Mon Ane Benjamin, histoire extraordinaire mais vraie…

Mon âne Benjamin, Hans LIMMER, photos de Lennart Osbeck, Paris, Fernand Hazan, c. 1969. 23 cm, 48 p.,

En 1969, les éditions Fernand Hazan publient Mon âne Benjamin, avec le texte de Hans Limmer et les photos de Lennart Osbeck. L’ouvrage de 48 pages est l’édition française d’un ouvrage paru l’année précédente en Allemagne, chez Hanns Reich Verlag  Mein Esel Benjamin eine erstaunliche, aber bestimmt wahre Geschichte für Kinder und große Leute, erzählt von Susi (Une histoire extraordinaire mais histoire vraie racontée par petits et grands par Suzie). Le livre est également traduit en plusieurs langues et devient My Donkey Benjamin (Hill and Wang, New York, 1969) en langue anglaise, Mit æsel Benjamin en Danois (Jespersen og Pio, Kbh, 1969) 

53 ans plus tard, le livre est considéré comme un classique de l’autre côté du Rhin, a été réédité plus de quarante fois et traduit dans de nombreuses langues.

Terre di Mezzo Editore, 2022, 56 p.

Le Bulletin de la Joie par les Livres le chronique  en ces termes  dans son numéro 22 de 1970 :” Une toute petite fille, Suzie, trouve un compagnon de jeux et de promenade : l’ânon Benjamin. Les illustrations sont de très jolies photographies, pleines d’air et de soleil : une maison blanche, au sol des galets ronds orné de motifs décoratifs, les jeux des deux amis, la nourriture, la toilette, les rues d’une île méditerranéenne dont on aurait aimé savoir le nom… L’entente de l’enfant et de l’animal fait le charme de cet album. La découverte de Benjamin, un peu d’émotion quand Suzie, au cours d’une escapade, se croit perdue, font la trame légère de cette petite histoire dont on sent que l’essentiel a dû être vécu. Le texte, disposé en lignes courtes de gros caractères, accompagne les images d’un commentaire attribué à la petite fille. Il suit bien les photographies qui, d’ailleurs, parlent d’elles-mêmes. C’est un album réussi qui plaît aux petits et aux grands”.

La photographie de couverture -portrait en plan serré d’une fillette qui enlace tendrement un jeune ânon- donne le ton. Tous deux semblent fixer le lecteur et l’inviter à  découvrir un récit d’amitié entre cette petite fille aux joues rebondies et un animal, qu’il faut bien appeler Benjamin puisque son nom figure au dessus du portrait. Ce motif du couple de l’enfant et de son animal,  ou de son objet fétiche,  est un classique de la littérature de jeunesse et n’est pas sans rappeler les ouvrages photographiques d’Albert Lamorisse publiés à la même époque, Bim le petit âne, Crin Blanc ou Le Ballon rouge, qui narrent eux aussi les aventures de duos inséparables . On pense aussi à la collection “Amis-Amis” parue chez Hatier à la même époque, mais cet ouvrage n’a rien de didactique.

Une autre couverture donne à voir la fillette embrassant l’âne sur son museau, image que l’on retrouve dans le livre, mais ce choix tient davantage le lecteur à distance. 

Au verso de l’ouvrage, on retrouve la fillette, dans un portrait en pied (figurant dès la première page) en regard du texte “Benjamin c’est mon ami. Il habite chez nous et il joue avec moi depuis le jour où nous l’avons trouvé. Voici comment les choses sont arrivées… mais non pourquoi les raconter ? Il vous suffit de lire ce livre puisque tout est là. Comment Benjamin est venu chez nous ; ce que nous faisons ensemble et les grandes aventures qui nous sont arrivées”. Ce texte, ainsi que  le sous titre “Une histoire extraordinaire mais histoire vraie racontée par petits et grands par Suzie”, semblent indiquer que texte et photographie sont là pour attester de ce qui est arrivé, pour témoigner  de cette  relation particulière entre l’enfant et l’animal, de leur errance dans l’île et leur retour au foyer. 

 L’ouvrage accueille 36 photographies en noir et blanc, de une à deux images par double-page, souvent reproduites en pleine page. La fillette et son compagnon figurent sur toutes les images. “Sa fourrure est douce , regardez” ordonne la fillette au lecteur. Et justement, les photographies bénéficient d’une belle qualité d’impression qui donne du relief aux galets, de l’aspérité aux rochers, du velours aux poils de l’animal. Si aujourd’hui ce n’est sans doute pas le cas, la photographie de la fillette nue sur une plage ne devait pas surprendre le lecteur à la fin des années 1960.

Le texte est disposé en regard ou au-dessus des images et complète ce que ne disent pas les photographies avec cette voix de l’enfant qui raconte à la première personne,  donne des détails sur ses sentiments, rapporte les dialogues entre elle et son père, parle de l’île sur laquelle ils vivent, évoque le départ familial de la grande ville pour ce village, décrit les jeux et nomme les personnages figurant sur les images.

En 2017, Susanne Schäfer-Limmer racontait à Candice Pires les coulisses de la réalisation de cet album et les conséquences de sa publication dans un article pour The Guardian, “People wanted to meet me and the donkey’: my role in a bestselling children’s book”, à l’occasion de sa réédition par Scribble Publications.

Susanne Schäfer-Limmer recalls finding a donkey on Rhodes, and how her father turned the story into a simple tale.

Fri 17 Feb 2017 

Igrew up in a village on the Greek island of Rhodes. My parents moved there from just outside Cologne in 1966, when I was a year old. They had wanted a more simple life, and they had been to Greece a few times and fallen in love with the Mediterranean light and Greek hospitality. Our house had no running water and only a little electricity, but we lived by the sea and it was beautiful.

One day, when I was two, we found a young donkey in the village. It had probably been abandoned by someone who couldn’t afford to keep it. We christened it Benjamin. I don’t know whose idea it was, but my father, Hans Limmer, and a Swedish friend of his in our village, Lennart Osbeck, thought it would be fun to make a children’s book about it – neither of them had written one before.

My father wrote the story and Lennart took pictures. They used me as the main character. It’s a simple children’s tale about a father and daughter who go for a walk, find a baby donkey and bring him home. The donkey becomes part of the family; the little girl takes him to the hills, to the beach, she shows him her cat, introduces him to her baby sister.

The book was published in Germany in 1968, as Mein Esel Benjamin, and sold well – enough for us to live on – and is now on its 42nd edition; it was also translated into English and other languages, and has sold more than two million copies worldwide.

We didn’t keep the donkey for long. Donkeys were everywhere, and they were very much working animals – there were hardly any cars on the island, so they were mainly a means of transport.

Due to the book’s popularity in Germany, and because our village was easily identifiable in the photographs, we occasionally had people from Germany show up at our house, wanting to meet me and the donkey. I didn’t like it, and would always disappear to my room while my parents would ask them to respect our privacy. The books weren’t published in Greece, so no one at school knew about them.

I never loved the book as a child: I think it was because it was me, but it didn’t feel like me. My childhood might sound idyllic, but we weren’t out picking flowers all the time, and we lived without the luxuries of a washing machine or a telephone. Saying that, we had a lovely time: it was nice to go swimming all summer long.

I left Greece and went back to Germany when I finished school, but my parents stayed on. Now I’m 52. I’ve had four children, but I haven’t read the book to them very often; they’ve never been that interested in it. But lots of people my age remember it. No one would recognise me as this child now.

After this book did so well, my father wrote another: it featured my sister and was called My Pig Paulina – I really like that one. Dad died in Greece two years ago, aged 88. He carried on writing for himself, and I’m still going through all his things. In the new edition, My Donkey Benjamin is called a “Modernist classic”: he’d be tickled by that.”

Hans Limmer publiera d’autres ouvrages photo-illustrés associant un enfant et un animal dont My Pig Paulina et Mein Kangurü Fanny. 

Scribe, Brunswick, Victoria et 2016

Merci à Raphaële Botte pour la découverte !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (13 décembre 2022). Mon Ane Benjamin, histoire extraordinaire mais vraie… MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgh1


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search