Encore un plouf !

Et voici le nouveau livre d’Isabelle Ricq qui avait déjà signé Une forêt dans un verre d’eau https://miniphlit.hypotheses.org/4311.

Le terrain de jeu n’est plus la forêt mais l’eau du bain qui se transforme en un profond océan où se croisent ours blanc, morses, manchots, méduses et poissons de toutes tailles. Le format de l’ouvrage, qui s’ouvre dans la hauteur, donne de la profondeur à l’océan et permet à l’image de jouer sur la plongée en eaux profondes,  et la remontée vers la surface, en reversant le livre.

Encore une fois Isabelle Ricq nous plonge au coeur des beautés de la nature, avec ses photographies d’animaux marins évoluant dans les bleus de l’océan, et au coeur de l’imaginaire enfantin ici célébré avec cet enfant qui rêve d’un bain plein d’aventures.   

“Cette histoire est née de la peur que l’eau inspirait à ma deuxième fille. L’heure du bain était compliquée, alors, pour détourner son attention et lui donner envie de se joindre à lui, son petit nageur mécanique faisait des courses et des acrobaties incroyables avec les autres jouets. L’histoire du livre est plus positive encore car là, l’enfant prend plaisir à vivre lui-même de grandes aventures dans sa petite baignoire. Sa témérité et sa joie sont réelles, bien que son odyssée ne le soit pas – d’où la citation de Boris Vian “Cette histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre”.  Isabelle Ricq, 19 juin 2024.

Le site d’Isabelle Ricq https://isabellericq.fr/

Cru Cuit, agitateur de papilles au Diplodocus. Entretien avec Matthieu Saintier.

Voici le dernier né de la maison Le Diplodocus : Cru Cuit, un imagier qui célèbre les aliments et la cuisine et qui titille les cinq sens des plus jeunes lecteurs. Rencontre avec son auteur. 

Matthieu Saintier, quel est votre parcours ?

J’ai étudié la musicologie, période qui m’a permis de réfléchir sur l’art et je me suis ensuite orienté vers le graphisme. Lorsque ma femme a créé sa maison d’édition, j’ai réalisé le logo puis me suis occupé du graphisme des livres. Petit à petit, j’ai pris de plus en plus de place dans la maison et maintenant j’en suis membre à part entière. 

Parlons un peu du Diplodocus. De quand date la maison d’édition ? quelle est sa ligne éditoriale  ? https://www.le-diplodocus.fr/

2015. Nous disons qu’il n’y a pas de ligne éditoriale. Nous publions des livres que nous aimons. C’est le principal moteur de nos choix. Quand on reçoit un livre, s’il nous plaît, si on le trouve intéressant ou beau, on y va. Il n’y a pas de thématique imposée, ni de format. Nos livres s’adressent aux enfants de 0 à 10 ans mais nous n’avons publié que de l’album illustré. En ce moment, nous En ce moment, nous essayons de publier de la BD.  https://www.le-diplodocus.fr/catalogue/la-tempete

Quelle est la place  des livres photos dans votre catalogue ?

Ils ont fait partie de notre catalogue dès le départ. Quand on a monté la maison,  nous cherchions des projets.  J’ai découvert le site de Tineke Meirink Meirink | le diplodocus (le-diplodocus.fr), une artiste hollandaise. On pouvait ajouter  des détails sur des photographies d’éléments d’une ville en bougeant la souris. On s’est dit que cela pourrait faire un super livre pour enfants. De là est née l’envie de développer une collection sur le Street art, afin de favoriser l’accès à cet art. Nous avons donc commencé par l’album Dans la rue, suivi de Dans la ville. https://www.le-diplodocus.fr/catalogue/dans-la-rue

Nous avons eu un peu de mal à trouver d’autres street-artistes parce qu’ils ne pensent pas forcément à se tourner vers la littérature jeunesse. Nous avons publié ensuite un album de coloriage avec Lucie Albon, puis Murmures autour de ses collages photographiques. https://miniphlit.hypotheses.org/7469

Parlons de Cru Cuit. Comment en est venue l’idée ?

Nous réfléchissions à réaliser un livre de recettes de cuisine pour les enfants. Ma femme, Floriane Charron, en a déjà  écrit pour d’autres maisons. Plus le projet avançait, plus on se disait qu’il fallait aller à l’essentiel. Nous avons donc eu assez rapidement l’idée du cru et du cuit. Je voulais que les enfants soient en interaction avec les aliments. J’ai beaucoup de mal avec la nature morte. Il y manque quelque chose. J’avais besoin de la vie autour des aliments. Le personnage principal de la photographie, c’est l’enfant. Je faisais en sorte de prendre les photos au moment où les enfants touchaient les aliments ou bien j’installais de petites mises en scènes. On trouvait également ensemble des moments pour des petites séances photos.

On trouve un mot par double page, dans un coin en bas à droite et en petite taille. Pourquoi ce choix ?

Pour faciliter la lecture des parents. On se rend compte que les albums muets les déstabilisent énormément, bien plus que les professionnels de la petite enfance ou du livre. Pourtant je trouve que les images font venir les mots et les phrases : “qu’est que tu penses ?” “Est que tu as déjà mangé ça ?”. L’enfant verbalise, entre en interaction avec les photos.

 Aviez-vous établi une liste d’aliments ?

Oui. Nous avons essayé avec une liste de dépasser les aliments évidents ou simplement graphiques. On s’est dit aussi qu’on ne pouvait pas parler uniquement du végétal puisque les gens mangent aussi des animaux. Pour autant, je n’avais pas envie de faire figurer une vache en face d’un steack haché  car un animal n’est pas un aliment cru mais un être vivant. J’avais essayé de faire des choses avec l’œuf, mais je n’ai pas été séduit. D’où la page du poisson.

Y a-t-il eu des modifications lors de cette nouvelle édition ?

Il fallait profiter de cette nouvelle édition pour l’améliorer. Je le trouvais un peu petit lors de mes lectures en classe. Il fait désormais 18 x 18, ce qui reste tout à fait manipulable par un petit et facilite sa lecture en classe. On a aussi modifié quelques photographies et donc l’ordre des pages pour ne pas avoir à la suite deux photos sur lesquelles l’enfant coupe par exemple. C’est tout un équilibre à trouver.

Est-ce que vous envisagez de réaliser un autre imagier ?

On m’en a souvent parlé après la sortie de Cru Cuit mais je n’avais alors pas trop d’idées et puis mes enfants ont grandi, du coup je n’avais plus les acteurs sous la main. Cela m’embêtait un petit peu de devoir travailler avec des enfants que je connaissais pas. J’ai ensuite eu d’autres projets de livres photographiques mais il me faut trouver du temps. Nous aimerions bien développer la collection de Street Art.

Merci Matthieu ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

LA PHOTO en questions, manuel de survie dans la jungle médiatique

Un lion précédant un bataillon de Crs dans les rues d’une grande ville accueille le lecteur, au dessus du titre « LA PHOTO, en questions ». Après les deux ouvrages consacrées aux  Histoires vraies des grandes PHOTOS, qui revenaient sur l’histoire des photographies iconiques et Les images disent-elles la vérite ? qui déjà sensibilisait aux photos truquées, le nouveau-né de la collaboration David Groison et Pierangélique Schouler, publié une nouvelle fois chez Actes Sud junior, continue d’explorer notre rapport à la photographie avec 30 questions. Essentiel pour s’en sortir dans la jungle des images omniprésentes.

De « Sommes-nous plus beaux sur les selfies ? »  à « Un journaliste a-t-il le droit de me photographier ? », en passant par « La photo peut-elle être une preuve ? » et  « Qui choisit les photos dans les médias ?, les deux auteurs questionnent dans chaque court chapitre l’usage des photographies par les médias, le respect de la législation, les questions de lecture, de cadrage, de manipulation et de circulation de l’image, de l’intelligence artificielle…

L’ouvrage est riche des témoignages des professionnels de l’image, photographes, iconographes, spécialistes du droit d’auteur, scientifiques, journalistes. Il est également abondamment illustré de photographies sur lesquelles figurent des personnages habitués des médias et susceptibles de retenir l’attention des jeunes lecteurs : l’acteur Vincent Lacoste, le footballeur Mbappé, le mannequin Emily Ratajkowski, etc… ou  qui ont servi à illustrer des évènements récents : l’attaque du Capitole, la Covid, la guerre en Ukraine, la fonte des pôles…

Chaque chapitre se clôt avec la rubrique « Mode d’emploi »,  qui  invite les lecteurs à appliquer des réflexes de protection et de bon sens face aux images qui nous entourent. A mettre dans les mains des adolescents… mais pas que.

L’Histoire vraie des grandes photos, entretien avec David Groison

Actes Sud Junior
Mai, 2014
18.00 x 18.00 cm
88 pages

Qu’est-ce qu’une photographie iconique ? Les deux volumes de l’Histoire vraie des grandes photos, signés David Groison et Pierangélique Schouler, tentent de répondre à cette question en proposant pour chaque opus une sélection de 20 images,  sélectionnées dans plus d’un siècle de production photographique.

Chaque image est décodée, analysée, autant d’un point de vue esthétique que symbolique, et replacée dans son contexte historique. Les auteurs ou les acteurs de ces photographies viennent parfois raconter l’histoire de ces prises de vue et ajoutent un supplément d’humanité à ces clichés que nous croyions déjà connaître. 

Entretien avec David Groison.

Comment est née L’Histoire vraie des grandes photos ?

Pierangélique Schouler et moi-même sommes partis du constat suivant : il y a une méconnaissance de la photographie, à la fois chez les journalistes et chez les ados. L’école nous apprend à décrypter des textes patrimoniaux, mais ne nous apprend rien sur l’image alors que nous baignons dans un monde d’images, où il y a plein de règles d’écriture, comme dans les textes. On a donc voulu réfléchir aux vingt questions à se poser pour regarder les images et cela a donné Prises de vue, décrypter la photo d’actu, chez Actes Sud Junior. Nous avons ensuite réalisé Photos chopées, sur les photos truquées, qui montre comment et pourquoi certaines photographies sont trafiquées.

Après avoir travaillé sur la grammaire et les coulisses de la photographie, il semblait naturel de présenter les grandes photos, aussi bien que le ferait un cursus littéraire. Ces grandes photos, notre œil les connait, les repère partout, analyse la répétition des motifs, mais, en fait, nous n’en savons pas grand-chose, et surtout pas dire à quelle réalité elles se rapportent. Aller chercher les coulisses de la prise de vue nous a permis de voir combien cela éclairait les débats d’aujourd’hui sur la place de la photo, la preuve qu’elle apporte.

Actes Sud Junior, Avril, 2013, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Pourquoi cette compilation de photographies a-t-elle ce format carré, un peu petit ? C’est un peu surprenant pour un livre de photographies. On s’attend plus à de grandes images et en plus grand nombre.

Nous ne voulions pas un beau livre de photos hyper impressionnant. Les deux premiers ont même une couverture souple. Ces deux volumes consacrés à l’histoire vraie des grandes photos s’inscrivent dans une série de cinq ouvrages et en ont donc la forme.

Nous ne voulions pas non plus réaliser un livre qui présenterait les grands moments historiques. Nous n’avons aucune photo qui concerne la Première Guerre mondiale par exemple, et c’est bien normal car il n’en reste pas de photo iconique. L’idée était  vraiment de faire figurer des photos présentes dans la pop culture ou dans notre imaginaire. En rigolant, quand on en parle devant des ados, on leur demande si telle image a été détournée par les Simpson. Un des critères pour identifier une photo iconique serait finalement le détournement ou sa présence dans une série. C’est un bon indicateur.

On s’est arrêté à vingt photographies pour ne pas faire un livre trop volumineux. Il était important de garantir le plaisir de lecture. Assez vite nous avons proposé d’en faire un deuxième, avec cette limite de l’année 1965 et l’arrivée de la couleur. De la même façon, chaque histoire que nous racontons autour de chaque photo a un nombre de signes limité. Lire l’histoire d’une photo ne devait pas devenir impressionnant.

Actes Sud Junior, mars 2016, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Comment s’est opérée cette sélection de photos ? Chacun de votre côté d’abord avant une mise en commun ?

C’est cela ! Nous avons chacun notre culture : Pierangélique est iconographe de presse et a un parcours en rapport avec l’image et moi je viens de l’écrit et de l’école du journalisme. C’est l’alliance du néophyte et de l’expert, avec chacun sa grille de lecture et chacun son avis. Certaines photos, très connues des étudiants en photo, ne me semblaient pas du tout connues du grand public par exemple. Finalement le choix s’est porté sur des images qui racontaient plus qu’elles-mêmes, comme celle réalisée sur le Rockefeller Center. (Construction Workers Eating Lunch, 1932). Elle est à la fois allégorie de l’amitié, tout en étant le symbole du moment où NY devient NY. La bonne surprise a été de découvrir que chaque photo avait une histoire dingue.

Comment avez-vous pris en compte les auteurs de ces images et leurs ayants droit ?

Pour obtenir le droit de publier ces images, il suffit de payer en fait ! La surprise a été de découvrir que certaines photos valaient plus que d’autres. Le baiser de L’hôtel de ville vaut plus que celui pris à Times Square !  

On a essayé, à chaque fois que cela été possible, d’interviewer les gens qui les ont prises ou ceux qui sont sur la photo. Celle d’Arthus Bertrand m’a frappé. Le pilote de l’hélicoptère était heureux d’en parler. L’enquête pour retrouver les gens sur les photos a été passionnante.

Pourquoi le volume 1 est-il proposé avec deux couvertures différentes, une avec Marilyn Monroe de 1954, l’autre avec des ouvriers de 1932 ? 

Lors de la première édition, le directeur artistique s’interrogeait sur la difficulté de réduire ce travail à une seule image… Dès la réimpression, il a été convenu de ne garder que celle des ouvriers.

Quels retours avez-vous des lecteurs ?

J’ai animé récemment un atelier avec des petits, et je leur ai proposé des extraits découpés des photos. Tout de suite, ils étaient capables de saisir l’essence des photos et d’imaginer leur hors-champ. Pour celle de Dorothea Lange (Migrant Mother, 1936), par exemple, ils ont imaginé le père, car cela leur semblait impossible que celui-ci soit absent.

Ce qui est génial avec des ces publics éloignés du livre, c’est qu’ils  rentrent soudain dedans à fond. Certains adolescents ont écrit des slams pour accompagner la photo des ouvriers sur la poutre (Construction Workers Eating Lunch, 1932). C’est réjouissant pour moi comme pour les éducateurs.

Serait-il possible d’imaginer un troisième tome ?

Nous nous sommes arrêtés à 2015 avec la photo de la Place de la nation. Il est compliqué de choisir des images sur lesquelles le temps n’a pas laissé sa patine. Les trois dernières photos sont certainement facilement contestables, parce qu’il manque le recul de 50 années. Aujourd’hui, la photo est omniprésente et la photo iconique est plus difficile à isoler. Les photos ont moins le temps de s’imposer et d’écraser tout le reste. Il faut donc du temps dans l’œil de celui qui la voit pour qu’elle devienne iconique.

Avez-vous des regrets ?

Non. C’est notre choix à tous les deux. Ceci étant, j’aurais bien mis la photo de John Lennon et Yoko Ono prise par Leibowitz juste avant qu’il se fasse assassiner, mais Pierangélique trouvait qu’elle ne rentrait pas dans le corpus et en plus elle était hors de prix !  Ceci étant la question du prix n’a jamais été un sujet pour l’éditrice.

Merci David Groison ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Robert Doisneau, le nouveau né de la collection “Mes docs art” chez Milan

Enfin un documentaire pour enfants consacré à un photographe !  

Poursuivant son excellente collection de documentaires dédiée aux courants ou figures du patrimoine artistique mondial, la maison d’édition Milan vient de publier un nouvel ouvrage consacré au grand photographe humaniste Robert Doisneau.

Bien connue des jeunes lecteurs et des enseignants, la collection “Mes docs art” permet aux  enfants de découvrir, dès cinq ans, l’œuvre de peintres, Van Gogh, Magritte ou encore Miro, ainsi que des courants artistiques, les impressionnistes ou le Street art. Elle s’autorise aussi quelques incursions vers d’autres arts : le cinéma avec un titre consacré à Charlot à l’occasion des 100 ans du film The Kids ou la sculpture avec les œuvres colorées de Gaudi.

Ce pas de côté en direction de la photographie prend les traits de Robert Doisneau, qui, l’œil bleu malicieux tendu vers le viseur de son appareil et doigt sur le déclencheur, nous accueille en couverture. Quel meilleur choix pour faire découvrir la photographie aux plus jeunes que celui de ce photographe qui a fixé les multiples aspects de l’enfance et que tout le monde connait ? « Ce qui est fascinant avec Robert Doisneau, explique Anne Vila des éditions Milan, c’est que, quel que soit leur âge, les gens le connaissent et l’aiment. Le nom de Robert Doisneau est un nom fort en France ». Un nom symbole d’images iconiques des Français. 

Les doubles pages du documentaire accueillent, sur un fond blanc qui la met en valeur, la collaboration des mots, des illustrations et des treize photographies. Clémence Simon, qui signe le texte, est une habituée des  titres de la collection. Son récit est écrit dans un langage très simple, même s’il accueille ça et là  quelques notions  spécifiques au 8ème art : composition, lumière, Rolleiflex, laboratoire, développement…. Pour sa première collaboration avec la maison Milan, l’illustratrice Juliette Boutant donne à voir, avec des illustrations au plus près de la réalité, les lieux, les véhicules, les costumes et les visages des personnes rencontrées. Toutes les deux se sont plongées avec passion dans la vie et l’œuvre de l’artiste et se sont abondamment documentées. Pour les aider, Annette Doisneau et Francine Deroudille, les deux filles du photographe, ont généreusement ressorti les photographies de l’album de famille et partagé leurs connaissances sur les techniques de développement ou les appareils utilisés par leur père.

© Éditions Milan. Autrice : Clémence Simon. Illustratrice : Juliette Boutant.Photographies Robert Doisneau : © Atelier Doisneau.

Comme il est de tradition dans les ouvrages de la collection « mes docs. art » consacrés à un créateur, la première double-page accueille les premières années du photographe. Le jeune lecteur découvre ainsi qu’avant d’être célèbre, l’artiste a eu lui aussi un papa, une maman et connu les joies et malheurs  propres à l’enfance.

Au fil du tournage de page, le jeune lecteur avance dans le temps et poursuit sa rencontre avec l’artiste. Il apprend comment Robert Doisneau s’est formé à la photographie. Il découvre qu’il a commencé par réaliser des photographies publicitaires pour des médicaments. Il sait désormais comment il a obtenu ses premières commandes officielles, ses premiers gains avec ses images, comment il a développé des travaux plus personnels. Il découvre aussi son engagement auprès des résistants, sa première collaboration photolittéraire avec Cendrars… Ce faisant, le jeune lecteur plonge dans l’histoire de la photographie du XXème siècle.

© Éditions Milan. Autrice : Clémence Simon. Illustratrice : Juliette Boutant. Photographies Robert Doisneau : © Atelier Doisneau.

Les treize photographies, sélectionnées par l’autrice et l’éditrice Anne Vila dans un demi-siècle de production photographique, sont légendées, installées sur la belle page et accompagnées d’une jeune mascotte incollable sur la vie de l’artiste. Elles  offrent une déambulation dans ses sujets de prédilection et sont susceptibles de séduire ou surprendre les enfants : décontraction de l’ouvrier dans La Pause (1938), joie des vacanciers Sur la Dordogne (1939), curiosité des passants dans Le Cheval tombé (1942)… Autant de scènes de la vie quotidienne des français des années 30 à 80. Bien évidemment, les autrices n’ont pu faire l’impasse sur le portrait de Picasso à Vallauris (Les pains de Picasso, 1952),  ni sur le Baiser de l’hôtel de ville (1950),  Le Cadran scolaire (1956) ou Le Pigeon indiscret (1964) devenus iconiques. La photographie couleur fait aussi son apparition dans le livre avec les Bigoudis du peintre (1960).

Si l’on s’étonne de ne pas rencontrer de portrait ni autoportrait de l’artiste, Anne Vila explique  qu’il s’agit de donner à voir au jeune lecteur une production d’un artiste tourné vers les autres et que cela correspond bien au caractère plein d’humilité de l’homme.

Les dernières pages de l’ouvrage rappellent combien l’œuvre de l’artiste a fait l’objet de livres, de films, d’expositions et combien ses photographies narratives et poétiques ont su séduire bien des spectateurs à travers le temps, en France et bien au-delà de nos frontières.

Souhaitons que cet ouvrage rencontre le succès et contribue à faire découvrir aux plus jeunes l’art photographique. Croisons les doigts pour que la maison Milan ne s’arrête pas en si bon chemin…

Merci chères Francine et Annette de ce très joli cadeau.

Merci chère Anne Vila pour ce bel entretien.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Regarde ! à la Maison de la photographie Robert Doisneau, c’est bien plus qu’une exposition.

Pour la première fois, un lieu dédié à la photographie accueille jusque fin mai une exposition dédiée aux livres photographiques pour enfants. 

Extrait du dossier de presse :

“Née au XIXème siècle, la photographie investit très tôt le livre, afin de pouvoir être diffusée efficacement au plus grand nombre. Loin de réserver ce canal de diffusion aux adultes, les photographes voient la possibilité de conquérir un nouveau public : les enfants. Collaborant avec des écrivains, ils s’essaient avec entrain à la création d’ouvrages pour la jeunesse, et font preuve d’une très grande inventivité pour créer autour de leurs images des fictions, des livres  d’apprentissage ou des albums novateurs.

Ces créations dites photolittéraires sont le reflet de  leur époque, témoignent de la variété des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques qui accompagnent le développement de la photographie. Longtemps la photographie fut la mal aimée des livres pour enfants. Aujourd’hui encore, la photographie reste marginale en littérature jeunesse et le livre photo-illustré souffre toujours d’un manque de reconnaissance.

Pourtant, depuis quelques années, on redécouvre l’importance et la variété de cette abondante production. On se rend compte que bon nombre de grands photographes ont contribué activement à son histoire : Ansel Adams,Laure Albin-Guillot,Claude Cahun,Edward Curtis, Dominique Darbois, Robert Doisneau, Hannah Höch, Frank Horvat, André Kertész, François Kollar, Ergy Landau, Jacques-Henri Lartigue, Thérèse Le Prat, Duane Michals, Annette Messager, Sarah Moon, Marc Riboud, Alexander Rodtchenko, Cindy Sherman, Emmanuel Sougez,Edward Steichen,WilliamWegman,pour lesquels ces livres font pleinement partie de leurs œuvres.

Bien plus, des titres signés des maîtres de la photographie sont réédités et figurent désormais dans les rayonnages des bibliothèques enfantines. Ainsi, les assemblages d’objets hétéroclites de la photographe surréaliste Claude Cahun (1894-1954) pour le Cœur de Pic sont de nouveau accessibles. La fourrure des oursons de la photographe animalière Ylla (1911-1955) est plus soyeuse que jamais. Et les jeunes lecteurs peuvent désormais admirer la profondeur du noir et blanc des images du photographe japonais Eiköh Hosoe (né en 1933) dans Taka-Chan et moi.

La Maison de la Photographie Robert Doisneau invite aujourd’hui le public à redécouvrir  l’histoire de cette production rarement présentée au public par les institutions. Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants propose aux visiteurs de circuler dans une centaine d’ouvrages publiés du milieu XIXe siècle jusqu’à nos jours. Pensé aussi bien pour les enfants que pour les adultes, la scénographie offre un parcours chronologique, allant de 1866 à 2023 et permet de découvrir les premiers ouvrages du genre puis l’évolution du livre de photographie jeunesse en Europe et aux Etats-Unis. Le parcours détaille également sous forme de focus quelques catégories structurantes de la photolittérature pour les enfants : l’imagier, le livre de cinéma, le livre de conte ou encore le  livre  de  voyage.

D’hier ou d’aujourd’hui, ces livres ont marqué plusieurs générations et façonné bien des regards. À ce titre, ils font partie intégrante de l’histoire collective et  méritent  d’être  découverts  ou  redécouverts.”

Cette exposition est conçue pour s’adresser aux adultes, professionnels de la littérature jeunesse ou de la photographie, comme aux plus jeunes lecteurs, avec des espaces de lecture qui leur sont réservés, des accrochages, une signalétique et des cartels adaptés. 

Bien plus, des ateliers, conçus par Claire Le Moine et Lou Burillier-Peltier du service pédagogique de la Maison Doisneau, leur font découvrir l’histoire de ces productions et leur offrent la possibilité de s’exercer à leur tour à la création photolittéraire : découpage-collage, photomontage, écriture d’histoires… D’étranges personnages sont ainsi apparus ces dernières semaines, à la manière de ceux de Jean Lecointre, d’Hannah Höch ou encore de Jan von Holleben. 

La Maison Doisneau propose également un cycle de visites guidées et de visites en famille. 

En marge de l’exposition, la médiathèque de Gentilly, en face de la Maison Doisneau, accueille l’exposition de la photographe Nathalie Seroux. La conférence 1,2, 3 … Regarde ! Découvrir le monde dans les imagiers photographiques a permis mercredi dernier au public de Gentilly de découvrir l’évolution et la finalité de cette catégorie importante de la photolittérature jeunesse.

L’exposition est présentée jusqu’à la fin du mois de mai à la Maison Robert Doisneau et s’envolera ensuite, avec des évolutions scénographiques, vers d’autres lieux d’accueil… Il reste un mois pour en profiter. 

Sur le site de la Maison Doisneau https://maisondoisneau.grandorlyseinebievre.fr/informations-transversales/agenda/150-ans-de-livres-de-photographies-pour-les-enfants-7087

Dans la presse : Libération, Like, Télérama, France Fine Arts et bientôt d’autres en parlent :  https://francefineart.com/tag/laurence-le-guen/

Viens ! ou comment s’émerveiller des choses simples, avec RAMONA BĂDESCU

Sur la couverture, un enfant malicieux nous regarde à travers son viseur. Il nous invite à tourner les pages de son recueil de photographies. C’est que l’appareil a capturé les instants précieux de la première année de trois bébés, mais aussi une année de la nature et de ses transformations. Texte et photographies tissent des liens pour dire le temps qui passe, les métamorphoses, les échos entre les choses. Viens ! est bien plus qu’un imagier. Il offre un parcours sensoriel dans le monde qui nous entoure.

Rencontre avec Ramona Badescu.

Quel est votre métier ? et quel est votre parcours ? 

Je suis artiste-autrice, c’est à dire que je travaille dans un endroit qui relie le texte et l’image. Il m’arrive d’écrire en dialogue avec  des illustrateur.ices mais j’ai aussi ma propre pratique d’autrice, qui, d’abord ancrée dans le théâtre, a glissé vers la photographie et le cinéma documentaire. Mon travail est un travail d’assemblage, de tissage, de dramaturgie entre le texte et l’image que parfois je produis ou avec laquelle j’entre en dialogue.

J’ai fait des études de théâtre à l’université d’Aix-Marseille et j’ai co-fondé une compagnie de théâtre. Assez tôt j’ai publié un premier livre de littérature jeunesse, et cela a ouvert une voie que je n’avais absolument pas envisagé.

Racontez-nous l’aventure de votre premier ouvrage.

C’est un livre qui s appelle Pomelo est bien sous son pissenlit publié aux éditions Albin Michel jeunesse. C’est l’illustrateur Benjamin Chaud qui m’a proposé une collaboration en découvrant ce que j’avais écrit pour le théâtre. Je me suis plongé dans la littérature jeunesse que je méconnaissais assez.

Mon histoire personnelle est marquée par l’exil et une coupure dans la langue. Je suis née en Roumanie sous la dictature et je suis arrivée en France à dix ans. J’ai  passé à cette époque un temps assez long entre deux langues et dans cet entre-deux, il y a eu un long temps consacré à l’observation, à l image. Mon enseignante de CM2 m’a fait découvrir de façon géniale l’histoire de la peinture. Cela a marqué très fort mon imaginaire, mon goût pour la peinture et pour l’image.

Est-ce que ce goût pour l’observation du monde qui nous entoure infuse tout votre travail ? 

Oui je pense. Avec le temps et les expériences parcourues, je constate effectivement que ce que je travaille, c’est ce rapport aux éléments et comment on habite le monde. Une activité tout à fait quotidienne me fascine. Il y a chez moi un questionnement existentiel inépuisable. D’ouvrage en ouvrage, je le partage avec les enfants.  C’est une chance de mon métier de partager ce temps de l’enfance propice à la contemplation et au questionnement. Je considère l’espace du livre comme un espace sécurisé pour être dans l’émerveillement des choses simples et le bouleversement des valeurs. 

Il y a un appareil photographique en couverture. Quel est votre rapport à la photographie ? Que peut-elle dire aux enfants de la sensorialité du monde ? 

J’essaye vraiment de travailler la sensorialité. Convoquer les enfants et les adultes autour du livre c’est ré-ouvrir un espace sensible. La photographie n’est pas simplement un endroit du visible. Je cherche un degré d’intimité avec mes sujets qu’ils soient êtres humains, plantes ou animaux. Je ne fais jamais poser. C’est pour moi une manière d’entrer en connexion, de rentrer dans une bulle d’intimité vibratoire avec un environnement.

Le rapport à la photographie m’est venu à la vingtaine dans un moment de doute avec la peinture. La photographie m’accompagne  dans le quotidien. Je suis celle qui prend les photos quand on se réunit. Je suis un point de mémoire. Je fixe le temps qui passe et l’image de mes proches. Mon compagnon, le photographe et cinéaste Jeff Silva, m’a fourni les aspects techniques. Pour autant la technique me contraint, m’empêche alors je reste sobre, jusque dans mon matériel photographique. Pour ce livre, j’ai utilisé un boitier -Panasonic LUMIX GX85 et trois objectifs fixes 60, 45 et 20.

En ce qui concerne le livre pour enfants, j’ai la volonté très forte de mettre en mouvement ces photographies dans le rythme de la narration, de les voir  se répondre dans la double page.

Parlons de la création de Viens !

Il y a d’abord le temps de la cueillette photographique pendant lequel je suis ouverte à tout ce qui peut arriver. Ce livre n’aurait pu se faire sans l’invitation en résidence de l’association “éclat de lire” dans une résidence. Je venais une semaine par mois à Manosque pour rencontre les trois familles qui avaient accepté de cheminer avec moi pendant l’année de ma résidence. 

Une fois par mois, sans rien préparer, sans crainte des ennuis du quotidien, on prenait rendez-vous. Nous avons créé un espace intime entre nous. J’ai vu ces bébés grandir parfois plus que les membres de leur propre famille. Je prenais en photos les bébés mais je discutais aussi avec les familles des joies et soucis du quotidien. Des moments ont été très forts, avec les mamans comme avec les papas. 

Et comment s’est opérée la sélection ? On retrouve quelques incontournables des imagiers.  

Pour ça j’ai pris une année. J’ai essayé de varier ces grands points de rendez vous qui appartiennent à l’imaginaire collectif : les feuilles jeunes en automne, les cerises en été. J’ai glissé des éléments moins communs, des arbouses, un foulque, et tissé ainsi des éléments connus et inconnus, des éléments abstraits et concrets, des questions liées au net et au flou, des espaces proches ou plus lointains, des photographies de bébé et des photographies de la nature. Chaque nouvelle photographie du bébé permet d’assister à la façon dont le petit être humain se déploie sur cette incroyable première.

J’ai joué avec les images pour essayer de créer des duos, entre une forme et une autre, une couleur et une autre. L’idée est aussi de provoquer l’envie de questionner le hors-champ photographique et au final d’aller soi-même dehors caresser les feuilles ou observer la course des nuages. J’ai aussi photographié de manière répétée la nature, les collines qui entourent les maisons des bébés pour retrouver des éléments récurrents, retrouver leurs différents états et travailler la question du motif et de la transformation. Je voulais fixer différents états de la nature, de feuille, de floraison, du fruit. Ces images provoquent la discussion, des questions entre les parents et les enfants, créent des liens. en tout cas je l’espère)

Parlons de votre premier imagier photographique publié comme celui-ci aux (Grandes Personnes). Avez vous rencontré des difficultés à publier vos livres photographiques ? 

J’ai énormément de chance dans mon parcours professionnel parce qu’en essayant des choses je rencontre des gens à qui mes essais parlent et quicheminent avec moi. Tiens ! a été choisi par la ville de Grenoble pour être offert aux nouveaux nés. Naturellement je suis allé vers Les Grandes Personnes car j’avais repéré leurs lignes éditoriales. J’ai bénéficié d’une grande liberté et d’un grand accompagnement.

Le refus par rapport aux livres photos se situe ailleurs : il faut réfléchir à comment faire pour que des adultes acceptent que le livre photographique puisse être aussi bien que le livre illustré de dessins pour un enfant. J’ai reçu des retours extraordinaires des professionnels de la petite enfance sur mes livres photos. Mais en terme de ventes, c’est compliqué. Sur un salon du livre, les lecteurs se dirigent plus facilement vers mes autres livres. Pour autant il y a de plus en plus d attention porté au livre photo. Notamment grâce aux enfants, qui, eux, les choisissent sans hésiter.

Sur le site des (Grandes Personnes )

Merci Ramona !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

Dans les airs avec Jan von Holleben

Pas de titre, pas de nom d’auteur. Juste deux apprentis cosmonautes  s’amusant avec l’apesanteur et les planètes. Un livre documentaire sur la conquête de l’espace ? Pas du tout. L’ouvrage est signé Jan Von Holleben, le photographe qui donne vie au “et si on jouait à…” de tous les enfants. Superman, Peter Pan, Dracula, être un cascadeur, s’envoler dans les airs emporté par des ballons, chasser des fantômes, sauter d’un mur à l’autre…  Sur les photographies pleine page, les enfants, costumés en aventuriers, en pirates, en jeunes sorciers, prennent la pose et ont l’air de follement s’amuser en interprétant leurs rôles. 

Dans les airs est une réédition du livre multi-récompensé Dreams of Flying par la maison (les Grandes personnes), qui décidemment connaît bien les goûts des enfants. 

“C’est en 2002 que Jan, accompagné des enfants de ses voisins, commence ce projet photographique, qui deviendra la série Dreams of Flying (Dans les airs). Inspiré par les classiques de la littérature jeunesse autant que par les super héros, les enfants lui racontent de folles histoires que Jan s’empresse de mettre en scène et de photographier à l’aide d’un petit appareil Nikon. Il développe alors sa fameuse perspective à plat, photographiant du haut d’une échelle ses modèles allongés au sol.
Ce qui lui permet de créer des images drôles et oniriques, sans contraintes, et sans limites, ou presque.” peut-on lire sur le site de la maison d’édition.  

Voici l’interview publiée l’an passé à l’occasion de la parution de son précédent ouvrage : 

“A n’en pas douter, les enfants apprécient le monde magique de Jan von Holleben, ses créations plastiques colorées et délirantes, ses mondes oniriques et ludiques dont ils sont les aventuriers. Chacun de ses livres invite les enfants, et aussi les adultes, à se laisser surprendre par ces images foisonnantes d’objets en tout genre, ces compositions  qui donnent vie à toutes les envies. 

Rencontre avec un magicien qui donne vie aux rêves enfantins.

To the question “What is your profession?” What do you answer ?

When I speak English, then I am a photographer. In German I am A photographer and children books illustrator. The English definition is much broader and includes many facets. In German, we are very precise. So a photographer is in fact just someone taking pictures.  Noone has any idea what you actually do. That’s when I have to start explaining : I work for books and magazines.. but also for artistic projects and exhibitions, I am curating, editing, … and most of all, I actually make children books.

How long have you been working in children’s literature?

My very first project, before I even considered myself a professional photographer, was Dreams of Flying. I simply played photography with my neighbor’s kids and they told me stories, inspired by children literature and modern heroes. I used a very simple snapchot camera and the ‘shooting from above’-technique to make those dreams come true. This was ours pare time on weekends.

Only by chance, an editor saw those images and posted them on her blog in 2005. In less than 3 months, that project was all over the world on hundreds of blog and I was bombarded with commissions and exhibitions and magazine features, won awards and had to stop being a photo director for a young cooperative and jump into full time ‘being photographer’.

I made a self published first book (out of cardboard in an edition of 500 copies) with those images, which sold out immediately and made a second. Both of those books (2006 and 2007) I always considered to be children books but for adults alike.

Since my first training was teacher for handicaped children and I was meant to become a teacher, I feel that together with photography, I came full circle. I love explaining complicated things in very simple ways. I was always good in that. Since my own high school – my teachers remember. I also have to admit, that my childhood was full of stories, adventures, literature, nature…

Dreams of Flying
The Photographer’s Office / 2006 (English)

Do you have models in photography or children’s literature ?

I would always say, that Astrid Lindgren wrote my favorite books. But also Michael Ende, Ottfried Preussler. Also the entire canon of old Disney movies. Today I am also fascinated by more international likes as Doctor Seuss, Eric Carle, Maurice Sendak, ..

In Photography ? Always the narrative based art photographers.

How many books have you produced? Can you give us some other titles?

I made about 25 books over the last 15 years. My favorite is the series of non-fiction books for Thienemann Publishers which was based on my top seller : Does that happen to everybody ? (a philosophical book on puberty). This was followed by 5 other (social)science books on the brain, world religion, internet, politics, divorce.

The books that are closest to me are the creative books I made with my most favorite German publisher Beltz ALWAYS EVERYTHING and MY WILD FURY and I am proudest of the two books that I made with art book publisher Little Steidl, the little offspring of Steidl Publishers, mastered by Nina Holland KOSMOS and most recently THE BLUEBERRY MACHINE.

ALWAYS EVERYTHING
Tarzipan books / 2019 (no text – universal)

Who are they for?

My books are usually considered to be for anyone who reads visuals/ photographs.

The non-fiction books were primarily made in order to stimulate debates/ conversations between children and parents. And the creative books are really for the kids alone. I think that they really get them. The problem is just always: how to surpass their parents!?

At the moment, I feel that I want to work more and more for the kids only. Tricky, but ultimately I want the parents to trust me (parents are often bad photo readers) and then I can get into a dialogue with the children. Just like when I work with them in my studio. The energy is always high, we all know what we do and once we have to explain it to a parent, the magic is gone. Weird but true.

Let’s talk about the Blueberry Machine: when and how did the idea for this project come about?

I have spent years with my best friend in his home country Norway. He spent summers at his grand parents on a farm, which we visited often. It is in the middle of nowhere in my favourite part of Norway. Olav, who is the main character in the book, lives on that farm with his parents. I saw him growing up. When he was about 4 years old, I spend the summer at their farm and Olav started showing me around. He always walked the dog up and down the hills, checked their sheep and just had a good time. I didn’t speak much Norwegian, but we always had a good non verbal communication. It was on one of those walks, when I understood, that these mountains are Olav’s home and he knows them inside out. In the evenings we sat at the fire and the kids played all sorts of things. Olav was a great builder. And I remembered that I was a fascinated builder in my childhood too. So we connected and built a lot. I wanted to make a project with him.. in his world with all the ideas he and I had together.

 

The Blueberry Machine
Little Steidl / 2022 (English)

How did the collaboration between words and images come about?

That was only after I had made the images. And it was a fascinating process (since usually it works the other way around). I had already written a few lines to each image. But there was no story. When Nina Holland picked up the project, she had the best idea, to get Monte Packham involved. He had never written a children book before, but was a great and fun writer. We all klicked, I told him my thoughts and with a few editing changes in the sequence of the images, an idea unfolded for him, he put it all together added some magic here and there and suddenly we had a beautiful story that I totally fell in love with.

What is the purpose of this book?

To me, the book is a very classic format of a children’s book. It is the first time, that I have done something like it and I really enjoyed it. The book has a traditional story line, yet combined with the photos, that feature 50% reality and 50% a visionary tale, our story, the book can be read in various ways. Most of all, it gives the children a choice to go beyond the story line and understand the meta levels of imaginary games, fantasy and how to differentiate between them. However you can also just enjoy the story with its educational finale and learn about the best machines of all: your own two hands.  Additionally, my photography invites the creativity of kids to learn about image making… so once you are done with the story, you can learn about the individual images, how they are done and be inspired. That part of my photography is always in my work. If it is for magazines, books or clients. I want children to learn about image making. What is photography. What can photography. I want kids to become visual literate.

Where do you find the objects in the images?

Nowadays I have a huge collection of well organized boxes. The content is labelled with screws, balls, feathers, technical things, toys, buttons, hearts, gold, candy, .. all sorts. Its 15 years of keeping my eyes open and simply collecting what I find relevant or interesting. I am no fan of special effects in photography. I want to create things from the ordinary. Things that everybody can understand, remember, detect. I am very democratic in that.

 

Did you have difficulties finding a publisher?

Yes.. I proposed it to my ‘standard publishers’ and they struggled. But we didn’t have a real text at the time. That is in Germany a real issue. Text is mostly mandatory. I had hoped that a mainstream book publisher would pick up on it.
I had worked with Nina Holland at Little Steidl before on KOSMOS, which is a very complex Artist book box made of 6 individual books. She had always worked on books for anyone. When she saw ‘The Blueberry Machine’ images, she took some time for herself to understand that secretly she always wanted to make exclusive children books. She has an amazing collection of historical children books. When working with Little Steidl, that is a long process. So when she finally decided to open up her publishing house to a real children book, it all fell into place. Making the entire book without any compromises on material and design, production and text was the best choice after all.

Do you usually work alone or with a writer for your books?

I usually start by myself. I am very image driven and I am keen to produce work that stimulates children – and myself at the same time. I have a lot of respect for children and hence a good understanding too for what they are interested in. Meaning that I don’t want to please them – no cheap tricks (as the book or toy industry works on mostly) – I want to challenge them on their grounds. I want them to be curious about what I do and I want them to make an effort to get to the bottom of things.

Only once I have decided that the images I made are best placed in a book, I think about the need for text.

What about your next project?

I am working on 8 books at the moment as good examples for your question.

The first book is a dream come true with a new French publisher. I made the work 20 years ago and I am soo excited that the publisher believes that the images are strong enough to make a book without text. Saying that, we will have titles for the images. nothing else. Another book is the sequel to The Blueberry Machine. Since I loved working with Monte on that one so much, I think we shall try to start it off together this time. Let’s see what happens. We are both very creative and flexibel and I am happy to try it differently this time.

Book three: I have been given a carte blanche to work out a book together with an illustrator of my choice, who I found already. We are trying to balance the photography part with the illustrations part, so both get the space they need, in order to be balanced and effective. The illustrator is also a great story writer, and we are still discussing if there is a need for text. At the moment I feel that we could actually tell the story with our two image techniques. Let’s see.

Then I am on book 4 that is a non fiction book. I conceived the idea with a historian and writer and we proposed it to a publisher, who jumped on it. It is the three of us developing the idea further and further and working on it equally. We meet every 3-4 weeks and discuss all of it. That’s very exciting since we all bring our expertise to it in equal parts. It feels like being in a super team with those two. I work mostly from text to image.

Book 5, 6 and 7 are totally free photo books. I will probably publish them myself and don’t want any text in them for now. Then again: Text will be there as title and colophone and usually I give a few lines along.. but no text in a classical sense, accompanying or explaining images)

Book 8 again will be a real challenge for me, since I want to create it by myself without text but work in a clear story line structure.. or at least a message and an understanding of what it is all about. The images can carry most of that, but my challenge is, bringing them into a sequencing and adding in between images to make the jumps from one key image to another. I am very much looking forward to that.

Bottom line I remember a lesson from my university degree, which came from my tutor David Campany: more or less every image/ photo comes with text of some sort. If it is a title, a caption, a memory, a paragraph, … there is always an image text combination present. And as artist/ photographer we need to be aware of that and define the text that we want or need with the images we produce.

Can you find everything?
Self published/ 2022

Your universe is very colorful. Is black and white not for children?

I think Black and White works also for kids – still today. Many successful children books prove that. Maybe that’s a compromise in modern times, that parents can accept easier than color photography? (I am convinced that straight color photography still seems to be a threat for many parents when thinking about their kids’ books)
B/W always reduces the content of an image. It is also further removed from our modern reality – more abstract. That threat of straight color photography, that I mentioned, is something that I usually try to counter act with my studio photography, where we can focus on content rather than bringing too much reality in (background, light, atmosphere, chance, indexicality in general….). But sometimes I am sneaking in more ‘realistic’ images, just to bring my work back into the reality and the factual lives of those reading kids.

Merci Jan !!

Pour découvrir son travail  : https://www.janvonholleben.com/

En balade sur l’estran avec Marie Saille

Les beaux jours reviennent et avec eux l’envie de déambuler sur les plages et sentiers de douaniers. Pour nous accompagner, Marie Saille et les éditions Cot Cot Cot nous offrent un  documentaire, à glisser dans la poche, destiné à (re)découvrir la laisse de mer abandonnée au gré des marées sur l’estran.

En voilà des mots savants !  

Chaque double page de ce recueil, de format 10 X15 et à couverture souple, se consacre à la (re)découverte, l’observation, l’information sur un élément marin : cordon dunaire, estran, plantes, algues,  mollusques, déchets anthropiques, dunes de débris… Le texte fourmille d’informations scientifiques mais très abordables et imagées. Les photographies, tantôt paysages, tantôt zooms sur l’élément présenté, s’installent sur une page entière ou occupent tout l’espace de la double page.  

Rencontre avec Marie Saille, photographe. 

Marie Saille, quelle est votre profession ? 

Je photographie depuis l’adolescence. J’enseigne à mi-temps en maternelle et le reste du temps je suis photographe et artiste. J’ai étudié la photographie contemporaine à Paris VIII. J’ai commencé par la photographie de paysage et j’ai été l’assistante de Thibaut Cuisset. J’expose régulièrement mes projets photographiques. J’anime aussi des ateliers autour de la photographie au Musée d’art moderne depuis dix ans, et à la Mep à la rentrée prochaine. Je m’initie aussi à la photogravure. 

 J’utilise bien sûr des livres photographiques dans ma pratique de classe. Les enfants apprécient l’image photographique autant qu’une autre image. J’ai également construit de petits imagiers photographiques avec mes élèves, ou en ateliers en musées, bien mieux équipés que les écoles. Souvent, les ateliers sont conçus à partir des expositions ou de la collection du musée. J’ai beaucoup travaillé autour des photographies de Poitevin, avec l’objectif d’apprendre à regarder autrement, à varier les points de vue. On expérimente, on travaille le cadrage, la composition. 

Comment est né ce projet ? Quellesc difficultés avez vous rencontrées ? 

Il trouve ses origines dans les étés que l’on passe sur les plages de Normandie et de Bretagne et les collections que l’on réalise lorsqu’on est enfant.  Les pelotes d’oeufs de Buccin ont d’abord retenu mon attention. Je me suis rendu compte que je ne connaissais même pas leur origine. J’ai commencé à collecter et photographier d’autres éléments abandonnés par la mer, au hasard de mes balades d’abord, puis à la recherche d’éléments spécifiques pour compléter ma collection. Le temps  de la  collecte a été long. 

J’ai envoyé le dossier à des éditeurs et j’ai reçu de nombreux refus. Jamais on ne m’a dit que c’était à cause de la photo. Cot Cot éditions, qui accorde une grande importance aux liens texte-image, a répondu positivement.  

Est-ce un imagier ou un documentaire ? A qui s’adresse-t-il ? 

C’est un carnet fait pour tenir dans une poche. C’est le second ouvrage de la collection “les baladeurs, des livres qui aiment se déplacer sans but précis” mais le premier de la maison d’édition Cot Cot en photographie. Il est conçu avec une page photo et une page de texte en regard. Les mots sont plutôt scientifiques mais ils sont accompagnés des mots plus usuels : la “capsule de raie” s’appelle aussi “bourse de sirène” par exemple. C’est vraiment un documentaire qui apprend d’où viennent ces éléments trouvés sur les plages. J’ai écrit le texte seule mais il a été validé par Nicolas Montagné, maître de conférence à l’IEES. Les photographies de paysage, en début et fin d’ouvrage, sont destinées à contextualiser. Entre les deux, les gros plans et le texte mettent la lumière sur des choses qu’on connaît, sans les connaître. 

Le livre s’adresse aux enfants de 8 ans en autonomie. Il peut se partager avec de plus petits. Et bien sûr il parle aussi aux parents curieux. 

Le livre a-t-il une visée écologique ?

Il vise à sensibiliser à la protection des bords de mer, par la découverte de cette  laisse, un lieu de vie précieux, mais également à l’impact de la pollution par les déchets anthropiques laissés par les humains. Avant on nettoyait les plages car cette laisse de mer ne plaisait pas. Maintenant les communes  la conservent car elle a un vrai rôle écologique. 

Le site des éditions Cot Cot Cot https://www.cotcotcot-editions.com/

Merci Marie Saille ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Portraits de pays : A la découverte de l’Australie avec Jenny et Sue dans les années 1960

En 1965, Bruce et June MacPherson publient A Journey to The red Rock, A Story of Central Australia chez Collins à Londres et Sydney. L’ouvrage narre les aventures et les rencontres de Gail MacPherson, leur fille, dans l’outback, l’arrière pays semi aride d’ Australie.  

Dans la double page, pavés de texte et photographies en noir et blanc ou couleurs collaborent pour faire découvrir aux jeunes lecteurs les paysages, les animaux qui y vivent, les coutumes et légendes aborigènes. L’adolescente est souvent seule sur les photographies, comme perdue dans l’immensité du paysage de l’Australie centrale. 

Au verso du livre figure le portrait du couple MacPherson au dessus de leur présentation :  “Bruce and June MacPherson have already collaborated on three very successful picture books for young children.  Before their marriage June MacPherson was one of Australia’s leading mannequins and photographic models but she now works behind the camera and has a keen interest in the outdoors and travel.  Bruce MacPherson was for many years a photographer on leading Australian newspapers and magazines.  After three years as an advertising executive he became a full time writer-photographer.”

Le couple est en effet à l’origine de plusieurs ouvrages photographiques pour enfants mettant en scène deux personnages récurrents, les fillettes Jenny et Sue, incarnées par deux petites poupées. Ces livres appartiennent à la collection “True Australian Series” publiée par Young Australian Book dans les années 1960 et 70. Elle est identifiable au  kangourou reproduit sur la couverture, au logo rouge à la forme du pays accueillant le titre de la collection. Une  carte au verso de l’ouvrage donne  à voir le pays tout entier, ses découpages régionaux et situe les lieux visités par les personnages. Des dessins traditionnels  aborigènes ornent les double-pages et la couverture. Chaque album est dédié à la découverte d’une région comme l’indique chaque sous titre. 

Dans The Magic Boomerang, An enchanting Story of the Great Outback (1963), les aventures des deux enfants sont prétextes à découvrir la culture aborigène. Elles rencontrent un personnage couvert de peintures traditionnelles nommé Kinjiwa qui leur fait découvrir de vieilles légendes. Dans The Loast Koala, A Delightful Story of the Auistralian Bush (1962), les deux fillettes volent à la rescousse d’un koala perdu dans le bush. Dans The Jolly Swagman, elles découvrent les élevages de moutons. Dans The White Wallaby (1967) elles rencontrent… un wallaby.  Dans The Sea Urchin: A Story on an Australian Beach (1960) puis The Happy Holoday (1972) leurs séjours au bord de l’océan leur donnent l’occasion de rencontrer et discuter avec oursins, mouettes et cormorans. Un encadré en fin d’ouvrage fournit des informations sur les lieux de prise de vue et les animaux qui les peuplent. Dans The Blue Opal, les deux personnages rencontrent une sirène sur une plage de l’île de Nouvelle Guinée. 

Dans l’espace de la double page se déploient de deux à trois photographies, en noir et blanc ou en couleur, petit tableaux photographiques sur lesquels on retrouve les personnages plantés dans le décor naturel. Certains éléments sont factices afin d’être adaptés à la taille des deux poupées. Ces images alternent avec les pavés de texte dans lequel sont rapportées les dialogues des personnages. Les couleurs des photographies, très vives, laissent deviner  qu’elles ont été colorisées, ce que confirme la mention “colour retouching by” à la fin de plusieurs albums. Les auteurs usent également du photomontage, détourage et collage lorsqu’il s’agit de chevaucher un kangourou ou de discuter avec un chameau. 

Si cette réalisation donne un aspect un peu kitsch à l’ensemble, ces ouvrages ont le mérite  de faire découvrir le pays, les paysages, les animaux, les traditions aborigènes aux jeunes lecteurs australiens. Ils s’inscrivent dans la tradition des portraits de pays bien que peu d’humains peuplent les régions décrites. 

Ces livres,  regardés avec nostalgie aujourd’hui et parfois avec mépris lorsqu’ils évoquent une vision passéiste ou colonialiste, ont connu un réel succès. 

Merci à Pierre-Jacques Ober pour la découverte ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Séminaire du Greces-Cellam le 28 mars

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Jeudi 28 mars, Catherine Sablonnières dressera un état des lieux de la présence des insectes dans les littératures sud-américaines et espagnoles. Helène Valotteau dressera des ponts entre les petites bêtes d’Antoon Krings et ses inspirateurs. Et je me pencherai sur la figure de l’entomologiste dans les ouvrages de Thierry Dedieu, interviewé ici https://miniphlit.hypotheses.org/7183

Pour assister en distanciel : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

 

Handtalk, s’initier à la langue des signes avec Remy Charlip

Remy Charlip, Marie Beth et George Ancona ont signé plusieurs ouvrages photographiques destinés à l’apprentissage de la langue des signes. 

Remy Charlip (1929-2012) est  danseur, chorégraphe et l’auteur ou l’illustrateur de 38 livres pour enfants dont David’s Little Indian de Margaret Wise Brown (Young Scott Books, 1956),  Dress Up and Let’s Have a Party, (Young Scott Books, 1956). Les critiques ont salué le travail de Charlip pour ses jeux de mots créatifs, son humour et, dans le cas de Thirteen en 1975 sa « magie visuelle absolue », selon Milton Glaser dans le New York Times Book Review

Sa collaboration  avec le National Theater for the Deaf en tant que metteur en scène  lui a inspiré deux livres d’images sur la langue des signes, Handtalk : An ABC of Finger Spelling and Sign Language (Parents’ Magazine Press, 1974) et Handtalk Birthday : A Number and Story Book in Sign Language (Four Winds Press, 1987), réalisés avec Mary Beth Miller ( – 2019), actrice, écrivaine et enseignante et membre originale du National Theatre of the Deaf et le photographe Georges Ancona ( 1929-2021), auteur de nombreux documentaires et ouvrages photo-illustrés  pour enfants publiés des années 1970 à 2010.

https://faculty.ucmerced.edu/mmartinrodriguez/index_files/vhAnconaGeorge.htm

Vous n’avez pas besoin d’utiliser votre voix pour parler. Vous pouvez parler avec vos yeux, votre visage, vos mains, votre corps… C’est le premier livre de ce genre pour les jeunes sur les deux façons dont les sourds parlent : S’ÉLANCER AVEC LES DOIGTS, former des mots lettre par lettre avec les doigts d’une main, et SIGNER, faire une image ou un signe avec une ou deux mains pour chaque mot ou idée.

Mary Beth Miller et les autres acteurs de la compagnie prêtent leurs traits expressifs, leurs grimaces et leurs mains agiles à ces imagiers en langue des  signes destinés à tous. Dans Handtalk : An ABC of Finger Spelling and Sign Language, le lecteur apprend  à former des mots lettre par lettre avec les doigts puis à  faire des signes avec une ou deux mains pour chaque mot ou idée. Les premières double-pages accueillent d’abord un abécédaire illustré, puis deux pages associant lettre, mot en langue des signes et lettres et la photographie en couleur d’un acteur interprétant le mot. Les pages à suivre proposent aux lecteurs de deviner les mots, puis de mimer des phrases entières en reproduisant des modèles. La chronophotographie permet de décomposer et d’observer le geste à reproduire. Dans Handtalk Birthday : A Number and Story Book in Sign Language, Mary Beth Miller est réveillée par une lampe au dessus de sa tête. Ses amis sont à la porte et viennent lui souhaiter un “Joyeux anniversaire”, l’occasion de partager bonbons et gâteaux et le voeu de pouvoir voler de l’héroïne du jour. Les lecteurs apprennent à signer les nombres et le vocabulaire joyeux de la fête d’anniversaire, grâce aux mots et aux photographies très colorées sur lesquelles les invités miment avec entrain les mots de la fête. Avec ces deux ouvrages, apprendre une nouvelle langue n’a rien de barbant !

 Handtalk Birthday a été classé parmi les meilleurs livres pour enfants de l”année 1987 par le New York Times.

Georges  Ancona et Mary Beth  Miller ont ensuite publié Handtalk Zoo et Handtalk School. 

Les éditions MeMo ont réédité plusieurs ouvrages de Remy Charlip https://www.editions-memo.fr/livre/ou-est-qui/

Le portrait de Remy Charlip sur le site des Trois Ourses https://lestroisourses.com/artiste/14-remy-charlip

Hors du nid, de Charles ab der Halden et Laure Albin Guillot, portraits de pays pour enfants, en 1934, dans la revue Mémoires du Livre/ Studies in Book Culture

Le nouveau numéro de la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture, sous la direction de David Martens, est consacré aux “Portraits phototextuels de pays (XIXe – XXIe siècles).”

J’y signe un article qui remet en lumière les ouvrages pour enfants de Laure Albin-Guillot. 

Résumé : Entre les deux guerres, la photographie fait une entrée remarquée dans les livres de lecture pour la jeunesse, de l’imagier au livre de catéchisme. Quelques récits de voyage illustrés de photographies voient timidement le jour parmi lesquels, en 1934, Hors du nid, de Charles ab der Halden. Il est illustré par la photographe Laure Albin Guillot, figure majeure de la photographie de l’entre-deux-guerres. Cet article se propose de cerner le genre de cet ouvrage, entre roman scolaire, récit de voyage et portrait de pays. Il examine comment les photographies participent de ce genre et analyse la collaboration des mots et des illustrations photographiques.

“Depuis la fin du xixe siècle, le récit de voyage illustré par des photographies est souvent l’occasion de nourrir un imaginaire de l’ailleurs, de construire le regard porté sur des contrées lointaines. Aux États-Unis, dès le début du xxe siècle, les ouvrages situés dans d’autres pays et illustrés de photographies font l’objet de multiples publications. Ils prennent alors la forme de récits de voyage, comme ceux, tirés de ses explorations en Arctique, du commandant Robert Peary[1], ou bien de journaux de bord, comme celui de Cardenio Flournoy King Jr.[2], qui fait le récit de son tour en Europe, ou encore de romans d’aventures fictives[3] comme dans les collections « Little People of Other Lands Series », « Our Little Cousin Series », « Children of the World Series », « Little People Everywhere », « Children of Other Lands Books », « Everyland Children Series », « Children of All Lands Stories ». La photographie qui accompagne ces récits, réalisée par les voyageurs eux-mêmes ou fournie par les sociétés de géographie, donne à voir les personnages, les populations rencontrées et les paysages traversés, documente sur les us et coutumes.”

La suite est à découvrir ici https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2023-v14-n2-memoires09072/1109178ar/

 

 

Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour enfants.

Du 1er mars au 31 mai 2024, la Maison de la photographie Robert Doisneau de Gentilly (juste de l’autre côté du périphérique parisien) accueille l’exposition  Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants et présente plus d’une centaine d’ouvrages photolittéraires dans un parcours chronologique et thématique. 

Le dossier de presse et les dates de visites guidées sont à découvrir sur le site de la Maison Doisneau https://maisondoisneau.grandorlyseinebievre.fr/informations-transversales/agenda/vue-detaillee/regarde-150-ans-de-livres-de-photographies-pour-les-enfants-7087

Drôles de petites bêtes en littérature jeunesse, la suite !

Le séminaire consacré aux petites bêtes dans la littérature jeunesse reprend à Rennes 2. 

Séminaire du Greces-Cellam : Drôles de petites Bêtes 2.

 Pour chaque séance, lien zoom sur demande à : catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr

Jeudi 15 février : 16h-18h, salle L.146.

Catherine Sablonnière (Cellam, Rennes 2) : Etat des lieux : insectes et TSE dans la littérature jeunesse (Espagne/ Amérique).

Jeudi 28 mars : 16h-18h, salle L. 142.

Laurence Le Guen (Cellam, Rennes 2) : Du professeur Tatsu Nagata à Edmond de Garenne, Figures de l’entomologiste dans les albums de Thierry Dedieu.

Hélène Valotteau (Médiathèque Françoise-Sagan-Fonds patrimonial Heure Joyeuse) : De Granville à Corentin, les ancêtres et cousins des Drôles de petites bêtes d’Antoon Krings.

Vendredi 5 avril : 15h45-17h45, salle L. 142.

Julia Peslier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) : Fourmis d’albums, lisibles, visibles: ce qu’elles découvrent pour nous quand nous les découvrons.  

Myriam Guillevic, Cédric Choplin (Celtic-BLM, université Rennes 2) : Merien : un travail de fourmis.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search