Photographie contemporaine

Éditions Palette…, Paris 2013, 31 x 25 cm, 96 pages
Prix du livre d’art jeunesse du FILAF (Festival International du Livre d’Art et du Film), 2014

Si les adolescents photographient tout, et tout le temps, que savent-ils de l’histoire de la photographie artistique du XXIe siècle ? Et nous-mêmes ? L’ouvrage Photographie Contemporaine  propose un parcours au cœur de l’art photographique de ces dernières années et entend faire découvrir quelques uns de ses maîtres : Stephen Shore, Yuri Kozyrev, Edward Burtynsky, Sophie Ristelhueber, Nan Goldin, Richard Mosse, Paul Graham… De la photo de portrait au photo-journalisme, argentique ou images retouchées sous photoshop, document objectif et  transformation du réel, ce livre explore les différentes facettes de leur pratique. Le livre,  passerelle vers l’art photographique, suite de l’enquête…

Rencontre avec son autrice, Floriane Herrero.

Floriane, pourriez-vous d’abord nous indiquer quel parcours vous avez suivi.

J’ai d’abord étudié à l’école du Louvre, dont je suis diplômée en muséologie, et j’ai ensuite également obtenu un master en édition et communication. J’ai exercé de
nombreux métiers dans la culture en plus de mon activité en tant qu’autrice, je suis
actuellement à la recherche d’un nouvel emploi. 

Quels sont les maîtres que vous admirez en photographies, si vous en admirez ?

J’admire de nombreux photographes ! J’ai une affection toute particulière pour la
photographie des années 20 à 40, en France et ailleurs. Par exemple Alexander Rodchenko, Germaine Krull, Jacques-André Boiffard… Dans une toute autre esthétique, j’aime beaucoup le travail en couleur de William Eggleston et un de ses
héritiers plus contemporains, Alec Soth.

Vous avez publié Photographie contemporaine aux éditions Palette… Pourquoi cet éditeur ? 

Photographie Contemporaine a été publié en 2013 et il s’inscrivrait à l’époque dans une collection informelle que les éditeurs d’alors avait développé et qui regroupait des ouvrages de grand format consacré à la création contemporaine. Je connaissais les éditions Palette depuis 2011 et j’avais déjà collaboré avec eux sur d’autres ouvrages. Je n’ai pas rencontré de difficulté pour le faire éditer, si ce n’est peut-être un peu de scepticisme au départ quant au fait que le sujet puisse être adapté au jeune public.

copyright Éditions Palette…, Paris

A qui s’adresse cet ouvrage et quelle est sa finalité  ?

Il s’agit d’un livre s’adressant d’abord aux enfants à partir de 12 ans, aux
adolescents mais aussi à un public adulte qui ne connaît pas l’univers de la photographie contemporaine. En effet, en discutant avec des lecteurs, parents ou enfants, j’ai réalisé que cet ouvrage pouvait tout à fait servir d’introduction auprès d’un lectorat de tout âge.

Pensez-vous que les enfants souffrent d’un manque d’éducation à l’image et plus particulièrement à la photographie ? Cet ouvrage vient-il combler un manque ?

Encore une fois, cet ouvrage est paru en 2013, et depuis, le rapport des enfants à l’image a énormément évolué, notamment via le développement de leur utilisation des réseaux sociaux tels qu’Instagram, Snapchat etc. Mais je pense effectivement que les enfants, autant à l’époque que de nos jours, souffrent d’un manque d’éducation à l’image, à l’impact des images, à leur signification culturelle et sociétale. Peut-être aussi souffrent- ils d’un effet de saturation face aux images, et sont-ils en quelque sorte désensibilisés. Et puis, du point de vue de la beauté, de l’émerveillement, de la capacité à imaginer à partir d’une image, il me semble là aussi que l’omniprésence virtuelle handicape les plus jeunes générations.

Pourquoi cet « espace » aménagé dans la couverture ? 

C’est le directeur des éditions Palette de l’époque, Didier Baraud, qui s’occupait plus
particulièrement de la création de la maquette, en collaboration bien sûr avec le graphiste Loïc Le Gall. L’idée d’une fenêtre nous paraissait intéressante, comme une fenêtre ouverte sur le monde, aussi l’idée de cadrage de la photographie… 

Votre ouvrage est divisé en cinq grands thèmes : « Témoignages », «Mises en scènes », « Figure humaine », « Paysages » et « Expérimentations ».Pourquoi ceux-là ? Est-ce qui se dégage de la photographie contemporaine ?

J’ai longuement travaillé pour trouver comment organiser cet ouvrage. La photographie, et d’autant plus la photographie contemporaine, est un domaine très très vaste, et il me semblait utile, par souci de pédagogie, d’organiser l’ouvrage autour de grandes thématiques. Une approche chronologique n’aurait pas eu de sens, une approche géographique non plus, j’étais donc dans l’obligation de trouver des thèmes à aborder. Les cinq thèmes choisis me semblaient les plus appropriés et me permettaient aussi de parler de beaucoup de photographes, aussi bien des photographes documentaires que des portraitistes que des photographes de paysages ou encore des expérimentateurs purs.

Comment la définissez-vous d’ailleurs ? avec quelles bornes temporelles ?

Pour cet ouvrage, je me suis limitée au maximum à des photographes des années 2000, avec quelques exceptions bien entendu. Si je devais refaire ce livre maintenant, et à cause de l’évolution de la photographie numérique / des téléphones portables, j’aurais sans doute des limites temporelles encore plus réduites.

Comment avez-vous opéré un choix dans la production contemporaine ? Avez-vous des regrets de ne pas avoir pu y faire figurer certains artistes ?

J’ai bien entendu dû opérer un choix dans les artistes sélectionnés, car c’est un domaine particulièrement riches, mais je n’ai pas de profonds regrets car chaque artiste représenté est un artiste que j’apprécie particulièrement. Il s’agit toujours d’un choix et il ne faut pas tenter l’exhaustivité, c’est une quête impossible…

Texte d’abord, images ensuite ou l’inverse ?  

J’ai d’abord fait un choix iconographique, en construisant en parallèle le plan
du livre, et j’ai ensuite attaqué la phase de rédaction. Avec mes seules deux mains, donc.

copyright Éditions Palette, Paris

Comment s’est opéré le choix de la mise en page des photographies ?

L’idée d’utiliser un grand format pour ce type d’ouvrage est aussi de laisser beaucoup de place à l’image, afin que les plus jeunes puissent véritablement se plonger dans les visuels, en voir le plus de détails. Vous remarquerez donc que la plupart des images sont au moins au format demi-page, sauf dans le cas où bien entendu, pour pouvoir représenter plusieurs artistes, celles-ci sont en quart de page.

La maison d’édition est-elle intervenue dans la conception ?

Bien sûr, j’ai travaillé très étroitement avec Didier Baraud et Nicolas Martin, qui était
alors éditeur chez Palette. C’est l’éditeur qui a validé la version finale du plan et de la
sélection iconographique, et au fil de l’écriture, a corrigé et validé les textes. Ce sont eux qui se sont chargé de toute la conception physique du livre, de la fabrication au
graphisme.

Avez-vous rencontré quelques lecteurs/trices qui vous ont fait part de leurs émotions devant ces belles images ?

J’ai eu la chance de participer plusieurs fois au Salon du Livre jeunesse de Montreuil et je me souviens avoir eu des retours enthousiastes de parents et d’enfants. Les enfants ont souvent une réaction très « wouaesque » devant certaines images, ou alors rigolent franchement. J’ai également au des retours de certains des photographes présents dans le livre qui étaient ravis d’apparaître dans un livre destiné au jeune public.

Pourriez-vous le rééditer ? En faire une suite ?

Ce livre pourrait et mériterait d’être réédité afin d’en proposer une version mise à jour, la production photographe ayant vraiment beaucoup évolué en quelques années.

Enfin, que lisiez-vous enfant ? Y-avait-il des livres de photographies ?

Je lisais finalement peu étant enfant, j’étais plutôt une enfant qui aimait jouer dehors ou alors regarder des dessins animés… Donc plutôt visuelle.

Merci Floriane !

Pour découvrir le travail de Floriane Herrero https://florianeherrero.com/


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.