Deux petits ours au Salon du Livre de Paris, 16-19 mars 2018

« Histoire en dents de scie que celle de la photolittérature pour la jeunesse !
À y regarder de plus près, l’introduction de la photographie dans les livres destinés au jeune public s’est inscrite dans les bouleversements qui ont marqué la littérature pour enfants à la fin du XIXe siècle et ont donné naissance au livre moderne, avec
une nouvelle place accordée à l’image. Par la suite, l’usage des photographies a coïncidé avec l’idée que l’on avait de la photographie, attestation scientifique, attribut de la modernité, témoignage du réel, art au même titre que les autres arts graphiques, art au service de la mémoire et de la formation des enfants.
L’exploration de ces productions sur plus de 100 ans permet de constater que la photographie a pénétré toutes les catégories de la littérature pour la jeunesse, du livre didactique au roman-photo, en passant par le livre de voyage, les contes, les livres de catéchèse, le roman scolaire. De grands noms de la photographie ou de
la littérature se sont inscrits dans l’histoire de ce genre littéraire : André Maurois, Louise de Vilmorin, Jacques Prévert, Maurice Genevoix, Jules Roy, Claude Cahun, Laure Albin-Guillot, Robert Doisneau, André Kertész, François Kollar, Ergy Landau, Jean Rouch, Sarah Moon, Ansel Adams, Edward Cutis, Cindy Sherman, William
Wegman, Ylla, Madeline Brandéis, Margareth Wise Brown aux États-Unis, Alexandre Rodtchenko, Piet Zwart, Suzi Pilet, ailleurs en Europe…
Bien souvent, la photographie dans le livre pour enfants a fait l’objet de nombreuses critiques, ce qui a entraîné périodiquement sa désaffection auprès du grand public.
On a souvent considéré que si la photographie convenait à l’adulte, elle devait être prohibée pour l’enfant : trop réaliste, sans âme, pas assez précise, sans contrastes, illisible, brideuse d’imaginaire, et cætera. La photographie devait donc se cantonner dans un rôle documentaire.
Pourtant, la photographie a donné des chefs d’œuvre à la littérature de jeunesse.
Qui se souvient que Jules Verne utilise la photographie dès 1895 pour ancrer ses fictions dans le réel en illustrant ses récits avec des clichés de voyageurs ? Qui sait que les imagiers actuels pour enfants sont les héritiers du First Picture Book du célèbre américain Edward Steichen ? Qui sait encore que le seul livre pour enfants du surréalisme est Le Cœur de Pic de Claude Cahun et Lise Deharme ? Avons-nous oublié Parana le Petit Indien, ou Noriko la petite Japonaise de Dominique Darbois, qui nous permettaient de voyager dans les années 50 ? Et comment avoir le plaisirde revoir les images de Crin Blanc ou du Ballon Rouge, si les novellisations des films
d’Albert Lamorisse ne les avaient pas fixées sur papier ?
On ne peut que se féliciter que de nouveaux ouvrages illustrés de photographies fassent leur apparition dans les catalogues actuels ou que des maisons d’édition parient sur le patrimoine et choisissent de rééditer certains livres des années 1930-1950, période phare pour l’album photographique. Les éditions MeMo ont redonné une vie au Cœur de Pic, à Animaux a mimer de Rodtchenko, à Dachenka de KarelCˇ apek, et aujourd’hui aux Deux petits ours d’Ylla. Espérons que l’aventure se poursuive, car l’enfant aime la photographie, certainement, même dans les livres. »

Extrait du dossier de presse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *