Portraits de pays : Little people of other land series

Mary Muller, pseudonyme de Leonore Mulets, signe le texte de la majorité des ouvrages de cette série, publiée à Chicago par la Flanagan Company, au début du siècle :  The story of Akimakoo, an african boy, Little people of the snow, Little people of Japan…

Cette série s’inscrit dans ce genre des portraits de pays  destinés aux jeunes lecteurs américains qui se multiplièrent dès le tournant du 20 ème siècle jusqu’à la la seconde guerre mondiale.

Mi-fiction-mi-documentaire, ils abondent en détails sur les us et coutumes des pays dont ils font le portrait, à travers celui d’un enfant, qui est censé incarner son pays tout entier.

Dans Little people of Japan, sous-titré a story of japanese child-life, le narrateur raconte, à hauteur d’enfant, la vie de Kaga et de sa famille ce qui lui donne l’occasion de s’attarder sur les maisons japonaises, les tenues, les fêtes, l’école, les légendes…Les photographies de Laura B. Starr montrent les maisons, les tenues, les paysages et ont une fonction purement documentaires.     

Dans The story of wretched flea, or the story of a chinese boy, la narratrice s’attarde longuement sur les pratiques religieuses qui pourraient paraître archaïques  au lecteur américain :  « Wretched Flea once had  little sister. But girl babies are not much loved in a chinese home.” ou encore « Flea’s mother could neither read or write ; for in China girls are not taught to read and write”.

De nombreux ouvrages de la littérature américaine pour la jeunesse consacrent en effet à cette période des passages à la minorité chinoise,  s’attardant sur les aspects physiques, sur leurs coutumes si différentes et sur le rejet qu’ils inspirent.  En 1898, dans un livre de géographie  on relève :   « For a time the United states allowed the chines to come here ; but so many of them were brought across the pacific that our people became afraid that they would do all the work(…) they are not likely to make desirable citizens”.

Les chinois, qui ont largement émigrés vers les Etats-Unis dans la seconde moitié du XIX eme siècle, restent en cette période, une minorité à exclure.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.