ILS L’ONT TOUS VU d’Ylla et Margaret Wise Brown, la nouvelle réédition MeMo

Née en Autriche, en 1911, d’une mère serbe et d’un père roumain, Ylla passe son enfance à Budapest puis rejoint sa famille à Belgrade, où elle recueille déjà chiens et chats. Est-ce un signe de sa vie future ? Très tôt, la jeune Camilla Koffler apprend également que son prénom signifie « chameau » en serbe et elle opte pour le surnom d’Ylla.

Elle commence sa carrière artistique comme sculpteuse à Belgrade, dans les années 20 et s’initie à la photographie dans les années 30, à Paris, auprès de la photographe Ergy Landau, qui l’introduit dans le cercle des artistes hongrois émigrés à Paris et auprès des célébrités de Montparnasse. Elle photographie Joséphine Baker, Jacques Prévert, Henri Matisse, André Breton. Lasse des portraits de célébrités, elle privilégie  ceux des animaux, car, dit-elle, « Celles-ci me paraissaient ne pas avoir de vanités ni se soucier d’avoir des rides sous les yeux ». Ylla ouvre son propre studio, rue Desremaude à Paris et ses portraits d’animaux facétieux et expressifs lui apportent rapidement la notoriété. 

Regards, Nov. 1946

Elle expose aux côtés des grands noms de la photographie, vend ses images aux journaux et ses portraits animaliers commencent à être publiés sous forme de compilations. En 1938, elle publie Animal language, the first animal sound book published in England. Le livre mêle photographies prises aux zoos de Londres et Paris et texte et sons enregistrés par Julian Huxley. Elle réalise ensuite Petits et Grands avec Arts et Métiers Graphiques. C’est en 1942 qu’elle rejoint les États-Unis, dans le dernier bateau affrété par le gouvernement américain pour sauver des artistes européens du nazisme. Elle ouvre un studio au 200 West 57th street à New York et renoue avec les portraits de chiens et de chats. Ses agents lui cherchent des sujets de reportage, d’abord sur les chevaux aux États-Unis, puis sur d’autres animaux d’Europe et d’ailleurs. Ses photographies illustrent également des publicités et des calendriers édités par des compagnies d’assurance.

Ylla bénéficie du soutien d’une des plus grandes agences photographiques qui voient le jour avant et après la Seconde Guerre mondiale. Grâce à son agent Charles Rado, fondateur de l’agence Rapho-Guillemette, et à Raymond Grosset, qui gère l’agence Rapho à Paris, ses photographies se vendent à de nombreux magazines américains, dont Sports Illustrated, Life et à Paris Match ou Point de Vue images du monde en France. Elle publie de nouveaux ouvrages, entame sa collaboration avec la Guilde du Livre à Lausanne. En 1954, son livre Two Little Bears, publié chez Harpers & Brothers, et simultanément en Allemagne, Angleterre, Belgique, Danemark et Suisse, à la Guilde du Livre, sera un succès de librairie, comme celui publié avec Jacques Prévert, Le Petit Lion, paru en 1947. En 1970, dans un article de Popular Photography, Charles Rado considère que la vente de ses ouvrages avoisine le demi-million d’exemplaires, ce qui est tout à fait inédit pour des ouvrages illustrés de photographies. En 1954, Ylla est considérée comme la plus grande photographe animalière et surnommée la « Kipling de la photographie ».

Au cours de sa carrière, Ylla a multiplié les collaborations inter-artistiques avec de grands noms de la littérature, confiant ses photographies aux mots de nombreux écrivains dont Claude Roy, André Demaison, Marie Dormoy, Paul Léautaud, Jacques Prévert, George Ribemont-Dessaigne, Jules Supervielle et Margaret Wise-Brown. Avec cette dernière, elle publie quatre albums dans lesquels photographies et texte s’entrelacent pour tisser la trame d’histoires pleines de poésies à destination des plus jeunes : They all saw it en 1944, The Sleepy Little Lion en 1947, O said the Squirrel en 1950 et The Duck en 1952.

Ylla, The Duck, (édition de 1953,) traversant de la 57 ème rue à la 7ème à New York

They All Sawi It , publié en 1944 chez Harper & Brothers, est composé à partir d’une sélection de portraits d’animaux déjà utilisés pour d’autres publications, comme celle de la girafe qui figure à la même époque sur les publicités américaines de la marque Scotch.

Sur la couverture, les portraits détourés sont placées sur un fond rouge, arrière-plan vide de tout contexte. Seul le haut de leur corps est présent. Le regard du spectateur  glisse du titre « They all saw it », imprimé en lettres capitales , vers les yeux des animaux, second point focal. Qu’ont donc vu ces animaux ? Le titre et ces regards, jusqu’à la bouche ouverte de l’otarie, convergent et tendent des invitations  au lecteur pour tourner les pages du livre et tenter d’élucider le mystère. 

They All Sawi It , publié en 1944 chez Harper & Brothers

Dans le corps de l’ouvrage, le dispositif se prolonge et les réactions des animaux, étonnés, songeurs ou effrayés -seul l’ours dormait, mais c’est un ours-font écho à la posture des animaux photographiés et posés en page de droite. Le texte de Margaret Wise Brown anthropomorphise jusqu’à créer des liens familiaux entre les protagonistes, comme devant la photographie des deux singes qui ne sont en réalité pas mère et enfant.

Le mystère ne sera résolu qu’à la toute fin  avec cette révélation « This is what it was ! », en regard de la photographie d’un éléphant ailé.  Pour cette photographie, Ylla a recours au photomontage associant la photographie d’un éléphant  tirée de sa série « Rigling Bros Circus » et une image empruntée au célèbre photographe américain Ansel Adams.  L’éléphant porte des ailes, une cape et semble surgir du monde de la nuit ou des rêves. Qui a dit que la photographie ne permettait pas de faire surgir l’imaginaire ??

Les ouvrages d’Ylla ont été fréquemment adaptés dans d’autres pays. Il peut s’agir d’une simple traduction ou d’une réécriture adaptée aux attentes des lecteurs du pays. Pour la plupart des livres d’Ylla, la maquette reste la même.

La réédition d’un nouvel album d’Ylla par les éditions MeMo, après celui des Deux petits ours en 2018,  confirme l’importance de la contribution de cette pionnière de la photographie animalière à l’histoire des livres photo-illustrés pour enfants. Elle est accompagnée de deux courtes postfaces.  Pamela Ellayah et moi-même racontons les coulisses de ce bel album.

Pour retrouver les albums d’Ylla, sur le site de Pryor Dodge https://www.pryordodge.com/ylla.html

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Une réflexion sur « ILS L’ONT TOUS VU d’Ylla et Margaret Wise Brown, la nouvelle réédition MeMo »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search