Voir, observer, penser, et dire… avec Nicolette Humbert

20 x 15 cm, 2014

De loin, de près, la photographe Nicolette Humbert propose aux plus jeunes d’observer le monde. Son appareil photo est comme l’ œil d’un enfant curieux. Il n’y a presque plus qu’à tendre la main pour saisir les coquillages, caresser le museau d’un veau, suivre le contour d’un légume charnu… On touche avec les yeux !

Avec leurs images entre poésie et documentaire, les ouvrages de cette  collection d’ imagiers publiés par la maison d’édition La Joie de Lire tendent aussi des invitations à observer, penser, déduire mais aussi s’amuser… La photographe Nicolette Humbert nous fait le plaisir d’être notre invitée. 

Chère Nicolette Humbert, quel est donc votre parcours ?

Après un baccalauréat littéraire, je m’oriente vers la faculté des lettres modernes avec pour objectif d’être enseignante des écoles, suivant le mode d’enseignement Fresnet, Montessori… Mais si cette voie me plaît et a du sens pour moi, elle n’est pas celle que je souhaitais dès l’âge de 12 ans : les Beaux-Arts. A cette époque, je dessinais… pas très bien, il faut avouer… La photographie est venue plus tard lorsque l’on m’a offert mon premier appareil photo : un zénith entièrement manuel. Dès lors, mon appareil ne m’a plus quittée… La photographie pour moi, elle commençait de la pellicule au tirage photo. J’ai passé beaucoup d’heures dans mon petit labo.

J’ai décidé d’interrompre la faculté au cours de la troisième année et de tenter le concours d’entrée à l’ENSA de Nancy… et j’ai été prise ! DNSEP en poche, je suis allée à Paris et me suis proposée à SIPA Press comme correspondante en Lorraine. J’ai par ailleurs commencé mes premiers reportages dirigés vers le social, les actions humaines… et j’ai intégré en parallèle une agence en communication. Aujourd’hui je me consacre entièrement à la photographie : illustration jeunesse, reportages, enseignement…

A quel moment la littérature jeunesse est-elle arrivée dans votre pratique professionnelle ?

Mon intérêt pour la littérature jeunesse a commencé par une demande d’illustration de poèmes sur les animaux de la ferme en 2003. Je me suis alors posée la question de ce que je pouvais apporter à l’existant, à ce sujet maintes fois représenté, et au-delà du sujet lui-même ce que la photographie pouvait apporter. Pour y répondre, il me fallait m’interroger sur ma pratique photographique et définir ce qu’elle m’apportait à moi et qui serait « utile » aux tout-petits : la découverte du monde, voire une révélation du monde, une manière de se l’approprier et de s’y inscrire… Quant à la photographie, elle apporte émotion et ouvre à l’observation ; chez le tout-petit (chez les adultes aussi par ailleurs), elle offre un éveil du regard.

2012

Comment s’est faite la rencontre avec La Joie de Lire ?

Je connaissais les Editions La Joie de lire à travers quelques albums que j’avais, mais plus largement à travers leur catalogue. Il n’y avait pas de collection consacrée à la photographie mais La Joie de lire avait déjà publié un album photographique de style documentaire et engagé :  Silence rompu , textes tirés de la Convention relative aux droits de l’enfant et photographies de Raymond Depardon.

C’est au Salon du livre de Montreuil que nous nous sommes rencontrées pour la première fois avec Francine Bouchet, l’éditrice. J’étais à la moitié de ma série photo consacrée aux animaux de la ferme. Francine a été sensible à mon regard et à ma photographie. Mon premier album, « A la ferme » est sorti un an après en 2005.

Quelle est la place pour les mots dans vos imagiers ?

J’apporte beaucoup d’importance à l’image et à l’image photographique en particulier comme représentation « au plus proche de la réalité » et comme mode d’expression. Elle peut de fait se suffire à elle-même par sa force évocatrice, par ce qu’elle peut susciter en émotions et développer l’imagination. Les mots viennent en deuxième temps. Dans mes albums, les mots arrivent à la fin. Après la contemplation, vient le moment de nommer.

Peut-on parler d’apprentissage du regard grâce à vos ouvrages ?

Oui mes albums ont ce souhait, au-delà de susciter des émotions, d’éduquer le regard. Comme on apprend à lire et à écrire, il est nécessaire d’apprendre à regarder.

2013

S’agit-il également d’initier les enfants aux multiples possibilités de la photographie ?

Les différentes approches photographiques dans mes albums donnent à voir les possibles de la photographie, mais ces approches tentent surtout à montrer qu’en se déplaçant, tournant autour d’un objet, il est possible de le voir autrement, d’en discerner toutes les particularités. Selon où on se place, l’objet s’offre à nous sous ses multiples facettes. La gestuelle liée à la prise de vue est importante ; elle l’est en photographie mais elle doit l’être tous les jours dans notre façon de voir et de percevoir, de vivre le monde et le ressentir.

Êtes-vous une « photographe-engagée » ?

La pensée passe chez moi par l’observation, l’expression de ma pensée passe par la photographie. En ce sens, je suis une photographe-engagée.  

Je suis engagée dans ma conviction : conviction que l’épanouissement de l’Être passe par la compréhension de soi, de son rapport à l’autre et de son rapport au monde. « Trouver sa place » n’est pas inné. On peut avoir celle que l’on nous donne à la naissance mais alors ce n’est pas celle qu’on a choisi. Voir, observer, penser…

2012

Un projet en préparation dont vous pourriez nous dire quelques mots  ?

Plusieurs projets en tête et un plus particulièrement, dans la lignée des précédents albums, mais je suis peu bavarde sur mes albums en cours; c’est lorsqu’ils sont bien avancés et que je peux être assurée de la pertinence que je peux alors en parler.

Que lisiez-vous enfant ? Y avait-il des livres-photos ?

Il y avait peu de livres chez moi…

Les photos de famille étaient réunies dans des albums que j’aimais feuilleter. Ils remplaçaient les livres. Photos en couleur ou en noir et blanc au contour blanc et dentelé. Je passais beaucoup de temps à scruter les visages, la façon dont les personnes étaient habillées… En légende, un lieu et une date uniquement. Je m’imaginais la vie des gens sur les photos, de ceux que je n’avais pas pu connaître.

Cela représentait beaucoup d’histoires !

 

Pour retrouver le travail de Nicolette Humbert, c’est ici  : https://www.facebook.com/NicoletteHumbert ou encore ici https://www.lajoiedelire.ch/auteurs/humbert/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.