Dans les coulisses d’Au pied de la lettre de Florence Levillain

Actes Sud junior, novembre 2022 / 20.00 x 20.00 cm / 48 pages

Qui dort dîne, bonnet blanc blanc bonnet, Etre au pied du mur, etc… autant d’expressions que nous utilisons tous les jours, sans y penser. La photographe Florence Levillain a donné vie à ces mots qu’elle prend… au pied de la lettre et le résultat est surprenant. Nous l’avons interviewée, l’occasion de découvrir le procédé lenticulaire.  

Florence Levillain, pourriez-vous nous dire quelques mots de votre parcours professionnel

Je suis photographe depuis 30 ans. J’ai commencé par la photographie de presse. Mon travail s’est toujours divisé entre la commande et le travail personnel. Mon reportage, d’abord très porté sur l’étranger, s’est petit à petit orienté vers la vie quotidienne française. Planète mars au bout de votre rue, titre de cette nouvelle orientation, entend faire découvrir des univers que l’on croit connaître mais que l’on ne connaît pas si bien finalement. Cela a commencé par un reportage sur le travail des femmes à Rungis la nuit qui a obtenu le prix Kodak en 2000. J’ai réalisé ensuite une série d’images sur les objets trouvés de la rue des Morillons, puis sur l’herbier du Muséum. En parallèle, mes commandes étaient de moins en moins presse et plus institutionnelles. Mon écriture photographique a petit à petit évolué vers plus de mises en scène. J’ai réalisé aussi des travaux comme Parce qu’ils le valaient bien, une série sur les clients d’un coiffeur qui a intégré les collections du musée de Bièvre. Un de mes derniers reportages portait sur les Bains Publics, travail très social. On ne connait pas cet univers. Les parisiens pensent que les Bains sont justes de très beaux bâtiments à Paris mais ils représentent en fait un million de douches par an ! Je suis allée à la rencontre de ces personnes qui vont y prendre s’y laver et cela a abouti à un petit livre de 75 portraits  édité par la région Ile de France.

Comment est née l’idée d’Au pied de la lettre  ?

Un jour, un de mes amis m’a dit  : « Elle m’ a encore posé un lapin ». Pour la première fois de ma vie, j’ai vu le lapin. Ce type d’expression est un marronnier en illustration car elles sont très imagées et ont été très dessinées. Ce sont des expressions utilisées tous les jours mais auxquelles on ne prête plus attention. L’idée de mettre ces expressions en photo, de leur donner un caractère hyper réaliste leur donnait une valeur supplémentaire de fantasque et de farfelu. Le travail a commencé comme ça.

Au début, j’ai fait ce travail pour moi en réfléchissant à une série. J’ai besoin d’avoir toujours un espace d’expérimentations, de recherche de protocole. J’ai fait des essais, avec des modèles. J’ai trouvé le format, la distance. Je voulais des images en situation réelle mais déconnectées de la réalité, qui puissent être intemporelles, avec un modèle qui soit entre l’enfance et l’âge adulte. Les choses se sont définies peu à peu . Puis j’ai decidé de poser le lapin sur la table d’un restaurant et je me suis retrouvée face à une contradiction : quand on se fait poser un lapin on est seul, mais avec le lapin, mon modèle n’était plus seul !  J’ai cherché un système qui me permette de mettre deux images en une, comme sur celle de la couverture. 

Ces images ont d’abord été vendues en galeries, en tirages lenticulaires numérotés. Avec Signature, mon agence qui fait aussi galerie, nous avons participé à deux salons pour collectionneurs avec cette série de vingt tirages lenticulaires en 40×40 exposés au mur.  Le coté lenticulaire me plaisait beaucoup parce que je voulais donner une dimension pédagogique à cette série. En effet,  en posant les questions à mes filles, je me suis aperçue que ces expressions étaient souvent désuètes, voire inconnues. Il fallait donner donner un caractère artistique, pédagogique et ludique à cette série destinée au grand public, d’où l’idée du lenticulaire.

Mais qu’est-ce-ce que le lenticulaire ?

C’est le procédé utilisé pour la couverture du livre.  Elle contient deux images en une seule. Elles sont entrelacées. Il y a par-dessus un procédé optique, avec des dômes, qui permet de voir une seule image en fonction du déplacement du spectateur.

Ces photographies peuvent aussi être tirées en tirages classiques pour les galeries, imprimées  avec une seule image pour la presse. Je voulais qu’une  pluri-utilisation soit possible. Le public aime beaucoup le lenticulaire. Mon agence a contacté Actes Sud junior avec l’espoir de faire un livre tout en lenticulaire, mais c’était compliqué techniquement. On s’est rendu compte que l’aspect pédagogique marchait très très bien avec  deux images côte à côte, à la manière des jeux des 8 erreurs ou des 7 différences.

On ne voulait pas un grand livre photo. On voulait qu’il se tienne facilement, que l’on puisse le poser aisément quelque part. La couverture avec cette femme au pied du mur plaît beaucoup en galerie. Et puis Au pied du mur pour annoncer Au pied de la lettre était une entrée sympa ! 

Avoir un cœur d’artichaut / Copyright Florence Levillain

Comment avez-vous sélectionné les expressions qui figurent dans le livre ? Pourquoi une part si peu importante pour les mots ?

 Je voulais qu’elles soient très grand public, non vulgaires, non offensantes… Il fallait aussi qu’elles soient visuelles. Certaines sont moins faisables en photographie et se sont éliminées elles-mêmes. Concernant la part du texte, il y avait deux possibilités.  Soit le livre comportait plus d’explications avec recours à un spécialiste du langage,  soit on décidait d’en faire un livre  qui mettrait en valeur un travail photographique avec un texte qui allait apparaître comme une legende. C’est le choix que nous avons retenu. Pour les courts textes, on a entrecroisé les recherches sur ces expressions et on s’en est tenu à ce qui était admis et certain.

Qu’est -ce qui a été difficile dans cette réalisation ? 

 Pour produire une série comme celle-là, il faut un gros travail de repérage, de stylisme. Je passe aussi beaucoup de temps devant mon ordinateur. Pour la photographie qui accompagne Marcher sur des oeufs, j’avais une centaine d’œufs. J ai réalisé des surimpressions pour étendre la surface occupée par les œufs. j’ai photographié la jeune fille et je l’ai posée en surimpression, en respectant la lumière, la colorimétrie et m’assurant d’une cohérence de cadrage. Pour l’expression Enfoncer une porte ouverte, j’ai planté à 6 heures du matin une porte dans le sable. Pour Se faire remonter les bretelles, la jeune fille ne tient pas au bout d’un fil mais sur un escabeau que j’ai enlevé et il a fallu retouché l’image. Si ce livre semble simple, il y a de nombreuses étapes derrière !

Est-ce faut y voir des références à d’autres ouvrages ou des œuvres picturales ?

Etre collet monté fait référence à l’époque de Marie de Médicis alors j’avais envie d’ un clair obscur, mais sans référence à un tableau en particulier. En grand, les photos donnent vraiment l’impression d’une peinture. C’est le rendu que je cherche, car je veux déranger le spectateur et faire que ce monde enfantin, poétique, onirique soit perturbé.

Quels ouvrages photo-illustrés lisiez-vous enfant ?

J’en lisais peu finalement bien que mes parents étaient photographes. J’ai gardé et transmis à mes filles une série d’ouvrages pour découvrir les autres pays à travers le regard d’un jeune enfant. (“Enfants du Monde”, Nathan)

Pour découvrir le travail de Florence Levillain https://www.florence-levillain.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (12 janvier 2023). Dans les coulisses d’Au pied de la lettre de Florence Levillain. MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgh4


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search