Photographie contemporaine

Éditions Palette…, Paris 2013, 31 x 25 cm, 96 pages
Prix du livre d’art jeunesse du FILAF (Festival International du Livre d’Art et du Film), 2014

Si les adolescents photographient tout, et tout le temps, que savent-ils de l’histoire de la photographie artistique du XXIe siècle ? Et nous-mêmes ? L’ouvrage Photographie Contemporaine  propose un parcours au cœur de l’art photographique de ces dernières années et entend faire découvrir quelques uns de ses maîtres : Stephen Shore, Yuri Kozyrev, Edward Burtynsky, Sophie Ristelhueber, Nan Goldin, Richard Mosse, Paul Graham… De la photo de portrait au photo-journalisme, argentique ou images retouchées sous photoshop, document objectif et  transformation du réel, ce livre explore les différentes facettes de leur pratique. Le livre,  passerelle vers l’art photographique, suite de l’enquête…

Rencontre avec son autrice, Floriane Herrero.

Floriane, pourriez-vous d’abord nous indiquer quel parcours vous avez suivi.

J’ai d’abord étudié à l’école du Louvre, dont je suis diplômée en muséologie, et j’ai ensuite également obtenu un master en édition et communication. J’ai exercé de
nombreux métiers dans la culture en plus de mon activité en tant qu’autrice, je suis
actuellement à la recherche d’un nouvel emploi. 

Quels sont les maîtres que vous admirez en photographies, si vous en admirez ?

J’admire de nombreux photographes ! J’ai une affection toute particulière pour la
photographie des années 20 à 40, en France et ailleurs. Par exemple Alexander Rodchenko, Germaine Krull, Jacques-André Boiffard… Dans une toute autre esthétique, j’aime beaucoup le travail en couleur de William Eggleston et un de ses
héritiers plus contemporains, Alec Soth.

Vous avez publié Photographie contemporaine aux éditions Palette… Pourquoi cet éditeur ? 

Photographie Contemporaine a été publié en 2013 et il s’inscrivrait à l’époque dans une collection informelle que les éditeurs d’alors avait développé et qui regroupait des ouvrages de grand format consacré à la création contemporaine. Je connaissais les éditions Palette depuis 2011 et j’avais déjà collaboré avec eux sur d’autres ouvrages. Je n’ai pas rencontré de difficulté pour le faire éditer, si ce n’est peut-être un peu de scepticisme au départ quant au fait que le sujet puisse être adapté au jeune public.

copyright Éditions Palette…, Paris

A qui s’adresse cet ouvrage et quelle est sa finalité  ?

Il s’agit d’un livre s’adressant d’abord aux enfants à partir de 12 ans, aux
adolescents mais aussi à un public adulte qui ne connaît pas l’univers de la photographie contemporaine. En effet, en discutant avec des lecteurs, parents ou enfants, j’ai réalisé que cet ouvrage pouvait tout à fait servir d’introduction auprès d’un lectorat de tout âge.

Pensez-vous que les enfants souffrent d’un manque d’éducation à l’image et plus particulièrement à la photographie ? Cet ouvrage vient-il combler un manque ?

Encore une fois, cet ouvrage est paru en 2013, et depuis, le rapport des enfants à l’image a énormément évolué, notamment via le développement de leur utilisation des réseaux sociaux tels qu’Instagram, Snapchat etc. Mais je pense effectivement que les enfants, autant à l’époque que de nos jours, souffrent d’un manque d’éducation à l’image, à l’impact des images, à leur signification culturelle et sociétale. Peut-être aussi souffrent- ils d’un effet de saturation face aux images, et sont-ils en quelque sorte désensibilisés. Et puis, du point de vue de la beauté, de l’émerveillement, de la capacité à imaginer à partir d’une image, il me semble là aussi que l’omniprésence virtuelle handicape les plus jeunes générations.

Pourquoi cet « espace » aménagé dans la couverture ? 

C’est le directeur des éditions Palette de l’époque, Didier Baraud, qui s’occupait plus
particulièrement de la création de la maquette, en collaboration bien sûr avec le graphiste Loïc Le Gall. L’idée d’une fenêtre nous paraissait intéressante, comme une fenêtre ouverte sur le monde, aussi l’idée de cadrage de la photographie… 

Votre ouvrage est divisé en cinq grands thèmes : « Témoignages », «Mises en scènes », « Figure humaine », « Paysages » et « Expérimentations ».Pourquoi ceux-là ? Est-ce qui se dégage de la photographie contemporaine ?

J’ai longuement travaillé pour trouver comment organiser cet ouvrage. La photographie, et d’autant plus la photographie contemporaine, est un domaine très très vaste, et il me semblait utile, par souci de pédagogie, d’organiser l’ouvrage autour de grandes thématiques. Une approche chronologique n’aurait pas eu de sens, une approche géographique non plus, j’étais donc dans l’obligation de trouver des thèmes à aborder. Les cinq thèmes choisis me semblaient les plus appropriés et me permettaient aussi de parler de beaucoup de photographes, aussi bien des photographes documentaires que des portraitistes que des photographes de paysages ou encore des expérimentateurs purs.

Comment la définissez-vous d’ailleurs ? avec quelles bornes temporelles ?

Pour cet ouvrage, je me suis limitée au maximum à des photographes des années 2000, avec quelques exceptions bien entendu. Si je devais refaire ce livre maintenant, et à cause de l’évolution de la photographie numérique / des téléphones portables, j’aurais sans doute des limites temporelles encore plus réduites.

Comment avez-vous opéré un choix dans la production contemporaine ? Avez-vous des regrets de ne pas avoir pu y faire figurer certains artistes ?

J’ai bien entendu dû opérer un choix dans les artistes sélectionnés, car c’est un domaine particulièrement riches, mais je n’ai pas de profonds regrets car chaque artiste représenté est un artiste que j’apprécie particulièrement. Il s’agit toujours d’un choix et il ne faut pas tenter l’exhaustivité, c’est une quête impossible…

Texte d’abord, images ensuite ou l’inverse ?  

J’ai d’abord fait un choix iconographique, en construisant en parallèle le plan
du livre, et j’ai ensuite attaqué la phase de rédaction. Avec mes seules deux mains, donc.

copyright Éditions Palette, Paris

Comment s’est opéré le choix de la mise en page des photographies ?

L’idée d’utiliser un grand format pour ce type d’ouvrage est aussi de laisser beaucoup de place à l’image, afin que les plus jeunes puissent véritablement se plonger dans les visuels, en voir le plus de détails. Vous remarquerez donc que la plupart des images sont au moins au format demi-page, sauf dans le cas où bien entendu, pour pouvoir représenter plusieurs artistes, celles-ci sont en quart de page.

La maison d’édition est-elle intervenue dans la conception ?

Bien sûr, j’ai travaillé très étroitement avec Didier Baraud et Nicolas Martin, qui était
alors éditeur chez Palette. C’est l’éditeur qui a validé la version finale du plan et de la
sélection iconographique, et au fil de l’écriture, a corrigé et validé les textes. Ce sont eux qui se sont chargé de toute la conception physique du livre, de la fabrication au
graphisme.

Avez-vous rencontré quelques lecteurs/trices qui vous ont fait part de leurs émotions devant ces belles images ?

J’ai eu la chance de participer plusieurs fois au Salon du Livre jeunesse de Montreuil et je me souviens avoir eu des retours enthousiastes de parents et d’enfants. Les enfants ont souvent une réaction très « wouaesque » devant certaines images, ou alors rigolent franchement. J’ai également au des retours de certains des photographes présents dans le livre qui étaient ravis d’apparaître dans un livre destiné au jeune public.

Pourriez-vous le rééditer ? En faire une suite ?

Ce livre pourrait et mériterait d’être réédité afin d’en proposer une version mise à jour, la production photographe ayant vraiment beaucoup évolué en quelques années.

Enfin, que lisiez-vous enfant ? Y-avait-il des livres de photographies ?

Je lisais finalement peu étant enfant, j’étais plutôt une enfant qui aimait jouer dehors ou alors regarder des dessins animés… Donc plutôt visuelle.

Merci Floriane !

Pour découvrir le travail de Floriane Herrero https://florianeherrero.com/

L’Histoire vraie des grandes photos, entretien avec David Groison

Actes Sud Junior
Mai, 2014
18.00 x 18.00 cm
88 pages

Qu’est-ce qu’une photographie iconique ? Les deux volumes de l’Histoire vraie des grandes photos, signés David Groison et Pierangélique Schouler, tentent de répondre à cette question en proposant pour chaque opus une sélection de 20 images,  sélectionnées dans plus d’un siècle de production photographique.

Chaque image est décodée, analysée, autant d’un point de vue esthétique que symbolique, et replacée dans son contexte historique. Les auteurs ou les acteurs de ces photographies viennent parfois raconter l’histoire de ces prises de vue et ajoutent un supplément d’humanité à ces clichés que nous croyions déjà connaître. 

Entretien avec David Groison.

Comment est née L’Histoire vraie des grandes photos ?

Pierangélique Schouler et moi-même sommes partis du constat suivant : il y a une méconnaissance de la photographie, à la fois chez les journalistes et chez les ados. L’école nous apprend à décrypter des textes patrimoniaux, mais ne nous apprend rien sur l’image alors que nous baignons dans un monde d’images, où il y a plein de règles d’écriture, comme dans les textes. On a donc voulu réfléchir aux vingt questions à se poser pour regarder les images et cela a donné Prises de vue, décrypter la photo d’actu, chez Actes Sud Junior. Nous avons ensuite réalisé Photos chopées, sur les photos truquées, qui montre comment et pourquoi certaines photographies sont trafiquées.

Après avoir travaillé sur la grammaire et les coulisses de la photographie, il semblait naturel de présenter les grandes photos, aussi bien que le ferait un cursus littéraire. Ces grandes photos, notre œil les connait, les repère partout, analyse la répétition des motifs, mais, en fait, nous n’en savons pas grand-chose, et surtout pas dire à quelle réalité elles se rapportent. Aller chercher les coulisses de la prise de vue nous a permis de voir combien cela éclairait les débats d’aujourd’hui sur la place de la photo, la preuve qu’elle apporte.

Actes Sud Junior, Avril, 2013, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Pourquoi cette compilation de photographies a-t-elle ce format carré, un peu petit ? C’est un peu surprenant pour un livre de photographies. On s’attend plus à de grandes images et en plus grand nombre.

Nous ne voulions pas un beau livre de photos hyper impressionnant. Les deux premiers ont même une couverture souple. Ces deux volumes consacrés à l’histoire vraie des grandes photos s’inscrivent dans une série de cinq ouvrages et en ont donc la forme.

Nous ne voulions pas non plus réaliser un livre qui présenterait les grands moments historiques. Nous n’avons aucune photo qui concerne la Première Guerre mondiale par exemple, et c’est bien normal car il n’en reste pas de photo iconique. L’idée était  vraiment de faire figurer des photos présentes dans la pop culture ou dans notre imaginaire. En rigolant, quand on en parle devant des ados, on leur demande si telle image a été détournée par les Simpson. Un des critères pour identifier une photo iconique serait finalement le détournement ou sa présence dans une série. C’est un bon indicateur.

On s’est arrêté à vingt photographies pour ne pas faire un livre trop volumineux. Il était important de garantir le plaisir de lecture. Assez vite nous avons proposé d’en faire un deuxième, avec cette limite de l’année 1965 et l’arrivée de la couleur. De la même façon, chaque histoire que nous racontons autour de chaque photo a un nombre de signes limité. Lire l’histoire d’une photo ne devait pas devenir impressionnant.

Actes Sud Junior, mars 2016, 18.00 x 18.00 cm, 88 pages

Comment s’est opérée cette sélection de photos ? Chacun de votre côté d’abord avant une mise en commun ?

C’est cela ! Nous avons chacun notre culture : Pierangélique est iconographe de presse et a un parcours en rapport avec l’image et moi je viens de l’écrit et de l’école du journalisme. C’est l’alliance du néophyte et de l’expert, avec chacun sa grille de lecture et chacun son avis. Certaines photos, très connues des étudiants en photo, ne me semblaient pas du tout connues du grand public par exemple. Finalement le choix s’est porté sur des images qui racontaient plus qu’elles-mêmes, comme celle réalisée sur le Rockefeller Center. (Construction Workers Eating Lunch, 1932). Elle est à la fois allégorie de l’amitié, tout en étant le symbole du moment où NY devient NY. La bonne surprise a été de découvrir que chaque photo avait une histoire dingue.

Comment avez-vous pris en compte les auteurs de ces images et leurs ayants droit ?

Pour obtenir le droit de publier ces images, il suffit de payer en fait ! La surprise a été de découvrir que certaines photos valaient plus que d’autres. Le baiser de L’hôtel de ville vaut plus que celui pris à Times Square !  

On a essayé, à chaque fois que cela été possible, d’interviewer les gens qui les ont prises ou ceux qui sont sur la photo. Celle d’Arthus Bertrand m’a frappé. Le pilote de l’hélicoptère était heureux d’en parler. L’enquête pour retrouver les gens sur les photos a été passionnante.

Pourquoi le volume 1 est-il proposé avec deux couvertures différentes, une avec Marilyn Monroe de 1954, l’autre avec des ouvriers de 1932 ? 

Lors de la première édition, le directeur artistique s’interrogeait sur la difficulté de réduire ce travail à une seule image… Dès la réimpression, il a été convenu de ne garder que celle des ouvriers.

Quels retours avez-vous des lecteurs ?

J’ai animé récemment un atelier avec des petits, et je leur ai proposé des extraits découpés des photos. Tout de suite, ils étaient capables de saisir l’essence des photos et d’imaginer leur hors-champ. Pour celle de Dorothea Lange (Migrant Mother, 1936), par exemple, ils ont imaginé le père, car cela leur semblait impossible que celui-ci soit absent.

Ce qui est génial avec des ces publics éloignés du livre, c’est qu’ils  rentrent soudain dedans à fond. Certains adolescents ont écrit des slams pour accompagner la photo des ouvriers sur la poutre (Construction Workers Eating Lunch, 1932). C’est réjouissant pour moi comme pour les éducateurs.

Serait-il possible d’imaginer un troisième tome ?

Nous nous sommes arrêtés à 2015 avec la photo de la Place de la nation. Il est compliqué de choisir des images sur lesquelles le temps n’a pas laissé sa patine. Les trois dernières photos sont certainement facilement contestables, parce qu’il manque le recul de 50 années. Aujourd’hui, la photo est omniprésente et la photo iconique est plus difficile à isoler. Les photos ont moins le temps de s’imposer et d’écraser tout le reste. Il faut donc du temps dans l’œil de celui qui la voit pour qu’elle devienne iconique.

 

Avez-vous des regrets ?

Non. C’est notre choix à tous les deux. Ceci étant, j’aurais bien mis la photo de John Lennon et Yoko Ono prise par Leibowitz juste avant qu’il se fasse assassiner, mais Pierangélique trouvait qu’elle ne rentrait pas dans le corpus et en plus elle était hors de prix !  Ceci étant la question du prix n’a jamais été un sujet pour l’éditrice.

Merci David Groison ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

De la publicité Dop à l’album photolittéraire Rodolphe et Berlingot

Paris, R. Laffont (Impr. la Sapho), 1955. In-4°, non paginé, fig., pl., couv. en coul

En plein âge d’or de l’album photographique, les éditions Robert Laffont publie Rodolphe et Berlingot, un grand ouvrage photo-illustré qui accueille les aventures du jeune Rodolphe et de son compagnon le chien Berlingot. Si le récit est assez familier-un jeune garçon se lie d’amitié avec un animal, le perd et le retrouve grâce à l’intervention d’un tiers- cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre.

La préface de l’ouvrage indique que “Rodolphe “est un petit garçon que tout le monde a vu au cinéma, que tout le monde a entendu à la radio”. Quelques recherches permettent de découvrir que Rodolphe n’est pas juste un personnage dont on fait connaissance dès la couverture de l’album. Dans une France qui découvre le marketing publicitaire, Rodolphe est aussi l’égérie de la marque Dop et l’image du berlingot de shampoing depuis 1952. Fils de François Clauteaux, chef de la publicité de L’Oréal et créateur du journal Pilote, le jeune Rodolphe Clauteaux est bien connu des Français  qui l’appellent ” Le petit Rodolphe”. Déguisé en cow-boy, scout ou monsieur Loyal, il accompagne toutes les publicités, cartes postales à collectionner, films réalisés par la maison de produits d’hygiène. On peut encore entendre sa voix à la radio dans de petits sketchs de l’émission “Salut Marcel !”, ou lançant sur les ondes son slogan “Moi je veux un berlingot !”. http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampoing-l-ecole/ 

Sa bouille ronde et son nom sont entrés dans tous les foyers et le livre pourrait apparaître comme un produit dérivé d’un succès commercial. On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de ces carrés multicolores sur la couverture. Faut-il y voir un clin d’œil à la petite poche de shampooing bleu, jaune, rouge, vert ou violet de deux à trois centimètres carrés vendue dans de grands pots en verre ? 

Le nom de l’auteur sur la couverture retient également toute notre attention. Francis Mazière n’est pas un inconnu. Il a participé à plusieurs expéditions en Afrique et en Amérique du Sud. Avec le cameraman Wladimir Ivanov et la photographe Dominique Darbois, ils ont monté une expédition en Amazonie, pour se lancer à la recherche de Raymond Maufrais, l’explorateur disparu, et étudier les Indiens d’Amazonie ensuite. Ils sont revenus sans Raymond Maufrais, mais avec de la musique enregistrée un film documentaire ethnographique, et de multiples clichés qui seront publiés dans cinq ouvrages : Expedition Tumuc Humac chez Robert Lafont, Indiens d’Amazonie, premier ouvrage de la collection « Mondes et visages » chez Del Duca, Derrière le miroir, dessins indiens du Tumuc Humac, qui allie photographie et dessins de peintures rituelles, Parana le petit Indien, chez Nathan, premier numéro de la collection « Enfants du monde »et Yanamalé village of the Amazon, publié chez Collins, à Londres. Dominique Darbois et Francis Mazière ont ensuite signé les titres de la collection de portraits de pays “Enfants du Monde”chez Nathan, ensemble puis chacun de leur côté. Loin de l’Amazonie, Francis Mazière installe ce nouveau récit dans le décor de Paris : on retrouve les autobus à plateforme qui conduisent à la Gare de l’Est,  les voiliers du jardin des Tuileries, les quais de la Seine et le Pont Neuf… Il ne manque qu’un ballon rouge traversant le ciel de Paris…

Les pages de garde, photographiques, accueillent l’image d’un mur sur lequel un graffiti a été soigneusement dessiné à la craie. On y lit un autre nom, celui de Pierre Pothier. Celui-ci n’est pas non plus un inconnu, même si, opérant dans l’ombre, son nom est moins familier des lecteurs. Il signe en effet les couvertures et la mise en page de presque tous les albums de la collection “Enfants du Monde”. On retrouve ainsi dans Rodolphe et Berlingot tout ce qui a fait l’originalité et la force de cette collection : détourage des photographies, insertion de motifs géométriques qui font écho aux  décors des clichés, lignes qui mettent en avant le couple chien-enfant, révèlent les échanges de regard  entre les personnages,  images séquentielles qui lient l’ouvrage au roman photo en vogue, insertion de morceaux de texte dans les motifs géométriques…

La  conjonction de coordination “et” placée en page de garde le désigne comme le  auteur à part égale de l’album, et à juste titre. Il a fait de l’espace de la double-page un lieu d’expression plastique qui guide et capte  l’attention du lecteur et donne du peps à cet album. 

Un ouvrage à (re)découvrir donc. 

Allez, encore une : http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampooing-le-pays-des-merveilles/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

Promenons-nous dans les bois avec Isabelle Ricq et Une forêt dans un verre d’eau

Isabelle Ricq, une forêt dans un verre d’eau, Seuil Jeunesse, 2021

“Une petite fille écrit à sa grand-mère qui vient de disparaître et lui fait part d’une étrange aventure qu’elle vient de vivre.

Elle lui raconte comment, alors qu’elle observait les racines d’une petite plante qu’elle fait pousser dans un verre d’eau, elle est tombée dedans et s’est retrouvée subitement au cœur d’une forêt an compagnie du garçon-qui-pensait-être-un-loup”. Ainsi commence l’histoire, portée par un texte plein de poésie et par de très belles photographies forestières qui servent de terrain de jeux  à  Loup et Mouflette, deux petits personnages dessinés perdus dans les bois, occasion formidable de découvrir le monde et la vie.

Isabelle Ricq est notre invitée.

Quelle est votre profession ? et quel est votre parcours ?

Je suis photographe, et plus précisément photographe documentaire, c’est-à-dire que je réalise des reportages au long cours, sur des sujets que j’ai eu la chance de choisir. À 20 ans, en sortant de l’école de photo, j’ai vécu en Indonésie où j’ai longtemps documenté la fulgurante déforestation en cours: la destruction de la forêt, et son remplacement par des monocultures lucratives, sont devenues mes obsessions de travail. Je les ai photographiés ailleurs sur la planète, pour finalement revenir en Asie du Sud-Est, à Bornéo, pour une enquête photographique autour de la disparition d’un activiste suisse, Bruno Manser, qui a nécessité huit années de documentation et de voyages, et qui m’a laissée sur les rotules.

Christian Tochtermann Isabelle Ricq (Auteur) Ou la disparition de l’homme penan, septembre 2019 

Comment passe-t-on de la photographie documentaire à la littérature jeunesse ?

Au milieu de ce travail documentaire à Bornéo, notre fille est arrivée. Elle a bouleversé notre rythme, évidemment, mais surtout ma perception du monde.

Je me suis mise à tout voir à sa hauteur, ce qui m’a vite fait réaliser que derrière la complexité des sujets que je traitais se cachaient des valeurs qui étaient simples à comprendre, même pour un très jeune enfant. Dans le même temps, je découvrais grâce à elle les rayons littérature jeunesse des librairies, et j’en ai tiré trois constats: le premier est que la photographie est rare dans les livres pour enfants, surtout dans les albums de fiction. Le second est que ma fille de deux ans savait reconnaître une vache dessinée, qu’elle soit jaune, verte ou orange, avec une salopette ou des lunettes, à quatre pattes ou debout, mais qu’elle l’identifiait avec plus de peine sur une photographie. Le troisième est que cette même petite fille était capable de s’attacher aux photographies qu’on lui présentait, et d’y projeter ses propres histoires.

copyright Isabelle Ricq

Je me suis alors intéressée au passionnant (et périodique) désamour de l’édition jeunesse et de la photographie, de l’essor des albums photographiques dans les années d’après-guerre à l’arrêt brutal de leur production au début des années 1980. Diverses raisons sont invoquées pour cela: que les jeunes lecteurs éprouveraient des difficultés à appréhender la photographie, alors majoritairement en noir et blanc, ou encore que le réalisme de ces images freinerait l’imaginaire. Tout, pourtant, dans mon expérience, contredisait ces théories.

L’envie d’écrire et d’illustrer une histoire pour enfant est née de ces réflexions nouvelles, mais également de ma prise de conscience de la puissance de la fiction pour raconter le monde qui nous entoure. Moi qui m’étais toujours attachée à rendre compte de la réalité le plus honnêtement possible, à ne surtout pas trahir la parole de celles et ceux qui se donnent à voir, je découvrais là une liberté insoupçonnée, et une joie de créer renouvelée.

copyright Isabelle Ricq

Est-ce que ce projet a eu du mal à aboutir ? La présence de la photographie a-t-elle posé un problème aux éditeurs ?

Le fait que mes illustrations s’appuient sur des photographies a été très bien accueilli par les deux maisons d’édition auxquelles je les ai montrées, et l’enthousiasme d’Angèle Cambournac, au Seuil Jeunesse, m’a tout de suite convaincue que ce projet devait se faire avec elle. Ce que j’entends, c’est que les éditeurs ont conscience que le médium photographique est sous-utilisé dans l’illustration jeunesse, et que le peu de projets qui leur sont proposés sont encore freinés car la photographie a la réputation de mal se vendre.

Aujourd’hui, la plupart des albums photographiques qui paraissent sont des mises en scène de figurines ou de marionnettes, ou des imagiers. En cela, mon approche était différente, car il s’agissait d’ancrer mes fictions dans le réel par l’utilisation de la photographie comme environnement, dans lequel un personnage dessiné vit de merveilleuses aventures. Par l’utilisation du dessin, mes images renvoient donc partiellement aux codes traditionnels de l’illustration jeunesse, et même si la part dessinée est minime dans l’espace de l’image, il est tout à fait probable que sans cela ce projet ait été beaucoup plus difficile à faire vivre.

copyright Isabelle Ricq

“Tout enfant recommence le monde”, Pourquoi cette citation d’Henri David Thoreau en exergue ?

Cette citation vient d’un livre important pour moi, Walden ou la vie dans les bois, grand récit de la mise en application d’une philosophie de vie, dont certains passages me sont longtemps restés en tête. Cette phrase en faisait partie, mais j’ai l’impression d’en avoir réellement saisi le sens qu’en devenant mère. Elle m’a accompagnée et, à mesure que j’écrivais ce livre, elle résonnait de plus en plus fort en moi, si bien qu’il m’a semblé évident de la citer en exergue, comme on éclaire un chemin depuis l’orée du bois.

Qui sont les personnages dUne forêt dans un verre d’eau ? des lointains cousins d’Alice ? ou de Tobie Lolness ?

Loup et Mouflette sont deux petits voisins, qui ne se connaissent pas bien avant que leur aventure ne commence. Leur voyage est une prise de conscience, et je dirais qu’il partage plutôt des liens avec celui de Max, de Max et les Maximonstres, chef d’oeuvre de Maurice Sendak, dont le titre original aurait pu lui aussi figurer en exergue: Where the wild things are.

Pourquoi avoir choisi un couple de personnages fille -garçon ?

Simplement parce que j’affectionne particulièrement les amitiés fille-garçon, et que le début de l’histoire s’attache à Mouflette: lorsque Loup surgit, il est autre vis-à-vis d’elle, sur tous les plans.

Et pourquoi la forêt ? comme un lieu de mystère presque  incontournable des contes ?

La forêt est pour moi le lieu du sauvage, un monde avec « un coeur » et « des confins », dont la plupart des interactions nous échappent. Nous en venons pourtant, mais en le quittant nous nous sommes persuadés que ce que nous y laissions était sombre, inutile dans un monde civilisé, voire dangereux. Que se passe-t-il alors si nous y revenons?

Accessoirement, la forêt est aussi le milieu naturel dans lequel je me sens la plus à l’aise et heureuse, et je crois qu’il était important pour moi de prendre du plaisir à faire ce projet, assez égoïstement.

Envisagez-vous de rendre compte d’autres espaces dans vos prochains projets 

Les idées sur lesquelles je travaille actuellement se différencient un peu d’Une forêt dans un verre d’eau: par l’échelle, pour l’un, et par la technique, pour l’autre. Il y a toujours (un peu) de forêts, mais je cherche aussi à faire quelques prises de vue sous l’eau, oui.

Vous photographiez ? vous dessinez ? vous écrivez ? dans quel ordre pour cet ouvrage ?

Cet ouvrage est né d’une petite histoire destinée à ma fille, pour laquelle j’avais utilisé un corpus de photographies réalisées en Pologne, dans la forêt de Białowieża – joyau de nature, souvent qualifié de dernière forêt primaire d’Europe avant que l’actualité ne la rattrape tristement, d’abord par les coupes de bois, puis aujourd’hui par l’errance des migrants instrumentalisés là par le pouvoir biélorusse.

De ce premier fil, nous avons tissé un récit plus complexe avec Angèle, l’éditrice, ce qui fait qu’ensuite c’est l’écriture qui a guidé les prises de vues, les dessins étant l’étape finale du travail. Du premier récit ne subsiste dans le livre qu’une seule image, les autres ayant toutes été réalisées en Belgique, où je vis.

Quel âge ont vos lecteurs ? qu’attendez-vous d’eux lorsqu’ils auront cet ouvrage entre les mains ?

C’est une bonne question, et cela fait d’ailleurs partie des surprises que j’ai eu en tenant l’album en main pour la première fois: je pensais écrire une histoire destinée à être lue par les parents, alors que je me rends compte aujourd’hui qu’elle touchera plutôt les plus grands, qui commencent à maîtriser la lecture par eux-mêmes. Je crois que c’est dû au fait que, sans que je m’en aperçoive, mes mots ont grandi avec ma fille, qui a aujourd’hui 6 ans. Cette histoire, je ne fais que la déposer à ces petits lecteurs, en espérant qu’elle résonnera chez certains d’entre eux.

Que lisiez-vous lorsque vous étiez enfant ?

Une des raisons pour lesquelles je suis tombée en amour pour le monde du livre jeunesse, c’est que je ne l’ai que très peu côtoyé étant enfant. Je n’ai eu des livres pour moi que lorsque j’ai pu lire seule, et je suis passée à côté de l’album illustré. Ma première passion a été pour Roald Dahl, dont j’ai dévoré tous les livres en format de poche. Aujourd’hui, je découvre avec émerveillement les rééditions de ces mêmes histoires, superbement enrichies, et j’ai l’impression de vivre une part d’enfance qui m’avait échappée.

Merci Isabelle ! http://isabellericq.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

BOURSES du CNL !

couverture provisoire copyright Ergy Landau

Le Centre National du Livre a accordé son soutien à l’ouvrage 150 ans de photolittérature pour les enfants  dont la parution est prévue au mois de mars 2022 aux éditions MeMo. 

Il a également accordé son soutien à la monographie Ergy Landau (1896-1967) , écrite avec le professeur David Martens et à paraître aux éditions du Bec en l’air courant 2022. 

Nos adressons nos remerciements les plus chaleureux au CNL !

Tana Hoban s’expose à Castiglione delle Stiviere, entretien avec Elisabeth Lortic

copyright Mutty

Depuis le 22 octobre , et jusqu’au 22 janvier 2022, la librairie-espace d’exposition Mutty accueille une exposition dédiée à la photographe américaine Tana Hoban, pionnière du livre photographique pour enfants.

Cette exposition hommage permet aux visiteurs de redécouvrir les ouvrages, photographies et films de la photographe, mais également de participer à des ateliers.

Elisabeth Lortic, de l’association des Trois Ourses, nous a accordé un entretien. 

Elisabeth Lortic, comment a été conçue cette exposition et qui en assure le commissariat ? 

Quand l’association des Trois Ourses a décidé de fermer après 30 années d’activités, nous avons réfléchi à ce que l’on pouvait faire des œuvres que nous possédions, dont des œuvres de Tana Hoban. Le Cnap (Centre National des Arts plastiques) qui avait soutenu la publication d’un livre sur les travaux de Jean Widmer par Katsumi Komagata, s’est présenté comme un lieu naturel d’accueil.  Le Cnap a une mission de diffusion et de valorisation des œuvres. Sandra Cattini, Responsable de la collection design et arts décoratifs, pôle collection, s’est impliquée avec énergie et a permis que l’exposition se réalise dans un temps relativement court (étant donné les conditions nouvelles de travail due à la pandémie).

En 2018, l’éditeur italien Lazy Dog associé à la structure Mutty nous a acheté les droits pour une version bilingue (italien/anglais) du catalogue raisonné des livres de Katsumi Komagata. Le travail de médiation autour des livres de Katsumi Komagata s’est poursuivi chez Mutty avec l’association Peekaboo qui a travaillé à la Petite école des Trois Ourses. Au sein de ce groupe Mutty, Giulia Giazzoli est particulièrement intéressée par la photographie et le livre photo. Je l’ai assez naturellement orientée sur Tana Hoban comme une base d’un travail plus approfondi sur le sujet et Giulia m’a associé à l’organisation de cette exposition Guardare è un gioco i libri fotografici di Tana Hoban

copyright Mutty

Qu’y trouve-t-on ?

L’exposition est centrée sur Tana Hoban. On y trouve toutefois les deux imagiers très novateurs d’Edward Steichen, avec lequel elle a collaboré. Edward Steichen, photographe et directeur de la photographie au MoMa de New York, l’a exposée dans « Six femmes photographes », aux côtés de Helen Levitt et de Dorothea Lange, puis en 1955 dans la fameuse exposition «Family of Man». Les livres de Tana Hoban qui sont exposés chez Mutty sont ceux que l’on a donnés au Cnap. Quelques images proviennent aussi de la collection de Grummond dans l’université du Mississipi qui accueille les archives de Tana Hoban. Les photographies exposées sont tirées de l’exposition de Bologne que nous avions réalisée avec elle. Ce sont des tirages d’environ 40 x60 cm. 

copyright Mutty

Parlons du lieu

Mutty est un lieu à Castiglione delle Stiviere, près du lac de Garde. Il associe une librairie, un restaurant, une salle d’atelier, une salle d’exposition, avec une très belle lumière. Les proportions du lieu correspondent bien à la modestie des Trois Ourses et à notre matériel. Le scénographe, Paolo Cremonesi, a fait un joli travail sur du carton léger pour présenter les photos comme dans des livres ouverts, dans lesquels les images se répondent deux par deux. Cela rappelle les double-pages des livres de Tana. Les visiteurs peuvent déambuler entre elles comme dans un labyrinthe. Il n’y a pas de parcours imposé, mais une observation un peu plus longue permet de dégager des thématiques, forme, matière, couleur… Dans une petite salle noire, derrière un rideau, les visiteurs peuvent découvrir de petits films sur les animaux, réalisés par Tana Hoban. Les écrans ont tendance à attirer les visiteurs, surtout les petits, mais ces petits films de trois minutes bien positionnés, ne les empêchent pas de circuler dans l’exposition.

copyright Mutty

Comment sont présentés les livres ?

Ils sont placés en ordre chronologique en deux grandes bandes superposées : l’une à hauteur d’adulte et l’autre plus basse. Ils forment un fond qui montre l’importance du travail de Tana Hoban. C’est assez graphique. J’aurais voulu que certains ouvrages soient présentés à livre ouvert mais l’espace et les contraintes de conservation du Cnap ne le permettaient pas. Dans la librairie, on trouve les livres américains et les livres en français de chez Kaléidoscope. Malheureusement beaucoup sont épuisés. Certains livres de seconde main sont mis à disposition des enfants.

copyright Mutty

Trouve-t-on des écrits dans cette exposition ?

Les cartels sont très simples. Il s’agit de la fiche de catalogage qui est placée sur le mur, sous les livres, sans que cela ne gêne la vision globale des livres. Il y a une vitrine à hauteur d’enfant qui accueille les jouets que Tana nous avait confiés et qui lui avait servi à faire Des couleurs et des choses. On présente aussi le portrait de Tana par Sarah Moon, qui a servi pour la couverture de l’autobiographie que nous avons éditée Regarde bien / Look again : les albums photographiques de Tana Hoban, à l’occasion de l’exposition à Bologne.

Giulia Giazzoli a réalisé un catalogue en grand format journal et en faible tirage qui comprend plusieurs textes sur la photographie pour enfants, une interview dans laquelle je parle de mes relations avec Tana, et des photographies de Tana Hoban.  Des marque-pages avec un trou qui rappelle celui que Tana utilisait dans ses interventions aussi bien que dans ses “Look Book” pour permettre  au jeune lecteur de diriger son regard et “cadrer”. 

copyright Mutty

Quelles réactions avez-vous constatées de la part des visiteurs ?

Pour de nombreux visiteurs les livres de Tana étaient une découverte car en Italie seuls sont publiés jusqu’à présent les livres en petits formats carrés Bianco e Nero, Che cos’è ?, Giallo, rosso, blu publiés par Camelozampa.  Les enfants ont beaucoup apprécié l’atelier de Coline Irwin le week-end dernier. Il y en aura d’autres d’ici la fin de l’exposition fin janvier avec Luca Ganzerla et Giulia Mirandola. 

Le site de Mutty https://www.mutty.it/

Merci Elisabeth !
5a. Tana Hoban – Fonds Les Trois Ourses – Centre national des arts plastiques – © Cnap

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Séminaire du Greces ; identités et (photo)littérature jeunesse, Rennes 2

Séance inaugurale du Séminaire du Greces Collections, archives et litérature jeunesse  
 
Vendredi 12 novembre 2021, de 15h45 à 17h45 dans la salle recherche ALC de l’université Rennes 2
 
Au programme:
Laurence Le Guen : Portraits de pays et identités en littérature jeunesse et photolittérature.
Catherine Sablonniere : Atelier de recherche: identités et et littérature jeunesse en Galice. 
 
Lien Zoom à demander auprès de  catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr
 

Katy Couprie et les langages de l’image

novembre 1999, Tout un monde a reçu le prix Sorcières (tout-petits) ainsi que le prix Pitchou. Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

En 1999, l’imagier Tout un monde offre aux plus jeunes lecteurs un inventaire hétéroclite du monde qui nous entoure en mêlant toutes les pratiques artistiques, bouleversant dans la foulée les pratiques éditoriales autour de ce genre. Il est signé Katy Couprie et Antonin Louchard, deux auteurs phares des rayonnages des bibliothèques enfantines. Katy Couprie est notre invitée ! 

Vous utilisez, jouez, mêlez toutes les techniques artistiques dans Tout un monde, Tout un Louvre, Au jardin, A table !, et dans Un monde palestinien. Est-ce une façon de dire que toutes les pratiques  se valent, tant qu’elles produisent de l’art et du jeu ?

Avec Tout un monde, Antonin Louchard et moi-même voulions apporter aux lecteurs une initiation diffuse aux différents langages de l’image et dire que toutes les techniques ne se valent pas justement. Ce que raconte une photographie ou un dessin sur un objet n’est pas équivalent. Cela est très perceptible devant nos images, sans avoir à l’expliquer à des enfants petits. Antonin et moi voulions faire découvrir aux enfants un ensemble de techniques et leur montrer la variété des représentations, ce qu’on peut faire en art, ou ailleurs, pour représenter le monde, le  dédoubler en images. Toutes les techniques utilisées dans cette série d’ouvrages se complètent, s’enrichissent.

Le jeu existe bien. Il est installé entre les images, qui sont libérées du texte. Ces images ne sont plus inféodées aux légendes. Le jeu réside dans la pratique que l’on a du livre, les correspondances entre les images, les associations d’idées entre elles.

Ces ouvrages sont constitués comme des inventaires du monde qui nous entoure. Même s’ils sont dépourvus de mots, néanmoins, le mot est-il vraiment loin ? Qu’est-ce qui vous fait opter pour la photographie plutôt qu’une autre technique artistique pour exprimer une idée ? 

Au départ, il y a eu évidemment les mots. On a fait beaucoup de listes, d’inventaires, en y mêlant objets, émotions, concepts. Parfois la technique s’imposait par rapport à un contenu de représentations. Mais au final, tout ce qui pouvait rentrer dans l’imagier était bon. A partir du moment où on s’adresse à des enfants avec un point de vue européano-centré, le choix est vaste. Pour parler d’une seule idée, on a aussi varié les images, les techniques, les points de vue, les cadrages. Il y a également dans Tout un monde et ensuite dans Au Jardin, des installations, des mises en scène. La photographie permet de faire alors le constat de ce qui est créé. C’est ce qui me permet d’enregistrer une mémoire vivante de ce que je suis en train de faire.

Le hasard a aussi bien fait les choses, comme lorsqu’Antonín s’est peint la main et que cela est devenu un coq ou une tortue.

septembre 2008, Au jardin a reçu le prix Bologna Ragazzi (fiction). Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

La photographie est-elle votre domaine réservé dans vos créations à quatre mains avec Antonin Louchard ? 

J’ai fait des études d’art au cours desquelles j’ai appris à photographier et ce n’est pas le cas d’Antonin. Tout ce qui est pratique de l’argentique s’est fait dans mon laboratoire et je l’ai formé à travailler avec moi en lui ouvrant ces techniques là. Antonin pratique surtout une photographie numérique qu’il aime beaucoup.

Vous variez photographies en noir et blanc, photographies en couleur, zoom, plans larges, rayogrammes etc… L’idée était-elle aussi de faire découvrir toutes les techniques photographiques ?

Il y a effectivement la volonté d’avoir un inventaire de techniques le plus large possible, y compris des choses un peu « zazou » : j’ai fait notamment des photogrammes avec des vers de terre vivants ! Il s’agit bien pour moi de pousser les techniques avec lesquelles on peut faire des images. Cela peut être évidemment très simple avec du modelage, comme pourraient le faire des enfants, mais il peu y avoir aussi ou des choses extrêmement élaborées.

2002, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Je crois reconnaître dans certaines pages de Tout un monde des clins d’œil aux grands maîtres de la photographie et je pense aux portraits d’écoliers de Doisneau, aux rayographies de Man Ray, aux couverts de Steichen, aux poires de Sougez… Est-ce que je me trompe ? Quels sont vos maîtres en photographie ?

Mes maîtres sont Moholy-Nagy, Man Ray, et Robert Heineken, qui pratique le photogramme en couleur, Robert Franck, Diane Arbus, Lee Freidlander, pour certains types de photographies, Peter Fischli, David Weiss, Philippe Ramette, Ervin Wurm. Ervin Wurm  réalise des photos de lui pour lesquelles  il conditionne son corps dans des vêtements qu’il enfile dans des postures non conventionnelles. Philippe Ramette fait des photographies qui ont un vrai rapport au paysage, dans lequel il met en scène son corps dans des équilibres instables.

Quant aux livres pour enfants, il y a évidemment Tana Hoban et Sarah Moon avec qui j’ai eu le plaisir de faire une très belle exposition a Marseille.

Les clins d’œil il y en a effectivement ! Ils sont adressés à Moholy-Nagy, Man Ray. Le clin d’œil à Doisneau avec cette photo d’écolier  est réel mais il arrive par la force des choses.  Il s’agit en fait d’une photographie d’Antonin enfant.

1993, Gallimard Jeunsse, Le sourire qui mord

Je suis le chien est fait de collages, d’assemblages de morceaux hétéroclites tirés de photographies, de pages de magazines, de dessins. D’où est venue cette idée ? Un hommage à Hannah Höch ? Aux collages de Prévert ? Vous semblez beaucoup vous amuser.

 L’idée était d’accorder une grande place au détail, de passer le monde alentour à la moulinette. L’inspiration c’est Dubuffet, pour ses façons d’avoir des personnages entourés dans des formes et une autrice américaine qui s appelle Maira Kalman et qui travaille avec des éléments composites en peinture.

Avez-vous déjà pensé à faire un livre entièrement photographique ? 

Je pourrais si le sujet du livre réclame la photographie. Avez-vous lu Prince de naissance attentif de nature chez Thierry Magnier aussi ? C’est un projet très photographique avec un usage différent de la photographie. C’est un livre qui a été assez remarqué mais non republié. C’était un grand album, bien imprimé en plus.

octobre 2004, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Le texte est de Jeanne Benameur. Le personnage est un enfant qui devient prince et est appelé à gouverner très tôt. Il doit avoir une visée, s’installer dans des combats. Il y a une dimension de fable, de conte, beaucoup d’onirique, pas de contexte et pourtant le livre est installé dans un rapport au monde. J’ai pensé que j’allais choisir le dessin pour les personnages au pastel gras, découpés et plantés dans un décor réel avec un rapport d’échelle intéressant. L’imaginaire est  porté par le dessin. 

Est-ce que vous aviez des livres photo-illustrés quand vous étiez petite ?

Je n’ avais pas de livres pour enfants, mais des dictionnaires médicaux, des encyclopédies. J’avais aussi des romans-photos que lisaient mes grands-parents. Ils avaient une librairie papeterie et j’ai passé mes mercredis à feuilleter la presse, sans aucune censure. 

Merci !!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

L’expo “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” au Creusot a fermé ses portes

L’exposition “Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! ” a fermé ses portes au Creusot. Elle a reçu toute la semaine des scolaires d’âges différents venus travailler sur la thématique des droits de l’enfant, l’occasion de les interroger également sur la réception des photographies et des livres photo-illustrés. 

Elle est désormais libre à la location. 

 

Secrets de fabrication…

Miniphlit a rencontré le papa d’un apprenti pirate en pâte à modeler, l’occasion de découvrir ce qui se fait aussi du côté de l’auto-édition et de se pencher sur le travail de création de livres photo-illustrés à l’école.

Cher Lionel Lamour, illustrateur ? auteur ? photographe ? qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Je suis auteur-scénographe. Ce livre est le second du même genre, c’est-à-dire un roman-photo jeunesse. Il est d’abord né d’une histoire écrite. En l’écrivant, j’imaginais déjà les images. Une fois écrite, j’ai réuni l’équipe qui m’a permis de le réaliser : un photographe, une sculptrice en volume et un décorateur.

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Pas uniquement, c’est un ensemble. Pour moi les livres photos jeunesse sont un peu des OVNIs dans la littérature. J’aime relever des défis et celui de mettre en scène, en image cette histoire en était un. Cela change de l’illustration dessinée. Les lecteurs ont une lecture presque en 3D avec les personnages et les décors.

Quand êtes-vous tombé dans la marmite de la littérature jeunesse ?

J’y suis tombé par circonstance. Suite à une opération du dos, j’ai imaginé une histoire à offrir à mes nombreux neveux et nièces pour un noël. J’ai pris mon temps pour l’écrire, la faire illustrer et l’imprimer au magasin du coin. Je me suis retrouvé à coudre ce petit livre qui n’avait pas si mauvaise allure pour de l’artisanal. Le cadeau a plu. Je l’ai réédité en passant par un imprimeur avec un second tome. Voilà le début…

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Elle est ponctuelle. Sur certains projets. Par contre, ce n’est pas rare que je prenne une photo d’un lieu, d’une situation qui pourrait m’inspirer pour un récit.

Qu’est-ce qui vous inspire donc ?

Tout ! Bien souvent c’est un petit détail, un mot qui fait naître une histoire, un conte. Il ne faut pas grand-chose pour mettre en marche la machine à écrire qui se situe dans un coin de ma tête.

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour Victor, ce sont des tableaux mis en scène, réfléchis afin de trouver l’équilibre entre le texte et laisser la possibilité au lecteur d’imaginer plus que ce qu’il ne voit.

Pourriez-vous travailler avec des êtres inanimés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

J’ai déjà travaillé avec une école sur l’écriture et la mise en page et en scène d’une histoire mêlant personnages (enfants) et objets. Une belle expérience qui s’est conclue par l’édition d’un livre.

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler sans texte ; je suis un conteur et un écriveur d’histoire… m’en passer me serait difficile, mais travailler avec un/e illustrateur/trice pourrait me permettre de relever ce défi.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

Hum… les deux ! Les images mentales sont nécessaires à la mise en écriture tout autant que les mots créent des images que je n’avais pas forcément imaginées.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ?

Jusqu’à ce jour, je ne travaille pas avec les mots des autres. Je peux écrire sur des idées partagées afin d’aboutir à un projet.

Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

Je touche, avec mes livres, un large lectorat. Que ce soit la lecture du soir ou la première lecture avec Victor apprenti pirate, ou avec ma série « La communauté d’Azéliard », ou d’autres encore, j’ai la chance de pouvoir rencontrer un public de lecteurs varié. J’aime l’idée qu’ils puissent s’approprier l’histoire, lui donner un autre sens, imaginer d’autres décors, d’autres univers où évoluent mes personnages. J’aime présenter aux enfants le grand coffre au trésor d’où je sors les éléments de décors mais aussi les personnages qui ont servi à faire l’histoire. Bien souvent, ils recréent des scènes ou poursuivent l’histoire avec leurs Playmobil©. L’histoire ne m’appartient plus.

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots ?

Non pas un mais plusieurs… Le plus abouti et prévu pour mars 2022 est encore un livre jeunesse en collaboration avec l’illustratrice Fanny Cheval. Il y est question d’un épouvantail qui, s’il rencontre le succès aura une suite…

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

J’étais un moyen lecteur de romans, qui dévorait des BD (j’en dévore toujours !) durant les vacances. J’étais par contre un « fabriqueur » d’histoires que j’aimais raconter à mes cousines et cousins.

Pourquoi avez-vous choisi l’auto-édition avez-vous eu des difficultés à trouver un éditeur ? 

Je suis en édition propre car en effet les maisons d’éditions pensent que je ne corresponds pas à la ligne éditoriale. Par contre, je suis tout de même à 3 tirages de 800 exemplaires de Victor, et  800 pour les “Contes du chaudron”… ce n’est tout de même pas mal je trouve…

Vous intervenez régulièrement dans des classes avec les aventures de votre pirate. Quels ateliers mettez-vous en place et quelles sont les réactions du jeune public ? 

La présentation commence par une lecture de l’histoire avec les enfants si elle n’a pas déjà été effectuée au préalable. Ensuite, le décor s’installe dans le coffre. Enfin, les personnages arrivent dans leur univers. L’intervention se prolonge  en présentant les différents  éléments de décor qui ont servi pour le “tournage” du livre : façade de maison, parties du navire, carte au trésor…des trucages sont dévoilés : Comment faire de l’eau sans eau ? comment vieillir une carte ?  Des centaines de photos sont prises pendant la réalisation et je leur explique comment on choisit les 23 photographies. Les réactions lors de mon passage en classe pour présenter la mallette sont très positives. Il y a un grand intérêt de la part des enfants. Je sais qu’il y a une histoire faite par une école en Normandie, La fiancée de Victor.

Sur le site de Lionel Lamour, on pourra découvrir d’autres ouvrages photographiques réalisés avec les écoles. http://www.lionel-lamour.com

 

 

Images de l’enfance, rencontre avec Alain laboile

La Dispute,
a photographic children’s tale.
Les Arènes, 2017
26 x 29 cm
76 pages

“In his series of carefully composed black-and-white images that make up La Famille, the French photographe Alain Laboile has captured a sense of youthful freedom through the exploits of his six children” écrit le New York Times en 2012. https://lens.blogs.nytimes.com/2012/12/27/capturing-a-childhood-idyll-in-france/

Alain Laboile s’est fait une spécialité de ces photographies en noir et blanc des moments de l’enfance, de l’ enfance particulière de ses six enfants plutôt, éloignés des écrans et du système éducatif traditionnel, et dont le maître mot est sans doute “Liberté”.

Si ces images du quotidien de sa drôle de famille ont été exposées dans le monde entier, elles ont aussi rejoint les pages intérieures des livres pour raconter des histoires, témoigner de ces instants fugaces. Interview.

https://laboile.com/

Quotidian, 2017
Duncan Meeder
Foreword by Andy Summers (The Police)
29,5 x 33 cm
96 pages

Cher Alain Laboile, quel est votre parcours ?

Je suis photographe et sculpteur autodidacte. Après une scolarité courte j’ai démarré une carrière de sculpteur.

Je suis devenu photographe par accident en découvrant le mode macro sur un appareil photo destiné à photographier mes sculptures. 

Fasciné par l’entomologie j’ai commencé par des clichés d’ insectes.

C’est plus tard que j’ai démarré l’album de ma famille nombreuse, qui a depuis fait le tour du monde au gré des expositions, festivals et publications.

 Avez-vous des maîtres, des modèles en photographie ?

J’ai une culture photographique très limitée et je me complais dans cette « ignorance » qui me permet de m’affranchir de toute influence.

Je suis plus sensible à la peinture, à la sculpture ou l’architecture.

La photographie m’intéresse finalement assez peu.

– En attendant le Facteur
KnowWare Editions, 2012
Foreword by Gérald Vidamment
25 x 27 cm
100 pages

Voyez-vous le livre comme un moyen d’expression incontournable de votre pratique photographique ? un prolongement de vos expositions ? un autre lien avec les spectateurs ? bref, pourquoi le livre ?

Le livre a pour moi deux finalités :

 -C’est un outil incontournable pour présenter le travail photographique à des galeristes, directeurs de festivals, conservateurs de musées…

-Il permet une large diffusion des œuvres auprès d’un public de collectionneurs mais aussi d’amateurs pour qui les galeries et surtout les tirages photographiques qu’elles proposent, demeurent inaccessibles du fait de leur coût.

Avez-vous senti des réticences de la part des éditeurs pour publier des livres photos ?

 J’ai eu la chance incroyable d’être publié sans avoir eu besoin de démarcher mes éditeurs, Tous sont venus vers moi en me proposant une collaboration.

Gérald Vidamment a été le premier à parier sur moi,  et le livre est maintenant épuisé.

J’ai depuis publié une dizaine d’ouvrages.

Aurores (BeSpoke Collection)
Limited edition numbered on 250
Foreword by Fabien Ribery
Editions Bessard, 2018
19 x 26,5 cm

Est-ce que le prix Hip a changé quelque chose ?

Il est intervenu au moment de la ré-édition de La Dispute. Le prix a été mentionné sur le bandeau de l’ouvrage, j’imagine que cela a  contribué à booster les ventes.

Quel est le fil conducteur de vos ouvrages, la thématique commune ?

Ma famille est mon unique sujet, Je documente depuis 15 ans notre quotidien un peu atypique, Une vie proche de la nature, sans télévision ni confort superflu, l’école à la maison… Les enfants qui grandissent, quittent le nid , reviennent…

Pourquoi privilégier des titres en anglais ?

Mon public est international. Mes éditeurs sont français, allemands , Néerlandais , mes galeries sont Italiennes, Brésiliennes et Française . La langue anglaise est  donc fédératrice.

Pourriez-vous vous exprimer en couleurs ?

Je pratique la couleur depuis toujours, par petites touches.

Mon livre Aurores, aux Éditions Bessard est  d’ailleurs intégralement en couleur.

Mais le noir et blanc est prépondérant au sein de mon œuvre, il renforce l’intemporalité et l’universalité de ma photographie.

Under the Monochrome Rainbow
Foreword by Jock Sturges
Duncan Meeder, 2015
30,5 x 30,5 cm
96 pages

Est-ce que vos livres parlent de l’enfance en général, d’un type d’enfance ?

Ils parlent de l’enfance de mes enfants et de notre  mode de fonctionnement éducatif qui n’est pas forcément très répandu, notamment en France,

Mais ce que j’immortalise (le jeu, les joies, les peines, les relations avec les animaux, les scènes de vie quotidienne) sont propres à l’enfance universelle.

C’est ce qui fait je crois  le succès de ma série La Famille : Tout le monde y retrouve un peu de lui -même en nous observant quelques minutes à travers la page d’un livre, un écran  ou une exposition.

Est-ce que ce sont des livres pour enfants ?

Hormis la Dispute et Je sais le faire, ce sont des livres tout public. Mais chacun de mes ouvrages peut -être feuilleté et compris par un enfant.

 Ma photographie est directe, très lisible, dotée d’une iconographie accessible à tous.

 Qui sont les acteurs  de vos images ?

Mes 6 enfants âgés aujourd’hui de 12 à 27 ans.

Summer of the Fawn
Kehrer Verlag, 2018
Foreword by Laurence Kiberlain
18 x 24 cm
112 pages

Comment est venue l’idée de La dispute ?

C’est Victoria Scoffier, officiant aux Editions les Arènes qui a eu l’idée de cette collaboration.

Nous sommes amis depuis que jeune journaliste au Magazine 6 Mois, elle a passé 2 jours chez nous en immersion pour écrire un article à notre sujet.

Mon œuvre parle de l’enfance et nous trouvions important de la rendre accessible aux plus petits justement.

Ce conte photographique est divertissant, mais participe aussi à l’éducation à l’image.

Est-ce un livre de littérature jeunesse ou un livre d’artiste ?

C’est un livre jeunesse mais l’importance de l’image et le soin particulier apporté à son traitement en fait un ouvrage hybride.

Vous signez La dispute avec Victoria Scoffier ? Est-ce difficile de créer à quatre mains ?

Au départ, Victoria n’était pas destinée à écrire le conte, elle devait simplement coordonner la publication.

Mais aucun des auteurs pressentis ne parvenant à trouver le juste ton pour aborder l’accompagnement littéraire de mes images, elle a endossé ce rôle, ce dont je suis très heureux. Tout est alors devenu fluide.

Lisiez-vous des livres-photos lorsque vous étiez enfant ?

Je suis issu d’un milieu modeste en pleine campagne bordelaise. Mon enfance rimait  plutôt avec les promenades en forêt de pins et  les baignades sauvages.

Il devait bien y avoir des livres pour enfants à la maison mais des livres -photo certainement pas.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Ouvrir des espaces pour s’émerveiller, avec Ianna Andréadis

 

L’oeuvre de Ianna Andréadis est très loin de se résumer à ses très beaux imagiers photographiques pour enfants parus aux éditions (Les Grandes Personnes). Ses créations graphiques, picturales, photographiques, ses recherches sur l’objet-livre sont multiples et témoignent de son émerveillement pour la nature et l’environnement proche ou lointain. Rencontre avec une exploratrice de notre monde. 

Chère Ianna Andréadis, peintre, photographe, autrice de livres pour enfants, est-ce que j’oublie quelque chose ? Comment se répartit votre temps créatif ?

Je voudrais préciser : autrice de livres, “y compris” de livres pour enfants, et aussi ajouter dessinatrice et créatrice de projets photographiques participatifs, qui ces dernières années occupent une grande partie de mon temps. Selon mes projets en cours, j’essaie d’alterner les projets photographiques, la peinture et le dessin, car j’ai besoin de ces multiples moyens d’expression ! 

Avez-vous des maîtres de la photographie qui vous inspirent ?

Plusieurs grands photographes m’inspirent mais celui qui m’a le plus marquée depuis les années 80 c’est Luigi Ghirri pour son art de capter, de rendre la réalité quotidienne poétique ou illusoire, de montrer dans toutes ses séries “sa stupeur du monde”. Son oeuvre photographique m’a ouvert plusieurs portes et fenêtres…

 

Comment êtes-vous venue à la littérature pour la jeunesse ?

A la naissance de mes enfants, j’ai voulu faire des livres pour eux. J’ai d’abord créé des livres-imagiers en tissu africain wax, dont j’ai une grande collection, fascinée par leurs motifs et leurs couleurs. Le livre d’Afrique, avec des images d’animaux, Dis voir avec des objets hétéroclites sur chaque page … Ma mère réalisait les coutures. J’ai rencontré à l’époque Elisabeth Lortic une des fondatrices de l’association des Trois Ourses (qui diffusait et éditait des livres d’artiste en direction des enfants) qui a été très enthousiasmée par mes livres en tissus et m’a proposé de réaliser des éditions pour les exposer, les diffuser. C’était le début d’une grande collaboration et de nombreux projets en direction des enfants. C’est par Les Trois Ourses que j’ai rencontré Fani Marceau éditrice au Seuil à qui j’ai proposé mon premier livre photographique, Couleurs Nature, qui a été publié en 2002. J’avais réalisé ce livre en choisissant des photos dans une agence spécialisée dans les photographies de la nature : PHO.N.E. C’était une exploration des couleurs, des formes de la nature dans le monde entier, où ce sont les juxtapositions des deux images qui créent un dialogue ou une histoire … comme ma nouvelle série – collection de livres pour les tout-petits aux Editions des Grandes Personnes. (C’est un principe qu’on retrouve dans tous mes livres photos).

Aux Editions du Seuil j’ai rencontré Brigitte Morel qui est depuis presque 20 ans, mon éditrice pour tous mes livres photos.

 

La nature est une de vos sources d’inspiration. Vos livres publiés aux Grandes Personnes aident-ils à mieux regarder le monde qui nous entoure et portent-ils un message écologique ?

J’espère qu’ils aident à regarder la beauté de la nature dans notre quotidien, mon intention est de donner à voir ce qui est sous nos yeux, inciter petits et grands à être sensible et s’émerveiller de la nature où que l’on soit.  C’est une façon par la suite d’avoir envie d’en connaître plus et de la respecter.

Dans son livre, Le sens de la Merveille, Rachel Carson, une des premières écologistes, écrit “Pour un enfant il est bien moins important de savoir que de ressentir”, j’espère que ces livres sont un pas vers le sentiment de l’émerveillement. 

 

Comment se décide le thème de vos imagiers ? En concertation avec votre éditrice ? au hasard de vos déambulations ?

Mes livres sont autobiographiques et renvoient tous à mes lieux familiers, mes voyages, mes émerveillements, mes préoccupations …Ils comprennent aussi des moments de découvertes et d’exploration dans la nature lors de nos voyages avec mon compagnon Franck Bordas et nos enfants, comme Bêtes de Brousse, ou La fourmi et le paresseux/Histoires de la forêt lointaine …livres que nous avons réalisés ensemble en Afrique du Sud et au Costa Rica.

L’album Bêtes de brousse, était un livre important pour nous, un grand projet suite à nos expériences et plusieurs voyages dans les réserves africaines. On avait rassemblé un grand nombre de photos et on voulait transmettre les émotions et les rencontres avec les animaux de la brousse. La concertation le dialogue avec mon éditrice Brigitte Morel est toujours essentiel pour le livre.

Pour la collection des tout-petits qui est comme un condensé d’une série, puisque 24 photos suffisent pour partager une façon de voir, du premier livre Histoires du cerisier, qui est l’arbre que je vois par ma fenêtre … au Histoires d’automne, la série de feuilles tombées par terre sur le trottoir de ma rue …,les sujets viennent de mon environnement quotidien, je décide le thème toujours en rebondissant sur le précédent, en essayant de surprendre, compléter, alterner, renouveler… en ayant l’expérience des réactions des précédents titres, et évidemment toujours en concertation et à l’écoute des suggestions de mon éditrice.

La suite des titres, mais aussi des couvertures est conçue comme un chemin de fer de livre !

 

Vos imagiers Du printemps à l’hiver, Histoires de cerisier,  Du soleil à la lune, Histoires du ciel  sont des imagiers photographiques sans texte. Pourquoi faire le choix du silence et sont-ils vraiment silencieux ? Peut-on raconter des histoires en se passant des mots ?

Je souhaite donner de l’importance à la photo sans qu’elle ait un rôle d’illustration, sans que la lecture de l’image soit perturbée par un texte.  Cela laisse plus de liberté, de la place au dialogue.  Au lieu de lire des légendes, il faut découvrir, observer, reconnaître, comparer, questionner, raconter …  On consacre notre 4ème de couverture au texte et aux légendes.

Les « histoires » se créent par le rapprochement des images. Les associations d’idées, les rapports de couleurs, des formes, les similitudes ou les contraires composent le livre, et créent un dialogue…

Je tenais au sous-titre “Histoires”…qui semblait paradoxal pour un livre sans texte et je voudrais citer ici cette phrase de Georges Didi-Hubermann qui est comme la clé de la construction de mes “histoires”’ !.. :

« Deux images qu’on rapproche produisent de la pensée. Ce n’est pas seulement l’image (…) mais la distance qui les sépare qui dessine, ouvre, un espace pour penser. ».

 

Comment imaginez-vous l’attitude de vos lecteurs devant vos imagiers photographiques ? Certains jeunes lecteurs vous ont-ils fait part de leurs sentiments devant vos très belles images ?

Ce que j’aime imaginer, c’est plutôt, après la lecture, comment les enfants peuvent retrouver et observer dans leur quotidien des choses qui leur rappellent le livre (!), comment ils vont voir les couleurs des fruits au marché, les feuilles d’automne sur le trottoir etc ..;

J’ai eu beaucoup d’occasions de rencontrer les enfants lors de rencontres avec des classes et au delà des images en soi qu’ils aiment, ils s’intéressent à savoir si c’est moi qui les ai prises, ils sont épatés de savoir que c’est moi et ma famille qui étions là, devant les éléphants, les lions les léopards etc …dans Bêtes de Brousse.

 Il semblerait que le livre photographique pour la jeunesse suscite un regain d’intérêt aujourd’hui. Avez-vous eu du mal au cours de votre carrière à convaincre des éditeurs d’accepter des livres de photographies ?

J’ai eu la grande chance de rencontrer Brigitte Morel qui est passionnée de photo, et qui est mon éditrice fidèle de mes livres photo jeunesse en France, depuis 2002 : les Editions du Seuil, en passant par Les Editions du Panama, où on a fait trois livres photos – (tout-public) ensemble : Chantier ouvert au Public/ récit de la construction du musée du quai Branly, 2006, Une année en Forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, (réalisé avec Franck Bordas) 2007, Cosmopolis /Ivry-sur Seine, 2007.

C’est un très grand plaisir de travailler ensemble en grande complicité. Cependant ça arrive que parfois des projets mettent du temps à mûrir.

 

Vous avez illustré un livre de contes avec vos dessins. Vous êtes-vous posée la question de l’illustration photographique pour les contes ?

J’ai illustré une anthologie de contes L’aile bleue des contes: l’oiseau, établie et commentée par Fabienne Raphoz aux éditions Corti, (collection Merveilleux, 2009). En fait ce ne sont pas des illustrations des contes mais une série de 70 dessins d’oiseaux qui sont cités dans ceux-ci et composent en parallèle une histoire naturelle. Une façon détournée d’illustrer cette anthologie, en étant moi même passionnée d’oiseaux et ayant beaucoup travaillé sur ce thème.

Justement, … tout en travaillant uniquement dans un esprit documentaire, j’ai une idée depuis un moment d’un livre photo sur les contes, j’attends que mon éditrice soit convaincue…  !   

Quelle lectrice étiez-vous enfant ? Aviez-vous des livres de photographies ?

J’ai grandi à Athènes, j’ai appris le français et depuis toute petite, je lisais beaucoup; Le club des Cinq à la Bibliothèque Rose, les Six Compagnons à la Bibliothèque Verte…, en parallèle avec les livres d’auteurs grecs comme Pénélope Delta. J’aimais beaucoup les romans de Jules Verne, les bandes dessinées, Lucky Luke et Tintin.  Il n’y avait pas de livres de photos pour enfants en Grèce, j’ai découvert les magnifiques livres photo de cette époque, de Dominique Darbois par les Trois Ourses bien plus tard.

 

Bibliographiehttp://ianna.online.fr/books.html et sur le site des (Grandes Personnes) https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/andreadis-ianna/

 

Livres de photos

 A paraître :  Par nos fenêtres / Vues d’Ivry, texte de Danièle Méaux, Editions Créaphis, 2021

 Du platane au ginkgo – Histoires d’Automne, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Des goûts et des couleurs – Histoires de fruits et de légumes, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Du glacier au torrent – Histoires de l’eau, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020  

 La fourmi et le paresseux- Histoires de la forêt lointaine, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020 

 Du soleil à la lune – Histoires du ciel, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Du printemps à l’hiver- Histoires du cerisier, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Fenêtres sur Athènes ΑΘΗΝΑ ΘΕΑ, textes de Jean-Christophe Bailly, Aude Mathé,  Yannis Tsiomis, Denys Zacharopoulos, édition bilingue (grec- français), Editions Agra,  Athènes, 2016

 Franck Bordas, un parcours imprimé,  textes de Franck Bordas et de Catherine de Braekeler, Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, La Louvière, 2014

Bêtes de brousse, avec Franck Bordas, Fernand et Pierre-Takis Bordas, Edition des Grandes Personnes, 2012, Paris

 Cosmopolis / Ivry-sur-Seine, texte de Laurent Boudier, Editions du Panama, 2007

 Une année en forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, avec Franck Bordas, Editions du Panama, 2007, Edition méxicaine,  : Cronica de un bosque encantado, Petra Ediciones, 2007

Chantier ouvert au public, récit de la construction du musée du quai Branly, avant-propos de Stéphane Martin, Editions du Panama et du Musée du quai Branly, 2006

Couleurs Nature, photos de l’agence PHO.NE, Éditions du Seuil Jeunesse, 2002

Éclipse 11 août 99, texte de Laurent Boudier, 16 photos d’agence de presse, Franck Bordas éditeur, 2000

Livres illustrés – livres d’artiste

Winter, Editions One Stroke, Tokyo, 2019

Αγκάθια και αμάραντα (Chardons et immortelles) texte de Manolis Charos, Editions Agra,  Athènes, 2019

 Manasa, Légendes de serpents indiens, SSSSnake art and allegory, texte de Gita Wolf, coédition musée du quai Branly, Paris et Tara books, Chennai, 2010

Au loin le monde est tout petit, Agnès Chaumié, Enfance et musiques, Paris, 2010

 L’aile bleue des contes : l’oiseau,  anthologie commentée de Fabienne Raphoz, illustrée de 70 dessins, Editions José Corti, Paris, 2009

Bestiaire aztèque, /Bestiario azteca texte d’Elisabeth Foch, coédition du musée du quai Branly / Petra Ediciones, Guadalajara, 2008

Un bestiario de la prehistoria, préface de Jean Clottes, Petra Ediciones, Guadalajara, 2007

 

Cactus, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, 2005

 

Dias / Tonaltin, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, Mexique, 2005, prix “Nouveaux Horizons”  à la Foire du livre de jeunesse de Bologne, 2006 , édition française,  La pierre du soleil, éditions Circonflexe 2007

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

le petit monde poétique d’IsabelLE Gil

Les vacances, Loulou & Cie, 2014

Miniphlit reprend sa série de rencontres avec les auteurs-autrices qui font la photolittérature d’aujourd’hui. Aujourd’hui partons à la découverte de la poésie d’Isabelle Gil et de ses mises en scène de petits personnages, pas du tout au ras des pâquerettes.  

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? photographe ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Petit à petit, j’ai inscrit tout ce qui correspondait, il me semble, à mon travail. Photographe car j’utilise la photographie et un appareil photo, autrice, car j’écris ou « fais»  des histoires, les images, leurs contenus, leurs compositions, leurs styles. Et illustratrice, car je réalise des albums avec des narrations et les images qui les illustrent.

 Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Je ne sais pas. Mais il y a bien sûr des œuvres qui m’ont inspirée. Ou que j’ai découvertes après mais auxquelles je suis très sensible.

Les albums tirés des films de Albert Lamorisse, les photographies de Joachim Mogarra, celles de Duane Michals avec ses séries narratives, les photographes Anna et Bernhard Blume.

Et comme , quand j’ai repris la photo après des années de suspension , je l’ai fait à la fac en arts plastiques, je me suis plongée dans l’art contemporain et il y avait tous les artistes qui utilisent la photographie, comme  Robert Smithson, ou d’autres comme Gordon Matta Clark, John Baldessari et puis également l’artiste suisse Roman Signer avec ses installations géniales à partir d’éléments  banals et /ou imparfaits  et plein d’autres que j’aime beaucoup et qui ont inscrit en moi, une multitude de choses et d’images, Apichatpong Weerasethakul, Dominique Gonzales Forster, Pierre Huyghes, Cindy Sherman, Felipe Gonzales Torres.

 

Le chapeau de Maman, Loulou & Cie, 2014

Quand êtes-vous tombée dans la marmite de la littérature jeunesse ? En tant que lectrice et tant que autrice ?

En tant que lectrice, j’ai toujours jeté un œil à ces livres « jeunesse » aperçus en librairie. Evidemment j’étais tombée sur Max et les maxi-monstres  et j’avais été heureuse de trouver ce genre-là d’ouvrages, ce mélange de talent, de fantaisie et de fraîcheur, c’est épatant et emballant la littérature jeunesse.  Plus tard, j’en ai acheté pour la maison.

Et en tant que autrice, je voulais faire absolument des livres, avec des histoires et en photographies.

Comme j’utilisais des objets du quotidien, des objets familiers et des jouets , et que ce qui m’intéresse c’est la miniature, l’illusion, les multiples rapports aux choses et à l’imaginaire que l’on a et celui de l’enfance notamment, et grâce à d’autres personnes que j’ai eu la chance de rencontrer, comme l’artiste Alain Bernardini, et « meilleur » professeur à la fac, l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens et ensuite Grégoire Solotareff, éditeur, artiste et cinéaste qui m’ont beaucoup appris et accompagnée,  j’ai compris que je faisais, que je pouvais faire des livres pour les enfants et je suis très heureuse de ce parcours et de ces rencontres.

 

Musée des Ours, Loulou & Cie, 2012

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Majeure ! C’est comme ça que je construis les images avec les contraintes et les qualités de ce médium.

C’est avec cet outil que je fabrique mes représentations de ce que je vois ou ai envie de voir. C’est une place partagée maintenant  avec celle du texte que j’apprends depuis que je fais des albums.

Vous avez dit lors d’une interview que la littérature était une de vos inspirations. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je pense que j’ai dû vouloir parler de la poésie, parce que, à certaines périodes j’en ai lu beaucoup et j’en lis beaucoup et que ce sont toujours des découvertes sans fin sur comment dire ? L’esprit, l’être, l’autre, soi ? Je ne sais pas, ce sont des expériences de lecture, de formes de langages, de sensations qui me comblent souvent. C’est toujours étonnant et ça déplace notre rapport aux choses où ça le replace, ça dépend !

 

A la mer, Loulou & Cie, 2010

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour les albums, je dirais des mises en scène, des compositions. Parfois pour les personnages, je pense à des marionnettes car je tente de les rendre eux et les situations, quelles qui ou elles soient, les plus vivants possibles.

Par ailleurs, dans mes recherches et mes études, j’avais bien aimé cet extrait des écrits critiques de Baudelaire sur les dioramas et l’illusion :

« Je désire être ramené vers les dioramas dont la magie brutale et énorme sait m’imposer une utile illusion. Je préfère contempler quelques décors de théâtre où je trouve artistiquement exprimés et tragiquement concentrés, mes rêves les plus chers. Ces choses, parce qu’elles sont fausses , sont infiniment plus près du vrai ; tandis que la plupart de nos paysagistes sont des menteurs, justement parce qu’ils ont négligé de mentir ».

 Pourriez-vous travailler avec des êtres animés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

Oui ! J’ai déjà essayé avec des petits animaux, notamment un cher petit lapin, mais trop vif, trop sauvage. Auparavant avec des cochons d’inde qui eux aussi n’en avait que faire et c’était trop compliqué, et qui plus est, en appartement. Il y a aussi je trouve, des limites proches d’une presque maltraitance. Je réfléchis parfois à d’autres animaux moins sauvages peut-être.  À suivre donc !

Ah si et les escargots ! J’ y ai pensé bien sûr mais à l’image, c’est très particulier, on n’est pas dans la fiction comme je l’imagine. C’est très difficile d’être dans la fiction avec ce genre d’animal, qui est très impressionnant.

Et pour les humains, je ne sais pas, c’est à voir également.

Au début  je ne voulais pas un style réaliste ou documentaire, de ce fait la figure humaine me semble trop propice à des interprétations réalistes et émotionnelles rapides. Mais les choses évoluent ou se modifient  et votre question m’intéresse parce qu’elle me fait me questionner sur comment je le verrais, le ferais aujourd’hui.

 

Le voyage sur la lune, Loulou & Cie, 2020

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Au départ, je pensais faire des livres sans texte avec des images narratives , mais pour raconter , et à de jeunes enfants, il faut parfois du texte et c’est très intéressant aussi de travailler le texte même très court . Et en rapport à des images.

Vous dites, à propos de vos ouvrages, qu’il s’agit d’une « rencontre entre deux livres », un textuel et un visuel. Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

J’ai des images en tête, neuves ou anciennes et / ou des mots, des expressions.

Soit cela part d’une image, par exemple pour l’album Les Vacances, j’avais l’envie de reproduire, à ma façon la « villa Bulles » de l’architecte Antti Lovag, située sur la côte d’Azur dont j’avais vu une photo il y a longtemps et qui m’avait impressionnée. Et en même temps,  de partir de l’expression si prometteuse que j’adorais quand j’étais enfant  «  Les grandes vacances ».

Souvent les expressions sont inspirantes comme « léger comme l’air «  pour le livre –Le chapeau de maman – ou « vert de rage » pour le livre – Le déjeuner sur l’herbe-  Les mots fabriquent des images.

C’est un va et vient entre ce que j’ai vu, entendu, aimé, retenu.

 

L’aventure, Les Éditions de la Table ronde, 2011

Photographies : Isabelle GIL
Textes : Jean ROLIN

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? je pense à votre collaboration avec Jean Rolin.

 Avec Jean Rolin, il s’agit plutôt d’une rencontre et d’un partage, mais cela s’est fait après la réalisation des images. Nous nous sommes rencontrés pendant un festival de littérature où je donnais un coup de main et où il était invité. J’avais, à ce moment-là, comme lors de chacun de mes déplacements, mon bateau sous le bras pour continuer les prises de vues pour mon projet.

Jean l’a vu et l’a reconnu, il avait un bateau semblable quand il était petit, mon projet lui plaisait, j’avais l’idée qu’il fallait du texte à un endroit du livre et plus tard, il a écrit ce texte pour le livre. C’était un joli croisement.

 Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

 J’ai régulièrement l’occasion de rencontrer des lecteurs, en allant sur des salons du livre, en faisant des ateliers, avec des classes, des groupes, des lieux.

Et j’aime beaucoup faire cela. Cela fonctionne bien avec tous les âges.

Cela fonctionne très bien avec les enfants. Ils sont de très bons lecteurs de l’image, ils voient tout, ils devinent le vrai et le faux, le jeu entre les deux et ils s’amusent beaucoup des mises en scène. Et le fait que soient utilisées des objets familiers,  du quotidien ou des jouets, cela leur plaît beaucoup. Ils connaissent ce rapport aux choses et au réel. Ils connaissent en fait, le jeu enfantin avec rien, et sinon ils renouent assez vite !

Ce que j’aime beaucoup également c’est que les enfants décortiquent l’image, la comprennent parfaitement mais reste toujours un peu dans l’histoire, ils continuent à rêver.

On travaille aussi des notions de décors, de proportions, de composition, de cadrages photographiques.

 

Couleurs à sensation, Le Rouergue, 2011

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots  ?

Un album encore, pour l’instant en recherche, et d’autres projets mais pas assez engagés pour en parler .

Quelle lectrice étiez-vous enfant ?

Enfant, je n’avais pas de livre pour enfants, ou peut-être un ou deux, mais je crois même que c’est venu tard. Par contre, j’ai tout lu, des emballages de cuisine, des notices d’utilisation, tout dans le détail, et tous les livres de tricot, des «  Femmes actuelles » aux romans photos de ma grand-mère, en passant par « Rois et Reines « C’était pas terrible  mais je lisais tout.  Jusqu’à, enfin ! Un jour : Le bibliobus bleu du quartier.  J’ai passé là,  des après-midi entiers, c’était un étroit couloir, c’était génial. Ca m’a sauvé je pense, j’étais certainement alors dans une lecture/refuge. 

Et depuis, j’ai toujours aimé les livres, les littératures. C’est, avec le cinéma et l’art, un des accès au monde et à la pensée, que je préfère.

Pour retrouver le monde d’Isabelle Gil, c’est ici ! : https://www.isabellegil.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

JACQUELINE est enfin là !

Il est arrivé !

Jacqueline, J’avais 7 ans quand la guerre a éclaté…le nouveau livre de Pierre-Jacques et Jules Ober au Seuil a enfin vaincu la Covid pour parvenir sur les rayonnages de nos librairies et il est très réussi !

Après les champs de bataille de la Première Guerre mondiale et le désespoir du jeune  Pierre, qui tentait d’être à la fois un bon fils et un bon soldat, Jacqueline raconte à la première personne les souvenirs d’enfance de Jacqueline Ober, la mère de l’auteur, pendant la Seconde Guerre mondiale. https://miniphlit.hypotheses.org/2919

Le récit est tout à fait autobiographique puisque tiré  d’un manuscrit laissé par la vraie Jacqueline. On vit avec elle l’évasion de son père militaire, sa fuite vers la zone libre, son engagement dans l’armée alliée en Afrique du nord d’abord, puis en Allemagne. On partage aussi la vie de la jeune Jacqueline, petite fille traumatisée par l’absence paternelle, la présence de l’armée d’occupation, l’exil et l’obligation de s’adapter à une contrée nouvelle. Moins sombre que le premier album, l’ouvrage se termine par une lueur d’espoir car l’amitié est toujours possible entre les enfants, quel que soit le conflit qui oppose les nations. 

 

Les tableaux photographiques fourmillent de détails inspirés par les photographies de la vraie Jacqueline Ober et témoignent des multiples recherches historiques que mènent Pierre-Jacques et Jules Ober pour être fidèles à la réalité historique dans chacun de leurs ouvrages. 

On admire les effets spéciaux qui rendent compte du feu des armes, la reproduction miniature des affiches publicitaires, de cinéma ou de propagande sur les murs, et la minutie pour reproduire les objets familiers ou les tenues et coiffures de l’époque.

L’enchaînement des tableaux, les effets de gros plan et de profondeur, le travail sur la lumière donnent encore une fois à l’ouvrage un aspect cinématographique. Les deux auteurs ont choisi d’accompagner la sortie de leur livre de deux bandes annonces qui, accompagnées musicalement, finissent de nous plonger dans l’ambiance.

https://www.youtube.com/watch?v=FnNio4ZPmm4 et https://www.youtube.com/watch?v=OwOsSx4md14

Pour en savoir plus, https://littlesoldierstories.com/jacqueline/

 

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.