le petit monde poétique d’IsabelLE Gil

Les vacances, Loulou & Cie, 2014

Miniphlit reprend sa série de rencontres avec les auteurs-autrices qui font la photolittérature d’aujourd’hui. Aujourd’hui partons à la découverte de la poésie d’Isabelle Gil et de ses mises en scène de petits personnages, pas du tout au ras des pâquerettes.  

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? photographe ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Petit à petit, j’ai inscrit tout ce qui correspondait, il me semble, à mon travail. Photographe car j’utilise la photographie et un appareil photo, autrice, car j’écris ou « fais»  des histoires, les images, leurs contenus, leurs compositions, leurs styles. Et illustratrice, car je réalise des albums avec des narrations et les images qui les illustrent.

 Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ?

Je ne sais pas. Mais il y a bien sûr des œuvres qui m’ont inspirée. Ou que j’ai découvertes après mais auxquelles je suis très sensible.

Les albums tirés des films de Albert Lamorisse, les photographies de Joachim Mogarra, celles de Duane Michals avec ses séries narratives, les photographes Anna et Bernhard Blume.

Et comme , quand j’ai repris la photo après des années de suspension , je l’ai fait à la fac en arts plastiques, je me suis plongée dans l’art contemporain et il y avait tous les artistes qui utilisent la photographie, comme  Robert Smithson, ou d’autres comme Gordon Matta Clark, John Baldessari et puis également l’artiste suisse Roman Signer avec ses installations géniales à partir d’éléments  banals et /ou imparfaits  et plein d’autres que j’aime beaucoup et qui ont inscrit en moi, une multitude de choses et d’images, Apichatpong Weerasethakul, Dominique Gonzales Forster, Pierre Huyghes, Cindy Sherman, Felipe Gonzales Torres.

 

Le chapeau de Maman, Loulou & Cie, 2014

Quand êtes-vous tombée dans la marmite de la littérature jeunesse ? En tant que lectrice et tant que autrice ?

En tant que lectrice, j’ai toujours jeté un œil à ces livres « jeunesse » aperçus en librairie. Evidemment j’étais tombée sur Max et les maxi-monstres  et j’avais été heureuse de trouver ce genre-là d’ouvrages, ce mélange de talent, de fantaisie et de fraîcheur, c’est épatant et emballant la littérature jeunesse.  Plus tard, j’en ai acheté pour la maison.

Et en tant que autrice, je voulais faire absolument des livres, avec des histoires et en photographies.

Comme j’utilisais des objets du quotidien, des objets familiers et des jouets , et que ce qui m’intéresse c’est la miniature, l’illusion, les multiples rapports aux choses et à l’imaginaire que l’on a et celui de l’enfance notamment, et grâce à d’autres personnes que j’ai eu la chance de rencontrer, comme l’artiste Alain Bernardini, et « meilleur » professeur à la fac, l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens et ensuite Grégoire Solotareff, éditeur, artiste et cinéaste qui m’ont beaucoup appris et accompagnée,  j’ai compris que je faisais, que je pouvais faire des livres pour les enfants et je suis très heureuse de ce parcours et de ces rencontres.

 

Musée des Ours, Loulou & Cie, 2012

Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?

Majeure ! C’est comme ça que je construis les images avec les contraintes et les qualités de ce médium.

C’est avec cet outil que je fabrique mes représentations de ce que je vois ou ai envie de voir. C’est une place partagée maintenant  avec celle du texte que j’apprends depuis que je fais des albums.

Vous avez dit lors d’une interview que la littérature était une de vos inspirations. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Je pense que j’ai dû vouloir parler de la poésie, parce que, à certaines périodes j’en ai lu beaucoup et j’en lis beaucoup et que ce sont toujours des découvertes sans fin sur comment dire ? L’esprit, l’être, l’autre, soi ? Je ne sais pas, ce sont des expériences de lecture, de formes de langages, de sensations qui me comblent souvent. C’est toujours étonnant et ça déplace notre rapport aux choses où ça le replace, ça dépend !

 

A la mer, Loulou & Cie, 2010

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Pour les albums, je dirais des mises en scène, des compositions. Parfois pour les personnages, je pense à des marionnettes car je tente de les rendre eux et les situations, quelles qui ou elles soient, les plus vivants possibles.

Par ailleurs, dans mes recherches et mes études, j’avais bien aimé cet extrait des écrits critiques de Baudelaire sur les dioramas et l’illusion :

« Je désire être ramené vers les dioramas dont la magie brutale et énorme sait m’imposer une utile illusion. Je préfère contempler quelques décors de théâtre où je trouve artistiquement exprimés et tragiquement concentrés, mes rêves les plus chers. Ces choses, parce qu’elles sont fausses , sont infiniment plus près du vrai ; tandis que la plupart de nos paysagistes sont des menteurs, justement parce qu’ils ont négligé de mentir ».

 Pourriez-vous travailler avec des êtres animés, animaux ou enfants, à la place de vos personnages de pâte à modeler ?

Oui ! J’ai déjà essayé avec des petits animaux, notamment un cher petit lapin, mais trop vif, trop sauvage. Auparavant avec des cochons d’inde qui eux aussi n’en avait que faire et c’était trop compliqué, et qui plus est, en appartement. Il y a aussi je trouve, des limites proches d’une presque maltraitance. Je réfléchis parfois à d’autres animaux moins sauvages peut-être.  À suivre donc !

Ah si et les escargots ! J’ y ai pensé bien sûr mais à l’image, c’est très particulier, on n’est pas dans la fiction comme je l’imagine. C’est très difficile d’être dans la fiction avec ce genre d’animal, qui est très impressionnant.

Et pour les humains, je ne sais pas, c’est à voir également.

Au début  je ne voulais pas un style réaliste ou documentaire, de ce fait la figure humaine me semble trop propice à des interprétations réalistes et émotionnelles rapides. Mais les choses évoluent ou se modifient  et votre question m’intéresse parce qu’elle me fait me questionner sur comment je le verrais, le ferais aujourd’hui.

 

Le voyage sur la lune, Loulou & Cie, 2020

Texte ou pas texte ? quelle est votre préférence ?

Au départ, je pensais faire des livres sans texte avec des images narratives , mais pour raconter , et à de jeunes enfants, il faut parfois du texte et c’est très intéressant aussi de travailler le texte même très court . Et en rapport à des images.

Vous dites, à propos de vos ouvrages, qu’il s’agit d’une « rencontre entre deux livres », un textuel et un visuel. Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation des images ?

J’ai des images en tête, neuves ou anciennes et / ou des mots, des expressions.

Soit cela part d’une image, par exemple pour l’album Les Vacances, j’avais l’envie de reproduire, à ma façon la « villa Bulles » de l’architecte Antti Lovag, située sur la côte d’Azur dont j’avais vu une photo il y a longtemps et qui m’avait impressionnée. Et en même temps,  de partir de l’expression si prometteuse que j’adorais quand j’étais enfant  «  Les grandes vacances ».

Souvent les expressions sont inspirantes comme « léger comme l’air «  pour le livre –Le chapeau de maman – ou « vert de rage » pour le livre – Le déjeuner sur l’herbe-  Les mots fabriquent des images.

C’est un va et vient entre ce que j’ai vu, entendu, aimé, retenu.

 

L’aventure, Les Éditions de la Table ronde, 2011

Photographies : Isabelle GIL
Textes : Jean ROLIN

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? je pense à votre collaboration avec Jean Rolin.

 Avec Jean Rolin, il s’agit plutôt d’une rencontre et d’un partage, mais cela s’est fait après la réalisation des images. Nous nous sommes rencontrés pendant un festival de littérature où je donnais un coup de main et où il était invité. J’avais, à ce moment-là, comme lors de chacun de mes déplacements, mon bateau sous le bras pour continuer les prises de vues pour mon projet.

Jean l’a vu et l’a reconnu, il avait un bateau semblable quand il était petit, mon projet lui plaisait, j’avais l’idée qu’il fallait du texte à un endroit du livre et plus tard, il a écrit ce texte pour le livre. C’était un joli croisement.

 Qui sont donc vos lecteurs et comment les imaginez-vous agir avec vos livres ?

 J’ai régulièrement l’occasion de rencontrer des lecteurs, en allant sur des salons du livre, en faisant des ateliers, avec des classes, des groupes, des lieux.

Et j’aime beaucoup faire cela. Cela fonctionne bien avec tous les âges.

Cela fonctionne très bien avec les enfants. Ils sont de très bons lecteurs de l’image, ils voient tout, ils devinent le vrai et le faux, le jeu entre les deux et ils s’amusent beaucoup des mises en scène. Et le fait que soient utilisées des objets familiers,  du quotidien ou des jouets, cela leur plaît beaucoup. Ils connaissent ce rapport aux choses et au réel. Ils connaissent en fait, le jeu enfantin avec rien, et sinon ils renouent assez vite !

Ce que j’aime beaucoup également c’est que les enfants décortiquent l’image, la comprennent parfaitement mais reste toujours un peu dans l’histoire, ils continuent à rêver.

On travaille aussi des notions de décors, de proportions, de composition, de cadrages photographiques.

 

Couleurs à sensation, Le Rouergue, 2011

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots  ?

Un album encore, pour l’instant en recherche, et d’autres projets mais pas assez engagés pour en parler .

Quelle lectrice étiez-vous enfant ?

Enfant, je n’avais pas de livre pour enfants, ou peut-être un ou deux, mais je crois même que c’est venu tard. Par contre, j’ai tout lu, des emballages de cuisine, des notices d’utilisation, tout dans le détail, et tous les livres de tricot, des «  Femmes actuelles » aux romans photos de ma grand-mère, en passant par « Rois et Reines « C’était pas terrible  mais je lisais tout.  Jusqu’à, enfin ! Un jour : Le bibliobus bleu du quartier.  J’ai passé là,  des après-midi entiers, c’était un étroit couloir, c’était génial. Ca m’a sauvé je pense, j’étais certainement alors dans une lecture/refuge. 

Et depuis, j’ai toujours aimé les livres, les littératures. C’est, avec le cinéma et l’art, un des accès au monde et à la pensée, que je préfère.

Pour retrouver le monde d’Isabelle Gil, c’est ici ! : https://www.isabellegil.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.