The Shadow Book ou Mon ombre et moi

Harcourt, Brace, Jovanovich, New York  ©1960

Béatrice Schenk de Régniers (1914-2000) est l’autrice américaine d’une cinquantaine d’ouvrages pour enfants publiés des années 1960 à 1980. Elle signe notamment les textes de The Giant Story en 1953 et What Can You Do With a Shoe en 1955 illustrés par Maurice Sendak. Lors de son décès, les articles qui lui sont consacrés soulignent son habileté à recréer la sensibilité d’un enfant, à révéler son petit théâtre intérieur.

Les photographies sont signées Isabel Gordon.

Cet ouvrage accueille 35 photographies en noir et blanc, réparties sur les 32 pages de l’ouvrage en groupe  de deux à quatre par double page et deux en frontispice. La double page centrale n’accueille qu’une photographie reproduite sur toute la surface du livre.  Le texte est réduit à une portion congrue et est imprimé en regard, au dessus ou en dessous des photographies, dans la partie laissée blanche de chaque page. Clairement, le maquettiste s’est amusé avec la mise en page, a cherché des symétries dans la disposition des images (ombre en haut à gauche-ombre en bas à droite), des prolongements (ombre qui s’étire jusqu’à rejoindre celle de l’image suivante), des échos (ombre d’une plante sur un arbre et ombre d’un arbre)  entre les images. 

Ces photographies mettent en scène un jeune garçon, parfois accompagné d’une fillette, ou d’un groupe d’enfants. Certaines sont vides de présence humaine et montre des objets ou plantes que l’enfant est en train d’observer, dans une variation de points de vue. Tantôt le lecteur voit avec les yeux de l’enfant, tantôt il est derrières lui et observe la scène de jeu. Les photographies sur lesquelles figurent le ou les enfants les montrent s’appropriant diverses situations de jeux avec une ombre : elle s’étire, elle rétrécit, elle dépend de la source lumineuse, on ne peut l’attraper, elle disparaît les jours de pluie et la nuit…

Le texte est écrit à la première personne. Les courtes phrases fonctionnent comme les légendes de ce que montrent les photographies. Ce dispositif amène à considérer cet ouvrage comme un recueil des observations, questionnements et interprétations autour de l’origine et l’existence des ombres. Néanmoins, les courtes phrases sont plus poétiques que dans un carnet de bord d’expériences scientifiques et n’ont rien de didactiques. Elles laissent également la place à la part d’imaginaire qui occupe le petit théâtre mental de l’enfant lorsqu’il joue. 

“Sometimes when you have to stay inside, your shadow can be outside. Or sometimes when you are outside, your shadow can reach in to touch something you would like to touch but you can’t like a sleeping dog.” peut on lire sur la jaquette du livre. Les ombres, bien que liées à leurs propriétaires, semblent matérielles et vivre une vie indépendante, pleine de possibilités.

Merci Loïc Boyer…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 



Citer ce billet
Leguen Laurence (2023, 21 janvier). The Shadow Book ou Mon ombre et moi. MINIPHLIT. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgh5

Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search