La photographe Ylla

Yllawithtoucan1950

©Pryor Dodge

Kamilla Koffler, est née en 1911, à Vienne, de parents roumain et hongrois. Elle prendra, pour sa carrière, le pseudonyme d’Ylla, mais continuera à signer sa correspondance du nom d’Ylla Koffler.

A Belgrade, elle se consacre à des études de sculpture, chez Peter Palavicini, puis part pour la France en 1931, et s’inscrit à l’Académie Collarossi. Lorsqu’elle s’installe en France, en 1931, elle découvre la photographie. Ses premiers portraits d’animaux sont remarqués par une agence et la jeune femme se lance alors dans des études de photographie. Elle devient retoucheuse de photo au studio d’Ergy Landau, qui l’introduit dans le milieu des artistes à Paris et lui donne l’occasion de fréquenter la diaspora des photographes hongrois, parmi lesquels Brassaï, Kertesz, Kollar. En 1932, poussée par celle qui est devenue son amie, elle fait une première exposition personnelle à la galerie de la Pléiade. Elle ouvre le studio Ylla, à Paris, rue Desremaudes et se spécialise dans la photo animalière à partir de 1933. Elle vend ses photographies à la presse. Ses photographies de chats illustrent ainsi un article du « Monde illustré » en 1934. En 1936 et 1938, elle vend des photos de chevaux et de singes à la revue « Regards sur le monde du travail ».

Elle expose son travail dans des galeries comme chez le décorateur Jules Leleu et fait partie du groupe « Les dix »,  aux côtés de Brassaï, Boucher, Dumas, Kertész, Kollar,  Landau, Schall, Tabard et Zuber. Elle participe à la première grande exposition officielle, dans un musée de l’Etat, consacrée à la photographie, au pavillon de Marsan, en 1936.  En 1937, elle fait partie de l’exposition « Les Dix », aux côtés de Brassaï, Boucher, Dumas, Kertész, Kollar, Landau, Schall, Tabard et Zuber. La même année, elle publie Chats, puis Chiens aux éditions EOT et Petits et grands chez Arts et Métiers Graphiques, en 1938. Fuyant le nazisme comme d’autres artistes, elle part pour les Etats-Unis en 1941 et se fait naturaliser américaine. Elle y poursuit sa carrière de photographe animalière, publie de nombreuses photos dans des revues américaines et des ouvrages pour enfants. En 1954, répondant à l’invitation du maharadja de Mysore, elle se rend en Inde. Elle y décède dans un accident de voiture, lors de son ultime reportage photographique, en 1955.

Quelques ouvrages d’ Ylla  :

 Ylla, Jacques Prévert, Le Petit Lion, Paris, Arts et métiers graphiques,1949.

Ylla, Jacques Prévert, Des bêtes… Paris, Gallimard,1950

Ylla, 85 chats, Lausanne, La Guilde du Livre, 1952.

Ylla, Paulette Falconnet, Deux Petits Ours, Lausanne, La Guilde du Livre, 1954.

Ylla, Paulette Falconnet,  Le Petit Éléphant, Lausanne, La Guilde du Livre, 1955.

Ouvrages posthumes :

Ylla, Mères et petits, Lausanne, Lausanne, Clairefontaine, 1958.

Ylla, Animaux des Indes, Lausanne, La Guilde du Livre, 1958.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.