The First Picture Book, plus qu’un imagier

 

The First Picture Book, Whitney Museum, 1991.

Si le livre d’Edward Steichen, The First Picture Book, Everyday Things for babies, publié en 1930, est sans doute aujourd’hui à ranger dans la catégorie des livres faisant partie du patrimoine, et à ce titré réédité,  il est aussi à regarder comme un témoignage des réflexions autour des pratiques pédagogiques du début du siècle dernier, aux Etats-Unis.

Edward Steichen le réalise en collaboration avec sa fille, la psychologue Mary Steichen Calderon et avec le BEE, Bureau of Educational Experiments.

L’ ouvrage, sans texte, présente 24 objets du quotidien, photographiés en noir et blanc et en gros plan, en studio, en lumière artificielle : une tasse de lait avec tartines, un ours en peluche et une balle, des blocs de construction, un train en bois, un savon…Ces objets évoquent presque tous un aspect de l’éducation,  se laver, mettre la table, bien se nourrir, prendre soin des fleurs, avoir des activités de plein air…

Il ne s’agit pas d’un simple imagier. La photographie de Steichen, objective, presque scientifique, d’objets en gros plan, éloignés de leur contexte, doit conduire l’enfant non plus simplement à voir, mais à regarder différemment et observer le monde qui l’entoure. Plus encore, ces photographies, qui font surgir les textures, les bruits, doivent inciter l’enfant à se saisir des objets et à agir.

La photographie, au carrefour de la science et de l’art, y est un outil au service de cette découverte du monde, bien plus que des dessins, trop porteurs d’imaginaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *