100 livres pour ton enfant

« Dès l’enfance, tu veux qu’on l’éduque comme un combattant, un révolutionnaire, un constructeur, un citoyen soviétique ! Pour cela, il ne suffit pas de s’occuper uniquement de sa santé. Tu dois te soucier de sa nourriture spirituelle et du livre qui lui arrive entre les mains. La brochure que tu lis à présent, est justement là pour t’y aider. »

Les éditions Michèle Noret ont eu la bonne idée de rééditer le catalogue publié par les Editions d’Etat soviétiques Guiz en 1931, dont la préface contient une injonction à mettre dans les mains des enfants de beaux livres, d’une haute qualité littéraire et artistique, mais également « socialement utiles » comme le rappelle Béatrice Michielsen.

Quel rôle pour la photographie dans ces ouvrages ? « Prendre possession du monde qui s’ouvre à lui » (l’enfant). La photographie témoigne des réussites du régime, la photographie sert l’enseignement. Dans Le petit Lénine, les photographies construisent l’image du moniteur-chef. Dans La convention, la photographie témoigne de la première convention des pionniers d’Union Soviétique en 1929. Dans Les ailes des soviets, la photographie illustre le récit du vol de l’aviateur Gromov jusqu’à Berlin, Paris et Londres. Dans Géant, la photographie atteste des réussite du grandiose sovkhoze « Géant », etc…

La photographie est présentée comme un nouveau type d’illustration et  la mention « illustré de nombreux clichés photographiques » inscrit ces  ouvrages dans la modernité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.