L’Abécédire, dire la vie et l’alphabet. Miniphlit accueille Lily Franey

L’abécédire est publié en 2001 aux éditions « Rue du monde » dans la collection « L’album-photo ». Le livre, comme tout imagier-abécédaire, est destiné à l‘éveil des tout-petits, à leur apprentissage des mots et leur découverte du monde.

Alain Serres est à la conception de cet ouvrage hybride : « Son idée était d’avoir trois types de messages avec une lettre de l’alphabet : Le mot, une image photographique qui représente le quotidien de l’enfant et un dessin symbolique proche du thème de la photographie[1] ».

Il contacte donc la photographe Lily Franey,[2] dont il a découvert le travail photographique sur les droits de l’enfant, à l’occasion d’une exposition pour le CCE Cheminots en 1990. Naît ensuite une relation professionnelle privilégiée puisque de nouvelles collaborations se mettent en place : « A la suite,  Alain Serres m’a publié des photos dans plusieurs ouvrages des éditions Rue du monde » explique Lily Franey.

En 1995 Lily Franey réalise une série de clichés dans les crèches du Val de marne. C’est à la suite de l’ exposition[3] qui en découle qu’ Alain Serres propose à Lily Franey d’illustrer avec ses photographies les mots qu’il a choisis.

« Attendre, boum, changer, doucement, écouter, frisson, grandir, hop !, impossible, jungle, klonk, léger,  magique, non, oui, partir, qui est-là ? , réfléchir, slurp !, terminé, unique, voyager, what’s your name ? , xkrrreuh !, youpi ! et zut ! » Ce sont à la fois des noms communs, des adjectifs, des adverbes, des onomatopées, des verbes, de courtes phrases, dont une en anglais, et, contrairement aux abécédaires les plus courants, ils ne sont pas puisés  dans une thématique, ni dans le monde spécifique de l’enfance.

« Nous avons choisi ensemble, Alain et moi, les photographies dans mon travail sur les tout-petits et sur les droits de l’enfant pour illustrer les thèmes qu’il souhaitait évoquer. »

Les photographies ne sont  pas conçues exprès pour le livre, mais choisies dans une banque d’images préexistante : « La plupart des photographies sont prises dans les crèches de Gentilly, Créteil, Champigny », d’autres sont tirées d’ expositions antérieures : « Certaines photos sont prises dans mon stock d’images : lettre G, maman et enfant, exposition sur les femmes de Romainville – lettre Q, les mômes de St Denis 93) – lettre X , Afrique, Mali ».

Elles sont toutes des moments du quotidien, moments de jeux, de repas, de partage d’émotions. Elles sont prises à hauteur d’enfants, n’épargnent ni les bouderies, ni les pleurs, invitent l’enfant-lecteur à pénétrer dans l’image, à se reconnaître comme un des acteurs.

La photographe fait le choix du noir et blanc, comme une suite logique à son travail, mais aussi, selon elle, parce que meilleur révélateur des sentiments de l’enfant : « Le noir et blanc me permet d’aller plus directement vers tout ces sentiments à exprimer ».  Sans doute, remarque-t-elle, « la couleur aurait pu vite devenir un travail plutôt orienté vers une forme de graphisme et aurait certainement perturbé le sens de l’image ».

La couleur dans le livre, c’est le dessin qui la porte, dessin de la lettre, illustration graphique d’Olivier Tallec. Ce dernier a travaillé à partir des clichés comme le rapporte Lily Franey : « Olivier Tallec a fait (ou pris dans son stock) des dessins symboliques en s’inspirant des clichés photographiques ».

Comment se fait le lien entre le visuel et le textuel ?

Dans l’espace de la double page, sont combinés une lettre, un mot, une image photographique et un dessin, non cadrés, à peine séparés par la pliure du livre.

Si l’on prend la lettre « A, a », elle s’accompagne dans une bande du mot « attendre ». En dessous, sur la photographie, une femme tend les bras vers un enfant. Le jeune enfant a un doigt dans la bouche. Le cadrage de la photographie laisse voir l’eau d’une piscine et un jeu pour bébé-nageur, contextualisant ainsi la prise de vue.

La photographie a donc été choisie puisque le petit enfant semble attendre pour se décider : « L’enfant qui attend, qui s’interroge, s’il va pouvoir être capable, avoir la force de plonger, pour se jeter à l’eau dans les bras de sa mère », explique Lily Franey.

Pour  le dessin en regard, à peine séparé de l’image photographique par la pliure de l’ouvrage, ce qui créé un écho entre les deux,  le dessinateur a choisi de représenter, en couleurs vives,  trois oiseaux, dont l’un quitte le nid : « Dans le dessin, la symbolique se porte sur la force d’un petit oiseau à quitter le nid et s’envoler comme l’encourage sa mère. Les deux images se combinent donc pour illustrer la polysémie du mot.

Les deux illustrations dans la double page ne forment pas une suite, et pourtant, dans leur confrontation entre elles,  et avec le mot, des questions adviennent, une histoire se crée, un avant et un après du moment de la prise du cliché voit le jour dans la tête du spectateur-lecteur  : « C’est magique : tu peux te raconter cent histoires, te poser mille questions. Qui c’est celui-là ? Où elle va ? Ils ont peur de qui ? Et moi, je ferais quoi à sa place ? » indique la préface. La dernière double page de l’ouvrage est à cet égard parlante :

Sous l’étiquette « Z, z, Zut », l’image d’un ours en peluche qui a perdu un œil fait face à la photographie d’un cerceau, qui roule vers la droite, dans le sens de la lecture, vers la fin du livre. C’est au lecteur de dire (Abécé-dire) ce qu’il va advenir de cette peluche, de ce cerceau, car même si « zut, le livre est fini », l’imagination va venir à notre secours.

La conjonction du visuel et du textuel, dans l’espace de la double page, invite donc le lecteur à mettre  en relation les trois messages,  et surtout à créer une histoire, des histoires, à dépasser la simple illustration d’un mot, à la compléter, à imaginer.

Si le livre raconte des histoires, il  propose aussi à l’adulte-lecteur  une plongée dans l’univers de l’enfance, avec ses « visions de l’enfance »,  dans la ligne droite des Enfants d’ Ergy Landau ou de Kertesz. « Bon voyage dans l’étonnant pays de l’Abécédire », conclut Alain Serres. « Bon voyage dans le pays de l’enfance », pourrions-nous compléter.

Merci Lily !

[1] Interview de Lily Franey

[2] Lily Franey est photographe de l’agence Rapho

[3] Exposition « Je suis petit …comme je suis », catalogue édité par la maison Robert Doisneau, 1996


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.