Albums de Familles. Des photos pour s’amuser.

Au moment où la famille Asada connait un beau succès au cinéma avec sa célébration des photos de famille, il est intéressant de se questionner sur la présence de celles-ci dans les ouvrages de littérature jeunesse. 

Un rapide recensement  évoqué lors du colloque “1, 2, 3 …regarde ! La photo, le livre, l’enfant” fait état de la présence de photographies authentiques ou redessinées dans des documentaires qui  racontent la grande Histoire, dans des albums pour raconter les liens familiaux et parfois même dans des livrets d’activités. Voici Albums de Familles, Des photos pour s’amuser d’Arno Dufour et Raphaële Botte, paru chez Actes Sud Junior en 2015. 

“Nous avons passé nos vacances dans une grande maison de famille louée pour l’été. Nous ne connaissions pas les propriétaires des lieux et, dès notre arrivée, nous nous sommes demandé qui avait pu vivre entre ces murs. Nous sommes montés au grenier, nous avons fouiné, nous nous sommes déguisés avec des vêtements usés, nous avons lu les vieux journaux…Et puis nous sommes tombés sur une boîte intrigante. Nous n’avons pas pu nous empêcher de l’ouvrir. Elle était remplie…. de photos ! “

Tel est le préambule de ce livret d’activités qui invite les jeunes lecteurs à s’approprier  à leur tour les photographies de la mystérieuse boîte et à faire connaissance avec les inconnus qui y figurent en 53 pages et 31 propositions d’activités :  jeu des dix différences,  association de légende et d’images en désordre, écriture des pensées de personnages ou du texte d’une carte postale,  dessin d’un hors-champ photographique, réalisation de photocollages ou création d’un flip-book… Ce faisant, ces activités initient l’enfant au champ lexical, aux usages et à l’histoire de la photographie : portrait en pied ou photo d’identité, photo de famille ou de classe, photo documentaire ou privée, roman-photo, album de famille ou carte postale, retirage, cadre, lecture des images, photographes et appareil…

Raphaële Botte raconte : “Je me suis beaucoup intéressée et j’ai toujours été touchée par les photographies de famille abandonnées que l’on trouve dans les puces. Je suis toujours émue par ce qu’elles racontent. Ma démarche n’est pas de chercher des photographies à dimension sociologiques et historiques. Je fonctionne au coup de cœur face à l’image. 

Notre matériau de base pour faire ce carnet a été notre collection de photos trouvées dont des achats dans les brocantes et autres puces… Nous avons glissé deux photos chacun de nos familles respectives, lui sa grand-mère au tennis et moi ma grand-mère et ses frères et sœurs en portrait. Nous pensions que ces photos étaient intéressantes à faire découvrir aux enfants : photos de papier, photos de famille avec des poses et des attitudes différentes de celles d’aujourd’hui.  Le cahier propose à la fois des activités autour de l’imaginaire, du romanesque, des activités proches du surréalisme, une exploration du roman-photo…, on voulait être représentatifs des différents points de vue que la photographie propose, sans référence à des artistes précis. Il a été assez facile de trouver un éditeur.

Avec le graphiste, on avait l’impression que le cahier d’activités était une porte d’entrée dans un univers visuel très loin de celui des enfants d’aujourd’hui et on avait envie qu’ils jouent avec leur imagination mais qu’ils se l’approprient aussi par la manipulation. Nous avons même mené des ateliers dans des classes pour le tester.  J’aimerais bien retravailler autour des photos de classe, prendre le temps exploiter cet univers. A la différence de beaucoup de gens, je ne trouve pas les photos abandonnées tristes. 

Pourquoi ce titre au pluriel ? Parce qu’on voulait donner l’idée que l’on se plongeait dans les albums de plein de familles. Il y avait aussi l’idée de faire découvrir cette pratique révolue de l’album, de  montrer la place qu’il avait dans les familles. 

Il n’a pas fonctionné. Peut-être à cause de son prix de 15 euros, cher pour un cahier d’activités. Je ne pense pas que la photographie fasse peur. La photo peut jouer à fond son role d’identification pour enfants. Peut-être notre sélection était trop adulte. Aurait-il fonctionné avec des photos contemporaines ? je ne sais pas. Nous avions vraiment la volonté de plonger nos lecteurs dans une autre époque”.

Le livret n’est plus disponible aujourd’hui. Dommage. Dans la lignée des ouvrages d’activités classiques, il offrait aux enfants une approche sensible pour découvrir en jouant tout un pan de l’histoire  de la photographie et de ses usages. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

  


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (27 mars 2023). Albums de Familles. Des photos pour s’amuser. MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rghc


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search