Images de l’enfance, rencontre avec Alain laboile

La Dispute,
a photographic children’s tale.
Les Arènes, 2017
26 x 29 cm
76 pages

“In his series of carefully composed black-and-white images that make up La Famille, the French photographe Alain Laboile has captured a sense of youthful freedom through the exploits of his six children” écrit le New York Times en 2012. https://lens.blogs.nytimes.com/2012/12/27/capturing-a-childhood-idyll-in-france/

Alain Laboile s’est fait une spécialité de ces photographies en noir et blanc des moments de l’enfance, de l’ enfance particulière de ses six enfants plutôt, éloignés des écrans et du système éducatif traditionnel, et dont le maître mot est sans doute “Liberté”.

Si ces images du quotidien de sa drôle de famille ont été exposées dans le monde entier, elles ont aussi rejoint les pages intérieures des livres pour raconter des histoires, témoigner de ces instants fugaces. Interview.

https://laboile.com/

Quotidian, 2017
Duncan Meeder
Foreword by Andy Summers (The Police)
29,5 x 33 cm
96 pages

Cher Alain Laboile, quel est votre parcours ?

Je suis photographe et sculpteur autodidacte. Après une scolarité courte j’ai démarré une carrière de sculpteur.

Je suis devenu photographe par accident en découvrant le mode macro sur un appareil photo destiné à photographier mes sculptures. 

Fasciné par l’entomologie j’ai commencé par des clichés d’ insectes.

C’est plus tard que j’ai démarré l’album de ma famille nombreuse, qui a depuis fait le tour du monde au gré des expositions, festivals et publications.

 Avez-vous des maîtres, des modèles en photographie ?

J’ai une culture photographique très limitée et je me complais dans cette « ignorance » qui me permet de m’affranchir de toute influence.

Je suis plus sensible à la peinture, à la sculpture ou l’architecture.

La photographie m’intéresse finalement assez peu.

– En attendant le Facteur
KnowWare Editions, 2012
Foreword by Gérald Vidamment
25 x 27 cm
100 pages

Voyez-vous le livre comme un moyen d’expression incontournable de votre pratique photographique ? un prolongement de vos expositions ? un autre lien avec les spectateurs ? bref, pourquoi le livre ?

Le livre a pour moi deux finalités :

 -C’est un outil incontournable pour présenter le travail photographique à des galeristes, directeurs de festivals, conservateurs de musées…

-Il permet une large diffusion des œuvres auprès d’un public de collectionneurs mais aussi d’amateurs pour qui les galeries et surtout les tirages photographiques qu’elles proposent, demeurent inaccessibles du fait de leur coût.

Avez-vous senti des réticences de la part des éditeurs pour publier des livres photos ?

 J’ai eu la chance incroyable d’être publié sans avoir eu besoin de démarcher mes éditeurs, Tous sont venus vers moi en me proposant une collaboration.

Gérald Vidamment a été le premier à parier sur moi,  et le livre est maintenant épuisé.

J’ai depuis publié une dizaine d’ouvrages.

Aurores (BeSpoke Collection)
Limited edition numbered on 250
Foreword by Fabien Ribery
Editions Bessard, 2018
19 x 26,5 cm

Est-ce que le prix Hip a changé quelque chose ?

Il est intervenu au moment de la ré-édition de La Dispute. Le prix a été mentionné sur le bandeau de l’ouvrage, j’imagine que cela a  contribué à booster les ventes.

Quel est le fil conducteur de vos ouvrages, la thématique commune ?

Ma famille est mon unique sujet, Je documente depuis 15 ans notre quotidien un peu atypique, Une vie proche de la nature, sans télévision ni confort superflu, l’école à la maison… Les enfants qui grandissent, quittent le nid , reviennent…

Pourquoi privilégier des titres en anglais ?

Mon public est international. Mes éditeurs sont français, allemands , Néerlandais , mes galeries sont Italiennes, Brésiliennes et Française . La langue anglaise est  donc fédératrice.

Pourriez-vous vous exprimer en couleurs ?

Je pratique la couleur depuis toujours, par petites touches.

Mon livre Aurores, aux Éditions Bessard est  d’ailleurs intégralement en couleur.

Mais le noir et blanc est prépondérant au sein de mon œuvre, il renforce l’intemporalité et l’universalité de ma photographie.

Under the Monochrome Rainbow
Foreword by Jock Sturges
Duncan Meeder, 2015
30,5 x 30,5 cm
96 pages

Est-ce que vos livres parlent de l’enfance en général, d’un type d’enfance ?

Ils parlent de l’enfance de mes enfants et de notre  mode de fonctionnement éducatif qui n’est pas forcément très répandu, notamment en France,

Mais ce que j’immortalise (le jeu, les joies, les peines, les relations avec les animaux, les scènes de vie quotidienne) sont propres à l’enfance universelle.

C’est ce qui fait je crois  le succès de ma série La Famille : Tout le monde y retrouve un peu de lui -même en nous observant quelques minutes à travers la page d’un livre, un écran  ou une exposition.

Est-ce que ce sont des livres pour enfants ?

Hormis la Dispute et Je sais le faire, ce sont des livres tout public. Mais chacun de mes ouvrages peut -être feuilleté et compris par un enfant.

 Ma photographie est directe, très lisible, dotée d’une iconographie accessible à tous.

 Qui sont les acteurs  de vos images ?

Mes 6 enfants âgés aujourd’hui de 12 à 27 ans.

Summer of the Fawn
Kehrer Verlag, 2018
Foreword by Laurence Kiberlain
18 x 24 cm
112 pages

Comment est venue l’idée de La dispute ?

C’est Victoria Scoffier, officiant aux Editions les Arènes qui a eu l’idée de cette collaboration.

Nous sommes amis depuis que jeune journaliste au Magazine 6 Mois, elle a passé 2 jours chez nous en immersion pour écrire un article à notre sujet.

Mon œuvre parle de l’enfance et nous trouvions important de la rendre accessible aux plus petits justement.

Ce conte photographique est divertissant, mais participe aussi à l’éducation à l’image.

Est-ce un livre de littérature jeunesse ou un livre d’artiste ?

C’est un livre jeunesse mais l’importance de l’image et le soin particulier apporté à son traitement en fait un ouvrage hybride.

Vous signez La dispute avec Victoria Scoffier ? Est-ce difficile de créer à quatre mains ?

Au départ, Victoria n’était pas destinée à écrire le conte, elle devait simplement coordonner la publication.

Mais aucun des auteurs pressentis ne parvenant à trouver le juste ton pour aborder l’accompagnement littéraire de mes images, elle a endossé ce rôle, ce dont je suis très heureux. Tout est alors devenu fluide.

Lisiez-vous des livres-photos lorsque vous étiez enfant ?

Je suis issu d’un milieu modeste en pleine campagne bordelaise. Mon enfance rimait  plutôt avec les promenades en forêt de pins et  les baignades sauvages.

Il devait bien y avoir des livres pour enfants à la maison mais des livres -photo certainement pas.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Publié par

Leguen Laurence

Docteure en littérature française,je suis l'auteure d'une thèse soutenue le 14 mai 2019, intitulée "Littératures de jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d'un corpus éditorial européen et américain, de 1860 à aujourd'hui". Je fais partie du laboratoire CELLAM, de l'université de Rennes 2. Je suis également auteure de romans pour la jeunesse et commissaire d'expositions consacrées ux photographes Ergy Landau et Lily Franey. J'ai signé la postface de la réédition du livre d'Ylla : Deux petits ours, MeMo éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.