« poésie du réel » au Montreur d’Images

Est-ce qu’il s’agit d’une danseuse-marionnette  ou d’une fleur qui se fane ?

Cette double page est issue d’un ouvrage de la collection du « Montreur d’Images », créé en 1947 par l’éducateur-éditeur Paul Faucher, le père du Père Castor.

Placées dans un ouvrage documentaire, ces photographies de Robert Henri Noailles ont une valeur scientifique et pédagogique. Décontextualisées, elles incitent à l’ observation et à la déduction. Elles sont organisées en une longue séquence à caractère cinématographique, constituent un enchaînement narratif qui construit une réalité, dégage des faits, ceux des différentes étapes de la vie d’une fleur, applicables à d’autres variétés.

Elles seront d’ailleurs réutilisées dans des cours d’enseignement des sciences sous forme de diapositives.

Toutefois, elles prennent également une grande valeur esthétique, encore accentuée par un texte de J.M. Guilcher plein de poésie, une typographie variée, et surtout, une mise en page qui donne la part belle à l’image. L’imagination peut aussi se développer…

Il s’agit à l’évidence de produire ici, en plus d’un livre didactique, un beau livre photographique pour enfants, comme les années 40 ont su en produire, un livre de collaboration entre un écrivain et un photographe.

A contrario, avec ses textes rédigés par des spécialistes, caution scientifique, des photographies moins mises en valeur et fournies par des agences, la collection « La Joie de connaître » chez Bourrelier, lancée à la même époque, restera dans le pur informatif et documentaire.

Collection « Le Montreur d’images »

Découvertes, 1947

La vie cachée des fleurs, 1950

De la fleur à la graine, 1951

Les bourgeons s’ouvrent, 1952

Ramures, 1953

Un oiseau est né, 1955

Fougères, 1957

Les oiseaux de la nuit, 1958

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *