Der alberne Herr Patella dans l’objectif de Wolfgang Wandelt.

En 1985, les éditions Kinderbuchverlag à Berlin, à l’époque en RDA, publient le livre pour enfants Der alberne Herr Patella, que l’on pourrait traduire par cet idiot de monsieur Patella. Le texte est signé Christiane Grosz, céramiste, poétesse et écrivaine allemande. Les photographies sont de Wolfgang Wandelt qui a fait l’objet d’une rétrospective le mois dernier à Bordeaux : 

La série de photographies Menschenbilder de Wolfgang Wandelt est née du besoin de documenter l’humanité dans sa réalité crue. Ces documents montrent l‘homme dans son intimité, son individualité, dans la diversité des situations sociales. Les photographies, prises entre 1973 et 1985 en RDA, constituent un portrait de ce territoire et de la vie quotidienne ; elles ont donné lieu à la publication d‘un livre aux Editions Reinhold Hug en 1985. « Ce que l‘appareil photo cherche en premier lieu, c‘est l‘image que les gens ont d‘eux-mêmes, entre l’embauche du matin et la fin de la journée, entre le jardin ouvrier et le centre commercial, chez le coiffeur, à la piscine en plein air, en marge d‘une manifestation, après le travail : le vieil oncle et son accompagnatrice de voyage tirée à quatre épingles, les filles de Prenzlauerberg. Ce sont en fait des types que Wandelt photographie. Le type contient toujours une grande part d‘inconvenance, de soif d‘accomplissement personnel, d‘aventure au quotidien. » Richard Hiepe, 1985. Wolfgang Wandelt est né en 1936 à Berlin. Il a suivi des études de graphisme à l’école de publicité de Berlin-Schöneweide.

Jusqu‘en 1968, il travaille en RDA comme réalisateur de courts-métrages et de films publicitaires pour le studio d‘animation de la DEFA, puis comme photographe de mode et de publicité pour de nombreux magazines. Wandelt a effectué plusieurs voyages en Europe. Entre 1991 et 1996, il a séjourné pendant de longues périodes en Suisse et en Italie. Ses photographies ont été présentées dans de nombreuses expositions individuelles en Allemagne et à l‘étranger. Wolfgang Wandelt est décédé en 1996 à Berlin”.

https://www.fotoparisberlin.com/post/wolfgang-wandelt-i-fotohaus-bordeaux

La couverture de Der alberne Herr Patella accueille la photographie détourée et  retournée d’un homme qui semble sauter. Elle est placée à l’intérieur d’un cadre vert. On le retrouve en quatrième de couverture, sur une autre photographie détourée mais reproduite en plus petite taille. Il s’insère dans le coin du livre et adopte une nouvelle posture acrobatique.  

Les pages de garde accueillent deux photographies en noir et blanc reproduites sur l’ensemble de l’espace. Sur la première, Wolfgang Wandelt a fixé l’image d’un d’un petit groupe d’habitants marchant sur un trottoir de Berlin. On retrouve l’homme de la couverture. Il porte sur la tête une cafetière d’où s’échappe une fumée blanchâtre qui donne un aspect fantastique à l’objet. Il cherche son équilibre. Sur sa gauche, une jeune femme, sac plastique dans une main et enfant dans l’autre, affiche une mine contrariée. On distingue le bras d’un autre personnage hors-champ qui tient également l’enfant par la main. Ces individus ne semblent pas se connaître et sont reliés uniquement par le regard du jeune garçon curieux attiré par le numéro d’équilibriste. En arrière plan, la ville est très présente avec ses bâtiments qui datent de l’après-guerre. Le long des trottoirs sont garées de multiples voitures Traban qui nous plongent dans l’ambiance est-allemande.  

Sur la dernière page de garde, on retrouve l’équilibriste. Il tourne le dos à l’objectif et semble absorbé par une tache. Une jeune femme assise sur un muret l’observe, les mains jointes. Ils sont tous les deux installés sur les toits terrasse de la ville. On distingue en arrière plan les poteaux, antennes et les cheminées. Berlin est dans le brouillard. 

Entre ces deux épisodes, le narrateur fait le récit d’une dispute de couple, de la quête de l’homme pour trouver l’endroit où pousse le poivre, de ses rencontres avec un homme pressé, une vache peu sympathique, un enfant qui a perdu son chien, une femme qui revient dans son ancien quartier avec ses cartons à chapeaux et pour finir d’une réconciliation. Le texte est imprimé dans des pavés cernés d’un trait vert. 

Des photographies, encadrées  elles aussi, s’imbriquent à leur tour dans l’espace de la double page et font face au texte, s’imposent au dessus de lui et parfois le pénètrent. Cette mise en page semble créer un écho avec les briques des façades, celles des cheminées de toits, avec les pavés de la ville, le carrelage de certains murs. Elles font varier les techniques : flou de l’homme pressé, cadrage serré sur la tête de la vache, contre plongée pour photographier un homme en costume, photos séquentielles faisant alterner buste et jambes, photomontage, portrait et plans larges, individu sortant du cadre et dont on ne voit qu’un pied…

Les images illustrent les différents moments du récit et sont à l’image de l’évolution du personnage, qui passe de la fantaisie au sérieux. Herr Patella, bonnet sur la tête semble en effet d’abord beaucoup s’amuser. Il est photographié la tête sous un tapis et on ne voit que son postérieur. Il fait le poirier sur une cheminée, crache de l’eau, discute avec une vache, se déguise en homme d’affaires. A la fin du récit, il tourne le dos au spectateur et semble enfin  rentré dans le rang. Sa femme, tablier sur les hanches et fichu sur la tête, s’amuse nettement moins et son emploi du temps est rythmé par le ménage, l’épluchage des légumes dans une cuisine en désordre et par les facéties de son étrange mari. Elle connaît enfin le repos sur la dernière image et sourit pour la première fois.  Si, à l’image des individus photographié par Wandelt, Herr Patella a été tenté par l’aventure dans le quotidien, il est désormais bien sage…

Livre sur le couple ? Livre sur la photographie de Wandelt  ? Livre témoignage sur la RDA des années 80 ? Malgré son papier de mauvaise qualité, le vert et le rouge un peu kitsch et sa mise en page un peu lourde, cet ouvrage, découvert au musée de la photographie de Berlin, est intéressant à plus d’un titre. 

Article en allemand à découvrir ici https://www.piqd.de/literatur/kinderbucher-19-der-alberne-herr-patella

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 

 



Citer ce billet
Leguen Laurence (2023, 16 mai). Der alberne Herr Patella dans l’objectif de Wolfgang Wandelt. MINIPHLIT. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rghh

Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search