Tous les articles par Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Jill Hartley, photographe- poète ?

Ses petits livres carrés avec leurs couleurs et images du Mexique étaient à l’origine destinés aux plus jeunes habitants du pays, mais finalement ce sont les enfants du monde qui les ont adoptés.

Il n’y a pas besoin de connaître le nom des choses pour pénétrer dans ses ouvrages. Il faut juste se laisser guider par les couleurs, les formes, les textures et les sourires malicieux de ces enfants sur les couvertures, photographiés dans les écoles de son quartier ou chez ses amis et voisins et qui fixent le lecteur par le petit carré du viseur… Elle n’enregistre pas le réel, elle en cueille des fragments, en offre d’autres points de vue, et tend à ses lecteurs-spectateurs des invitations à s’exprimer et à jouer.

Pour bien finir l’année, Jill Hartley nous fait l’honneur de nous accueillir, avec sept heures de décalage horaire. Elle nous parle des « petits carrés » et de ses autres ouvrages.

Zapopan, Jalisco Petra Ed. 2006

Bonjour Jill Hartley, merci de nous avoir accordé un peu de votre temps.

Vous vivez au Mexique. Pourriez-vous travailler ailleurs ?

Sauf maintenant avec la pandémie, je suis privée de bouger comme tout le monde, mais autrement je ne cesse pas à voyager et à explorer d’autres pays. Depuis une vingtaine d’années je vis au Mexique, mais j’ai aussi vécu en France une quinzaine d’années et à Los Angeles, Chicago, New York et München. Mon premier livre, Poland, sorti en France aux Éditions Créaphis, recueille dix ans de voyages en Pologne aux temps de Solidarnosc. J’ai d’autres projets de livres sur Cuba, Brazzaville, Naples, les plages en Inde, etc. Ce qui m’intéresse le plus c’est de découvrir et décrire visuellement un autre univers. On pourrait dire que je suis une sorte de photo-ethnographe et donc, pas principalement une auteure de livres pour enfants. Cela est venu un peu par hasard grâce à ma relation avec Petra Ediciones, la maison éditorial mexicaine qui fait des très beaux livres d’art pour enfants ou bien pour tous les âges. Petra a publié Lotería fotográfica mexicana, en 1995, un livre/jeu destiné à tout public, mais considéré approprié pour enfants, je suppose, puisque il contient un jeu.

(Pour découvrir ce livre, c’est ici : http://www.loteria.jillhartley.net/ et lire également l’article de Ana Garralón, traduit de l’espagnol, paru dans la revue Hors Cadres en mars 2014.)

Qui sont vos maîtres en photographie ? Vous inscrivez-vous dans une filiation ? Je pense notamment aux photographes des années 30 qui avaient pour projet de nous montrer la beauté du monde qui nous entoure, et bien sûr à Tana Hoban !

La série de petits albums en carton a été inspirée par mon amie Tana Hoban qui je connaissais à Paris et qui a travaillé chez moi dans ma chambre noire à Ivry-sur-Seine avec Gail, son assistante. Quand j’ai su qu’elle est décédée fin janvier 2006, j’ai eu envie de lui faire un hommage, et donc j’ai proposé Cercle ou carré? à Peggy Espinosa, la directrice de Petra. Au départ, l’idée c’était de faire un livre pour les petits mexicains qui montre les objets de leur monde, car on voit beaucoup de livres venus d’ailleurs avec des objets méconnaissables pour les mexicains. Curieusement, ce premier livre a eu du succès en dehors du Mexique malgré le fait qu’on ne connait même pas tous les objets représentés. L’éditrice canadienne de Groundwood Books a voulu acheter les droits d’une série de quatre, et donc en 2007 j’en ai fait encore trois : Rayures+flèches, Rouge+vert, Couleurs+saveurs. Alors ce n’était plus très important que les photos montrent l’univers mexicain, seulement Rouge+vert le fait car ce sont les couleurs du drapeau. Rayures+Flèches contient des photos prises à Paris, Londres, Afrique… L’inspiration de Couleurs+saveurs était une affiche didactique Indienne. Quatre titres ont paru en France chez Didier Jeunesse, deux en Inde et il y en a six au Mexique (Pica, no pica et Trazando X). Deux nouveaux sont en préparation pour cette année, j’espère.

ça pique c’est doux, Didier jeunesse, 2013

Qui sont vos lecteurs ? Comment les imaginez-vous en train de s’approprier vos livres ? Est-ce qu’on peut les lire plusieurs fois ?

Les livres en carton sont des albums pour parler entre l’enfant et l’adulte, à poser des questions, à regarder et à chercher. Les titres donnent l’indice pour le jeu, par exemple, de chercher les cercles et les carrés dans chaque photo. Parfois une photo contient les deux choses, et puis les pages sont mélangées. Ça sera trop simple d’avoir tous les cercles sur la droite et les carrés à gauche, les bébés ne sont pas bêtes. J’invite le lecteur de me suivre dans mon jeu en cherchant dans son environnement les éléments graphiques du livre, de reconnaître ces formes et de bien regarder tout autour. J’aspire à faire des belles images plutôt complexes, que les doubles pages soient les diptyques, du fait de ma formation en dessin et peinture.

Comment naissent vos projets ? Les concevez-vous avec votre éditeur mexicain ? Avez-vous de nouveaux projets à destination de l’enfance ?

Le premier livre est fait en deux semaines mais les suivants me prennent beaucoup plus de temps car j’ai envie que chaque nouveau titre soit encore mieux et encore plus surprenant. Il faut dire aussi que je fais moi même la mise en page et les séquences de manière intuitive. L’éditrice me guide dans la sélection d’images et j’ai confiance dans son bon sens éditorial et graphique. Une fois elle m’a expliqué pourquoi j’avais mis deux images ensemble : c’était deux choses qui tournent, des toupies et des hommes attachés avec des cordes qui tournent autour d’un poteau en tombant. Je ne me suis même pas rendu compte. Tandis que le premier livre a été dédié à Tana, je crois que j’ai trouvé un langage à moi et que mes livres sont bien différents surtout dans la juxtaposition d’images en double page.

En dehors de la série préscolaire, j’ai fait des photo-illustrations pour les livres de texte magnifiques qui m’a proposé Peggy Espinosa : Italo Calvino en México, El guardagujas (prix du foire du livre à Boulogne, Italie), Sueño (prix Caniem du meilleur livre d’art mexicain de 2010), Ciruelo Amarillo (à paraître). Malheureusement aucun n’est paru en France. C’est dommage aussi qu’il n’existe toujours pas une édition bilingue de Lotería fotográfica mexicana. J’ai un autre titre en auto-édition limité : fotoTaroc – un jeu de l’image subjective, qui a été vendu aux Trois Ourses à Paris. Je prépare une seconde version avec l’addition d’un livre : un livre/jeu.

Zapopan, Jalisco : Petra Ediciones, 2006.
Foto taroc : The box set includes a book plus the playing cards with 88 photographs, some the same and many new ones..The book contains instructions in 4 languages for 4 games:
fotoTaroc, fotoNovela, fotoDomino and fotoEvoca.

Quel était votre livre préféré quand vous étiez enfant ?

Je ne me rappelle pas mes livres préférés quand j’étais enfant, mais je me rappelle que j’ai fait des vrais livres pour mes devoirs en école primaire avec des chapitres, des illustrations et un collage en couverture. Enfant, j’ai aussi inventé des jeux.

Et comment appelez-vous votre métier ? Que pensez-vous de « photographe-poète » ?

Je n’oserais pas m’appeler « photographe-poète » mais j’aime bien l’étiquette. On m’avait dit que mes photographies pourront se classifier dans le domaine de la photographie poétique et ça me fait plaisir. J’ai toujours trouvé un lien entre la photo et la poésie, aussi la musique.

Merci mille fois Jill ! »

 

Pour découvrir tous les titres de Jill Hartley : 

http://jillhartley.net/Books/Petra/Preescolar/preescolar.html

https://didier-jeunesse.com/auteurs/jill-hartley

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Dans l’objectif de Séverine thevenet : Litli soliquiétude

Litli, septembre 2019, Beurre Salé

Qui est Litli ? un lutin islandais ?  un voyageur ? un double de l’autrice partie en 2001 à la rencontre des paysages d’Islande ?

Litli,  haut comme trois pommes,  arpente les quais d’une grande ville en noir et blanc, les yeux rivés au sol et semble ployer sous le poids de son sac ou de l’ennui. Un matin, il se lève et redresse enfin la tête. Dehors, le monde est celui qu’il affichait en carte postale au mur de sa chambre. Loin des pavés gris, rectilignes et monotones, le voilà à crapahuter plein d’entrain au creux d’une nature en couleurs dont les formes étranges réveillent ses sens et font naître mille histoires dans son esprit. 

Séverine Thevenet, sa photographe, nous a accordé un entretien, l’occasion de revenir sur cette réédition de Litli Soliquiétude en 2019 et sur ses autres ouvrages mais aussi d’évoquer la difficulté pour faire accepter les livres photographiques. 

Tu indiques dans le dossier de presse de Litli :  « Il y eut la rencontre et les commentaires de quelques éditeurs, jusqu’à « Où sont les enfants ? » qui ont ouvert les bras à Litli et l’ont adopté tel qu’il était ». J’ai le souvenir moi-même d’avoir interrogé pendant mes recherches des éditeurs réfractaires à la photographie. Est-ce ce que c’est ton expérience ?

Litli, c’est ma toute première experience  d’auteure. Je suis partie avec Litli sous le bras à Montreuil et j’ai démarché des éditeurs qui me plaisaient. J’ai rencontre pas mal d’ éditeurs. Thierry Magnier a trouvé Litli très beau mais il venait d’éditer un livre avec un ourson et trouvait que c’était doublon. Ensuite, j’en ai vu beaucoup d autres. Ce qui m a surprise, c’est que, soit cela ne les intéressait pas parce que c’était de la photo, soit cela les intéressait, mais comme Litli n’est pas très réaliste, ils voulaient changer tout et ne comprenaient pas mon livre. J’étais tellement sûre de mon livre que j’ai continué et je suis arrivée chez  « Où sont les enfants ? Lui (Tieri Briet) était un vrai artiste qui défendait les photos et avait des coups de cœur. Il a dit « oui » tout de suite. C’était un beau cadeau !

Pourquoi avoir fait disparaître le texte dans cette nouvelle édition ? 

Le premier éditeur (Litli a été réédité en 2019) m’avait recommandé fortement de travailler avec un auteur parce que je n’étais pas connue et que les livres sans texte cela faisait peur aux mamans. J’ai donc accepté . Il m a présenté Catherine Leblanc. On a beaucoup retravaillé ensemble. Dans les écoles, je le présente souvent sans le texte car les photographies peuvent exister sans les mots. Les photos sont une porte ouverte pour que l’enfant raconte seul. Il n’a pas besoin d’un texte. Pour autant, certaines phrases de la première édition emmènent ailleurs et c’est chouette.  Mais quand j’ai pu le rééditer, j’ai préféré qu il n’ait pas de texte.

 


avril 2008, Litli, éditions Où sont les enfants ? avec Catherine Leblanc

Pour cette nouvelle édition de Litli Soliquiétude, nous sommes plongés dès la couverture, entièrement photographique, aux côtés de ton personnage et dans le monde qu’il découvre. Pourquoi ce changement par rapport à la première édition ? Est-ce un souhait de plonger le lecteur, dès le seuil de l’ouvrage, dans l’image et juste l’image ?

Les couvertures c’est le choix des éditeurs, souvent. C’est un écrin. L ‘editrice de « Beurre Salé » m’a dit : « On fait pleine page ! ». J’étais surprise parce que j’étais habituée à la premiere version, mais maintenant l’image saute aux yeux et c’est très bien comme ça.

Dans la première édition, qui était donc le narrateur ? Était-ce Litli, qui s’adressait au lecteur ? Souvent il semble nous fixer de ses deux petits yeux noirs d’ailleurs.

L’autrice ne m a pas dit qui parle. Pour moi c’est Litli qui parle, mais à vrai dire, je ne me suis jamais posée la question. Le texte ne m’appartient pas trop en fait et c’est assez drôle, mais je ne me suis jamais interrogée sur l’origine de la voix. Le texte fait comme une petite voix intérieure quand je le lis, mais je ne sais pas qui parle. Donc finalement, et c’est étrange, mais je ne sais pas quoi te répondre. 

Comment imagines-tu l’attitude de ton lecteur tournant les pages de Litli Soliquiétude ? Que se passe-t-il dans sa tête, selon toi ?

Ce que j’ ai remarqué, c est que les enfants, et particulièrement ceux d’IME, sont beaucoup plus attentifs que les adultes et voient des choses que les adultes ne voient pas. Dans le livre, au début, tout est en noir et blanc sauf le cadre accroché dans la chambre, et à la fin du livre, c’est l’inverse. Cela, les enfants le captent tout de suite et pas les adultes. En fait, les enfants voyagent dans l’image. Ils cherchent plus que l’adulte qui prend le livre dans la globalité. Les enfants se posent des questions et rentrent vraiment dedans.  

Te souviens-tu de ce jeu sur la forme des nuages ? Je pense à cela quand je contemple la nature dans les pages de Litli.

En fait au depart, j ai eu une bourse pour aller faire des photographies en Islande, sur les traces de lumière. Suite à ces images en couleur, je suis retournée plusieurs fois et avec ma marionnette. J’ai fait des photos en la mettant en scène dans la nature, sans me raconter d’histoires, intuitivement. Quand moi je voyais des formes, je prenais des photos . Quand j ai composé le livre, j’ai choisi des images où on voyait des formes. Quand je le présente aux enfants, je les invite à regarder et à s’exprimer. On travaille aussi sur le regard : certains voient un dragon, ou un loup, un dinosaure. Pourtant, on a tous les mêmes yeux, mais on ne voit pas tous la même chose. On  n ‘a pas tous  la même imagination.

Est ce que Litli va avoir de nouvelles aventures ?

Je voulais, mais j’ai fini par découvrir d’où venait ce personnage que j’avais trouvé en brocante. C’est le personnage allemand du marchand de sable et c’est un personnage connu. Il lui ressemble moins  puisque je l’ai remanié, mais encore trop ! Alors, soit je travaille avec la télévision allemande, soit j’arrête !  Finalement, j’ai choisi de ne pas continuer avec lui.

Tu as d autres projets de livre avec des mises en scène de personnages  ? 

J’en ai pas mal d autres, mais ça coince au niveau des éditeurs. En règle générale, ils disent que la photo n’est pas pour les enfants. Même les textes, il faut toujours qu’ils soit écrits d une certaine manière. Il faut que ce soit très simple. Dès que c’est trop imagé , on pense que le parent ne peut plus accompagner l’enfant. C’ est bizarre. J’ai un livre qui sort chez Beurre Salé mais c’est un livre sans photo. J’ai besoin que mes livres sortent et du coup je dois faire autre chose. J’aime aussi ces nouveaux projets et partager avec les illustrateurs.

Je reste optimiste mais ce n’est pas simple.


Janvier 2015, éditions de  L’âne bâté , Des signes et moi…, imagier en langue des signes avec Cendrine Genin, Janvier 2017, ENTRE NOUS, imagier en langue des signes pour les 0 A 3 ans édition de L’ âne bâté.

Dans Des signes et moi et Entre nous, réalisés avec la photographe Cendrine Génin, quel est ton rôle ? 

On m avait proposé de faire des ateliers avec les sourds et muets et Cenrine m’avait aussi parlé de son envie à elle. On a décidé de travailler ensemble sur ce projet. On a commencé a faire des ateliers, sur les traces de lumière pour moi et les portraits pour elle. Au bout de deux trois ateliers, Cendrine m a proposé d’en faire un livre. Les enfants étaient très photogéniques et très forts dans leurs expressions. Ce livre, c’est un vrai livre à quatre mains. Il n y a pas d’ ego entre nous. On choisit la meilleure photo et c’est tout. Quand on n’est pas d accord, c’est qu il faut recommencer la photo et travailler autre chose. Les illustrations, c’est souvent les miennes et les portraits, c’est elle, mais en fait on s’en fout car c’est un vrai travail à quatre mains ! 

Dans Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage, tu travailles avec le photographe Serge Gutwirth.


Octobre 2009 , Ma grand mère ou l’enfance dans un corps sage, éditions La cabane sur le chien photographe Serge Gutwirth , réédité aux éditions du Jasmin

Apres Litli, je suis rentrée dans l’univers de la littérature jeunesse et j’ai adoré cet univers. J’ai rencontré beaucoup de gens. A ce moment, je circulais aussi avec ma marionnette dans les rues et j’ai imaginé en faire un livre.  J’ai rencontré ce photographe, qui faisait surtout des portraits de gens, et je lui ai demandé de me photographier. Au départ, je voulais  être  juste la marionnettiste et l’auteure des textes, mais j’ai fini par faire les mises en scène moi-même, les montages, les traces de lumière. Tout est de moi, sauf la photo. La photo, c’est son regard de photographe, de beau photographe. Les cadrages sont de lui. Toute la douceur de ce livre vient de  son regard.

Moi j ai perdu ma grand-mere qui était très importante pour moi. J’ai souffert de ce manque. En arrivant à Paris, j’ai vu des vieux tout seuls, derriere leurs fenêtres. J’étais en colère. J’avais envie de créer un gang de vieux, tu vois, et de les mettre dans la rue ! J’ai déambulé avec ma marionnette de mamie Violette et la rencontre se faisait avec les gens. Ils étaient touchés par mamie violette qui leur rappelait leur propre grand-mère. Ce livre, c’est tout ce que j’ai vécu dans la rue, plus des petits mots tirés de ce que j’ ai vécu avec ma grand-mère. 

Il y a des moments très drôles dans ton livre.

Oui, il  était intéressant de montrer des décalages. Il a bien marché ce livre, surtout  sur les salons. Ce sont surtout des adultes qui l’achètent. C’est un livre transgénérationnel. C’est un cadeau qui se partage.

La mise en page ne me  convenient pas plus que ça. Je l’avais conçu plus comme un carnet de voyages, avec des objets.  Il aurait mérité plus de matières, plus de chaleur. Il aurait peut-être fallu mettre un autre papier…

Comment as-tu travaillé sur l’imagier J’aime-J’aime pas  ? Je m’interroge : as-tu conçu les images ou les petites phrases d’abord ?

C est Thierry Magnier qui m’a fait rencontrer Le Rouergue. C’est grâce à cette rencontre que je l’ai fait. Il lançait la nouvelle collection « Yapasphoto ». J’ai cherche moi-même le concept et j’ai amené clefs en mains le livre j’aime-j’aime pas et la responsable de la collection a adoré. Elle m a vraiment bien accompagnée. 

Je suis plutôt une travailleuse intuitive. Des fois, je travaillais avec ma fille, je faisais une image. Je me nourrissais de ce que je vivais avec elle. A l’époque, elle alignait beaucoup de choses. Je lui ai refait faire des alignements. Des fois, j’ai créé des mises en scènes, des fois non, c’était juste ce qui se passait devant mes yeux. Ensuite, je créais des textes.

As tu une préférence pour un de tes livres ?

Litli est un de mes préférés avec Ma grand-mère. Les deux, c’est vraiment ce que j’aurais aimé faire en tant qu illustratrice. Par la suite, je n’ai fait que des imagiers. Ce sont des beaux projets, mais ça reste de l alphabet, des mots, du sens… 

La fiction et la photo… L’imagier, c’est rassurant !

Et pourtant, avec une couverture photo, les gens se précipitent ! La photo, c’est un outil comme un autre. Je travaille  la photo comme un stylo. Il y  a autant de poésie et d’imaginaire qu’ avec un dessin. J’aimerais vraiment qu un jour des éditeurs y croient ! 

Est-ce que tu as un livre qui t’a marquée dans ton enfance, photo ou pas ? 

Celui qui m a beaucoup marqué, ce sont les Contes de la rue Broca et plus petite, les classiques avec la clochette pour tourner les pages. J’aimais les livres audio qui permettent de lire seul. Et puis à 12 ans, c’est L’ Écume des Jours ! En fait, je comprends, car c’est une écriture en images. Et donc pour moi, soit on écrit en images, soit on fait des images qui racontent des histoires. Et c’est chouette d’avoir les deux dans un livre, mais il ne faut pas que l’un étouffe l’ autre ! 

Merci Séverine ! 

Le blog de Severine Thevenet :http://soliquietude.canalblog.com/


Mai 2010, J’aime/ j’aime pas, éditions du Rouergue,  collection Yapasphotos

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Claire Dé est l’invitée de miniphlit !

© Claire Dé , édition Les Grandes Personnes, 2013.

A toi de jouer, Arti show, A toi de jouer, Big Bang Book, les Albums Mains… Les albums photographiques de Claire Dé sont, selon ses propres mots, des « galeries portatives », des « inventaires » visuels de notre monde, une « grande fête » dont les invités sont les objets cueillis dans la nature ou notre quotidien. Sous son objectif, fleurs, cailloux, fruits, légumes… s’animent, jouent entre eux et avec les lecteurs, questionnent, bousculent, provoquent des petites décharges qui vous bousculent joyeusement.

Discuter avec Claire Dé c’est évoquer la campagne bretonne, les copains artistes, le plaisir de la rencontre avec les lecteurs, les souvenirs de lectures enfantines, le rôle des médiathèques, la complicité avec certains éditeurs.

Discuter avec Claire Dé est un feu d’artifice, comme ses ouvrages.

© Claire Dé

Qui sont vos lecteurs ? Comment les imaginez-vous en train de s’approprier vos livres ? Est-ce qu’on peut les lire plusieurs fois ?

Lorsque je travaille sur un nouveau projet de livre, je tiens à ce qu’il soit différent de mes précédents ouvrages, qu’il me permette de me renouveler sur le plan créatif, d’explorer un nouvel univers, une nouvelle façon de jouer avec l’image photographique, de la mettre en scène dans cette petite architecture de papier qu’est l’objet livre. Je cherche à réinvestir le dialogue entre fond et forme grâce aux nombreuses possibilités offertes par le livre, du codex le plus simple (Ouvre les yeux !) au livre objet (À toi de jouer!), en passant par le loporello (Qui suis-je ?), le tout carton (Imagine, c’est tout blanc…), les systèmes de pages à rabats comme des retables de papier (Arti Show)… J’aime profondément la diversité, qu’elle soit artistique, culturelle, formelle, humaine, alimentaire.

© Claire Dé , Les Grandes Personnes ,2010

Mes livres qui sont avant tout des albums visuels sont très construits, architecturés, même quand il s’agit d’inviter le lecteur à se perdre dans les pages comme dans Ouvre les yeux !. Au-delà de l’expérience esthétique, tout est là dans les images pour que le regard puisse prendre appui. La façon dont j’assemble mes photographies est en soit une proposition de lecture qui est plus ou moins explicitée — par le titre de l’album, le visuel de couverture, des bribes de texte à l’intérieur — en fonction de cette part de liberté, d’autonomie que je laisse au lecteur. Mes titres ont souvent valeur d’invitations communiquées sous forme d’injonction : Ouvre les yeux !, À toi de jouer !, Compte sur tes doigts !, Imagine, c’est tout blanc…, ou de question Devine à quoi on joue ?, Qui suis-je ? Mais ouvrir les yeux pour quoi faire ? Sur quoi ? Et comment ? Compter ? Des lignes, des couleurs ? Des objets ? À travers ces invitations, je cherche à établir un premier contact avec le lecteur. Qui se pose la question « Qui suis-je ? » en couverture de mon dernier album ? L’adulte qui lit à l’enfant et à voix haute le titre ? L’enfant représenté sur la photographie en couverture ? La pomme ? Bien sûr, cette question est surtout là pour que l’enfant lecteur se l’approprie, se la mette concrètement en bouche, et se la pose lui même en jouant à répéter le titre… Mais elle est valable pour tous les protagonistes de cet album : « qui sont-ils ? ». Et le petit enfant qui n’a de cesse de questionner le monde aura grand plaisir à goûter aux délicieux balbutiements du questionnement identitaire, philosophique, mais aussi à manger des yeux des fruits inconnus, des couleurs, à croquer des visages…

© Claire Dé

Certains de mes albums énoncent clairement des règles du jeu comme dans À toi de jouer !. Cela paraît simple au début, mais le contenu du livre est si vaste que cette proposition se démultiplie à l’infini et le lecteur doit prendre les choses en main pour relever le défi… Oui, jouer, c’est un peu sans fin et c’est un investissement sérieux, une activité, un travail ! Ce qui n’empêche pas, l’humour, ni la dérision.

Mes lecteurs sont à l’image de cette multiplicité que je viens d’évoquer. Ils ont de nombreux visages. Bien sur, d’abord, des enfants, parfois même des tout petit, des bébés… J’ai aussi des lecteurs adultes, sensibles à l’image photographique, des étudiants en art, des amoureux des livres d’images, ou des livres surprenants, un peu différents… Enfin, la lecture des bibliothécaires est très importante à mes yeux, car ces professionnels du livre en ont une approche riche et dynamique, ils sont médiateurs de mes albums. Leur rôle est essentiel dans la diffusion d’un travail comme le mien.

Je ne destine pas mes livres à une tranche d’âge en particulier. Je crois que la lecture d’un livre visuel, c’est un peu comme la découverte d’une œuvre d’art, chacun va réagir en fonction de sa sensibilité, de sa personnalité, en fonction du moment où cette rencontre va avoir lieu, de sa disponibilité… Un an après la parution de Arti Show, j’ai par exemple eu la bonne surprise d’avoir des retours de professionnels de la petite enfance qui avaient montré l’album à des bébés en crèche. L’idée que de très jeunes enfants puissent regarder des poires à rayures, des tomates bleues et des poivrons acrobates en gazouillant et en écarquillant les yeux, me réjouit beaucoup. L’enfant et l’enfance représentent quelque chose de très important dans ma vie d’adulte. Ils me renvoient au jeu comme une activité moteur, à l’absence d’à priori, à l’énergie, à l’élan de vie, à l’importance de la matière dans la relation au monde, mais aussi au langage du regard, à l’expression spontanée des émotions… Mes livres sont des invitations à prendre plaisir, le plaisir du beau, de la rencontre esthétique, celui de la découverte, du jeu, de l’invention de soi …

© Claire Dé , Les Grandes Personnes , 2016.

Pourquoi la photographie plus que le dessin ? Lui accordez-vous le pouvoir de faire advenir l’imaginaire ?

La photographie s’est imposée à moi naturellement car j’aime jouer avec le réel et mettre en scène des objets, des matières, des éléments naturels… Si je prends l’exemple de la nature morte, la représentation picturale est aujourd’hui dépassée. L’installation in situ et la photographie ont bouleversé le genre. Je joue, je construis, j’installe, je peins, je bricole, j’arrange, je combine, je photographie… Dans l’ordre, le désordre, cela dépend. Parfois je réalise une première série d’images assez spontanées. Je regarde ce que cela donne. Puis, je vais faire une seconde, voire une troisième série, en reprenant tous les points de détail. Au départ, je travaille toujours de façon intuitive, sans trop savoir où je vais. Et puis, les choses s’éclaircissent au fur et à mesure que le projet avance. Je recherche alors à obtenir une forme d’évidence dans l’image, de la simplicité, de la lisibilité. En ce sens, je travaille comme une photographe de studio, même quand mes prises de vue se déroulent à l’extérieur, en plein air. La photographie me permet de recommencer plusieurs fois, d’ajuster, de varier le cadrage, l’angle de prise de vue, de contrôler la lumière, de mettre en scène.

Cadrer, c’est déjà transformer, supprimer ce que l’on ne veux pas voir. C’est CHOISIR. Certains objets, ou certaines matières sans réel intérêt à l’œil nu vont être complètement transformés, magnifiés par la lumière et la photographie. Et vice et versa. Et puis, c’est très physique, cela implique de nombreux mouvements, des allers et venues dans tous les sens. Il faut se déplacer pour trouver des matériaux à droite et à gauche, farfouiller, construire, installer, rêver l’image, la réaliser, lui trouver sa place dans l’objet livre… Ce travail réunit des expériences et des temps variés, et j’aime cette diversité qui perdure et se prolonge encore après la publication du livre avec la conception d’expositions, d’installations jeux, la pratique d’ateliers, la rencontre avec les lecteurs.

La photographie est pour moi d’une certaine façon une recréation du monde. Je n’en donne à voir que des images dans lesquelles je joue à ma guise avec les formes, les couleurs, les matières, la lumière, le mouvement… un peu comme dans une comédie musicale. En ce sens, je me sens assez proche des intentions artistiques de Jacques Demy : enchanter le quotidien ou donner à voir ce qu’il a de plus extraordinaire, faire advenir l’imaginaire, la beauté, la poésie, le jeu dans la vie de tous les jours… Quand le réel fait déjà une grande partie du travail, il n’y a plus qu’à amplifier, tirer des fils, choisir un angle, donner un relief particulier aux choses. Sinon, je m’amuse à les façonner, à les organiser selon mes envies…

© Claire Dé

Qui sont vos maîtres en photographie ? Vous inscrivez-vous dans une filiation ? Je pense notamment aux photographes des années 30 qui avaient pour projet de nous montrer la beauté du monde qui nous entoure ou au First Picture Book de Steichen, mais aussi à Tana Hoban. Mais je me trompe peut-être…

J’ai découvert le travail de Tana Hoban alors que j’étais déjà adulte. J’aime beaucoup ses livres, mais je me sens moins ancrée dans le réel qu’elle ne l’était dans ses photographies car la photographie de studio est irréelle par définition. Deux de ses livres ont beaucoup comptés pour moi au début de ma carrière d’auteur, Blanc sur noir et Noir sur blanc. Paradoxalement, ce ne sont pas des albums de photographies pures, mais d’images crées à partir de photographies. J’aime la beauté des ces aplats noirs et blancs, et la délicieuse présence de l’enfance dans ces deux minuscules albums. Tout petit, mais tellement forts ! L’œuvre de Steichen me parle totalement. Je ne connais pas tout, mais ses natures mortes d’objets minimalistes et graphiques me font le même effet, dans un autre registre, que l’asperge de Manet peinte en 1880, celle une évidence ! J’ai lu adolescente Le partis pris des choses de Francis Ponge. J’ai le souvenir aujourd’hui d’avoir vécu cette lecture comme une révélation. Un poème pouvait donc être la chose elle-même. Une image de poire noire peut-elle représenter l’essence, l’idée de la poire ? Mon intérêt pour les années 30 dépasse le domaine de la photographie. Si l’on songe que Oskar Schlemmer a créé son ballet triadique en 1922, que Kandinsky a écrit un livre historique en 1926 sur les formes primaires dans les arts graphiques, que l’idéologie démocratique et l’esthétique novatrice du Bauhaus perdure encore aujourd’hui, que Calder a réalisé son premier mobile en 1933, oui, je me sens effectivement proche des explorations lancées à cette époque. Outre la dimension artistique de mon travail, j’aime penser qu’il peut avoir une dimension sociale en donnant à voir du beau dès le plus jeune âge et de manière accessible. Le livre étant l’objet de démocratisation culturelle par excellence.

Pour répondre plus directement à votre question, je n’ai pas de maître à proprement parler. J’aime l’idée de me promener, de découvrir, de passer d’une œuvre à l’autre. J’ai une culture photographique, mais mes préférences vont davantage vers la sculpture ou l’installation lorsque le geste artistique transforme la lecture de l’espace — qu’il s’agisse de Landart ou de travaux davantage optiques comme ceux de Georges Rousse­. Les grands peintres de la couleur m’émerveillent aussi. Mais je peux aussi bien rester bouche bée devant une nature morte de Juan Sanchez Cotan, un peintre espagnol du 16e siècle que devant l’œuvre d’un artiste contemporain mexicain ou japonais ! Je crois que j’aime l’art, tout simplement et que la rencontre avec les œuvres m’apporte du bonheur, du bien être, de la nourriture. Un livre doit pour moi être à la hauteur de ce défi.

© Claire Dé , Les Grandes Personnes , 2015

Pourquoi autant de couleurs ? Même vos photographies en noir et blanc dans Arti Show semblent être en couleurs.

J’aime à penser que l’on peut faire l’expérience de la couleur dans un livre. Certes, cette expérience n’est pas aussi directe que celle que l’on peut vivre dans une œuvre immersive par exemple, où l’on peut littéralement se plonger dans la couleur, ou se couvrir de couleur. Le livre reste un objet de petite taille en comparaison avec un tableau ou une sculpture qui peuvent être beaucoup plus grands, inverser le rapport de l’échelle avec le corps du spectateur, et donc avoir un impact, un effet puissant sur ce dernier. Je ne peux essayer de « rivaliser » qu’en sollicitant très activement la vue, en donnant à voir la couleur avec intensité. J’aime passionnément la couleur. Je ne suis pas en train de dire que je préfère le bleu au jaune, ou le vert au rose… La couleur est un monde en soi. La couleur est peut-être le sujet qui prend le dessus dans mon travail. La couleur, c’est de la musique, c’est du rythme, c’est de l’émotion, de l’énergie qui traverse le corps et provoque une vaste palette d’émotions… La couleur, c’est aussi une infinité d’associations mentales qui amène chacun à puiser dans sa mémoire. Elle mérite bien des égards. Elle mérite qu’on prenne le temps de la regarder, de la ressentir. Et c’est pourquoi je ne réalise presque jamais d’images multicolores. Je préfère les travailler et les donner à voir une par une, ou dans des jeux de combinaisons très limités. « Ouvre les yeux ! » est construit comme un nuancier couleur. Toutes les premières pages de l’album mettent en scène du vert – du vert et du blanc, du vert et du noir, du vert et du marron – jusqu’à ce qu’arrive une photographie en double page où tout est vert. Cette  image invite l’enfant à se mettre du vert plein les yeux, et à se rendre compte qu’il n’existe pas un vert unique, mais une palette infinie de nuances. Puis, quelques pages plus loin, arrive le rouge, d’abord par petites touches, timidement et il va grossir au fur et à mesure, prendre des formes, des volumes et des rythmes variés… Et ainsi de suite. Les images multicolores n’arriveront qu’en fin d’album, une fois après avoir parcouru tout ce chemin de la couleur.

© Claire Dé

« À toi de jouer ! » est un livre presque monochrome. Cette unité permet à l’œil de se concentrer davantage sur les jeux de formes. Cet album a une luminosité particulière car le orange est obtenu avec l’ajout supplémentaire d’une encre pantone aux quatre couleurs de la quadrichromie. « Arti Show », quant à lui, met la couleur en scène comme un activateur de changement et de fête. La gamme des couleurs primaires est à mon goût réjouissante. Le rouge, le jaune, le bleu ajoutés au noir et au blanc, sont au Bauhaus et à certains artistes modernes ce que la gamme pentatonique est aux grands joueurs de blues américains, la base. Les poires noires dans l’album sont réellement imprimées en couleur. C’est un noir obtenu en quadrichromie et non pas en niveau de gris. Le noir contient du magenta, du cyan et du jaune répartis en différents pourcentages, de la même manière qu’un nuage n’est jamais uniquement gris ou blanc. L’œil va le percevoir teinté de jaune, de rose, de bleu…

La problématique de la couleur est d’autant plus sensible pour les photographes que le rendu de chacune ne va pas être le même sur l’écran de l’ordinateur, sur un tirage photographique, et sur les pages d’un livre imprimé en quadrichromie. La bascule des couleurs peut s’avérer catastrophique. Je tiens compte de cette évolution tout le long du processus de création. Quand je peux assister au calage des machines chez l’imprimeur, je m’y rends bien volontiers, car cette ultime étape est décisive. Elle peut magnifiquement aboutir le travail réalisé pendant des mois ou le ruiner en quelques heures.

© Claire Dé, Les Grandes Personnes , 2018.

Pourquoi y a-t-il aussi peu de mots dans vos livres ?

Pour ne pas orienter la lecture de l’image. Souvent l’image résonne d’elle-même, elle est pleine de sons, de bruits, d’émotions et je n’ai rien à ajouter dessus. Elle se suffit à elle-même parce qu’elle est ouverte à des lectures multiples. Les mots risqueraient de l’appauvrir en l’interprétant avant le lecteur. Dans certaines parties de « À toi de jouer ! », je traite les mots comme un matériau de création à part entière au même titre que les objets. Ils enrichissent les propositions de jeu et ouvrent de nouveaux champs d’exploration. L’imagier est un genre à part entière. Le texte n’y trouve sa place qu’en ajoutant une dimension absente de l’image. Si mots il y a, je les choisis tardivement, bien après avoir réalisé les images et après de nombreux essais. Le choix final est souvent difficile. Il m’arrive d’hésiter longtemps entre plusieurs possibilités.

Est-ce que vos livres racontent des histoires ?

Indirectement, jamais de façon traditionnelle, ni linéaire. Car il n’y a pas de récit à proprement parler dans mes albums. Les histoires y sont plurielles, mais au stade de bribes, de morceaux, de déclencheurs, d’indices visuels à extrapoler. Cette part d’invention, je la réserve au lecteur ! Les enfants aiment regarder, raconter, s’exprimer.

Est-ce que vous pourriez envisager de créer à partir des mots d’un auteur, pour illustrer un conte par exemple ?

Non, pas du tout. C’est inenvisageable parce que je travaille sur tous les champs en même temps. Fond et forme ne font qu’un. Je n’illustre jamais un propos ou une histoire. D’ailleurs je ne me considère pas comme une illustratrice.

Quelle est la place pour l’adulte dans la lecture de vos ouvrages ?

Mes albums déclenchent souvent des échanges entre petits et grands, un moment de partage. Dans ce laps de temps si particuliers qu’est la lecture d’un album avec un enfant, la place du grand est d’accompagner. Ce compagnonnage passe souvent par une invitation, par des gestes, des échanges de regards, de rires, des manipulations à deux (tourner les pages, déplier un livre accordéon dans l’espace)… Si l’adulte a envie de parler le premier, il peut raconter, présenter, mais aussi s’étonner, questionner, exprimer ses émotions, son sentiment… Ou ne rien dire, laisser faire les choses, respecter les gestes, les réactions, les silences de l’enfant. La lecture à deux repose sur un jeu d’interactions multiples.

© Claire Dé

Comment qualifieriez-vous la finalité de vos livres ?

La notion de finalité me dérange. Cela signifierait qu’il y a une obligation d’objectif, un but final. C’est un peu antinomique avec ce que je défends. Je fais ces livres pour des raisons multiples, plus ou moins conscientes et maîtrisées. D’ abord parce que ce travail s’impose à moi. J’en ai  besoin pour m’exprimer. Je ne produits pas beaucoup de livre mais par contre je travaille très longuement sur chacun. Ce travail est ensuite motivé par une conviction que j’ai un peu de mal à expliquer. Je suis persuadée que les enfants ont besoin de livres différents, surprenants. Peut-être, parce que j’ai eu la chance moi-même, d’en avoir quelques uns enfant, et de me rendre compte aujourd’hui à quel point ils ont été importants. D’abord les très beaux albums de la collection « Enfants du monde » de Dominique Darbois aux éditions Fernand Nathan. L’album intitulé «Noriko, la petite japonaise », m’a beaucoup fait rêvé. J’ai également longuement joué avec le magnifique album de Patrick Raynaud intitulé « 13824 jeux de couleurs et de formes », réédité en 2019 aux éditions Memo. Le jeu de composition combinatoire des tableaux géométriques et des poèmes me comblait de bonheur. C’était beau et j’aimais ça. « Cocker mon ami », un conte photographique nettement moins moderne, de Michèle Pellissier et Pierre Taulignan, édité en 1973 aux éditions Fernand Nathan, me laisse également un souvenir impérissable. Totalement kitch et désuet, mais à l’époque, je n’avais pas les mêmes goûts : j’adorais l’incroyable bouille de ce jeune chiot si attachant qui est très rapidement devenu aussi mon ami. J’étais très intriguée par la réalisation de ces photographies qui me paraissaient incroyables. Comment un chien pouvait-il faire tout cela ? À la même époque, William Wegman œuvrait déjà à New-York, dans un tout autre style, avec Man Ray son premier Braque de Weimar. Mais cela, je l’ignorais.

J’ai du mal à vous classer dans les catégories canoniques de la littérature jeunesse … Je vous mets dans les livres pour apprendre ou dans les livres d’artiste ? Vous qu’en pensez-vous ?

Je suis très contente que vous ayez du mal à me classer car je n’aime pas les catégories ni les étiquettes. Je me sens plutôt transversale et libre d’aller là où bon me semble. Je mixe les genres, je joue avec les codes du livre et du monde de l’art, et bien sûr avec ceux du livre d’art. Je brouille les pistes. Je vais prendre du papier glacé quand on s’attendrait à du cartonné. Dans un album cartonné, je vais mettre en scène des photographies qui pourraient s’exposer au mur. Quand je fais un livre à compter, j’imagine un petit musée de poche d’histoires naturelles pour amener l’enfant à découvrir la notion d’équivalence mathématique à travers celle de la beauté des formes, des couleurs, des matières… Quand je photographie de la vaisselle en plastique jaune et orange sur du noir, je joue avec les codes de reproduction de la statuaire et des masques primitifs qui sont souvent maquettés en pleine page sur fond noir dans les beaux et grands livres d’art. Si je m’autorise à faire un album qui expose une série de portraits d’enfants, une catégorie plutôt dépréciée dans l’art du portait, c’est pour l’introduire aujourd’hui dans la littérature jeunesse d’où il est totalement absent alors que les enfants sont fortement intéressés et concernés par la représentation photographique de leurs semblables. J’espère toujours que mes livres rencontreront des lecteurs en leur faisant passer de bons moments. J’espère que mon travail contribue à sa façon au décloisonnement de l’art, à le mettre au cœur de la vie quotidienne des enfants. »

Un  très, très grand merci Claire ! 

D’autres images et interviews sur le très beau site de Claire Dé :: https://claire-de.fr/livre/arti-show/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Miniphlit accueille Carole Saturno !

Parade, Charles Fréger, Carole Saturno, édition Les Grandes personnes, 23 X 30 CM / 24 PAGES EN ACCORDÉON SOUS JAQUETTE , 2017.

Charles Fréger a photographié en 2013 les éléphants de  Jaïpur, la capitale du Rajasthan, lors du festival Holi.  Les pachydermes, peinturlurés et parés, prennent la pose  sous une lumière crue en compagnie de leurs mahouts, eux aussi richement habillés. Les couples homme-animal remplissent tout l’espace de la page et attendent le verdict du spectateur. Qui sera le plus beau ? 

Un livre pour enfants, Parade, a prolongé le succès de l’exposition qui s’est tenue en 2017 du 7 octobre 2017 au 7 janvier 2018 au Centre d’art contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de Varengeville (76). » http://www.matmutpourlesarts.fr/expositions/fiches/fiche-pedagogique-fabula.pdf

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/parade-les-elephants-peints-de-jaipurcharles-freger-carole-saturnooctobre-2017/

Sur le site de l’éditeur « les Grandes personnes », on peut lire :  « Les photographies de Charles Fréger possèdent toujours un doux parfum d’authenticité. Dans cet ouvrage, l’exotisme est mis à l’honneur avec la série «Painted Elephants» : parés de peinture, de tissus et de bijoux, les éléphants se prêtent au jeu de la photographie et invitent le lecteur au voyage et au rêve ».
 

Carole Saturno, co-auteure du livre, nous fait le plaisir de répondre à nos questions : 

Miniphlit : Parade est-il votre premier album pour enfants avec des photographies ?

Oui et non : c’est le premier où la photographie prend réellement toute la place des illustrations – Emma Giuliani a ajouté quelques suggestions graphiques qui n’ont pas la même vocation que l’ensemble de Charles Fréger.

Mais pour Enfants d’ici parents d’ailleurs (Gallimard Jeunesse, 2005 et 2017), qui raconte l’épopée de l’exode rural et de l’immigration en France, nous avons recouru à de nombreuses reprises à des photos, destinées à documenter l’histoire (tandis que les illustrations se référaient à la mémoire).

Comment est né ce projet ?

Ce projet est né d’abord de la rencontre entre Charles Fréger et Brigitte Morel, l’éditrice des Éditions des Grandes Personnes. De leur volonté de travailler ensemble a découlé ce projet : Charles appréciait le catalogue de cette maison d’édition, où l’on attache un grand soin à l’objet dans sa fabrication, et où l’audace visuelle n’a pas de limites.

Quelle est la finalité de l’album ? Et pour quels lecteurs le destinez-vous ?

Nous l’avons pensé ensemble d’abord comme une petite exposition portative. Le leporello (livre-accordéon) peut se déplier, s’exposer comme on exposerait des photos sur un mur de musée ou de galerie. Mais il peut aussi se lire « à la tourne », et dans les deux sens (recto verso) puisque l’on a d’un côté les grandes images pleine page de Charles, et de l’autre comme les coulisses de ce qu’elles racontent.

Après, sur le fond, c’est aussi un livre qui raconte l’Inde, les éléphants bien sûr, la place de la couleur et du costume, les rituels de fête et tout l’imaginaire qui s’en découle. C’est aussi le portrait d’un photographe, on y apprend des choses sur sa manière de travailler et son univers, ses goûts, ses inspirations.

Avez-vous conçu les textes seule ou en collaboration avec Charles Fréger ?

J’ai écrit les textes seule mais après avoir interviewé Charles et puis il y a eu quelques va-et-vient de relecture entre nous et Brigitte. Je leur avais soumis un synopsis pour chaque partie. Notamment cette idée que ce soit l’éléphant qui d’une certaine manière prenne la parole et s’exprime.

Comment avez-vous opéré un choix dans les photographies de l’exposition ?

C’est une série photographique, dans l’esprit du travail que Charles Fréger a entrepris depuis des années. C’est lui qui a choisi les images, et c’est un ensemble complet – il me semble que seule une image a été écartée. C’est d’ailleurs la seule série à ma connaissance où le protagoniste principal est un animal – c’est lui le héros costumé, même s’il est conduit par un mahout beau comme un prince.

Concevez-vous le rapport texte-image-graphisme comme un dialogue dans cet album ?

Oui, et ça n’est pas tant moi qui le conçois comme tel que ce qui guide le travail éditorial des Grandes Personnes depuis toujours. C’est ce qui permet à ce livre de tenir debout (au sens propre et au figuré !). C’est Emma Giuliani qui a été la graphiste du livre, on se connaît, on a travaillé ensemble (EGYPTOMANIA, GRECOMANIA), on dialogue… et elle sait aussi ce que Brigitte attend comme objet final. Charles nous a fait confiance parce qu’il avait confiance aussi dans ce catalogue là.

 Pourquoi avoir choisi ce format ?

« Dream bigger » ! Parce que ces images, si nous les souhaitions comme une exposition portative, ne pouvaient pas être petites. Que l’effet de surprise, de beauté brillante que ces éléphants dégagent, devaient en mettre plein les yeux des jeunes lecteurs. Parce qu’un éléphant, c’est gros, massif, et que paré comme un maharadja, il est encore plus éblouissant. La jaquette qui entoure le leporello comporte à l’intérieur une silhouette d’éléphant « nu », prêt à être habillé, gommettes ou crayon, ou décalqué pour que les enfants s’en inspirent et les reproduisent pour organiser à leur tour une parade…

Qu’est ce qui a été le plus difficile dans la réalisation de l’album ?

Rien ! C’est facile de travailler sur un sujet passionnant, avec des personnes engagées dans leur passion et leur métier. Je dirais que le seul écueil que je redoutais, c’est la question de l’animal exploité par l’homme – qui est une vraie question car il y a eu des éléphants maltraités pour ces fêtes. Ça n’était pas le sujet du livre mais je tenais à l’affronter néanmoins.

 Vous travaillez beaucoup sur les portraits de pays, ces ouvrages qui familiarisent les lecteurs avec la vie des enfants d’ailleurs. Pensez-vous que Parade en soit un ?

Oui bien sûr… même si dans ce cas il ne s’agit pas de découvrir la vie des jeunes Indiens. C’est plutôt un voyage en soi, une rêverie indienne, une rencontre avec la culture, l’histoire, l’imaginaire de l’Inde du Nord. C’est aussi une rencontre avec le travail acharné d’un acharné de travail : Charles Fréger mène depuis des années une description minutieuse, quasi obsessionnelle, des rituels qui amènent des êtres humains, dans le monde entier, à faire groupe ensemble, à se reconnaître mutuellement. M’est d’avis que les enfants sont particulièrement sensibles à cette façon de faire, qui leur est d’ailleurs encore tout à fait naturelle – à tous âges d’ailleurs, petits ou adolescents. Et il me semble que l’esthétique de son travail a quelque chose d’éternel, qui touche tous les lecteurs, les visiteurs, les rêveurs.

Allez voir son site, regardez ses livres !https://www.charlesfreger.com/

 

Merci Carole !

http://repertoire.la-charte.fr/repertoire/i669-carole-saturno

 

 
http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/parade-les-elephants-peints-de-jaipurcharles-freger-carole-saturnooctobre-2017/

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

C’est Zaa le petit chameau blanc, entre novellisation et portrait de pays

…C’est Zaa le petit chameau blanc, Claude Roy, photographies de Denise Bellon , d’après le film de Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy, Yannick Bellon et Jean Salvy, Paris, Hachette, 1962, 46 pages

Le film Zaa le petit chameau est réalisé dans cette période des années 50-60 où se développe le cinéma français pour enfants, et l’on a déjà présenté ici les films Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge[1]Ces films mettent à chaque fois en scène un personnage-enfant et son compagnon (objet ou animal), que des forces extérieures s’évertuent à séparer. Dans Zaa le petit chameau, le duo est composé cette fois d’un jeune garçon et de son animal, un dromadaire. Leurs aventures sont cette fois l’occasion d’arpenter la Tunisie, comme Pascal et son ballon nous faisaient découvrir Paris et Folco et Crin Blanc, la Camargue.

Sur le site du CNC on peut lire :  « Dans le Sud tunisien, Brahim a pour ami inséparable Zaa, un chamelon blanc, qui passe le chercher chaque jour à l’école. Mansour, un marchand, l’achète un jour pour la revente. A Djerba, où ses congénères sont condamnés à l’irrigation et au battage, l’air de « La Clé des champs » fait naître en lui la nostalgie de l’école d’Aïdi. Il s’enfuit. Ali, un potier d’art, l’utilise pour écouler sa production sur le continent. Il lui fausse compagnie. D’El-Djem, il va à Monastir, y rencontre un photographe, qu’il quitte à Sidi-bou-Saïd. Il croise alors Bechir, jeune guide des vestiges de Dougga, qui le met dans le train de Tozeur. Il se retrouve à Kairouan, la ville sainte. Asna, une petite tisserande, s’y attache à lui. Mis à une roue de noria par son père, elle le délivre, invoque longuement les djinns dans la Grande Mosquée et exauce son voeu de retour. »

On peut visionner ici un extrait du film.

https://www.filmsdocumentaires.com/films/1202-zaa-le-petit-chameau-blanc?fbclid=IwAR1P9fEwp4VGK3DHG1FkQF-_wNLifpuXu3aqqNBJ-lGK_EFsYJ2BDybipqs

Il est réalisé par Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy  et Jean Salvy. La photographe Denise Bellon réalise les photographies de plateau en vue de la novellisation qui sort chez Hachette en 1962.

Le livre s’ouvre sur la comptine « Qui est-ce qui a ? »entendue dans le court-métrage.  La réponse « C’est Zaa le petit chameau blanc » devient  le titre de l’ouvrage.

Les photographies de Denise Bellon occupent l’essentiel  de l’espace du livre.  En noir et blanc ou en couleur, elles sont présentes sur les seuils de l’ouvrage puis sur chaque page, en abondance. En pleine page, débordant sur la seconde, reproduite sur toute la double page,  en vignettes ordonnées en séries,  collées sur d’autres photographies plus grandes, en détourage de personnages… Si le tout manque d’uniformité ou de réel travail sur la mise en page, le lien avec le grand écran cinématographique est bien maintenu ! 

Si les photographies permettent bien évidemment de retrouver le personnage principal, Zaa le chamelon blanc, elles donnent aussi à voir un potier au travail, une tisserande de tapis, les marchands du souk, une oasis, les toits d’une médina, des maisons anciennes, un oued, les ruelles de Sidi Ben Saïd et Hammamet et même  des ruines romaines ! Le  visionnage du film est d’ailleurs  recommandé  par la revue pédagogique L’ Educateur en 1968, pour accompagner des activités de géographie visant à faire découvrir la Tunisie. Il reçoit également le soutien du ministère du tourisme tunisien. 

Cet aspect de doit pas faire oublier la poésie du texte de Claude Roy.  On y  croise jeux de mots et  reprises de formules de contes ou de comptines traditionnelles adaptées aux aventures de Zaa le chameau. La magie de l’ouvrage est le fruit de la collaboration entre les mots et les images dépaysantes.

[1] Publication imminente de l’article que je signe : « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

Expo en ligne : Harry Potter à la British Library

Au moment où la télévision française propose à ses téléspectateurs de voir ou revoir les aventures d’Harry Potter et ses amis chaque mardi soir sur le petit écran, il est possible de prolonger le plaisir en (re)découvrant l’exposition numérique organisée par la British Library et son partenaire Google Arts & Cultures sur ceux de nos ordinateurs ou de nos smartphones.

L’exposition « Harry Potter, une histoire de la magie » s’est tenue d’octobre 2017 à février 2018 dans les murs de la British Library à Londres. Conçue pour célébrer le 20ème anniversaire du premier tome des aventures du petit sorcier, elle a connu un succès phénoménal. Depuis sa fermeture, l’exposition virtuelle permet de prolonger sa visibilité et de l’ouvrir à un plus grand nombre de visiteurs, avec des versions en français, anglais, allemand, espagnol, portugais et hindi.

La suite est à lire sur le site des Littératures modes d’emploi http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/harry-potter-une-histoire-de-la-magie-voyagez-au-fil-de-lexposition-de-la-british-library-exposition-en-ligne/?fbclid=IwAR32DSYcYNra1x_7zzMKbfKs4-iqlxiTiIgKLJLdHp0-CTqU93DarG_B8fQ

Tom Slade, scout toujours !

Fitzhugh, Percy K. Tom Slade / Boy Scout of the Moving Pictures / Approved by the Boy Scouts of America (PHOTOPLAY EDITION) , 1920

« Let you boy grow up with Tom Slade !  » « Tom Slade books are the most popular boys books published today ! « proclame l’éditeur Grosset et Dunlap à la fin de ce nouvel opus des aventures du jeune scout américain en 1915 . 

Tom Slade est un héros qui grandit en même temps que ses lecteurs,  lesquels font sa connaissance  alors qu’il n’est qu’un jeune scout et le suivent jusqu’à ses « aventures galantes » en France, en passant par le camp de Black Lake. 

La collection ne compte pas moins de dix-neuf tomes de 250 pages, publiés entre 1915 et 1930. Ils contiennent en général sept illustrations graphiques accompagnant les moments clefs du récit . 

Dans le livre Tom Slade / Boy Scout of the Moving Pictures, les photographies tirées de l’adaptation filmique des aventures du jeune scout ont remplacées les dessins. Dans l’édition de 1915, les couvertures  intérieures accueillent une photographie de la compagnie de scouts de New York, réalisée  devant un cinéma où a été projeté le film « The adventures of a boy scout ». C’est avec une photographie dès la couverture de l’édition de 1920 que le lecteur retrouve les scouts.

Les photographies choisies ne mettent pas l’accent sur un personnage ou un acteur en particulier, contrairement à de nombreuses novellisations. Il est même difficile d’identifier le personnage de Tom Slade. Ce sont en général des scènes en extérieur dans lesquelles se retrouvent un ou plusieurs personnages.  Une photographie à la page 66 nous met en présence d’un jeune homme qui pourrait être le héros. La cadrage choisit le met en évidence. Toutefois, la légende tirée du texte ne fournit pas cette indication. Les photographies permettent juste de réactiver l’ambiance du film et la trame narrative qui conduit un personnage de la petite délinquance aux patrouilles scouts et à leurs valeurs morales. 

 

En septembre 1913, le magazine Boy’s Life annonce pour l’hiver suivant la sortie en salles, sur tout le territoire, d’un film  réalisé à partir des aventures de Tom Slade, avec de vrais scouts. De longues séquences  seront consacrées aux entraînements physiques et à la création du mouvement.

Percy Keese Fitzhugh (1876-1950) est l’auteur d’autres séries à succès, « Roy Blakeley », « Westy Martin », « Pee-Wee Harris » notamment,  dont l’univers est toujours celui du scoutisme. Ces ouvrages amusaient les lecteurs avec leurs nombreux dialogues et scènes comiques. Il semblerait que ces romans aient eu une large influence sur les inscriptions des jeunes américains dans les organisations scouts.

Pour en savoir plus  il faut lire l’étude de David M. Baumann http://threeinvestigatorsbooks.homestead.com/tom_slade.pdfen 

 

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

John et Jennifer, série pour enfants modèles

Jennifer goes to school en 1946 et John and Jennifer at the zoo en 1946, John and Jennifer at the farm en 1948, John and Jennifer at the circus en 1949, John and Jennifer and their pets en 1951, John and Jennifer go camping en 1954, John and Jennifer go to London en 1956, John and Jennifer go sailing en 1957 sont les volumes d’une série publiée par Thomas Nelson & Sons à  London, Edinburgh, Melbourne, New-York et Toronto.

Ces ouvrages  sont abondamment illustrés par la photographie en noir et blanc et en couleur, toutes signées Gee  Denes, qui écrit parfois les textes ou cède la plume à Valerie Higgins, Elsie M. Harris ou D.J. Desmond. 

Sur les 39 pages de l’ouvrage on compte 28 photographies, plus une en  couverture à partir des années 50. La double page accueille une à deux photographies. Il peut s’agir d’ une photo détourée en vignette et une photo pleine page, soit une photographie pleine page ou imprimées au trois quart. Seules les photos détourées d’objets apportent un peu de distraction dans cette mise en page un peu lourde qui fait alterner pavé de texte et pavé photographique.

Les photographies sont des scènes de vie en intérieur ou extérieur, avec des personnages extrêmement souriants, photographiés dans des poses figées, qui ne sont pas sans évoquer des vitrines de grands magasins. On pense aussi aux photographies des magazines pleines de petits enfants modèles. Elles nous proposent en tout cas des vues d’une Angleterre de l’après-guerre  prospère et radieuse.  Parents et enfants sont élégants, les maisons sont grandes et confortables, les tables bien garnies, les vergers garnis de pommiers donnant en abondance…

Ces photographies peinent sans doute à toucher le lecteur. Pas un des personnages présent sur l’image ne le fixe et ne l’invitera à pénétrer dans l’univers qu’elles contiennent. Le lecteur a du mal à trouver sa place dans l’espace de l’image et reste à distance, contemplatif.  Notons, qu’il  est également difficile d’identifier les personnages récurrents, John et Jennifer, d’un ouvrage à l’autre et donc de s’attacher à eux. 

 

Les critiques louent la capacité d’instruction et de distraction des ouvrages, les histoires charmantes et la beauté des photographies. Les ouvrages sont prétexte, comme dans les autres docu-fictions portées par des personnages récurrents, à découvrir un nouvel univers. Ils abondent en informations documentaires distillées habilement dans la fiction. 

Gabor J. Denes (1909-?) est l’auteur de nombreux autres ouvrages pour enfants dont Animals and their young en 1936, Button and Mac adventure en 1949, London Scrapbook a collection of photographs en 1950, Your book of sailing en 1963…

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

EXPOS EN LIGNE sur le site des littératures modes d’emploi

En cette période de confinement, il est important de garder les yeux et l’esprit grands ouverts pour ne pas sombrer dans la morosité ambiante. Les institutions muséales se mettent en quatre pour poursuivre leur mission et offrent des visites virtuelles de leurs espaces. Le monde de la chaîne du livre, et notamment du livre jeunesse, n’est pas en reste avec des propositions d’écoute de lecture d’albums ou des séances de tournage de pages virtuelles. Le salon du livre de jeunesse de Montreuil qui se tient à l’automne, a même ouvert les portes d’un salon du livre en ligne et nous fait découvrir les pratiques de nombreux illustrateurs. L’équipe des Littératures : Modes d’emploi se mobilise et vous propose quelques découvertes notamment celle consacrée aux « Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui ».

http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/babar-harry-potter-cie-livres-denfants-dhier-et-daujourdhui/

Et si nous profitions de cette drôle de période de confinement pour visiter quelques maisons d’écrivain ? Virtuellement bien-sûr ! La plateforme Muséosphère, conçue par la ville de Paris et Paris Musées, permet aux enfants de découvrir virtuellement plusieurs lieux culturels de la capitale française, parmi lesquels deux maisons d’écrivain, celles de Balzac et de Victor Hugo. http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/museosphere-i-maison-de-victor-hugo/

Fruit d’un séminaire organisé en 2012 par le Centre des Sciences historiques de la culture et les sections d’Histoire de l’art et d’Histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne, Photo d’encre est une exposition en ligne dédiée aux albums photographiques publiés pendant le troisième quart du vingtième siècle à Lausanne. http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/photo-dencre-le-livre-de-photographie-a-lausanne-1945-1975-exposition-en-ligne/

A suivre…

Tu seras les yeux de la mer

Tu seras les yeux de la mer, Alain serres, Zau, collectif, Rue du Monde, 2019, 91 pages.

On retrouve dans cet ouvrage le mode de fonctionnement de L’Abécédire, paru en 2010 chez Rue du Monde et déjà analysé ici.  Alain Serres est une nouvelle fois à la conception de cet ouvrage hybride.

La couverture de l’ouvrage annonce le dispositif mis en place dans le livre : Trois écritures, trois arts vont s’interpeller, dialoguer, se répondre, se contrarier, communier pour dresser un tableau des océans aujourd’hui et inviter les jeunes à s’engager dans la combat de l’écologie.. 

La photographie, à l’origine documentaire, est recadrée autour d’un poisson, qui, gueule ouverte, s’apprête à gober un morceau de plastique, semble-t-il. Son œil rond  évoque l’étonnement, voire l’effroi. Il nage sous ce qui semble être un continent de déchets, parmi lesquels le lecteur/ spectateur reconnaît pots de yaourt, canettes, sacs plastiques et objets de son quotidien. La photographie a été retravaillée, des graphismes ajoutés pour figurer le plastique, et seul le poisson semble réel. 

Sur le côté de la couverture, en noir et blanc, un manchot dessiné à l’encre de Chine, semble posé sur une banquise un peu grise et le trait oblique qui sépare les deux images parait symboliser la frontière entre le dessus et le dessous. 

Le titre « Tu seras les yeux de la mer » fonctionne comme une interjection au lecteur-spectateur, invité à regarder ce qui se passe dans et autour des mers, en plongeant au cœur de ces grandes images. 

Dans le corps de l’ouvrage, la photographie et l’illustration graphique sont installées en pleine page, rejoignent ses bords, alternent en page de droite ou de gauche, sont séparées par la pliure centrale. Systématiquement, l’illustration graphique accueille le texte. 

La photographie documentaire n’est pas réalisée spécifiquement pour le livre mais issue d’un collectif. Chaque image fourmille de détails et peut raconter seule. Elle montre les malheurs des ours blancs dont le territoire est pollué par les hommes ou qui sont contraints de s’approcher des villes pour trouver une nourriture devenue rare. Elle montre aussi la pollution des mers et des littoraux, la pauvreté des hommes dans certains parties du globe et la richesse d’autres en arrière-plan. Le lecteur-spectateur reconnait ces images. Il les a déjà vues ailleurs, prises dans d’autres dispositifs. 

 Zau a réalisé une image graphique minimaliste pour répondre à cette image photographique. Il y a prélevé un seul élément. Ce n’est pas une citation, pas un cadrage resserré.  L’ours n’a pas la même position que celui de la photo. Il s’agit de deux ours  enlacés. Le lecteur-spectateur imagine que l’ours de la photographie a une famille.  Le dessin du seau n’imite pas la photographie. On voit ce qu’il contient. Il s’agit  peut-être des morceaux ramassés sur la plage. Ainsi, l’image graphique dit ce que l’image photographique ne dit pas. Elle propose de s’approcher de près, de dire l’avant ou l’après de la photographie,  de compléter son langage. Elle offre un supplément de narrativité. 

Notons que le dessinateur conserve  les codes de l’univers enfantin : Les deux ours enlacés seront peut-être pour le jeune lecteur un frère et une sœur, ou une mère et son enfant. Est-ce un clin d’œil à toutes ces histoires dont les plantigrades sont les héros ?  Le lecteur-spectateur interprétera et imaginera une histoire en fonction de ce qu’il a déjà rencontré dans d’autres ouvrages.  L’image graphique portant le seau l’interroge davantage. S’il croit reconnaître des légos, il est interpellé par leur ressemblance avec des immeubles, si grands sur la photographie, si petits une fois emprisonnés dans le seau. 

Le texte fonctionne comme une légende qui fixe le sens de l’image. Pour ceux qui savent lire, elle dit comment lire l’image photographique : un ours en Russie, une plage à Manille. Une phrase, imprimée dans une typographie de couleur différente, retient l’attention : « Affamé, égaré, dérouté par ce que les hommes imposent à son blanc pays » peut-on lire entre les deux images en regard ; « Et toujours le rêve d’y trouver un trésor » lit-on en rouge entre la photographie de la plage de Manille et  le dessin du seau. Les mots proposent donc deux récits, l’ un documentaire, l’ autre fictionnel.

Mais surtout, les mots proposent  des ponts, des échos entre les deux images et permettent de franchir la marge qui les sépare. 

Dans certaines double-pages, il semble que la marge soit ignorée. L’image de gauche trouve son prolongement dans celle de droite, le banc de poisson s’étend jusque sur l’autre page, lorsque la multitude s’assemble pour former un poisson géant face à un tout petit plongeur. Ce « colosse » a un air bien innocent et fait écho à l’adjectif « fragile ». 

 

Que fait le lecteur ? La conjonction des trois modes d’expression dans la double-page invite  le lecteur-spectateur à les mettre en relation. Son regard s’accroche à une image,  cherche dans sa mémoire, reconnaît, interprète, se déplace sur l’autre, fronce les sourcils, fait des liens, vérifie dans le texte, retourne sur les images, saisit ce que sa première lecture avait ignoré. C’est un lecteur pleinement actif et mobilisé qui tourne les pages, démêle les liens, recompose les ponts conçus pour lui. Une fois le livre fermé, il lui reste mille histoires, des moments de poésie, et peut-être un tableau des océans composé de mille images.

Le regard de Christophe Meunier ici https://clio-cr.clionautes.org/tu-seras-les-yeux-de-la-mer.html

Mon analyse de L’ Abécédire est à lire ici : 

https://miniphlit.hypotheses.org/974

Little people of everywhere, PREMIERE COLLECTION de portraits de pays

Collection « Little people of everywhere,  McDonald, Etta Austin Dalrymple, Julia ,  Boston, Little, Brown, and company , 1909, 156 pages.

Kathleen in Ireland, Manuel in Mexico, Rafael in Italy, Umé San in Japan, Boris in Russia, Betty in Canada, Fritz in Germany… sont quelques uns des 12 titres de la collection des « Little People Everywhere », portraits de pays destinés à la jeunesse et publiés aux U.S.A entre 1909 et 1912. Ils sont signés Etta Blaisdell McDonald et Julia Darlymple.

Dans Rafael in Italy, les 17 photographies (« The book is full of pictures of Italian Life ») sont signées de l’agence Underwood & Underwood à New York. L’ouvrage porte une photographie couleur en couverture, identique à celle du frontispice, et représente trois enfants en costume traditionnel jouant sur la Via Appia. Les photographies qui suivent sont en noir et blanc, légendées, signées et accompagnées d’une citation extraite du texte et un renvoi de page. Ce sont en général des vues de paysages, de monuments, de rues, des scènes de la vie quotidienne et bien souvent des enfants anonymes sont présents sur l’image. Celle-ci est installée systématiquement en page de droite, verticalement ou horizontalement, et toujours bordée d’une marge blanche.

Dans la préface non signée, on peut prendre connaissance des intentions des autrices : « The very best way to understand the life and customs of foreign countries is to visit it. If that is impossible, one may still learn by reading a story of people living there. »

L’auteur précise qu’avec cette lecture, les enfants des écoles (il s’agit ici d’une édition scolaire de 1912) pourront découvrir les jeux, le travail,  les festivals, les vacances, les maisons et les ambitions des enfants d’ailleurs. 

Le lecteur va découvrir l’Italie par le biais des aventures du jeune Rafael Valla, 14 ans. On découvre sa vie à Venise. Sa rencontre avec une jeune touriste américaine est prétexte à voyager  ensuite jusqu’à Florence, Rome, Naples et le Vésuve.

Une page de vocabulaire et de prononciation complète l’ouvrage.

Tous les ouvrages ne sont pas conçus sur le même dispositif. Certaines préfaces donnent plus d’informations documentaires. Dans Umé San in Japan par exemple, l’auteur ne mentionne plus la connaissance de l’autre mais insiste sur les progrès technologiques du nouveau Japon  :  « Railways trains and electric cars are taking the place of jinrikisha and kago ».  L’ouvrage ne compte que 8 photographies et un frontispice. Il ne s’agit pas dans ce livre d’un périple à travers un pays en compagnie d’un enfant étranger mais le lecteur plonge dans la vie d’une famille par le biais de la jeune Umé San, enfant du pays. Le frontispice présente Umé San et cette première photographie permet au lecteur de faire la connaissance du personnage. Ce frontispice peut accueillir, dans d’autres ouvrages, des vues du pays.

Umé San in Japan , 1909

Point commun à toute la collection, la découverte  du pays se fait par le biais d’un enfant, sorte d’habitant archétypal comme l’indique l’auteur de la préface de Boris in Russia : « Boris Antonovitch, the young peasant of the story typifies the Russia » ou  de celle de Betty in Canada : » Betty Buttler is a type of a young canadian of to-day« .

Le portrait  du pays va se construire  par la fiction dont il est le personnage principal, par les informations documentaires contenues dans le texte et par les vues du pays. 

Autopromotion indécente

https://www.univ-rennes2.fr/article/explorez-photolitterature-jeunesse-avec-laurence-guen

Interview

Explorez la photolittérature jeunesse avec Laurence Le Guen

Laurence Le Guen assure le commissariat de l’exposition présentée à La Chambre claire, Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! de la photographe Lily Franey, qui réunit plus d’une vingtaine de clichés engagés autour des conditions de vie des enfants.

 
Image
Laurence Le Guen

Docteure en littérature française, Laurence Le Guen est l’auteure d’une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée « Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd’hui« . Chercheure associée au Cellam – Université Rennes 2 (Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes), elle mène des recherches sur la littérature jeunesse française. Elle se spécialise dans les livres pour enfants illustrés par des photographies et analyse les interactions entre la littérature et la photographie. Également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d’expositions, Laurence Le Guen assure le commissariat de l’exposition Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! de la photographe militante Lily Franey. Présentée actuellement à La Chambre claire, elle réunit plus d’une vingtaine de clichés engagés autour des conditions de vie des enfants.

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec Lily Franey ? Comment est née cette envie de collaborer sur différents projets ? 

Laurence Le Guen. J’ai rencontré Lily Franey en 2018, à l’occasion du tournage du film « Paris années 30, capitale de la photographie ». Lily et Jean-Pierre Franey étaient derrière la caméra et moi devant, pour présenter les photographes Ergy Landau, Ylla et Nora Dumas. Ce sont donc des femmes photographes qui sont à l’origine de notre rencontre. A cette occasion j’ai découvert que Lily Franey avait publié un ouvrage photoillustré pour enfants, L’Abécédire, publié aux éditions Rue du monde. Elle m’a donc apporté son témoignage sur la conception de ce livre et a ainsi pu enrichir les recherches que je mène dans ce domaine. Malgré son petit air timide, Lily a aussi de nombreuses anecdotes passionnantes à raconter sur sa vie de photographe engagée qui a parcouru le monde et a photographié des centaines d’enfants. Il nous a vite paru évident que l’on devait faire quelque chose de ses souvenirs et de toutes ces images. 

Quel a été votre rôle en tant que commissaire de cette exposition ? Que vouliez-vous mettre en avant à travers la sélection des photographies ?

L. L. G. Une constante chez Lily c’est de montrer la vie des enfants, leurs souffrances et leurs joies, leur façon de rester enfants quoi qu’ils vivent. En 2019, on a célébré les 30 ans de la Convention Internationale de l’ONU des droits de l’enfant. Marier les photographies de Lily et les droits de l’enfant, adapter mes choix à l’espace de la Galerie de La Chambre claire, travailler avec le service culturel de l’université Rennes 2 qui a tout de suite dit « oui » à ce projet, voilà quel a été le plus gros de mon travail. Je ne voulais pas, en accord avec Lily, montrer uniquement la misère. On voulait témoigner de l’enfance dans sa globalité, où qu’elle se vive sur la terre. 

Spécialisée dans les livres pour enfants illustrés par des photographies, vous analysez les interactions entre littérature et arts visuels. Pouvez-vous nous parler de votre rapport à la photolittérature ? Comment est né votre intérêt pour celle-ci ?

L. L. G. J’ai découvert la photolittérature ici, à l’université Rennes 2, lorsque j’ai repris mes études en master, sous les bons auspices du professeur Montier. Je me suis aperçue que le continent éditorial des ouvrages pour enfants accompagnés de photographies était un domaine largement ignoré ou trop peu étudié. J’ai plongé dedans et je continue à explorer ses productions. C’est comme si je tirais le fil d’une pelote. Plus je tire dessus, plus il en apparaît, dans toutes les langues, sur plus de 100 ans ! 

« Si aujourd’hui il est communément admis de trouver des photographies dans les livres pour enfants, nombreuses ont été les réticences des créateurs, éditeurs et lecteurs pour associer littérature pour le jeune public et illustration par la photographie ». Comment expliquez-vous l’évolution de la perception sur cette production depuis son apparition ? 

L. L. G. Une des constantes de mes enquêtes auprès des professionnels du livre et ceux de l’enfance, c’est qu’on se méfie de la photographie dans les livres pour enfants. On l’admet dans les documentaires ou les imagiers, bien sûr, mais aussitôt qu’elle accompagne une fiction, elle fait peur. On lui préfère traditionnellement le dessin. Cela fait plus de 100 ans que l’on fonctionne avec cette réticence, malgré quelques améliorations depuis les années 2000 peut-être. Les discours ont parfois été violents à son encontre. 

“Mauvaise qualité”, “sans netteté”, “brideuse d’imaginaire”, “trop plein de réalisme”, “incapacité à accompagner la fiction”… Suite au constat concernant les critiques par des lecteurs « avertis » concernant l’insertion de la photographie dans le livre pour enfants, vous réalisez une enquête avec le Cellam en partenariat avec le laboratoire Loustic de l’université Rennes 2. L’objectif de cette étude est de mesurer la réception du lecteur réel, de l’enfant lui-même. Quels résultats sont apparus ?

L. L. G. Les premiers résultats montrent que les enfants aiment la photographie et que bien souvent ce sont les adultes qui s’en méfient. Il semble également qu’ils aiment son réalisme et l’illusion de vérité qu’elle procure. Mais en fait ils n’expriment pas une préférence pour l’un ou l’autre mode d’illustration. Ils sont surtout sensibles à l’esthétique du livre, aux thèmes qu’il aborde, à la possibilité qu’ils ont de pouvoir se reconnaître dans le personnage ou aux surprises qu’il leur apporte. 

Également auteure jeunesse, vous publiez ce mois-ci une biographie de Nelson Mandela destinée aux jeunes lecteurs aux éditions Yomad dont les photographies sont signées de votre désormais complice Lily Franey. Quelques mots sur ce projet ?

L. L. G. Un de mes grandes fiertés c’est d’avoir publié un livre photoillustré alors que c’est le sujet de mes recherches. Et puis quelle émotion de découvrir des photographies de Nelson Mandela prises par Lily en 1990 ! Il venait de sortir de prison. Certaines ont été publiées dans la presse mais d’autres sont à découvrir. Il faut aussi écouter Lily et Jean-Pierre Franey raconter leur rencontre avec le plus célèbre prisonnier du monde. Ils font revivre une tranche d’Histoire. Je crois que nous avons matière à une autre exposition ! 

En raison du contexte actuel, la table ronde sur la littérature jeunesse non-genrée  qui devait avoir lieu en avril dans le cadre des Mardis de l’égalité est reportée à la saison prochaine. Celle-ci proposera d’explorer la nécessité de déconstruire les stéréotypes de genre, à l’heure où celui-ci est reconnu comme construction sociale. Quel est votre regard sur cette littérature ?

L. L. G. J’ai une bonne dose d’ouvrages très genrés dans mon corpus, entre Books for boys et exempla destinés à former de bons petits soldats ou de bonnes ménagères. Quand on sait l’importance de la littérature jeunesse dans la construction de l’enfant et du futur adulte, il faut soutenir le développement d’une littérature non genrée. Je crois qu’elle fait son chemin, petit à petit chez les éditeurs, mais que la route est longue. Peut-être qu’on pourrait en réaliser un illustré de photographies ? Il faut que j’en parle à Lily !

 

Pour en savoir plus : miniphlit.hypotheses.or

JE « Portraits de pays », épisode 1, extraits…

Christophe Meunier, docteur en géographie, formateur à l’Iespe Orléans  : Construire un capital géographique, L’exemple de la collection « This is the…World » de Miroslav Sasek

            « Chez Miroslav Sasek, les lieux identificatoires d’une ville ou d’un pays donné sont les « personnages » des albums qu’il réalise entre 1959 et 1974 dans la collection « This is…the World ». À travers les portraits de grandes villes mondiales, il entend faire voyager ses jeunes lecteurs par le monde. L’artiste tchèque est lui-même un grand voyageur. Fuyant le régime communiste qui a pris le pouvoir à Prague en 1949, il se réfugie d’abord à Paris puis à New-York en 1959. C’est là qu’il décide de faire publier ses trois premiers travel picturebooks. Il s’agit pour l’artiste de rendre compte des voyages qu’il a lui-même réalisés.

            En 1996, le géographe Marc Brosseau se proposait d’étudier une série de romans qu’il avait décidé de qualifier de « géographes » sans délivrer une réelle définition de ce type de romans. Cette communication sera l’occasion pour moi de voir en quoi la collection « This is… the World » de Miroslav Sasek peut être considérée comme un ensemble « d’albums-géographes », tentant d’approcher de plus près les contours d’un tel genre d’ouvrage. Entre autres éléments caractéristiques, il s’agira de montrer que cette collection a pu contribuer à construire un capital géographique pour plusieurs générations de lecteurs. »

Christine Rivalan-Guégo, professeure en langue et littérature de l’Espagne et  V.P. de l’université Rennes 2, Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols, Série Le Monde, Éditions Piccoli

« Reflet des intérêts culturels, géographiques, voire touristiques, exprimés dans les années 1950, la Série Le Monde publiée en France par les Éditions Piccoli de Milan s’inscrit dans un mouvement éditorial de littérature jeunes publics qui a vu apparaître dès 1948 la collection Enfants de la terre aux Albums du Père Castor, Enfants du Monde chez Nathan (1952), Connais-tu mon pays chez Hatier (1963) mais aussi la série des Caroline de Pierre Probst (Caroline aux Indes (1955) ; Caroline en Europe (1960) ; Caroline au ranch (1961) ; Caroline au Pôle Nord (1962) ; Caroline au Canada (1967))

À partir de l’étude d’un des volumes de la série, Les petits Espagnols, l’analyse s’attachera à déterminer le positionnement, à la fois littéraire et éditorial des portraits de pays offerts par la série à ses jeunes lecteurs et lectrices et ce, dans le sillage des conclusions de l’article de synthèse de David Martens sur la notion (Martens David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », PUF, Communication et Langage, n°202, 2019, pp. 3-24.). »

Denis  Rodrigues  (université  Rennes2).   Portrait d’Espagne et d’Amérique latine : quand le miroir déformant de l’idéologie s’en mêle.

Quelles représentations de l’Espagne et de l’Amérique du sud donnait-on aux collégiens et lycéens français des années 70 à 80 ? L’analyse des textes et de l’iconographie de quatre collections de manuels scolaires publiées à cette période mettra en évidence bien des représentations stéréotypées, entre enthousiasme naïf et critiques virulentes.

Simon Roguet, librairie M’Lire à Laval (53) 

Que trouve-t-on en matière de portraits de pays chez les éditeurs et les libraires aujourd’hui ? Quels pays présentent-ils ? Quelles sont leurs formes ? Qui sont les clients ? Tour d’horizon de la production contemporaine.

 

Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, maîtresses de conférences U. d’Artois Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).

« Le Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse est une association qui, depuis sa création en 1965, regroupe écrivains, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants, animateurs et parents soucieux d’une meilleure connaissance et d’une promotion élargie des livres destinés aux enfants et aux jeunes.  L’association a ouvert à Arras, pour les enseignants-chercheurs, les étudiants et tout utilisateur extérieur, un Centre Robinson dédié à la littérature pour la jeunesse.  On y trouve de multiples collections d’ouvrages pour enfants, parmi lesquels de nombreux portraits de pays qui empruntent des formes très différentes, traitent de régions du monde variées et visent des finalités diverses. » Sur le site du CRILJ

« Nous avons été finalement surprises de l’ampleur de notre corpus dans ces années 80-2000 sur les portraits de pays. Il correspond néanmoins à l’explosion du genre documentaire en littérature de jeunesse remarquée par Claudine Hervouet ou Michel Defourny. Il est assez notable de voir que les éditeurs historiques de la littérature de jeunesse font des propositions, tout comme des éditeurs plus confidentiels ou inattendus.

Les premières propositions de notre corpus tendent vers une forme d’exotisme dans le choix des territoires avant qu’une diversification et une exhaustivité des lieux se fasse jour. Dès lors, l’ambition est davantage celle d’un savoir objectivité prenant en charge des dimensions sociales, culturelles et parfois politiques : le pays doit être approché dans sa complexité et dans son altérité avec des portraits croisés et multiples au service d’un même territoire.

La spécificité du « portrait de pays » en littérature de jeunesse tient aussi à la figure de l’enfant toujours présente à une exception près. Les enfants sont bien réels, les photos l’attestent et deviennent familiers au lecteur, ou fictifs : cette donnée n’influe finalement que peu dans l’approche : l’enfant s’avère un prétexte, sans doute une manière de permettre l’identification du lecteur cible. L’enfant n’est pas le guide attendu de son pays mais reste un artifice et bien souvent il manque un fil conducteur pour qu’on s’approprie pleinement son quotidien.

S’il programme un lecteur, quel est-il ? Un lecteur curieux d’ailleurs, un lecteur avide de connaissances mais depuis peu aussi un lecteur voyageur en mesure de venir à son tour habiter ces lieux et cet espace, d’où un autre sous-genre peut-être ou forme éditoriale que nous envisageons d’explorer lors d’une future journée d’études : les guides de voyage pour enfants et leurs nouvelles formes. »

Catherine Sablonnières, maîtresse de conférences en langue et littérature espagnole,  U. Rennes 2 : De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.

A venir

Laurence Le Guen, docteure en littérature française, chercheuse associée au Cellam-U. Rennes 2, De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots »

« Si l’appellation de « Portraits de pays », que nous devons à David Martens, est encore ignorée des éditeurs pour la jeunesse et reste l’apanage des chercheurs, elle désigne pourtant une importante catégorie de la production de livres  pour enfants et  constitue même un « continent éditorial » mal connu qu’il est temps d’explorer, celui des « pays de papier », et j’emprunte là le nom de l’exposition qui s’est tenue à Charleroi l’été dernier et qui explorait la production pour adultes.

Parmi eux, les portraits de pays photoillustrés, qui « disent l’ailleurs en photographies et en mots », tiennent une large place. Ma communication va tenter non seulement de les définir mais également de comprendre en quoi la présence de la photographie change la rencontre avec le pays qu’il s’agit de faire découvrir.

Plusieurs collections d’ouvrages se distinguent comme notamment celle des « Children of All Lands Stories » publiée dans les années 20-30 aux Etats-Unis ou encore la série « Enfants du Monde » publiée en France à partir des années 50 et qui fait figure de veritable pépite au sein de cette production avec ses montages innovants. Dans la suite de mon intervention lors du colloque de Cerisy de juillet dernier consacré au genre du portrait de pays, je m’appuierai largement sur ces deux collections, mais également  sur les innombrables séries  que je m’efforce de collecter et présenter sur le site consacré aux ouvrages photolittéraires pour enfants,  Miniphlit. 

Associés aux apprentissages de la géographie du monde, d’une qualité souvent inégale, ces « portraits de papier » ont souvent permis de multiples voyages dans une période où le tourisme n’était pas possible et permis des rencontres sans quitter sa chambre d’enfant. S’il faut désormais aller les dénicher au fond de nos greniers, nombre de lecteurs aujourd’hui adultes ont rêvé devant ces photographies de monuments, de paysages et d’enfants d’ailleurs souriants, si lointains et pourtant si proches… »

https://miniphlit.hypotheses.org/2452 

http://www.mdrn.be/publications/pays-de-papier-livres-de-voyage

Quelques photographies du vernissage de l’exposition « Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! », Galerie de La Chambre claire : 

Pour découvrir l’exposition :

https://www.youtube.com/watch?v=wReW32KbE2E