Tous les articles par Laurence Leguen

Doctorante en littérature, je fais partie intégrante du laboratoire du CELLAM, au sein de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse.

Les imagiers photographiques à Arras, le 9 février

Dans le cadre du séminaire doctoral consacré aux « Imagiers photographiques », je donnerai une communication intitulée « Proposer à l’enfant une nouvelle vision du monde en 1930The First Picture Book d’Edward Steichen. »

Il y sera question de la genèse de ce premier imagier pour enfants illustré de photographies et de ses influences sur les productions américaines et françaises.

Merci à Eléonore Hamaide.

Stranger in the Woods, a photographic fantasy

C’est un fait entendu, les animaux sont bien souvent les personnages principaux des livres pour les jeunes enfants. En matière de livres photographiques, ce sont souvent de petits animaux qui sont photographiés, doubles symboliques du jeune lecteur.

Notons au passage qu’il n’est pas rare que les éditeurs pour la jeunesse privilégient même les photographies d’animaux à celles d’enfants, obligeant parfois tel ou tel illustrateur à substituer la photo d’un alligator à celle d’une petite fille, si, si !

Parmi les photographes qui ont consacré leur carrière à la photographie animalière et ont conçu des livres pour enfants, on pense bien-sûr à Ylla, la si populaire photographe animalière des années 50.

Il se pourrait bien que Carl Sams et Jean Stoick, couple de photographes américains,  se soient  à leur tour fait une spécialité de ces livres pour enfants illustrés de clichés d’animaux sauvages, en photographiant ceux du Michigan et en réalisant la série des « In the Woods ».

Leurs ouvrages, multi-récompensés, utilisés dans les classes, se déclinent aussi en films courts et en livres-cd.

Stranger in the woods, 1999

Lost in the woods, 2004

Find my friends, 2006

First snow in the woods, 2007

When snowflakes fall, 2009

Interview de Carl Sams sur le genèse de Stranger in the Woods : https://www.indiebound.org/author-interviews/samscarl

Pas de bol ! de Susie Morgenstern et Theresa Bronn

Le point de départ du livre est un événement familial authentique, une dispute classique du matin au petit déjeuner, quand un frère veut forcément le bol que sa sœur a devant elle.

Les deux auteurs de l’ouvrage, l’écrivain Susie Morgenstern et l’illustratrice Theresa Bronn, ont confié à Miniphlit la genèse de cet album :

Susie Morgenstern : « Elle est venue prendre un thé et je lui ai donné le texte de « Pas de bol » sans savoir ce qu’elle allait faire, sans savoir qu’elle allait prendre le train pour Paris avec les bols et la nappe et les corn flakes pour mettre en scène mes propres petits enfants (qui sont la source de l’histoire) et ma fille avec la photo. J’étais éblouie. Mais c’était difficile de convaincre un éditeur jusqu’à ce que Thierry Magnier ait accepté de le publier. »

La fille de Susie Morgenstern, Aliyah Morgenstern, se souvient de l’enthousiasme des enfants pour jouer leur propre rôle, pour transformer la cuisine familiale en scène de théâtre : « On a adapté l’appartement, il n’y avait pas de table. On en a rajouté une ! Et après la scène finale terrible, il a fallu tout nettoyer ! »

Theresa Bronn : « Pour moi, dès le départ, je savais que la photographie allait être exploitée d’ une manière ou d’une autre. Quand Susie m’a dit que sa famille voulait bien faire la mise en scène, j’en ai profité !! Je ne sais même plus si c’était l’idée de Susie ou de moi pour tout faire en photographie dès le départ (…)Pour Pas de Bol, les petits personnages dessinés ont changé plusieurs fois, mais pas la partie photographique. Thierry Magnier voulait que l’album rentre dans une collection carrée particulière et ma maquette était rectangulaire (comme le format dans la viseur d’un appareil-photo). J’ai accepté de couper mes formats en carré même si j’ai eu beaucoup de mal au départ. »

Narration écrite et narration photographique se mêlent dans l’espace de la page. Le texte épouse les contours des objets présents dans le cadre, réalisation de Théresa, et invite le lecteur à plonger dans l’histoire.

La présence des petits personnages dessinés, doubles fictionnels des deux enfants réels, ancre définitivement l’album dans la fiction. Ce ne sont pas les photographies d’un moment familial de la famille Morgenstern qui sont fixés dans cet album, mais bien une histoire universelle que l’on présente au jeune lecteur et à laquelle il peut s’identifier.

Pas de bol ! a été réédité chez Actes Sud Junior en 2014, avec son format rectangulaire d’origine.

Theresa Bronn et Susie Morgenstern ont collaboré sur d’autres ouvrages :

Pas !, éditions du Rouergue, 2003

Confessions d’une grosse patate, La Martinière, 2003

L’agenda de l’apprenti écrivain, La Martinière, 2005

Une mère comment ça aime, La Martinière, 2006

Le lecteur pourra découvrir d’autres ouvrages sur le site officiel de Theresa Bronn : http://www.theresabronn.com/fr/

Merci à Aliyah et Susie Morgenstern, merci à Theresa Bronn.

Merci Mathilde Levêque.

L’alphabet de Dzim et Boum et l’ évolution de l’ abécédaire photographique

L’ alphabet de Dzim et Boum, abécédaire photographique, est publié en 1934 chez Delagrave. Il est signé Pierda, pseudonyme de Pierre Portelette, qui publiera également 15 petites histoires, chez le même éditeur, dans la collection des « albums de Pierda »

Chaque page contient une lettre, un mot commençant par cette lettre, une phrase dans laquelle on retrouve ce mot et une illustration photographique sur laquelle on retrouve l’objet nommé.

L’ouvrage semble obéir à la conception première de l’imagier : un mot de l’objet du quotidien de l’enfant illustré par sa représentation photographique.

Toutefois, si l’on examine cet ouvrage de plus près, certains mots sont des concepts abstraits, comme dans le cas de « bravoure », ce qui permet à l’enfant d’enrichir son lexique.

Les photographies, si elles contiennent bien l’objet désigné, sont des mises en scène photographiées de deux petits personnages en tissu, qui montrent comment agir avec cet objet.

La phrase, qui figure sous la photographie, fonctionne comme l’exemple dans un dictionnaire. Elle indique comment utiliser ce que le mot désigne . Cependant, la phrase , et l’image elle-même, prend parfois le contre-pied du sens attendu, ou joue sur les différents sens d’un mot : « Avec des lunettes, je n’y vois rien du tout ! »

C’est dans cet écart entre l’objet désigné et  son emploi  que se développe l’imaginaire de l’enfant.

Parfois même, il ne s’agit plus d’une seule phrase, mais bien d’un dialogue entre les deux personnages : « Boum, ce Marteau est un peu lourd !-C’est bien mon avis ! »

La conception de l’ouvrage, qui passe de la présentation traditionnelle d’un mot par double page, à deux mots par double page, entraîne également un enchaînement narratif,  préparation à la lecture de courtes histoires.

 

 

 

 

 

 

 

On our Farm, joyeux documentaire en pleine Grande Dépression

« Would you like to take some pictures of our farm  ? It’s not always easy to get good ones. Animals don’t remain still very long. They don’t know they are being photographed. Perharps that’s is the reason they look so natural.

Would you like to live in our farm ? It’s a busy place. There are many kinds of things to do. There is much to learn. One never learns it all. »

Ou Our farm, a picture story book for children, texte de John Y. Beaty, photographies de J. C. Allen, est publié en 1932 par la maison Saalfield publishing company,   Akron et New York.

Cet ouvrage, un documentaire sur  les animaux et le travail à  la ferme, a vocation à informer l’enfant, par la photographie et le texte. La photographie vient en support d’un texte qui y fait lui-même de fréquentes allusions.

Ce qui est assez extraordinaire dans cet ouvrage, c’est qu’il paraît dans la période de Grande Dépression que traversent les Etats-Unis, et qui conduira le gouvernement américain  à engager des photographes  pour documenter sur la crise qui frappe la population rurale américaine. 170 000 photographies de cette période, autant de documents ethnographiques, sont d’ailleurs visibles sur le site de l’université de Yale,  parmi lesquelles celle fameuse de Dorothea Lange : http://photogrammar.yale.edu/about/fsa_owi/

Pas d’enfants affamés, ni de terres arides dans cet ouvrage, mais bien des enfants souriants, des animaux gros et gras et une terre fertile…Images d’Épinal…

Les auteurs réalisent la même année Baby’ s first book, for the very young child.

Nativité

 

Laure Albin-Guillot met en scène et photographie pour cette Nativité, les santons de Noël  de Louise-Edmée Chevallier en 1946.

La jeune céramiste, collaboratrice de l’atelier Primavera, s’est fait une spécialité de ses petites  figurines qu’elle a déjà exposées dans de nombreux salons organisés par La société des artistes décorateurs.

Cet ouvrage s’inscrit dans ce courant des années 30-40 pour renouveler  l’imagerie populaire et religieuse. https://miniphlit.hypotheses.org/122

La même année, les deux artistes ont déjà proposé une illustration photographique d’un récit littéraire,  Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes d’ Alain Fournier, Ed° Henri Colas.

 

Photolittérature pour les enfants !

La prochaine séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS aura lieu le samedi 9 décembre, à 10h (salle Celan) et sera consacrée à un atelier doctoral. Nous accueillerons Laurence Le Guen (Université de Rennes 2, dir. Jean-Pierre Montier) qui parlera de photolittérature et du livre pour la jeunesse illustré par des photographies. Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours, dir. Cécile Boulaire) présentera quant à elle ses recherches sur les représentations de l’étranger et de l’immigré dans la littérature contemporaine pour la jeunesse, en France et en Thaïlande.

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS et la structure fédérative « Délivrez-nous du livre » de l’Université Paris 13. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.
Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e.

Les clefs et les serrures de la photolittérature

Si l’on se demande encore ce qu’est la photolittérature, il n’y a cas  se saisir Des clefs et des serrures, l’ouvrage de Michel Tournier paru en 1979.

La recette :

Choisir quarante sujets de réflexion parmi lesquels les animaux, les enfants, l’autoportrait, l’arbre et le chemin…

Laisser venir les images mentales et les transcrire en texte.

Choisir une photographie qui rebondit sur un mot, une idée, élargit la vision de l’ensemble ou qui en prend le contrepoint.

Ou bien encore, trouver une photographie qui résonne avec l’image mentale suggérée par les mots du titre, écrire un texte légende ou gloser à l’infini sur un point de l’image qui touche le spectateur-écrivain.

A moins que ce ne soit tout le contraire : rencontrer une photographie, laisser venir les mots que les apparences suggèrent, créer un passé et un futur à cette coupure du temps, bâtir une histoire et trouver un titre.

Les assembler dans un ouvrage, sans donner priorité à l’une ou à l’autre, en intercalant des pages blanches.

Le lancer dans la foule des lecteurs et attendre les réactions  : va et vient entre les deux langages, étonnement, reconnaissance, incompréhension, épanchement de l’imaginaire dans les blancs…

Quelles sont les serrures ? Quelles sont les clefs ? Tour à tour, texte et prose sont des « secrets à percer », des « obscurités à élucider », des « inscriptions à déchiffrer ».

Zipper the Zany, chat journaliste

Les facéties de Zipper le chat sont le sujet de cette série de 25 photographies : Zipper renversant une bouteille d’encre, Zipper au piano, Zipper à la machine à écrire, Zipper humant un appareil photo Ziper buvant un verre …

Pour que ces clichés forment une histoire, Richard M. Stevens,  chroniqueur au Chicago Sun, joue des apparences de l’image pour proposer une interprétation par les mots, qui va chercher dans les références culturelles du lecteur et dans son propre univers professionnel.  Si Zipper  découvre un appareil photo, elle s’exclame aussitôt  : « Je vais lui demander de me prendre en photo un de ces jours, pour l’offrir à mes amis ». Si Zipper s’assied en face d’une machine à écrire, c’est forcément pour écrire un livre…

Paru en 1945 chez Wn  Penn Publishing Corp. à New York, les photographies de Richard M. Stevens, font l’objet d’une chronique dans Popular Photography en avril 1946 : « These photographs are the type of pictures that would make any cat owners whish that he had been able to make similar shots of his cat ».

 

 

Peter and the Twin Giants of Umptyville, livre hybride

Un cirque arrive un jour à Umptyville, avec dans ses bagages deux géants jumeaux, Robin et Bobin,  qui ne manquent pas d’effrayer la population.  Seul Peter, un jeune garçon, a le courage de leur rendre visite et de clamer haut et fort que ces deux êtres différents sont finalement fort sympathiques !

Photographies  en noir et blanc pour figurer les personnages  et graphismes ultra-colorés pour les habiller ou représenter les décors,  se mêlent habilement dans ce conte, paru en 1954, chez Scylla Publishing à New York.

Notons qu’ « umpty » n’a pas de sens précis en anglais. Cette ville et ce qui s’y passe n’existent que dans un conte. Rien de tel qu’une illustration hybride pour rendre compte de ce « nonsense ».

L’ouvrage est signé Carol Brown  pour les textes, Beverly Clarke Roman pour les graphismes et A. Delaney Inc. pour les photographies.

« Mother and Child » et les frontières de la photolittérature pour la jeunesse

 

Pour Mother and Child, la photographe  Nell Dorr propose ses visions de l’enfance, dans un ouvrage composé de poèmes et de photographies d’enfants en regard, paru en 1954, chez Harper & Brothers, à New York.

Elle photographie ses enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants, dans de jolis décors champêtres ou marins. Ses photographies exaltent les beautés de la nature et de la vie.

Bien que cet ouvrage soit classé dans la catégorie des livres pour enfants,  la question se pose du destinataire de ce livre, comme pour les Enfants d’Ergy Landau ou de Jaboune en France, et ceux d’Elizabeth Brownell aux U.S.A. Il s’agit plutôt d’un livre sur l’enfance, avec des photographies d’enfants. Où s’arrête donc le territoire de la photolittérature pour la jeunesse ?

Sur le site du Center for Creative photography de New York :

« Ohio-born Nell Dorr grew up surrounded by photography; her father, John Jacob Becker, co-founded one of the largest and most respected photography studios of the late nineteenth century. She was interested in her father’s business at a young age but did not become a professional photographer until after she had moved to Florida with her husband and children in 1923. Dorr opened a portrait photography studio in Miami and worked on her own photographic projects. She was particularly interested in photomurals, and the International Gallery in New York City showed her pioneering efforts in this medium in 1932. In New York, Dorr met Edward Steichen and Alfred Stieglitz, as well as her second husband, John Van Nostrand Dorr, a chemical engineer, metallurgist, and inventor. She published books of her photographs, including In a Blue Moon (1939), Mother and Child (1934), and Of Night and Day (1968). After the death of her youngest daughter in 1954, Dorr devoted herself to photographing mothers and children.
Dorr believed that terror and misery were already abundantly documented in American culture and thus committed herself to eliciting beauty in her photographs. Her images evoke the dreamy atmosphere of reminiscence.  »

Quelques photographies extraites du livre sur ce site : https://www.youtube.com/watch?v=WRP4r-daF8A

 

 

 

Emma Justine Farnsworth’s books for children

Emma Justine Farnsworth (1860- 1952) est une des plus célèbres photographes américaines amateures de la fin du 19ème siècle. Frances Benjamin Johnston lui consacra même un article dans « Showing what American women have done with a camera » pour le Ladies’ Home Journal en 1901 : “A strong yet sensitive personality is reflected in the work of Miss Emma Justine Farnsworth, who, as a worshipper of the beautiful, lives in an atmosphere of art and poetry, and her photographs are delicately expressive of both. Miss Farnsworth’s studies of youth and classic beauty have commanded world-wide recognition.”

Celle qui débuta la photographie lorsqu’elle trouva un appareil photo au pied du sapin de Noël,  sera récompensée à de multiples occasions, aux Etats-Unis et en Europe et fera partie des artistes présentées à l’exposition parisienne de 1900  consacrée aux American Women Photographers.

En 1893, E. P. Dutton and Company publie Sunshine and Play-Time, dans lequel ses photographies de scènes enfantines illustrent les versets de William Croswell Doane. Célébrité naissante de la photographie amateure, son nom figure sur la couverture et la page de titre. Sur chaque photographie, on retrouve le même petit garçon costumé en marin.

En 1895, le même éditeur publie Little Lad Jamie, de  Mary D. Brine,  illustré avec 6 photographies dont on ne connaît pas l’auteur.  Pourtant, on y  retrouve les mêmes clichés que dans l’ouvrage paru deux ans plus tôt. Cette fois-ci, le jeune garçon est devenu un personnage avec un nom, un âge, une famille et des aventures …

 

 

 

 

What American women have done with a camera ? Elizabeth Brownell

 

Le titre est largement emprunté à Frances Benjamin Johnston, photographe et promotrice de la photographie féminine américaine,  qui, dans un article écrit en 1902 pour The Ladies Home Journal, présente le travail d’Elizabeth Brownell.

Cette dernière réalise trois ouvrages avec ses photographies : Dream Children, publié en 1901, est une compilation de textes de la littérature pour enfants, parmi lesquels Hiawatha’s Childhood, d’Henri Longfellow, Alice and Her Kitten de Lewis Carroll, The Little Match Seller d’Hans Andersen, Red Riding Hood de Riley, et une adaptation des Misérables de Victor Hugo,  The story of Cosette and her dolls .

Ces textes sont illustrés par des portraits d’enfants jouant le personnage principal de l’histoire. Mais s’agit-il vraiment d’illustrations ? Elizabeth Brownell propose  au lecteur  une nouvelle image des personnages de fiction, entre vision de la réalité qu’offre la photographie au tournant du siècle, et imaginaire de l’enfant. Notons que le décor est largement absent sur les photographies et les personnages sont parfois même détourés.

Alice :

Ces photographies peuvent être considérées comme une forme de réception des textes littéraires, puisque elles sont réalisées longtemps après l’ écriture de ces derniers. La photographe compose ses scènes à partir du texte,  d’abord par le dessin, puis photographie sa mise en scène : « Mrs Brownell’s photographs are the result of patient study. Her models are often first sketched in pencil for composition, and they are always carefully trained both for pose and expression».

Le petit chaperon rouge :

Certains textes sont toutefois des adaptations ou réécritures du texte original et par conséquent, ces photographies fonctionnent cette fois comme des illustrations réalisées en même temps que l’ écriture.

Cosette :

Posters of the vision children in childhood paraît en 1903. Il contient 20 portraits photographiques d’enfants accompagnant des poèmes sur l’enfance écrits par différents auteurs.

En 1908 paraît son dernier ouvrage, Really babies, photographies d’enfants accompagnées de versets.

 

 

 

«