De la publicité Dop à l’album photolittéraire Rodolphe et Berlingot

Paris, R. Laffont (Impr. la Sapho), 1955. In-4°, non paginé, fig., pl., couv. en coul

En plein âge d’or de l’album photographique, les éditions Robert Laffont publie Rodolphe et Berlingot, un grand ouvrage photo-illustré qui accueille les aventures du jeune Rodolphe et de son compagnon le chien Berlingot. Si le récit est assez familier-un jeune garçon se lie d’amitié avec un animal, le perd et le retrouve grâce à l’intervention d’un tiers- cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre.

La préface de l’ouvrage indique que “Rodolphe “est un petit garçon que tout le monde a vu au cinéma, que tout le monde a entendu à la radio”. Quelques recherches permettent de découvrir que Rodolphe n’est pas juste un personnage dont on fait connaissance dès la couverture de l’album. Dans une France qui découvre le marketing publicitaire, Rodolphe est aussi l’égérie de la marque Dop et l’image du berlingot de shampoing depuis 1952. Fils de François Clauteaux, chef de la publicité de L’Oréal et créateur du journal Pilote, le jeune Rodolphe Clauteaux est bien connu des Français  qui l’appellent ” Le petit Rodolphe”. Déguisé en cow-boy, scout ou monsieur Loyal, il accompagne toutes les publicités, cartes postales à collectionner, films réalisés par la maison de produits d’hygiène. On peut encore entendre sa voix à la radio dans de petits sketchs de l’émission “Salut Marcel !”, ou lançant sur les ondes son slogan “Moi je veux un berlingot !”. http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampoing-l-ecole/ 

Sa bouille ronde et son nom sont entrés dans tous les foyers et le livre pourrait apparaître comme un produit dérivé d’un succès commercial. On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de ces carrés multicolores sur la couverture. Faut-il y voir un clin d’œil à la petite poche de shampooing bleu, jaune, rouge, vert ou violet de deux à trois centimètres carrés vendue dans de grands pots en verre ? 

Le nom de l’auteur sur la couverture retient également toute notre attention. Francis Mazière n’est pas un inconnu. Il a participé à plusieurs expéditions en Afrique et en Amérique du Sud. Avec le cameraman Wladimir Ivanov et la photographe Dominique Darbois, ils ont monté une expédition en Amazonie, pour se lancer à la recherche de Raymond Maufrais, l’explorateur disparu, et étudier les Indiens d’Amazonie ensuite. Ils sont revenus sans Raymond Maufrais, mais avec de la musique enregistrée un film documentaire ethnographique, et de multiples clichés qui seront publiés dans cinq ouvrages : Expedition Tumuc Humac chez Robert Lafont, Indiens d’Amazonie, premier ouvrage de la collection « Mondes et visages » chez Del Duca, Derrière le miroir, dessins indiens du Tumuc Humac, qui allie photographie et dessins de peintures rituelles, Parana le petit Indien, chez Nathan, premier numéro de la collection « Enfants du monde »et Yanamalé village of the Amazon, publié chez Collins, à Londres. Dominique Darbois et Francis Mazière ont ensuite signé les titres de la collection de portraits de pays “Enfants du Monde”chez Nathan, ensemble puis chacun de leur côté. Loin de l’Amazonie, Francis Mazière installe ce nouveau récit dans le décor de Paris : on retrouve les autobus à plateforme qui conduisent à la Gare de l’Est,  les voiliers du jardin des Tuileries, les quais de la Seine et le Pont Neuf… Il ne manque qu’un ballon rouge traversant le ciel de Paris…

Les pages de garde, photographiques, accueillent l’image d’un mur sur lequel un graffiti a été soigneusement dessiné à la craie. On y lit un autre nom, celui de Pierre Pothier. Celui-ci n’est pas non plus un inconnu, même si, opérant dans l’ombre, son nom est moins familier des lecteurs. Il signe en effet les couvertures et la mise en page de presque tous les albums de la collection “Enfants du Monde”. On retrouve ainsi dans Rodolphe et Berlingot tout ce qui a fait l’originalité et la force de cette collection : détourage des photographies, insertion de motifs géométriques qui font écho aux  décors des clichés, lignes qui mettent en avant le couple chien-enfant, révèlent les échanges de regard  entre les personnages,  images séquentielles qui lient l’ouvrage au roman photo en vogue, insertion de morceaux de texte dans les motifs géométriques…

La  conjonction de coordination “et” placée en page de garde le désigne comme le  auteur à part égale de l’album, et à juste titre. Il a fait de l’espace de la double-page un lieu d’expression plastique qui guide et capte  l’attention du lecteur et donne du peps à cet album. 

Un ouvrage à (re)découvrir donc. 

Allez, encore une : http://www.culturepub.fr/videos/dop-shampooing-le-pays-des-merveilles/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Leguen Laurence (6 décembre 2021). De la publicité Dop à l’album photolittéraire Rodolphe et Berlingot. MINIPHLIT. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgga


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search