Et à la rentrée prochaine ?

Copyright Pierda

Une année  riche en événements photolittéraire se termine, une autre se prépare.

Avec des publications :

-un numéro de la revue Captures consacré aux contes Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie. Nov.2023

https://revuecaptures.org/page/num%C3%A9ros-%C3%A0-venir

-un numéro de la revue Mémoires du livre/Books in Studies qui accueillera des articles issus des communications qui se sont tenues les 9 et 10 mars à la BNF et à la médiathèque Sagan.https://cnlj.bnf.fr/fr/page-evenement/123-regarde-la-photo-le-livre-l-enfant   

-de nouveaux articles en français et en anglais, dans des ouvrages ou des revues, mettant en valeur des ouvrages photolittéraires d’hier et aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs et de grands photographes .

Mais aussi :

-une présentation de mes travaux de recherches dans des colloques, journées d’étude et séminaires. Infos à suivre à la rentrée. 

-une exposition à la Maison de la photographie Robert Doisneau de Gentilly du 1er mars jusqu’à juin 2024 : Regarde ! 150 ans de livres photos pour enfants.https://maisondoisneau.grandorlyseinebievre.fr/expositions

-une nouvelle journée d’étude consacrée aux expositions de la littérature jeunesse https://www.fabula.org/actualites/113538/exposer-la-litterature-jeunesse-formes-enjeux-et-pratiques-videos-en-ligne.html et de nouveaux comptes-rendus ou entretiens sur le site des Littératures modes d’emplois. 

-la poursuite du séminaire du Greces-Cellam de l’université Rennes 2 « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles ».

https://www.fabula.org/actualites/112057/les-petites-betes-dans-la-litterature-jeunesse-europe-ameriques-xixe-xxe-siecles.html

Et toujours des interviews d’acteurs de la photolittérature ou de passeurs de la photographie et des analyses d’ouvrages sur ce carnet de recherches ! 

L’heure est à l’écriture, aux corrections, à la recherche… et aux vacances.

En attendant, retrouvez, à partir du 15 juillet et pour tout l’été, Ergy Landau au Jardin d’Acclimatation  avec des images inédites pour l’exposition Les Petits Parisiens au Jardin d’Acclimatation, par Ergy Landau. 

 

And the winners are … Souvenirs d’une jurée du Prix du livre photographique à la Bologna Children’s Books Fair 2023

Durant trois jours, les jurés internationaux de la Foire annuelle du livre jeunesse de Bologne se sont réunis dans la magnifique bibliothèque Salaborsa, ancien palais de la bourse locale, pour examiner plus de 2000 ouvrages pour enfants venus du monde entier. 

Pour la première (et sans doute la dernière fois) un prix du livre photographique devait récompenser un ouvrage et décerner trois mentions spéciales à trois autres. Ce sont plus de deux cents livres que les trois membres du jury ont examinés : imagiers, documentaires, livres de fiction, livres historiques, etc… publiés cette dernière année ou plus anciens, afin de donner une chance à un plus grand nombre d’ouvrages. 

Nous avons à la fois considéré l’aspect matériel du livre et la  place de la photographie dans le dispositif de la double-page, sa qualité d’impression, sa façon d’être considérée comme un langage et non une simple illustration, son jeu avec d’autres techniques graphiques, sa collaboration avec le texte et son inscription dans l’histoire de la photographie… La réception par l’enfant et  son immersion dans l’image photographique ont également été prises en compte. 

A l’issue de réflexions intenses et de discussions passionnées et passionnantes, il est apparu que quatre ouvrages répondaient aux critères énoncés ci-dessus et faisaient l’unanimité.  Après présentation de notre sélection aux membres des autres jurys, nous avons eu la tâche de rédiger quatre textes de présentation.  

Les discussions avec les membres des autres jurys ont été très riches et ont permis de découvrir la variété et la diversité des productions actuelles en matière de littérature pour la jeunesse. Elles ont également permis de croiser les regards sur les livres grâce aux spécialités de chacun des membres des jurys.

Ce jeudi 26 janvier, les organisateurs de la Foire de Bologne 2023 ont dévoilé nos lauréats, dont certains sont déjà connus des lecteurs :

https://bolognachildrensbookfair.com/en/awards/bolognaragazzi-award/bolognaragazzi-award-all-the-2023-winners/photography-2023-special-category/10912.html

WINNER

Seen and Unseen: What Dorothea Lange, Toyo Miyatake, and Ansel Adams’s Photographs Reveal about the Japanese American Incarceration 

Text by Elizabeth Partridge
Images by Lauren Tamaki
Chronicle Books, USA, 2022

What the jury said:

“Le jury a choisi ce livre pour la manière dont la photographie joue un rôle essentiel dans le récit de cette histoire. Grâce à des textes explicatifs, des questions qui incitent à la réflexion, des documents, des photographies et des illustrations originales, les lecteurs se voient proposer un ensemble complexe de moyens de donner un sens à ce qui s’est passé dans ce camp de prisonniers. Les œuvres de trois photographes offrent des perspectives différentes : Lange, à travers son objectif de protestation contre l’incarcération, Miyatake, à travers son appareil photo caché et son point de vue d’initié en tant que Japonais américain, et Adams, à travers sa photographie de paysage et son accent sur la loyauté des Japonais américains en tant que citoyens américains. Ce livre rend hommage au pouvoir de la photographie, qui a permis de documenter et de révéler des circonstances qui ont été maintenues en détention et cachées au public pendant la guerre.”

SPECIAL MENTION

O adeus do marujo (The Sailor’s Goodbye)

Texts and images by Flávia Bomfim
Pallas Editora, Brazil, 2022

What the jury said:

“La couleur bleue utilisée dans ce livre rappelle les premières techniques d’impression cyanotype. Les photographies sont imprimées sur du lin, et des éléments de broderie ornementale embellissent et ajoutent un autre niveau d’interprétation au récit. La broderie fait référence à la couture du protagoniste lorsqu’il était emprisonné pour s’être révolté contre les mauvais traitements infligés aux marins au Brésil. Le mélange des médias est typique des langages artistiques et photographiques contemporains. De cette manière, l’auteur tisse l’histoire d’une vie, du passé au présent.”

SPECIAL MENTION

Cache-cache cauchemars

Text and images by Jean Lecointre
Illustrations by Rán Flygenring
Éditions Thierry Magnier, France, 2018

What the jury said:

“L’artiste propose une version très contemporaine de la technique du photomontage avec ses images scannées, découpées, assemblées, puis colorées numériquement. Il joue avec le rapport ambigu que la photographie entretient avec la réalité en transformant des environnements domestiques en lieux de cauchemar. Ce faisant, Lecointre révèle le théâtre qui se joue dans l’esprit de l’enfant lorsqu’il joue ou rêve, et transforme les peurs des enfants en moments d’humour.”

Jean Lecointre nous avait accordé une interview :   :https://miniphlit.hypotheses.org/3645

SPECIAL MENTION

Qui veut jouer avec moi? (Who Wants to Play with Me ?)

Text and images by Claire Dé
Éditions des Grandes Personnes, France, 2022

What the jury said:

“Ce livre destiné aux enfants invite les jeunes lecteurs à tourner les pages d’un été de rêve. A travers de belles images graphiques, l’artiste joue avec les distances : montrant l’ensemble comme les gros plans, la mise au point comme le flou. Ses personnages sont habillés de rayures et de pois de couleurs primaires, de rayures et de carreaux. Les photographies sont pleines de signes à déchiffrer, et de références à d’autres histoires célèbres”. 

Claire nous avait accordé une interview : https://miniphlit.hypotheses.org/3456 

Merci aux organisateurs de la Foire de Bologne pour leur confiance en notre jugement. Merci encore à eux pour la parfaite organisation de ce temps fort. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

PREMIER PRIX DU LIVRE PHOTO au BOLOGNA CHILDREN’S BOOK FAIR !

2023 BRAW PHOTOGRAPHY JURY

A jury of experts identifies the best publishing projects considering their technical elements, artistic merit and the achieved delicate balance between text and images. 

Voici les membres du jury, dont j’ai l’honneur d’être membre. 🙂

https://bolognachildrensbookfair.com/en/awards/bolognaragazzi-award/2023-braw-photography-jury/9940.html

 

« Libri per bambini con il culto dell’immagine » , fotoletteratura a Roma

Miniphlit ouvre ses portes à Leyla Vahedi, une des responsables de l’association Cartastraccia, qui nous présente, en français !, l’exposition de photolittérature pour la jeunesse qui se tient actuellement à Rome :

“La Fondazione Pastificio Cerere de Rome accueille l’exposition de livres photographiques pour enfants « Libri per bambini con il culto dell’immagine » jusqu’au 16 février 2019.

L’ensemble du projet, conçu par Alessandro Dandini de Sylva et Cartastraccia, découle de la volonté d’approfondir le champ de production de l’édition photographique pour enfants, en mettant en évidence les expériences les plus novatrices de la scène italienne des années 60 jusqu’aux productions contemporaines internationales.

Nous avons sélectionné des livres pour enfants dans lesquels la photographie trouve sa place, soit seule, soit par le biais de collage ou de photomontage ou encore mêlée à d’autres moyens d’expression.

L’exposition s’ouvre avec une salle dans laquelle on trouve une série de xérographies originales de Bruno Munari, c’est à dire des photocopies déformées que nous retrouvons plus tard utilisés dans ses livres les plus célèbres (notamment Cappuccetto giallo).

Une deuxième partie offre une sélection de livres des années 60 et 70 de la collection privée de Giuseppe Garrera, dans laquelle la photographie est utilisée comme outil privilégié pour montrer la réalité sociale (une grève, la vie dans une métropole) et quotidienne (des jeux d’enfants, la nature). On y retrouve bien sûr les livres de Munari (comme Da lontano era un’isola, qu’on pourrait considérer comme le point de départ de nombreux autres livres exposés), de Gianni Rodari, Umberto Eco, Nico Orengo, Flavio Costantini, Mario De Biasi.

Enfin  l’exposition se termine par une sélection de livres contemporains, publiés par des maisons d’éditions internationales, comme Corraini, Les éditions des grandes personnes, Greenwillow Books, Planeta Tangerina, Nanaroku Sha et d’autres.

Le projet représente un travail original de recensement et de recherche de cette riche production destinée aux enfants, pour laquelle il n’existe pas encore d’enquêtes spécifiques en Italie.

L’exposition se tient à la Fondazione Pastificio Cerere, un endroit dédié à l’art moderne. Le nom « Pastificio » dérive du fait qu’il s’agissait d’une usine de pâtes alimentaires (« Pastificio ») – construite en 1905 et active jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale – où dans les année 70 plusieurs artistes et critiques d’art ont commencé à s’installer. Encore aujourd’hui à l’intérieur de la structure il y a studios d’artistes, ateliers de couture, une école de photographie et une académie de Beaux-Arts. Le fait que la fondation ait accueilli une exposition bibliographique consacrée aux livres pour enfants représente un geste significatif pour la ville : dans un cadre culturel et politique peu favorable à la culture en Italie, on a montré que de si beaux livres pour enfants peuvent être exposés en tant qu’œuvres d’art. Et le public a apprécié : l’exposition a été visitée par des familles, des écoles, des groupes de réfugiés et d’étrangères, des étudiants de l’académie de Beaux-Arts, des étudiants en photographie, des groupes de bibliothécaires et d’enseignants, des passionnés, des illustrateurs et des artistes et de nombreuses personnes simplement curieuses de connaître cet héritage fantastique.

On peut retrouver la liste de livres italienne des années 60 et 70 issues de la collection de Giuseppe Garrera ici :

Et bientot la liste de livres internationaux contemporaines ici (page en construction) :

Leyla Vahedi – associazione Cartastraccia”

Grazie mille Leyla !

Du voyage dans la culture enfantine

Sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/voyage-dans-la-culture-enfantine?

“Le« Magasin des petits explorateurs », c’est le titre d’une exposition actuellement proposée au musée du quai Branly à Paris qui raconte  « tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois » et même ceux d’aujourd’hui. En effet, “l’ailleurs” est un thème central de la culture de jeunesse. Pensez à Jules Vernes, à Tintin, aux images des tablettes de chocolat, aux figurines avec lesquelles vous avez peut-être joué enfant. La découverte, l’expédition, le reportage, demeurent des sources intarissables pour l’imaginaire enfantin.

Au Quai Branly tout comme dans le magnifique catalogue de l’exposition sont racontées l’invitation au voyage, la jubilation de l’aventure, l’exploration comme pédagogie et ce à travers une multitude de productions culturelles (livres, illustrés, bandes-dessinées, jouets, dessins animés) destinées aux enfants et aux adolescents. Au centre de ces récits, la rencontre entre les civilisations ou plutôt celle avec » l’ailleurs », vu d’Occident. Cette rencontre c’est un émerveillement toujours, mais aussi l’idée de leur supériorité transmise aux petits Français de métropole, un racisme culturel très prégnant destiné  plus ou des représentations du monde.

On trouvera donc dans ce magasin, la beauté mais aussi la laideur du monde à travers une histoire des publications destinées à la jeunesse qui permet de retracer l’évolution de la manière dont on s’adresse aux enfants depuis le XVIIIème siècle ”

 

John Berger, sur Arte

john-berger

 

“Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, John Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. John Berger est décédé le 2 janvier dernier à l’âge de 90 ans.

Comment les œuvres d’art deviennent-elles des mythes, et comment les récits se changent-ils en images ? Rares sont les intellectuels qui ont su saisir et transcrire ce double mouvement avec autant de finesse que John Berger. Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. Aussi jette-t-il sur le monde un œil aux aguets, pointant avec justesse le caractère hautement situé du regard – celui de l’artiste ou du spectateur – à l’image des passionnantes émissions Ways of seeing qu’il réalisa dans les années 1970 pour la télévision anglaise.

Dans ce portrait intimiste, John Berger revenait sur sa carrière aussi prolixe que polyphonique. Outre les entretiens exclusifs et riches en images d’archives, sa fille et son fils, respectivement critique littéraire et peintre, mais aussi ceux avec qui il a collaboré, comme le metteur en scène anglais Simon McBurney, le photographe suisse Jean Mohr ou le dessinateur de presse turc Selçuk Demirel, rendent hommage à ce grand homme de culture.”

http://www.arte.tv/guide/fr/062921-000-A/john-berger-ou-la-memoire-du-regard

Erich Kästner, sur Arte

erich-kastner-arte

“Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. S’il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets, c’est avec “Émile et les détectives”, un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès.

Il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets. Mais c’est avec Émile et les détectives, un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès. Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. Ce docu-fiction jette un éclairage nouveau sur la personnalité d’un auteur phare de la littérature.”

http://www.arte.tv/guide/fr/060191-000-A/erich-kastner

Mon article sur Strenae

$_35

“Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol”

Après la seconde guerre mondiale, la photographie, dans les expositions, la presse ou l’édition, se donne pour but, comme après la première guerre, de faire découvrir le monde et montrer l’unité du genre humain, dans un grand élan pacifiste. La littérature de jeunesse n’est pas en reste, en incluant la photographie dans des albums, destinée à convaincre le jeune lecteur français, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables. En prenant appui sur l’ouvrage d’Ergy Landau, Horoldamba le petit Mongol, publié en 1957 chez Calmann Levy, nous tenterons de montrer comment la photographie et la narration n’atteignent pas leur ambition dans leur projet d’unité de l’humain.
La suite sur :
https://strenae.revues.org/1670

Exposition Photolittérature à la Fondation Michalski

fm_photolitterature_a3modifiee

Fondation Michalski

Du 14 octobre au 30 décembre 2016

“1839. La photographie s’invente et s’invite dans les arts pour en bouleverser les relations. Qualifié à l’origine d’« art industriel », ce procédé de duplication du réel vient modifier les modes de représentation de l’espace, du temps, de la mémoire, et interroger, au-delà des peintres, les écrivains dans un mélange de rejet et de fascination.

Au point de rencontre de la photographie et de la littérature, se tissent des liens aussi complexes que féconds. C’est cette variété des interactions entre image et texte que se propose d’explorer l’exposition Photolittérature, à travers un choix d’ouvrages en langue française : des dialogues photographes-écrivains, des écrivains photographes, des photographes écrivains, des textes illustrés de photographies anonymes, ainsi que des livres sans illustrations dans lesquels la photographie est un thème et l’image, absente, un embrayeur de récit.

Récit de voyage, fiction, poésie, autobiographie… tout un parcours à travers les époques et les courants esthétiques, au gré des frictions, des hybridations et de l’évolution des supports éditoriaux, pour rendre compte des phénomènes photolittéraires, depuis l’invention de la Modernité – que la photographie contribue à constituer – aux nouvelles potentialités numériques.”


Commissariat

Marta Caraion, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne

Jean-Pierre Montier, professeur à l’Université de Rennes

AFRELOCE, 4ème Session

“L’art et l’enfance

045Giovanni_Francesco_Caroto_001“A vos agendas! Le séminaire de l’Afreloce à l’ENS inaugurera à la rentrée 2016 sa 4e session, consacrée à l’art et l’enfance. Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.

Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e.”

Contact: mathilde.leveque@univ-paris13.fr et dbertherat@gmail.com”

“Photographs rendered in Play-Doh” d’Eleanor Macnair

d6f9dfd93cf6ba78b61419289ab7a706

Helen Tamaris, par Man Ray, 1929.

https://photographsrenderedinplaydoh.tumblr.com/

Et sur le site de Courrier International : http://www.courrierinternational.com/diaporama/photographie-les-plus-grands-cliches-recrees-en-pates-modeler

“Reproduire les clichés des célèbres Diane Arbus, Man Ray, Malick Sidibe ou Walker Evans avec de la pâte à modeler : c’est ce que l’artiste Eleanor Macnair appelle son“hommage bizarre à la photographie”.

Depuis 2013, l’artiste londonienne “démontre que la plasticine ne sert pas qu’à occuper les enfants et que son utilisation n’a pas de limite d’âge”, note le magazine américainJuxtapoz. Avec une fausse naïveté colorée “elle revisite certaines des photographies les plus emblématiques de l’histoire”, précise le mensuel culturel.

Pour élaborer ces tableaux dont on croit presque sentir l’odeur, Eleanor Macnair passe des heures à “regarder l’image, étudier sa composition et son éclairage pour décider sur quelles parties du cliché mettre l’accent et lesquelles laisser de côté”, explique l’artiste sur son site. Puis “avec des outils rudimentaires, précise-t-elle, une planche à découper, un scalpel et une bouteille de vin vide en guise de rouleau à pâtisserie”, Eleanor Macnair s’affaire. Une fois le cliché recréé, l’artiste photographie immédiatement l’œuvre avant de la détruire pour “ranger rapidement chaque couleur de pâte à modeler dans la boîte qui lui correspond”.

La série Photographs rendered in Play-Doh compte des dizaines de clichés à découvrir sur le Tumblr et le compte Instagram d’Eleanor Macnair.  ”

 

La photographie dans le livre jeunesse… en 360 minutes

prog_formation_2016_300

Dans le cadre de ses formations, le Centre national de la littérature pour la jeunesse propose le 7 octobre, “une journée pour tout savoir sur la photographie dans le livre de jeunesse”.

 

Pour télécharger le programme des formations : http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/13_documents/formation/2016/prog_formation_2016.pdf

 

“Tous photographes !” au Musée de la photographie de Bièvres

expo-musee_medium

Le Musée français de la photographie vient de ré-ouvrir ses portes à Bièvres,  avec une expo consacrée à l’histoire de la photographie.

Du Daguerréotype et son image en exemplaire unique, affaire d’artisan, à l’iPhone qui permet à tous de photographier, tout et tout le temps , en passant par la révolution Kodak et son appareil simple léger et populaire, l’exposition en dix tableaux donne au visiteur l’occasion de replonger dans plus de cent ans de l’histoire de la technique photographique et  de la créativité qui en découle : cartes de visites Disdéri, illustrations de magazines, collaboration avec des écrivains…

Le moment de se remémorer aussi, à l’ère du numérique, qu’il y a quelques années encore, il ne fallait surtout pas ouvrir son appareil et placer le film à la lumière, sous peine de perdre toutes ses images !

Site du musée http://www.museedelaphoto.fr

“Démarche collective et partage de la page au sein du livre surréaliste” au congrès EAM

P1080241

Doris Eibl (Université d’Innsbruck)   « Esthétique du partage et du dialogue : la collaboration interartistique de Paul Colinet et Suzanne van Damme dans Les Naturels de l’esprit »
 Alexandra Arvisais (Université de Montréal / Université Lille 3), « Etrangeté photolittéraire  : Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun »
Andrea Oberhuber (Université de Montréal), « Les anagrammes-dessins consignés au sein du livre , Hexentexte et Oracles et spectacles d’Unica Zürn »
Trois analyses du dispositif texte-image, de la relation entre deux modes de discours différents, de la collaboration écrivain-artiste, dans le livre surréaliste.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search