Secrets de fabrication…

Miniphlit a rencontré le papa d’un apprenti pirate en pâte à modeler, l’occasion de découvrir ce qui se fait aussi du côté de l’auto-édition et de se pencher sur le travail de création de livres photo-illustrés à l’école.

Cher Lionel Lamour, illustrateur ? auteur ? photographe ? qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Je suis auteur-scénographe. Ce livre est le second du même genre, c’est-à-dire un roman-photo jeunesse. Il est d’abord né d’une histoire écrite. En l’écrivant, j’imaginais déjà les images. Une fois écrite, j’ai réuni l’équipe qui m’a permis de le réaliser : un photographe, une sculptrice en volume et un décorateur.

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Pas uniquement, c’est un ensemble. Pour moi les livres photos jeunesse sont un peu des OVNIs dans la littérature. J’aime relever des défis et celui de mettre en scène, en image cette histoire en était un. Cela change de l’illustration dessinée. Les lecteurs ont une lecture presque en 3D avec les personnages et les décors.

Quand êtes-vous tombé dans la marmite de la littérature jeunesse ?

J’y suis tombé par circonstance. Suite à une opération du dos, j’ai imaginé une histoire à offrir à mes nombreux neveux et nièces pour un noël. J’ai pris mon temps pour l’écrire, la faire illustrer et l’imprimer au magasin du coin. Je me suis retrouvé à coudre ce petit livre qui n’avait pas si mauvaise allure pour de l’artisanal. Le cadeau a plu. Je l’ai réédité en passant par un imprimeur avec un second tome. Voilà le début…

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Elle est ponctuelle. Sur certains projets. Par contre, ce n’est pas rare que je prenne une photo d’un lieu, d’une situation qui pourrait m’inspirer pour un récit.

Qu’est-ce qui vous inspire donc ?

Tout ! Bien souvent c’est un petit détail, un mot qui fait naître une histoire, un conte. Il ne faut pas grand-chose pour mettre en marche la machine à écrire qui se situe dans un coin de ma tête.

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour Victor, ce sont des tableaux mis en scène, réfléchis afin de trouver l’équilibre entre le texte et laisser la possibilité au lecteur d’imaginer plus que ce qu’il ne voit.

Pourriez-vous travailler avec des êtres inanimés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

J’ai déjà travaillé avec une école sur l’écriture et la mise en page et en scène d’une histoire mêlant personnages (enfants) et objets. Une belle expérience qui s’est conclue par l’édition d’un livre.

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler sans texte ; je suis un conteur et un écriveur d’histoire… m’en passer me serait difficile, mais travailler avec un/e illustrateur/trice pourrait me permettre de relever ce défi.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

Hum… les deux ! Les images mentales sont nécessaires à la mise en écriture tout autant que les mots créent des images que je n’avais pas forcément imaginées.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ?

Jusqu’à ce jour, je ne travaille pas avec les mots des autres. Je peux écrire sur des idées partagées afin d’aboutir à un projet.

Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

Je touche, avec mes livres, un large lectorat. Que ce soit la lecture du soir ou la première lecture avec Victor apprenti pirate, ou avec ma série « La communauté d’Azéliard », ou d’autres encore, j’ai la chance de pouvoir rencontrer un public de lecteurs varié. J’aime l’idée qu’ils puissent s’approprier l’histoire, lui donner un autre sens, imaginer d’autres décors, d’autres univers où évoluent mes personnages. J’aime présenter aux enfants le grand coffre au trésor d’où je sors les éléments de décors mais aussi les personnages qui ont servi à faire l’histoire. Bien souvent, ils recréent des scènes ou poursuivent l’histoire avec leurs Playmobil©. L’histoire ne m’appartient plus.

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots ?

Non pas un mais plusieurs… Le plus abouti et prévu pour mars 2022 est encore un livre jeunesse en collaboration avec l’illustratrice Fanny Cheval. Il y est question d’un épouvantail qui, s’il rencontre le succès aura une suite…

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

J’étais un moyen lecteur de romans, qui dévorait des BD (j’en dévore toujours !) durant les vacances. J’étais par contre un « fabriqueur » d’histoires que j’aimais raconter à mes cousines et cousins.

Pourquoi avez-vous choisi l’auto-édition avez-vous eu des difficultés à trouver un éditeur ? 

Je suis en édition propre car en effet les maisons d’éditions pensent que je ne corresponds pas à la ligne éditoriale. Par contre, je suis tout de même à 3 tirages de 800 exemplaires de Victor, et  800 pour les “Contes du chaudron”… ce n’est tout de même pas mal je trouve…

Vous intervenez régulièrement dans des classes avec les aventures de votre pirate. Quels ateliers mettez-vous en place et quelles sont les réactions du jeune public ? 

La présentation commence par une lecture de l’histoire avec les enfants si elle n’a pas déjà été effectuée au préalable. Ensuite, le décor s’installe dans le coffre. Enfin, les personnages arrivent dans leur univers. L’intervention se prolonge  en présentant les différents  éléments de décor qui ont servi pour le “tournage” du livre : façade de maison, parties du navire, carte au trésor…des trucages sont dévoilés : Comment faire de l’eau sans eau ? comment vieillir une carte ?  Des centaines de photos sont prises pendant la réalisation et je leur explique comment on choisit les 23 photographies. Les réactions lors de mon passage en classe pour présenter la mallette sont très positives. Il y a un grand intérêt de la part des enfants. Je sais qu’il y a une histoire faite par une école en Normandie, La fiancée de Victor.

Sur le site de Lionel Lamour, on pourra découvrir d’autres ouvrages photographiques réalisés avec les écoles. http://www.lionel-lamour.com

 

 


Une réflexion sur « Secrets de fabrication… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.