De la science à l’ art, la microphotographie illustrative

En 1931, la photographe Laure Albin Guillot (1879-1962) publie un portfolio intitulé Microphotographie décorative, en hommage à son mari le docteur Albin Guillot, spécialiste des clichés microscopiques : 20 planches imprimées en héliogravure, montrant diatomées et autres cristallisations minérales et végétales. De la beauté de ces clichés, elle tirera également des imprimés pour papiers peints, reliures, paravents … explorant ainsi un nouveau territoire visuel, élargissant les moyens d’expression de la technique photographique,  proposant aux yeux de ses contemporains de découvrir les beautés de l’infiniment petit.

           

Crédit photographique Laure Albin Guillot, agence Roger Viollet

Presque cent ans plus tard, Mickaël El Fathi, sans le savoir, adopte la même démarche avec sa microphotographie illustrative, pour Moabi, publié chez La Palissade, en 2015.

http://mickaelelfathi.com/mickaelelfathi/Illustration.html

Et quelles illustrations pourraient mieux convenir à l’histoire de cet arbre, qui conte la naissance du monde,  que ces détournements, réutilisations et colorisations au pastel de cellules végétales photographiées par des microscopes électroniques et trouvées sur des sites de laboratoires bien actuels ?

« La mitochondrie est visible en bas à droite de l’image. Je voulais montrer la subtilité des sous sols…La vie qui permet la vie. »

                   

Merci Mickaël !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *