Archives de catégorie : actualites

John Berger, sur Arte

john-berger

 

« Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, John Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. John Berger est décédé le 2 janvier dernier à l’âge de 90 ans.

Comment les œuvres d’art deviennent-elles des mythes, et comment les récits se changent-ils en images ? Rares sont les intellectuels qui ont su saisir et transcrire ce double mouvement avec autant de finesse que John Berger. Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. Aussi jette-t-il sur le monde un œil aux aguets, pointant avec justesse le caractère hautement situé du regard – celui de l’artiste ou du spectateur – à l’image des passionnantes émissions Ways of seeing qu’il réalisa dans les années 1970 pour la télévision anglaise.

Dans ce portrait intimiste, John Berger revenait sur sa carrière aussi prolixe que polyphonique. Outre les entretiens exclusifs et riches en images d’archives, sa fille et son fils, respectivement critique littéraire et peintre, mais aussi ceux avec qui il a collaboré, comme le metteur en scène anglais Simon McBurney, le photographe suisse Jean Mohr ou le dessinateur de presse turc Selçuk Demirel, rendent hommage à ce grand homme de culture. »

http://www.arte.tv/guide/fr/062921-000-A/john-berger-ou-la-memoire-du-regard

Erich Kästner, sur Arte

erich-kastner-arte

« Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. S’il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets, c’est avec « Émile et les détectives », un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès.

Il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets. Mais c’est avec Émile et les détectives, un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès. Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. Ce docu-fiction jette un éclairage nouveau sur la personnalité d’un auteur phare de la littérature. »

http://www.arte.tv/guide/fr/060191-000-A/erich-kastner

Mon article sur Strenae

$_35

« Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 50 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol »

Après la seconde guerre mondiale, la photographie, dans les expositions, la presse ou l’édition, se donne pour but, comme après la première guerre, de faire découvrir le monde et montrer l’unité du genre humain, dans un grand élan pacifiste. La littérature de jeunesse n’est pas en reste, en incluant la photographie dans des albums, destinée à convaincre le jeune lecteur français, citoyen de demain, que l’Autre et lui sont semblables. En prenant appui sur l’ouvrage d’Ergy Landau, Horoldamba le petit Mongol, publié en 1957 chez Calmann Levy, nous tenterons de montrer comment la photographie et la narration n’atteignent pas leur ambition dans leur projet d’unité de l’humain.
La suite sur :
https://strenae.revues.org/1670

Exposition Photolittérature à la Fondation Michalski

fm_photolitterature_a3modifiee

Fondation Michalski

Du 14 octobre au 30 décembre 2016

« 1839. La photographie s’invente et s’invite dans les arts pour en bouleverser les relations. Qualifié à l’origine d’« art industriel », ce procédé de duplication du réel vient modifier les modes de représentation de l’espace, du temps, de la mémoire, et interroger, au-delà des peintres, les écrivains dans un mélange de rejet et de fascination.

Au point de rencontre de la photographie et de la littérature, se tissent des liens aussi complexes que féconds. C’est cette variété des interactions entre image et texte que se propose d’explorer l’exposition Photolittérature, à travers un choix d’ouvrages en langue française : des dialogues photographes-écrivains, des écrivains photographes, des photographes écrivains, des textes illustrés de photographies anonymes, ainsi que des livres sans illustrations dans lesquels la photographie est un thème et l’image, absente, un embrayeur de récit.

Récit de voyage, fiction, poésie, autobiographie… tout un parcours à travers les époques et les courants esthétiques, au gré des frictions, des hybridations et de l’évolution des supports éditoriaux, pour rendre compte des phénomènes photolittéraires, depuis l’invention de la Modernité – que la photographie contribue à constituer – aux nouvelles potentialités numériques. »


Commissariat

Marta Caraion, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne

Jean-Pierre Montier, professeur à l’Université de Rennes

AFRELOCE, 4ème Session

« L’art et l’enfance

045Giovanni_Francesco_Caroto_001« A vos agendas! Le séminaire de l’Afreloce à l’ENS inaugurera à la rentrée 2016 sa 4e session, consacrée à l’art et l’enfance. Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.

Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e. »

Contact: mathilde.leveque@univ-paris13.fr et dbertherat@gmail.com »

« Photographs rendered in Play-Doh » d’Eleanor Macnair

d6f9dfd93cf6ba78b61419289ab7a706

Helen Tamaris, par Man Ray, 1929.

https://photographsrenderedinplaydoh.tumblr.com/

Et sur le site de Courrier International : http://www.courrierinternational.com/diaporama/photographie-les-plus-grands-cliches-recrees-en-pates-modeler

« Reproduire les clichés des célèbres Diane Arbus, Man Ray, Malick Sidibe ou Walker Evans avec de la pâte à modeler : c’est ce que l’artiste Eleanor Macnair appelle son“hommage bizarre à la photographie”.

Depuis 2013, l’artiste londonienne “démontre que la plasticine ne sert pas qu’à occuper les enfants et que son utilisation n’a pas de limite d’âge”, note le magazine américainJuxtapoz. Avec une fausse naïveté colorée “elle revisite certaines des photographies les plus emblématiques de l’histoire”, précise le mensuel culturel.

Pour élaborer ces tableaux dont on croit presque sentir l’odeur, Eleanor Macnair passe des heures à “regarder l’image, étudier sa composition et son éclairage pour décider sur quelles parties du cliché mettre l’accent et lesquelles laisser de côté”, explique l’artiste sur son site. Puis “avec des outils rudimentaires, précise-t-elle, une planche à découper, un scalpel et une bouteille de vin vide en guise de rouleau à pâtisserie”, Eleanor Macnair s’affaire. Une fois le cliché recréé, l’artiste photographie immédiatement l’œuvre avant de la détruire pour “ranger rapidement chaque couleur de pâte à modeler dans la boîte qui lui correspond”.

La série Photographs rendered in Play-Doh compte des dizaines de clichés à découvrir sur le Tumblr et le compte Instagram d’Eleanor Macnair.   »

 

« Tous photographes ! » au Musée de la photographie de Bièvres

expo-musee_medium

Le Musée français de la photographie vient de ré-ouvrir ses portes à Bièvres,  avec une expo consacrée à l’histoire de la photographie.

Du Daguerréotype et son image en exemplaire unique, affaire d’artisan, à l’iPhone qui permet à tous de photographier, tout et tout le temps , en passant par la révolution Kodak et son appareil simple léger et populaire, l’exposition en dix tableaux donne au visiteur l’occasion de replonger dans plus de cent ans de l’histoire de la technique photographique et  de la créativité qui en découle : cartes de visites Disdéri, illustrations de magazines, collaboration avec des écrivains…

Le moment de se remémorer aussi, à l’ère du numérique, qu’il y a quelques années encore, il ne fallait surtout pas ouvrir son appareil et placer le film à la lumière, sous peine de perdre toutes ses images !

Site du musée http://www.museedelaphoto.fr

« Démarche collective et partage de la page au sein du livre surréaliste » au congrès EAM

P1080241

Doris Eibl (Université d’Innsbruck)   « Esthétique du partage et du dialogue : la collaboration interartistique de Paul Colinet et Suzanne van Damme dans Les Naturels de l’esprit »
 Alexandra Arvisais (Université de Montréal / Université Lille 3), « Etrangeté photolittéraire  : Le Cœur de Pic de Lise Deharme et Claude Cahun »
Andrea Oberhuber (Université de Montréal), « Les anagrammes-dessins consignés au sein du livre , Hexentexte et Oracles et spectacles d’Unica Zürn »
Trois analyses du dispositif texte-image, de la relation entre deux modes de discours différents, de la collaboration écrivain-artiste, dans le livre surréaliste.

 

Cinquième congrès EAM, Université de Rennes 2

 

Affiche 5e congrès EAM

Le réseau EAM rassemble depuis une dizaine d’année des chercheurs appartenant à une trentaine de pays du monde entier, dont les travaux touchent l’ensemble des questions regroupées autour de l’ avant-garde et du modernisme.

« The fifth EAM congress invites scholars to consider the coupling of the notions of quest and investigation in works of art or movements of the avant-garde or neo-avant-garde, or of the various forms of modernism, even though modernism and the avant-garde seem often to have been constructed in opposition to the spiritual or scientific heritage suggested by these two terms.

The notion of quest suggests a metaphysical beyond informed by mysticism, implying the absence of an end or of a conclusion, whereas the notion of investigation implies a totally rational conception of reality and a process likely to bring a definite result and reach a conclusion. Coupling the two notions, quest/investigation, is therefore an invitation to overcome an initial paradox: the endlessness of the quest as opposed to the fixed scope of the investigation. The co-articulation of the two notions may shed some light on marginal or neglected works. It may also question the dialectical relationship between modern and anti-modern, between avant-garde and rear-guard, between insistent innovations and archaisms, acknowledged or disguised.

Whether dialectical or dynamic, the approach we suggest applies to all the fields or domains of research in the Arts, literature, aesthetics, cinema, photography, drama, T.V. or digital media, architecture, music, design. »

Programme des conférences sur le site : http://www.sites.univ-rennes2.fr/cellam/eam-2016/

 

L’artiste dans l’atelier

affiche_dans_latelier_0

 

http://www.petitpalais.paris.fr/fr/expositions/dans-latelier :

Extrait du dossier de presse :

« Le Petit Palais propose avec cette exposition de pénétrer dans le monde secret des ateliers d’artistes : plus de 400 photographies mais également des peintures, sculptures et vidéos permettent de s’approcher au plus près du processus de création de l’artiste, depuis Ingres, en passant par Picasso, Matisse, Bourdelle, Zadkine, Brancusi, jusqu’à Joan Mitchell, Miquel Barceló ou encore Jeff Koons. Jamais une exposition n’a traité à grande échelle et de façon aussi spectaculaire de ce regard photographique sur l’atelier. Cette entrée dans l’atelier, grâce à la photographie, invite à un voyage dans l’esprit des créateurs. Depuis les débuts de la photographie, les ateliers d’artistes fascinent les photographes. Qu’elle documente les intérieurs et tire les portraits des artistes en vogue, qu’elle s’intéresse au geste créateur ou qu’elle prenne l’atelier comme métaphore de la naissance des images, la photographie n’a de cesse depuis le XIXe siècle de pénétrer et d’explorer ces espaces où s’élabore l’œuvre d’art. Photographier l’atelier est l’occasion d’approcher l’artiste à l’œuvre, et de rendre palpable le processus de création, mais c’est aussi le prétexte à une réflexion sur la photographie elle-même à travers cette fascination pour les lieux de création. Pour aborder ces différents aspects, le parcours de l’exposition suit trois grands thèmes : L’artiste en majesté, La vie dans l’atelier et Méditations photographiques. Dès l’entrée de l’exposition, le public pénètre d’emblée dans l’intimité de la création. Tirages anciens et modernes, en noir et blanc ou en couleurs montrent comment la photographie célèbre l’Art et les artistes, mettant ainsi en valeur leur personnalité et valorisant leur puissance créatrice. Ici le public découvre les portraits mis en scène d’artistes de la fin du XIXe siècle jusqu’à des figures plus contemporaines comme Nicolas de Staël, Piet Mondrian, Joan Mitchell, ou encore Paul Rebeyrolle. Puis c’est la vie dans l’atelier qui est évoquée. Les photographes sont aussi les témoins privilégiés des activités et des rencontres qui y prennent place. »

Exposition François Kollar au Jeu de Paume

Cat_Kollar

Photographe de mode, et de publicité, il publie ses photographies dans L‘Illustration, VU, Voilà, Art et Médecine ou Plaisir de France.

Il s’oriente ensuite vers le reportage photographique consacré au  monde du travail. Il illustre également les textes de Paul Valéry, Pierre Hamp, Lucien Favre… Pour les enfants, il illustre trois albums à colorier avec photographies,  aux éditions du Pélican : Les animaux de la ferme (1933,) La belle histoire du petit pain, (1933), Le merveilleux voyage de rufisquin (1935).