“Photographie à l’école”, un projet unique d’éducation du regard, à la Maison de la Photographie Robert Doisneau de Gentilly

Copyright Maison Doisneau

Une des missions de ce carnet est de s’interroger sur le rapport parfois conflictuel des passeurs d’ouvrages avec le  livre de photographies destiné aux enfants,  dans un monde empli d’images photographiques. “Les enfants ne savent pas lire la photographie”, “elle n’est pas faite pour eux”, “elle bride l’imaginaire”…  Et si l’habitude de fréquenter des livres photo-illustrés en passait par une initiation au regard, au langage de l’image photographique, à l’Histoire du medium, dès le plus jeune âge ?

Nous poursuivons notre questionnement sur les modes de transmission du 8ème art dans l’enceinte scolaire. Après avoir rencontré un professeur du Lycée Brassaï, nous interrogeons Daniela Matiz Borda, médiatrice culturelle à la maison Robert Doisneau de Gentilly.

Quel est votre parcours et quelle est votre mission au sein de la maison Robert Doisneau?

Je suis médiatrice culturelle spécialisée en Photographie. J’ai un master Photographie et Art Contemporain de l’Université Paris 8. J’ai également un pratique artistique personnelle qui comprend la photographie et le dessin.

Depuis janvier 2020, je travaille en tant que médiatrice culturelle à la Maison Doisneau-Lavoir Numérique. Je réalise des visites des expositions présentées dans nos murs et j’anime des ateliers de pratique photographique et découverte de l’image avec plusieurs publics. Je participe également à la coordination du programme d’éducation à l’image “Photographie à l’école”, entre autres.

Depuis quand la maison Doisneau développe-t-elle une politique d’animations envers le jeune public ?

Le programme “Photographie à l’école” existe depuis l’année 2001 et il a été initié par  l’ancienne directrice de la Maison Doisneau, Annie-Laure Wanaverbecq. Elle a fait appel à deux photographes : Yve Flatard et Jean-Jacques Grezet, qui ont eu la mission de sensibiliser des jeunes élèves au monde de la photographie pendant plus de dix ans.

Copyright Maison Doisneau

Quelles sont les activités proposées aux enfants et quelle en est la finalité  ?

Les élèves découvrent la photographie en plusieurs phases. Actuellement nous travaillons avec différents photographes qui adaptent les temps d’atelier aux âges et niveaux scolaires pour lesquels ils interviennent. En général, tous les élèves commencent par une introduction au vocabulaire photographique de base et découvrent ensuite des images référentes liées à la thématique de l’année. Lors du temps de pratique ils manipulent tous des appareils photographiques compacts ou reflex et réalisent des images. Souvent ils sont également amenés à construire des petits studios photographiques et à assumer plusieurs rôles lors des prises de vue : photographe, assistant lumière, modèle, etc. Plus tard, des séances d’editing sont proposées afin d’observer les images réalisées, les analyser et faire des choix. Les élèves sont invités à exprimer de façon orale et par écrit leur ressenti et leurs réactions après les ateliers et par rapport aux images réalisées.

Qui  décide du programme des ateliers et qui les anime ?

Depuis l’édition 2021-2022, la responsable du Pôle pédagogique et moi-même proposons aux photographes-intervenant·e·s une thématique générale à partir de laquelle ils et elles doivent nous proposer un déroulé d’ateliers adapté au niveau de la classe dans laquelle ils interviennent. Actuellement nous travaillons avec 5 photographes dans dix classes de l’ancienne communauté d’agglomération Val-de-Bièvre : trois photographes qui interviennent en solo (Laure Pubert, Alexandra Serrano et Laure Ledoux) et deux qui interviennent en binôme (Gilberto Güiza-Rojas et Rafael Serrano). Gilberto Güiza-Rojas et Rafael Serrano ont animé les ateliers dans l’ensemble des 10 classes et proposé les thématiques annuelles entre 2016 et 2020.

Copyright Maison Doisneau

Qui sont  les enfants qui s’inscrivent au programme ? 

Depuis 2021, le programme s’adresse à tous les niveaux scolaires dès la grande section de maternelle jusqu’au Lycée. Ces enfants habitent dans le territoire où la Maison Doisneau est ancrée et ils bénéficient du programme “Photographie à l’école” dans le cadre de leur scolarité. Chaque année, la Maison Doisneau fait un appel à candidature à l’ensemble d’enseignant·e·s du territoire et dix classes sont retenues à chaque rentrée.

Ont-ils déjà un bagage en photographie ? 

Les élèves qui participent ont des bagages très différents, cela dépend souvent de leur niveau scolaire. Suite aux retours des photographes-intervenants, nous constatons que dès le plus jeune âge les enfants comprennent rapidement le fonctionnement des outils qui produisent des images et les prennent en main tout aussi rapidement. Le défi est de les amener vers le décryptage et la compréhension des images qu’ils produisent ainsi que des images qui circulent autour d’eux dans leur quotidien.

Dans quel espace prennent place ces ateliers ?

Le programme se déroule dans les établissements scolaires où les photographes qui interviennent se déplacent avec du matériel prêté par la Maison Doisneau. Ce programme est entièrement financé par la Maison Doisneau. Parfois nous sommes amenés à travailler en partenariat avec les mairies ou structures des villes des écoles participantes, comme c’est le cas cette année avec la Médiathèque l’ECHO du Kremlin-Bicêtre, où les images réalisées par une classe de 5e de l’École Albert Cron seront exposées.

Copyright Maison Doisneau

Comment l’Histoire de la photographie, les expositions proposées à la maison   ou au Lavoir s’intègrent-t-elles dans leur parcours ?

Chaque année l’édition de “Photographie à l’école” porte sur une thématique globale. À partir de cette thématique, le Pôle pédagogique de la Maison Doisneau et les photographes-intervenant·e·s proposent des exemples et références de l’Histoire de la photographie afin de donner plusieurs pistes d’entrée aux élèves. À la fin de chaque édition du programme, une exposition valorisant leurs productions est présentée au mois de mai à la Maison Doisneau. Les dix classes participantes visitent cette exposition et découvrent leurs images exposées.

 Quelles traces gardent-ils de leur passage par ces ateliers ?

Les enfants produisent des images qui sont exposées à la fin de l’année scolaire à la Maison Doisneau. Leurs photographies sont également valorisées dans un magazine édité tous les ans depuis 2017. Certaines classes réalisent également des leporelli ou des petites expositions dans les écoles.
La Maison Doisneau donne également aux élèves, dès le début des ateliers, un livret
d’accompagnement qui leur permet de suivre les concepts photographiques de base et les différents axes de la thématique globale. Ce livret est un support où ils peuvent s’exprimer et garder des traces écrites ou dessinées de leurs ateliers, ainsi que revenir vers les activités hors les temps d’atelier, avec l’enseignant référent.

Pourriez-vous dresser un bilan de ces activités ?

Nous avons eu le plaisir de revoir des élèves ayant participé à des éditions passées de “Photographie à l’école”, dans le cadre de sorties scolaires à d’autres expositions, ou pendant d’autres ateliers à destination du grand public, et ils ont toujours parlé avec enthousiasme de leur expérience. Ils ont retenu une grande partie du vocabulaire et des notions acquises, ce qui souligne pour nous l’importance de ce programme. Nous sommes très satisfaits de l’avoir ouvert à des niveaux scolaires autres que l’école primaire car nous pouvons ainsi nous fixer et développer des plus nombreux objectifs d’éducation à l’image.

Copyright Maison Doisneau

Pour consulter le blog du programme : http://www.photographiealecole.com.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search