dans les livres qu’elle réalise avec l’ethnologue Francis Mazière, à la suite d’une expédition en Amazonie, en 1951, Indiens d’Amazonie (1953) et Parana le petit Indien (1953)Ces ouvrages seront replacés dans leur contexte de production, celui des années 1950.

Mots-clés : illustration photographique, ethnologie, livres pour enfants

Abstract: Following World War II, the 1950s was a period of discovery and an attempt to understand the Other. The photographers-reporters travelled to territories little known to the public and published their photos in magazines such as VU, Réalités, Life or in photobooks abundantly illustrated with these photographs. The world of publishing for youth also witnesses a growth in the number of photographic collections intended to introduce children to children from abroad. 

This article examines images from different publications such as archive images produced by scientists, documentary photos and illustrations used in these books. More specifically, it will examine the photographs taken by Dominique Darbois and their use in books produced with ethnologist Francis Mazière, following an expedition to the Amazon in 1951, Indiens d’Amazonie (1953) and Parana the Little Indian (1953). These works will be studied in the context of their production, that of the 1950s. 

Keywords: photographic illustration, ethnology, children’s books 

Alexis Peiry et Suzi Pilet, les « Histoires d’Amadou »

Illustration 1 : Alexis Peiry et Suzi Pilet, photographe inconnu, années 50, © ADSP / Fonds Suzi Pilet – Musée de l’Élysée, Lausanne.

“La littérature jeunesse est intrinsèquement liée à la notion de couple ou de co-création, depuis que l’image y a fait son entrée au milieu du XXème siècle grâce aux progrès de l’impression mécanique. Les ouvrages pour enfants sont en effet bien souvent des productions éditoriales hybrides, des produits iconotextuels, à voir et à lire, partageant donc l’auctorialité entre le faiseur de texte et le faiseur d’images.

Certaines collaborations sont devenues emblématiques. Il n’est qu’à penser en premier lieu aux gravures de Benett ou Riou distrayant le lecteur pris dans les aventures de Claudius Bombarnac sous la plume de Jules Verne, à celles de John Tenniel pour accompagner les péripéties d’Alice passée de l’autre côté du miroir sous celle de Lewis Carroll.

Comme en littérature générale, nombre de ces co-créations sont issues de la volonté des éditeurs, misant sur la notoriété de l’écrivain ou de l’illustrateur pour garantir le succès de l’ouvrage. Toutefois, cela ne saurait occulter que bon nombre d’œuvres pour enfants sont nées de collaborations choisies, liées à l’amitié ou trouvant naissance pour certaines dans la relation amoureuse. Cet article se propose de se pencher sur cette auctorialité née de l’intime dans le cas d’ouvrages appartenant à la photolittérature pour la jeunesse. On pense d’abord aux réalisations de Carine et Will Cadby photographiant ensemble des mises en scène de poupées pour illustrer des contes[1]. On pourrait évoquer ensuite les récits de voyages aux pôles du capitaine Robert Edwin Peary, de son épouse Josephine et de leur petite fille Marie Ahnighito Peary[2]. On pourrait également décrire la collaboration d’Ivo Duka et Héléna Korda se partageant les deux plumes du livre Le Secret des deux plumes[3]. Nous avons choisi de présenter le travail d’Alexis Peiry et Suzi Pilet, couple intime et couple professionnel, qui firent œuvre ensemble dans la durée, dans la Suisse des années 1950, en créant la collection des « Histoires d’Amadou ». Quelles œuvres sont-elles nées de cette union ? Quelle part chacun prit-il dans l’auctorialité ? Comment l’œuvre devint-elle miroir de leur relation amoureuse ? Telles sont les questions qui conduiront notre étude de cette collection qui marqua l’histoire des ouvrages photolittéraires pour la jeunesse.’

La suite de l’article est à lire dans le n°3 de la Revue Internationale de Photolittérature http://phlit.org/press/?articlerevue=alexis-peiry-et-suzi-pilet-les-histoires-damadou-en-partage

Les Bêtes de Jacques Prévert et Ylla

“L’ œuvre de Jacques Prévert est traversée d’animaux, dont il fait régulièrement les héros de ses poèmes, films, ouvrages pour enfants ou encore de ses collages. On y croise de nombreux chevaux, antilopes, ânes, singes, oiseaux, animaux dont il met en lumière les conditions de vie, l’abandon, la domesticité, la captivité, l’abattage ou qu’il mobilise pour dénoncer la cruauté et l’injustice de la société humaine.   

Lorsqu’il rencontre avant la guerre la photographe Camilla Koffler, dite Ylla, dans le Montparnasse des artistes émigrés ou dans les premières expositions de photographies organisées dans les galeries parisiennes, Jacques Prévert ne peut sans doute pas rester insensible à l’expressivité et à la beauté de ses photographies d’animaux, dont elle s’est fait une spécialité et avec lesquelles elle connaît la notoriété en Europe d’abord, puis aux États-Unis. La collaboration professionnelle entre eux débouchera sur une relation amicale, entretenue par une correspondance abondante entre le poète et la photographe, qui vit à New York mais qui ne manque pas de rendre visite au poète à St Paul de Vence, où elle le photographie avec sa femme Janine et leur fille Michèle lors de ses séjours français.”

La suite, accompagnée de documents inédits, est à lire dans l’article que je signe dans le  numéro 83 de la revue Histoires Littéraires.

 

VENGEANCE ET CHÂTIMENT EN LITTERATURE JEUNESSE DANS LA REVUE MUSEMEDUSA

“Vengeance et châtiment dans l’univers des livres pour enfants, l’exemple des contes visuels d’Albert Lamorisse”

Si la littérature de jeunesse comporte très peu de références explicites à la déesse Némésis, son mythe a néanmoins laissé des traces visibles dans l’histoire des productions pour enfants. Cet article part à la recherche de ses différents avatars dans les contes de fées et contes moraux, mais également dans les contes visuels d’Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge publiés dans les années 1950. Cette étude permet de mettre en avant d’autres manifestations possibles de la déesse de la vengeance et de la mesure. Cette recherche des traces laissées par Némésis est également l’occasion de s’interroger sur le besoin de vengeance du lecteur enfantin.

Although children’s literature contains very few explicit references to the goddess Nemesis, her myth has nevertheless left visible traces in the history of children’s literature. This article sets out to research her different avatars in fairy tales and moral tales, but also in the visual tales of Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc and Le Ballon Rouge published in the 1950s. Highlighting other possible manifestations of the goddess of revenge and measure, the search for traces left by Nemesis is also an opportunity to test the child reader’s need for revenge.

Pour lire l’article sur le site de la revue MuseMedusa, c’est ici http://musemedusa.com/dossier_8/le_guen/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search