Viens ! ou comment s’émerveiller des choses simples, avec RAMONA BĂDESCU

Sur la couverture, un enfant malicieux nous regarde à travers son viseur. Il nous invite à tourner les pages de son recueil de photographies. C’est que l’appareil a capturé les instants précieux de la première année de trois bébés, mais aussi une année de la nature et de ses transformations. Texte et photographies tissent des liens pour dire le temps qui passe, les métamorphoses, les échos entre les choses. Viens ! est bien plus qu’un imagier. Il offre un parcours sensoriel dans le monde qui nous entoure.

Rencontre avec Ramona Badescu.

Quel est votre métier ? et quel est votre parcours ? 

Je suis artiste-autrice, c’est à dire que je travaille dans un endroit qui relie le texte et l’image. Il m’arrive d’écrire en dialogue avec  des illustrateur.ices mais j’ai aussi ma propre pratique d’autrice, qui, d’abord ancrée dans le théâtre, a glissé vers la photographie et le cinéma documentaire. Mon travail est un travail d’assemblage, de tissage, de dramaturgie entre le texte et l’image que parfois je produis ou avec laquelle j’entre en dialogue.

J’ai fait des études de théâtre à l’université d’Aix-Marseille et j’ai co-fondé une compagnie de théâtre. Assez tôt j’ai publié un premier livre de littérature jeunesse, et cela a ouvert une voie que je n’avais absolument pas envisagé.

Racontez-nous l’aventure de votre premier ouvrage.

C’est un livre qui s appelle Pomelo est bien sous son pissenlit publié aux éditions Albin Michel jeunesse. C’est l’illustrateur Benjamin Chaud qui m’a proposé une collaboration en découvrant ce que j’avais écrit pour le théâtre. Je me suis plongé dans la littérature jeunesse que je méconnaissais assez.

Mon histoire personnelle est marquée par l’exil et une coupure dans la langue. Je suis née en Roumanie sous la dictature et je suis arrivée en France à dix ans. J’ai  passé à cette époque un temps assez long entre deux langues et dans cet entre-deux, il y a eu un long temps consacré à l’observation, à l image. Mon enseignante de CM2 m’a fait découvrir de façon géniale l’histoire de la peinture. Cela a marqué très fort mon imaginaire, mon goût pour la peinture et pour l’image.

Est-ce que ce goût pour l’observation du monde qui nous entoure infuse tout votre travail ? 

Oui je pense. Avec le temps et les expériences parcourues, je constate effectivement que ce que je travaille, c’est ce rapport aux éléments et comment on habite le monde. Une activité tout à fait quotidienne me fascine. Il y a chez moi un questionnement existentiel inépuisable. D’ouvrage en ouvrage, je le partage avec les enfants.  C’est une chance de mon métier de partager ce temps de l’enfance propice à la contemplation et au questionnement. Je considère l’espace du livre comme un espace sécurisé pour être dans l’émerveillement des choses simples et le bouleversement des valeurs. 

Il y a un appareil photographique en couverture. Quel est votre rapport à la photographie ? Que peut-elle dire aux enfants de la sensorialité du monde ? 

J’essaye vraiment de travailler la sensorialité. Convoquer les enfants et les adultes autour du livre c’est ré-ouvrir un espace sensible. La photographie n’est pas simplement un endroit du visible. Je cherche un degré d’intimité avec mes sujets qu’ils soient êtres humains, plantes ou animaux. Je ne fais jamais poser. C’est pour moi une manière d’entrer en connexion, de rentrer dans une bulle d’intimité vibratoire avec un environnement.

Le rapport à la photographie m’est venu à la vingtaine dans un moment de doute avec la peinture. La photographie m’accompagne  dans le quotidien. Je suis celle qui prend les photos quand on se réunit. Je suis un point de mémoire. Je fixe le temps qui passe et l’image de mes proches. Mon compagnon, le photographe et cinéaste Jeff Silva, m’a fourni les aspects techniques. Pour autant la technique me contraint, m’empêche alors je reste sobre, jusque dans mon matériel photographique. Pour ce livre, j’ai utilisé un boitier -Panasonic LUMIX GX85 et trois objectifs fixes 60, 45 et 20.

En ce qui concerne le livre pour enfants, j’ai la volonté très forte de mettre en mouvement ces photographies dans le rythme de la narration, de les voir  se répondre dans la double page.

Parlons de la création de Viens !

Il y a d’abord le temps de la cueillette photographique pendant lequel je suis ouverte à tout ce qui peut arriver. Ce livre n’aurait pu se faire sans l’invitation en résidence de l’association “éclat de lire” dans une résidence. Je venais une semaine par mois à Manosque pour rencontre les trois familles qui avaient accepté de cheminer avec moi pendant l’année de ma résidence. 

Une fois par mois, sans rien préparer, sans crainte des ennuis du quotidien, on prenait rendez-vous. Nous avons créé un espace intime entre nous. J’ai vu ces bébés grandir parfois plus que les membres de leur propre famille. Je prenais en photos les bébés mais je discutais aussi avec les familles des joies et soucis du quotidien. Des moments ont été très forts, avec les mamans comme avec les papas. 

Et comment s’est opérée la sélection ? On retrouve quelques incontournables des imagiers.  

Pour ça j’ai pris une année. J’ai essayé de varier ces grands points de rendez vous qui appartiennent à l’imaginaire collectif : les feuilles jeunes en automne, les cerises en été. J’ai glissé des éléments moins communs, des arbouses, un foulque, et tissé ainsi des éléments connus et inconnus, des éléments abstraits et concrets, des questions liées au net et au flou, des espaces proches ou plus lointains, des photographies de bébé et des photographies de la nature. Chaque nouvelle photographie du bébé permet d’assister à la façon dont le petit être humain se déploie sur cette incroyable première.

J’ai joué avec les images pour essayer de créer des duos, entre une forme et une autre, une couleur et une autre. L’idée est aussi de provoquer l’envie de questionner le hors-champ photographique et au final d’aller soi-même dehors caresser les feuilles ou observer la course des nuages. J’ai aussi photographié de manière répétée la nature, les collines qui entourent les maisons des bébés pour retrouver des éléments récurrents, retrouver leurs différents états et travailler la question du motif et de la transformation. Je voulais fixer différents états de la nature, de feuille, de floraison, du fruit. Ces images provoquent la discussion, des questions entre les parents et les enfants, créent des liens. en tout cas je l’espère)

Parlons de votre premier imagier photographique publié comme celui-ci aux (Grandes Personnes). Avez vous rencontré des difficultés à publier vos livres photographiques ? 

J’ai énormément de chance dans mon parcours professionnel parce qu’en essayant des choses je rencontre des gens à qui mes essais parlent et quicheminent avec moi. Tiens ! a été choisi par la ville de Grenoble pour être offert aux nouveaux nés. Naturellement je suis allé vers Les Grandes Personnes car j’avais repéré leurs lignes éditoriales. J’ai bénéficié d’une grande liberté et d’un grand accompagnement.

Le refus par rapport aux livres photos se situe ailleurs : il faut réfléchir à comment faire pour que des adultes acceptent que le livre photographique puisse être aussi bien que le livre illustré de dessins pour un enfant. J’ai reçu des retours extraordinaires des professionnels de la petite enfance sur mes livres photos. Mais en terme de ventes, c’est compliqué. Sur un salon du livre, les lecteurs se dirigent plus facilement vers mes autres livres. Pour autant il y a de plus en plus d attention porté au livre photo. Notamment grâce aux enfants, qui, eux, les choisissent sans hésiter.

Sur le site des (Grandes Personnes )

Merci Ramona !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 



Citer ce billet
Leguen Laurence (2024, 18 avril). Viens ! ou comment s’émerveiller des choses simples, avec RAMONA BĂDESCU. MINIPHLIT. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8qj

Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search