A child’s day, de Walter de la Mare : illustrations graphiques ou photographiques ?

 

Ce poème pour enfants de Walter de la Mare est publié en 1923 dans la collection des « Home book of verse for young people » chez Henry Holt and Cie, à New York.

Le long poème en vers est dédié à Elisabeth-Ann et décrit sa journée. Sur la jaquette de cette édition, l’éditeur  décrit le contenu du livre  : « Here’ s a book of verses about the happy things  which inake up Elizabeth-Ann’s long, long day with only herself to play with”. Elizabeth-Ann s’habille, déjeune, joue dans le jardin, lit un livre d’images, se déguise et, à la fin de la journée, va se coucher et rêve.

Walter de la Mare décrit l’emploi du temps d’une fillette dans des vers simples et distrayants en l’agrémentant des nombreuses pensées qui viennent peupler l’imaginaire de l’enfant. Nombre d’animaux ou de personnages de contes viennent d’ailleurs meubler les pensées de la fillette dans une journée : ours, éléphant, crocodile, cygne, puma, panthère, sirènes et reines orientales se croisent dans l’esprit de l’enfant lorsqu’elle joue, lit, prend son déjeuner, ouvre l’armoire des vieux vêtements. Dans Little Birds Bathes, en 1912, Les crocodiles ours polaires et autre cygne emplissaient déjà la baignoire d’Elizabeth-Ann. Walter de la Mare semblent voir la vie de tous les jours comme une part de l’univers tout entier, fait de réalisme et d’un monde surréel.

Pour cette édition, Winifred Bromhall, illustratrice très prolixe, réalise des illustrations très art déco, qui accompagnent, soulignent le texte, sur chaque page. Elizabeth-Ann est représentée par une fillette dont on ne distingue jamais réellement les traits, qu’elle soit représentée de profil, ou le visage caché par les cheveux. Cette fillette symbolise donc toutes les fillettes et non une en particulier. L’illustratrice choisit également de représenter les multiples personnages qui défilent dans l’esprit de son personnage et l’on y retrouve une image du Petit chaperon rouge, de Cendrillon, de Lob Lie, de Blanche Neige, etc…

Les pages de garde elles-mêmes sont décorées de multiples elfes et lutins qui entraînent la fillette dans une joyeuse ronde. Images et texte semblent ainsi dire, ensemble, l’univers enfantin fait de réalités quotidiennes et de rêveries.

En 1912, ce même poème était publié chez  Constable and Company, à Londres, avec 24 images photographiques de Carine et Will Cadby. Chaque photographie, cernée d’un cadre blanc, représente une fillette, qui figure déjà sur la couverture. Les photographies sont rigoureusement collées sur la page de droite, en regard du poème, et interrompent sa lecture. Elles mettent en scène une fillette aux cheveux courts, qui fixe parfois son lecteur, dans chaque acte de la vie quotidienne : au bain, à table, en train de lire, de découper, de promener son ourson. Les objets avec lesquels elle est photographiée, stéréotypes du monde de l’enfance, semblent tirés d’un livre de pédagogie nouvelle du début du XXème siècle.

Balle, ciseau, objets de la toilette, vêtements, ours en peluche, semblent préfigurer ceux que l’on retrouvera  dans le First picture book  d’Edward Steichen.

 

Cette Elizabeth-Ann photographiée semble ainsi fort réelle pour le lecteur. Il s’agit forcément de cette fillette dont on décrit la vie dans le texte. La photographie en 1912 assigne donc sa mission d’enregistrement de la réalité laissant  au texte, la mission de porter la rêverie, l’imagination propres à l’enfance.. L’illustration photographique semble être plus en phase avec  une observation  objective du monde enfantin, une conception adulte de l’enfance, tandis que les illustrations dessinées de l’édition de 1923 semblent convenir davantage à la lecture de l’imaginaire enfantin qu’en fait Walter de la Mare dans son poème.

Pourtant, l’imagination du lecteur trouve un espace pour se déployer, dans ce décor, rigoureusement vide. Aucun élément contextualisant ne vient en effet situer la fillette dans une vie réelle. Et c’est peut-être dans cette zone sans couleur que le lecteur va inscrire les images qui naissent en lui à la lecture de ce long poème.

Carine et Will Cadby ont publié un certain nombre d’ouvrages photographiques pour enfants dont Dogs and Dogerel en 1902, Die Heilige Insel en 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *