Katy Couprie et les langages de l’image

novembre 1999, Tout un monde a reçu le prix Sorcières (tout-petits) ainsi que le prix Pitchou. Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

En 1999, l’imagier Tout un monde offre aux plus jeunes lecteurs un inventaire hétéroclite du monde qui nous entoure en mêlant toutes les pratiques artistiques, bouleversant dans la foulée les pratiques éditoriales autour de ce genre. Il est signé Katy Couprie et Antonin Louchard, deux auteurs phares des rayonnages des bibliothèques enfantines. Katy Couprie est notre invitée ! 

Vous utilisez, jouez, mêlez toutes les techniques artistiques dans Tout un monde, Tout un Louvre, Au jardin, A table !, et dans Un monde palestinien. Est-ce une façon de dire que toutes les pratiques  se valent, tant qu’elles produisent de l’art et du jeu ?

Avec Tout un monde, Antonin Louchard et moi-même voulions apporter aux lecteurs une initiation diffuse aux différents langages de l’image et dire que toutes les techniques ne se valent pas justement. Ce que raconte une photographie ou un dessin sur un objet n’est pas équivalent. Cela est très perceptible devant nos images, sans avoir à l’expliquer à des enfants petits. Antonin et moi voulions faire découvrir aux enfants un ensemble de techniques et leur montrer la variété des représentations, ce qu’on peut faire en art, ou ailleurs, pour représenter le monde, le  dédoubler en images. Toutes les techniques utilisées dans cette série d’ouvrages se complètent, s’enrichissent.

Le jeu existe bien. Il est installé entre les images, qui sont libérées du texte. Ces images ne sont plus inféodées aux légendes. Le jeu réside dans la pratique que l’on a du livre, les correspondances entre les images, les associations d’idées entre elles.

Ces ouvrages sont constitués comme des inventaires du monde qui nous entoure. Même s’ils sont dépourvus de mots, néanmoins, le mot est-il vraiment loin ? Qu’est-ce qui vous fait opter pour la photographie plutôt qu’une autre technique artistique pour exprimer une idée ? 

Au départ, il y a eu évidemment les mots. On a fait beaucoup de listes, d’inventaires, en y mêlant objets, émotions, concepts. Parfois la technique s’imposait par rapport à un contenu de représentations. Mais au final, tout ce qui pouvait rentrer dans l’imagier était bon. A partir du moment où on s’adresse à des enfants avec un point de vue européano-centré, le choix est vaste. Pour parler d’une seule idée, on a aussi varié les images, les techniques, les points de vue, les cadrages. Il y a également dans Tout un monde et ensuite dans Au Jardin, des installations, des mises en scène. La photographie permet de faire alors le constat de ce qui est créé. C’est ce qui me permet d’enregistrer une mémoire vivante de ce que je suis en train de faire.

Le hasard a aussi bien fait les choses, comme lorsqu’Antonín s’est peint la main et que cela est devenu un coq ou une tortue.

septembre 2008, Au jardin a reçu le prix Bologna Ragazzi (fiction). Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

La photographie est-elle votre domaine réservé dans vos créations à quatre mains avec Antonin Louchard ? 

J’ai fait des études d’art au cours desquelles j’ai appris à photographier et ce n’est pas le cas d’Antonin. Tout ce qui est pratique de l’argentique s’est fait dans mon laboratoire et je l’ai formé à travailler avec moi en lui ouvrant ces techniques là. Antonin pratique surtout une photographie numérique qu’il aime beaucoup.

Vous variez photographies en noir et blanc, photographies en couleur, zoom, plans larges, rayogrammes etc… L’idée était-elle aussi de faire découvrir toutes les techniques photographiques ?

Il y a effectivement la volonté d’avoir un inventaire de techniques le plus large possible, y compris des choses un peu « zazou » : j’ai fait notamment des photogrammes avec des vers de terre vivants ! Il s’agit bien pour moi de pousser les techniques avec lesquelles on peut faire des images. Cela peut être évidemment très simple avec du modelage, comme pourraient le faire des enfants, mais il peu y avoir aussi ou des choses extrêmement élaborées.

2002, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Je crois reconnaître dans certaines pages de Tout un monde des clins d’œil aux grands maîtres de la photographie et je pense aux portraits d’écoliers de Doisneau, aux rayographies de Man Ray, aux couverts de Steichen, aux poires de Sougez… Est-ce que je me trompe ? Quels sont vos maîtres en photographie ?

Mes maîtres sont Moholy-Nagy, Man Ray, et Robert Heineken, qui pratique le photogramme en couleur, Robert Franck, Diane Arbus, Lee Freidlander, pour certains types de photographies, Peter Fischli, David Weiss, Philippe Ramette, Ervin Wurm. Ervin Wurm  réalise des photos de lui pour lesquelles  il conditionne son corps dans des vêtements qu’il enfile dans des postures non conventionnelles. Philippe Ramette fait des photographies qui ont un vrai rapport au paysage, dans lequel il met en scène son corps dans des équilibres instables.

Quant aux livres pour enfants, il y a évidemment Tana Hoban et Sarah Moon avec qui j’ai eu le plaisir de faire une très belle exposition a Marseille.

Les clins d’œil il y en a effectivement ! Ils sont adressés à Moholy-Nagy, Man Ray. Le clin d’œil à Doisneau avec cette photo d’écolier  est réel mais il arrive par la force des choses.  Il s’agit en fait d’une photographie d’Antonin enfant.

1993, Gallimard Jeunsse, Le sourire qui mord

Je suis le chien est fait de collages, d’assemblages de morceaux hétéroclites tirés de photographies, de pages de magazines, de dessins. D’où est venue cette idée ? Un hommage à Hannah Höch ? Aux collages de Prévert ? Vous semblez beaucoup vous amuser.

 L’idée était d’accorder une grande place au détail, de passer le monde alentour à la moulinette. L’inspiration c’est Dubuffet, pour ses façons d’avoir des personnages entourés dans des formes et une autrice américaine qui s appelle Maira Kalman et qui travaille avec des éléments composites en peinture.

Avez-vous déjà pensé à faire un livre entièrement photographique ? 

Je pourrais si le sujet du livre réclame la photographie. Avez-vous lu Prince de naissance attentif de nature chez Thierry Magnier aussi ? C’est un projet très photographique avec un usage différent de la photographie. C’est un livre qui a été assez remarqué mais non republié. C’était un grand album, bien imprimé en plus.

octobre 2004, Avec l’autorisation des éditions Thierry Magnier

Le texte est de Jeanne Benameur. Le personnage est un enfant qui devient prince et est appelé à gouverner très tôt. Il doit avoir une visée, s’installer dans des combats. Il y a une dimension de fable, de conte, beaucoup d’onirique, pas de contexte et pourtant le livre est installé dans un rapport au monde. J’ai pensé que j’allais choisir le dessin pour les personnages au pastel gras, découpés et plantés dans un décor réel avec un rapport d’échelle intéressant. L’imaginaire est  porté par le dessin. 

Est-ce que vous aviez des livres photo-illustrés quand vous étiez petite ?

Je n’ avais pas de livres pour enfants, mais des dictionnaires médicaux, des encyclopédies. J’avais aussi des romans-photos que lisaient mes grands-parents. Ils avaient une librairie papeterie et j’ai passé mes mercredis à feuilleter la presse, sans aucune censure. 

Merci !!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 

 


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.