Littérature de jeunesse et altérité dans les documentaires fictionnels des années 50

$_35     P1070836

Après deux guerres mondiales, la découverte des massacres perpétués dans les camps nazis, le monde s’engage dans une nouvelle voie, celle d’une communion humaine et de la paix. C’est l’époque de la création des grandes organisations mondiales avec l’Onu qui doit garantir aux générations futures le maintien de la paix, l’Unesco qui gèrera les problèmes culturels ou scientifiques, l’Unicef qui se consacrera à l’enfance.

Les arts et la culture seront les alliés de cet élan pacifiste. Pour la photographie, c’est la pleine époque de la photographie dite « humaniste », dont la tendance était déjà amorcée avant-guerre, avec des photographes comme Brassaï, Kertesz, Kollar en France. Les tenants de ce courant exaltent la nature humaine, chantent sa dignité, avec des thèmes précis : la famille, le travail, le bonheur familial, la beauté des paysages français, dans un premier temps, puis avec une dimension internationale, car l’Europe n’est plus le centre du monde. L’exposition « The Family of Man[1] », présentée en 1955 au Moma, sous la houlette de Steichen,  est l’exposition phare de ces années pendant lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, doit montrer l’unité de l’homme, dans sa diversité.

C’est l’époque des grandes agences de photographes qui envoient leurs photographes-reporters aux quatre coins du monde, à une époque où on ne voyage pas encore. Le public a soif d’images et découvre le monde dans des périodiques comme Paris Match, créé en 1949, auquel Cartier Bresson participe avec un reportage sur Changaï, Brassaï sur Séville, mais aussi Réalités[2], créé en 1946, qui fait découvrir, grâce à Cartier-Bresson, Bischof et Boubat, l’Inde, le Japon, la Mongolie, des territoires encore mal connus.

L’édition est un autre vecteur de diffusion de la photographie et souvent les photographes s’allient à de grands écrivains, à l’initiative de grands éditeurs tels Robert Delpire, Claude Arthaud ou Albert Mermoud à Lausanne, pour faire connaître le monde et abolir les frontières. La Guilde du Livre réunit ainsi Doisneau et Cendrars pour La Banlieue de Paris, en 1949, Izis et Prévert pour Charmes de Londres, en 1952, Malraux et Izis pour Israël en 1955.

Dans ce contexte, l’édition pour la jeunesse ne peut-pas être en reste dans la diffusion des idées humanistes. L’enfant étant l’avenir de demain, il faut le former. En France, en 1944, les membres de l’association « Pour le livre[3] » s’engagent « à coopérer par tous les moyens à leur disposition à l’œuvre d’éducation et de formation d’une pensée libre qui doit préparer un avenir meilleur[4] ». Une exposition « L’enfant et le livre », est présentée à la Bibliothèque nationale de novembre 1951 à janvier 1952 : « Les représentants des nations qui participent à cette conférence auront le loisir de confronter les légendes, les traditions, les coutumes, les mœurs des pays qui ont envoyé des livres […] et, à travers les réseaux de ces contes et de ces images de montrer la solidarité de tous les petits enfants de la planète [5]». Un Prix de l’enfance[6] est créé en 1954.

L’international Board on Books for Young peopole (IBBY) est fondé en Suisse, en 1953, avec pour objectif de « permettre aux enfants de lire des livres de toutes les cultures pour favoriser l’entente entre les peuples [7]».

L’image étant le langage le plus simple pour parler aux enfants, la photographie ne peut que servir ce projet. La photographie doit donc, dans ces ouvrages pour la jeunesse, servir de documents, informer le jeune lecteur, témoigner de la réalité de l’Autre, l’emmener à sa rencontre, lui permettre de dépasser les frontières, et faire en sorte que l’Autre et lui soient semblables.  Des collections consacrées aux enfants du monde voient ainsi le jour chez les éditeurs, avec la publication d’albums photographiques. Nathan lance la collection « Enfants du monde » avec les nombreux livres de la photographe Dominique Darbois qui,  à partir de 1952, fait découvrir aux jeunes lecteurs la vie d’autres enfants : « Tous divers ils se ressemblent, s’enrichissant-et nous enrichissant de leurs différences. Un petit indien d’Amazonie ouvre le ban en 1952, rejoint au fil des années, par un Africain, un Esquimau, un mexicain, une japonaise…Après tout ce temps passé à explorer les lieux et les humains, j’espère avoir réussi à transmettre ma conviction que ce mode, dans sa diversité et sa complexité, est un : le nôtre, notre monde à tous[8]». La maison Hatier lance la collection « Connais-tu mon pays », « reportage à peine romancé sur la vie et les coutumes d’un pays [9]» avec des titres comme En Iran avec Reza, en 1963,  Au Japon avec Harumi. La maison Geldage publie des romans illustrés de photographies documentaires, comme Annie au Danemark  en 1957 et la maison Hachette sort Deux enfants autour du monde, en 1955, récit de voyage illustré par la photographie.

Hélas, ce projet, si louable soit-il, reste à la frontière des pays qu’il tente de faire découvrir…

 

 

[1] En 1955, Edward Steichen, responsable du département de  photographie au Museum of Modern Art de New york, réunit 530 photographies déjà publiées dans la presse, dans un grand dessein humaniste.

[2] « Réalités », mensuel d’actualités avec reportages photographiques publie un numéro spécial « Tour du monde » en 1955, avec des photographies de J-P Charbonnier. Boubat publie des reportages sur la vie de tous les jours en Chine, Moyen orient, Russie. .. . En 1978, le mensuel cesse sa publication.

[3] Livre mon ami, catalogue de l’exposition des Bibliothèques de la ville de Paris,  établi et dirigé par Annie Renonciat, 1991, p. 99.

[4] Parmi les Membres fondateurs : Bourrelier, Hartmann, Berger-Levrault et Geldage.

[5] Catalogue de l’exposition  « L’enfant et les livres », BnF, 1951, cité dans l’ouvrage Livres mon ami, 1914-1954, 1991, p. 100.

[6] A l’initiative du Centre International de l’Enfance. Georges Duhamel est  président du jury. Le premier prix est attribué à Paul Jacques Bonzon pour Les orphelins de Sumatra, Hachette.

[7] Yvan von Arx, « Littérature de jeunesse et altérité », projet de l’ISJM, parole, 1/2006.

[8] Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 2 à nos jours, Paris, Bibliothèque de la Joie par les livres, 2001, p. 28.

[9] Marc Soriano, « Les livres pour enfants », Enfance, tome 13, n°4-5, 1960, pp.  501-512.

 

parana-le-petit-indien-de-francis-maziere-livre-869730977_L

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.