Le regard de Frédérique Lemarchant sur l’ exposition du Quai Branly 

Miniphlit ouvre ses pages à Frédérique Lemarchant qui a posé son regard sur l’Exposition : « Le magasin des petits explorateurs » :

« Cette exposition et son catalogue ont pour but d’offrir « un panorama de tout ce qui a fait rêver à de lointains voyages les enfants d’autrefois et qui contribue encore aujourd’hui à la production d’un imaginaire de l’exploration à destination de la jeunesse » [1]

 Son titre fait référence à des publications destinées à la jeunesse du 19ème siècle comme le Magasin d’Education et de Récréation de Pierre-Jules Hetzel et Jean Macé, lancé en 1864, ou le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton (1833-1938). Il convoque aussi la marchandisation des imaginaires de l’exploration et de la découverte d’autres civilisations, qui a, jusqu’au 20ème siècle, dans un contexte de colonisation, produit livres, jouets, jeux, images et objets publicitaires.

L’exposition est structurée autour des grandes figures mythiques  de l’exploration et de l’exotisme (Robinson Crusoé, Paul et Virginie, le capitaine Némo, Tarzan…) et de ses grands thèmes (le cannibalisme,  le tour du monde., le monde inuit, les indiens d’Amérique… )

Les clichés et lieux communs, souvent racistes, ne sont pas occultés, mais le changement de regard de la société occidentale sur l’indigène, induit par le développement des connaissances ethnographiques et les prémices de la décolonisation,  apparaît dans la dernière partie de l’exposition.

Autour des années 1950, l’émergence de la photographie comme illustration 

 Sans surprise, c’est autour des années 1950 que paraissent des ouvrages illustrés de photographies à destination des jeunes lecteurs.  Le souci d’éviter que ne se reproduise la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale et la nécessité d’éduquer les jeunes générations à la connaissance et à la bonne entente avec des civilisations éloignées favorisent dans l’édition jeunesse la publication de tels ouvrages. L’amélioration des techniques d’impression va permettre d’illustrer ces albums de photographies rapportées d’expéditions ethnographiques, donnant ainsi une caution scientifique au propos.

Le visiteur découvre tout d’abord Le Petit Dan : conte africain adapté et photographié par Jean Rouch, Pierre Ponty, Jean Sauvy. Dessins de Oumarou Ousmane.  Paris : Arts et métiers graphiques, 1948.

Ce livre entremêle réalisme et imaginaire en utilisant des photographies documentaires ramenées d’une mission le long du fleuve Niger et des dessins d’événements impossibles à photographier. Il a été critiqué sur ce même site :

https://miniphlit.hypotheses.org/715

Arrive ensuite Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud d’ A. Métraux. Ed. Bourrelier, 1950. (La Joie de connaître)

Il s’agit d’une description de la vie quotidienne et des coutumes des indiens des forêts de Guyane, d’Amazonie et de la Terre de Feu. Les photographies proviennent du Musée de l’Homme et du Service de Protection des Indiens du Brésil. Critiqué par la revue Cahiers d’outremer au moment de sa parution, cet album y est qualifié de « bon ouvrage de vulgarisation »[2] malgré l’usage « périmé » du terme « Peaux-rouges ».  Ce titre qui répondait à une stratégie commerciale sera modifié lors de la réédition de l’ouvrage chez Métaillié en 1982.

Enfin, l’une des dernières vitrines de l’exposition est consacrée à la collection « Enfants du monde » composée d’une vingtaine de titres parus entre 1952 et 1975 chez Nathan.

Le succès de cette collection revient en grande partie à son illustratrice principale,  la photographe Dominique Darbois, et à la maquette inventive de Pierre Pothier.

Comme je l’explique pages 328 à 321 du catalogue de l’exposition, la réussite de chacun de ces albums  tient aussi à des récits au fort pouvoir d’identification et à la valeur documentaire certaine.

Un catalogue très riche vient utilement compléter la visite de l’exposition :

 

 

Frédérique Lemarchant « 

Frédérique Lemarchant est professeur documentaliste et l’auteure de l’article « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire »

https://journals.openedition.org/strenae/1386

 

 

 

 

[1] Catalogue « Le magasin des petits explorateurs », Actes Sud / Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2018

[2] PAPY, Louis. A. Métraux. Les Peaux-rouges de l’Amérique du Sud. Collect. « La Joie de connaître ». 1950. In: Cahiers d’outremer. N° 14 – 4e année, Avril-juin 1951. p. 184;

https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1951_num_4_14_4076_t1_0184_0000_2


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.