Dans le secret de la boîte noire de Daguerre : Rencontre avec Andrea Eichenberger.

Découvrir l’histoire de la photographie par le jeu.

Nous poursuivons nos entretiens avec les acteurs de la chaîne du livre, les professionnels de la photographie et ceux du monde éducatif qui initient leurs élèves aux techniques et à l’Histoire du médium.

Retour sur un atelier mené dans deux classes de CE2 de Bry sur Marne, ville de Louis Daguerre, par Andrea Eichenberger, photographe.

Qui êtes-vous Andrea Eichenberger    ?

Je suis brésilienne et je vis à Paris. J’ai d’abord mené des études d’art au Brésil. Je suis venue en France pour entreprendre des études de photographie mais  je ne suis pas arrivée à temps pour m’inscrire au master photo de l’université Paris 8. J’ai ensuite fait un master puis un doctorat en anthropologie à l’université Paris 7 en emportant avec moi la photographie comme objet de recherche . J’ai travaillé sur l’appropriation  de la photographie dans une communauté indigène du sud du Brésil. En France, j’ai  réalisé un projet photographique en prison, notamment celle de Beauvais, et également au centre psychiatrique de Valenciennes.

En 2017 je suis devenue maman et naturellement je me suis intéressée à la littérature pour enfants et particulièrement aux ouvrages photographiques. Au début de la pandémie de Covid, mon fils avait 2 ans et demi et j’ai commencé à prendre des photos avec lui pour raconter ce qui se passait dans notre vie, avec le projet d’en faire un livre. Après la pandémie, Michel Poivert et Francis Jolly m’ont invitée à travailler avec des enfants à Bry sur Marne, dans le cadre d’un un projet scolaire. 

Ouvrage réalisé pendant le confinement

Qu’est-ce que le Collège International de Photographie de Bry sur Marne ?

Michel Poivert a lancé ce projet il y a quelques années. Son idée était de créer un conservatoire de la photographie. Ce n’est pas vraiment un musée pour l’instant. Il faut d’abord restaurer la maison de Daguerre afin de créer  un espace pour accueillir des artistes qui pratiquent les anciens procédés photographiques et qui les relient aux nouvelles pratiques. Cet espace accueillerait  des résidences d’artistes, un atelier argentique, un atelier numérique. Les connaissances en matière de photographie circuleraient aussi en dehors de ce milieu avec des interventions en milieu scolaire, en maison de retraite, en prison en autres.

Visite de la maison Daguerre à Bry sur Marne

Quel a été votre rôle lors de ces  premiers ateliers ?

Ce projet avec deux classes de l’école Daguerre de Bry sur Marne fait partie du programme d’interventions. Au cours de l’année scolaire 2021-22, j’ai mené un atelier sur plusieurs séances avec deux classes de l’école Daguerre située à côté de la maison du même nom. Je leur ai apporté des connaissances techniques et leur ai fait découvrir  l’histoire de la photographie, par la manipulation : on a commencé avec la Camera Obscura, pour voir comment l’ image se forme. On a appris l’histoire de la photographie grâce à un jeu de cartes. Nous avons ensuite fabriqué ce petit livret destiné à  raconter l’Histoire de la photographie à d’autres enfants.  Les enfants ont rejoué l’histoire de la rencontre entre Nicéphore Niepce et Louis Daguerre et l’annonce officielle de l’invention de la photographie.

Ce petit live est une mise en récit de l’histoire de la photographie pour les enfants, faite avec des enfants.  Ce livre fonctionne aussi comme une trace de leur travail et il est signé par tous. 

Fabrication de chambres noires
L’étrange boîte noire, ouvrage collectif réalisé pendant l’année scolaire 2021-22

Avez-vous constaté une évolution des enfants par rapport à la technique photographique, à son langage ? 

Ils connaissent très bien le maniement de l’appareil photographique du  portable de leurs parents !  Certains ont déjà vu de vieux appareils mais ils ne connaissaient ni la pellicule, ni le développement. Je leur ai montré un négatif, une conversion en positif. Nous avons aussi fait beaucoup de visites puisque nous avons la chance d’être dans le ville de Daguerre.  Nous avons visité l’exposition permanente et l’église de Bry qui conserve le dernier diorama. Le fait d’être dans cette ville, de pouvoir venir et revenir sur les lieux liés à l’Histoire de la photo a certainement facilité l’ imprégnation. Certains enfants sont revenus avec leurs parents . Leur faire raconter cette Histoire dans un livre a aussi beaucoup aidé pour qu’ils la retiennent. 

Exposition Daguerre à la mairie de Bry sur Marne

Connaissaient-ils des livres photographiques ? 

Je n’ai pas cette impression. Je leur ai montré celui d’ Yveline Loiseur et celui de Sarah Moon, Le petit chaperon rouge. Peu d ouvrages racontent des histoires avec de la photo, en fait. Au moins, ils ont constaté que les ouvrages pouvaient être illustrés par la photo et pas seulement par le dessin.

Avec vous un projet d’album photolittéraire vous-même ?

Je développe un journal dans ma ville, au Brésil, autour des problématiques politiques. Nous avons ainsi présenté un lieu naturel menacé par la spéculation et une autre fois un projet de destruction d’un élément historique du centre-ville. A chaque fois, le numéro accueille un texte écrit par un architecte urbaniste, mais également un conte écrit par une anthropologue, ainsi qu’une série de photographies.

Bien sûr j’aimerais créer un album photolittéraire pour enfants mais je ne suis pas écrivain et je ne sais pas inventer les histoires. J’attends de rencontrer quelqu’un qui conte ! 

Le site d’Andrea Eichenberger : http://www.andreaeichenberger.com/

Les images de cet article ont été prises à l’occasion d’ateliers mis en place et accompagnés par le Collège international de photographie. Elles ne sont pas libres de droits.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.



Citer ce billet
Leguen Laurence (2022, 15 septembre). Dans le secret de la boîte noire de Daguerre : Rencontre avec Andrea Eichenberger. MINIPHLIT. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rggu

Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search