Nostalgie photographique : Vasco, le cochon footballeur, chez Versant Sud jeunesse

Vasco, le cochon footballeur, Edward Van der Vendel, Alain Verster, 20 x 20, Bruxelles, Versant Sud Jeunesse, avril 2020

C’est l’histoire d’une amitié hors norme entre un enfant et un cochon. C’est l’histoire d’un match de foot un peu spécial, avec un gardien de but pas très académique.  

Il y a bien des vignettes avec la tête des joueurs à collectionner, des albums pour accueillir ces vignettes, des posters et des fanions, des maillots et des crampons, des cages et des unes de journaux, des gants de gardiens et des ballons noir et blanc et des enfants combattifs et joyeux. On dirait bien une histoire de foot, sauf que… les supporters enthousiastes sont des poules, des oies et des lapins, le héros du jour est un cochon qui porte le numéro 5 et aucun joueur sur le terrain ne semble s’en étonner. Les Unes de journaux assemblées à la fin de l’ouvrage attestent même que ce gardien de but un peu spécial a bien existé et que ces exploits sont authentiques.

Il semblerait que les pages de cet ouvrage accueillent une histoire d’exploit impossible qu’un enfant aime se raconter le soir avant de s’endormir.

copyright Versant Sud jeunesse

Si le jeune lecteur est touché par cette histoire d’amitié et ces images drôles et pleines de fantaisie, les lecteurs adultes s’attarderont sur ces illustrations qui lui adressent autant de clins d’œil.

Ces étranges images, aux couleurs passées, fourmillent de détails et proposent un assemblage d’objets hétéroclites tirés de la chambre d’un enfant qui aurait bien grandi depuis cette histoire :  vignettes anciennes ou unes de magazines de foot sur lesquelles les joueurs professionnels ont les cheveux bien longs, distributeur ou bocal de verre remplis de bonbons, figurines de cow-boys et robot démodé, ancien transistor et énorme téléviseur et même un fauteuil de camping à grosses fleurs. Les chaussures de foot à bandes obliques rappellent furieusement celles des années 80. Les visages des enfants semblent prélevées sur de vieilles photographies en noir et blanc aux contours un peu flous. Même si une Une de journal mentionne l’année 2013, toutes ces images figurent la nostalgie d’un jeune supporteur devenu grand.

Le texte au passé d’Edward van de Vendel et les images d’Alain Verster se combinent pour réactualiser des morceaux de notre mémoire dans le présent, font ressurgir les images et les sons de notre enfance, les souvenirs de soirées de grand match devant le téléviseur familial, les collections de vignettes Panini et la longue chevelure d’un Dominique Rocheteau. 

 

copyright Versant Sud jeunesse

 Il faut chercher l’origine de nos émotions du côté de la technique d’Alain Verster, interviewé par Fanny Deschamps, éditrice de Versant Sud jeunesse, lors pour la sortie de son album, Je te vois, et toi ? , dans lequel se déployait cette même pratique artistique. 

« Tu travailles selon une technique bien particulière. Peux-tu nous en parler ?

Dans mes illustrations, j’essaie de trouver de manière intuitive un langage visuel poétique et harmonieux. Avec un simple morceau de ruban adhésif, une fascination pour les détails et un sens des matières, je construis minutieusement mes illustrations avec des images superposées en couches.

Les photographies anciennes constituent la base de mes personnages et apportent une touche de nostalgie à mes illustrations. Ces photos sont d’abord traitées numériquement, puis je les imprime sur du papier non couché et je les travaille avec du ruban adhésif. Cela me donne une reproduction brute et un peu floue de mon image originale. Ensuite, j’ajoute du caractère à ces personnages en accentuant certains traits au crayon, à l’acrylique et à la peinture à l’huile.

En plus de ce procédé de reproduction graphique, j’applique des structures brutes de couleurs à l’arrière-plan. Cela permet d’obtenir un jeu de lignes brutes qui apportent une dynamique à travers les illustrations. Ma palette de couleurs, très sobre, est inspirée par les vêtements des années 1920 à 1950, où l’on trouvait de nombreuses teintes de gris, de bleu et de brun. Cette palette s’harmonise bien avec les anciennes photographies que j’utilise pour mes personnages. Cela dit, j’essaie d’appliquer de plus en plus de couleurs dans mes illustrations. Je combine enfin tous ces différents éléments sur mon écran et je compose une seule image. Malgré le procédé numérique, j’essaie de conserver la matière de mes dessins originaux dans mes illustrations, afin qu’on ait un sentiment d’imperfection. Je pense que c’est précisément là que réside l’émotion de mes images. Rien n’est plus beau que de retrouver la main de l’artiste et les traces de son matériau dans son travail.

Quelles sont tes influences et tes références ?

Mes principales influences sont les différents stimuli visuels que je reçois au cours de la journée. Cela peut être une peinture, une affiche ou un événement dans la rue… Ces impressions sont conservées dans ma tête et, lors de l’illustration, elles sont traitées – consciemment ou inconsciemment. Souvent, je regarde des séries ou j’écoute de la musique tout en dessinant et, par la suite, on remarque des liens entre les deux. Cela peut aller des couleurs, du style des personnages, à la décoration intérieure.  Bien entendu, j’ai de bons exemples de références, comme l’illustrateur Jon Klassen, le réalisateur Wes Anderson, l’artiste Rinus van de Velde et Carll Cneut. Ce dernier était mon professeur à la KASK (école d’illustration à Gand, ndlr) et m’a aidé à trouver mon identité d’illustrateur. »

L’intégralité de cet entretien  est à découvrir ici https://www.versant-sud.com/jeunesse/actualite/dans-lunivers-dalain-verster/ 

Merci Fanny Deschamps pour cette découverte !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.