Ouvrir des espaces pour s’émerveiller, avec Ianna Andréadis

 

L’oeuvre de Ianna Andréadis est très loin de se résumer à ses très beaux imagiers photographiques pour enfants parus aux éditions (Les Grandes Personnes). Ses créations graphiques, picturales, photographiques, ses recherches sur l’objet-livre sont multiples et témoignent de son émerveillement pour la nature et l’environnement proche ou lointain. Rencontre avec une exploratrice de notre monde. 

Chère Ianna Andréadis, peintre, photographe, autrice de livres pour enfants, est-ce que j’oublie quelque chose ? Comment se répartit votre temps créatif ?

Je voudrais préciser : autrice de livres, “y compris” de livres pour enfants, et aussi ajouter dessinatrice et créatrice de projets photographiques participatifs, qui ces dernières années occupent une grande partie de mon temps. Selon mes projets en cours, j’essaie d’alterner les projets photographiques, la peinture et le dessin, car j’ai besoin de ces multiples moyens d’expression ! 

Avez-vous des maîtres de la photographie qui vous inspirent ?

Plusieurs grands photographes m’inspirent mais celui qui m’a le plus marquée depuis les années 80 c’est Luigi Ghirri pour son art de capter, de rendre la réalité quotidienne poétique ou illusoire, de montrer dans toutes ses séries “sa stupeur du monde”. Son oeuvre photographique m’a ouvert plusieurs portes et fenêtres…

 

Comment êtes-vous venue à la littérature pour la jeunesse ?

A la naissance de mes enfants, j’ai voulu faire des livres pour eux. J’ai d’abord créé des livres-imagiers en tissu africain wax, dont j’ai une grande collection, fascinée par leurs motifs et leurs couleurs. Le livre d’Afrique, avec des images d’animaux, Dis voir avec des objets hétéroclites sur chaque page … Ma mère réalisait les coutures. J’ai rencontré à l’époque Elisabeth Lortic une des fondatrices de l’association des Trois Ourses (qui diffusait et éditait des livres d’artiste en direction des enfants) qui a été très enthousiasmée par mes livres en tissus et m’a proposé de réaliser des éditions pour les exposer, les diffuser. C’était le début d’une grande collaboration et de nombreux projets en direction des enfants. C’est par Les Trois Ourses que j’ai rencontré Fani Marceau éditrice au Seuil à qui j’ai proposé mon premier livre photographique, Couleurs Nature, qui a été publié en 2002. J’avais réalisé ce livre en choisissant des photos dans une agence spécialisée dans les photographies de la nature : PHO.N.E. C’était une exploration des couleurs, des formes de la nature dans le monde entier, où ce sont les juxtapositions des deux images qui créent un dialogue ou une histoire … comme ma nouvelle série – collection de livres pour les tout-petits aux Editions des Grandes Personnes. (C’est un principe qu’on retrouve dans tous mes livres photos).

Aux Editions du Seuil j’ai rencontré Brigitte Morel qui est depuis presque 20 ans, mon éditrice pour tous mes livres photos.

 

La nature est une de vos sources d’inspiration. Vos livres publiés aux Grandes Personnes aident-ils à mieux regarder le monde qui nous entoure et portent-ils un message écologique ?

J’espère qu’ils aident à regarder la beauté de la nature dans notre quotidien, mon intention est de donner à voir ce qui est sous nos yeux, inciter petits et grands à être sensible et s’émerveiller de la nature où que l’on soit.  C’est une façon par la suite d’avoir envie d’en connaître plus et de la respecter.

Dans son livre, Le sens de la Merveille, Rachel Carson, une des premières écologistes, écrit “Pour un enfant il est bien moins important de savoir que de ressentir”, j’espère que ces livres sont un pas vers le sentiment de l’émerveillement. 

 

Comment se décide le thème de vos imagiers ? En concertation avec votre éditrice ? au hasard de vos déambulations ?

Mes livres sont autobiographiques et renvoient tous à mes lieux familiers, mes voyages, mes émerveillements, mes préoccupations …Ils comprennent aussi des moments de découvertes et d’exploration dans la nature lors de nos voyages avec mon compagnon Franck Bordas et nos enfants, comme Bêtes de Brousse, ou La fourmi et le paresseux/Histoires de la forêt lointaine …livres que nous avons réalisés ensemble en Afrique du Sud et au Costa Rica.

L’album Bêtes de brousse, était un livre important pour nous, un grand projet suite à nos expériences et plusieurs voyages dans les réserves africaines. On avait rassemblé un grand nombre de photos et on voulait transmettre les émotions et les rencontres avec les animaux de la brousse. La concertation le dialogue avec mon éditrice Brigitte Morel est toujours essentiel pour le livre.

Pour la collection des tout-petits qui est comme un condensé d’une série, puisque 24 photos suffisent pour partager une façon de voir, du premier livre Histoires du cerisier, qui est l’arbre que je vois par ma fenêtre … au Histoires d’automne, la série de feuilles tombées par terre sur le trottoir de ma rue …,les sujets viennent de mon environnement quotidien, je décide le thème toujours en rebondissant sur le précédent, en essayant de surprendre, compléter, alterner, renouveler… en ayant l’expérience des réactions des précédents titres, et évidemment toujours en concertation et à l’écoute des suggestions de mon éditrice.

La suite des titres, mais aussi des couvertures est conçue comme un chemin de fer de livre !

 

Vos imagiers Du printemps à l’hiver, Histoires de cerisier,  Du soleil à la lune, Histoires du ciel  sont des imagiers photographiques sans texte. Pourquoi faire le choix du silence et sont-ils vraiment silencieux ? Peut-on raconter des histoires en se passant des mots ?

Je souhaite donner de l’importance à la photo sans qu’elle ait un rôle d’illustration, sans que la lecture de l’image soit perturbée par un texte.  Cela laisse plus de liberté, de la place au dialogue.  Au lieu de lire des légendes, il faut découvrir, observer, reconnaître, comparer, questionner, raconter …  On consacre notre 4ème de couverture au texte et aux légendes.

Les « histoires » se créent par le rapprochement des images. Les associations d’idées, les rapports de couleurs, des formes, les similitudes ou les contraires composent le livre, et créent un dialogue…

Je tenais au sous-titre “Histoires”…qui semblait paradoxal pour un livre sans texte et je voudrais citer ici cette phrase de Georges Didi-Hubermann qui est comme la clé de la construction de mes “histoires”’ !.. :

« Deux images qu’on rapproche produisent de la pensée. Ce n’est pas seulement l’image (…) mais la distance qui les sépare qui dessine, ouvre, un espace pour penser. ».

 

Comment imaginez-vous l’attitude de vos lecteurs devant vos imagiers photographiques ? Certains jeunes lecteurs vous ont-ils fait part de leurs sentiments devant vos très belles images ?

Ce que j’aime imaginer, c’est plutôt, après la lecture, comment les enfants peuvent retrouver et observer dans leur quotidien des choses qui leur rappellent le livre (!), comment ils vont voir les couleurs des fruits au marché, les feuilles d’automne sur le trottoir etc ..;

J’ai eu beaucoup d’occasions de rencontrer les enfants lors de rencontres avec des classes et au delà des images en soi qu’ils aiment, ils s’intéressent à savoir si c’est moi qui les ai prises, ils sont épatés de savoir que c’est moi et ma famille qui étions là, devant les éléphants, les lions les léopards etc …dans Bêtes de Brousse.

 Il semblerait que le livre photographique pour la jeunesse suscite un regain d’intérêt aujourd’hui. Avez-vous eu du mal au cours de votre carrière à convaincre des éditeurs d’accepter des livres de photographies ?

J’ai eu la grande chance de rencontrer Brigitte Morel qui est passionnée de photo, et qui est mon éditrice fidèle de mes livres photo jeunesse en France, depuis 2002 : les Editions du Seuil, en passant par Les Editions du Panama, où on a fait trois livres photos – (tout-public) ensemble : Chantier ouvert au Public/ récit de la construction du musée du quai Branly, 2006, Une année en Forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, (réalisé avec Franck Bordas) 2007, Cosmopolis /Ivry-sur Seine, 2007.

C’est un très grand plaisir de travailler ensemble en grande complicité. Cependant ça arrive que parfois des projets mettent du temps à mûrir.

 

Vous avez illustré un livre de contes avec vos dessins. Vous êtes-vous posée la question de l’illustration photographique pour les contes ?

J’ai illustré une anthologie de contes L’aile bleue des contes: l’oiseau, établie et commentée par Fabienne Raphoz aux éditions Corti, (collection Merveilleux, 2009). En fait ce ne sont pas des illustrations des contes mais une série de 70 dessins d’oiseaux qui sont cités dans ceux-ci et composent en parallèle une histoire naturelle. Une façon détournée d’illustrer cette anthologie, en étant moi même passionnée d’oiseaux et ayant beaucoup travaillé sur ce thème.

Justement, … tout en travaillant uniquement dans un esprit documentaire, j’ai une idée depuis un moment d’un livre photo sur les contes, j’attends que mon éditrice soit convaincue…  !   

Quelle lectrice étiez-vous enfant ? Aviez-vous des livres de photographies ?

J’ai grandi à Athènes, j’ai appris le français et depuis toute petite, je lisais beaucoup; Le club des Cinq à la Bibliothèque Rose, les Six Compagnons à la Bibliothèque Verte…, en parallèle avec les livres d’auteurs grecs comme Pénélope Delta. J’aimais beaucoup les romans de Jules Verne, les bandes dessinées, Lucky Luke et Tintin.  Il n’y avait pas de livres de photos pour enfants en Grèce, j’ai découvert les magnifiques livres photo de cette époque, de Dominique Darbois par les Trois Ourses bien plus tard.

 

Bibliographiehttp://ianna.online.fr/books.html et sur le site des (Grandes Personnes) https://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/andreadis-ianna/

 

Livres de photos

 A paraître :  Par nos fenêtres / Vues d’Ivry, texte de Danièle Méaux, Editions Créaphis, 2021

 Du platane au ginkgo – Histoires d’Automne, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Des goûts et des couleurs – Histoires de fruits et de légumes, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2021  

 Du glacier au torrent – Histoires de l’eau, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020  

 La fourmi et le paresseux- Histoires de la forêt lointaine, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2020 

 Du soleil à la lune – Histoires du ciel, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Du printemps à l’hiver- Histoires du cerisier, Editions des Grandes Personnes, Paris, 2019

 Fenêtres sur Athènes ΑΘΗΝΑ ΘΕΑ, textes de Jean-Christophe Bailly, Aude Mathé,  Yannis Tsiomis, Denys Zacharopoulos, édition bilingue (grec- français), Editions Agra,  Athènes, 2016

 Franck Bordas, un parcours imprimé,  textes de Franck Bordas et de Catherine de Braekeler, Centre de la Gravure et de l’Image imprimée, La Louvière, 2014

Bêtes de brousse, avec Franck Bordas, Fernand et Pierre-Takis Bordas, Edition des Grandes Personnes, 2012, Paris

 Cosmopolis / Ivry-sur-Seine, texte de Laurent Boudier, Editions du Panama, 2007

 Une année en forêt, arbres et rochers de Fontainebleau, avec Franck Bordas, Editions du Panama, 2007, Edition méxicaine,  : Cronica de un bosque encantado, Petra Ediciones, 2007

Chantier ouvert au public, récit de la construction du musée du quai Branly, avant-propos de Stéphane Martin, Editions du Panama et du Musée du quai Branly, 2006

Couleurs Nature, photos de l’agence PHO.NE, Éditions du Seuil Jeunesse, 2002

Éclipse 11 août 99, texte de Laurent Boudier, 16 photos d’agence de presse, Franck Bordas éditeur, 2000

Livres illustrés – livres d’artiste

Winter, Editions One Stroke, Tokyo, 2019

Αγκάθια και αμάραντα (Chardons et immortelles) texte de Manolis Charos, Editions Agra,  Athènes, 2019

 Manasa, Légendes de serpents indiens, SSSSnake art and allegory, texte de Gita Wolf, coédition musée du quai Branly, Paris et Tara books, Chennai, 2010

Au loin le monde est tout petit, Agnès Chaumié, Enfance et musiques, Paris, 2010

 L’aile bleue des contes : l’oiseau,  anthologie commentée de Fabienne Raphoz, illustrée de 70 dessins, Editions José Corti, Paris, 2009

Bestiaire aztèque, /Bestiario azteca texte d’Elisabeth Foch, coédition du musée du quai Branly / Petra Ediciones, Guadalajara, 2008

Un bestiario de la prehistoria, préface de Jean Clottes, Petra Ediciones, Guadalajara, 2007

 

Cactus, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, 2005

 

Dias / Tonaltin, texte de Elisabeth Foch, Petra Ediciones, Guadalajara, Mexique, 2005, prix “Nouveaux Horizons”  à la Foire du livre de jeunesse de Bologne, 2006 , édition française,  La pierre du soleil, éditions Circonflexe 2007

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.