Picolo et Piccolette à Paris, du dessin animé à l’ouvrage photo-graphique

·       Picolo et Piccolette à Paris, Jean Image – Éditeur : Hachette, collection : Les Grands Albums, 32 pages, 1965

En 1965, Hachette publie dans sa collection “Grands Albums” l’ouvrage Picolo et Piccolette à Paris.  La couverture accueille sur un bandeau jaune la mention “D’après les dessins animés diffusés par la télévision française”, avec le logo de l’ORTF.

Cet album, signé Jean Image, reprend les personnages et les décors des épisodes parisiens de sa série de 26 dessins animés de cinq minutes  Picolo le Petit Peintre puis Picolo et Piccolette diffusés à partir de l’automne 1964. Dans la série, comme dans l’ouvrage, les décors dans lesquels évoluent des personnages sont des photographies en noir et blanc de la capitale. https://www.youtube.com/watch?v=I9ywekmPYvQ

Bien évidemment la sélection des photographies de Paris n’échappe pas aux stéréotypes. On y retrouve plusieurs vues de la Tour Eiffel, dont une en couverture, d’autres de Notre-Dame, un aéroport et un avion de la compagnie Air France, une vue de l’Arc de triomphe, des Champs-Elysées, du Pont-Neuf, de l’extérieur et de l’intérieur du Louvre -La Joconde n’avait pas encore été mise derrière une vitre- du Sacré Cœur, de l’Opéra, des bouquinistes et d’une terrasse de bistrot parisien. 

La mise en page de ces photographies  varie entre la pleine double-page et les deux images par double-page pour accueillir texte ou dessins. Les photographies sont reproduites dans un ton gris qui écrase tout volume et semble envelopper la capitale d’une légère brume qui convient à l’irréalité des scènes.

Ces photographies vides de tout humain grouillent en revanche d’une multitude de personnages colorés, au corps triangulaire, aux membres dessinés d’un simple trait noir et aux bouches édentées. Ces ajouts dessinés s’intègrent généralement parfaitement  aux décors photographiés, mais parfois offrent quelques défauts de perspective, qui ne sont pas sans rappeler les tentatives de plaçage de personnages dans  les cahiers de gommettes.

On y croise donc une ribambelle de personnages caricaturaux, parmi lesquels  des touristes du Maghreb en djellaba et babouche, une écossaise en kilt et béret à rayures, un riche homme d’affaire avec cigare, un anglais à parapluie et des joueurs de guitare à la frange trop longue… 

De page en page, le lecteur suit les aventures des personnages principaux :  Picolo, un petit peintre (on dirait un des amoureux  de Raymond Peynet), Picolette, sa fiancée  qui d’une page à l’autre ne quitte si son rouge à lèvre ni son étoile sur la tête comme toute “vedette”, et leur chien Polka.  Ce faisant, il participe à une visite guidée de Paris, accompagnée par la voix d’un  narrateur-guide  aux commentaires un peu didactiques :  ” Pour visiter la Tour Eiffel, on peut utiliser les escaliers ou l’ascenseur”,  “La Cour Carrée du Louvre est un chef d’œuvre d’architecture”, ou encore “Nous voici maintenant dans le célèbre musée du Louvre où des milliers de tableaux, de statues et d’œuvres d’art sont exposés”. Chaque découverte d’un lieux de la capitale est toutefois immanquablement perturbée par la présence intrigante d’un étrange personnage déguisé muni d’un appareil photo (mais qui est-il ?) ou la survenue d’un évènement rocambolesque, comme l’arrivée d’une souris qui sème la pagaille dans les couloirs du Louvre. 

 Il y a du Où est Charlie dans cet ouvrage lorsque le lecteur est invité par le narrateur à dénicher Picolo et Piccolette dans la foule qui se presse à Montmartre ou ce mystérieux photographe qui se cache. Il faut encore retrouver à quelles pages de l’album correspondent des vignettes-photographies de Piccolette qui figurent dans l’ultime page de garde. Les double-pages fourmillent de détails amusants qu’il faut prendre le temps de chercher. Il y a également de la bande -dessinée dans cette novellisation, avec ces personnages dessinés bien sur, mais aussi avec ces bulles qui les surplombent parfois, ces variations de typographie.

La série des Picolo a connu un grand succès et entraîné la vente de nombreux produits dérivés : cartes postales, porte-clés, figurines, disques, jeux de cartes et une série d’ouvrages dans laquelle s’inscrit cet album.

Même si aujourd’hui ces images nous semblent bien désuètes, stéréotypées, voire mal imprimées, il se dégage de ces images du Paris des années 60 une certaine poésie, un charme suranné et beaucoup d’humour. Une jolie découverte.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (9 décembre 2022). Picolo et Piccolette à Paris, du dessin animé à l’ouvrage photo-graphique. MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgh0


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search