And the winners are … Souvenirs d’une jurée du Prix du livre photographique à la Bologna Children’s Books Fair 2023

Durant trois jours, les jurés internationaux de la Foire annuelle du livre jeunesse de Bologne se sont réunis dans la magnifique bibliothèque Salaborsa, ancien palais de la bourse locale, pour examiner plus de 2000 ouvrages pour enfants venus du monde entier. 

Pour la première (et sans doute la dernière fois) un prix du livre photographique devait récompenser un ouvrage et décerner trois mentions spéciales à trois autres. Ce sont plus de deux cents livres que les trois membres du jury ont examinés : imagiers, documentaires, livres de fiction, livres historiques, etc… publiés cette dernière année ou plus anciens, afin de donner une chance à un plus grand nombre d’ouvrages. 

Nous avons à la fois considéré l’aspect matériel du livre et la  place de la photographie dans le dispositif de la double-page, sa qualité d’impression, sa façon d’être considérée comme un langage et non une simple illustration, son jeu avec d’autres techniques graphiques, sa collaboration avec le texte et son inscription dans l’histoire de la photographie… La réception par l’enfant et  son immersion dans l’image photographique ont également été prises en compte. 

A l’issue de réflexions intenses et de discussions passionnées et passionnantes, il est apparu que quatre ouvrages répondaient aux critères énoncés ci-dessus et faisaient l’unanimité.  Après présentation de notre sélection aux membres des autres jurys, nous avons eu la tâche de rédiger quatre textes de présentation.  

Les discussions avec les membres des autres jurys ont été très riches et ont permis de découvrir la variété et la diversité des productions actuelles en matière de littérature pour la jeunesse. Elles ont également permis de croiser les regards sur les livres grâce aux spécialités de chacun des membres des jurys.

Ce jeudi 26 janvier, les organisateurs de la Foire de Bologne 2023 ont dévoilé nos lauréats, dont certains sont déjà connus des lecteurs :

https://bolognachildrensbookfair.com/en/awards/bolognaragazzi-award/bolognaragazzi-award-all-the-2023-winners/photography-2023-special-category/10912.html

WINNER

Seen and Unseen: What Dorothea Lange, Toyo Miyatake, and Ansel Adams’s Photographs Reveal about the Japanese American Incarceration 

Text by Elizabeth Partridge
Images by Lauren Tamaki
Chronicle Books, USA, 2022

What the jury said:

“Le jury a choisi ce livre pour la manière dont la photographie joue un rôle essentiel dans le récit de cette histoire. Grâce à des textes explicatifs, des questions qui incitent à la réflexion, des documents, des photographies et des illustrations originales, les lecteurs se voient proposer un ensemble complexe de moyens de donner un sens à ce qui s’est passé dans ce camp de prisonniers. Les œuvres de trois photographes offrent des perspectives différentes : Lange, à travers son objectif de protestation contre l’incarcération, Miyatake, à travers son appareil photo caché et son point de vue d’initié en tant que Japonais américain, et Adams, à travers sa photographie de paysage et son accent sur la loyauté des Japonais américains en tant que citoyens américains. Ce livre rend hommage au pouvoir de la photographie, qui a permis de documenter et de révéler des circonstances qui ont été maintenues en détention et cachées au public pendant la guerre.”

SPECIAL MENTION

O adeus do marujo (The Sailor’s Goodbye)

Texts and images by Flávia Bomfim
Pallas Editora, Brazil, 2022

What the jury said:

“La couleur bleue utilisée dans ce livre rappelle les premières techniques d’impression cyanotype. Les photographies sont imprimées sur du lin, et des éléments de broderie ornementale embellissent et ajoutent un autre niveau d’interprétation au récit. La broderie fait référence à la couture du protagoniste lorsqu’il était emprisonné pour s’être révolté contre les mauvais traitements infligés aux marins au Brésil. Le mélange des médias est typique des langages artistiques et photographiques contemporains. De cette manière, l’auteur tisse l’histoire d’une vie, du passé au présent.”

SPECIAL MENTION

Cache-cache cauchemars

Text and images by Jean Lecointre
Illustrations by Rán Flygenring
Éditions Thierry Magnier, France, 2018

What the jury said:

“L’artiste propose une version très contemporaine de la technique du photomontage avec ses images scannées, découpées, assemblées, puis colorées numériquement. Il joue avec le rapport ambigu que la photographie entretient avec la réalité en transformant des environnements domestiques en lieux de cauchemar. Ce faisant, Lecointre révèle le théâtre qui se joue dans l’esprit de l’enfant lorsqu’il joue ou rêve, et transforme les peurs des enfants en moments d’humour.”

Jean Lecointre nous avait accordé une interview :   :https://miniphlit.hypotheses.org/3645

SPECIAL MENTION

Qui veut jouer avec moi? (Who Wants to Play with Me ?)

Text and images by Claire Dé
Éditions des Grandes Personnes, France, 2022

What the jury said:

“Ce livre destiné aux enfants invite les jeunes lecteurs à tourner les pages d’un été de rêve. A travers de belles images graphiques, l’artiste joue avec les distances : montrant l’ensemble comme les gros plans, la mise au point comme le flou. Ses personnages sont habillés de rayures et de pois de couleurs primaires, de rayures et de carreaux. Les photographies sont pleines de signes à déchiffrer, et de références à d’autres histoires célèbres”. 

Claire nous avait accordé une interview : https://miniphlit.hypotheses.org/3456 

Merci aux organisateurs de la Foire de Bologne pour leur confiance en notre jugement. Merci encore à eux pour la parfaite organisation de ce temps fort. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

The Shadow Book ou Mon ombre et moi

Harcourt, Brace, Jovanovich, New York  ©1960

Béatrice Schenk de Régniers (1914-2000) est l’autrice américaine d’une cinquantaine d’ouvrages pour enfants publiés des années 1960 à 1980. Elle signe notamment les textes de The Giant Story en 1953 et What Can You Do With a Shoe en 1955 illustrés par Maurice Sendak. Lors de son décès, les articles qui lui sont consacrés soulignent son habileté à recréer la sensibilité d’un enfant, à révéler son petit théâtre intérieur.

Les photographies sont signées Isabel Gordon.

Cet ouvrage accueille 35 photographies en noir et blanc, réparties sur les 32 pages de l’ouvrage en groupe  de deux à quatre par double page et deux en frontispice. La double page centrale n’accueille qu’une photographie reproduite sur toute la surface du livre.  Le texte est réduit à une portion congrue et est imprimé en regard, au dessus ou en dessous des photographies, dans la partie laissée blanche de chaque page. Clairement, le maquettiste s’est amusé avec la mise en page, a cherché des symétries dans la disposition des images (ombre en haut à gauche-ombre en bas à droite), des prolongements (ombre qui s’étire jusqu’à rejoindre celle de l’image suivante), des échos (ombre d’une plante sur un arbre et ombre d’un arbre)  entre les images. 

Ces photographies mettent en scène un jeune garçon, parfois accompagné d’une fillette, ou d’un groupe d’enfants. Certaines sont vides de présence humaine et montre des objets ou plantes que l’enfant est en train d’observer, dans une variation de points de vue. Tantôt le lecteur voit avec les yeux de l’enfant, tantôt il est derrières lui et observe la scène de jeu. Les photographies sur lesquelles figurent le ou les enfants les montrent s’appropriant diverses situations de jeux avec une ombre : elle s’étire, elle rétrécit, elle dépend de la source lumineuse, on ne peut l’attraper, elle disparaît les jours de pluie et la nuit…

Le texte est écrit à la première personne. Les courtes phrases fonctionnent comme les légendes de ce que montrent les photographies. Ce dispositif amène à considérer cet ouvrage comme un recueil des observations, questionnements et interprétations autour de l’origine et l’existence des ombres. Néanmoins, les courtes phrases sont plus poétiques que dans un carnet de bord d’expériences scientifiques et n’ont rien de didactiques. Elles laissent également la place à la part d’imaginaire qui occupe le petit théâtre mental de l’enfant lorsqu’il joue. 

“Sometimes when you have to stay inside, your shadow can be outside. Or sometimes when you are outside, your shadow can reach in to touch something you would like to touch but you can’t like a sleeping dog.” peut on lire sur la jaquette du livre. Les ombres, bien que liées à leurs propriétaires, semblent matérielles et vivre une vie indépendante, pleine de possibilités.

Merci Loïc Boyer…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Dans les coulisses d’Au pied de la lettre de Florence Levillain

Actes Sud junior, novembre 2022 / 20.00 x 20.00 cm / 48 pages

Qui dort dîne, bonnet blanc blanc bonnet, Etre au pied du mur, etc… autant d’expressions que nous utilisons tous les jours, sans y penser. La photographe Florence Levillain a donné vie à ces mots qu’elle prend… au pied de la lettre et le résultat est surprenant. Nous l’avons interviewée, l’occasion de découvrir le procédé lenticulaire.  

Florence Levillain, pourriez-vous nous dire quelques mots de votre parcours professionnel

Je suis photographe depuis 30 ans. J’ai commencé par la photographie de presse. Mon travail s’est toujours divisé entre la commande et le travail personnel. Mon reportage, d’abord très porté sur l’étranger, s’est petit à petit orienté vers la vie quotidienne française. Planète mars au bout de votre rue, titre de cette nouvelle orientation, entend faire découvrir des univers que l’on croit connaître mais que l’on ne connaît pas si bien finalement. Cela a commencé par un reportage sur le travail des femmes à Rungis la nuit qui a obtenu le prix Kodak en 2000. J’ai réalisé ensuite une série d’images sur les objets trouvés de la rue des Morillons, puis sur l’herbier du Muséum. En parallèle, mes commandes étaient de moins en moins presse et plus institutionnelles. Mon écriture photographique a petit à petit évolué vers plus de mises en scène. J’ai réalisé aussi des travaux comme Parce qu’ils le valaient bien, une série sur les clients d’un coiffeur qui a intégré les collections du musée de Bièvre. Un de mes derniers reportages portait sur les Bains Publics, travail très social. On ne connait pas cet univers. Les parisiens pensent que les Bains sont justes de très beaux bâtiments à Paris mais ils représentent en fait un million de douches par an ! Je suis allée à la rencontre de ces personnes qui vont y prendre s’y laver et cela a abouti à un petit livre de 75 portraits  édité par la région Ile de France.

Comment est née l’idée d’Au pied de la lettre  ?

Un jour, un de mes amis m’a dit  : « Elle m’ a encore posé un lapin ». Pour la première fois de ma vie, j’ai vu le lapin. Ce type d’expression est un marronnier en illustration car elles sont très imagées et ont été très dessinées. Ce sont des expressions utilisées tous les jours mais auxquelles on ne prête plus attention. L’idée de mettre ces expressions en photo, de leur donner un caractère hyper réaliste leur donnait une valeur supplémentaire de fantasque et de farfelu. Le travail a commencé comme ça.

Au début, j’ai fait ce travail pour moi en réfléchissant à une série. J’ai besoin d’avoir toujours un espace d’expérimentations, de recherche de protocole. J’ai fait des essais, avec des modèles. J’ai trouvé le format, la distance. Je voulais des images en situation réelle mais déconnectées de la réalité, qui puissent être intemporelles, avec un modèle qui soit entre l’enfance et l’âge adulte. Les choses se sont définies peu à peu . Puis j’ai decidé de poser le lapin sur la table d’un restaurant et je me suis retrouvée face à une contradiction : quand on se fait poser un lapin on est seul, mais avec le lapin, mon modèle n’était plus seul !  J’ai cherché un système qui me permette de mettre deux images en une, comme sur celle de la couverture. 

Ces images ont d’abord été vendues en galeries, en tirages lenticulaires numérotés. Avec Signature, mon agence qui fait aussi galerie, nous avons participé à deux salons pour collectionneurs avec cette série de vingt tirages lenticulaires en 40×40 exposés au mur.  Le coté lenticulaire me plaisait beaucoup parce que je voulais donner une dimension pédagogique à cette série. En effet,  en posant les questions à mes filles, je me suis aperçue que ces expressions étaient souvent désuètes, voire inconnues. Il fallait donner donner un caractère artistique, pédagogique et ludique à cette série destinée au grand public, d’où l’idée du lenticulaire.

Mais qu’est-ce-ce que le lenticulaire ?

C’est le procédé utilisé pour la couverture du livre.  Elle contient deux images en une seule. Elles sont entrelacées. Il y a par-dessus un procédé optique, avec des dômes, qui permet de voir une seule image en fonction du déplacement du spectateur.

Ces photographies peuvent aussi être tirées en tirages classiques pour les galeries, imprimées  avec une seule image pour la presse. Je voulais qu’une  pluri-utilisation soit possible. Le public aime beaucoup le lenticulaire. Mon agence a contacté Actes Sud junior avec l’espoir de faire un livre tout en lenticulaire, mais c’était compliqué techniquement. On s’est rendu compte que l’aspect pédagogique marchait très très bien avec  deux images côte à côte, à la manière des jeux des 8 erreurs ou des 7 différences.

On ne voulait pas un grand livre photo. On voulait qu’il se tienne facilement, que l’on puisse le poser aisément quelque part. La couverture avec cette femme au pied du mur plaît beaucoup en galerie. Et puis Au pied du mur pour annoncer Au pied de la lettre était une entrée sympa ! 

Avoir un cœur d’artichaut / Copyright Florence Levillain

Comment avez-vous sélectionné les expressions qui figurent dans le livre ? Pourquoi une part si peu importante pour les mots ?

