Le livre photo-illustré comme vecteur de transmission des savoirs : rencontre avec Marie-Ange Bordas.

Couvertures des livres collaboratifs du Projet Tecendo Saberes (“Le tissage des savoirs” avec les communautés locales, traditionnelles, indigènes…)

Marie-Ange Bordas est née au Brésil. Elle travaille depuis vingt ans sur la question des réfugiés et déplacés et sur la sauvegarde  des patrimoines et savoirs traditionnels des communautés autochtones. Plusieurs albums  photo-illustrés réalisés avec les enfants des camps ou des villages indigènes où elle a séjourné sont nés de ces projets collaboratifs. Je la rencontre à Paris, lors du colloque sur la photolittérature jeunesse.

Marie-Ange Bordas, quelle est votre profession ?

Question compliquée ! Je suis journaliste de formation. J’ai commencé la photographie lorsque j’avais 16 ans. J’ai une maîtrise en images et sons obtenue à l’université de Sao Paulo et j’ai fait une école de photo à New York grâce à une bourse. J’ai travaillé dans le cinéma au Brésil et notamment sur des projets de décentralisation de la culture.   A New York, où j’ai vécu 5 ans, j’ai développé ma propre carrière artistique ainsi que celle de médiatrice culturelle.

Comment êtes vous venue à la littérature jeunesse ?

J’ai toujours été une grande consommatrice de littérature jeunesse. Quand j’ai commencé mon travail d’artiste, j’ai mis en place des projets collaboratifs. L’artiste est un pont entre plusieurs mondes, les réfugiés et les pays d’accueil, les musées et la forêt, etc… Faire de l’art pour moi est politique. A New York, j’ai collaboré avec des réfugiés dans le cadre d’un projet nommé Déplacement. Moi aussi je suis une “déplacée”. Je suis née au Brésil et j’ai vécu ailleurs. J’avais le sentiment que les médias ne traitaient pas bien du sujet des réfugiés et je ne voulais pas en parler  comme une journaliste parachutée dans un lieu. Je voulais écouter les gens, m’intéresser à leurs pratiques artistiques, créer des endroits où ils se sentent bien, bâtir avec eux des expositions conçues à partir des messages qu’ils voulaient adresser aux pays d’accueil.  Dans les camps où j’ai séjourné, nous avons créé des laboratoires photos et réalisé des performances. Le livre Dois Meninos de Kakuma découle de ces projets. L’idée est venue du besoin des jeunes de parler de la situation d’un enfant né dans un camp et de la confronter à la vie d’un enfant né dans une ville. Kakuma est une ville dans le comté de Turkana au Kenya. C’est aussi le site d’un camp de réfugiés de l’UNHCR. Les enfants qui y naissent ne connaissent pas leur pays d’origine.  Si ces personnages sont fictionnels, le récit  est basé sur des histoires de gens que j’ai croisés dans les camps.

Couverture Deux Garçons de Kakuma Photos analogiques prises lors de mon séjour au Kenya (2003-04) avec ajout des dessins/ sculptures produites par des enfants vivant dans le Camp en 2018.

Vos ouvrages sont donc nés de collaborations avec des enfants ? Ces livres sont aussi des espaces de collaboration entre photos, textes et dessins ?

Au Brésil, en 2008-2009, il n’y avait pas de livres pour les enfants des communautés.  Les professeurs de la forêt amazonienne déploraient de ne pas avoir d’ouvrages qui parlent d’eux. Zèbre, rhinocéros figurent dans des livres qui sont utilisés par les enseignants alors que les enfants ne les connaissent pas. J’avais envie de créer des ouvrages sur et pour ces communautés traditionnelles, à partir de ce qui était local. J’ai gagné un prix du Ministère de la culture qui m’a permis de passer cinq ans avec plusieurs communautés indigènes qui vivent entre le Pérou et le Brésil.

La photographie s’imposait. Elle était le moyen le plus adapté pour représenter des enfants noirs, loin des illustrations dessinées stéréotypées. La photo est selon moi un moyen d’avoir une couche de moins de représentation. J’ai collaboré avec les enfants pour les photographier et choisir avec eux ce qu’on allait montrer de leur vie, de leur environnement. Je voulais aussi utiliser les dessins des enfants dans mes livres.  Un éditeur a très rapidement accepté ce projet.

A partir de 2012, on a eu une loi qui obligeait les écoles à aborder l’histoire afro-brésilienne. J’ai réalisé un livre bilingue pour conserver les langues locales et permettre à toutes les générations de les connaître. Ce livre est beaucoup utilisé.  On y présente les savoirs d’une région que l’on mélange avec les histoires collectées auprès des familles.  C’est un mix entre traditions et documentaires.

Page: Almanach des Enfants Huni Kui (Bilingue Portugais / Hatxa Kui) , 2015

Dans le livre qui porte sur les indigènes situé à la frontière avec le Pérou, il y a un texte  en portugais imprimé en noir et un autre dans la langue traditionnelle, imprimé en rouge. Les enfants ont fait des photos et des dessins.  On y explique les peintures corporelles, la tradition de la pêche. Les enfants sont les protagonistes de ces ouvrages et vont interviewer les membres de leurs familles.

A la fin de l’étape de collecte, je rentre avec plus de mille dessins et des vidéos. Quand le livre est presque fini, je l’envoie pour validation à la communauté. Lorsqu’il est imprimé, on fait le lancement du livre dans la communauté et chaque enfant reçoit un livre. Les professeurs sont ensuite formés pour éduquer à partir des connaissances locales. J’aime quand les gens les plus âgés des communautés sont touchés par les livres. Les savoirs et la culture sont conservés et transmis. Ces ouvrages sont ensuite diffusés dans le reste du pays. Ils doivent servir à casser les stéréotypes.

Page Lendas Amazônicas (Légendes Amazoniennes et d’autres histoires que vous devriez connaître, 2022)

Qu’en est-il de la traduction de ces ouvrages ?

Je rêve qu’ils soient traduits. Mon dernier ouvrage porte sur les légendes d’Amazonie. J’ai repris des légendes très populaires que tout le monde connaît et j’ai ajouté des récits locaux qui parlent de phénomènes incroyables mais qui sont pourtant tout à fait naturels. Chaque légende est complétée de deux pages de documentaires qui expliquent ce qu’il y a derrière les légendes.

Nouveau livre “in process” : Tsonga Animal Tales and Proverbs (en collaboration avec groupes de “elders”Tsonga au Limpopo)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (15 avril 2023). Le livre photo-illustré comme vecteur de transmission des savoirs : rencontre avec Marie-Ange Bordas. MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rghf


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search