Les clefs et les serrures de la photolittérature

Si l’on se demande encore ce qu’est la photolittérature, il n’y a cas  se saisir Des clefs et des serrures, l’ouvrage de Michel Tournier paru en 1979.

La recette :

Choisir quarante sujets de réflexion parmi lesquels les animaux, les enfants, l’autoportrait, l’arbre et le chemin…

Laisser venir les images mentales et les transcrire en texte.

Choisir une photographie qui rebondit sur un mot, une idée, élargit la vision de l’ensemble ou qui en prend le contrepoint.

Ou bien encore, trouver une photographie qui résonne avec l’image mentale suggérée par les mots du titre, écrire un texte légende ou gloser à l’infini sur un point de l’image qui touche le spectateur-écrivain.

A moins que ce ne soit tout le contraire : rencontrer une photographie, laisser venir les mots que les apparences suggèrent, créer un passé et un futur à cette coupure du temps, bâtir une histoire et trouver un titre.

Les assembler dans un ouvrage, sans donner priorité à l’une ou à l’autre, en intercalant des pages blanches.

Le lancer dans la foule des lecteurs et attendre les réactions  : va et vient entre les deux langages, étonnement, reconnaissance, incompréhension, épanchement de l’imaginaire dans les blancs…

Quelles sont les serrures ? Quelles sont les clefs ? Tour à tour, texte et prose sont des « secrets à percer », des « obscurités à élucider », des « inscriptions à déchiffrer ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *