Inquiétante étrangeté chez Cindy Sherman

En 1985, à la demande du Vanity Fair, la photographe Cindy Sherman plonge dans les profondeurs les plus sombres des contes de fées, pour en proposer une adaptation photographique très personnelle, faite de masques, de prothèses, de maquillages outranciers qu’elle applique sur sa propre personne, de poupées, de corps démembrés…La série ne sera jamais publiée.

En 1992, elle reprend le thème et illustre cette fois Fitshers’ Bird, le barbe bleu des contes des frères Grimm. C’est sans doute la version la plus terrifiante qu’elle choisit d’adapter, avec cette histoire d’homme démon qui enlève des femmes, les découpe en morceaux, lorsqu’elles lui ont désobéi et ouvert la porte qui devait rester close.

Cindy Sherman photographie des poupées, des mannequins. Ils sont photographiés au plus près, avec des gros plans sur des détails, des yeux, une barbe, une main. Les êtres sont démembrés, indéterminés, figés, sans vie. Les couleurs qui les entourent sont vives, surnaturelles. Chaque page est un tableau, capture d’écran des images qui circulent dans le cerveau de l’artiste.

Est-ce qu’on peut encore parler d’illustration ? On est loin du modèle littéraire ou d’une mise en scène théatrale, et d’ailleurs Cindy Sherman reconnaît qu’elle n’a pas trouvé le « conte de fées parfait » à illustrer.

Cette mise en page est angoissante. Dès qu’il ouvre le livre, le lecteur est collé aux images, happé dans le cadre et son salut ne viendra qu’en refermant la dernière page, pour échapper, une nouvelle fois, à cette inquiétante étrangeté.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *