Mémoire photographique

Coline Irwin, C’est autant d’amour que je t’envoie, MeMo, août 2010

 « Ce livre, illustré de photographies, parle de souvenirs communs entre un père et sa fille. Chaque semaine, ils se parlent au téléphone. À la fin de leurs conversations, son père lui demande…« Tu te souviens des livres qu’on lisait ensemble ? Le bruit des pages que l’on tourne et les phrases dans ces pages… Imagine toutes les lettres de tous les mots des livres qu’on lisait ensemble… c’est autant d’amour que je t’envoie. »

Chaque double page de ce livre est un souvenir, évoqué par une photographie et un court texte en regard.

Il est question de mémoire dans ce petit livre : mémoire visuelle d’abord, celle qui photographie, comme le fait un appareil, deux mains sur une feuille, des oiseaux sur un fil, deux rondelles de fruit dans une soucoupe…Mémoire sensorielle aussi, la lumière entre les feuilles des arbres, le goût de la pastèque en été, la musique des instruments, le bruit des pages que l’on tourne…Mémoire des mots encore, ceux des livres qu’on lisait ensembles, ceux des petites phrases comme des comptines…

La photographie  sur la page de gauche est comme l’image qui se fixe sur la rétine lorsque l’on cligne des yeux, la fixation d’un instant. La succession des images,  le « tu te souviens ? » répétitif,  font de ce livre une tentative de résurrection du passé, une quête pour retrouver ce qui a été. 

Parfois la perception du souvenir, exprimée dans le texte, n’est pas celle que la photographie a fixée. C’est que le texte laisse la place à l’oubli, à l’incertain, ouvre même sur un autre possible, sur ce qui a pu se passer, et qui figure sans doute dans le hors-champ de la photographie. Et le lecteur est invité à imaginer…  

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *