HISTOIRES DE BÊTES en 1930

En 1930, la Société Parisienne d’Edition publie Choutnik, l’ours, un album illustré de photographies, sans mention d’auteur, ni de photographe. Il s’agit du premier volume de la collection “Histoires de bêtes”. En dernière page, une mention indique que paraîtra prochainement dans la même collection Ong-Bô, l’éléphant. Nul autre titre n’est annoncé. 

Les deux couvertures sont presque identiques. Seule varient les arbres en arrière-plan et le titre. Celui-ci est composé d’un nom propre et celui d’une espèce animale. Il permet de nommer le personnage qui figure sur toutes les photographies qui vont suivre, unifiant des images certainement issues de banques d’images. 

Les deux ouvrages de 32 pages sont abondamment illustrés de photographies cernées de noir.  Deux par double-page, elles dont parfois redessinées et toujours légendées. La mise en plage est classique. Le texte se lit sur deux colonnes séparées par une photographie ou dans une colonne placée en regard d’une image. Les images sont purement illustratives et accueillent les personnages du récit : le personnage principal, d’autres animaux, des dresseurs, soigneurs, chasseurs, bourreaux, maîtres, spectateurs… Elles sont souvent de mauvaise qualité et on peine à distinguer les traits des visages. 

Choutnik l’ours raconte la vie pleine de péripéties d’un ours brun, de sa naissance à sa vieillesse, la séparation violente avec sa mère, ses  bonheurs et ses malheurs dans le monde des humains, qu’il soit partie intégrante d’une famille aimante ou maltraité par des bohémiens. Tout finit bien heureusement pour Choutnik devenu vieux, puisque, après bien des malheurs, il termine sa vie en compagnie de son maître Jimmy.  Les images retenues le montrent régulièrement en position verticale ou en face à face avec l’homme, dans un échange de regards. Le texte se charge d’anthropomorphiser l’animal avec le récit d’actions et pensées très humaines.

Certaines images sont difficiles à regarder pour un lecteur de 2023, surtout lorsque l’animal est enchaîné ou subit un limage des dents.  Même si le texte précise qu’une “dame de la Ligue pour la protection des animaux eut pitié de lui “,  on éprouve une réelle peine pour l’animal. Il faut alors faire l’effort de se rappeler que l’ouvrage est le reflet d’une époque où les montreurs d’ours étaient encore fréquents. 

In-4 oblong, 32 p. avec illustrations

Si aucun détail ne donne un cadre spatial précis au récit de la vie de Choutnik, ce n’est pas le cas pour celui d’Ong-Bô. D’emblée, on nous précise que le petit éléphant est né dans un pays nommé Annam, devenu Viet Nam et ancien protectorat français. L’histoire d’Ong-Bô, nom générique pour tous les éléphants d’Annam, est présentée d’emblée comme véridique. Le livre raconte le parcours de vie d’un jeune éléphanteau capturé par les hommes, séparé brutalement de sa mère et de son milieu naturel, dressé pour travailler le bois, puis pour la chasse, et enfin emmené dans un zoo américain, avant de terminer sa vie sereinement dans une ferme. Comme dans le précédent ouvrage, le texte apporte des informations scientifiques mêlées habilement au récit et le texte abonde en pensées et sentiments de l’animal.   

Autre reflet d’une époque, le texte se charge parfois de préceptes moralisateurs ou leçons de vie :  “Chacun de nous, hommes et bêtes, avons sur cette terres, nos aptitudes, qu’il n’est pas bon de contrarier”…

In-4 oblong, 32 p. avec illustrations.

Il ne semble pas que d’autres histoires de bêtes aient enrichi cette collection à découvrir lors de l’exposition prochaine à la Maison Doisneau.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 



Citer ce billet
Leguen Laurence (2023, 30 mai). HISTOIRES DE BÊTES en 1930. MINIPHLIT. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rghi

Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search