 Je voulais qu’elles soient très grand public, non vulgaires, non offensantes… Il fallait aussi qu’elles soient visuelles. Certaines sont moins faisables en photographie et se sont éliminées elles-mêmes. Concernant la part du texte, il y avait deux possibilités.  Soit le livre comportait plus d’explications avec recours à un spécialiste du langage,  soit on décidait d’en faire un livre  qui mettrait en valeur un travail photographique avec un texte qui allait apparaître comme une legende. C’est le choix que nous avons retenu. Pour les courts textes, on a entrecroisé les recherches sur ces expressions et on s’en est tenu à ce qui était admis et certain.

Qu’est -ce qui a été difficile dans cette réalisation ? 

 Pour produire une série comme celle-là, il faut un gros travail de repérage, de stylisme. Je passe aussi beaucoup de temps devant mon ordinateur. Pour la photographie qui accompagne Marcher sur des oeufs, j’avais une centaine d’œufs. J ai réalisé des surimpressions pour étendre la surface occupée par les œufs. j’ai photographié la jeune fille et je l’ai posée en surimpression, en respectant la lumière, la colorimétrie et m’assurant d’une cohérence de cadrage. Pour l’expression Enfoncer une porte ouverte, j’ai planté à 6 heures du matin une porte dans le sable. Pour Se faire remonter les bretelles, la jeune fille ne tient pas au bout d’un fil mais sur un escabeau que j’ai enlevé et il a fallu retouché l’image. Si ce livre semble simple, il y a de nombreuses étapes derrière !

Est-ce faut y voir des références à d’autres ouvrages ou des œuvres picturales ?

Etre collet monté fait référence à l’époque de Marie de Médicis alors j’avais envie d’ un clair obscur, mais sans référence à un tableau en particulier. En grand, les photos donnent vraiment l’impression d’une peinture. C’est le rendu que je cherche, car je veux déranger le spectateur et faire que ce monde enfantin, poétique, onirique soit perturbé.

Quels ouvrages photo-illustrés lisiez-vous enfant ?

J’en lisais peu finalement bien que mes parents étaient photographes. J’ai gardé et transmis à mes filles une série d’ouvrages pour découvrir les autres pays à travers le regard d’un jeune enfant. (“Enfants du Monde”, Nathan)

Pour découvrir le travail de Florence Levillain https://www.florence-levillain.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 

PREMIER PRIX DU LIVRE PHOTO au BOLOGNA CHILDREN’S BOOK FAIR !

2023 BRAW PHOTOGRAPHY JURY

A jury of experts identifies the best publishing projects considering their technical elements, artistic merit and the achieved delicate balance between text and images. 

Voici les membres du jury, dont j’ai l’honneur d’être membre. 🙂

https://bolognachildrensbookfair.com/en/awards/bolognaragazzi-award/2023-braw-photography-jury/9940.html

 

“1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant”, le programme est en ligne !

https://c.bnf.fr/QWB

Jeudi 9 mars, BnF – Petit auditorium

9h             Accueil

9h30         Ouverture

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (sous réserve)

9h45         Conférence inaugurale

Michel Defourny, maître de conférences honoraire à l’Université de Liège

Photolittérature de famille

Présidente de séance : Marine Planche, adjointe au responsable du Centre national de la littérature pour la jeunesse

10h30       Josephine Peary : le récit colonialiste dans l’autobiographie photo-illustrée pour les enfants? Paul Edwards, Université de Paris cité

11h00       Questions et pause

11h15       Albums de famille : quand la photolittérature pour enfants écrit le roman familial, Laurence Le Guen, Université Rennes 2-CELLAM

11h45     Representations of Photographs in Children’s Literature : A Different Kind of Photoliterature, Alya Farzana Shamshul Ariffin, University of York

12H15 Questions 12h30 Déjeuner libre

13h30  Visite d’une exposition à la Réserve des livres rares (sur inscription)

 Grandes figures

Présidente de séance : Mathilde Levêque, maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, présidente de l’Afreloce

14h           Living images : Bruno Munari’s photograpy projects for children Marnie Campagnero, Université de Padova

14h30       Les albums de Tana Hoban : à la croisée des recherches graphiques des années 1970 Dominique Versavel, BnF/département des Estampes et de la photographie

15h           Le patrimoine photographique dans le livre pour enfants : l’exemple de la collection « Révélateur » Ivanne Rialland, Centre Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université Paris-Saclay

15h30       Questions et pause

15h45       Table ronde : La médiation auprès des enfants

Table ronde animée par Laurence Le Guen, avec :

Yveline Loiseur, autrice

Elisabeth Lortic, formatrice, co-fondatrice des Trois Ourses

Daniela Matiz Borda, responsable de la médiation culturelle à la Maison de la photographie Robert Doisneau

Andrea Eichenberger, photographe et médiatrice culturelle

16h45       Questions

17h           Visite d’une exposition à la Réserve des livres rares (sur inscription)

 

Vendredi 10 mars 2023, Médiathèque Françoise-Sagan

9h15         Ouverture,

Marie Robert, directrice de la médiathèque Françoise-Sagan

Apprendre par la photographie

Présidente de séance : Hélène Valotteau, responsable du pôle jeunesse et patrimoine de la médiathèque Françoise- Sagan

 

9h30 Enfants d’images : photographie, enfance et universalisme dans les années 1950 Guillaume Blanc, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

10h  Grandeur et décadence de la photographie dans les albums documentaires pour la jeunesse Florence Gaiotti, INSPE Hauts de France

10h30       Les imagiers photographiques : miroir du monde ou monde à part ?Éléonore Hamaide-Jager, Université de Lille

11h Consommation d’images par les plus jeunes dans la culture remix Gyöngyi Pal, Université Mate, Hongrie

11h30       Questions et pause 

11h45       Table ronde : créer et éditer aujourd’hui

Table ronde animée par Norela Feraru, Université Rennes 2-CELLAM, avec :

Francine Bouchet, La Joie de lire

Claire Dé, autrice

Isabelle Gil, autrice

12h45       Déjeuner libre

Grands thèmes de la littérature pour la jeunesse

Présidente de séance : Marie Robert, directrice de la médiathèque Françoise-Sagan

14h30       Regards sur l’enfance : les contes d’Andersen au prisme de la photolittérature Christiane Connan-Pintado, Université de Bordeaux

15h           Images de la docilité animale ou la pédagogie morale d’Harry Whittier Frees Vincent Lavoie, Université du Québec

15h30       Questions et pause 

15h45       Table ronde : Archives et patrimoine

Table ronde animée par Laurence Le Guen, avec :

Françoise Denoyelle, professeure des universités émérite et commissaire d’exposition

Francine Deroudille, Atelier Robert Doisneau

Yves Mestrallet, éditions MeMo

16h45       Questions

17h           Clôture

17h           Visite guidée de l’exposition « Lire l’enfance avec les éditions MeMo »

Informations pratiques

Jeudi 9 mars 2023

 

Bibliothèque nationale de France

Site François-Mitterrand, Petit auditorium, Quai François Mauriac – 75013 Paris

RER C et Métro Ligne 14 – Bibliothèque François- Mitterrand

>> Plan d’accès

Vendredi 10 mars 2023

 

Médiathèque Françoise-Sagan

8 rue Léon Schwartzenberg – 75010 Paris Métros : Lignes 4, 5, 7 – Gare de l’Est

Bus : 32 – Faubourg Saint-Denis

> Plan d’accès

Inscriptions sur bnf.tickeasy.com (à partir de janvier 2023)

Mon Ane Benjamin, histoire extraordinaire mais vraie…

Mon âne Benjamin, Hans LIMMER, photos de Lennart Osbeck, Paris, Fernand Hazan, c. 1969. 23 cm, 48 p.,

En 1969, les éditions Fernand Hazan publient Mon âne Benjamin, avec le texte de Hans Limmer et les photos de Lennart Osbeck. L’ouvrage de 48 pages est l’édition française d’un ouvrage paru l’année précédente en Allemagne, chez Hanns Reich Verlag  Mein Esel Benjamin eine erstaunliche, aber bestimmt wahre Geschichte für Kinder und große Leute, erzählt von Susi (Une histoire extraordinaire mais histoire vraie racontée par petits et grands par Suzie). Le livre est également traduit en plusieurs langues et devient My Donkey Benjamin (Hill and Wang, New York, 1969) en langue anglaise, Mit æsel Benjamin en Danois (Jespersen og Pio, Kbh, 1969) 

53 ans plus tard, le livre est considéré comme un classique de l’autre côté du Rhin, a été réédité plus de quarante fois et traduit dans de nombreuses langues.

Terre di Mezzo Editore, 2022, 56 p.

Le Bulletin de la Joie par les Livres le chronique  en ces termes  dans son numéro 22 de 1970 :” Une toute petite fille, Suzie, trouve un compagnon de jeux et de promenade : l’ânon Benjamin. Les illustrations sont de très jolies photographies, pleines d’air et de soleil : une maison blanche, au sol des galets ronds orné de motifs décoratifs, les jeux des deux amis, la nourriture, la toilette, les rues d’une île méditerranéenne dont on aurait aimé savoir le nom… L’entente de l’enfant et de l’animal fait le charme de cet album. La découverte de Benjamin, un peu d’émotion quand Suzie, au cours d’une escapade, se croit perdue, font la trame légère de cette petite histoire dont on sent que l’essentiel a dû être vécu. Le texte, disposé en lignes courtes de gros caractères, accompagne les images d’un commentaire attribué à la petite fille. Il suit bien les photographies qui, d’ailleurs, parlent d’elles-mêmes. C’est un album réussi qui plaît aux petits et aux grands”.

La photographie de couverture -portrait en plan serré d’une fillette qui enlace tendrement un jeune ânon- donne le ton. Tous deux semblent fixer le lecteur et l’inviter à  découvrir un récit d’amitié entre cette petite fille aux joues rebondies et un animal, qu’il faut bien appeler Benjamin puisque son nom figure au dessus du portrait. Ce motif du couple de l’enfant et de son animal,  ou de son objet fétiche,  est un classique de la littérature de jeunesse et n’est pas sans rappeler les ouvrages photographiques d’Albert Lamorisse publiés à la même époque, Bim le petit âne, Crin Blanc ou Le Ballon rouge, qui narrent eux aussi les aventures de duos inséparables . On pense aussi à la collection “Amis-Amis” parue chez Hatier à la même époque, mais cet ouvrage n’a rien de didactique.

Une autre couverture donne à voir la fillette embrassant l’âne sur son museau, image que l’on retrouve dans le livre, mais ce choix tient davantage le lecteur à distance. 

Au verso de l’ouvrage, on retrouve la fillette, dans un portrait en pied (figurant dès la première page) en regard du texte “Benjamin c’est mon ami. Il habite chez nous et il joue avec moi depuis le jour où nous l’avons trouvé. Voici comment les choses sont arrivées… mais non pourquoi les raconter ? Il vous suffit de lire ce livre puisque tout est là. Comment Benjamin est venu chez nous ; ce que nous faisons ensemble et les grandes aventures qui nous sont arrivées”. Ce texte, ainsi que  le sous titre “Une histoire extraordinaire mais histoire vraie racontée par petits et grands par Suzie”, semblent indiquer que texte et photographie sont là pour attester de ce qui est arrivé, pour témoigner  de cette  relation particulière entre l’enfant et l’animal, de leur errance dans l’île et leur retour au foyer. 

 L’ouvrage accueille 36 photographies en noir et blanc, de une à deux images par double-page, souvent reproduites en pleine page. La fillette et son compagnon figurent sur toutes les images. “Sa fourrure est douce , regardez” ordonne la fillette au lecteur. Et justement, les photographies bénéficient d’une belle qualité d’impression qui donne du relief aux galets, de l’aspérité aux rochers, du velours aux poils de l’animal. Si aujourd’hui ce n’est sans doute pas le cas, la photographie de la fillette nue sur une plage ne devait pas surprendre le lecteur à la fin des années 1960.

Le texte est disposé en regard ou au-dessus des images et complète ce que ne disent pas les photographies avec cette voix de l’enfant qui raconte à la première personne,  donne des détails sur ses sentiments, rapporte les dialogues entre elle et son père, parle de l’île sur laquelle ils vivent, évoque le départ familial de la grande ville pour ce village, décrit les jeux et nomme les personnages figurant sur les images.

En 2017, Susanne Schäfer-Limmer racontait à Candice Pires les coulisses de la réalisation de cet album et les conséquences de sa publication dans un article pour The Guardian, “People wanted to meet me and the donkey’: my role in a bestselling children’s book”, à l’occasion de sa réédition par Scribe Publications.

Susanne Schäfer-Limmer recalls finding a donkey on Rhodes, and how her father turned the story into a simple tale.

Fri 17 Feb 2017 

Igrew up in a village on the Greek island of Rhodes. My parents moved there from just outside Cologne in 1966, when I was a year old. They had wanted a more simple life, and they had been to Greece a few times and fallen in love with the Mediterranean light and Greek hospitality. Our house had no running water and only a little electricity, but we lived by the sea and it was beautiful.

One day, when I was two, we found a young donkey in the village. It had probably been abandoned by someone who couldn’t afford to keep it. We christened it Benjamin. I don’t know whose idea it was, but my father, Hans Limmer, and a Swedish friend of his in our village, Lennart Osbeck, thought it would be fun to make a children’s book about it – neither of them had written one before.

My father wrote the story and Lennart took pictures. They used me as the main character. It’s a simple children’s tale about a father and daughter who go for a walk, find a baby donkey and bring him home. The donkey becomes part of the family; the little girl takes him to the hills, to the beach, she shows him her cat, introduces him to her baby sister.

The book was published in Germany in 1968, as Mein Esel Benjamin, and sold well – enough for us to live on – and is now on its 42nd edition; it was also translated into English and other languages, and has sold more than two million copies worldwide.

We didn’t keep the donkey for long. Donkeys were everywhere, and they were very much working animals – there were hardly any cars on the island, so they were mainly a means of transport.

Due to the book’s popularity in Germany, and because our village was easily identifiable in the photographs, we occasionally had people from Germany show up at our house, wanting to meet me and the donkey. I didn’t like it, and would always disappear to my room while my parents would ask them to respect our privacy. The books weren’t published in Greece, so no one at school knew about them.

I never loved the book as a child: I think it was because it was me, but it didn’t feel like me. My childhood might sound idyllic, but we weren’t out picking flowers all the time, and we lived without the luxuries of a washing machine or a telephone. Saying that, we had a lovely time: it was nice to go swimming all summer long.

I left Greece and went back to Germany when I finished school, but my parents stayed on. Now I’m 52. I’ve had four children, but I haven’t read the book to them very often; they’ve never been that interested in it. But lots of people my age remember it. No one would recognise me as this child now.

After this book did so well, my father wrote another: it featured my sister and was called My Pig Paulina – I really like that one. Dad died in Greece two years ago, aged 88. He carried on writing for himself, and I’m still going through all his things. In the new edition, My Donkey Benjamin is called a “Modernist classic”: he’d be tickled by that.”

Hans Limmer publiera d’autres ouvrages photo-illustrés associant un enfant et un animal dont My Pig Paulina et Mein Kangurü Fanny. 

Scribe, Brunswick, Victoria et 2016

Merci à Raphaële Botte pour la découverte !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Picolo et Piccolette à Paris, du dessin animé à l’ouvrage photo-graphique

·       Picolo et Piccolette à Paris, Jean Image – Éditeur : Hachette, collection : Les Grands Albums, 32 pages, 1965

En 1965, Hachette publie dans sa collection “Grands Albums” l’ouvrage Picolo et Piccolette à Paris.  La couverture accueille sur un bandeau jaune la mention “D’après les dessins animés diffusés par la télévision française”, avec le logo de l’ORTF.

Cet album, signé Jean Image, reprend les personnages et les décors des épisodes parisiens de sa série de 26 dessins animés de cinq minutes  Picolo le Petit Peintre puis Picolo et Piccolette diffusés à partir de l’automne 1964. Dans la série, comme dans l’ouvrage, les décors dans lesquels évoluent des personnages sont des photographies en noir et blanc de la capitale. https://www.youtube.com/watch?v=I9ywekmPYvQ

Bien évidemment la sélection des photographies de Paris n’échappe pas aux stéréotypes. On y retrouve plusieurs vues de la Tour Eiffel, dont une en couverture, d’autres de Notre-Dame, un aéroport et un avion de la compagnie Air France, une vue de l’Arc de triomphe, des Champs-Elysées, du Pont-Neuf, de l’extérieur et de l’intérieur du Louvre -La Joconde n’avait pas encore été mise derrière une vitre- du Sacré Cœur, de l’Opéra, des bouquinistes et d’une terrasse de bistrot parisien. 

La mise en page de ces photographies  varie entre la pleine double-page et les deux images par double-page pour accueillir texte ou dessins. Les photographies sont reproduites dans un ton gris qui écrase tout volume et semble envelopper la capitale d’une légère brume qui convient à l’irréalité des scènes.

Ces photographies vides de tout humain grouillent en revanche d’une multitude de personnages colorés, au corps triangulaire, aux membres dessinés d’un simple trait noir et aux bouches édentées. Ces ajouts dessinés s’intègrent généralement parfaitement  aux décors photographiés, mais parfois offrent quelques défauts de perspective, qui ne sont pas sans rappeler les tentatives de plaçage de personnages dans  les cahiers de gommettes.

On y croise donc une ribambelle de personnages caricaturaux, parmi lesquels  des touristes du Maghreb en djellaba et babouche, une écossaise en kilt et béret à rayures, un riche homme d’affaire avec cigare, un anglais à parapluie et des joueurs de guitare à la frange trop longue… 

De page en page, le lecteur suit les aventures des personnages principaux :  Picolo, un petit peintre (on dirait un des amoureux  de Raymond Peynet), Picolette, sa fiancée  qui d’une page à l’autre ne quitte si son rouge à lèvre ni son étoile sur la tête comme toute “vedette”, et leur chien Polka.  Ce faisant, il participe à une visite guidée de Paris, accompagnée par la voix d’un  narrateur-guide  aux commentaires un peu didactiques :  ” Pour visiter la Tour Eiffel, on peut utiliser les escaliers ou l’ascenseur”,  “La Cour Carrée du Louvre est un chef d’œuvre d’architecture”, ou encore “Nous voici maintenant dans le célèbre musée du Louvre où des milliers de tableaux, de statues et d’œuvres d’art sont exposés”. Chaque découverte d’un lieux de la capitale est toutefois immanquablement perturbée par la présence intrigante d’un étrange personnage déguisé muni d’un appareil photo (mais qui est-il ?) ou la survenue d’un évènement rocambolesque, comme l’arrivée d’une souris qui sème la pagaille dans les couloirs du Louvre. 

 Il y a du Où est Charlie dans cet ouvrage lorsque le lecteur est invité par le narrateur à dénicher Picolo et Piccolette dans la foule qui se presse à Montmartre ou ce mystérieux photographe qui se cache. Il faut encore retrouver à quelles pages de l’album correspondent des vignettes-photographies de Piccolette qui figurent dans l’ultime page de garde. Les double-pages fourmillent de détails amusants qu’il faut prendre le temps de chercher. Il y a également de la bande -dessinée dans cette novellisation, avec ces personnages dessinés bien sur, mais aussi avec ces bulles qui les surplombent parfois, ces variations de typographie.

La série des Picolo a connu un grand succès et entraîné la vente de nombreux produits dérivés : cartes postales, porte-clés, figurines, disques, jeux de cartes et une série d’ouvrages dans laquelle s’inscrit cet album.

Même si aujourd’hui ces images nous semblent bien désuètes, stéréotypées, voire mal imprimées, il se dégage de ces images du Paris des années 60 une certaine poésie, un charme suranné et beaucoup d’humour. Une jolie découverte.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Moi toute seule, ou les jeux photo-graphiques de William Wondriska

16 x 24 ; Pagine: 48

Graphiste, auteur et illustrateur de livres pour enfants, William Wondriska est né à Chicago en 1931. Après avoir obtenu un BAE du Chicago Art Institute en 1953, il étudie la conception graphique à la Yale School of Art. Après son service militaire, il travaille dans l’entreprise du  graphiste Lester Beall à Wilton, puis enseigne à l’école d’art de Hartford.

En 1961, il  fonde Wondriska Associates, un bureau de design qui se fait connaître en développant des programmes d’image et de marketing pour des géants de l’entreprise et des institutions artistiques et éducatives, parmi lesquels la Walt Disney Company, le Wadsworth Museum of Art ou le Museum of Fine Arts de Boston.  Son entreprise remporte de nombreux prix d’excellence créative et ses productions figurent dans de nombreuses publications professionnelles au niveau mondial. 

Plusieurs de ses ouvrages ont été primés et certains ont été utilisés en classe. Sept de ses livres pour enfants ont récemment été réédités en plusieurs langues, notamment All The Animals Were Angry ( Corraini Edizioni, 2011), All By Myself (Holt, 1963 ; Corraini Edizioni, 2010), A Long Piece of String (Chronicle Books, 2008) et Puff (Corraini Edizioni, 2013 ; Rizzoli International Publications, 2015). William Wondriska est décédé en 2016.

Faire simple, bannir le verbiage excessif, utiliser le design comme une aide à la communication sont les principes créatifs qui gouvernent son travail. L’ouvrage Tutto da Me en est l’illustration.

“C’era una volta una bambina di nome Alison, che sapeva fare tante cose da sola.” Dans Tutto da Me, (All by Myself),  William Wondriska enregistre  les émotions de sa petite fille de cinq ans, Alison, qui découvre le plaisir de faire des activités  toute seule, entre réalité et imagination : manger une glace, ouvrir des lettres, réciter l’alphabet, compter jusqu’à dix… mais aussi écouter la pluie, piloter un avion, chevaucher un éléphant et aller sur la lune… 

William Wondriska consacre ce livre entier à sa fille qui figure sur tous les espaces , de la couverture aux pages intérieures, en passant par les pages de garde : portraits photographiques de la fillette en pied, détourés, avec ou sans accessoire, debout ou assise, fixant le lecteur ou photographiée de profil, simples visages insérés dans des graphismes.. Le lecteur n’a aucun doute sur l’origine de la voix qui s’exprime, avec cette narration à la première personne- “Io so”-, avec ce prénom dans la première phrase et ses portraits omni-présents. Il suit ses activités, comme il consulterait un journal de bord…  Pour autant, le processus d’identification fonctionne. Textes et images se combinent pour dire la vie quotidienne et le théâtre intérieur de n’importe quel enfant.

Si le texte, très musical, occupe l’essentiel de l’espace livresque dans les premières pages, il cède petit à petit  la place à des créations graphiques, jeux et variations typographiques, complétés de  photographies de la jeune Alison (ou de son père en chauffeur de car scolaire), qui occupent l’essentiel du cadre, au fur et à mesure que l’imaginaire l’emporte. L’ouvrage est mentionné chez ses éditeurs comme étant un des premiers livres pour enfants  mêlant graphismes et photographies

 

Sur le site de l’éditeur : Tutto da me (corraini.com)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

“Kittens and Cats”, chatons et chats pour apprendre à lire en 1911

Kittens and Cats, A First Reader (ou a Book of Tales) est publié en 1911 chez HOUGHTON MIFFLIN COMPANY aux Etats-Unis. Il est signé  EULALIE OSGOOD GROVER (1873-1958),  autrice des séries THE SUNBONNET BABIES’ PRIMER et THE OVERALL BOYS,  livres illustrés de dessins pour les premiers lecteurs et qui connurent un grand succès.

Cet ouvrage de 104 pages accueille 41 portraits ou mises en scène photographiques de chats costumés, dont un en frontispice et un autre en médaillon inséré en page de garde. Selon la page de garde, ils sont signées de la Rotograph CO. éditeur de cartes postales, mais certains sont clairement attribuables à Harry Whittier Frees.

Dans ce livre pour enfants, ces portraits sont cernés d’un cadre floral et animalier qui accueille le nom de l’animal portraituré :  “The Queen”, “Granny Gray”, “The sweet singer”, ou une légende :”I have a new Bonnett” ou encore “we are all here”. Ces mots imposent un nouveau sens ou une nouvelle lecture aux images. 

The Mouse Trap, n.p.
The Dandy of the village, Harry Whittier Frees, 1906

Parfois, le texte se charge de faire une allusion aux photographies comme lorsque le chat emprunte le pantalon de son père et demande l’avis de la reine, et ce faisant des lecteurs : “I think i look fine, don’t you !”

Ces tableaux  de chats photographiés sur fond noir ou dans un décor à leur taille, imprimés en quart de page ou en pleine page,  accompagnent de petits poèmes en regard ou en-dessous, dont le premier semble écrit par la reine des chats en personne :

“I am the Queen of all the Kittens.

I am the Queen! the Queen!

Come, all you kittens and cats.

Hear what I have to say.

To-morrow I give a grand party.

The party will be in my palace.

You are all invited from the biggest to the littlest,

from the oldest to the youngest,

from the blackest to the whitest.

So wash your paws and shine your fur.

Forget your naughty tricks and do not one of you dare be late to your Queen’s party.

To-morrow at one o’clock.

Dans les pages à suivre,  d’autres chats, grands ou petits, se succèdent et prennent la parole pour narrer à la première personne leurs essayages de toilettes pour le grand jour, leurs tentatives pour échapper à la corvée, leurs regrets de ne pouvoir  assister à la fête. D’autres encore content une histoire à la reine ou lui chantent de petites comptines rimées et rythmées. Les animaux sont anthropomorphisés à la fois par leur costume, le décor à leur taille dans lequel ils évoluent, leur attitude humaine et le discours qu’ils tiennent.

Hickory, dickory, dock,
The mouse ran up the clock;
The clock struck one,
And down he run,
Hickory, dickory, dock.’
 
ou encore 
 
Did you ever see the kittens three
That lost their mittens so red?
They hopped in chairs and looked about,
And ‘mee-ow’ and ‘mee-ow,’ they said.
 
Le récit de cette folle soirée se termine sur :
“The book is done, the tales are told;
Don’t wake me with your noise.
For I’m as tired,—as tired, I guess,
As many girls and boys”.
 
Comme l’indique la postface “A Word to the Teacher”, ce livre est destiné à la lecture scolaire et s’adresse aux enseignantes à la recherche pour leurs élèves d’ “une saine stimulation de la pensée et du plaisir”, d’ “une instruction et une aide précieuses dans les mécanismes de la lecture”, d”un livre suffisamment littéraire dans son style et artistique dans sa forme pour susciter le respect et l’amour des enfants”, d’un ouvrage suggestif, dramatique et éthiquement sain” .
 
EULALIE OSGOOD GROVER explique ensuite que le recours aux  chats, un des meilleurs compagnons de jeu de l’enfant, ne peut que susciter l’intérêt ce dernier qui s’en trouvera stimulé et aura plus de facilités dans  l’apprentissage de la lecture. 
 
L’autrice propose encore quelques pistes d’exploitations possibles de l’ouvrage. Les institutrices sont invitées à faire d’abord parler les enfants à partir de leur propre expérience avec leurs chats. Elles peuvent également proposer à leurs élèves de constituer des frises avec les portraits de chats (les images étaient-elles donc amovibles ?). Elles peuvent même créer un spectacle à l’issue de la lecture de l’ouvrage.
A la suite de ces conseils, l’autrice conclut :  “Books of this nature have proved a great stimulus to thoughtful and fluent reading, which, after all, is the high aim in primary work.” (Les livres de cette nature se sont révélés être un grand stimulant pour une lecture réfléchie et fluide, ce qui, après tout, est le but principal du travail primaire).
 

Que veut dire “de cette nature ” ? Il n’est pas  fait clairement mention de l’intérêt de l’usage de la photographie dans les apprentissages. On notera néanmoins que sa présence dans un livre pour enfants ne vient en rien contrecarrer l’idée que l’on se fait d’un bon et beau livre pour les plus jeunes, puisqu’il est question d'”intérêt artistique” et de “saine stimulation”. Et même on peut lire, devant ces pages les enfants “se délectent de leurs histoires ou de leurs images”.

Notons enfin que, si l’autrice puise, entre autres, dans des photographiées réalisées par Harry Whittier Frees qui s’est fait une spécialité de ses images d’animaux  costumés, elle exprime néanmoins  un souci de la cause animale lorsqu’elle écrit en postface : “Ils sont vivants. Ils doivent être traités avec gentillesse. Ils ne supporteront pas les mauvais traitements et la négligence dont sont victimes de nombreuses belles poupées. Ils demandent de l’attention et de la compagnie, et ils retournent une véritable dévotion pour la gentillesse et les soins”.

Qui en douterait ? 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Dans la sélection du prix Nadar 2022 !

PRIX NADAR 2022 – LES DIX LIVRES REMARQUES PAR LE JURY

Voici les 10 livres remarqués par le jury du Prix Nadar Gens d’images 2022:

“Ukraine, Hundred hidden faces” de Emeric Lhuisset, édité par André Frère Editions et Paradoxe-NL”Tropism,

Consequences of a Displaced Memory” de Nhu Xuan Hua, édité par AREA BOOKS

“Je t’aime, je t’aime” de Léo Berne, édité par Echo

“Siempre Que” de Celine Croze, édité par Editions lamaindonne

“Wuhan Radiography” de Simon Vansteenwinckel, édité par Light Motiv

“Tisser sa toile” de Tina Merandon, édité par Loco

150 ans de livres de photolittérature pour les enfants” de Laurence Le Guen, édité par Memo

“Les métamorphoses” de Letizia Le Fur, édité par Rue du bouquet”Absentee” de Sayuri Ichida, édité par the(M)

Pour rappel, le Prix Nadar Association Gens d’images 2022 a été décerné à “Siempre Que”, photographies de Celine Croze, édité par Lamaindonne.

Merci au jury du prix Nadar.

Venez (re)découvrir la photolittérature jeunesse

Rencontre avec Philippe-Jean Catinchi à la librairie Floury Frères de Toulouse jeudi 10 novembre à 18h 30.

Cycle[DÉPAYSAGES – livre illustré ou album, une histoire, un présent, quel avenir ?]

Il s’agit ici de partager des expériences, de donner à réfléchir et de mettre en valeur des livres, des collections, des maisons d’édition indépendantes ou à la publication mesurée. Les fonds patrimoniaux auront tout autant leur place que la création contemporaine. Ce cycle se mènera avec comme fil conducteur cette fameuse phrase de François Ruy-Vidal : « Il n’y a pas d’art pour l’enfant, il y a de l’art. Il n’y a pas de graphisme pour enfants, il y a le graphisme. Il n’y a pas de couleurs pour enfants, il y a les couleurs. Il n’y a pas de littérature pour enfants, il y a la littérature. » Vivre la littérature jeunesse au-delà des frontières de l’âge car c’est une littérature pour toutes les générations.


DISCUSSION #3 : LAURENCE LE GUEN, autrice du livre Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants, Editions MeMo, 2022Rencontre animée par Philippe-Jean CatinchiAu 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.Préface de Michel Defourny.–Autrice d’une thèse sur les ouvrages photographiques pour enfants, commissaire d’exposition et présidente de l’association Les Amis d’Ergy Landau, Laurence Le Guen est chercheuse associée au laboratoire du Cellam à l’université Rennes 2, membre de l’Afreloce et professeure de lettres. Elle anime le site Miniphlit, dédié à la photolittérature jeunesse. Elle publie régulièrement des articles dans les revues spécialisées Histoires littéraires et Revue de photolittérature, et intervient dans des colloques internationaux ayant pour objet la photolittérature de jeunesse. Elle participe à la redécouverte du travail de la photographe Ylla, dont elle a postfacé les rééditions de Deux petits ours et Ils l’ont tous vu.

*visuel réalisé par Eva Offredo

Avec le soutien de Toulouse Métropole

Portraits de pays dans les collections jeunes publics dans la revue Textimage de l’automne !

Ce dossier réunit les contributions des chercheurs présents aux deux journées d’étude organisées par le Greces-Cellam de l’université Rennes 2 et portant sur les portraits de pays dans les collections d’ouvrages pour la jeunesse. 

Extrait de l’introduction : 

“Du récit de voyage imaginaire du début du XXe siècle aux documentaires fictionnels des années 1950 ou ceux d’aujourd’hui, le genre du « portrait de pays » forme une importante catégorie de la littérature pour la jeunesse, même si ce terme est encore peu usité pour désigner ces ouvrages qui présentent, directement ou indirectement, des territoires. Il s’agit d’ouvrages destinés aux enfants pour mettre en livre le monde, dire l’espace et la spatialité, décrire l’ici et l’ailleurs, par le texte et/ou par l’image, par la fiction ou le documentaire, par la photographie ou l’illustration graphique. Ces livres, majoritairement rassemblés sous formes de collections déterminées, proposent une « connaissance du monde », conjuguent la notion de spatialité avec celles de pays, au sens large de l’acception du mot, d’identité nationale ou régionale et d’altérité. Ces séries ont souvent été pensées pour faire connaître la vie d’enfants d’ailleurs, avec l’intention de contribuer à la paix entre les peuples tout particulièrement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Prenant en quelque sorte la suite des études sur les « Portraits de Pays » en photolittérature, initiés par David Martens et Jean-Pierre Montier notamment, ce dossier explore les « Portraits de Pays » dans les collections éditoriales à destination de la jeunesse.

A partir d’un panorama d’ouvrages tirés d’espaces géographiques et de temporalité différents, les articles de ce dossier questionnent le portrait de pays pour la jeunesse sous l’angle de son histoire, de sa matérialité, de ses évolutions et variations, de sa représentation, de sa circulation et de sa réception. Il tente d’esquisser une généalogie du genre et de dégager les marqueurs génériques de cette production destinée à la jeunesse. L’utilisation d’un patrimoine iconographique questionnant la génétique de ces œuvres, les analyses présentées portent également sur les liens complexes entre le texte et l’image, afin d’approcher un « portrait » de pays qui partage avec les arts visuels de nombreux points de convergence et examinent comment s’articulent dans ces portraits les relations entre textes et images, dessinées ou photographiques. Ces analyses ambitionnent également de mesurer la logique de collection – de nombreuses séries déclinant pour chaque titre, le quotidien d’un enfant dans un pays différent – et l’impact de la mise en série tant du côté des auteurs et autrices que de celui des lecteurs et lectrices.”

La suite est à découvrir ici : 

http://revue-textimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/introduction1.html 

Au sein de ce dossier on trouvera plusieurs articles portant sur des collections photo-illustrées : 

Laurence Le Guen , Sur le seuil des collections phototextuelles de portraits de pays pour la jeunessehttp://revuetextimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/leguen1.html

Elina Druker, Idéologie et exotisme – Anna Riwkin et Children of the World, http://revuetextimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/drucker1.html

Caterina Ramonda, Regarder le monde dans la presse et les collections pour la jeunesse italienne des années 1960/1970 http://revuetextimage.com/conferencier/12_portraits_de_pays/ramonda1.html

 

Dans le secret de la boîte noire de Daguerre : Rencontre avec Andrea Eichenberger.

Découvrir l’histoire de la photographie par le jeu.

Nous poursuivons nos entretiens avec les acteurs de la chaîne du livre, les professionnels de la photographie et ceux du monde éducatif qui initient leurs élèves aux techniques et à l’Histoire du médium.

Retour sur un atelier mené dans deux classes de CE2 de Bry sur Marne, ville de Louis Daguerre, par Andrea Eichenberger, photographe.

Qui êtes-vous Andrea Eichenberger    ?

Je suis brésilienne et je vis à Paris. J’ai d’abord mené des études d’art au Brésil. Je suis venue en France pour entreprendre des études de photographie mais  je ne suis pas arrivée à temps pour m’inscrire au master photo de l’université Paris 8. J’ai ensuite fait un master puis un doctorat en anthropologie à l’université Paris 7 en emportant avec moi la photographie comme objet de recherche . J’ai travaillé sur l’appropriation  de la photographie dans une communauté indigène du sud du Brésil. En France, j’ai  réalisé un projet photographique en prison, notamment celle de Beauvais, et également au centre psychiatrique de Valenciennes.

En 2017 je suis devenue maman et naturellement je me suis intéressée à la littérature pour enfants et particulièrement aux ouvrages photographiques. Au début de la pandémie de Covid, mon fils avait 2 ans et demi et j’ai commencé à prendre des photos avec lui pour raconter ce qui se passait dans notre vie, avec le projet d’en faire un livre. Après la pandémie, Michel Poivert et Francis Jolly m’ont invitée à travailler avec des enfants à Bry sur Marne, dans le cadre d’un un projet scolaire. 

Ouvrage réalisé pendant le confinement

Qu’est-ce que le Collège International de Photographie de Bry sur Marne ?

Michel Poivert a lancé ce projet il y a quelques années. Son idée était de créer un conservatoire de la photographie. Ce n’est pas vraiment un musée pour l’instant. Il faut d’abord restaurer la maison de Daguerre afin de créer  un espace pour accueillir des artistes qui pratiquent les anciens procédés photographiques et qui les relient aux nouvelles pratiques. Cet espace accueillerait  des résidences d’artistes, un atelier argentique, un atelier numérique. Les connaissances en matière de photographie circuleraient aussi en dehors de ce milieu avec des interventions en milieu scolaire, en maison de retraite, en prison en autres.

Visite de la maison Daguerre à Bry sur Marne

Quel a été votre rôle lors de ces  premiers ateliers ?

Ce projet avec deux classes de l’école Daguerre de Bry sur Marne fait partie du programme d’interventions. Au cours de l’année scolaire 2021-22, j’ai mené un atelier sur plusieurs séances avec deux classes de l’école Daguerre située à côté de la maison du même nom. Je leur ai apporté des connaissances techniques et leur ai fait découvrir  l’histoire de la photographie, par la manipulation : on a commencé avec la Camera Obscura, pour voir comment l’ image se forme. On a appris l’histoire de la photographie grâce à un jeu de cartes. Nous avons ensuite fabriqué ce petit livret destiné à  raconter l’Histoire de la photographie à d’autres enfants.  Les enfants ont rejoué l’histoire de la rencontre entre Nicéphore Niepce et Louis Daguerre et l’annonce officielle de l’invention de la photographie.

Ce petit live est une mise en récit de l’histoire de la photographie pour les enfants, faite avec des enfants.  Ce livre fonctionne aussi comme une trace de leur travail et il est signé par tous. 

Fabrication de chambres noires
L’étrange boîte noire, ouvrage collectif réalisé pendant l’année scolaire 2021-22

Avez-vous constaté une évolution des enfants par rapport à la technique photographique, à son langage ? 

Ils connaissent très bien le maniement de l’appareil photographique du  portable de leurs parents !  Certains ont déjà vu de vieux appareils mais ils ne connaissaient ni la pellicule, ni le développement. Je leur ai montré un négatif, une conversion en positif. Nous avons aussi fait beaucoup de visites puisque nous avons la chance d’être dans le ville de Daguerre.  Nous avons visité l’exposition permanente et l’église de Bry qui conserve le dernier diorama. Le fait d’être dans cette ville, de pouvoir venir et revenir sur les lieux liés à l’Histoire de la photo a certainement facilité l’ imprégnation. Certains enfants sont revenus avec leurs parents . Leur faire raconter cette Histoire dans un livre a aussi beaucoup aidé pour qu’ils la retiennent. 

Exposition Daguerre à la mairie de Bry sur Marne

Connaissaient-ils des livres photographiques ? 

Je n’ai pas cette impression. Je leur ai montré celui d’ Yveline Loiseur et celui de Sarah Moon, Le petit chaperon rouge. Peu d ouvrages racontent des histoires avec de la photo, en fait. Au moins, ils ont constaté que les ouvrages pouvaient être illustrés par la photo et pas seulement par le dessin.

Avec vous un projet d’album photolittéraire vous-même ?

Je développe un journal dans ma ville, au Brésil, autour des problématiques politiques. Nous avons ainsi présenté un lieu naturel menacé par la spéculation et une autre fois un projet de destruction d’un élément historique du centre-ville. A chaque fois, le numéro accueille un texte écrit par un architecte urbaniste, mais également un conte écrit par une anthropologue, ainsi qu’une série de photographies.

Bien sûr j’aimerais créer un album photolittéraire pour enfants mais je ne suis pas écrivain et je ne sais pas inventer les histoires. J’attends de rencontrer quelqu’un qui conte ! 

Le site d’Andrea Eichenberger : http://www.andreaeichenberger.com/

Les images de cet article ont été prises à l’occasion d’ateliers mis en place et accompagnés par le Collège international de photographie. Elles ne sont pas libres de droits.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

La photolittérature jeunesse à l’honneur dans Citrouille !

La magazine Citrouille, édité par les librairies Sorcières, consacre son numéro de rentrée à la photolittérature jeunesse, avec au sommaire une présentation de 150 ans de photolittérature pour les enfants, un article sur Maria Jalibert, Martine Camillieri, les ouvrages photo des éditions Les Grandes Personnes et une bibliophoto.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search