Promenons-nous dans les bois avec Isabelle Ricq et Une forêt dans un verre d’eau

Isabelle Ricq, une forêt dans un verre d’eau, Seuil Jeunesse, 2021

“Une petite fille écrit à sa grand-mère qui vient de disparaître et lui fait part d’une étrange aventure qu’elle vient de vivre.

Elle lui raconte comment, alors qu’elle observait les racines d’une petite plante qu’elle fait pousser dans un verre d’eau, elle est tombée dedans et s’est retrouvée subitement au cœur d’une forêt an compagnie du garçon-qui-pensait-être-un-loup”. Ainsi commence l’histoire, portée par un texte plein de poésie et par de très belles photographies forestières qui servent de terrain de jeux  à  Loup et Mouflette, deux petits personnages dessinés perdus dans les bois, occasion formidable de découvrir le monde et la vie.

Isabelle Ricq est notre invitée.

Quelle est votre profession ? et quel est votre parcours ?

Je suis photographe, et plus précisément photographe documentaire, c’est-à-dire que je réalise des reportages au long cours, sur des sujets que j’ai eu la chance de choisir. À 20 ans, en sortant de l’école de photo, j’ai vécu en Indonésie où j’ai longtemps documenté la fulgurante déforestation en cours: la destruction de la forêt, et son remplacement par des monocultures lucratives, sont devenues mes obsessions de travail. Je les ai photographiés ailleurs sur la planète, pour finalement revenir en Asie du Sud-Est, à Bornéo, pour une enquête photographique autour de la disparition d’un activiste suisse, Bruno Manser, qui a nécessité huit années de documentation et de voyages, et qui m’a laissée sur les rotules.

Christian Tochtermann Isabelle Ricq (Auteur) Ou la disparition de l’homme penan, septembre 2019 

Comment passe-t-on de la photographie documentaire à la littérature jeunesse ?

Au milieu de ce travail documentaire à Bornéo, notre fille est arrivée. Elle a bouleversé notre rythme, évidemment, mais surtout ma perception du monde.

Je me suis mise à tout voir à sa hauteur, ce qui m’a vite fait réaliser que derrière la complexité des sujets que je traitais se cachaient des valeurs qui étaient simples à comprendre, même pour un très jeune enfant. Dans le même temps, je découvrais grâce à elle les rayons littérature jeunesse des librairies, et j’en ai tiré trois constats: le premier est que la photographie est rare dans les livres pour enfants, surtout dans les albums de fiction. Le second est que ma fille de deux ans savait reconnaître une vache dessinée, qu’elle soit jaune, verte ou orange, avec une salopette ou des lunettes, à quatre pattes ou debout, mais qu’elle l’identifiait avec plus de peine sur une photographie. Le troisième est que cette même petite fille était capable de s’attacher aux photographies qu’on lui présentait, et d’y projeter ses propres histoires.

copyright Isabelle Ricq

Je me suis alors intéressée au passionnant (et périodique) désamour de l’édition jeunesse et de la photographie, de l’essor des albums photographiques dans les années d’après-guerre à l’arrêt brutal de leur production au début des années 1980. Diverses raisons sont invoquées pour cela: que les jeunes lecteurs éprouveraient des difficultés à appréhender la photographie, alors majoritairement en noir et blanc, ou encore que le réalisme de ces images freinerait l’imaginaire. Tout, pourtant, dans mon expérience, contredisait ces théories.

L’envie d’écrire et d’illustrer une histoire pour enfant est née de ces réflexions nouvelles, mais également de ma prise de conscience de la puissance de la fiction pour raconter le monde qui nous entoure. Moi qui m’étais toujours attachée à rendre compte de la réalité le plus honnêtement possible, à ne surtout pas trahir la parole de celles et ceux qui se donnent à voir, je découvrais là une liberté insoupçonnée, et une joie de créer renouvelée.

copyright Isabelle Ricq

Est-ce que ce projet a eu du mal à aboutir ? La présence de la photographie a-t-elle posé un problème aux éditeurs ?

Le fait que mes illustrations s’appuient sur des photographies a été très bien accueilli par les deux maisons d’édition auxquelles je les ai montrées, et l’enthousiasme d’Angèle Cambournac, au Seuil Jeunesse, m’a tout de suite convaincue que ce projet devait se faire avec elle. Ce que j’entends, c’est que les éditeurs ont conscience que le médium photographique est sous-utilisé dans l’illustration jeunesse, et que le peu de projets qui leur sont proposés sont encore freinés car la photographie a la réputation de mal se vendre.

Aujourd’hui, la plupart des albums photographiques qui paraissent sont des mises en scène de figurines ou de marionnettes, ou des imagiers. En cela, mon approche était différente, car il s’agissait d’ancrer mes fictions dans le réel par l’utilisation de la photographie comme environnement, dans lequel un personnage dessiné vit de merveilleuses aventures. Par l’utilisation du dessin, mes images renvoient donc partiellement aux codes traditionnels de l’illustration jeunesse, et même si la part dessinée est minime dans l’espace de l’image, il est tout à fait probable que sans cela ce projet ait été beaucoup plus difficile à faire vivre.

copyright Isabelle Ricq

“Tout enfant recommence le monde”, Pourquoi cette citation d’Henri David Thoreau en exergue ?

Cette citation vient d’un livre important pour moi, Walden ou la vie dans les bois, grand récit de la mise en application d’une philosophie de vie, dont certains passages me sont longtemps restés en tête. Cette phrase en faisait partie, mais j’ai l’impression d’en avoir réellement saisi le sens qu’en devenant mère. Elle m’a accompagnée et, à mesure que j’écrivais ce livre, elle résonnait de plus en plus fort en moi, si bien qu’il m’a semblé évident de la citer en exergue, comme on éclaire un chemin depuis l’orée du bois.

Qui sont les personnages dUne forêt dans un verre d’eau ? des lointains cousins d’Alice ? ou de Tobie Lolness ?

Loup et Mouflette sont deux petits voisins, qui ne se connaissent pas bien avant que leur aventure ne commence. Leur voyage est une prise de conscience, et je dirais qu’il partage plutôt des liens avec celui de Max, de Max et les Maximonstres, chef d’oeuvre de Maurice Sendak, dont le titre original aurait pu lui aussi figurer en exergue: Where the wild things are.

Pourquoi avoir choisi un couple de personnages fille -garçon ?

Simplement parce que j’affectionne particulièrement les amitiés fille-garçon, et que le début de l’histoire s’attache à Mouflette: lorsque Loup surgit, il est autre vis-à-vis d’elle, sur tous les plans.

Et pourquoi la forêt ? comme un lieu de mystère presque  incontournable des contes ?

La forêt est pour moi le lieu du sauvage, un monde avec « un coeur » et « des confins », dont la plupart des interactions nous échappent. Nous en venons pourtant, mais en le quittant nous nous sommes persuadés que ce que nous y laissions était sombre, inutile dans un monde civilisé, voire dangereux. Que se passe-t-il alors si nous y revenons?

Accessoirement, la forêt est aussi le milieu naturel dans lequel je me sens la plus à l’aise et heureuse, et je crois qu’il était important pour moi de prendre du plaisir à faire ce projet, assez égoïstement.

Envisagez-vous de rendre compte d’autres espaces dans vos prochains projets 

Les idées sur lesquelles je travaille actuellement se différencient un peu d’Une forêt dans un verre d’eau: par l’échelle, pour l’un, et par la technique, pour l’autre. Il y a toujours (un peu) de forêts, mais je cherche aussi à faire quelques prises de vue sous l’eau, oui.

Vous photographiez ? vous dessinez ? vous écrivez ? dans quel ordre pour cet ouvrage ?

Cet ouvrage est né d’une petite histoire destinée à ma fille, pour laquelle j’avais utilisé un corpus de photographies réalisées en Pologne, dans la forêt de Białowieża – joyau de nature, souvent qualifié de dernière forêt primaire d’Europe avant que l’actualité ne la rattrape tristement, d’abord par les coupes de bois, puis aujourd’hui par l’errance des migrants instrumentalisés là par le pouvoir biélorusse.

De ce premier fil, nous avons tissé un récit plus complexe avec Angèle, l’éditrice, ce qui fait qu’ensuite c’est l’écriture qui a guidé les prises de vues, les dessins étant l’étape finale du travail. Du premier récit ne subsiste dans le livre qu’une seule image, les autres ayant toutes été réalisées en Belgique, où je vis.

Quel âge ont vos lecteurs ? qu’attendez-vous d’eux lorsqu’ils auront cet ouvrage entre les mains ?

C’est une bonne question, et cela fait d’ailleurs partie des surprises que j’ai eu en tenant l’album en main pour la première fois: je pensais écrire une histoire destinée à être lue par les parents, alors que je me rends compte aujourd’hui qu’elle touchera plutôt les plus grands, qui commencent à maîtriser la lecture par eux-mêmes. Je crois que c’est dû au fait que, sans que je m’en aperçoive, mes mots ont grandi avec ma fille, qui a aujourd’hui 6 ans. Cette histoire, je ne fais que la déposer à ces petits lecteurs, en espérant qu’elle résonnera chez certains d’entre eux.

Que lisiez-vous lorsque vous étiez enfant ?

Une des raisons pour lesquelles je suis tombée en amour pour le monde du livre jeunesse, c’est que je ne l’ai que très peu côtoyé étant enfant. Je n’ai eu des livres pour moi que lorsque j’ai pu lire seule, et je suis passée à côté de l’album illustré. Ma première passion a été pour Roald Dahl, dont j’ai dévoré tous les livres en format de poche. Aujourd’hui, je découvre avec émerveillement les rééditions de ces mêmes histoires, superbement enrichies, et j’ai l’impression de vivre une part d’enfance qui m’avait échappée.

Merci Isabelle ! http://isabellericq.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.