Murmures… avec Lucie Albon

“Je vous transfère ce mail qui peut vous intéresser” m’écrivait il y a quelques semaines Raphaële Botte, au-dessus de l’annonce de la parution de Murmures aux éditions Le diplodocus.

En forme de mise en bouche, la phrase “La ville affiche sa liberté et sa poésie dans un album photo de collages géants” voisinait avec des double-pages extraites de l’album. La rentrée 2023 s’annonçait photolittéraire. 

Rencontre avec Lucie Albon. 

Quelle est votre profession Lucie Albon ?

Je me présente comme autrice-illustratrice mais j’ai pas mal de casquettes : je fais de la fresque également et j’explore tout ce qui touche à la création.

J’ai conçu mes premières maquettes d’album jeunesse lorsque j’avais quinze ans et la première fois que je suis allée voir un éditeur jeunesse, j’en avais seize.  C’était un livre avec du papier déchiré. Il n’a pas été retenu car l’éditeur cherchait de l’aquarelle. Mais cela m’a plu d aller au bout de la démarche de création d’un livre pour enfants.

Et quel est votre premier ouvrage édité ?

C’était de la photo ! Un lapin dans la main en 2000. Il s’agissait de photographies de mes mains. Je peignais sur mes doigts et je me servais de mes mains un peu comme de marionnettes. Il fallait que je gère la photo, la lumière et mes mains. On était en argentique à l’époque et j’ai beaucoup recommencé parce que, quand je recevais mes photos, ce n’était pas exactement ce que je voulais. Il fallait souvent tout refaire. J’avais une idée très précise de ce que je voulais obtenir. J’ai beaucoup appris sur la technique photographie à ce moment là.

Quelle est votre relation à la photographie ?

Enfant, je faisais de la photo en noir et blanc avec les appareils de mon papa et également de la peinture en parallèle. Mais je ne me suis jamais dit que j’allais être photographe. J’aimais toutefois jouer avec les cadrages et  les contrastes.

Est-ce que vos ouvrages photographiques ont toujours reçu un bon accueil par les éditeurs à qui vous les proposiez ?

Oui, mais sans doute parce que je photographiais de l’illustration. Ma main était un volume. Je composais une saynète, un peu comme un théâtre. Les images étaient dessinées sur mes mains et je les prenais en photo. 

Par la suite, j’ai réalisé un livre de coloriage. Quand je fais des grands dessins dans la rue, ils interagissent avec le lieu, avec les gens. La photographie est idéale pour  fixer dans la mémoire ces dessins réalisés au papier collé et qui sont éphémères. Plusieurs fois, mes créations ont été gribouillées, peintes, coloriées. Cela m’a donné l’idée de créer un livre de coloriages à partir de ces grands dessins sur les murs. Il s’appelle Des villes à colorier chez Le diplodocus. (Image ci-dessus)

Comment définiriez-vous votre univers créatif ?

Toujours un peu mélangé et curieux. Je compose actuellement des livres avec des reflets et des miroirs. C’est le cas du prochain chez Albin Michel. J’en ai fait beaucoup avec ce principe de prolongement d’une page sur l’autre par le biais du reflet. C’est souvent par la manipulation, l’expérimentation que j’avance avec une technique. J’aime explorer tout ce qui existe, sans être attachée à l’une ou l’autre en particulier. On peut dire que la main a occupé un long moment mon univers. Il y a eu les mains peintes, les empreintes de la main. J’essaye aussi de faire un livre en céramique. J’ai également créer des ouvrages de bande dessinée en carte à gratter. La photo est un outil parmi les autres outils.

Parlons du dernier livre, de son aventure, de votre collaboration avec un photographe.

Les photographies de Murmures sont signées Matthieu Perret. Elles ne reflètent pas forcément l’étendue ni la beauté de son travail car elles sont très didactiques. Pour l’album, elles montrent, de façon neutre, et laissent le personnage dessiné sur les murs prendre la place. Très souvent j’aide Matthieu sur ses prises de vue et il m’aide sur mes projets. On a énormément d’échanges. Il a aussi une carrière en photographie et en vidéo.

Murmures est né d’une rencontre avec l’auteur Thomas Scotto  sur un salon. Nous avons beaucoup aimé nos univers respectifs et décidé de faire un ouvrage ensemble, Nous avions envie d’un ouvrage à partir des images que je réalise pour la rue. A cause du confinement, nous avons travaillé d’une drôle de façon. J’ai créé mon histoire de mon côté, en repérant des murs dans la ville de Lyon avec Matthieu Perret. J’ai posé mes personnages sur ces espaces. Je ne lui ai pas donné à lire immédiatement mon histoire. Matthieu l’a prise en photo et c’est cette matière qui a été confiée à Thomas. Il en a fait une histoire complètement différente de celle que j’avais imaginée. Pour moi c’était l’histoire d’un personnage qui s’émancipe, sort des murs, est accepté comme art et retourne en galerie. Une allégorie du Steet Art. Thomas en a fait une histoire poétique, une quête plutôt. 

En avez-vous terminé avec la photographie ? 

Non, j’y ai à peine touché ! Je connais le travail de François Delebecque et de Mathieu Saintier, qui ont réalisé des ouvrages photographiques pour les tout-petits. Grâce à votre travail, je découvre petit à petit beaucoup d’autres jolies choses sur le livre photographique !
 
 Avec Matthieu Perret nous réfléchissons depuis plusieurs années à croiser nos univers (photo /illustration).
 

Merci Lucie ! 

Le site de Lucie Albon c’est ici https://www.luciealbon.net/-livres-

Celui des éditions Le Diplodocus est là https://www.le-diplodocus.fr/auteur/lucie-albon

Les photographies de cet entretien sont extraites de Des villes  colorier  et de Murmures et ne sont pas libres de droit. Elles sont reproduites avec l’accord de l’artiste. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 



Citer ce billet
Leguen Laurence (2023, 30 septembre). Murmures… avec Lucie Albon. MINIPHLIT. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rght

Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search