Cru Cuit, agitateur de papilles au Diplodocus. Entretien avec Matthieu Saintier.

Voici le dernier né de la maison Le Diplodocus : Cru Cuit, un imagier qui célèbre les aliments et la cuisine et qui titille les cinq sens des plus jeunes lecteurs. Rencontre avec son auteur. 

Matthieu Saintier, quel est votre parcours ?

J’ai étudié la musicologie, période qui m’a permis de réfléchir sur l’art et je me suis ensuite orienté vers le graphisme. Lorsque ma femme a créé sa maison d’édition, j’ai réalisé le logo puis me suis occupé du graphisme des livres. Petit à petit, j’ai pris de plus en plus de place dans la maison et maintenant j’en suis membre à part entière. 

Parlons un peu du Diplodocus. De quand date la maison d’édition ? quelle est sa ligne éditoriale  ? https://www.le-diplodocus.fr/

2015. Nous disons qu’il n’y a pas de ligne éditoriale. Nous publions des livres que nous aimons. C’est le principal moteur de nos choix. Quand on reçoit un livre, s’il nous plaît, si on le trouve intéressant ou beau, on y va. Il n’y a pas de thématique imposée, ni de format. Nos livres s’adressent aux enfants de 0 à 10 ans mais nous n’avons publié que de l’album illustré. En ce moment, nous En ce moment, nous essayons de publier de la BD.  https://www.le-diplodocus.fr/catalogue/la-tempete

Quelle est la place  des livres photos dans votre catalogue ?

Ils ont fait partie de notre catalogue dès le départ. Quand on a monté la maison,  nous cherchions des projets.  J’ai découvert le site de Tineke Meirink Meirink | le diplodocus (le-diplodocus.fr), une artiste hollandaise. On pouvait ajouter  des détails sur des photographies d’éléments d’une ville en bougeant la souris. On s’est dit que cela pourrait faire un super livre pour enfants. De là est née l’envie de développer une collection sur le Street art, afin de favoriser l’accès à cet art. Nous avons donc commencé par l’album Dans la rue, suivi de Dans la ville. https://www.le-diplodocus.fr/catalogue/dans-la-rue

Nous avons eu un peu de mal à trouver d’autres street-artistes parce qu’ils ne pensent pas forcément à se tourner vers la littérature jeunesse. Nous avons publié ensuite un album de coloriage avec Lucie Albon, puis Murmures autour de ses collages photographiques. https://miniphlit.hypotheses.org/7469

Parlons de Cru Cuit. Comment en est venue l’idée ?

Nous réfléchissions à réaliser un livre de recettes de cuisine pour les enfants. Ma femme, Floriane Charron, en a déjà  écrit pour d’autres maisons. Plus le projet avançait, plus on se disait qu’il fallait aller à l’essentiel. Nous avons donc eu assez rapidement l’idée du cru et du cuit. Je voulais que les enfants soient en interaction avec les aliments. J’ai beaucoup de mal avec la nature morte. Il y manque quelque chose. J’avais besoin de la vie autour des aliments. Le personnage principal de la photographie, c’est l’enfant. Je faisais en sorte de prendre les photos au moment où les enfants touchaient les aliments ou bien j’installais de petites mises en scènes. On trouvait également ensemble des moments pour des petites séances photos.

On trouve un mot par double page, dans un coin en bas à droite et en petite taille. Pourquoi ce choix ?

Pour faciliter la lecture des parents. On se rend compte que les albums muets les déstabilisent énormément, bien plus que les professionnels de la petite enfance ou du livre. Pourtant je trouve que les images font venir les mots et les phrases : “qu’est que tu penses ?” “Est que tu as déjà mangé ça ?”. L’enfant verbalise, entre en interaction avec les photos.

 Aviez-vous établi une liste d’aliments ?

Oui. Nous avons essayé avec une liste de dépasser les aliments évidents ou simplement graphiques. On s’est dit aussi qu’on ne pouvait pas parler uniquement du végétal puisque les gens mangent aussi des animaux. Pour autant, je n’avais pas envie de faire figurer une vache en face d’un steack haché  car un animal n’est pas un aliment cru mais un être vivant. J’avais essayé de faire des choses avec l’œuf, mais je n’ai pas été séduit. D’où la page du poisson.

Y a-t-il eu des modifications lors de cette nouvelle édition ?

Il fallait profiter de cette nouvelle édition pour l’améliorer. Je le trouvais un peu petit lors de mes lectures en classe. Il fait désormais 18 x 18, ce qui reste tout à fait manipulable par un petit et facilite sa lecture en classe. On a aussi modifié quelques photographies et donc l’ordre des pages pour ne pas avoir à la suite deux photos sur lesquelles l’enfant coupe par exemple. C’est tout un équilibre à trouver.

Est-ce que vous envisagez de réaliser un autre imagier ?

On m’en a souvent parlé après la sortie de Cru Cuit mais je n’avais alors pas trop d’idées et puis mes enfants ont grandi, du coup je n’avais plus les acteurs sous la main. Cela m’embêtait un petit peu de devoir travailler avec des enfants que je connaissais pas. J’ai ensuite eu d’autres projets de livres photographiques mais il me faut trouver du temps. Nous aimerions bien développer la collection de Street Art.

Merci Matthieu ! 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (28 mai 2024). Cru Cuit, agitateur de papilles au Diplodocus. Entretien avec Matthieu Saintier. MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qgv


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search